PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 363
AVATAR : toby stephens.
ÂGE : 47
LOCALISATION : manchester, uk.

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]   Sam 9 Juin - 20:55


Bonsoir. On ne va pas se mentir, après le petit aperçu que vous avez pu avoir de ma personnalité grâce à la curiosité assumée de ma collègue Pia, personne ne s'attendait probablement à ce que je vous présente une rubrique qui sent bon la douceur et autres "cui cui les petits oiseaux". Mais pas de panique, je n'ai pas non plus prévu d'enfermer les candidats dans le coffre d'une voiture piégée en attendant de voir s'ils sont capables d'en sortir avant la fin d'un compte à rebours. Soyons clairs là-dessus. Ce qui m'intéresse, vous le savez, c'est de les tester. Tester leur potentiel, leur détermination et plus généralement ce qui les aidera à tenir dans un jeu comme celui-là, voire à aller jusqu'au bout. On a beau vous vendre ce genre d'émissions comme un divertissement à l'état pur, tout le monde sait que la bonne entente dure un temps avant que la compétition fasse rage entre les candidats. C'est pour ça qu'il vaut mieux être prêt à tout quand on entre dans ce petit monde impitoyable, et c'est précisément mon rôle de déterminer qui aura le cran d'aller au bout quitte à écraser quelques adversaires au passage, et qui est encore trop tendre pour saisir l'enjeu final.

Vous le savez, j'ai été soldat puis grand reporter spécialiste des terrains de guerre, et aussi paradoxal cela puisse sans doute être pour certains d'entre vous, je ne me suis jamais senti aussi brave et aussi utile que sur le champ de bataille. C'est pour ça qu'aussi dure et lourde de conséquences cette époque ait pu être, il m'arrive parfois de me demander ce que j'aurais peut être pu faire de plus. C'est cette nostalgie assez improbable qui m'a donné l'idée de ma première rubrique : constituer ma propre petite armée parmi les candidats de la saison. Je vous sens sceptiques, et je peux le comprendre. L'idée, rassurez-vous, c'est tout simplement de les juger sur leur capacité à faire des choix risqués et à les assumer, d'estimer leur intrépidité par le biais de questions qui auront pour but de leur faire dire ce qu'ils pensent, sans plus se soucier de ménager des susceptibilités ou de donner d'eux l'image de camarades admirables. On est dans un jeu, si moi j'en suis encore à confondre Elliot et Millie c'est bien qu'on ne peut pas prétendre se connaitre sur le bout des doigts au bout de quelques semaines, alors au diable les courbettes. Mon but n'est pas de créer des scissions au sein du groupe, mais simplement d'identifier les éléments les plus prometteurs : ceux qui ne répondront ni par la facilité ni par des manières derrière lesquelles ils espéreront se cacher, parce qu'un soldat vit dans l'instant, il n'a pas le temps pour ça. J'interrogerai donc deux candidats à chaque fois et valoriserai les réponses les plus risquées, les plus surprenantes parfois, et chaque petite entrevue se terminera par l'attribution d'un score correspondant au degré de prise de risque d'un candidat, et par un grade militaire proportionnel à ce score. Serez-vous un gentil petit troufion ou un lieutenant prometteur ? Tout dépendra de vous, j'ai de la place pour tout le monde.


_________________
i will leave
the light on.
"tell me what's been happening, what's been on your mind. lately you've been searching for a darker place to hide, that's alright."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 264
AVATAR : MarilynLima
MÉTIER : Chroniqueuse extravertie pour TD - season 11

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]   Sam 9 Juin - 21:00




une musique retentit, une fumée blanche fait son apparition au duplex. Au fond, au milieu de la pièce, une ombre noire se dissimule. Alors que la fumée s'estompe, une silhouette se décèle et s'approche jusqu'à se trouver au milieu de la pièce. Vêtue d'une cape noire et d'un casque qu'on devine être celui de Dark Vador, la personne cachant son identité, appuie sur un bouton, présent à la droite du casque et lui permettant de s'adresser au monde.

Je suis le maître... Oh pshhhh.... oh pshhh... Kof kof, je m'étouffe avec ce masque.

Elle le retire, permettant aux présentateurs, chroniqueurs et téléspectateurs de découvrir l'identité de cette Dark Vador revisitée.


Hello hello mes petits petiots ! Heureusement que je suis là ce soir ! Un peu d'animation cela n'a jamais tué personne ! mon imitation était pas mal n'est-ce pas ? C'était un petit remix, petit remake... bref du génie à l'état pur...

Trêve de plaisanterie !

Titiou étant partie faire la belle dans son Italie profonde, je reprends les commandes du pôle audiovisuel - tiens je me fais penser à ma CPE - évidemment ce sera bien plus cool et bien plus fun que la saison dernière. Non parce que le passé, la mélancolie, la nostalgie... c'est mignon un moment et ça sert toujours les audiences, mais il faut laisser la place aux jeunes, pas vrai @William Quincy-Clifford ? Tu sais que tu me kiffe !

Avant de m'étendre sur cette relation totalement interdite que je n'entretiens pas avec votre, notre, maître ? Toujours pas compris s'il était à vous, à nous ou moi ? Il faut que je me re-penche sur la question.

J'annonce officiellement l'ouverture du VIDÉOCLUB DE THROWN DICE. Dès lors que les portes s'ouvriront, chaque semaine, par moi-même, ouais c'est moi qui ai les clés ! Un teaser, un générique, un porno, ah non excusez-moi on est pas sur la bonne chaîne... bref des petites surprises visuels pas trop compliqué à comprendre, vont faire leur apparition... Pour les voir ? Pas besoin de payer, il faudra juste attendre que je fasse ça :

Elle claque des doigts, la lumière s'éteint et l'écran s'allume :



_________________




astra; bb — Money looks better in the bank than on your feet ;; @Girlboss
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1942
AVATAR : rihanna
ÂGE : 30


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 37 500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]   Sam 9 Juin - 21:10



Bonsoir à toutes et à tous ! Le moment est enfin venu pour moi de vous dévoiler une bonne partie de ce que je réserve aux candidats de cette onzième saison de Thrown Dice. Et si je ne dis qu'une bonne partie c'est que j'aimerais conserver un tout petit peu de mystère en ce qui concernera chacun de mes entretiens avec les plus chanceux -ou malchanceux, pour certains- des nouveaux pensionnaires du maître. Et oui, des entretiens particuliers dont l'idée m'est venue en me rendant compte que depuis pas mal de saisons déjà, la production laissait à la disposition des candidats des pièces dignes de salons de massage sans prévoir de personnel qualifier pour s'occuper de tous ces petits malheureux à la peau terne et au dos plein de nœuds. Comme vous l'aurez peut-être donc compris, en plus de ma nouvelle casquette de chroniqueuse, je retrouve d'une certaine façon le chemin des bandes de cire et des huiles apaisantes pour mon plus grand plaisir !

Ainsi, chaque semaine je convierai l'un de vous pour un moment de détente entre mes mains expertes et vous laisserai vous exprimer, déballer votre sac, si le cœur vous en dit dans une atmosphère calme et propice à la confidence. Malheureusement, vous n'aurez pas tous le droit au plus relaxant des massages ou à un soin du visage comme on peut en proposer en institut "traditionnel". Et pour tout vous dire, je ne suis presque pas désolée d'avance pour ceux que je ferai peut-être un poil souffrir, car je vous laisserai toujours le choix entre un soin somme toute classique et quelque chose de plus... exotique ; l'un comme l'autre pouvant s'avérer très intéressant, et plutôt efficaces pour tirer les vers du nez des plus douillets, j'en suis persuadée.

Mais enfin, n'ayez crainte, je ne suis pas là pour vous torturer, en tant que professionnelle, je me soucie de votre bien-être avant tout. J'espère donc vous voir enthousiastes à l'idée de me retrouver dès la semaine prochaine pour découvrir ce qu'il se sera dit et passé lors du premier entretien Sawelle & Care. Quoi qu'il se pourrait que je croise certains d'entre vous à d'autres occasions. (clin d'oeil) Mais pour l'instant, je tiens à féliciter tous les candidats sélectionnés et vous souhaite une excellente soirée !

note hj : les entretiens se dérouleront par messages privés afin de les garder secrets jusqu'aux primes et de ne pas vous imposer un sujet rp supplémentaire qui pourrait s'avérer encombrant.


_________________

    been waitin' on that sunshine, boy
    i think i need that back
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 12665

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]   Sam 9 Juin - 21:20


informations


PRÉNOM : alvaro. AGE : trente et un ans. NATIONALITÉ :  cubain, sous visa britannique. HABITAT : londres, pour les affaires, dans le quartier de chelsea. PROFESSION : auto-entrepreneur à la tête d'un juteux business. ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuel. STATUT SOCIAL : séparé, un enfant. QUALITÉ MAJEURE : persévérant, ne renonce jamais. DÉFAUT MAJEUR : opportuniste, mais pas sans principes.

les petits détails


Si tu étais un péché capital : l'avarice. je veille à ce que les affaires tournent bien, et j'admets avoir un petit penchant pour l'argent mais attention, l'argent durement gagné car sinon il n'a pas de valeur. Si tu étais un jeu de société : sherlock holmes consulting detective. Si tu étais une invention : celle du global positioning system, le géo-positionnement par satellite et donc, accessoirement, des satellites puisqu'ils ont révolutionné notre façon de vivre . Si tu étais une destination de voyage : les caraïbes, d'où je viens. Si tu étais la bande originale de ta vie : whatever it takes, imagine dragons. Si tu étais un pouvoir magique : la chronokinésie, ou manipulation de l'espace-temps. Si tu étais une époque antérieure : l'ère victorienne, qui a vu naitre nombre d'innovations en matière de communication notamment. Si tu étais un gagnant ou ancien candidat de Thrown Dice : mason. il me semble que nous avons plus ou moins la même mentalité.

... pas si petits.


Ce qui rend le Maître unique, c'est d'après toi : Son mystère. La vie en communauté, ce serait pour toi : Une grande nouveauté. La chasse aux secret(s), tu la verrais comme : Une quête difficile mais passionnante. L'amour et Thrown Dice, ça te semble : Contradictoire au plus haut point. Le plus gros danger dans ce jeu, c'est selon toi : Les autres. Remporter l'aventure, ça te semble : Une éventualité à laquelle tu t'accrocheras très fort.





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Des détails, d'accord, mais encore faut-ils qu'ils soient appropriés ici. Croyez-moi il y a des choses me concernant que vous n'avez vraiment pas besoin de savoir, ou bien encore certaines évidences qui ont dû vous sauter aux yeux et qu'il serait presque futile de souligner. Tenez, un détail sans grande importance : il y a quelques années j'aurais été incapable de m'exprimer face à vous dans la langue de Shakespeare. Votre émission existait sûrement déjà lorsque, de mon côté, j'alignais encore péniblement plusieurs mots en anglais. Comme quoi la persévérance est la clé de tout succès. Pour la petite histoire je suis natif de Cuba, l'espagnol est ma langue maternelle et j'ai appris l'anglais sur le tard. J'en maitrise pourtant la plupart des subtilités aujourd'hui, à force de travail mais cet accent me trahira toujours, je n'ai pas pu le dompter entièrement. Et sais bien qu'à cause de lui ce n'était pas la peine de me prétendre né sur le territoire britannique à partir du moment où j'avais prononcé mes premiers mots, vous ne l'auriez pas cru. Car sinon physiquement, il me semble que je pourrais presque faire illusion, non ? Cuba, il faut déjà pouvoir le situer sur une carte pour visualiser. Je vais vous la faire courte pour ce qui est de ma famille, beaucoup de frères et sœurs, peu de moyens, la vie comme on la voit souvent là-bas. On a connu la misère, mes parents se sont beaucoup privés pour que l'on puisse manger au moins une fois par jour. Et je peux vous assurer qu'aujourd'hui je n'oublie vraiment pas d'où je viens. J'aurais pu bâtir toute ma vie à Trinidad, me destiner à une voie toute tracée en suivant la tradition familiale.. j'aurais pu oui, c'est sûr. Pourtant je ne l'ai pas fait. Même dans la précarité, les rêves ont leur place et on n'est pas forcés de subir son sort sans réagir. Je savais de quelle vie je voulais, et surtout de quelle vie je ne voulais pas. J'ai vu mes parents rencontrer de grandes difficultés pour joindre les deux bouts, j'ai aussi surtout vu des jeunes du quartier mal tourner.. moi je ne voulais pas de tout ça. J'ai toujours été entrepreneur dans l'âme, étant très autonome et me fixant sans cesse de nouveaux défis. Une vie pauvre, fade et routinière, ce n'était pas pour moi. Je suis un passionné, et je souhaitais me lever le matin pour quelque chose qui me plairait vraiment, pas pour aller travailler à reculons. Et pas pour récolter trois fois rien en fin de mois. J'ai très vite compris que pour m'en sortir et avoir la vie que je voulais - ou plutôt éviter celle qui m'attendait - j'allais devoir oser, et travailler dur. J'ai monté une affaire à Cuba, avec rien, très jeune. Les débuts n'ont pas été évidents mais mon ambition a payé, et j'ai rapidement récolté les fruits de mes efforts et de mon travail. Et alors que ma vie professionnelle commençait à se développer, il en a rapidement été de même pour ma vie personnelle. Tout est arrivé très (trop) vite là encore, sans que j'ai réellement pu me poser les bonnes questions. Une rencontre, des projets à deux et la fondation d'une famille. Ma vie a été totalement chamboulée en très peu de temps, mais je pensais à tort pouvoir tout concilier. Ce schéma familial n'était au final pas compatible avec mon travail, qui me prenait l'essentiel de mon temps et dans lequel je m'investissais sans limite - contrairement à mon couple. J'ai fait passer mon travail avant tout le reste, et si c'était à refaire je referais la même chose. Car aujourd'hui encore mon business reste ma priorité. J'ai tout sacrifié pour ma carrière, je suis parti de rien et je tire une immense fierté du fait d'en être arrivé là. Je savais que l'on me demandait en quelque sorte de faire un choix, et j'avais cette pression sur les épaules de devoir assumer ce dont je n'avais jamais vraiment voulu. En tout cas pas aussi tôt. Quand les choses sont devenues vraiment impossibles à gérer, j'ai tout quitté. Un changement nécessaire pour mon affaire, mais aussi pour moi-même, j'avais besoin de cet échappatoire-là. De fuir tout ce qui m'était tombé dessus trop vite, même si ça m'a demandé de faire de gros sacrifices. Je vis seul désormais, loin, très loin de la vie de famille que j'avais commencé à construire. Loin de Cuba, loin des miens et surtout loin de mon fils. Il est resté au pays avec sa mère, et c'est sûrement mieux pour tout le monde. Je retourne le voir quand mon travail me le permet, autant dire que je ne suis pas un père des plus présents. C'est pleinement assumé, j'ai laissé mon gamin derrière moi mais je m'assure qu'il ne manque de rien, vous pouvez me croire. Je suis toujours en contact avec ma famille, mon ex-conjointe et  Dario, qui vient d'avoir sept ans. Je lui envois des cadeaux pour son anniversaire et pour Noël, c'est tout ce que je peux lui donner de moi, à défaut d'être présent auprès de lui. M'installer en Angleterre n'a pas été une décision sans conséquences, et je pense que peu de personnes pourraient comprendre les choix que j'ai fait. Laisser femme et enfant derrière soi pour le business, il y a quelque chose d'incompréhensible là-dedans, c'est sûr. Ce n'est pas une situation vouée à perdurer, et viendra sûrement un jour où je délocaliserai à nouveau mon activité pour m'établir sur un nouveau continent. Je suis un baroudeur, et la routine n'est pas pour moi. Il y a trois ans, j'ai entrepris des démarches d'obtention d'un permis de résidence et de travail britannique, pour pouvoir faire ma vie ici, à Londres, pour quelques années tout du moins. J'y ai repris le business que j'avais créé à Cuba, sur lequel je ne m'étendrai pas pour ne pas attirer l'attention sur mon activité - légale, mais se passant bien de toute publicité. Ma vie est faite de challenges à présent, je suis sur le terrain et non pas assis derrière un bureau toute la journée, un mode de vie qui n'était pas envisageable pour moi. C'est ainsi que j'aime vivre, en ne dépendant de rien ni personne d'autre que moi-même. Je me sens libre de mener ma vie comme je l'entends, sans devoir rendre de comptes. Je ne voulais pas d'une existence qui m'échappe, ni être guetté par une crise existentielle à quarante ans. Pour citer W.E. Henley, je suis aujourd'hui maître de mon destin et capitaine de mon âme. Et je dois dire que jusqu'ici ça me réussit plutôt bien.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Il est certain que, lorsque je suis amené à les évoquer, on comprend rarement mes choix et les sacrifices que j'ai pu faire pour mener cette vie-là. Pourtant cette vie je l'ai choisie, et je n'aurais voulu d'aucune autre. Prenez ma famille, ils auraient tous voulu que je reste à Cuba et surtout, que je choisisse une vie beaucoup plus commune. Un métier tout ce qu'il y a de plus modeste, et donc en quelque sorte accepter d'avoir la vie de tout le monde, là-bas. Accepter du coup d'être pauvre, de renoncer à tous mes projets d'avenir, de ravaler mon ambition et j'en passe. Mais il n'en était pas question, et c'est une première chose qui me définit bien je pense : je suis un non-conformiste qui s'assume, et qui le revendique. J'ai toujours visé plus haut que ce qui était à ma portée, et plutôt que de me contenter de rêver, j'ai travaillé dur pour arriver où je voulais. Quitte à y aller carrément au culot parfois, quitte à faire passer mon entourage au second plan. J'y ai parfois perdu, oui, mais j'y ai surtout beaucoup gagné. J'ai été très incompris à ce niveau-là, et lorsqu'on me disait effronté et sans-gêne, moi je répondais que j'étais tout simplement ambitieux. Et l'ambition peut être parfois mal perçue, croyez-moi. Surtout par ceux qui ne se sont jamais donné les moyens d'avoir la vie dont ils auraient pu rêver, et qui se sont contenté de la vie la plus accessible. Mon petit business n'a pas été bien perçu par les habitants de mon quartier à l'époque, vous imaginez j'étais le premier du coin qui réussissait dans quelque chose et qui surtout s'était battu pour ça. Moi je n'ai pas eu peur de vouloir plus, de choisir une voie qui n'était pas toute tracée. Je n'ai pas attendu que la chance décide de me sourire, peut-être, un jour. Non, j'ai créé ma propre chance comme le font les vrais hommes, ceux qui savent ce qu'ils veulent vraiment. L'ambition peut motiver la jalousie parfois, j'ai connu ça aussi. C'est un peu le revers de la médaille, surtout dans un milieu comme le mien et dans mon secteur professionnel. J'ai parfois été considéré comme un petit arriviste arrogant, et c'était sûrement un poil exagéré. Je reconnais quand même que rien ne peut m'arrêter lorsque j'ai un objectif en tête, et que tous les moyens sont bons pour l'atteindre. Il n'y a rien de mal, je pense, dans le fait d'avoir la volonté de réussir et de tout mettre en œuvre pour concrétiser ça. En plus d'être un véritable carriériste, je suis un indépendant attaché à la notion de liberté. Il était pour moi important de ne me mettre aucune barrière et de contourner chaque obstacle qui pouvait se mettre en travers de mon chemin. C'est malheureux à dire mais c'est la raison pour laquelle j'ai laissé ma famille et mon fils derrière moi, avec le mode de vie qui m'attendait je ne pouvais pas m'enfermer là-dedans et je ne voulais pas devoir me justifier chaque fois que je devrais rester travailler tard le soir. Ou partir en déplacement plusieurs semaines. Je n'ai jamais su trouver le bon équilibre entre mon travail et ma vie de famille, alors j'ai décidé que la sphère privée n’empiéterait plus sur la sphère professionnelle. Je ne pouvais pas me contenter de petites ambitions, de petits projets pour réussir à gérer les deux. Et je pense que rares sont les personnes pouvant comprendre comment je raisonne, mes priorités, ma ligne de conduite. Je trouve juste facile de reprocher à quelqu'un son ambition et son désir de réussite. On ne se lève pas un matin avec la vie dont on rêve, on l'obtient en travaillant dur, en sacrifiant beaucoup de plaisirs, de vacances, c'est un investissement énorme mais je ne regrette rien. Dans cette aventure le public et mes camarades me verront comme je suis vraiment. En toute authenticité. Ça plaira ou non, j'imagine que ça dépendra de la mentalité des uns et des autres. J'aurai sûrement droit aux critiques habituelles, concernant le fait que je ne pense qu'à moi, que je devrais prendre les autres davantage en considération. Je n'ai pas franchement pour habitude de penser collectif, mais je ne rêve pas pour autant d'une aventure où je pourrai avancer individuellement du début à la fin puisque j'aime les challenges, et devoir repousser mes limites. Mon individualisme pourra être ma force comme ma faiblesse, de même que mon ambition à toutes épreuves. Ces traits de ma personnalité seront plus ou moins bien perçus, selon les personnes que j'aurai en face de moi. Je ne m'attends pas trop à rencontrer quelqu'un comme moi, qui puisse me comprendre en tous points et en qui je pourrais me retrouver. Mais je serai peut-être surpris, avec vous j'imagine qu'il faut s'attendre à tout.



dévoile ton potentiel


Au cours d'un prime placé sous le signe des secrets, le Maître annonce à tous les candidats qu'ils ont trente minutes pour aller au confessionnal et buzzer la première idée de secret qui leur vient à l'esprit, au risque sinon de voir trois indices être dévoilés sur leur secret. Décides-tu de jouer le jeu ou pars-tu du principe qu'il y a moins de risques à perdre des indices sur son secret qu'à buzzer sans être sûr de soi ? Attends-tu les bras croisés que l'inévitable se produise ou fais-tu en sorte d'éviter cette issue en tentant le tout pour le tout ? La joues-tu passif ou compétiteur ?
Il convient de raisonner un minimum avant de prendre une décision dans une telle situation, on nait tous avec un cerveau alors autant s'en servir. En ce qui me concerne, j'analyserais tout d'abord rapidement mon avancée dans la chasse aux secrets afin de faire ressortir d'éventuelles pistes sur lesquelles j'aurais un début de réflexion et un minimum d'éléments à exploiter. Si par exemple le secret d'un candidat m'inspire bien, et que je sens qu'un buzz pourrait me permettre à ce stade d'éliminer une idée pour pouvoir progresser. Deuxièmement, je me demanderais à quel pourcentage j'estime mon secret en danger à ce moment-là. Est-ce que des indices sont déjà venus fragiliser la protection de celui-ci, est-ce que des candidats semblent en bonne voie pour me percer à jour. Buzzer sans être totalement sûr de moi, je le pourrais pour préserver mon secret, bien sûr. Et parce qu'il faut prendre des risques, et oser. Je ne me verrais surtout pas attendre que trois indices sur mon secret tombent sans rien faire, le but est quand même de le protéger coûte que coûte. À l'arrivée je me déciderais certainement à jouer le jeu, même s'il ne s'agirait pas de buzzer juste pour buzzer dans mon cas. Je le prendrais comme une opportunité d'avancer dans la chasse aux secrets, buzzer un intitulé dans le vent, sans raisonnement derrière, non merci. La précipitation n'empêche pas de réfléchir un minimum. Ça ne me fait pas peur puisque j'ai souvent été amené à agir dans l'urgence, ayant choisi une vie qui va souvent à cent à l'heure et où la tergiversation n'a pas sa place.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de certains de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes plus grands adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Ma réponse risque d'être assez prévisible. Il semble évident que je chercherais à bénéficier de ce grand pouvoir seul. Pourquoi unir nos forces quand ma force à moi est sûrement suffisante ? Je vois cette aventure comme une grande arène au sein de laquelle je devrai avancer par moi-même, sans pouvoir compter sur les autres. Je préfère d'emblée partir avec cet été d'esprit, pour ne pas perdre mon temps à attendre quoi que ce soit de mes camarades. C'est du chacun pour soi, après tout. Vous parlez d'alliés, mais sachez qu'ils n'en seront pour moi que quand ça m'arrangera de les voir ainsi. Dans certaines situations, oui, je pourrais chercher à me rapprocher des bonnes personnes si cela peut m'apporter quelque chose, mais venant de moi ce sera la plupart du temps intéressé, je préfère le dire. Et je pense que j'aurai beaucoup plus à gagner en me la jouant solo la plupart du temps, quand même. Par exemple dans cette situation que vous décrivez, je pense pouvoir me dépatouiller seul. Je ne suis pas de ceux qui se reposent sur les autres notez-le bien, moi j'avance seul, je saisis chaque opportunité qui m'est donnée et je fais en sorte d'en profiter avant tout le monde. Si tu n'as pas le culot qu'il faut pour devancer tes adversaires, c'est toi que l'on devancera. Moi je n'ai pas de temps à perdre à attendre mes camarades sur la ligne d'arrivée, je préfère la franchir seul pour ne jamais cesser d'avancer vers mon objectif final. Je n'ai pas prévu de me la jouer asocial ni de cracher sur le moindre lien pouvant se tisser avec les autres, je garderai simplement à l'esprit mon propre intérêt parce qu'à mes yeux on ne peut pas raisonner et avancer à plusieurs dans pareille aventure. C'est ma façon de voir les autres. La victoire est individuelle, et il n'est certes pas exclus de faire quelques affiliations intelligentes en chemin, mais jamais inutilement et sans que cela puisse me profiter directement. La collaboration n'est jamais impossible, en revanche si je ne peux pas en tirer directement bénéfice pour ma pomme, je n'en perçois pas l'intérêt. Il faut savoir dès le départ si on compte uniquement sur soi-même pour aller au bout, ou si on aura toujours besoin des autres pour se frayer un chemin dans ce jeu. Pour ma part j'ai d'ors et déjà choisi mon camp. Je sais où je vais.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu des deux boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra automatiquement. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination d'office, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
Allié ou pas, chaque candidat est avant tout un adversaire à partir du moment où on décide de prendre le jeu au sérieux. Pourquoi me tirer une balle dans le pied pour lui permettre de rester une semaine de plus dans l'aventure ? La seule difficulté pour moi ici résiderait dans le fait de convaincre ce candidat de choisir la boite contenant la nomination d'office. Le persuader de ma bonne foi ne serait peut-être pas chose aisée, surtout si j'ai déjà eu l'occasion avant ça de faire primer mon individualisme. Mais il faut tenter, de toute façon. Une chose est sûre, à aucun moment je n'hésiterai sur qui doit écoper de la nomination, et qui doit obtenir l'immunité. J'aurais cet avantage de connaitre le contenu des deux boites et de pouvoir manipuler à ma guise cet adversaire, autant l'exploiter comme il se doit pour en ressortir gagnant dans cette histoire. Je pense qu'on a pas le temps de penser aux autres et qu'on ne peut surtout pas se permettre d'écoper d'une nomination d'office pour protéger quelqu'un. Rien ne vaudrait de prendre un tel risque, à mes yeux. Je devrais faire passer ce candidat avant moi, alors que dans la même situation il n'hésiterait peut-être pas à me la faire à l'envers aussi ? Il vaut mieux prendre les devants, et profiter d'un tel avantage quand il te tombe entre les mains. Comment hésiter lorsque tu as le choix entre prolonger ton aventure en toute sécurité, et t'handicaper pour préserver quelqu'un d'autre. J'estime que c'est la bonne décision à prendre lorsqu'on est doté d'un minimum de bon sens et d'esprit de compétition. Comme je l'ai dit, je ne peux pas me permettre de penser toute mon aventure en fonction des autres sinon je n'ai vraiment pas fini.



informations


PRÉNOM : poppy. AGE : 19 ans NATIONALITÉ : anglaise HABITAT : manchester. PROFESSION : étudiante ORIENTATION SEXUELLE : pas encore définie STATUT SOCIAL : célibataire QUALITÉ MAJEURE : générosité DÉFAUT MAJEUR : naïveté

les petits détails


Si tu étais un péché capital : gourmandise Si tu étais un jeu de société : le docteur maboul Si tu étais une invention : je serais un coussin, moelleux, bien confortable Si tu étais une destination de voyage : un endroit au soleil, hm les bahamas ? parce que je rayonne! Si tu étais la bande originale de ta vie : survivor - Destiny's Child Si tu étais un pouvoir magique : ça serait le pouvoir de guérison sans hésiter Si tu étais une époque antérieure : pas très loin, les années 60, pour vivre le mouvement hippie. peace and love ma soeur Si tu étais un gagnant ou ancien candidat de Thrown Dice : luca, une femme fatale, qui s'assume. J'aimerais être plus comme elle et moins...moi quoi.

... pas si petits.


Ce qui rend le Maître unique, c'est d'après toi : Son mystère. La vie en communauté, ce serait pour toi : Un challenge La chasse aux secret(s), tu la verrais comme : Une quête difficile mais passionnante  L'amour et Thrown Dice, ça te semble : Compatible dans certains cas Le plus gros danger dans ce jeu, c'est selon toi :  Soi-même Remporter l'aventure, ça te semble : Un projet fou et irréalisable





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Euh...coucou? Je... C'est impressionnant d'être devant vous là quand même. Mais euh...allez...Poppy, tu te reprends ! Qui suis-je ? Bah vous savez parfois je ne le sais pas moi même mais...Enfin j'ai 19 ans. Un bébé sans doute. Quoi que ça me paraît plus normal à mon age d'auditionner à ce jeu que des trentenaires vous croyez pas ? Ils sont censé avoir une vie, une famille, un boulot tout ça. Alors que moi, bah, je débute dans le monde des adultes. Je suis jeune, sans responsabilités, je suis là pour profiter, m'amuser. Je finis tout juste le lycée là, normalement si tout va bien, dans pas longtemps je suis diplômée. Je me dis qu'avant d'entrer à la fac, bah je peux m'éclater un peu nan ? J'ai passé beaucoup de temps à l'hôpital durant mon enfance alors j'ai pas mal de choses à rattraper. J'ai pas envie de vous faire pleurer dans les chaumières tout ça tout ça, alors on va passer cette partie de ma vie. Maintenant je vais bien, je suis en forme, et c'est tout ce qui compte. Je suis fille unique, à mon plus grand désarroi. J'aurais adoré avoir un frère ou une sœur avec qui jouer, mais bon c'est comme ça, c'est la vie. Je vis avec mes parents, bon en même temps je suis encore au lycée donc ça me paraît un peu normal. Je leur ai pas encore dit que je tente ma chance, car je sais qu'ils seront pas du tout content et qu'ils voudront m'en dissuader. Ils sont un peu trop surprotecteur avec moi. Alors bon ça sert à rien de leur en parler tant que je suis pas prise, et vous devez en voir passer des candidats, alors la probabilité que vous me sélectionnez...Soyons réaliste! Mais bon rien qu'être devant vous là c'est un kiff. Je n'aurais jamais cru ça possible, mais la vie est faite de plein de surprises. Cela va me faire une anecdote à raconter aux copines, elles vont être jalouses. D'ailleurs vous voulez pas qu'on prenne un selfie là pour leur montrer ? Holala pardon pardon, je m'emporte un peu trop, je dois vous saouler là... Je... Non mais c'est quand je suis nerveuse je raconte n'importe quoi. Je vous ai dis où j'habitais ? Non forcément j'oublie tout même les bases. Je vis dans une banlieu chic de manchester, une petite maison sympa, un grand jardin, une piscine...Papa c'est un architecte de renom, et maman c'est une artiste, elle est peintre, alors du coup bah on a plein d'argent. Heureusement parce que les frais médicaux, c'est pas donné. Je m'en serais voulu si en plus de leur donner des cheveux blancs, je les aurais mis sur la paille, vous vous rendez compte.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Je crois être quelqu'un de bien. J'essaie de l'être en tout cas. La vie m'a donné une seconde chance, ce n'est pas pour la gâcher. Les gens diront de moi que je suis gentille, même trop gentille. Je pense que cela peut être ma principale faiblesse. On pourrait s'en servir contre moi. Je risque de me faire marcher sur les pieds si je ne fais pas attention et que je tombe sur des gens mal-intentionnés. C'est aussi ça mon problème, j'ai tendance à voir le bien partout et donner ma confiance assez facilement. Je suis certainement restée trop longtemps dans ma bulle, à l'écart de tout. Mais je pense que ça me rend attachante aussi, non ? Et puis je préfère être trop naïve et gentille qu'une garce sans cœur. Après ce qui me fait cruellement défaut aussi c'est la confiance. Je suis loin de ces nanas canons sûres d'elle, qui dès qu'elle met un pied dans la pièce, tous les regards convergent vers elle. Je suis assez impressionnable, je trouve tout le monde plus beau, plus drôle, plus ceci, plus cela... En même temps c'est vrai, je veux dire déjà physiquement, on va dire que je suis mignonne, mais c'est tout. C'est clairement pas sur moi que les mecs vont fantasmer derrière leur écran de télévision. Après c'est pas plus mal, parce que l'idée que des inconnus puissent avoir de telles pensées sur moi...c'est très dérangeant et gênant. De toute façon moi dès qu'on parle de sexe je commence à rougir comme une écrevisse et...Euh... Pourquoi j'en parle du coup ? Vous savez, je suis plus du genre fleur bleue romantique qui croit encore au prince charmant. En même temps encore heureux parce que si à mon âge je suis déjà désabusée de l'amour ça serait inquiétant. J'ai toujours en exemple mes parents, j'aimerais vivre un amour aussi fort que le leur. Celui avec un grand A. Et avoir une ribambelle d'enfants. Même si ça...je sais que ça va être compliqué pour moi. Au pire j'adopterais. Je le sais que je suis fais pour être mère, bon pas tout de suite je suis pas folle, mais genre aux alentours de mes 25 ans, je pense que ça serait l'âge idéal pour commencer. J'ai encore le temps de voir venir de toute façon. Une chose après l'autre. Les études d'abord, le pouponnage plus tard. Puis a la place j'ai un chien, un colley, il est trop trop adorable. C'est mon meilleur ami, je l'ai depuis que j'ai 7 ans, il ne m'a jamais quitté. On en a vécu des choses lui et moi. Il se fait un peu vieux maintenant, il traîne la patte, mais c'est un robuste, il est comme sa maîtresse ! Je crois que c'est lui qui me manquera le plus si vous me prenez – désolée maman et papa !



dévoile ton potentiel


Au cours d'un prime placé sous le signe des secrets, le Maître annonce à tous les candidats qu'ils ont trente minutes pour aller au confessionnal et buzzer la première idée de secret qui leur vient à l'esprit, au risque sinon de voir trois indices être dévoilés sur leur secret. Décides-tu de jouer le jeu ou pars-tu du principe qu'il y a moins de risques à perdre des indices sur son secret qu'à buzzer sans être sûr de soi ? Attends-tu les bras croisés que l'inévitable se produise ou fais-tu en sorte d'éviter cette issue en tentant le tout pour le tout ? La joues-tu passif ou compétiteur ?
Oh bah je fonce direct au confessionnal, pour sur. 3 indices sur mon secret, ça serait juste énorme ! Le but c'est quand même de le garder le plus longtemps possible non ? Et si le prix a payer c'est seulement un buzz au confess, et 5000£, franchement, ça va. Puis qui sait au passage, ça pourrait être le moyen de me pousser à confirmer une théorie que je n'aurais jamais osé valider moi même ayant trop de doutes. Dans tous les cas ça ne pourra que me faire avancer dans ma chasse aux secrets. Et sur un malentendu on sait jamais, je pourrais même viser juste.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de certains de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes plus grands adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Je collabore avec les autres, sans hésiter. De toute façon, je la trouverais probablement pas toute seule, alors autant unir nos forces et augmenter mes chances. Et puis je serais heureuse d'avancer main dans la main avec des candidats que j'apprécierais et avec qui j'aurais noué de vrais liens. Je suis là pour le jeu, mais aussi et surtout l'aventure humaine. Donc hors de question de rester dans mon coin tel un loup solitaire, non non. L'isolement je l'ai trop longtemps vécu pour avoir envie de le retrouver.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu des deux boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra automatiquement. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination d'office, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
J'aimerais vous répondre que je vais choisir la stratégie. Je sais que c'est un de mes problèmes, on me répète souvent que je devrais penser à moi un peu, au lieu de toujours placer les autres en premier. Donc j'ai envie de vous dire que je vais réussir à me la jouer stratège, et privilégier mon jeu, en faisant tout pour que la personne choisisse la boite nomination. En gros, faudrait que je lui dise de me faire confiance – on me donnerait le bon dieu sans confessions après tout – et de choisir la boite que je lui propose. Donc ça c'est la théorie, mais bon le truc c'est que je me connais, je m’attache très vite aux gens et je n'aime pas faire du mal, alors je vais vouloir me sacrifier. Enfin on sait jamais... peut être que je vais me découvrir des talents de grande joueuse impitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 12665

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]   Sam 9 Juin - 21:32



Cette saison, la production souhaite axer l'aventure sur la compétition plus que jamais, et ce sont nos candidats qui seront les principaux acteurs de la dernière innovation pensée et mise en place dans cette optique. Un concept inédit dans Thrown Dice, et qui pourrait bien tourner au casse-tête pour plus d'un participant. Chers candidats, sachez que vous avez tous passé à votre insu un test social et psychologique durant votre entretien avec les recruteurs, lors des castings. Le but de ce test était de faire ressortir, parmi les autres participants retenus, celui avec lequel vous seriez le plus compatible du point de vue du jeu - en somme, ce test a permis de créer dix binômes de jeu.

Votre mission sera donc double durant les prochaines semaines : démasquer vos camarades pour trouver leurs secrets, mais également mener une chasse parallèle pour trouver cette fois-ci votre alter égo d'aventure. Ce joueur avec qui, selon le test de compatibilité effectué pendant les castings, vous formez un match parfait. Il est important de préciser qu'en aucun cas il ne s'agit de compatibilité amoureuse, vous le savez seul le jeu a son importance pour la production et ce sont bien des binômes de compétition qui devront être démasqués cette saison.

La problématique sera donc la suivante : quel est le joueur avec lequel vous êtes le plus compatible ? Est-ce pour autant prévisible, ou cela a-t-il été déterminé selon des critères que vous n'imaginez pas ? Sachez que trouver votre binôme de jeu ne sera pas chose facile, et vous allez vous en rendre compte, la production ne vous facilitera vraiment pas la tâche.

Chaque fin de semaine (toutes les 2 semaines irl) une cérémonie aura lieu dans une pièce nommée la test machine, un lieu où vous aurez l'occasion de tester votre compatibilité avec le joueur de votre choix afin de savoir si oui ou non, il s'agit d'un match parfait. Mais vous n'aurez pas tous l'occasion de tenter votre chance à la Test Machine, puisque chaque semaine seuls quatre binômes en auront la possibilité. Les candidats qui se seront manifestés le plus vite, pour réserver leur place. Les autres devront quant à eux attendre la prochaine cérémonie. Une difficulté supplémentaire vous attend, et devrait vous convaincre de bien réfléchir avant de vous précipiter sur la Test Machine : en cas de mauvais match, si vous ne trouvez pas votre binôme de jeu attitré lors de ladite cérémonie, vous écoperez d'une demi-nomination. Et en cas de deuxième erreur plus tard dans l'aventure, une seconde demi-nomination donnera lieu à une nomination d'office qui prendra effet immédiatement. Ainsi au bout de deux mauvais matchs, vous vous retrouverez sur la sellette. Il vaudra donc mieux réfléchir en amont au candidat avec lequel vous présenter à la Test Machine, une proposition faite à la légère pourrait être lourde de conséquences.

Évidemment, tout candidat ne démontrant aucun intérêt pour la quête des binômes de jeu en sera sanctionné. Vous devez tous vous y investir, car de sacrés avantages attendront ceux qui auront trouvé leur binôme de jeu avant la fin de la saison. Sachez aussi qu'il est vraiment dans votre intérêt de trouver votre binôme le plus tôt possible dans l'aventure, afin de pouvoir avancer à deux avec certains avantages. Ces avantages vous seront détaillés dans le sujet explicatif du forum de la Test Machine, disponible en fin de soirée.

Trouver votre alter égo d'aventure pourrait bien bouleverser vos relations existantes, et vous réaliserez qu'il vaudrait mieux privilégier un tel lien à tous les autres tissés pendant la saison puisque votre aventure sera différente en fonction de vos priorités. Comme une sorte de devoir pour tout vrai compétiteur, cette quête devrait vous prouver qu'ici le jeu est toujours censé primer sur les sentiments.

Et parce que la compétition reste le maître mot dans Thrown Dice, une fois votre binôme de jeu trouvé les questions suivantes se poseront forcément : Lequel des deux sera le meilleur compétiteur, le point fort du binôme et possiblement le plus susceptible d'aller loin ? - Lequel des deux incarnera un vainqueur potentiel ? - Qui s'imposera sur l'autre dans cette compétition après avoir possiblement avancé à deux pendant des semaines ? Car même si vous pourriez être amenés à vous serrer les coudes pendant cette aventure, il faut se rappeler que la victoire, elle, est individuelle et que même en ayant un binôme de jeu en finale, il y en aura forcément un pour triompher sur l'autre. Sachez donc tirer les avantages de ces binômes à temps, et faire votre chemin en solo au moment le plus propice.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 12665

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]   Sam 9 Juin - 21:40


informations


PRÉNOM : Rose. AGE : Vingt-cinq ans. NATIONALITÉ : Plus anglaise qu'un Queen's Guard. HABITAT : Entre son Surrey natal et Chessy, où vit une certaine souris avec de grandes oreilles. PROFESSION : Ancienne couturière au sein de l'Atelier Couture du Parc Disneyland Paris, devenue depuis peu l'un des visages de la Princesse Belle lors des parades et rencontres avec le public. ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle. STATUT SOCIAL : Célibataire. QUALITÉ MAJEURE : Optimiste. DÉFAUT MAJEUR : Légèrement obsessionnelle.

les petits détails


Si tu étais un péché capital : La gourmandise, et encore plus depuis que je suis entourée de pommes d'amour et de barbes à papa toute la journée. Si tu étais un jeu de société : Mon Trivial Poursuit Disney, que je pense toujours à emmener dans ma valise. Si tu étais une invention : La machine à coudre, en toute objectivité bien sûr. Si tu étais une destination de voyage : La France, je crois bien que j'en suis tombée amoureuse. Leur langue, leur vin, leur gastronomie... je pensais que c'était des mythes. Si tu étais la bande originale de ta vie : Beauty and the Beast (Tale as old as time), dans toutes ses versions mais surtout celle de Celine Dion et Peabo Bryson. (x) Si tu étais un pouvoir magique : Celui d’exaucer les vœux, comme le Génie d'Aladdin. Je donnerais aux autres ce qu'ils désirent vraiment car parfois le vrai bonheur ne tient qu'à un seul vœu. Si tu étais une époque antérieure : Le XIXe siècle, pour ses belles et grandes robes à volants, dans lesquelles j'aurais adoré pouvoir danser une valse. Elles sont une vraie inspiration pour moi. Si tu étais un gagnant ou ancien candidat de Thrown Dice : Quelqu'un d'un peu singulier, avec son propre petit univers, comme Alessia.

... pas si petits.


Ce qui rend le Maître unique, c'est d'après toi : Son style so british. La vie en communauté, ce serait pour toi : Une grande nouveauté. La chasse aux secret(s), tu la verrais comme : Une quête difficile mais passionnante. L'amour et Thrown Dice, ça te semble : Compatible dans certains cas. Le plus gros danger dans ce jeu, c'est selon toi : Soi-même. Remporter l'aventure, ça te semble : Un projet fou et irréalisable.





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Bonjour, moi c'est Rose. J'ai vingt-cinq ans. Et oui, avant que vous posiez la question, c'est vraiment le nom qu'on m'a donné à la naissance et pas un pseudo qui cache en réalité un prénom difficile à porter. (rires) Et c'est tant mieux, parce que je l'aime ce nom. C'est ma mère qui l'a choisi, parce qu'il lui rappelait un célèbre conte dans lequel un Prince est victime d'une terrible malédiction liée à une rose enchantée. La Belle et la Bête, vous connaissez probablement. Si c'est le cas, vous savez sûrement que c'est la jolie Belle qui finit par délivrer le Prince de son sort en dépassant ses préjugés et en tombant amoureuse de lui. Belle, le genre d'éternelle sentimentale qui peut aujourd'hui vous sembler crédule et idéaliste, mais qui laisserait rêveuse n'importe quelle petite fille. Et puis, parfois, il arrive que cette petite fille grandisse et garde dans un coin de sa tête l'espoir qu'elle connaîtra un jour elle aussi l'amour vrai et désintéressé. Parce que si vous devez savoir une chose à mon sujet, c'est que je ne suis pas très différente de l'enfant qui autrefois se nourrissait de contes de fées ou imaginait qu'elle finirait par épouser le jeune Prince Harry dans une grande robe blanche. Dommage, le destin en a voulu autrement ! (rires) J'ai comme qui dirait gardé une part de mon âme d'enfant, mais je vous assure qu'il est tout à fait possible de tenir une conversation d'adulte avec moi. Mais si vous voulez savoir d'où me vient cette tendance à refuser de grandir complètement, je crois que tout a commencé le jour où j'ai perdu ma mère. J'étais très jeune, un peu trop jeune sans doute pour comprendre qu'elle était très malade et qu'elle ne resterait pas éternellement avec nous. Elle a succombé à une longue maladie dans les bras de mon père, et je crois que ni lui ni moi ne nous en sommes jamais vraiment remis. Et je crois que c'est ce qui nous a rendus si proches tous les deux, je n'ai longtemps eu que lui et il n'a longtemps eu que moi. J'ai grandi dans un petit village du Surrey, à Chiddingfold, dans une petite maison à briques rouges où on ne roulait pas sur l'or mais où on n'a jamais manqué de rien. Mon père a toujours beaucoup travaillé pour me nourrir, ce qui fait qu'il ne pouvait pas toujours passer beaucoup de temps à la maison. Alors j'allais souvent prendre l'air pour ne pas rester toute seule, pour essayer de me faire des amis ou simplement profiter de la campagne, et c'est comme ça que j'ai rencontré Miss Stuart, chez qui j'ai passé beaucoup de temps lorsque j'étais adolescente et grâce à qui j'ai découvert la couture. Elle avait une vieille machine à coudre avec laquelle j'adorais modifier mes robes, les rendre uniques, différentes de toutes les autres. Au départ c'était simplement pour m'occuper, et puis un jour elle m'a parlé d'une école de Mode à Londres qui pourrait me former pour de vrai, et c'est comme ça que j'ai su qu'elle croyait en moi. Ça n'a pas été facile de quitter la maison du jour au lendemain. Je ne voulais pas laisser mon père tout seul, mais c'est lui qui a insisté pour que je parte faire cette école, pour vivre enfin mon rêve. Alors je suis partie et c'est là que tout a changé pour moi. J'ai découvert la grande ville alors que je n'étais jamais sortie de mon petit village. Tout y était si grand, si vivant, si effréné ! C'était un autre mode de vie, une autre mode aussi (rires). Les filles de la ville avaient un point de vue tellement moderne, tellement actuel, j'avais l'impression d'avoir vécu dans une bulle toute ma vie. Ou même, d'avoir franchi un passage temporel. Parce que moi, ce que j'aimais toujours créer, c'était de grandes et longues robes comme celles des grands bals d'autrefois. Le genre qui virevoltent et vous donnent l'apparence d'une princesse. Je me suis forcément faite un peu remarquée à cause de ça, mais je crois que c'est aussi ce qui m'a démarqué, d'une certaine façon. J'ai finalement eu mon diplôme, et alors que je ne savais pas ce qui se passerait pour moi ni si je trouverais du travail à Londres... j'ai eu une proposition inespérée d'un célèbre parc d'attractions européen. En France ! Ils recherchaient plusieurs couturières pour intégrer leur atelier et réaliser les costumes de leurs spectacles. J'ai peut être hésité une seconde en pensant à mon père qui risquait de ne pas me revoir avant un certain temps, mais je savais qu'il ne me pardonnerait jamais d'avoir laissé passer une occasion comme celle-ci. Alors j'ai sauté dessus, et c'est là que j'ai découvert cet endroit fantastique où les contes de fées prennent vie et où les princesses sont plus vraies que nature. Je n'avais jamais été à Disneyland Paris avant, même si je connaissais tous leurs films, dans mon village on ne parlait pas vraiment de ce genre d'endroits, et je ne peux pas m'empêcher de me dire que la petite Rose d'il y a vingt ans aurait été la plus heureuse du monde dans un lieu pareil. Mais la Rose d'aujourd'hui a eu la chance d'y décrocher un poste, et à partir de là c'était comme si toute ma vie prenait tout à coup son sens. Parce que je savais tout au fond de moi que j'étais née pour baigner dans cet univers, qu'il avait toujours fait partie de moi. J'ai donc rejoint l'Atelier Couture Disney où j'ai commencé à confectionner et retoucher les costumes des parades. Un travail plutôt stressant, car très rapide, mais que je faisais toujours avec le sourire aux lèvres. Et c'est comme ça qu'en l'espace de deux ans, j'ai troqué les petites rues de mon village contre les grandes allées de Disneyland Paris. Mais le rêve ne s'arrête pas là ! Un jour, j'ai entendu dire que le coordinateur de la parade cherchait plusieurs filles pour revêtir les costumes des princesses pendant le grand défilé des personnages. Avec une de mes collègues, on s'est prises à rêver d'être une de ces filles, ne serait-ce que le temps d'une journée... Parce que c'était magique de concevoir toutes ces robes, mais que ce le serait encore plus de pouvoir les porter ! Alors une après-midi, on s'est mêlées aux postulantes en espérant que la chance nous sourirait. Les critères de sélection étaient très stricts : on devait mesurer une certaine taille, bouger d'une certaine manière, sourire en permanence... Mais on était tellement motivées ! Et puis, étant déjà Cast Members, on connaissait l'envers du décor. Je me souviens, l'un des casteurs s'est même étonné lorsque je lui ai dit que j'étais couturière à l'Atelier, parce que c'était une bonne place et que les conditions de travail d'un « Character » étaient d'après lui plus difficiles. Mais ce casting, c'était comme une deuxième évidence pour moi, un peu comme si tous les choix que j'avais pu faire ces deux dernières années m'avaient précisément menée à ce moment de ma vie. On m'a alors fait essayer plusieurs costumes, ceux qui correspondaient à ma taille (1,70 m) et à mon apparence physique, et on a fini par me proposer de tenir le rôle d'Ariel (avec une perruque du plus bel effet) ou bien celui de Belle. Autant dire que mon choix était fait dès la seconde où j'ai essayé pour la première fois cette grande robe jaune qui m'a ramené au jour où j'ai pour la première fois regardé La Belle et la Bête, en pensant à ma mère. J'ai choisi Belle, bien sûr, parce qu'au-delà du fait qu'elle me rappelait ces moments, je crois qu'elle a aussi toujours été comme un modèle pour moi, une sorte d'alter-ego à qui je me suis toujours identifiée. Après tout, plus j'y pense et plus je trouve que nos histoires se ressemblent dans le fond : elle aussi a perdu sa mère très jeune et a grandi auprès de son père dans un petit village dont elle n'est jamais vraiment sortie. Ce qui est sûr, c'est qu'on ne sait pas ce qu'est une femme comblée tant qu'on ne m'a pas vu défiler dans mon costume de Belle au milieu des passants ! Quel dommage qu'Emma Watson soit passée avant moi, j'aurais adoré faire ça sur un écran géant. (rires) Mais je crois que ce que je préfère, c'est la douce naïveté des enfants qui les empêche de voir que plusieurs personnes se partagent en réalité les costumes qu'ils regardent passer avec des étoiles plein les yeux. J'adore l'idée de ne voir le Monde que sous son meilleur jour, tel qu'on aime tout simplement le voir : le reste est souvent bien triste.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Alors ça, j'avoue que c'est une question que je ne me pose pas tous les jours. Mais à première vue, je suppose que je ne ressemble pas à la plupart des filles qui viennent se présenter à vous. Je suis sûre que si nous nous étions croisés dans un autre contexte, vous n'auriez jamais pensé à moi pour participer à votre émission, et je ne peux pas vraiment vous en vouloir : je ne donne pas toujours l'impression de vivre avec mon temps. Je suis la petite anglaise typique qui abuse du thé, qui se passionne pour la vie de la famille princière, qui raffole des comédies romantiques... et de Hugh Grant ! (rires) C'est probablement le lot de toutes celles qui ont grandi loin des grandes villes, là où tout le monde se connaît et où on ne mène pas toujours une vie extrêmement trépidante. Et justement, moi j'ai toujours été le genre de fille à rechercher l'aventure, la nouveauté, et à vouloir élargir mes horizons. J'étais heureuse à Chiddingfold, mais je crois que j'ai toujours été beaucoup trop curieuse de tout pour m'y épanouir éternellement. Comme Belle, je suis une rêveuse née, qui a sûrement passé plus de temps à fantasmer des histoires qu'à essayer de les vivre. Une passionnée de lecture aussi, d'histoires plus généralement, qui pourrait passer tous ses week-ends à bouquiner ou à visionner des films tant que ça lui permet de voyager toujours plus loin. Ce sont toutes ces choses qui petit à petit m'ont donné le goût de l'évasion, et c'est peut être pour ça que ma soif d'aventure a fini par se heurter aux maigres perspectives qui m'étaient offertes. Et par les dépasser. Un esprit libre qui a longtemps vécu en décalage avec les autres, voilà ce que je dirais pour me définir. Quant aux autres justement, je crois qu'ils m'ont toujours vu comme quelqu'un d'assez étrange, qui courait après quelque chose qui leur échappait quelques peu. Une fille un peu fantasque et tête en l'air, pas très rattachée à la réalité et qui donnait l'impression de ne pas toujours être toute seule dans sa tête (rires). Et je dois leur reconnaître ça : ils m'avaient plutôt bien cernée, en tout cas pour ce qui est d'aimer rêvasser. Pour le reste, je vous laisse seuls juges ! Ce qui est sûr, c'est que ça n'était pas facile pour moi de me faire des amis au village, parce que la plupart des jeunes gens de mon âge aimaient passer leurs soirées au pub du coin, à faire des jeux ou à regarder des matchs de foot, là où je préférais bien souvent les têtes-à-têtes avec ma machine à coudre. L'ironie du sort, c'est qu'il aura fallu attendre mon arrivée à Londres pour que je sympathise enfin avec quelques filles de ma génération. Bien sûr, le choc des cultures a été rude, mais pour quelqu'un qui n'avait toujours vu Londres qu'à travers un écran je suis fière de dire que je ne me suis presque pas perdue ! En tout cas, ces filles m'ont comprise mieux que beaucoup de gens en dehors de mon père n'en avaient jamais été capables, y compris concernant ma passion pour Belle. Peut être parce que la Belle et la Bête a une notoriété différente à Londres, qu'on trouve beaucoup d'articles dérivés des films dans les magasins, et que tout à coup je n'étais plus seulement la fille bizarre qui chantonne Tale as old as time à longueur de temps. (rires) J'ai donc longtemps été solitaire malgré moi et quelques peu victime de la première impression que je pouvais donner aux autres, mais je n'ai paradoxalement jamais été capable de juger avec autant de vigueur que j'ai pu moi-même être jugée. S'il y a une chose que j'aime tout particulièrement chez Belle, c'est sa capacité à voir plus loin que les apparences et à savoir dépasser ses préjugés même quand la personne face à elle ne se laisse pas facilement apprivoiser. Elle a su voir le prince qui se cachait sous la Bête, et moi-même j'essaie toujours de voir avec mon cœur plutôt qu'avec mes yeux. Je suis plus généralement une optimiste née, qui aime voir la vie en plusieurs dimensions et le verre à moitié plein. On pourrait croire qu'il n'y a rien de plus simple, mais ça ne protège pas pour autant de l'actualité souvent très sombre qui nous tombe tous dessus. J'essaie simplement dans ces moments-là de vivre dans l'instant présent et de me concentrer sur ce qui va bien, sur tout ce qui mérite que je souris et m'estime chanceuse. J'ai aussi l'âme d'une idéaliste doublée d'une romantique, qui se nourrit de fins heureuses et aime croire que quelque part une « happy end » attend chacun d'entre nous. Quant à l'aventure, je pense être plutôt facile à vivre et j'essaie toujours de me munir de bons conseils, alors j'espère bien avoir une chance de concourir pour le titre de la colocataire idéale... à défaut d'être celle que tout le monde redoutera au début. Je tente ma chance par attrait pour l'inconnu et les découvertes, mais j'espère aussi insuffler un peu de ma positivité et de ma fantaisie dans le jeu. Si on me voyait comme une force tranquille, je crois que ça m'irait très bien.



dévoile ton potentiel


Au cours d'un prime placé sous le signe des secrets, le Maître annonce à tous les candidats qu'ils ont trente minutes pour aller au confessionnal et buzzer la première idée de secret qui leur vient à l'esprit, au risque sinon de voir trois indices être dévoilés sur leur secret. Décides-tu de jouer le jeu ou pars-tu du principe qu'il y a moins de risques à perdre des indices sur son secret qu'à buzzer sans être sûr de soi ? Attends-tu les bras croisés que l'inévitable se produise ou fais-tu en sorte d'éviter cette issue en tentant le tout pour le tout ? La joues-tu passif ou compétiteur ?
Oh, je vois. On peut dire dire qu'avec vous, on plonge directement dans le grain bain. Mais allons-y. Alors, me connaissant, j'aurais sûrement un peu de mal à trouver une idée concrète en si peu de temps, et comme je ne suis pas non plus la fille la plus confiante du monde, je la trouverais probablement mauvaise quelle qu'elle soit. Mais pour éviter de perdre trois indices sur mon secret, je crois que je serais capable de vous trouver n'importe quelle idée, et même de me rendre au confessionnal à cloche-pied s'il faut ! Bien sûr je préférerais avoir une idée lumineuse et déclencher le buzzeur parce que je serais vraiment sûre de moi, mais dans la vie avouez que les illuminations arrivent rarement au moment où on en aurait le plus besoin. Alors oui, je crois que je tenterais ma chance avec la première idée un tant soit peu réaliste qui me passerait par la tête – après tout, pourquoi pas – en espérant quand même qu'il y en ait une ou deux encore pires que la mienne pour me voler la vedette. (rires) Parce que William ne mettrait probablement pas en jeu des indices s'ils n'étaient pas relativement dangereux, et qu'il n'y aurait pas pire humiliation que de rester les bras ballants pendant que tout le monde s'active pour défendre son secret. Je crois savoir que dans ce genre de jeux on cherche un peu tous les prétextes pour vous éliminer, alors autant rayer « trouillarde » de la liste de mes potentiels futurs défauts. Et puis, question de bon sens : me tromper sur un intitulé me coûterait sûrement moins cher que si je devais perdre toute ma cagnotte parce que mes indices m'auraient trop mise en danger. Et là, trouillarde et pauvre, ça ferait quand même beaucoup.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de certains de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes plus grands adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Alors vous, on voit bien que vous ne m'avez jamais vu chercher mes lunettes à travers tout mon appartement ! (rires) Dans ces moments-là, je suis capable de tout retourner pendant deux heures avant de me rendre compte qu'elles étaient en fait sur mon nez depuis le début. Je crois que ça vous donne une vague idée de l’efficacité dont je pourrais faire preuve si je partais en quête d'un pouvoir à travers toute la demeure de William. Je ne dis pas que j'y passerais trois jours, mais... si, je crois que j'y passerais trois jours. Et comme je ne suis pas sûre que William apprécierait de me voir tout mettre en désordre pour finalement revenir bredouille, je me dis qu'il vaudrait probablement mieux que j'unisse mes forces à celles de quelques candidats un peu plus débrouillards que moi. A plusieurs, on couvrirait plus de terrain, explorerait plus de cachettes, et aurait probablement plus de chances de trouver quelque chose. Est-ce que c'est la réponse la plus maligne ? Peut être pas, mais la solidarité est une valeur à laquelle je crois particulièrement, et c'est ce qui fait que je n'hésiterais pas non plus à proposer mon aide à un candidat dans la même situation. Je vous l'ai dit, ma solitude je l'ai longtemps subie, et je crois qu'on a tous besoin les uns des autres à un moment donné de notre vie. En avançant à plusieurs, je suis persuadée qu'on finit toujours par arriver un peu plus loin.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu des deux boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra automatiquement. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination d'office, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
Je comprends que vous envisagiez toutes les possibilités, mais si vous aviez plutôt un scénario qui ne m'obligerait pas à choisir entre une amitié naissante et mes intérêts dans le jeu... je vous en serais très reconnaissante ! (rires) Plus sérieusement, l'amitié veut vraiment dire quelque chose pour moi et j'ai conscience de m'attacher relativement vite aux gens que je rencontre, alors si je me trouvais des alliés dans le jeu, je ne pense pas que je saisirais la première occasion pour les trahir, ou en tout cas je ne le ferais pas de bon cœur. Je veux dire, on fait souvent des promesses implicites aux gens avec lesquels on sympathise, comme « je ne te mentirai pas en te regardant dans les yeux » ou « je ne t'utiliserai pas pour servir mes propres intérêts », et si certains les font peut être en croisant les doigts derrière leur dos pour alléger leur conscience en attendant le jour où ils auront à commettre une trahison, moi je ne fais jamais ce genre de promesses à la légère. Mais bien sûr, je sais qu'on a parfois à faire des choix difficiles qui reviennent un peu à choisir entre les autres et nous-même, et qu'on ne peut jamais vraiment savoir ce qu'on décidera avant d'être directement concerné. Je sais juste qu'à la place de mon hypothétique allié(e), j'aimerais qu'on envisage au moins une petite seconde de me convaincre de choisir la bonne boîte. Alors je pense que c'est ce que je ferais : lui demander de me faire confiance, même si c'est un concept subjectif dans ce genre de jeu.



informations


PRÉNOM : Milan. AGE : 24 ans. NATIONALITÉ : Américaine. HABITAT : New-York. PROFESSION : Employé d'Hôtel. ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuel. STATUT SOCIAL : En couple (mais pas trop non plus). QUALITÉ MAJEURE : Libre. DÉFAUT MAJEUR : Libre.

les petits détails


Si tu étais un péché capital : La luxure, seul péché valable. Si tu étais un jeu de société : La vie. Si tu étais une invention : Le feu. Si tu étais une destination de voyage : Le monde. Si tu étais la bande originale de ta vie : Alphaville - Forever Young. Si tu étais un pouvoir magique : Voler. Si tu étais une époque antérieure : Les années 60-70. Si tu étais un gagnant ou ancien candidat de Thrown Dice : Hawa, à choisir, autant être une belle femme avec un bon réseau.

... pas si petits.


Ce qui rend le Maître unique, c'est d'après toi : Son sadisme La vie en communauté, ce serait pour toi : Une formalité La chasse aux secret(s), tu la verrais comme : Une quête difficile mais passionnante L'amour et Thrown Dice, ça te semble : Inévitable à chaque saison Le plus gros danger dans ce jeu, c'est selon toi : Soi-même Remporter l'aventure, ça te semble : Une éventualité à laquelle tu t'accrocheras très fort.





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Je m'appelle Milan, je suis né il y a 24 ans et je considère que tout ce que j'ai pu faire dans ma vie ne fait pas de moi ce que je suis. Bon sans doute, ça a une certaine influence, mais je n'aime pas du tout cette conception qui voudrait que notre statut, ce que l'on a pu faire nous définisse. Ah je vous soûle déjà ? Faut apprendre à lâcher prise les gars, tu sais toi comme moi, on est juste de la matière en décomposition, on est pas très importants. On est juste fait pour se reproduire, élever et après on sert plus à rien donc on disparaît. Ouais, ouais, je sais il y a une émission à intégrer, donc c'est important de montrer que j'ai ma place ici, que j'ai le profil pour apporter de l'audimat, donc de la publicité donc de l'argent et donc de quoi faire kiffer les producteurs. On achète des identités, on les fabrique même, tout ça pour pouvoir acheter le dernier iphone X à sa femme et ses gosses, ce même iphone X crée par des petits chinois payés dix euros de l'heure. Je vous vois venir, « putain mais il est relou ce hippie de merde. » Rassurez-vous je ne suis pas un hippie qui fume des joints et joue les révolutionnaires à ses heures perdues, non je pense que je suis juste normal, une personne qui vit, qui accepte les choses comme elles sont, et qui s'en branle. D'ailleurs parlons en de mon côté branleur, j'étais très mauvais à l'école, ce qui m'a pas permis de faire de longues études. Ca a fait un scandale dans ma famille de grands entrepreneurs adeptes de la méritocratie. C'est limite si mon père m'a renié pendant un temps. Mais finalement avec ma débrouillardise, j'ai pu trouver un boulot, comme le voulait mon père. Me voilà employé dans un hôtel assez fréquenté de New York.  Bon j'ai pas un rôle important, mais je compte me mettre le patron dans la poche, t'inquiète, si il faut lui tailler une pipe pour grimper les échelons, il y a pas de problème, je suis très ouvert sexuellement, après tout je me considère comme étant hédoniste ! Pourtant ma réputation me précède dans le milieu de l’hôtellerie, faut dire qu'au début je faisais ce que j'avais envie quand j'en avais envie. Une fois, quand j'allais servir un repas dans la chambre client, j'ai foutu des poils de bite dans sa soupe, c'était trop marrant sa réaction. J'ai pas pu me retenir de rire, du coup, on m'a cramé, et j'ai été viré. J'ai fait pas mal d'hôtels différents, et là le dernier ça fait un an que je me tiens bien, parce que j'ai besoin d'argent un peu quand même. Moi je comprends pas les gens ambitieux, ils se font du mal pour rien, je pense que ça traduit un certain manque de confiance, un manque de reconnaissance en leurs personnes. Les hommes et les femmes ne sont plus aujourd'hui capables de se définir autrement que par leurs métiers, « ah t'es ingénieur ? Mais c'est génial ! Ah mais tu travailles au Mcdo mais t'es une merde ! » Moi je m'en branle, ça me fait rire cette hiérarchisation de la population, comme si une personne riche avait plus de valeur et plus d'intérêt qu'une personne pauvre. Je vais pas refaire le monde, je suis pas un réac à la con, mais ça me fait rire. Après, c'est vrai, l'argent ça permet de faire des choses plus facilement, mais je lui préfère de loin la liberté.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Ca va peut-être vous étonner par rapport à la première image que j'ai peut-être pu vu donner mais je suis quelqu'un de très sociable, j'adore les gens. Ok, je critique un peu le système, la société et la lobotomisation des cerveaux, mais je pense qu'en dehors de ce système là, tous les gens ont énormément à apporter. C'est plus de sept milliards de personnes, avec chacun, une histoire différente, un point de vue différent, je trouve ça tellement génial, et chaque rencontre que l'on creuse, devient une véritable mine d'or.  C'est sept milliards de complexités. C'est pour ça que j'ai du mal à rester fidèle à ma copine, Melissa, mais chut faut pas le dire sinon elle va me tuer à mon retour de Thrown Dice. Alors moi Thrown Dice, tu me donnes une vingtaine de personnes que je connais pas, mais c'est trop bien, je sens on va trop s'amuser, je vais découvrir plein de choses encore, j'adore. Puis même les caractères les plus chiants, je sais y faire ! Vous vous rappelez des deux vieux de la dernière saison ? Bah moi, je suis persuadé que je me les serais mis dans la poche ! Les gens ont plein de choses à raconter, suffit de les écouter, et t'as le droit de pas être d'accord avec eux et de l'exprimer, mais il faut pas mépriser, jamais. Vous savez, on se complique trop la vie pour rien. Sans vouloir jouer les minimalistes, les choses pourraient être tellement plus faciles avec pourtant si peu. Même si parfois on me prend un peu pour un connard un peu anticonformiste qui se fout de tout, les gens je les aime bien, j'ai une grande capacité d'empathie, ça aide. Et quand je les bouscule un peu c'est toujours en partant d'une bonne intention, pour leurs biens. Je pense que les gens manquent de repères aujourd'hui, de valeurs, moi je tâche de les garder intact parce que c'est ce qui me rend heureux. Honnêtement, je pense que du coup, grâce à ma sociabilité, j'irai assez loin dans l'émission, peut-être que je serai jamais nominé d'ailleurs, je sais vraiment m'y faire. Je me méfie des stratèges cependant, je suis pas dans ce délire là de la foutre à l'envers aux autres, mais si j'ai pas le choix, bah va falloir le faire, mais ce sera vraiment à contrecœur. Moi le jeu, je m'en fous un peu en fait, ça me fait rire ceux qui se prennent trop au sérieux. Je crois que c'est un gros chèque à gagner, j'ai même pas regardé hahahaha. Si je gagne le chèque ? Je le brûle, j'en ai rien à foutre, qu'est-ce tu veux que je fasse de tout cet argent ? Ca m'intéresse pas moi, si je veux participer à cette émission, c'est vraiment uniquement parce que je trouve le concept marrant. Devoir côtoyer des gens, rester enfermé, faire face aux avis de l'opinion public, ouais ça me plaît, ça me fait marrer, c'est une sorte de défi pour moi même. Est-ce que l'enfermement va me pousser dans mes limites ? Ca fait un moment que je les cherche mes limites, je les ai jamais trouvées, alors Willy, je compte sur toi pour m'en faire baver si tu le peux !



dévoile ton potentiel


Au cours d'un prime placé sous le signe des secrets, le Maître annonce à tous les candidats qu'ils ont trente minutes pour aller au confessionnal et buzzer la première idée de secret qui leur vient à l'esprit, au risque sinon de voir trois indices être dévoilés sur leur secret. Décides-tu de jouer le jeu ou pars-tu du principe qu'il y a moins de risques à perdre des indices sur son secret qu'à buzzer sans être sûr de soi ? Attends-tu les bras croisés que l'inévitable se produise ou fais-tu en sorte d'éviter cette issue en tentant le tout pour le tout ? La joues-tu passif ou compétiteur ?
Ca dépendra certainement de mon ressenti, le buzz est payant j'imagine ? Sinon ce serait trop facile, tu n'as rien à perdre à buzzer n'importe quoi pour sauver tes indices. Mais si c'est payant.. hmm.. peut-être ne vaut-il mieux pas gâcher une cartouche qui pourra être utile dans le futur en profitant d'obtenir des indices de ce même prime. Oui, c'est un risque à prendre, mais je ne dépenserai pas mes sous, et je laisserai trois indices dévoilés sur le mien en espérant que les autres fassent de même. Après peut-être que je remarquerai quelque chose de louche chez quelqu'un assez rapidement, j'ai l'habitude de cerner les gens, j'en rencontre beaucoup dans mon métier, de tous les horizons, mais je doute qu'en demi-heure, je puisse trouver un secret. C'est jamais arrivé en dix saisons de Thrown Dice non ? Je pense pas que ça arrivera cette année. Buzzer pour buzzer, faut vraiment avoir envie de se faire remarquer, ça peut être une stratégie d'ailleurs, mais logiquement, je ne vois pas l'intérêt de buzzer. Quoi que, si on se la joue défensif, oui, ça peut être utile, mais moi je suis un attaquant, et comme je vous l'ai dit l'argent j'en ai mais rien à foutre, je brûle mon chèque à ma sortie. Ou je le donne à une association mais je veux pas que les gens croient que je veux me donner une bonne image, les gens sont des fils de pute depuis qu'être gentil est devenu une tare.. alors je vais dire que je vais le brûler.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de certains de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes plus grands adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Elles sont intéressantes vos questions et j'ai du mal à me projeter à vrai dire. Je suis quelqu'un dans le présent moi, la projection tout ça, c'est pas mon truc. Je pense que ça peut être bien de s'associer et se répartir les tâches, on gagne du temps et on augmente nos chances de trouvaille. Puis si c'(est un des mes collègues qui trouve la carte, il la garde, je pense pas qu'il me la mettra à l'envers, du coup on y gagne tous à s'allier, je sais qu'à l'arrivée il n'y a qu'un gagnant, mais on verra ça, en finale, d'ici là, vaut mieux faire des alliances je pense. Ah et il y a moyen de se marrer aussi, je me vois bien moi et mes collègues trouver la carte, ne pas le dire aux autres et les laisser continuer à chercher.. non j'ai mieux, leur créer une fausse carte ! Quand ils se rendront compte qu'ils ont trouvé une fausse carte.. leurs têtes.. putain ça va être trop marrant, vas-y Willy, je rentre quand, j'en peux plus d'attendre !


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu des deux boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra automatiquement. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination d'office, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
Je veux bien être un bon pote, mais le jeu c'est le jeu, faut être un peu débile pour se mettre en danger. Alors moi je ferai en sorte de lui filer la boite de la nomination d'office, il m'en voudra pas et il comprendra je pense, et il en fera de même avec moi. Maintenant est-ce que je lui fais croire que je lui mens alors que non, ou est-ce je lui mens sur le contenu de la boite ? Ca dépendra de comment je sentirai la chose. Mais je distingue bien la stratégie de l'amitié, je vais pas me nominer pour qui que ce soit. Est-ce que quand tu joues au jeu de l'oie, tu laisses gagner tes potes ? Non, ça empêche pas que ça reste tes potes. A la limite je peux parfois laisser gagner ma copine à Mario Kart pour qu'elle évite de casser ma manette, ça coûte cher quand même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 179
AVATAR : Morena Baccarin
ÂGE : 43
LOCALISATION : londres, uk

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]   Sam 9 Juin - 21:55



Bonsoir tout le monde. Ça fait des semaines maintenant que vous attendez ce jour avec impatience, et depuis l’annonce officielle de mon recrutement, les questions n’ont cessé de pulluler à mon encontre sur les réseaux sociaux. Si j’ai tenu à entretenir pendant tout ce temps là le mystère sur les réelles raisons de mon embauchage, c’est que ça avait un lien direct avec les rubriques que j’allais présenter et aussi mon prochain rôle dans l’émission, que je devais taire, compte tenu de l’exclusivité que ça représentait. Eh oui. Professionnelle jusqu’au bout et maîtresse absolue du maniement de la langue de bois pour esquiver vos questions intrusives, hm.

Enfin bref, comme le joli titre l'indique, cette saison je serais amenée à animer des ateliers d'art thérapie. Vous me diriez : Mais qu’est ce que l’art thérapie ? C’est tout simplement un processus de création dont l’objectif principal est de vous aider à mieux vous connaître et surtout, vous exprimer d’avantage, en laissant libre cours à votre imagination. Le tout à travers plusieurs activités réparties en plusieurs ateliers, allant de l’art plastique, la poésie, le dessin, la peinture, la sculpture, l’écriture voir même le théâtre. Donc chaque début de semaine, nous travaillerons en petits groupes sur une consigne que je vais vous communiquer et dont le but final sera de me remettre un travail, qu’on appellera tous ensemble dès maintenant un projet. Selon les ateliers, il pourra s‘agir d’un dessin ou d’une simple création qui ne vous demandera pas … allez, pour les plus fainéants d’entre vous je dirais 5 minutes de votre temps ? Vous allez voir, certains pourraient même y prendre goût et y passer la journée. Vos créations viendront garnir le tumblr officielle de l’émission et certains pourront même constituer leur propre recueil personnel s'ils le veulent. Enfin bref, ne vous inquiétez pas, tout vous sera expliqué et je reviendrais vers vous plus tard en cours de semaine pour vous expliquer le fonctionnement et le déroulement des différents ateliers en détail. Durant le prime suivant, j'essayerais d'analyser un peu tout ça et mettre la lumière sur les plus belles créations, mais aussi celles qui auront attiré mon attention et ma curiosité. J’ai l’habitude de travailler avec des enfants qui raffolent de mes séances, mais vu que nous sommes dans un jeu et qu'un peu de motivation est nécessaire d'après ce qu'on m'a dit, plusieurs récompenses seront mises en jeu chaque semaine pour le top 3 des créations les plus originales. J’espère en tout cas que ça vous aidera à vous libérer du stress des nominations, de la chasse aux secrets et des stratégies. Et vous allez voir, tous ensemble, nous allons accomplir de belles choses parce-que j'ai cette intime conviction que de grands artistes sommeillent en vous. Qui sait, on pourrait découvrir des chefs-d'oeuvre cette saison, hm.



_________________

UC
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 12665

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]   Sam 9 Juin - 22:05



La saison passée la production avait déjà frappé fort en délocalisant pour la toute première fois l'aventure en Écosse. Mais cette saison, elle va encore plus loin en proposant à nos nouveaux candidats un cadre de jeu absolument inédit dans Thrown Dice. Alors que l'été se profile à grands pas, l'environnement de la saison devrait donner à tous les téléspectateurs une envie soudaine de partir en vacances. Cette saison, surprise, les candidats n'intègreront pas un château mais bel et un... un bateau de croisière, appartenant à un certain William Quincy-Clifford. La production souhaitait exploiter un cadre jamais vu pour cette onzième saison, et c'est alors que William a sorti ce somptueux bateau de son chapeau, lui qui avait déjà prêté plusieurs de ses châteaux pour les précédentes éditions. Il vous tarde de faire un petit tour du propriétaire, je m'en doute, histoire de vous familiariser avec la nouvelle demeure du Maître que nos candidats intègreront à l'issue de la soirée.




La production n'avait encore jamais osé se lancer dans un pari aussi fou, mais elle ne cesse de bousculer les traditions pour offrir un concept toujours plus inédit. Ce gigantesque bateau de croisière baptisé le "Royal QC" accueillera les candidats pendant plusieurs mois. Mais au-delà du fait que l'aventure se déroule à bord d'un bateau ce qui tranche forcément avec les traditionnels châteaux vus jusqu'ici, la grande nouveauté réside aussi dans le fait que le jeu sera en perpétuel mouvement puisque le bateau se déplacera et suivra un itinéraire dont les escales seront petit à petit dévoilées aux candidats. De quoi s'imaginer prendre part à une véritable croisière, et il y a fort à parier que les futurs passagers étaient loin de s'attendre à ça en candidatant à l'origine. L'aventure ne se déroulera donc pas dans un seul et même pays, elle évoluera au fil de la traversée. Celle-ci débute ce soir à Miami, où nos candidats ont été conduits pour embarquer sur le bateau. Et bien évidemment, même si le cadre pourrait s'y prêter, ils ne seront pas en vacances et le jeu s'annonce même mouvementé cette saison. Ayons aussi une pensée pour les candidats qui ont tendance à avoir le mal de mer, et pour lesquels les prochaines semaines pourraient s’avérer un peu pénibles.. nous pensons à eux.

Découvrons donc en exclusivité quelques unes des particularités de ce bateau. Car on s'en doute, le cadre de l'aventure étant surprenant, les lieux qui le composent doivent l'être tout autant. Sachez tout d'abord que les différents lieux seront répartis, comme sur n'importe quel bateau de croisière, en plusieurs ponts. Quant à nos candidats, ils résideront dans des cabines dont le luxe dépendra du pont sur lequel ils auront été affectés. Et vous verrez que tout sera une question de mérite et d'investissement, la méritocratie tenant une place importante cette saison. Il ne fait aucun doute qu'ils seront sous le charme de lieux comme la cabine télescopique, le casino ou encore l'observatoire marin. On notera aussi la présence d'une banque de points, dont ils découvriront sous peu l'utilité, et qui devrait faire rapidement parler d'elle. Nous découvrirons l'ensemble des lieux en détails en fin de soirée, le plan officiel du bateau principal sera accessible dans le hall d'entrée.

Il convient de parler de bateau principal puisque la production a souhaité ré-exploiter le concept de l'ile bis vue la saison passée, mais cette fois-ci en tant que bateau bis. Un yacht qui suivra le bateau principal dans sa traversée, et qui accueillera les candidats éliminés lorsque leur aventure aura pris fin. Ces derniers auront un rôle à y jouer, il serait donc dommage de choisir la sortie sachant qu'il est possible de rester lié au jeu même en n'étant plus en compétition.




note : Pour rappel l'ile bis/le yacht bis offre une opportunité aux joueurs dont les candidats ont été éliminés de continuer à les jouer, à développer leur personnage et ses liens. Ils ont ainsi la possibilité de ne pas voir leur aventure se terminer brutalement, et de garder en quelque sorte un pied dans celle-ci. Suite aux retours du bilan de la dixième saison qui dans la majorité souhaitaient redonner une chance à l'ile bis, le concept sera cette saison dynamisé, et le rôle des éliminés plus concret.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 363
AVATAR : toby stephens.
ÂGE : 47
LOCALISATION : manchester, uk.

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]   Sam 9 Juin - 22:15


Si vous êtes amateurs de bêtisiers de fin d'année, ça ne vous aura probablement pas échappé : désormais, les émissions de télé-réalité se voient parfois consacrer un chapitre spécial, si bien que certains passages qui auraient pu tomber dans l'oubli sont entrés dans les annales du petit écran. Je sais, il faut le vouloir pour s'infliger de revisionner des scènes qui nous semblaient déjà grotesques la première fois, mais si l'être humain a bien un défaut, c'est qu'il adore rire des autres. Et quoi de plus drôle que des candidats coupés du monde extérieur, dont la capacité à perdre leurs moyens est forcément accentuée par l'effet de l'enfermement à long terme sur tout être normalement constitué ? Ainsi donc, il m'était impossible de passer à coté de l'occasion de faciliter la tâche de tous ces gens valeureux qui partent en quête d'images drôles et savoureuses quand vient le moment de créer ces amusantes compilations. Ma deuxième rubrique reviendra alors sur quelques unes des conversations les plus mémorables de cette onzième saison, mettant l'accent sur des échanges tantôt drôles, improbables voire incompréhensibles. A chaque fois, j'essaierai de vous servir le gratin de ce qui s'est dit au sein du jeu et je procéderai dans le même temps à une petite analyse personnelle de chaque échange afin d'essayer d'en saisir toutes les subtilités. Des réparties les plus tranchantes aux clashs qui entreront dans l'histoire de Thrown Dice, en passant par les traits d'humour les plus approximatifs ou les moments de solitude que chacun est amené à connaitre un jour... il y en aura pour tout le monde, et chacun fera probablement une petite apparition dans ce savoureux best-of. L'idée ? Rappeler s'il le faut que ce qui se dit à la télévision ne s'oublie jamais totalement, mais aussi qu'on peut en dire des bêtises quand on se retrouve enfermé avec des inconnus et à la merci d'un impitoyable Maître. Ça ferait perdre la boule à n'importe qui, croyez-moi.


_________________
i will leave
the light on.
"tell me what's been happening, what's been on your mind. lately you've been searching for a darker place to hide, that's alright."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 12665

MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]   Sam 9 Juin - 22:25


informations


PRÉNOM : philip AGE : 35 ans NATIONALITÉ : écossais HABITAT : Liverpool PROFESSION : coach sportif en centre d’obésité infantile ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuel STATUT SOCIAL : aisé QUALITÉ MAJEURE : intègre DÉFAUT MAJEUR : lunaire

les petits détails


Si tu étais un péché capital : gourmandise Si tu étais un jeu de société : Bataille navale Si tu étais une invention : la machine à voyager dans le temps Si tu étais une destination de voyage : New York Si tu étais la bande originale de ta vie : Mister Blue Sky (ELO) Si tu étais un pouvoir magique : Téléportation Si tu étais une époque antérieure : le Far-West Si tu étais un gagnant ou ancien candidat de Thrown Dice : Mmmmh… peut-être… Abbi ?

... pas si petits.


Ce qui rend le Maître unique, c'est d'après toi : Son style so british La vie en communauté, ce serait pour toi : Un challenge La chasse aux secret(s), tu la verrais comme : Une quête difficile mais passionnante L'amour et Thrown Dice, ça te semble : Compatible dans certains cas Le plus gros danger dans ce jeu, c'est selon toi : Soi-même Remporter l'aventure, ça te semble : Une éventualité à laquelle tu t'accrocheras très fort.





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Ah ! Une autobiographie, carrément ? Eh bien… d’accord. Je- je m’appelle Philip, mais, dans la mesure où à peu près 99% de mon entourage le fait... je suppose que vous pouvez m’appeler Phil ! Enfin, tout le monde m’appelle comme ça depuis bien longtemps, mais… pour tout vous avouer, pour ma part, ça me fait toujours un peu bizarre. Ça me rappelle toujours Phil Collins et ça me met toujours les chansons de Tarzan dans la tête (rires). Ah, mais- enfin, ne croyez pas… ce n’est vraiment pas de mon ressort si je connais par coeur les chansons de Tarzan (rire nerveux) c’est à cause de mes enfants ! Y’a pas une semaine qui passe sans que ce dessin-animé est sur notre télé... Bien sûr, je ne dis pas qu’ils font la loi chez moi - quoique, des fois… - c’est simplement qu’ils aiment tellement ce dessin animé… et moi... que voulez-vous, je suis un faible père ! (rires) mais je crois que… je crois que je m'égare, je suis désolé ; vous allez je pense vite vous rendre compte comme je ne suis pas très organisé mentalement… voire même pas très organisé tout court (rires). Uhm. Enfin bon, reprenons depuis le début. Je m’appelle Philip, j’ai 35 ans. Je suis écossais, mais, pour tout vous dire, je n’ai pas tellement de souvenirs de l’Écosse. Mes parents aimaient beaucoup leur pays, mais.. je n’avais que 8 ou 9 ans quand ma mère a été mutée à Liverpool, et qu'on s’est donc installés la bas. Elle est avocate. Enfin… elle était avocate, maintenant, elle est à la retraite. Tout comme mon père, d’ailleurs. Je veux dire… lui aussi, était avocat ! On se doute bien qu’il est également retraité, aujourd’hui, ils sont plus tout jeunes… Oh, et, pour ma part, je suis coach sportif, dans un centre d'obésité infantile ! (Marque une pause, puis grimace) ...à bien y réfléchir, je suis pas tellement sur que c’est véritablement l’ordre dans lequel j’aurais du vous sortir les informations. Excusez-moi. Je suis tellement stressé de ce casting, je me suis répété mille et mille fois quoi dire avant de rentrer dans cette pièce mais, évidemment… une fois devant vous, tout s’embrouille ! (rire) du coup, oui, je suis coach sportif depuis, oh, quoi ? Quinze ans ? Seize, à tout casser. Et je travaille en centre d'obésité infantile depuis dix ans, maintenant. C’est que j'ai toujours aimé le sport. Je suis plutôt introverti, même si j’essaie de m'améliorer la dessus et.. bah.. justement, le sport, ça aide à extérioriser. Je me suis du coup toujours imaginé travailler dans ce milieu la. Et d’être dans ce centre, d’aider ces gamins à reprendre leur vie en main au quotidien… pour moi, c'est le plus beau métier au monde. Quand ils arrivent au centre, les enfants sont toujours au bout du rouleau. Tant physiquement que moralement. C’est que c’est toujours un moment très dur, quand notre santé physique, notre poids devient si dangereux pour notre vie qu'on en vient à devoir quitter sa famille et tout ce qu'on connait pour espérer survivre. Pour tout le monde, ça serait dur, alors imaginez ça pour des enfants qui n'ont pas plus de 15 ans ! Être coach dans ce type d'établissement ne consiste pas seulement à leur faire faire du sport. C’est aussi et surtout les accompagner en tout point à se sentir mieux dans leurs corps, à reprendre leur vie en main, leur faire adopter un mode de vie sain et constructif… plutôt que destructeur. Et je vous l’assure, il n’y a pas de meilleur moment, pas de meilleur cadeau que de voir ces enfants, qui, quelques mois auparavant ne pouvaient même plus faire 20 pas sans devoir s'asseoir pour reprendre un souffle stable… perdre au final 30, 40 kilos, les voir finir un marathon et y aller jusqu’à la fin sans abandonner, même s’ils doivent pour ça terminer la course en marchant. Parce que c’est ça, la chose la plus importante qu’on tente de leur inculquer : de ne pas abandonner. De se battre jusqu’au bout, de croire en soi. D'après certaines personnes - mes parents, particulièrement - ce n’est pas un… grand métier, dans le sens où ils auraient clairement préféré me voir aller à la fac, et entamer je ne sais quelle grande carrière. Ils me comparent sans arrêt à mes frères et soeurs qui eux ont suivi leurs traces, et ils me reprochent un peu de ne pas changer le monde. Et… (hausse les épaules) en ce sens, ils ont raison. Je ne peux pas dire le contraire, je ne change pas le monde, je ne suis pas un héros, ou je ne sais quel grand homme. Mais, ce n’est pas un mal. Je ne pense pas qu’il faille nécessairement avoir une grande carrière bureaucratique, comme ce qu'ils auraient voulu, pour se sentir bien, pour ressentir de l’accomplissement. C’est que… oh, c’est peut être idiot, comme manière de penser, mais d’après moi, le plus important… c'est de pouvoir être capable de voir la beauté des jours simples et de s’en satisfaire. Après tout, même le plus petit maillon d’une chaîne est indispensable à celle-ci. Et moi, je ne suis peut être pas un maillon très important sur la grande chaîne que pourrait être la société… mais je me plais à dire que j’ai quand même mon importance, à mon échelle. J’aime à me dire que si je ne change pas la phase du monde, je change quand même la vie de ces enfants. Je les aide à sauver eux même leur propre vie. Je les aides à ne pas passer l’arme à gauche avant leurs parents. Et ça, pour moi, ça vaut tous les postes de secrétaire général du monde. Et même si pour certain, ma vie sera certainement simple et banale, c’est une vie qui me plaît, qui me satisfait. J’aime être entouré de ces enfants, j’aime comme ils m’apportent peut être plus que ce que je peux moi leur apporter. Et au final, je pense que c’est ça, l'important. Aimer sa vie. Après tout, j’ai un travail que j’aime, une belle maison, et surtout… des enfants formidables et une femme incroyable. Lucas, Juliette et Margaret. Je pense… que ce sont eux, la cerise sur le gâteau de la beauté de mes jours. Ça fera bientôt 11 ans que Margaret me fait l’honneur de m’aimer et presque aussi longtemps que nos enfants - une petite puce de 9 ans et un petit gars de 7 ans - nous étonnent de jours en jours par leur intelligence et débrouillardise. (Marque une pause, pensif) je vous parlerais bien d’eux, d'à quel point je les aime en long, en large et en travers mais… je n’aurais aucun superlatifs assez fort pour vous exprimer tout ça, puis, je me connais, on y serait encore là demain (rires). Tous trois, à leurs arrivées dans ma vie, m’ont chacun profondément marqué, touché… changé. Parce que j’en suis persuadé : ce sont eux qui, jour après jour, font de moi une meilleure personne, et je m'évertue et m'évertuerai tous les jours de ma vie à être un homme à la hauteur de ce qu’ils m’apportent. Je ferais toujours tout ce dont je suis capable pour ça. Ils ont déjà ma parole, depuis bien longtemps.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Quelle vision… alors… uhm. (Se pince les lèvres, pensif) je pense… être relativement une bonne personne. Enfin… le plus exact serait de dire : j'essaie d’être une bonne personne. Mais… malgré tout, un être entier ne peut pas vraiment être simplement défini par le principe de “bon” et de “mal”, n’est ce pas ? Du coup, je suppose que je dois développer (rire) donc… comme j’ai pu l’évoquer un peu plus tôt, je… je suis introverti. C’est que je manque un peu de confiance en moi, je suis un peu mal à l’aise en public, ou avec des inconnus. C'est assez gênant. Dès que je me retrouve en face de nouvelles têtes je… rougis, je bafouille, je m’embrouille… il faut à chaque fois que je prenne énormément sur moi pour ne pas trop me ridiculiser. Je fais d’ailleurs beaucoup de travail sur moi même pour me guérir de ce… truc qui me pourrit un peu mon quotidien. Enfin, après, une fois que je suis a l’aise, ça va, mais… Ça n’empêche pas que l’étape avant celle-ci reste assez compliquée a vivre, surtout pour un coach sportif, c’est pas tellement l’image dont on s’en fait généralement ! Les petits au centre aiment me taquiner la dessus d’ailleurs, lorsqu’un nouvel élève arrive et qu’ils me voient bafouiller et m’embrouiller devant lui ! Ah, ils n’ont pas de pitié, c’est sur, mais je finis par vite leur rendre la pareille sur le terrain ou dans la salle de sport ! (Rire) C’est déjà arrivé, d’ailleurs, que des gens s’arrêtent à cette image qu’ils ont parfois de moi, celle d’un homme renfermé, et s’imaginent que je ne suis que ça... mais c'est ridicule. Comment une personne peut-elle avoir une seule facette ? Surtout celle-ci : la gêne est forcément une carapace. Une personne ne peut pas être juste de caractère gêné, ça renferme forcément quelque chose derrière. D’où ce mot : “renfermé”.Je ne comprends pas cette manière de penser, la dessus. Mais, ce qui est bête, c’est que les personnes avec qui je suis gêné… je suis justement généralement bien trop gêné pour leur faire remarquer ça, pour entamer un débat. Du coup… je me contente de débattre dans ma tête… avec moi-même… qu’est ce que c’est triste ! (Rire) c’est d’autant plus triste que ça leur donnerait presque raison, au final, mais… que voulez-vous ! Je le sais bien, qu’ils se trompent - d’autant plus que souvent, il prennent également ma manie à être dans la lune pour de la timidité, me rendant plus timide que ce que je ne le suis réellement… mais…je ne vous ai même pas encore parlé de ce côté là de ma personne… je m’embrouille encore, je suis désolé ! (rires) Enfin bon, tout ça pour dire… ne pas être compris par des gens qui ne me connaissent pas ne m’importe pas tant que ça. Ceux qui me connaissent vraiment et celles qui cherchent véritablement à me connaître savent que je ne me résume pas qu’à ça, et c’est pour moi le plus important. Mais alors, quels sont ses autres traits de caractère, vous vous demandez ? Ah, c’est vrai que je vous tease un peu, la, vous m’en voyez navré ! Alors… comme j’ai pu vous le dire à l’instant, effectivement, je suis un homme assez rêvasseur. Trop, d’ailleurs, à en croire certains de mes proches ! C’est vrai que je suis très souvent dans la lune. Très très souvent, même. Et c’est également vrai qu’il arrive souvent que je me perdre tellement dans mes pensées et dans mon imaginaire que j’en oublie tout ce qui est autour de moi, jusqu'à ne même plus remarquer la présence d’autrui, ne pas entendre ce qu'on a pu me dire ou de répondre complètement à côté de la plaque, parfois même d’un sujet totalement différent que ce dont on me parlais... et également de me rendre compte qu’une fois “réveillé” et sorti de mes nuages… que je ne suis pas du tout là où j’espérais aller, parce que je m’étais perdu dans mes pensées en marchant ! (Rires) ça arrive aussi que les gens se vexent lorsqu’ils se rendent compte que je ne les ecoutais pas, et c’est toujours assez gênant pour moi, parce qu’assez compliqué a expliquer, a faire comprendre que ce n’est absolument pas contre eux ou contre ce qu’ils disaient, mais simplement… Plus fort que moi ! Une seconde de silence de ma part, et mon esprit me happe et me kidnappe sans aucune sommation ! (rire) C’est que… je dirais… que j’ai à l'intérieur de mon crâne la clé pour mille et un univers tous aussi beau les uns que les autres… m’y perde et m’y plonger à toujours été pour moi un grand plaisir qui devient presque aujourd'hui comme un automatisme. J’aime rêver de tout et de rien, que ça soit de grandes épopées fantaisistes ou simplement ce qu'aurait pu être ma vie avec un seul petit choix différent… l’imaginaire est pour moi une source de bonheur incroyable. Il paraît également que je suis un optimiste. Je dis “il paraît", car voilà bien quelque chose à laquelle je n’ai pas trop réfléchis moi-meme, en toute objectivité. Néanmoins, il est vrai que j’aime voir le bon dans le mauvais. De me dire que lorsque tout autour de nous nous semble noir et sans solution… c’est tout simplement qu’on ne regarde pas du bon côté. Que toute joie à son importance, même dans les instants les plus tristes, et surtout : qu’aucun moment triste n’enlève à un moment de joie ni son intérêt, ni son importance. C’est d’après moi très important de ne pas oublier ce point de vue là, parce qu’il peut mine de rien bien souvent nous aider à y voir beaucoup plus clair, et surtout, nous faire du bien. D’ailleurs, à ce propos, je pense également être assez attentionné. Que ça soit auprès de ma famille, de mes élèves ou mes amis… en fait… je n’aimerais pas ne rien faire pour que les autres se sentent mieux, si j’avais le pouvoir ou l’occasion de les faire se sentir mieux, vous voyez ? Enfin- je... pas que… pas que je ne leur souhaite pas du bien lorsque je ne peux rien faire, mais, euh… tant que je peux changer… enfin… non. Disons plutôt que je tiens à mettre ma pierre l’édifice dans leur bonheur, vous voyez ? ...j’ai l’impression de dire n’importe quoi, je… désolé pour ca, reprenons (rire) donc, j'aime améliorer le… bonheur des autres. Je fais de mon mieux avec mes petites capacités pour pallier leurs besoins. Bon, par contre, je vous avoue n’être pas très fin observateur, alors il faudrait déjà que je les remarque, ces besoins, mais… sur ça aussi, j’espère m’améliorer… un jour, peut être ! (rire) je suis aussi quelqu’un d’assez calme. Je n’irais pas jusqu’à dire que je suis transparent, du moins je n’espère pas - d’autant plus que ça ne serait pas vraiment la meilleure manière de se vendre, n’est ce pas ? - mais disons que je ne serais pas le genre de personne qui va sauter en l’air en criant et en levant les bras à l'entente d’une bonne nouvelle, ou, a contrario, entrer dans de grands états de colère a la moindre occasion. Non pas que je ne sois jamais en colère, mais… Je dirais que j'ai beaucoup de sang-froid. J’arrive a prendre sur moi, à contrôler mes émotions et j’ai bien souvent naturellement tendance a prendre un rôle de médiateur, pour calmer le jeu, pour trouver de quoi satisfaire tout le monde. C’est un trait de caractère assez indispensable dans mon métier, et même si je l’ai toujours un peu été, je pense que c’est tout de même la bas que j’ai appris a le développer. J’aime également penser que j’ai un certain brin de malice, même si, bien souvent, elle ne me sert qu’à camoufler mes malaises ! (rires, puis marque une pause) En définitive… je dirais que mon principal atout serait mon attrait à la relativité, et l’envie de bien faire. Quant à ma faiblesse… Seigneur, entre mon manque de confiance en moi et ma tendance a m’échapper de la réalité, je ne saurais que choisir ! (Rire)



dévoile ton potentiel


Au cours d'un prime placé sous le signe des secrets, le Maître annonce à tous les candidats qu'ils ont trente minutes pour aller au confessionnal et buzzer la première idée de secret qui leur vient à l'esprit, au risque sinon de voir trois indices être dévoilés sur leur secret. Décides-tu de jouer le jeu ou pars-tu du principe qu'il y a moins de risques à perdre des indices sur son secret qu'à buzzer sans être sûr de soi ? Attends-tu les bras croisés que l'inévitable se produise ou fais-tu en sorte d'éviter cette issue en tentant le tout pour le tout ? La joues-tu passif ou compétiteur ?
Eh bien, c’est simple ; (hausse les épaules) j’y vais. La question ne se pose même pas, en fait. Ce n’est pas très grave, s’il plane le risque d’avoir des secrets dévoilés sur soi. Toute compétition présente des risques, c’est quelque chose à laquelle il faut se faire pour pouvoir avancer. Je préfère mille fois tenter, quitte à me tromper lourdement, que de rester dans ma zone de confort, à me demander ce qu’il se serait passé s’y j’y serais allé. En plus, de buzzer quelqu’un, même s’il ne s’agit que pour des prémices d’idées, au final, ça sera forcément utile. Après tout, soit on est dans la bonne direction, et ça nous permet de nous conforter dans notre idée, voire même de découvrir un secret, soit ça nous fait nous rendre compte que l’on fait fausse route et dans ce cas, ça nous permet de ne plus nous attarder sur des choses inutiles, et d’aller de l’avant. Quant à savoir si je suis d’ordre général passif ou compétiteur… Après description que je vous ai fait de moi, vous pourriez penser que je serais plutôt passif… mais vous vous tromperiez. Vous savez, en tant que coach sportif - et même en tant que sportif tout court - il y a deux choses, deux préceptes qui sont pour moi d’une grande importance : Dépassement de soi et fair-play. Ces deux préceptes impliquent fatalement que oui, je suis compétiteur. Mais que je n’en oublie pas pour autant mes principes. Je ne placerais pas la compétition avant absolument tout, à n’importe quel prix. Parce que, bon, sans vouloir vous offenser, il y a tout de même plus important que de gagner un jeu de télé-réalité, dans la vie (rire nerveux). Et puis, le plus important, au final, c’est de toujours faire de son mieux, et de ne pas abandonner. Jamais abandonner. Oh, mais, après, ne pensez pas que je ne tiens pas a la victoire, évidemment, que j’y tiens. Il n’y aurait pas eu d’intérêt à mon inscription ici, sinon, après tout. C’est juste que… eh bien… pour moi, tourner le dos à ce que je suis pour être le grand vainqueur aurait tout autant de sens que si vous me proposeriez de gagner là, maintenant, de suite, juste en vous serrant la main. Il n’y aurait aucun intérêt, là dedans, car il ne suffit pas d’être d’être appelé “gagnant” et de remporter un gros chèque pour être véritablement un gagnant. Il faut mériter sa victoire. Et ça, ça passe autant par faire son maximum que par ne pas trahir ce que l’on est. Mais… je suis désolé, je crois que j’ai recommencé à divaguer (rire)


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de certains de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes plus grands adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Vous savez… Je pense que personne n’est véritablement solitaire. C’est juste que… on a tous un rapport différent à la confiance. Certaines personnes ont besoin de plus de temps que d’autres, pour se permettre de s’appuyer sur une tierce personne. Du coup, forcément, puisque personne ne l’est, je ne me considère pas comme étant solitaire, cqfd. Mais… je ne réponds plus vraiment à la question, dans ce cas-là, n’est-ce pas ? (rire nerveux) excusez-moi. Mon côté philosophe qui me fait chipoter. Alors. Ahem. Est-ce que j’allie ou non mes forces pour cette quête… eh bien je dirais que oui, s’il s’agit de personnes en qui je sais que je peux avoir veritablement confiance, je me tournerai vers elles. Après tout, tout le monde a besoin d'alliés. Celui qui pense qu’il peut tout faire seul est un idiot. Celui qui pense que c’est une honte d’avoir besoin d’aide est un idiot également. Il n’y a aucune honte à avoir besoin d’aide, à ne pas pouvoir accomplir une tâche seul. Il n’y a aucune honte, aucune lâcheté, à se reposer sur quelqu’un. Au contraire, même. Reconnaître avoir besoin d’aide est parfois une bien plus grande preuve de courage qu’on pourrait le penser.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu des deux boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra automatiquement. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination d'office, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
Ma foi, là non plus, ce n’est pas très dur de répondre : je le dirigeais vers l’immunité. Comme je l’ai dis plus tôt, chacun à son propre rapport à la confiance. Et que ça soit pour moi et pour les autres, ça ne risque pas d’aider cette confiance; si je ne suis pas honnête, vous ne trouvez pas ? Il est hors de question pour moi de trahir, même s’il s’agit de personne que je ne connais pas encore. Et j’espère que vous ne posez pas cette question parce que vous attendez forcément de la part de vos candidats des coups bas et compagnies, parce que sinon, ça va être rapide : autant ne pas me sélectionner. Je ne veux pas être un mauvais exemple pour mon fils ou ma fille, ni pour mes élèves. Je veux qu’ils puissent être fiers de moi. Et ça, ça passe par ne pas être le genre “faites ce que je dis pas ce que je fais”. Je leur donnerais l’exemple. Le bon exemple. ...Du moins, je ferais tout ce dont je suis capable pour. Et puis, être nominé d’office, au final… (hausse les épaules) c’est le jeu ! Ca rajoute du piment, c’est excitant ! (rires) Comme je l’ai dit précédemment, toute compétition présente des risques, c’est comme ça, et ça ne me fait pas peur. Enfin… si, forcément, ça fait un peu peur - d’affirmer le contraire serait mentir - mais… eh bien- disons… que c’est de faire face à cette peur… qui ne me fait pas peur. Mmh… je ne suis pas très sûr d’avoir été bien clair, je me trompe ? (rire)



informations


PRÉNOM :Beth AGE : trente-quatre ans. NATIONALITÉ : anglaise HABITAT : Londres, encore et toujours. Jamais je n’en suis partie, jamais je n’en partirai PROFESSION : professeur de biologie dans un lycée de Fulham. ORIENTATION SEXUELLE : homosexuelle. STATUT SOCIAL : célibataire. QUALITÉ MAJEURE : raisonnable. DÉFAUT MAJEUR : prévisible.

les petits détails


Si tu étais un péché capital : L'orgueil, sans grande conviction car je ne suis pas quelqu'un de vraiment extrême dans mes émotions et prises de positions. Si tu étais un jeu de société : Peut-être le Trivial Poursuit pour approfondir ses connaissances et se moquer de leurs questions parfois un peu absurdes. Si tu étais une invention : Celle du microscope, sans qui bien des choses n’auraient jamais pu être découvertes, et en premier lieu tous les vaccins que nous connaissons aujourd’hui. Si tu étais une destination de voyage : La Nouvelle-Zélande, pour ses paysages lunaires et sa nature luxuriante, si loin de nous. Si tu étais la bande originale de ta vie : Quelque part entre les discographies de Radiohead et d'Oasis. Si tu étais un pouvoir magique : Probablement celui de la guérison. Si tu étais une époque antérieure : Le siècle des Lumières pour les progrès fulgurants qui y ont été faits, et les découvertes scientifiques. Je ne suis pas sûre que j’y aurais été très heureuse en tant que femme, ceci-dit… Si tu étais un gagnant ou ancien candidat de Thrown Dice : J'avoue ne pas avoir beaucoup regardé, donc je ne me souviens pas des noms de tout le monde.

... pas si petits.


Ce qui rend le Maître unique, c'est d'après toi : Son mystère La vie en communauté, ce serait pour toi : Un challenge La chasse aux secret(s), tu la verrais comme : Une quête difficile mais passionnante L'amour et Thrown Dice, ça te semble : Compatible dans certains cas Le plus gros danger dans ce jeu, c'est selon toi : Les autres Remporter l'aventure, ça te semble : Un projet fou et irréalisable





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Alors… Par où commencer ? Je m’appelle Beth, j’ai 34 ans, et je vis à Londres. Mais ça, en toute logique, vous le savez déjà. Je mène une petite vie tranquille dans le quartier de Fulham, où je suis professeur de biologie dans un lycée tout aussi tranquille. Je ne roule pas sur l’or, mais ça ne m’empêche pas de vivre confortablement et de ne manquer de rien, je n’ai pas besoin de plus, ce n’est jamais ça qui m’a animée, d’ailleurs. Le plus important pour moi a toujours été la liberté, mais je l’interprète bien différemment de la plupart des gens, je crois. Je veux simplement être libre d’être qui je suis, d’aimer qui j’aime, et d’avoir le droit de me contenter de mon quotidien. Oui, parce que je ne l’ai pas dit, ou peut-être, plus tôt, je ne sais plus, mais je suis lesbienne. J’aime les filles, c’est comme ça. Ce n’est pas un problème, et ne l’a jamais été. Ce n’est pas non plus quelque chose que je cache, jamais, pas même à mes élèves et Dieu sait qu’ils peuvent parfois être bêtes à l’adolescence, mais je ne suis pas non plus une activiste des droits LGBTQ+. Je suis d’accord avec leurs revendications, bien sûr, du moins la plupart du temps, mais je laisse les combats aux autres. Certains diront que c’est de la lâcheté, moi je pense plutôt qu’on a chacun nos batailles, à nos échelles, et qu’on choisit de mener celles que nos épaules peuvent supporter.

Mais trève de bavardages, je crois que c’est le moment… Oui, je ferais mieux de vous lire la lettre de mes amis tout de suite, vous comprendrez mieux ce que je fais là. Parce qu’alors, pour vous expliquer, j’imagine que vous vous doutez que la téléréalité, tout ça, c’est un univers qui m’échappe un peu tant il est loin du mien… En réalité je suis là parce que j’ai été poussée par mes amis à m’inscrire, et ils m’ont donné un petit mot à vous lire, pour vous que vous vous fassiez une idée de la ‘’situation’’, comme ils disent.

« Cher William, Monsieur Quincy-Clifford, ou toute personne ayant une influence quelconque sur les castings de la saison onze de Thrown Dice,

Nous sommes des amis de Beth, et nous vous écrivons pour vous convaincre de lui donner sa chance pour la prochaine saison de votre émission. Vous voyez, Beth c’est un peu un cas désespéré. On l’adore, de tout notre cœur, c’est une amie parfaite, mais disons que son existence n’est pas des plus folles. Elle vit sa vie comme si elle avait 65 ans alors qu’elle est encore dans la fleur de l’âge et que c’est le moment de s’amuser et de profiter pleinement ! Tout le monde est passé à la couleur, depuis 70 ans, et madame s’accroche au noir et blanc morose des décennies passées. Elle a besoin d’un électrochoc, d’un environnement où tous les coups sont permis pour qu’enfin elle prenne des risques et découvre toutes les choses que nous n’avons pas réussi à lui montrer. Vous êtes notre dernier espoir, ne la laissez pas mourir d’ennui, par pitié. »


Inutile de vous dire que je les trouve un peu… comment dire… abrupts ? Et puis, entre nous, les meilleurs films qui n’aient jamais été réalisés à ce jours l’ont été en noir et blanc. Mais là n’est pas la question. Je l’avoue, ils n’ont pas tort sur toute la ligne, mon quotidien est attendu. Je suis très heureuse dans le calme et le confort de ma petite maison, de mon petit boulot et de ma grande bibliothèque. Ai-je besoin de plus ? Je ne le crois pas. Mais étant donné que j’admets que je peux me tromper, je me demande parfois si je ne passe pas à côté de certaines choses que je n’ose même pas imaginer. C’est pour cela que je suis là, pour découvrir si une Beth drôle et sauvage sommeille depuis tout ce temps, ou si je peux retourner en toute sérénité à mes chocolats chauds au coin du feu.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Certains vous diront que je suis ennuyante, voire ennuyeuse, mais je pense plutôt être calme, réservée et réfléchie. Tout est une question de perspective, au fond. Il est vrai que si c’est un acolyte pour faire la fête jusqu’au bout de la nuit que vous cherchez, je ne suis probablement pas la mieux placée pour répondre présente. Je dirais que je suis avant tout quelqu’un qui a les pieds sur terre et dont l’esprit logique prime sur tout le reste. Je suis une scientifique après tout, une vraie, ce sera peut-être un atout dans la chasse aux secrets, je l’espère en tout cas. Je suis aussi très loyale et honnête dans mes relations, quelle qu’en soit la nature, et je trouve que le respect des attentes mutuelles de chacun est primordiales pour qu’elles puissent fonctionner. Finalement, je suis calme, et c’est peut-être là mon plus grand défaut pour cette compétition. Je déteste le bruit, l’agitation et parler trop fort, trop vite. Je ne m’étale jamais dans de grands discours, sauf aujourd’hui, je suis forcée de le constater, préférant un nombre restreint de mots, pesés et mûrement réfléchis, à un débit incontrôlé qui mène nécessairement à des paroles regrettables.




dévoile ton potentiel


Au cours d'un prime placé sous le signe des secrets, le Maître annonce à tous les candidats qu'ils ont trente minutes pour aller au confessionnal et buzzer la première idée de secret qui leur vient à l'esprit, au risque sinon de voir trois indices être dévoilés sur leur secret. Décides-tu de jouer le jeu ou pars-tu du principe qu'il y a moins de risques à perdre des indices sur son secret qu'à buzzer sans être sûr de soi ? Attends-tu les bras croisés que l'inévitable se produise ou fais-tu en sorte d'éviter cette issue en tentant le tout pour le tout ? La joues-tu passif ou compétiteur ?
Je vous l’ai dit, je ne suis pas venue ici pour l’argent, mais bien pour repousser mes limites et pour apprendre à lâcher prise. Je jouerai donc le jeu jusqu’au bout, quitte à mettre en danger mon secret. Je veux tenter de nouvelles expériences, voir ce dont je suis capable dans cet environnement qui m’est inconnu. La passivité, l’ataraxie, c’est bien de cela que je veux sortir, au moins pour un temps, ne serait-ce que pour mieux les retrouver. Je serais donc la première au confessionnal pour me creuser les méninges et buzzer.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de certains de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes plus grands adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
J’ai toujours eu tendance à privilégier ma propre compagnie à celle des autres, de crainte de ne pouvoir leur offrir ce qu’ils désiraient, pour par choix de facilité. J’ai bien conscience que ce n’est pas nécessairement la meilleure des solutions, en toute circonstance, et je compte bien apprendre à faire davantage confiance aux autres, et surtout à ne plus croire que je ne leur suffirais pas. J’essayerais donc de me lier avec quelques autres candidats pour unir nos forces et s’apporter mutuellement les qualités qui nous sont propres.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu des deux boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra automatiquement. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination d'office, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
Sans une once d’hésitation je lui dirai la vérité. Déjà que j’ai horreur du mensonge, en temps normal, ce serait là une trahison impardonnable à mes yeux. Je ne pense pas que j’essayerais de le convaincre de me donner l’immunité. Si nous sommes réellement amis, ou alliés comme vous préférez, j’aime à croire qu’il ou elle aura notre intérêt commun en ligne de mire au moment de prendre la décision finale. Personnellement, je choisirais probablement d’offrir l’immunité et d’accepter pour moi les conséquences d’une nomination d’office, mais je pourrais comprendre que l’inverse soit décidé. Après tout, contrairement à beaucoup de candidats, la victoire n’est pas vraiment mon but ultime. Ce serait bien, évidemment, mais pour moi l’enjeu est bien plus grand, bien plus profond. L’enjeu c’est moi, c’est ma personne et mon futur. Ce que je suis et ce que je serai. Et la chance que j’ai, peut-être, c’est que je n’ai pas besoin de gagner pour atteindre mes objectifs.
Revenir en haut Aller en bas
 

PRIME D'OUVERTURE, S.11 - [09/06 - 19H30]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Premier prime (13/05 - 19h30)
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Prime et renom de l'homme au boomerang
» Ouverture de la saison de la chasse
» Ré-ouverture du forum "Centre de Recrutement"
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: Le plateau des primes-
Sauter vers: