HUITIÈME PRIME [01-03/12 - 20H00]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

PSEUDO : FA
PRÉNOM : F
COMPTES : TYLER.JAMES.GENEVIÈVE
MESSAGES : 870
AVATAR : Colin Firth
LOCALISATION : Oxford
MÉTIER : Professeur particulier de droit pour les étudiants d'Oxford
ÉTAT D'ESPRIT : Pensif


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 000£
ASPIRATION: haine
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: HUITIÈME PRIME [01-03/12 - 20H00]    Dim 3 Déc - 20:48

Martin est rassuré de savoir qu'Alain compte s'attaquer à plus gros poisson que lui dans la chasse aux secrets. En plus, ça fera les pieds à @Eyal, son nouvel ennemi juré craché. Eustache le félicite concernant son award vis-à-vis du fait qu'il pourrait remplacer William, un prix qui n'est probablement pas censé être un compliment mais que des hommes distingués tels qu'Eustache et lui ne peuvent que prendre comme tel. Merci beaucoup. Je te félicite également : tu n'étais pas très loin derrière. déclare-t-il dans un sourire. Lorsque la jolie @Hawa râle concernant la proximité entre les deux britanniques, Martin lui répond d'un ton snob : Inutile d'être jalouse, madame, nous nous contentons simplement d'être bien éduqués. Un détail qui les distingue de nombreux autres candidats au sein du jeu, c'est certain. Malgré tout, la jeune femme parvient à élucider le mystère de celui qui leur a révélé à tous ce qu'il s'était passé dans la salle de bains l'autre fois. À savoir : @Jenna Gibson. Encore et toujours. Quelle garce. souffle Martin avec fureur. @Hawa lui offre par la suite des paroles réconfortantes qui, étrangement, le surprennent tout de même. Il ne sait que trop comment les prendre et se contente donc de marmonner dans sa barbe. Je ne suis pas tout le monde. Il se devait d'être un modèle à suivre, après tout, un exemple sur lequel se calquer. Le classement des revolvers tombe alors et Martin découvre, sans surprise, être premier du classement afin de pouvoir remplir sa cagnotte de nouveau, qu'il a pu se voir doubler en volume au cours du prime. @Dre décrète être toujours sage, un aveu que Martin ne croit pas une minute. Je ne suis pas sûr que Luca en dira de même. remarque-t-il finalement, avant de trinquer avec le candidat malgré tout. Les éliminations se font dès lors ressentir, le coeur de Martin se déchirant presque en deux à l'annonce qu'@Eustache ne réintègrera pas l'aventure. This is a fucking outrage !! déclare-t-il finalement avec émotion. Il s'agit de la première fois que Martin jure avec autant de violence au sein du jeu. @Achille, son coéquipier de l'équipe amour, quitte également l'île, suivi de près par @Abbi, donc la révélation le surprend. Elle vient s'excuser à lui et Martin n'étant pas de mauvaise foi lui souhaite tout le meilleur. Je te ... Je vous souhaite tout le meilleur. dit-il en regardant son ventre encore bien plat, avant d'ajouter : Appelle le Martin, ça lui portera change. Le prime se termine sur les retours de Rainer, Claudio, Dre, Alain et Sofia, et Martin est plutôt content de savoir que Sofia et Claudio reviennent en jeu. Il échangerait volontiers Alain ou Rainer avec Eustache s'il en avait le choix (probablement Alain) et ne sait que trop que penser de Claudio à ce stade, ne le connaissant pas suffisamment pour savoir autre chose que le fait qu'il l'avait peut être jugé trop hâtivement. Son immunité est par ailleurs levée, lui garantissant une compétition bien plus rude s'il désire toujours obtenir une place en demi finale.

_________________


#MARTINCEHÉROS.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9185-eyal 

PSEUDO : mischief insane.
PRÉNOM : charlotte.
COMPTES : maxyne, isaac, ismaël, alfie, angy, elden, wes.
MESSAGES : 1223
AVATAR : marwan kenzari.
ÂGE : 32
LOCALISATION : madrid, esp.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 64 025£.
ASPIRATION: compétition.
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: HUITIÈME PRIME [01-03/12 - 20H00]    Lun 4 Déc - 1:39

Le prime touchait presque à sa fin, voyant d'ultimes questions être posées aux candidats et de nouveaux awards leur être attribués. La remise de l'award du plus beau couple de la saison valut alors à l'espagnol d'esquisser son plus large sourire depuis le début de la soirée, parce que le remporter en compagnie d'@Abbi avait une saveur particulière à ses yeux au vu de tout ce qui était né entre eux durant ces deux mois et quelques d'aventure et de la façon dont ils avaient évoqué l'avenir de leur relation pas plus tard qu'il y a quelques jours. Après tout ça, après ces discussions qui leur avaient prouvé qu'ils étaient en phase dans leur envie d'écrire ensemble une suite qui leur ressemblerait, ce prix était comme une concrétisation supplémentaire et c'était agréable de se dire qu'une partie du public avait peut être été touché par leur histoire, quoi qu'elle puisse représenter pour des yeux extérieurs. Serrant Abbi contre lui, il lui vola un baiser et partagea avec elle un regard rempli de complicité, avant que les derniers awards ne soient attribués et sonnent la fin de la cérémonie. Et l'heure, déjà, pour les nominés de rejoindre le SAS. Un moment forcément compliqué quand comme lui on soutenait plusieurs candidats, @Claudio et @Dre notamment, qu'il espérait l'un comme l'autre voir réintégrer l'aventure. Le sort d'@Achille, lui, le concernait aussi après qu'il ait du décider de le nominer à la place d'Hawa, et parce que cette histoire le plaçait dans une position délicate vis à vis de Bugi. Les résultats furent donc petit à petit annoncés, sonnant le retour de Claudio et de Dre, accueillis par un Eyal soulagé, avant que le suspense ne se fasse long et finisse par révéler qu'Achille ne réintégrait pas le jeu. Instinctivement, ses yeux cherchèrent ceux de @Bugi parmi les candidats, et il comprit vite que tenter une rapproche, à cet instant, risquerait d'aggraver les choses. Il le connaissait maintenant assez pour deviner que la dernière chose dont il avait sûrement besoin, c'est qu'on tente de lui adoucir une réalité qu'il ne pouvait pas voir autrement que comme un déchirement. Peut être qu'en cours de semaine, ce serait plus simple. Peut être pas. Il voulut simplement éviter d'être maladroit, et pensa quitter le salon lorsqu'une intervention inattendue de la part de William changea la donne. Sur le moment, il eut un peu de mal à comprendre pourquoi on donnait la parole à @Abbi. Ce n'est que lorsque la blonde s'apprêta à parler qu'il posa sur elle un regard interrogatif, perdu, complètement dénué de repères. Il n'était au courant de rien, n'avait jusqu'ici aucune raison de penser que la soirée puisse connaître un nouveau chamboulement après les éliminations d'il y a quelques minutes et fut donc pris d'une incroyable appréhension quand elle commença à s'exprimer. Ses mots, sa gestuelle, tout chez elle trahissait quelque chose d’inhabituel et il peinait à s'expliquer qu'il découvre la teneur de son discours en même temps que tous les autres, le cœur pressé chaque fois qu'un nouveau mot sortait de sa bouche. Il l'écouta, presque extérieur à son propre corps tant tout ça était soudain, jusqu'au moment où il comprit. Jusqu'à cette annonce qui lui fit l'effet d'une tornade lâchée à pleine vitesse à l'intérieur de son corps et le laissa incapable du moindre mot, du moindre mouvement, pendant plusieurs secondes. Abbi était enceinte. Enceinte, avec tout ce que ça voulait dire. C'était probablement la dernière annonce à laquelle il se serait attendu, la dernière chose qu'il aurait pensé l'entendre lui avouer, au milieu de ce salon et à cet instant bien précis. La nouvelle fit lentement son chemin et son cerveau l'assimila après plusieurs secondes, l'envahissant d'une émotion implacable et qu'il n'avait jamais ressenti. Jamais, en trente-deux ans d'existence. Eyal passa par mille et uns sentiments irrépressibles qui le secouèrent des pieds à la tête alors qu'Abbi continuait de parler, d'expliquer, pour finir par leur apprendre qu'elle avait décidé de quitter l'aventure pour gérer les premiers moments de sa grossesse loin des caméras et de l'agitation du jeu. Son cœur se pressa à nouveau et cette fois sa gorge se serra à son tour, pas sous le coup de la surprise ou de l'émotion, mais sous une immense tristesse qu'il ne put pas non plus contenir. Abbi et lui, c'était une histoire qui été née entre ces murs, et il savait que son aventure aurait été sensiblement différente si sa route n'avait pas croisée la sienne et s'ils n'étaient pas devenus ce qu'ils étaient l'un pour l'autre aujourd'hui. Et il n'avait jamais rien voulu réécrire, rien voulu changer, parce que leur relation était aussi devenue un moteur dans les moments les moins drôles, quand certaines choses étaient venues malgré lui le rattraper, ou que son moral avait parfois décliné. On avait beau lui dire que ça n'était pas l'extérieur, que ça n'était pas tout à fait la réalité, pour lui tout était vrai depuis le premier instant et il savait depuis longtemps qu'ici ou ailleurs, maintenant ou plus tard, ce serait elle et quoi qu'il arrive. Alors la laisser partir, qui plus est en sachant pourquoi et qu'elle vivrait sous peu des moments extrêmement importants durant lesquels il se sentirait horrible de la laisser toute seule... c'était ça qui plus que le reste lui brisait le cœur. « Abbi... » Il souffla, au moment où elle vint se blottir dans ses bras, la serrant contre lui avant d'enfouir son visage dans son cou pour y respirer longuement son odeur. « J'aurais aimé que tu me l'apprennes autrement. Pas ici, pas comme ça. » Et c'était sûrement légitime quand on était à sa place et qu'on rêvait forcément d'autre chose que d'une annonce publique devant des millions de téléspectateurs, pour que pour une fois ces moments n'appartiennent qu'à eux et ne soient pas immortalisés. « Tu pouvais m'en parler, même hier... J'aurais été là, tu le sais. » Y compris quelques semaines plus tôt, lorsqu'elle vivait encore dans l'incertitude. Il avait vu ses larmes, il avait cerné certains de ses doutes, mais si elle lui avait parlé de tout ça, alors il aurait peut être pu lui être d'un secours d'autant plus grand, et la rassurer mieux qu'il n'avait pu le faire sur le moment. Pour tout ça, il ne comprenait pas qu'elle ne lui ai rien dit, si c'était par peur ou parce qu'elle pensait simplement bien faire. « Tu me le dirais si tu voulais que je vienne avec toi ? Je veux pas t'abandonner, et je veux tellement... que tout aille bien pour toi une fois dehors. » Et se redressant pour retrouver son regard, il ajouta. « Que tout aille bien pour vous. » Et c'est à ce moment-là qu'il baissa les yeux jusqu'à son ventre encore plat, puis qu'il laissa ses mains s'en approcher pour découvrir les réflexes qui incombaient à un homme qui se familiarisait peu à peu avec l'idée que l'avenir qu'il imaginait construire avec la femme qu'il aimait serait légèrement différent, comme une surprise de plus au cœur d'une histoire qui finalement ne suivait aucune autre logique que la leur, et qui le rendait heureux précisément pour ça, parce que l'inattendu y avait toujours sa place et que tout évoluait souvent d'une façon qu'il n'aurait pas imaginée avant. « Abbi, je... j'aimerais avoir plus de temps pour te confier tout ce que je ressens. Mais sache que pour moi rien n'a changé, d'accord ? S'il te plaît, sois-en sûre, je te le prouverai dès qu'on se reverra et d'ici là... j'ai deux très bonnes raisons de vouloir m'accrocher, pas vrai ? Tu peux pas savoir comme ça m'aide. » Et il esquissa un sourire, triste mais tendre, parce que non rien n'avait changé, et certainement pas dans son cœur ni au sujet de tout ce qu'ils s'étaient dit quelques jours plus tôt. Ses certitudes n'avaient pas bougé, elles, quand bien même il était forcément pris d'une immense appréhension face à cet inconnu et ce qu'il l'attendrait. Les deux très bonnes raisons dont il parlait, elle les devinerait sans mal et lui savait que c'était peut être là le nouveau moteur dont il avait besoin pour rester motivé à aller au plus loin dans l'aventure, malgré cette sensation que tout était déjà inévitablement différent. « Donne-moi encore deux petites minutes... Juste deux. » Qu'il finit par souffler, en la serrant de nouveau contre lui, si fort qu'il crut lui offrir quinze étreintes en une seule, rien que pour garder la sensation de son corps contre le sien. Un dernier baiser, un dernier je t'aime, et déjà cette impression déroutante qu'une partie de lui, littéralement, lui serait bientôt arrachée...

_________________
    losing is only a sign
    that you really tried.
    forever trading places with the same old me, im racking up the cases of who i failed to be.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t9184-abbi 

PSEUDO : errol
PRÉNOM : jo
COMPTES : holly, hélio & co
MESSAGES : 540
AVATAR : ana de armas


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 7000£
ASPIRATION: popularité
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: HUITIÈME PRIME [01-03/12 - 20H00]    Lun 4 Déc - 5:07


Maintenant que j’avais lâché ma bombe façon gros pet bruyant et que j’avais fais le rituel post annonce épic et le requiem en guise de musique de fond que j’imagine bien passer avec la séquence à tous les candidats présents dans le salon, je pouvais respirer un bon coup mais pas pour longtemps, car le plus dur restait à faire maintenant que j’avais plus qu’@Eyal à gérer. Avec mon regard fébrile et ma confiance en soi anéanti, j’avais aucunement les armes pour rivaliser au cas où il se prenait violemment à moi. J’avais pas les arguments pour me défendre si ce n’est un état gravidique de femme enceinte qui vous fait prendre les décisions les plus stupides de votre existence. Mais là encore je suis sûre qu’en cas de nouvelle confrontation, plus rude cette fois, cet argument là de confusion pré-grossesse vaudrait que dalle face à sa logique à lui. Je n’avais même pas la face pour me tenir devant lui, planter mon regard dans le sien et le défier, parce-que j’étais consciente que la façon dont j’avais géré la chose se réduisait à un bref résumé de ce que j’étais, dans le fond : du gros n’importe quoi. Alors ce n’est qu’une fois qu’il se blottit contre moi pour s’enfouir dans mon cou que je pu enfin respirer, rassurée que j’allais au moins éviter de me prendre une sacrée branlée devant tout le monde. Et même si je m’étais conditionnée à vivre les pires scénarios depuis hier, je n’arrivais pas à concevoir l’idée de le quitter en froid après tout ce qu’on vécu ensemble depuis le début. C’était inimaginable. Et peu importe le taux de "décision de merde" que j’avais pu atteindre ce soir avec mon annonce faîte en place publique, j’espérais de tout mon cœur qu’il me prenne dans ses bras et me fasse ressentir sa présence. Chose qui se passa et qui me réconforta au plus haut point. « Je sais mais … j’avais trop peur de ta réaction » genre il a pas idée des scénarios qu’à pu me pondre mon cerveau une fois que la production m’a confirmé le dosage plasmatique qui scelle plus au moins votre sort. Que ça soit le Eyal qui déprime, le Eyal qui regrette, le Eyal triste, le Eyal violent ou le Eyal dépité, j’avais toutes les raisons de garder cette information pour moi. Assez égoïstement, c’est vrai, car après tout ça le concerne autant que moi, mais aussi pour le protéger et éviter qu’il aborde les derniers jours qu’on avait à passer ensemble dans un mood destructeur. C’était surtout pour lui, que j’avais prise cette décision. Peut-être qu’il n’allait pas la comprendre sur le champ, saisir tout son sens, mais c’était une décision qui avait été prise par amour et par envie suprême de le protéger. Car après tout, c’est tout ce que j’ai de plus cher à mes yeux à présent, et j’espère au moins qu’il jaugera ne serait-ce qu’un tout petit peu l’estime que je lui porte et qui me pousse à sacrifier mon humeur à moi, telle une kamikaze qui se contient pour qu’il reste quant à lui tranquille, ne serait-ce que quelques jours, voir des heures supplémentaire. Un sursis en quelque sorte. « J’avais toutes les raisons de retarder l’échéance de t’apprendre la nouvelle. Je savais qu’il adviendrait le moment où j’allais te l’annoncer, mais j’ai préféré laisser jusqu’à la dernière minute pour éviter que tu déprimes où que tu t’inquiètes durant tout ce temps là » et ce n'était pas nécessaire, si l'un de nous deux devait subir pour l'autre, c'était moi, et caressant sa barbe, j’avais retrouvé son regard, pour la première fois, maintenant que j’avais un peu plus de courage pour m’assumer devant lui « je te demande pardon » je ne pensais pas mal comporter avec la situation. Avec les hormones qui me montent à la tête je ne peux pas rester lucide non plus. « Je ne savais pas si ma décision était la bonne ou pas, je n’étais pas sûre de moi, j’étais perdue et j’avais peur de ... tout en fait, mais je ne le regrette pas pour autant » car ma décision, bien qu'intuitive et dénuée de logique, elle nous a quand même préservé pour l’un et l’autre. « Allez mon chéri c’est bon, l’important c’est qu’on s’aime » oui c’était notre moteur à nous et si je peux admettre que j’ai eu mon petit moment de doute concernant sa réaction, jamais je n’aurais douté de son amour et de son attachement envers moi « bah quoi, on peut au moins se targuer d’être les géniteurs d’un des moment les plus culte de cette émission » première tentative de faire de l’humour : amorcée. En plus durant la saison 10. On allait vraiment se souvenir de moi, de nous comme étant les premiers à avoir créater un gosse ici, au sein de l'un des château de William. C’est du jamais vu en dix saisons d’émissions. Limite William il devrait être fier et content pour une fois que son émission ait pu donner naissance à un bébé plus tard. Et puis ouais, mon annonce j’imagine qu’elle occupera la une des journaux people demain, c’est sûr. D’où mon envie de fuir tout ça pour me ressourcer dans un endroit plus calme et plus propice à la gestation. « bien sûr que ouiii mon bébé. Tu sais que je peux jamais me passer de toi, que je pourrais jamais me décoller de toi et si je voulais que tu me suives j’aurais émis le caprice que tu me suives, mais tu seras pas bien utile là où je serais avec mes deux parents grincheux qui devront s’y faire aussi à la perspective d’être des grands-parents maintenant hihi. Reste ici et bats-toi comme un lion. Tu es fort, tu as déjà pété deux secrets mon amour, tu as une grosse cagnotte » aussi grosse que ta queue maintenant « alors bats toi et ramène nous les flouss, on en aura bien besoin pour bâtir la maison que je nous ai dessiné l’autre fois, tu t’en souviens ? » il peut pas l’oublier vu que le dessin trône dans sa collection intime à présent. « tu sais que la victoire finale ne m’intéresse pas. Tu sais que pour moi, j’ai déjà tout gagner en t'ayant toi. Je suis vraiment satisfaite de ressortir avec toi et … » notre bébé, oui voilà faut pas que j’en parle sinon je vais me mettre à chialer, et c’est pas bon pour la suite de mon discours hyper motivant qui mérite de passer avec ceux de Mohammed Ali et Al Pacino dans le panthéon des speech epic. « je vais t’attendre dehors mon cœur. Tu as un travail à finir. Pète autant de secrets que tu peux, valide ta cagnotte et mets toi dans la tête que tu as une copine qui t’aimes par-dessus tout qui t’attends à l’extérieur, et aussi … lui » oui lui, voilà, tu peux le toucher. Même si il est tout petit, il est là, et je plante mon regard dans le sien, consciente que cette fois, c’est moi qui a pris l’ascendant car dans ce petit moment de faiblesse, je me dois d’être là pour lui « promets-moi que tu vas allez jusqu’au bout ? » qu’il va pas vouloir nous rejoindre en écourtant son séjour ici. Il sera pas le bienvenue en tout cas. alors j'espère qu’il va pas prendre de décisions stupides et qu’il se battra jusqu’au bout en faisant tout son possible pour arriver le plus loin. « Voilà mon bébé, c’est ce que j’aime et que je veux entendre venant de toi. Depuis le début j’ai cru en toi. J’ai investi en toi et je sais que j’avais raison de le faire car tu es quelqu’un d’extraordinaire qui n’a plus rien à me prouver maintenant » comme il le disait lui-même, il avait encore deux bonnes raisons supplémentaires de s’accrocher à son aventure et sa cagnotte qu’il se devait de défendre corps et âme. Pour moi, même sans cagnotte, il a tout gagné. Et s’il arrive jusqu’en finale, s’il valide sa cagnotte, ça ne changera rien à l'équation finale ; car plus que n’importe qui, voir le gagnant qui lui ne fera qu’empocher un titre et de l’argent en bonus, lui, il aura gagné une famille. « Tiens, garde cette statuette avec toi » et je lui tends notre oscar du plus beau couple qu’on avait glané un peu plus tôt dans la soirée. « Elle nous représente » plus beau couple de la saison. Ça vaut ce que ça vaut. C’est symbolique et à chaque fois que son regard se posera sur cette statuette, il se souviendra de moi. « mon chéri je dois y aller » on me fait signe que je dois partir, mais je m’en fous totalement et je le serre encore plus contre moi car maintenant que je commence à sentir la séparation arriver, il y’a une larme qui coule sur ma joue « je t’aime je ne serais jamais très loin » pas si je serais toujours dans son cœur « tu vas me manquer » un dernier petit bisou sur le coin des lèvres, une dernière étreinte et ces deux petites minutes arrivaient malheureusement à leur fin. Mais pas la toute fin car ce n'était que le début.

_________________

Je n'ai pas peur de connaître le malheur. Ce que je crains, c'est de savoir que le bonheur passé ne reviendra pas.

Revenir en haut Aller en bas
 

HUITIÈME PRIME [01-03/12 - 20H00]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Trygon Prime
» Les access prime-time
» La Tribune de Laïtus Prime et Epic 40k
» [AIDE] c'est la déprime...je craque....j'hurle...mais je ne pleure pas ..
» Connaissez-vous Logos Prime (Soundblaster) et le manga Beast Wars Reborn?
Page 14 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE :: rez-de-chaussée : niveau 0 - intérieur :: grand salon-
Sauter vers: