upside down (jeudi, 19h15)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9185-eyal En ligne

PSEUDO : mischief insane.
PRÉNOM : charlotte.
COMPTES : maxyne, isaac, ismaël, alfie, angy, elden, wes.
MESSAGES : 1221
AVATAR : marwan kenzari.
ÂGE : 32
LOCALISATION : madrid, esp.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64 025£.
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: upside down (jeudi, 19h15)   Lun 20 Nov - 12:52

UPSIDE DOWN.
W / @Bugi

Il ne saurait pas vraiment dire quelle heure il était ni depuis combien de temps il était allongé là, sur ce canapé un peu étroit pour une carrure comme la sienne, car la dernière chose dont Eyal croyait se souvenir, c'était de s'être installé dans le salon pour bouquiner à défaut d'avoir trouvé autre chose à faire de sa peau à une heure où il tournait habituellement en rond. C'était un peu plus tôt dans l'après-midi, à l'heure où Abbi aimait généralement faire une sieste à l'étage, et il était descendu pour la laisser se reposer en espérant à ce moment-là faire quelque chose d'un peu plus productif et intéressant qu'une énième balade à l'extérieur, par des températures qui lui vaudraient sûrement de choper un rhume à défaut de vivre un pur moment d'excitation. D'où le bouquin, récupéré dans la bibliothèque et choisi pour des raisons qui sur le moment avaient du lui paraître légitimes. Il y avait aussi eu une cannette de soda, récupérée quant à elle dans la cuisine avant qu'il se soit installé pour de bon avec tout ce dont il avait a priori besoin pour passer un bon moment. Oui mais voilà, force est de constater que ses projets n'avaient pas du être aussi exaltants que prévus, auquel cas il n'aurait probablement pas fini avachi sur le canapé, sa cannette tout juste entamée restée sur la table basse et son livre ouvert contre son torse, dont il n'avait du lire qu'une dizaine de pages. A croire que pour lui aussi, il devenait de plus en plus inévitable de s'octroyer une petite sieste en milieu d'après-midi, à force de se lever toujours plus tôt et de se coucher toujours plus tard, et encore, quand il voulait bien dormir. Mais le problème était là : l'après-midi avait eu tout le temps de décliner, et le jour avec, si bien que le salon était maintenant plongé dans une toute autre lumière que celle qui l'avait bercé durant les premières heures de sa sieste. La pièce était sombre, éclairée par quelques lampes qu'un candidat bienveillant était sûrement venu allumer en toute discrétion. A moins que ce soit l’œuvre de celui qui venait d'entrer dans le salon, et que les yeux de l'espagnol distinguèrent d'abord difficilement lorsque ses paupières se décidèrent enfin à se rouvrir. Il eut sur le coup un léger sursaut, se demandant l'espace de quelques secondes où il se trouvait et ce qu'on pouvait bien lui vouloir, puis finit par lâcher un rire lorsque ses yeux parvinrent à reconnaître la silhouette de Bugi. « Putain j'ai flippé, l'espace d'une seconde. » Il souffla, un sourire amusé accroché aux lèvres, avant de se redresser et de passer une main dans ses cheveux pour se redonner une apparence à peu près potable. Il capta ensuite le regard de Bugi et comprit que sa remarque pourrait presque être mal interprétée par le roux si seulement il ne le connaissait pas assez pour savoir qu'il n'était pas du genre à sous-entendre que ses potes avaient une tête à faire peur, pas sérieusement en tout cas, et encore moins quand lui-même avait encore la trace du coussin du canapé sur la joue. « Rien à voir avec toi vieux, j'ai cru que c'était Martin qui se pointait pour m'épiler des pieds à la tête. Tu sais qu'il fait une fixette sur ma pilosité ? » Entre autres choses, qu'il pensa en réprimant un nouveau rire, ne sachant pas si cette image était plus terrifiante ou jubilatoire, mais songeant qu'il aurait moins fait le malin si c'était réellement leur camarade qui était venu le cueillir à son réveil avec tout un attirail de pinces à épiler et de bandes de cires chaudes. L'angoisse. Se rasseyant pour de bon sur le canapé, il referma son livre pour le déposer sur la petite table, et se rappela qu'il y avait laissé sa cannette à peine entamée. « Si j'étais toi j'y toucherais pas, elle doit être chaude depuis le temps, j'ai l'impression d'avoir dormi une éternité. Mais je peux aller t'en chercher une autre, ça me forcera à me lever. » Il releva les yeux vers Bugi, rieur, avant de lui lancer un regard plus entendu. « Ou une bière, si tu préfères. » Parce que c'était assez souvent de circonstances quand ils décidaient de passer un moment ensemble, alors à quoi bon lutter contre sa destinée ?

_________________
    losing is only a sign
    that you really tried.
    forever trading places with the same old me, im racking up the cases of who i failed to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9178-bugi 

PSEUDO : kidd.
PRÉNOM : faustine.
COMPTES : es el primero.
MESSAGES : 3809
AVATAR : jack o'connell.
ÂGE : 30
LOCALISATION : kirkcaldy, scotland.
MÉTIER : glass-blower.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24 000£
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: upside down (jeudi, 19h15)   Mar 21 Nov - 6:51

Dix-neuf heures passées. Je commence à avoir le ventre qui crie famine, et ça me pousse à me bouger un peu, contrairement au reste de la journée qui a été plutôt tranquille, entre la finition des décorations de Noël avec Achille et... pas grand-chose d'autre, en fait. Les mains enfoncées dans les poches de mon pantalon de jogging, je descends les escaliers qui mènent des chambres jusqu'aux pièces communes, sans trop prêter attention à ce qui se passe autour de moi. Les journées raccourcissent à mesure que l'automne s'installe toujours plus sur l'île et déjà, dehors, le ciel se fait plus sombre que tout à l'heure. On y voit rien dans le château dès lors que les lumières ne sont pas allumées et, dans les escaliers, je manque de peu de glisser d'une marche loupée, me rattrapant à la dernière seconde à la rambarde. Tout en grommelant dans ma barbe, j'atterris enfin sans encombres en bas, regarde autour de moi à la recherche d'un interrupteur sur lequel mon regard ne parvient pas à se poser. Soupir. Je renfonce mes poings dans mes poches, avance jusqu'au cœur du salon et détaille un instant la pièce. C'est calme, plongé dans le silence et dans cette semi-pénombre du début de soirée. Je fais quelques pas en direction de la première lampe que je trouve et découvre le corps d'un Eyal endormi et avachi sur le canapé. Sourcil arqué et sourire amusé, j'hésite l'espace d'un instant à lui faire une blague nulle dont j'ai le secret, dans la même veine que celle faite à Hawa le jour de son anniversaire mais... avec un peu plus de sympathie, évidemment, et donc un côté nettement moins salaud. J'ai passé une bonne partie de mon adolescence à faire ce genre de vannes à mes potes, du style les faire se réveiller en sursaut, une lumière dirigée vers leurs yeux, en leur criant qu'un camion s'apprête à débouler sur eux. Des coups dans ce genre-là, j'en ai plus d'un qui me passe en tête quand je regarde Eyal, qui a l'air de dormir paisiblement. Finalement, je décide de les ravaler et me contente d'allumer les quelques lumières pas trop aveuglantes que je trouve. Quand je me retourne pour aller vers la cuisine, j'entends un rire derrière moi et me retourne pour le voir réveillé. Sourcil arqué, je m'avance vers lui en le regardant. « T'es sérieux ? » J'ai une si sale gueule que ça, pour lui faire peur de la sorte ? Mon nez se froisse un peu, pliant sous la vexation naissante face à un tel propos, avant qu'il n'évoque Martin. Un léger rire s'échappe alors d'entre mes lèvres, tandis que je me laisse tomber sur le fauteuil, à côté du canapé. « Je comprends mieux le flippe, si t'as cru voir Martin. Par contre je sais pas comment je suis censé prendre la comparaison entre lui et moi. » De plus bel, j'arque un sourcil et lui fait comprendre de la sorte qu'il a tout intérêt à trouver un moyen de se rattraper parce que l'affront est bel et bien réel, à l'instant. Quant à la fixette du quinqua sur sa pilosité, ma foi... sur quoi ne fait-il pas une fixette, au juste ? Toujours des sujets personnels, cela-dit. Entre la pilosité et la sexualité, il touche à des points sensibles, dont il doit probablement manquer dans un sens comme dans l'autre, à mon avis. D'où l'obsession. « Quoi qu'il en soit, je doute qu'un garçon robuste comme toi doive avoir peur de Martin. » Même si je déconseille les coups qu'il pourrait avoir envie de lui porter, parlant d'expérience sur ce point ; ce serait franchement con qu'Eyal se retrouve nominé d'office à cause de lui, voire exclu si l'on juge que notre histoire avec Claudio ait servi autant d'exemple que d'avertissement, quand même. Mon regard glisse sur la canette sur la table basse quand il la désigne, et secoue un peu la tête à sa proposition. « Pas de bière pour ce soir, mais je veux bien un coca, si t'as la foi de bouger. » je lance avec un sourire au coin des lèvres, bien décidé à profiter doucement du privilège qu'il m'accorde, à bien vouloir se montrer aussi serviable avec moi. Je cale mes pieds sur la table basse, m'affale un peu plus dans le fauteuil, et le regarde. « Courte nuit ? Abbi a voulu connaître tes techniques de nettoyage de fond en comble, après ta session dans le grenier ? » Mon sourire s'étend un peu plus, goguenard et un brin innocent – du moins j'essaye, même si je doute de ma crédibilité.

_________________
I PROMISE YOU, I'LL MAKE IT UP TO YOU
“Arrivé devant une longue plaque de verglas sur le trottoir, il hésite un instant puis, au lieu de la contourner, s’élança dessus, les bras écartés afin d’assurer son équilibre. Comme un gosse. Parvenu au bout sans encombre, il sourit aux étoiles” (DENNIS LEHANE)

ABSENTE DU 6/12 AU 14/12
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9185-eyal En ligne

PSEUDO : mischief insane.
PRÉNOM : charlotte.
COMPTES : maxyne, isaac, ismaël, alfie, angy, elden, wes.
MESSAGES : 1221
AVATAR : marwan kenzari.
ÂGE : 32
LOCALISATION : madrid, esp.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64 025£.
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: upside down (jeudi, 19h15)   Jeu 23 Nov - 1:48

On le connaissait tous, le syndrome de la micro-sieste qui se transformait en une quasi nuit de sommeil au beau milieu de la journée. N'importe qui ayant un rythme un peu atypique s'était déjà fait avoir par son corps et son besoin légitime de récupérer toutes les heures de sommeil dont on l'avait privé. Et dans le cas d'Eyal, des heures en moins, il y en avait eu pas mal. Entre ses courtes nuits, ses réveils très matinaux, et le fait qu'il faisait rarement que dormir depuis qu'il partageait son lit avec Abbi... c'est sûr, il mettait son corps à rude épreuve, et ça n'était pas ses séances de sport quotidiennes qui aidaient à ralentir le rythme qu'il s'imposait. Alors au fond, il n'y avait rien d'étonnant au fait que son après-midi lecture se soit transformée en longue sieste au milieu du salon, et à ce qu'il n'ait réouvert les yeux que pour découvrir que la pièce aurait été plongée dans l'obscurité si une âme charitable n'avait pas pensé à allumer les lumières. Et parlant d'âme charitable, il se pourrait bien qu'elle soit toujours dans les parages, car après quelques instants de flottement durant lesquels il dut sortir de sa léthargie, l'espagnol reconnut la silhouette de Bugi, à quelques mètres de là. Tout du moins, après une courte frayeur durant laquelle il avait redouté que ce soit Martin qui l'ait guetté dans l'ombre pour l'attaquer à coup de bandes épilatoires. Bugi pouvait baliser, c'est sûr, parce que déjà que l'idée de lui avoir fait peur n'était sûrement pas la plus agréable à entendre de la bouche de son pote, voilà qu'en plus il était comparé au vieux bougre de l'aventure. « Pas très bien, je suppose. Mais on savait tous les deux quand on en a parlé l'autre fois que ton coté 'fringant' finirait par se faner, poto, on savait juste pas que ça arriverait si vite. » Eyal prit son air le plus désolé pour lui énoncer la terrible vérité, mais ne parvint à maintenir l'illusion qu'une poignée de secondes, avant que ses lèvres n'étirent un sourire clairement amusé, parce que non, Bugi n'avait rien perdu de sa fraîcheur en l'espace de quelques jours. « Ça va, détends-toi, avec Martin on risque pas de vous confondre, même en pleine nuit et derrière un muret. Et t'as de la marge avant de lui ressembler, on sait déjà que j'y passerai avant toi, c'est la dure loi de l'âge. » Il reprit ainsi, le regard rieur, parce qu'il ne voudrait pas que Bugi aille se jeter du premier étage après un choc aussi rude, et parce qu'il ne fallait pas perdre la réalité de vue : c'était lui l’aîné, lui qui marcherait sur les traces de Martin le premier. Et dieu sait que l'idée n'était pas attrayante, là tout de suite. Eyal émit un rire quasi silencieux aux prochaines paroles de Bugi, parce que c'est vrai, on l'imaginait assez facilement prendre l'avantage sur Martin si son aîné décidait de se jeter sur lui. « Justement, je voudrais pas sous-estimer ma force et nous le casser, notre Martin. Sa mauvaise humeur finirait sûrement par nous manquer, et puis je tiens pas trop à me faire éjecter pour ça. » Parce qu'après l'épisode entre Bugi et Claudio la semaine passée, il paraissait évident que William ne plaisanterait pas cette fois encore, et qu'avec sa chance légendaire, on le rapatriait à Madrid par le premier avion. Un scénario qu'il aimerait mieux éviter. Proposant à Bugi d'aller lui chercher une canette de soda fraîche ou bien une bière s'il préférait, il accueillit ensuite sa requête par un nouveau sourire. « Ça marche, je file te chercher ça. » Et se hissant sans plus tarder hors du canapé, il s'étira avant de marcher jusqu'à la cuisine, d'ouvrir le frigidaire et d'en sortir une cannette de coca. Il aurait pu en prendre une deuxième, pour lui, mais préférait finir celle qu'il avait entamé, réchauffée ou pas. « Tiens. Tu deviens raisonnable ? » Il souffla, après être revenu au salon et en lui tendant la cannette, le taquinant sur le fait qu'il ait pour ce soir décidé de se passer d'une bière. Il se réinstalla ensuite sur le canapé, et sa prochaine réplique au sujet d'Abbi le fit pouffer de rire. C'était lui qui déteignait à ce point sur le roux avec son humour graveleux ? « Qu'est-ce que tu veux, je suis rentré tellement fier de nos prouesses qu'en me ventant j'ai sûrement du lui donner envie de vérifier ce que je valais vraiment. » Il souffla, l'air faussement dépassé par la situation, et toujours de ce ton équivoque si caractéristique de ses échanges avec l'écossais. « Bon par contre, je compte sur toi pour pas lui dire que tu m'as trouvé dans cet état. Elle pourrait penser que j'arrive pas à tenir la cadence, et dans ces cas-là les femmes ont vite fait de s'imaginer toutes sortes de choses, tu sais bien. » Par exemple que si on était aussi épuisé à force de leur faire l'amour, c'était peut être parce qu'on allait aussi voir ailleurs, et même s'il disait ça sur le ton de la plaisanterie, il aimerait mieux qu'Abbi ne se fasse pas de fausses idées. « En plus c'est pas comme si j'avais dormi la moitié de l'après-midi... » Il reprit, l'air de rien, parce qu'à quelques heures près, il n'avait peut être pas dormi si longtemps que ça après tout, si ?

_________________
    losing is only a sign
    that you really tried.
    forever trading places with the same old me, im racking up the cases of who i failed to be.
Revenir en haut Aller en bas
 

upside down (jeudi, 19h15)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Périodique] Grands feuilletons du jeudi
» citation du jeudi 29 octobre 2009
» VOICI JEUDI QUI ARRIVE
» Syd Matters, jeudi aux Docks
» Nouvelle programmation de la CW pour le jeudi soir
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: rez-de-chaussée : niveau 0 - intérieur :: grand salon-
Sauter vers: