God's plan - (Mardi - 14h)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 263
AVATAR : Frank Dillane
ÂGE : 24
LOCALISATION : New York
MÉTIER : Employé d'Hotel


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 7.000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: God's plan - (Mardi - 14h)   Dim 10 Juin - 1:35

@UGO

La vie c'est pas très compliqué en fait. Vous savez, dans la vie t'as un besoin, tu fais en sorte de répondre à ce besoin et puis c'est tout. Bien sûr tu peux pas tout gérer, forcément, à un moment ça se passera pas comme tu veux, mais c'est comme ça. Je pense qu'il faut savoir faire preuve de détachement, c'est quelque chose d'important, accepter qu'on ne maitrise rien d'autres que nos propres actions et agir en conséquence pour avoir ce qu'on veut. C'est simple non ? Là par exemple tout de suite, j'ai faim. J'ai pas faim de n'importe quoi, j'ai faim de nourriture italienne ! Va savoir pourquoi, à cet instant présent j'ai envie de bouffe italienne et pas de bouffe chinoise par exemple.Ici c'est génial, on a pas à faire à manger, tout nous est servi comme à la cantine mais en meilleur. En fait c'est une croisière gratuite. Je regrette toujours la pollution inutile, mais au moins moi, à titre personnel, j'ai la belle vie ici et maintenant. Je cuisine de temps en temps, mais je suis pas Italien moi, par contre j'en connais un ici qui l'est, et je le retrouve évidemment au réfectoire alors que je mange un plat de vraie pâtes carbonara. « Tu vois Luigi.. je peux t'appeler Luigi ? De toute façon j'ai envie de t'appeler Luigi.. les Etats-Unis c'est le meilleur pays du monde dans plein de domaines.. » L'american dream, la culture du spectacle, du show, tout ça selon moi vienne à compenser tout les défauts de ce pays. « .. mais si il y a une chose que je peux reconnaître à ton pays c'est qu'on y mange bien. » La bouffe italienne c'est vraiment un délice, je sais pas si je la considère comme étant la meilleure gastronomie du monde mais en tout cas je la place loin devant la gastronomie américaine. Malbouffe américaine et tous ses fast-foods avec des steak dégueulasses beurk. « Tu es d'où d'Italie ? » Pas sûr que je connaisse la ville qu'il me citera, mais ça fait la conversation. « J'aime beaucoup les Italiennes aussi. » Pour en avoir rencontré, j'apprécie particulièrement leurs caractères et leurs tempéraments assez forts, ça change des américaines. Je termine mon assiette et me lève finalement. « Je vais me resservir, je t’amène un truc Luigi ? » Ils auraient jamais du me prendre en tant que candidat, je vais leur coûter hyper cher en bouffe, ils imaginent même pas.

_________________


« Et toi qui brûle, brûle Sens-tu nos consciences qui brûlent, brûlent autour de nous ? Et moi qui brûle, brûle Je sens la défiance qui brûle, brûle jusqu'au bout.»
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10425-ugo 

MESSAGES : 588
AVATAR : dacre montgomery
ÂGE : 23
LOCALISATION : sarausa (sicilia)
MÉTIER : mécano


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: God's plan - (Mardi - 14h)   Lun 11 Juin - 13:07

Tu te baladais tranquillement sur le pont C jusqu'à ce que ton estomac se manifeste. Tu ne tardais donc pas à trouver le chemin du self dont les odeurs t'attiraient déjà de toute manière (ton sens de l'orientation se laissant surement guider par la faim). Tu salues les candidats déjà présent dans le réfectoire ; ils ont l'air d'avoir bientôt fini, tu n'es pas sûr de pouvoir les rejoindre une fois ton assiette remplie, mais quatorze heure ce n'est pas si tard pour manger ici, avec les horaires décalés que tout le monde semble avoir, tu trouveras bien quelqu'un pour ne pas manger seul -t'aime moyen manger avec tes pensées pour seule compagnie. Tu te munies d'une assiette -t'allais pas foutre la bouffe dans tes mains et te goinfrer comme un sauvage- et parcours du regard les différents plats qui s'offrent à ta vue. T'es pas difficile mais y a quand même beaucoup de choix, et ce serait plus simple pour toi s'il n'y en avais qu'un, en fait. Tu jettes ton dévolu sur le gratin dauphinois, une bonne plâtrée qui te calera comme il faut et tu vas t'asseoir à une table pour deux, où tu as l'occasion de fait plus ample connaissance avec Milan, le type au nom de ville, qui entame alors la conversation. Tu souris à moitié et hausse les sourcils à l'entendre t'appeler Luigi. Tu glisses un « Je t'en prie. » en réponse à sa question qui n'en était pas une, rien à foutre le gars. Et bon, tu le prends pas mal, parce que ç'aurait pu être pire, genre Mario auquel tu ressembleras peut-être plus quand tu auras l'âge de ton père, sa moustache et son bide. Bref, le mec commence par te parler des States, que tu portes pas franchement dans ton coeur, mais c'est pas le pire pays, tu le reconnais d'un hochement de tête -même si t'étais pas vraiment sûr dans quels domaines tu aurais dit que les Etats-Unis étaient champions, pour toi ils se sont beaucoup inspirés des autres, ont mélangés le tout, et se sont appropriés la chose, mais bon. Là où voulait en venir Milan en réalité, c'est que la cuisine italienne surpassait l'américaine -et de loin d'après toi. « Tu sais, je crois qu'on mange bien partout ailleurs qu'aux Etats-Unis. » L'exception qui confirme la règle, en quelque sorte. Il te demande d'où tu es, t'avales ce que t'as dans la bouche et tu t'essuie le coin des lèvres. « Sarausa.  » Tu dis de ton plus bel accent. « Syracuse. » Un nom à la grecque qui te plaisait pas des masses mais qui parlait généralement plus aux gens. Et puis, tu te dis qu'il connait sans doute pas bien géographie du pays. « Pour te situer, c'est au sud-est de la Sicile. Et la Sicile c'est l'espèce de gros caillou à la pointe de la botte. » Sur lequel l'Italie viendra trébucher un jour, ajouterait ton père s'il était là. Son commentaire sur les italiennes te fait sourire de nouveau, un peu plus franchement cette fois. « Qui ne les aime pas ? » A part les hommes à la masculinité fragile -et les italiens qui sont surement plus de la moitié à préférer les étrangères. « Ce sont les plus belles femmes du monde. Surtout les siciliennes si tu veux mon avis, mais les autres sont très bien aussi. » Tout restait meilleur en Sicile. Ayant terminé son assiette, il se lève et te proposer de te ramener quelque chose, si besoin. « Choisis-moi un fruit, va. Et si tu pouvais revenir en m'appelant par mon prénom ce serait bien. » Sinon tant pis, tu t'y ferais, c'était pas le premier surnom débile qu'on t'ait donné de ta vie, et finalement un des moins chiant.

_________________
    me ne vado, ti lascio nella sera
    che, benchè triste, cosi dolce scende
    per noi viventi, con la luce cerea
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 263
AVATAR : Frank Dillane
ÂGE : 24
LOCALISATION : New York
MÉTIER : Employé d'Hotel


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 7.000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: God's plan - (Mardi - 14h)   Mar 12 Juin - 12:21

Il y a pas à dire les Italiens ils ont pour eux la bonne bouffe. Rien que la carbonara, facile à faire, mais toujours un délice à manger. Sérieux ils sont cools les Italiens d'avoir inventé ça. Alors forcément, tout de suite maintenant je savoure mes pâtes à la carbonara et en fais part à mon camarade italien qui m'a rejoint à la table avec un vieux gratin dauphinois tout pourri. Camarade Italien, que j'appelle Luigi, c'est un surnom facile je vous l'accorde mais j'aime bien, ça me rappelle au moins qu'il est Italien. Puis de toute façon il m'autorise à l'appeler Luigi même si il n'avait pas vraiment le choix. Bref tout ça pour lui dire que j'adore mon pays mais le sien impose le respect en matière de gastronomie. Pizzas, pâtes, comment ne pas aimer manger Italien ? Tout le monde aime la bouffe Italienne ! Je ne connais personne qui n'aime pas. Par contre la remarque de Luigi me dérange un peu, selon lui, on mange mieux partout ailleurs qu'aux Etats-Unis, genre notre pays on peut pas bien manger. De toute façon l'Amérique a toujours connu un mépris des autres pays, complexe d'infériorité je pense. « Va dire ça à Anthony Bourdain.. paix à son âme d'ailleurs. » dis-je en faisant un signe de croix pour celui qui est mort juste un jour avant notre entrée dans l'émission. Pour le New-Yorkais que je suis, la nouvelle a été terrible. « Puis crois pas, la nourriture américaine ça se limite pas à Mc Donald's, explore un peu le fin fond des Etats d'Amerique, tu trouveras les meilleurs steaks que tu ais jamais mangé. » Burgers aussi, tu trouveras pas meilleur qu'aux Etats-Unis. Non, c'est une calomnie de dire que les Etats-Unis est un pays où on mange mal simplement parce qu'il y a des fast-foods partout. Si les fast-foods sont partout c'est parce qu'il y a assez de débiles pour kiffer ce genre de bouffe, c'est tout, c'est pas parce qu'on a rien de mieux à proposer. Je lui demande d'où il vient d'Italie exactement, pour voir si je connais un peu, je suis déjà passé par l'Italie, je suis pas resté longtemps, mais j'y suis passé. Syracus, en Sicile. « La Sicile je connais de nom, mais Syracus.. ça me dit rien.. mais il paraît que oui c'est beau la Sicile. » dis-je tout en continuant de manger mon plat de carbonara avant d'évoquer les femmes italiennes, ahalala, les italiennes et leurs tempéraments chauds, qu'est-ce que je les aime elles aussi. Mais Luigi a raison, qui ne les aime pas les italiennes ? « Faudra que tu me présentes tes amies siciliennes alors, tu as des sœurs ? » Provocant jusqu'au bout, mais ça me fait rire. Si on en croit la théorie des mecs italiens, ce serait des gros machos, voyons comment il va réagir. Finalement je me lève pour aller me resservir, pas que j'ai faim, mais je kiffe tellement que je vais reprendre une part tout en proposant à Luigi de lui ramener un truc, un fruit donc. Et il m'invite à ne plus lui appeler Luigi. « Ok Luigi.. désolé Luigi, je croyais que tu m'avais autorisé à le faire. » Je souris narquoisement et me redirige vers le buffet, me servant une nouvelle grosse part de carbonara et ramenant une pomme pour Luigi.. Ugo. « Tiens une pomme pour toi, c'est bon pour les dents et ça accompagnera ton triste gratin dauphinois.. Ugo ! » dis-je en lui lançant la pomme. « Ugo.. ça me rappelle moins l'Italie quand même. » grimaçai-je. Au pire si il aime pas Luigi, je peux essayer un autre nom genre Giuseppe, Massimo, Fabio, Donatello..

_________________


« Et toi qui brûle, brûle Sens-tu nos consciences qui brûlent, brûlent autour de nous ? Et moi qui brûle, brûle Je sens la défiance qui brûle, brûle jusqu'au bout.»
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10425-ugo 

MESSAGES : 588
AVATAR : dacre montgomery
ÂGE : 23
LOCALISATION : sarausa (sicilia)
MÉTIER : mécano


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: God's plan - (Mardi - 14h)   Jeu 14 Juin - 20:14

C'est pas que t'aimes pas les States, ton beau-père est de Floride, mais la preuve que l'Italie c'est mieux, puisqu'il est venu vivre à Rome. Toi, tu n'y es jamais allé là-bas, donc tu juges un peu vite en fonction de tes préjugés d'européen qui n'est jamais allé plus loin que ton propre pays finalement. Milan semble pas super ravi d'entendre ce que tu dis, il te sort le nom d'un type. Tu hausses les épaules. « Connais pas. Désolé. » Tu avoues sans honte, aucune, en imaginant qu'il s'agissait d'un vieux chef étoilé américain, peut-être un père fondateur de la cuisine de ce pays qui selon toi a surtout bâti sa gastronomie sur beaucoup de cultures et de plats venus d'ailleurs, mais bon. Milan t'assures qu'il n'y a pas que des fast-food aux Etats-Unis, non, mais il faut aller chercher les bons restos. « Hm, je demande à voir. Faudra que tu m'emmènes, une fois que je serai sorti d'ici vainqueur. » Comme ça, ça lui laissait encore le temps de peaufiner votre itinéraire de voyage pour réussir à te faire changer radicalement d'avis sur son pays -honnêtement, il t'en faudrait beaucoup pour ça, parce que tout te semblait superficiel là-bas et tu étais du genre à camper sur tes positions, que tu saches vraiment de quoi tu parles ou pas. Il s'intéresse à l'endroit d'où tu viens -bon surement juste pour faire la conversation, mais tu aimes bien parler de la Sicile. Il ne connait pas, c'est l'occasion. « Ah, mais c'est le plus beau pays la Sicile ! » Oui, tu sais bien que c'est une île et seulement une région d'Italie, mais ton père déteint sur toi. « Tu vois, je me réveille tous les matins avec le soleil, il fait bon, j'ai la mer à deux pas, les gens sont beaux, souriants, heureux... Et tu adorerais les plats de la nonna ! » Ta grand-mère. Bon, dit comme ça, la Sicile c'est le paradis, et tu sais que c'est pas vrai, y a aussi des problèmes comme partout, mais tu n'allais pas lui faire une carte postale de ce qui n'allait pas pour qu'il bannisse ton île de ses destinations de voyage à l'avenir. Puis évidemment, quand ça parle de l'Italie, ça parle des italiennes. Tu les aimes aussi, mais tu es plus du genre à te tourner vers les étrangères après plusieurs relations compliquées avec les filles de par chez toi. C'est qu'ils faut les supporter, et il faut du temps pour y arriver, mais tu y travailles. Ton voisin de table te suggères de lui présenter tes amies siciliennes, et évoques tes potentielles soeurs. Tu sais bien à quoi il s'attend, une réaction du genre Tony Montana qui se chauffe dès qu'il voit quelqu'un poser les mains sur les sorelline ; mais tu es loin de ce stéréotype du frère hyper protecteur, déjà parce que tu n'es pas le premier des trois, ensuite parce que vous n'êtes pas si proche que ça, en âge ou en terme de tempérament, puis le divorce à jouer son rôle en vous séparant un peu aussi, et finalement, avec le temps tu te dis qu'il faudrait penser à laisser les femmes, même mères et soeurs et épouses, faire un peu ce qu'elles veulent sans l'accord d'un homme de leur entourage, hm. « Ah, je voudrais bien, mais tu vois je n'ai pas beaucoup d'amies... C'est toujours compliqué avec les femmes. Et mes soeurs te sont hors de portée, j'en ai peur... » Tu marques une pause, lui lançant un regard faussement menaçant, la fourchette immobile entre les morceaux de pommes de terre. « Parce que Giulia s'est fiancée, et Alba est disons... dans une phase qui n'est peut-être pas une phase, vas savoir. » Tu hausses les épaules, haussant les sourcils, l'air vraiment incertain. Pas que tu es un problème avec ça, mais tu ne lui demandes pas non plus tous les jours si elle aime les garçons aujourd'hui. Milan se lève alors pour aller se aller se resservir, tu lui demandes de te rapporter ton dessert en passant et de retrouver ton prénom, vers la corbeille de fruits par exemple. Tu inclines la tête après qu'il se soit excusé mais te rappelles que tu l'y avais autorisé. Oui, disons que tu l'avais autorisé jusqu'à ce que lui ou toi ne vous en lassiez, et qu'il retrouve ton prénom par lui-même sans que tu n'es à le lui demander moins gentiment. Tu t'y serai fait pendant un temps quoi, et puis ça t'aurais saoulé. Il te ramène une pomme. « Merci bien, mon brave Milan, de te soucier de mes dents. Et saches que j'irai faire mes compliments au chef pour ce gratin qui était... » Tu fais ce geste qui ne peut que vouloir dire que ton plat était "exquis". Pas au niveau de la nonna, mais elle avait son ingrédient secret pour toi, alors forcément, personne ne pourrait jamais lui faire de concurrence. En ce qui le concerne, Milan trouve que "Ugo" ça rappelle pas trop l'Italie. « Parce que Luigi, ça te la rappelles plus ? » Bien sûr, toi tu l'entendais souvent, mais tu imaginais que pour les étrangers l'association se faisait peut-être plus rapidement avec Mario, donc avec les jeux vidéos -mais c'est vrai que Luigi, ça faisait très italien, en effet. « Sans ma mère je me serais appelé Junior. » Tu lui fais savoir et tu croques dans ta pomme. « Fabior Jr. » C'était ce qu'avait eu ton père en tête à ta naissance, une histoire de fierté familiale, quand son propre père n'avait déjà pas réussi à imposer à la nonna d'appeler leur premier fils Giuseppe. Le prénom de ton grand-père était devenu ton second à toi, et tu appellerais peut-être ton fils comme ça, ou Fabio, mais tu ne te projetais pas aussi loin. « Et franchement, venant de toi... » Tu ricanes, mais voilà. « C'est-à-dire que Milan c'est loin de me rappeler les Etats-Unis. » Contrairement à un Logan, un Jordan ou un Michael.

hj : j'ai trop ri quand j'ai lu la liste des prénoms à la fin de ton post, sachant que j'avais déjà presque nommé toute la famille fourrire (j'suis pas une psychopathe j'aime juste faire des généalogies détaillées pour mes persos, c'est inutile mais ça m'a occupée pendant les castings Arrow )

_________________
    me ne vado, ti lascio nella sera
    che, benchè triste, cosi dolce scende
    per noi viventi, con la luce cerea
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 263
AVATAR : Frank Dillane
ÂGE : 24
LOCALISATION : New York
MÉTIER : Employé d'Hotel


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 7.000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: God's plan - (Mardi - 14h)   Lun 18 Juin - 10:37

Ca m'énerve cette tendance à toujours vouloir tailler les Etats-Unis quoi qu'il se passe. C'est ce qu'Ugo fait quand j'évoque la nourriture.. alors je lui rappelle le nom d'Anthony Bourdain, grand cuisinier de New York, décédé récemment, mais il ne voit qui c'est. « Je vois qu'on a pas de culture en Italie.. » Enfin tout dépend de ce qu'on appelle culture après. Si ça se trouve mon cuisinier favori n'est pas connu dans le reste du monde.. mais ce serait triste tellement il nique le game, ce serait même incompréhensible. Mais je lui dis Bourdain ou pas Bourdain, il peut tout de même trouver les meilleurs steaks qu'il ait pu goûter de toute sa vie. Il me demande de lui montrer quand il sortira vainqueur d'ici, je me mets à sourire amusé. « Pas de soucis je t'y emmènerai.. quand tu finiras deuxième et moi vainqueur. » Bon même si au final je m'en fous de gagner et c'est pas quelque chose que je vie plus que tout, c'est pour le principe.. j'y crois pas trop, je pense pas avoir l'âme d'un grand joueur pour ça, je suis juste ici pour passer du bon temps moi et jouer quand je pourrai jouer mais sans plus. Enfin on verra bien comment l'aventure évoluera avec le temps. Mais à son tour de défendre son « pays » la Sicile, il m'avoque le soleil, la mer, les gens souriants.. « Tu serais pas un peu du genre indépendantiste Sicilien ? » lui demandai-je toujours avec ce sourire narquois qui a tendance à me caractériser. Non parce que la Sicile c'est l'Italie, enfin jusqu'à preuve du contraire, mais peut-être que son chauvinisme lui fait dire des choses de manière hyperboliques. Pour ce qui est de l'indépendance de la Sicile ou je ne sais quelle région, honnêtement je m'en branle. « Tu donnes envie d'y aller.. mais je suis sûr qu'elle a ses points négatifs aussi. » Comme partout, mais c'est-ce qu'Ugo est capable de les voir ? C'est dur d'être objectif quand on aime vraiment quelque chose ou quelqu'un. Mais tant mieux pour lui après, vaut mieux qu'il kiffe plutôt qu'il se plaigne au moindre détail agaçant.  « Mais sache que j'adore TOUS les plats Italiens. » lui dis-je en reprenant une fourchette de mes pâtes carbonara. Je pourrai en manger sans fin, sans faim, enfin bref, l'Italie me donne envie de me péter le bide. Puis il y a les jolies femmes, les Siciliennes sont belles elles aussi d'après Ugo alors je lui demande de me présenter quelques unes de ses amies, normal quoi. Mais aussi quelques unes de ses sœurs si il en a. Ca aussi pour guetter et voir si le machisme des Italiens est bel est bien fondé. Mais apparemment il n'a pas beaucoup d'amies pour ça et ses sœurs sont maintenant inaccessibles. « Je comprends, l'amitié homme-femme j'y ai jamais cru. » Enfin sauf en de rares exceptions, mais à un moment donné forcément si la femme en face est attirante physiquement, moi je voudrai plus que de l'amitié, enfin ça me semble logique que deux être hétérosexuels et s'apprécient finissent par baiser. Enfin après si, on peut aussi être amis et baiser c'est pas incompatible malgré ce que l'on veut nous faire croire. Le sexe est trop sacralisé. Les sœurs d'Ugo elles je pourrais pas les séduire parce que l'une est fiancée et l'autre n'est pas de ce bord là. « Je vois.. bon il arrivera surement un moment où Giulia s'ennuyant avec son fiancé cherchera une aventure pour casser la routine.. et où Alba aura envie d'essayer avec un homme.. je serais là à ce moment. » Je provoque encore, mais je pense vraiment que ça c'est une nouvelle fois des barrières d'apparence. Dans un mariage, je suis persuadé que 80% des couples finissent par voir ailleurs. Pas parce que leur mari ou femme leur convient plus, mais pour varier les plaisirs, casser la routine. Bien sûr ils se le diront jamais, parce qu'ils s'aiment. Mais l'amour et le sexe c'est différent. C'est un peu ce qui se passe avec Mélissa moi. Sauf que maintenant, aujourd'hui elle peut me voir si je dis des trucs ou si je fais des trucs qui lui plaît pas. Pour la lesbienne, je suis sûr qu'un jour viendra où elle essaiera avec un homme comme moi j'ai déjà essayé avec plusieurs hommes, juste pour l'expérience, même si moi mon attirance sexuelle est double puisque j'aime les femmes mais aussi les hommes. Finalement je retourne me servir et ramène une pomme à Ugo. « Pas de soucis, faut qu'on puisse tous garder de belles dents pour passer à la télé.. » Mais son gratin dauphinois c'est pas possible. « La prochaine fois teste plutôt leur carbonara, je suis sûr que même un vrai Italien l'apprécierait. » Ce sera surement meilleur qu'un gratin dauphinois, putain mais c'est quoi ce plat dégueulasse, comment peut-on l'apprécier ? Mais je suis triste de devoir l'appeler Ugo, ça me rappelle pas assez l'Italie, alors que Luigi, c'était simple mais efficace. Ugo ça a moins une consonnace Italienne je trouve. Enfin ça finit par « o » mais c'est tout. « Si tu savais le nombre de restaurant Italien qui ont le prénom Luigi dans leur nom. » Chez Luigi, Luigi Pizza.. obligé que dans ta vie tu ais connu un restaurant Italien avec le prénom Luigi, c'est hyper cliché, mais les restaurants sont clichés. Alors oui moi Luigi ça me rappelle beaucoup plus l'Italie. Mais sans sa mère, apparemment Ugo ne s’appellerait pas Ugo mais Junior. Fabio Junior. « Putain.. heureusement que ta mère était là alors.. Junior. » Je ris légèrement, reprendre le prénom de son père c'est assez ridicule, mais bon moi aussi j'ai pu hérité des choix de mon père dans mon prénom finalement. Pour ça que Milan ne lui rappelle pas les Etats-Unis. « C'est à cause de mon père en fait. Il est Tchèque et assez fier de ses origines.. enfin tu comprends ce que c'est visiblement d'être fier de ses origines. » Nouveau sourire, mais après tout il a raison Ugo de kiffer son pays, puis en plus l'Italie c'est beau, et la Sicile doit l'être tout autant. « Moi je crois que mon fils je l’appellerai.. SanGoku. » lâchai-je. Ouais c'est cool Sangoku, puis c'est le prénom d'un de mes héros de jeunesse, je vais pas la perpétuer la tradition des prénoms serbe, je préfère plutôt m'éclater sur le choix du prénom je crois.

(haha j'avoue c'est quasi les mêmes noms looool Mais tkt c'est mieux de les nommer avant, ça permet de pas s'éparpiller et d'y mettre plus de détails:siffle: )

_________________


« Et toi qui brûle, brûle Sens-tu nos consciences qui brûlent, brûlent autour de nous ? Et moi qui brûle, brûle Je sens la défiance qui brûle, brûle jusqu'au bout.»
Revenir en haut Aller en bas
 

God's plan - (Mardi - 14h)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Quel plan de développement pour le secteur énergétique ?
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale
» Symposium sur le Plan National de Protection de l'Enfant
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: RÉFECTOIRE / SELF-SERVICE-
Sauter vers: