let's get it started (DIMANCHE 16H50)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10450-phil 

MESSAGES : 751
AVATAR : andrew cooper
ÂGE : 35
LOCALISATION : Liverpool
MÉTIER : coach sportif en centre d'obésité infantile
ÉTAT D'ESPRIT : rêveur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: let's get it started (DIMANCHE 16H50)   Dim 10 Juin - 2:05

Eh bah. On aura beau dire, on peut être sûrs d’une chose : la production de l’émission ne s’est pas foutue de nous, vu le paquebot auquel on va avoir droit ces prochaines semaines. Enfin, je dis “prochaines” en me projetant déjà comme si j’allais rester là plus ou moins longtemps, mais… c’est peut-être un peu prématuré. Qui sait si je ne vais pas partir de là à la fin de la semaine, après tout. Dans toutes les télé-réalité, il y a un ou une candidat ou candidate dont on se souvient jamais. Ceux qui restent dans le générique malgré tout, et qu’on se dit à chaque fois “il était vraiment candidat, lui ?” comme si ça avait été possible qu’un agent technique ait réussit à s’incruster dans le shooting pour se prendre pour une star. Et cette personne, ça sera peut-être moi. Ou peut-être pas. On en sait rien, en fait. Et je crois que je suis encore en train de partir dans mes divagations, moi. Qu’est-ce que je me disais, à la base ? Ah, oui : les moyens. Le gros et beau bâteau. Et puis, là, maintenant, de suite, la belle salle de sport qui va avec. Ah, bah, forcément, je ne pouvais sciemment pas passer à côté d’elle, et franchement, on peut dire que je ne suis pas déçu ! Ca vallait le coup de tourner en rond sur tous les ponts pendant trois heures avant d’enfin trouver destination… Ah ça, y’en a, des machines de guerre, là-dedans ! Y’en a même qu’on a pas au centre, pour dire… pourtant, il est plutôt équipé, lui aussi. Mais, moins, de toute évidence. Mmh. Dommage pour moi. Enfin, en un sens, tant mieux, surtout, parce que là, au moins, il m’est donné l’occasion d’en profiter. Mais c’est dommage, puisque je me connais, moi et mon sens de l’orientation, je n’étais pas du tout dans l’optique de la trouver, cette salle, du coup, ma tenue de ville n’est pas tellement des plus appropriées. Je suppose que pour cette fois, je devrais me contenter d’admirer les engins. C’était d’ailleurs la tâche à laquelle je m’épanchais avec ardeur et enthousiasme quand derrière moi, j’entends la porte qui s’ouvre. Et mince. Non pas que je voulais être seul, mais, bon. Moi et mes compétences sociales, on repassera. Je suis bien conscient que là, dans un cadre pareil, je vais bien être obligé de m’y mettre, et du fait, j’espère juste ne pas passer pour un imbécile fini. Du coup, je me retourne, et je vois un jeune homme, sûrement dans la vingtaine s’approcher de moi. Je lui souris - peut-être un peu maladroitement - avant de me lancer, le tout, en tentant du mieux possible de rester cool « hey. » Un seul et unique petit mot. Mouais. Je pense que j’aurais pu faire mieux, quand même. « sportif, aussi ? » Et on passe maintenant à deux mots ! Bravo, Philip, tu progresses ! Bon, au moins, je bafouille et m’embrouille pas - pas encore - c’est déjà ça. « j’étais justement en train de me dire qu’on est gâtés, niveau installations. Ils ont pas fait les choses à moitié. » Eh bah, là, on peut dire que je m’impressionne. On pourrait presque croire que je suis vraiment cool, comme gars. « Je m'appelle Phil, au fait. Enfin- non, en vrai, je m’appelle Philip, mais, bon, tout le monde m’appelle comme ça, donc on va dire que c’est pareil. J’veux dire, tout le monde m’appelle Phil. Même mon fils une fois, l’a fait. Ca m’a fait bizarre. Surtout vu son âge. Mais- euh Je- je pense que je m’égare, désolé. Et toi, tu… es ? »  »[/color] qu’est-ce que je disais, au juste ? On pourrait croire que je suis cool ? Mais oui. Tout à fait.


@Chaim hinhin

_________________
DREAM WITH YOUR EYES WIDE OPEN
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 219
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: let's get it started (DIMANCHE 16H50)   Dim 10 Juin - 14:54

J’ai encore du mal à réaliser tout ce qui se passe présentement. En à peine vingt-quatre heures, j’ai été balargué d’un avion à un bus, tout ça les yeux bandés, d’un bus où j’ai poireauté pendant plusieurs heures je suis finalement arrivé dans un Hangar où on m’a annoncé que j’intégrais officiellement la onzième saison de Thrown Dice. Oh et, j’oubliais, sur un bateau plutôt que dans un château paumé sur une île comme l’an passé. De là où ils sont, et s’ils nous regardent, je suis persuadé que les anciens candidats ont trop la haine, peut-être même qu’ils regrettent amèrement d’avoir été impatients en choisissant de participer à l’une des éditions antérieures. Bien fait pour eux, nous sommes sur le point de tous les éclipser en profitant de ce cadre complètement inédit. Il faudra néanmoins attendre un petit peu pour cela. L’heure est à la découverte et à la prise en main des lieux. Une chance que je sois habitué à bouger régulièrement, ne pas avoir la moindre accroche te permet de facilement rebondir dans ce genre de situations. Je ne suis pas habitué à passer beaucoup de temps au même endroit, Lyon constitue la ville où je suis le plus resté depuis une éternité, six mois, vous imaginez, ça ne représente probablement rien pour n’importe quel autre quidam mais pour moi… Six moi c’est une vie entière, avoir le même job pendant six mois, un début de quotidien, des habitudes progressivement installées… J’ai horreur de tout cela, et je suis éprouvé à l’idée d’admettre que je prends presque plaisir à me lever tous les matins (dans un lit différent chaque jour) pour aller me la couler douce au boulot. J’ai encore plus de mal à me dire que Thrown Dice, en cas de finale, constituera ma deuxième plus longue parenthèse depuis longtemps. Quelques mois, pourvu que je tienne bon la barre pendant toutes ces semaines. J’ai une habilité à me lasser qui est impressionnante et déconcertante à la fois. Loin d’être déjà lassé, au contraire, je me lance dans un tour du propriétaire qui m’emmène jusqu’à la salle de sport, somptueuse. J’en reste bouche bée, ramené à la réalité par un camarade d’humeur à discuter. « Yo. » Il me questionne sur mon statut de sportif et fait s’étirer mes lèvres en un fin sourire que j’accompagne d’un relevé de t-shirt assez explicit. « Sauf si tu connais un moyen d’arriver à un tel résultat sans avoir à suer pendant des heures. » On ne sait jamais, je peux potentiellement être preneur, même si j’adore m’entrainer quotidiennement. « Ils ont clairement mis le paquet, j’crois qu’ils ont pas envie d’avoir une colonie de petits gros en fin d’aventure… Ils savent qu’on ne va pas forcément bien manger ici, avec autant de petits restaurants, de bars et de cuisiniers. » Je sens déjà les cheat days se transformer en cheat weeks. Il va falloir que je sois prudent, moi qui ne bénéficie pas d’une volonté de fer. Et là… J’sais pas trop ce qui lui prend, mais il se met à parler, parler et parler sans réel objectif, enfin si… J’crois qu’il essaie de présenter… J’sais pas trop, je crois que j’ai arrêté de suivre après Phil. « Chaim, enchanté. » Un élément a peut-être néanmoins retenu mon attention. « T’as déjà des gosses, Phil ? Quel âge as-tu ? » Il me parait jeune, quoique… L’apparence est parfois trompeuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10450-phil 

MESSAGES : 751
AVATAR : andrew cooper
ÂGE : 35
LOCALISATION : Liverpool
MÉTIER : coach sportif en centre d'obésité infantile
ÉTAT D'ESPRIT : rêveur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: let's get it started (DIMANCHE 16H50)   Lun 11 Juin - 0:48

Quand mon nouvel interlocuteur se met à sourire alors que je lui demande s’il est sportif, j’avoue, je hausse un petit peu un sourcil curieux. Etait-ce une question si bête que ça ? Oh, remarque, c’est vrai que s’il se trouve dans cette salle, y’a des chances que le sport l’intéresse, mais on sait jamais, après tout, peut-être aurait-il juste pu se perdre, ou se demander comment fonctionne ces engins. Après tout, c’est pas ma p’tite carrière de coach qui me fera dire le contraire : bon nombre des clients aux salles de sports viennent s’inscrire seulement par curiosité, par bonne conscience, entraînés par des amis plutôt que par réel intérêt pour le sport. Oh, bien sûr, il y en a, mais… de moins en moins. Bien sûr, aujourd’hui, vu que je travaille dans le centre, je n’ai plus du tout à faire à ce genre de clientèle, mais par le passé, oh ça oui, que j’en ai côtoyé ! Mais ce n’est absolument pas n mal, après tout, bien au contraire : s’intéresser à des activités nouvelles, trouver de la motivation là où en aurait pas tellement eu à la base… C’est réellement tout à leur honneur ! ...Mais bon, dans le cas de mon camarade, il n’en est rien. Il me montre ce qu’il cache en dessous de son t-shirt, et, effectivement, c’est assez explicite. Sa remarque m’arrache un petit rire, et je ne peux m’empêcher de rétorquer « pour tout avouer, je suis bien content qu’il n’y ait pas d’autre moyen. J’ai pas envie d’me retrouver au chômage. » Après tout, plus personne n’aurait besoin de coach s’il était si facile de reprendre son corps en main. Tiens, d’ailleurs, je viens de me rendre compte qu’on se connait pas. Et que donc, forcément, je pourrais très bien être ébéniste ou pere noel de super marché, il en aurait aucune idée. Vaudrait mieux que je précise, du coup. « j’suis coach sportif » je rajoute d’un air entendu, comme si ces trois petits mots étaient la solution de l’énigme de ma précédente boutade. Et lorsque je fais remarquer la qualité des installations de cette salle, de nouveau, sa réponse m’arrache un léger rire. C’est vrai que dans ce genre de téléréalité, c’est un peu l’effet inverse que celles de naufragés sur des îles désertes. Et quoi de plus normal, vu tout ce qu’on nous met à disposition gratuitement. « ils ont effectivement trouvé la meilleure manière de se dédouaner de toutes responsabilités… les malins ! » même si, bon, qu’on se le dise, je pense que si notre poids était vraiment leur priorité, on aurait tout simplement pas eu le même genre de menus à disposition… Quoi qu’il en soit, il aura été très court, l’instant où j’arrive à me comporter comme un être humain normal face à une nouvelle rencontre. Voilà que, alors que j’ai simplement voulu me présenter, je recommence à m’embrouiller. Par chance, Chaim - cat voilà bien son prénom - ne m’en fait aucune remarque. Ca n’aurait pas arrangé les choses. Et puis, il semble soudainement se rendre compte d’une information échapée lors de ma petite tirade, puisqu’il est vrai que j’ai fait allusion à Lucas sans trop m’en rendre compte. Mon statut de papa a l’air de le surprendre, et je ne cache pas un sourire amusé à sa demande sur mon âge. « J’ai eu 35 ans, y’a pas si longtemps » m’aurait-il donné moins ? « et oui, j’ai deux enfants : une p’tite princesse de 9 ans et un p’tit guerrier de 7 ans » du moins, c’est ce qu’ils aimeraient être, chacun d’eux. A l’évocation de Juliette et Lucas, mon sourire c’est instantanément transformé en un sourire de papa aussi fier que gaga de ses gamins, si bien que si on me prenait en photo là, maintenant, de suite, je pense qu’on aurait la parfaite illustration pour le terme “imbécile heureux” dans le dictionnaire. « Du coup, oui, je les ai eu à 25 et 28 ans. Je me rends compte que c’est encore tôt, pour certaines personnes, mais bon. » j’hausse les épaules. Pas pour moi. Certes, je n’étais avec Margaret que depuis 2 ans, lorsque sa première grossesse est arrivée, et certes, celle-ci n’était pas tellement prévue, à la base, mais… au final, c’était surtout une bonne surprise. C’était déjà du très sérieux, entre nous, après tout. « Oh, et, je suis marié, aussi » j’ajoute, malicieux, en levant ma main gauche pour lui laisser voir l’alliance. Je ne sais pas pourquoi, je sens que cette nouvelle information va aussi le faire tiquer.

_________________
DREAM WITH YOUR EYES WIDE OPEN
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 219
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: let's get it started (DIMANCHE 16H50)   Lun 11 Juin - 19:32

Je suis amusé par Phil, il a l’air très innocent, tout mignon dans sa manière d’approcher la vie et les autres. Je le juge peut-être un peu vite, cela dit. Je me base sur une seule et unique remarque pour m’amuser à formuler un constat que j’enverrais peut-être valser dans quelques minutes en réaction à une autre phrase. Quoiqu’il en soit, l’amusement qu’il me procure lui fait gagner des points, c’est décidé, je l’aime bien… Pour le moment. Plutôt que de me justifier, je choisis de soulever mon t-shirt histoire de m’offrir quelques secondes de vantardise. Même si je ne suis pas d’un naturel à exhiber mes courbes pour flatter mon égo, il y a des moments comme ceux-là où tu peux te permettre d’agir ainsi sans être pris pour un connard au comportement aussi gonflé que ses biceps. J’ai le torse à l’air, je contracte légèrement mes abdominaux pour faire ressortir davantage les tablettes de chocolat que j’ai passé tant d’heures à travailler, que je passe toujours autant de temps à consolider. Le sport c’est comme un traitement, tu dois t’assurer d’être régulier si tu ne veux pas que les résultats soient perdus à mi-chemin et que tu sois obligé de tout reprendre à zéro. Croyez-moi que s’il existait une méthode miracle pour éviter d’avoir à se déchirer plusieurs heures par séance afin d’obtenir de tels résultats, je serais le premier à dépenser des sommes astronomiques pour en profiter. Peu importe si cela mettrait un terme à ma profession, je ne compte pas rester à la salle très longtemps de toute manière, encore un an, grand maximum. Après cela, Dieu seul sait où j’irais, ce que je ferais, combien je serais payé… C’est ce que je préfère dans mon quotidien, j’en ignore toujours les ressorts. Surprise assurée. « Tu peux toujours te recycler si la profession décline… Mannequin, prof de sport… Acteur porno… » J’sais pas moi, il n’a qu’à se creuser la tête et il trouvera un million d’emplois qui pourraient lui aller comme un gant. « Quoique… Faut être aussi bien garni sous la ceinture que musclé alors bon… J’suis pas sûr du coup ! » J’dis surtout cela pour le provoquer, parce que j’adore faire sortir les gens de leurs gonds. C’est un petit plaisir coupable qui me distrait suffisamment pour m’éviter l’ennui. « Coach sportif hein ? On embauche sur Lyon, si tu veux changer d’air après l’émission… » Faudrait-il encore qu’il sache parler français pour cela. « Je suis responsable d’une salle de sport, on est presque collègues ! » Les installations sont hyper modernes, à la pointe des dernières innovations en matière de sport. J’suis persuadé que c’est une manière pour la production de se défendre quand tout le monde pointera du doigt la prise de poids de l’intégralité du casting. « Tu crois qu’il y a moyen de gagner un peu de thune pour nos cagnottes si on offre nos services aux candidats qui en auront le plus besoin ? » Je propose, sait-on jamais, parce que bon… On risque d’avoir du boulot. Après une présentation interminable, je choisis de me concentrer sur le seul détail qui attire véritablement mon attention, les enfants. « Wow… Tu fais plus jeune... T'es vieux enfaite… » J’serais presque déçu, ouais, on repassera pour le rival qui me donnera du fil à retordre sportivement parlant. Il déclare avoir deux enfants, tous les deux proches de la dizaine, il les a eu tôt, beaucoup trop tôt. « Et t’as pu profiter de ta jeunesse quand même ? T’étais avec leur mère depuis longtemps ? Tu l’es toujours ? » Putain, je pourrais rejoindre les quartiers du FBI, un vrai moulin à questions. Il dégaine l’alliance qui répond, je suppose, à l’une de mes questions. Il est surement toujours avec la mère de ses enfants. « Wow… Nice… » Je confirme d’une moue impressionnée. « T’as pas peur de mettre ton couple à rude épreuve en participant à une telle émission ? Les filles ici sont quand même sacrément canons ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10450-phil 

MESSAGES : 751
AVATAR : andrew cooper
ÂGE : 35
LOCALISATION : Liverpool
MÉTIER : coach sportif en centre d'obésité infantile
ÉTAT D'ESPRIT : rêveur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: let's get it started (DIMANCHE 16H50)   Mar 12 Juin - 1:09

Plus d’une fois, je me suis imaginé bon nombre de scénarios qui m'emmenaient tous à un changement radicale de carrière. De boulanger à Jedi, en passant par Mr Loyal ou encore archéologue… j’ai pu, dans mon imaginaire, toucher à toute une panoplie de métiers tous plus différents et dépaysants les uns que les autres. Je me suis vu vivre bon nombre d’aventures dans ma tête, bon nombre de vies, bon nombre de dangers en tout genre. Mais alors acteur porno, là, je dois bien l’avouer, mon imaginaire ne l’avait encore envisagé. Et parce qu’il en a fait mention, et que c’est de la sorte que mon esprit fonctionne… je créer, le temps d’une seconde, la case “acteur porno” dans la grande bibliothèque des carrières imaginaires de Philip… mais honnêtement, là, c’est un peu le trou noir. Contrairement à d’ordinaire, mon esprit ne fuse pas tout seul dans tous les sens sans mon consentement, comme si, même avec toute la bonne volonté du monde, il m’était impossible de me voir là-dedans. Ciel. Aurait-il trouvé une faille dans mon imagination sans limite ? ...je sais pas tellement comment je dois interpréter le fait que cette faille soit le porno. Mmh. pas du tout, même. « qui sait, c’est peut-être pour ça que je me suis inscrit ici » je lâche finalement dans un léger rire. J’suis parfaitement conscient que j’suis pas du tout crédible avec une telle éventualité, et que si des personnes qui me connaissent regardent cette scène sur leur télé, ils viennent probablement de se fendre la poire. Peut-être même que lui aussi, malgré le fait qu’on commence à peine à parler, ait déjà grillé ma non-crédibilité dans une affirmation pareil. Mais bon. Il enchérit alors en pointant le fait que le torse ne soit pas tellement la seule partie du corps que les gens regardent dans ce milieu là, et, comprenant son allusion, je suis pris d’un nouveau rire, toujours amusé, mais cette fois un brin plus gêné, tout de même. « oui, non, là, j’suis pas sûr » ...euh. Attends, là. J’crois que j’ai pas tellement choisi la bonne manière de m’exprimer là. Fronçant les sourcils, je me rends soudainement compte que je viens de sous entendre que dame nature que m’avait pas gâté, et merci ma spontanéité naturelle, voilà que je commence à vouloir me rectifier sans savoir quoi rectifier. « enfin- j’veux dire- pas que- euh... » okay, ko technique, là, j’suis en plein bug. « je sais même pas comment je comptais finir cette phrase » j’avoue dans un rire gêné et maladroit, regard un epu déviant et joues chauffant un peu sous l’embarra. Finalement, lorsque je lui apprends être coach sportif, voilà que celui-ci me révèle qu’on fait presque le même métier… et me fait une proposition de poste. Eh bah ! « C’est gentil, mais j’adore là où j’suis en ce moment. Un centre d’obésité infantile, c’est pas la même ambiance qu’à la salle, mais, wouah, ce que ça prends aux tripes. » dans le sens positif du terme, bien sûr. Ca ouvre les yeux sur plein de chose,d’être avec ces gamins et de les aider à pas passer l’arme à gauche, ça, y’a pas à dire. « et puis, Lyon, c’est en France non ? Ca serait d’autant plus compliqué que je parle pas un mot de français ! » que j’ajoute dans un p’tit rire. C’est sûr que si je sais même pas dire “bonjour je m’appelle Philip”, ça serait un peu compliqué de coacher des gens. Presque aussi compliqué que le fut ma ridicule tentative de me présenter. Pourtant, j’arrivais à tenir le bon bout du be more chill, jusque là, mais, faut croire que je m’étais un peu trop reposé sur mes lauriers. J’évoque mon fils, sans trop faire attention, et ce détail retient l’attention de Chaim. Le fait que je puisse avoir des enfants à l’air de le surprendre. Tout comme mon âge, d’ailleurs, apparemment. « eh oui, bientôt un vieux quarentenaire croulant ! » je confirme en riant un peu plus franchement, pas le moins du monde complexé par mon âge, même s’il me fait bizarre à certains moments. « tu as quel age, toi ? J’avais parié avec moi-même sur 25, je sais pas si j’ai bon. » j’ai rarement bon, dans ce genre de pari, mais bon. Là, l'avantage, c’est que même si je perds, je gagne, vu que c’est avec moi que j’ai parié. En tout cas, le sujet “papa” a l’air de l’intriguer, il me pose beaucoup de questions. Mais ça ne me dérange absolument pas. S’il y a bien quelque chose dont j’adore parler, c’est bien de ma famille. « ça dépends ce que tu entends par “profité”. De mon point de vue, oui, j’ai profité, et je profite toujours, d’ailleurs. Mais, mon point de vue est rarement le même que les autres, dans ce genre de trucs. » parce que bon, moi, en vrai même dans une pièce où y’a rien d’autre qu’un canapé et une fenêtre, je profite et j’suis content : je m’assois, je regarde le paysage, et j’me perds dans mon univers. Même gamin, il me fallait rien d’autre pour être heureux. Quand il me demande si je suis toujours avec Margaret, je réponds simplement en montrant mon alliance dans un sourire. Je pense qu’il n’y a pas de réponse plus parlante. « Ca fait un peu plus de onze ans qu’on est ensemble. Et, j’étais avec elle depuis deux ans, environs, quand la p’tite est arrivée. C’était pas tellement une grossesse prévue, ça nous est un peu tombé dessus, mais en fait, autant pour elle que pour moi, c’était une évidence qu’il fallait le garder. Enfin, la garder, en l'occurrence, puisqu’on a eu une fille. Pour son p’tit frère, par contre, c’était totalement du prévu. » On a d’ailleurs mis un sacré p’tit moment avant de réussir à le lui donner, ce p’tit frère, à la p’tite Juliette. Ca nous a fait peur, au début. Mais plus de peur que de mal, au final. Quant à savoir si notre couple risque d’en pâtir ou non avec cette émission… là aussi, la question ne se pose pas. Je secoue la tête doucement, vers la négative, tout en répliquant simplement « aucune femme au monde n’arrive à la cheville de ma Margaret. Et je dis pas seulement ça parce qu’elle est très probablement en train de nous regarder ! » je lâche un rire à ma dernière remarque, avant d’ajouter « on se fait entièrement confiance là-dessus, aucun problème. La preuve, c’était même son idée, que je m’inscrive ici, à la base. » Eh oui, désolé, j’ai menti : c’était pas pour pouvoir faire du porno.

_________________
DREAM WITH YOUR EYES WIDE OPEN
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 219
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: let's get it started (DIMANCHE 16H50)   Mar 12 Juin - 18:47

J’ignore comment j’en suis arrivé là. Chaque jour est une promesse de renouveau, je me réveille tous les matins avec l’assurance d’être surpris. C’est ce que j’aime dans ma vie. Je n’ai pas un quotidien dans lequel je suis empêtré, je ne suis pas otage de mes petites habitudes. Faudrait-il encore que je puisse faire preuve de stabilité pour me confronter à une telle problématique. Quand j’ai le malheur de regarder en arrière, je ne peux qu’être satisfait du chemin parcouru. Pour un mec qui part de rien, j’ai quand même réussi à accomplir quelques trucs dont je peux être fier : J’ai déjà quasiment fait le tour de la France depuis que mes parents et moi avons décidé de prendre du recul pour des raisons qui ne regardent personne. Je suis toujours parvenu à trouver du travail et à retomber sur mes pattes. La preuve ? Sans formations particulières, je suis devenu responsable dans une salle de sport dernièrement. Je n’ai même pas eu à passer sous le bureau ou à mener campagne, je me suis simplement fait embaucher pour coacher quelques clients parce qu’on me voyait quotidiennement à la salle, puis de fil en aiguille, je suis tombé au bon endroit au parfait moment et je suis monté en grade. La vie peut parfois être simple pour ceux qui se donnent la peine de foncer tête baissée sans trop chercher à anticiper. Dieu seul sait où j’atterrirais après Thrown Dice, je ne retournerais probablement pas à Lyon et, à vrai dire, ce voyage en direction de Miami m’inspire beaucoup de choses… Peut-être est-il temps d’explorer le reste du monde ? De ne pas me limiter à la France ? Pas besoin de se précipiter, mon aventure sur le bateau me laisse encore suffisamment de temps pour me dégoter un nouveau point de départ, une nouvelle étape. Je n’imagine pas vraiment Phil en acteur porno, mais bon… L’idée a le mérite de me faire marrer, c’est déjà un bon début. « Qui sait, tu vas peut-être te découvrir ici ! » Un voyage initiatique des plus originaux, qui sait ce qu’il pourrait apprendre ici. J’étouffe un rire, à deux doigts de partir en fou rire, alors qu’il admet ne pas être suffisamment garni par Mère Nature pour pouvoir prétendre à un tel poste dans l’industrie du porno. « Oh… Okay… Et ainsi s’envole le fantasme que tu incarnais auprès de la ménagère de plus de cinquante ans ! » Les femmes de cet âge là n’ont clairement pas envie de s’encombrer d’un toy boy qui n’a pas ce qu’il faut pour les faire grimper aux rideaux. Je lui tapote sur l’épaule, compatissant. « Ne t’inquiètes pas, ça va aller, tu n’as pas à avoir honte ! » J’insiste en riant, taquin. Monsieur m’apprend qu’il travaille dans un centre d’obésité infantile et parvient à m’impressionner. « Wow, tu dois être perçu comme le diable par ces enfants, non ? » Ils ne sont généralement pas là de leur bon vouloir, ce sont surtout les parents qui inscrivent leur progéniture dans ce genre de centres et ce n’est pas toujours évident de composer avec eux quand tu interviens pour leur bien. « Ce n’est pas trop compliqué psychologiquement… J’veux dire… Ce doit être lourd émotionnellement. » Je ne peux qu’imaginer, je n’ai jamais rien connu de tel jusqu’à présent et je doute d’avoir les capacités requises pour occuper une telle position. Tu dois beaucoup trop te donner, beaucoup trop t’impliquer… Difficile de m’imaginer à sa place alors que je peine à tenir plus de quelques mois au même endroit sans avoir de véritables responsabilités. « Les français sportifs du dimanche adorent se faire pourrir en anglais, j’tassure ! » Se faire engueuler et ne pas comprendre la moitié de ce qui est dit, ils adorent. Monsieur est plus âgé que ce que j’imaginais. « Tes muscles vont bientôt partir en fumée, bon courage mon vieux, quand t’auras besoin du double d’heures à la salle pour te maintenir en forme ! » J’serais presque triste pour lui… Mais la tristesse laisse place à l’amusement face à ses estimations me concernant. « T’étais pas loin, j’ai vingt-trois ans ! Et encore toutes mes dents… Enfin… Je crois ! » RIP mes dents de sagesse. Elles n’avaient clairement pas leur place sur mes mâchoires. Il m’en dit plus à propos de ses enfants, de son couple et m’impressionne. « Wow… Onze ans ça m’a l’air d’être… Une éternité… Vous parvenez toujours à vous surprendre ? A éprouver la passion des premiers jours ? » J’ai du mal à me l’imaginer, moi qui me lasse dès la première semaine. J’dois vraiment être un cas… Ou un sacré handicapé sentimental… J’imagine que chacun doit avoir sa propre opinion sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10450-phil 

MESSAGES : 751
AVATAR : andrew cooper
ÂGE : 35
LOCALISATION : Liverpool
MÉTIER : coach sportif en centre d'obésité infantile
ÉTAT D'ESPRIT : rêveur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: let's get it started (DIMANCHE 16H50)   Mer 13 Juin - 16:22

N’empêche, mine de rien, j’espère quand même que mes enfants ne seront pas en train de regarder la télé lorsque ces images seront diffusées -si elle le sont-. Ou alors, s’ils la regardent, qu’ils soient devant un dessin animé quelconque ou un dvd que Margaret leur aurait mis, mais, en tout cas, pas devant Thrown Dice, pas devant cette scène. Non parce que s’ils se mettent à demander à Maggie qu’est-ce que c’est que le porno, on est pas rendu...Surtout que, connaissant cette dernière, pas le moins paniquée du monde, elle pourrait s’amuser à leur expliquer n’importe quoi juste pour s’amuser, et croyez-moi, son n’importe quoi peut parfois s’avérer être bien plus à craindre que la réalité. Ca va que les enfants ont un peu l’habitude de ses farces et qu’ils seraient bien capable de deviner qu’elle les fait marcher, mais on sait jamais, les exceptions, ça arrive, parfois ! Et avec ma chance, il serait bien possible que ça arrive pile poil quand je suis pas la pour rectifier le tir, et à mon retour, ça serait trop tard, le plan machiavélique de ma charmante et machiavélique épouse aurait pris forme, et elle aurait réussi à faire gober ses conneries aux enfants. Et comme, malheureusement, il n’y a pour l’instant aucun moyen de prévoir ça, on va se contenter d’espérer ! En tout cas, quand Chaim émet la possibilité que je puisse me découvrir une telle vocation ici, je ris légèrement, et moi-même ne saurait vraiment dire si c’est par gêne ou par amusement. Et lorsqu’il en rajoute une couche avec son histoire, uhm… de tailles, là, j’avoue, c’est un peu le bug technique, je réfléchis pas trop à ce que je dis et voilà qu’encore une fois, je laisse planer des sous entendus involontaires. Bravo Philip, on peut dire que t’es doué. Et bien évidemment, ma réponse ne manque pas d’amuser mon interlocuteur qui en profite pour attraper la perche que je lui ai tendu sans le vouloir. Cette fois, c’est bel et bien l’amusement qui prime sur la gêne à sa nouvelle réplique, à laquelle je ne tarde pas à répondre « je m’inquiète pas trop pour elles, ça n’est pas comme si j’étais le seul homme ici » et puis, en toute honnêteté, je ne pense pas tellement avoir le profil type du gars sur lequel le public pourrait fantasmer. Enfin, je sais pas, ça me semble un peu irréaliste, et je ne pense pas qu’il ne s’agit que de mon manque de confiance qui me fasse parler. Enfin bon, quoi qu’il en soit, j’en viens à lui révéler mon lieu de travail et celui-ci à l’air de l’impressionner. Sa réaction ne m’étonnes pas trop, puisque tel est généralement le cas lorsque j’en parle à quelqu’un pour la première fois. « au début, oui, quand ils arrivent, on peut pas tellement dire qu’ils me voient d’un très bon oeil. Mais bon, plus ou moins rapidement, une relation de confiance se créer, et ils se rendent compte que je suis là pour les aider, et non pas les enfoncer. » c’est que mine de rien, eux aussi, ont envie de s’en sortir. Même s’ils ne vont pas forcément l’avouer, ne serait-ce que par fierté, pour ne pas donner raison à leur parents avec qui ils sont assez souvent en conflits. Ils n’en disent rien, mais ils sont conscient que leur vie est en danger. Et ils ont la volonté de changer ça. Il suffit juste de trouver la manière de faire ressortir cette volonté. « oh, ça, ouais, c’est prenant. Mais pas toujours dans le mauvais sens du terme. C’est sur que c’est dur, parfois, mais... De voir ces gamins passer d’un stade où ils ne sont même plus capable de grimper une colline, à un ou ils peuvent courir sur plusieur kilomètres sans se décourager, y’a pas meilleure récompense » on les aide à se sauver la vie, ces petits. Et de savoir ça, ça vaut bien tous les moments compliqués du monde. Du moins, tout ça reste moins compliqué à mon sens que de parler français. Même si d’après Chaim, gueuler en anglais pourrait avoir son petit effet sur les français… « Même lorsqu’il s’agit de trouver une maison et une école pour des mômes ? » je réplique dans un rire. Parce que bon, qui dit travail en france dis aussi vie en france et ça ne se cantonne pas qu’à la salle. Mais qui sait, peut-être que la France est un pays où celui qui cri le plus fort fort est celui qui rafle la mise, qu’importe ce qui se dit, qu’importe les intentions. Il ne me faut même pas une seconde pour me mettre à imaginer une société où le cri est le réel ressort économique, et, y’a pas à dire, ça serait quelque chose à voir. Les gens crieraient à tout va dans les rues et la technologie ainsi que la médecine seraient très développée dans le domaine des cordes vocales et des tympans, histoire des les préserver, l’un comme l’autre. Voilà bien quelque chose me rendant assez curieux et que j’aimerais voir et visiter. Mais pas de suite, Phil, pas de suite, focus, focus, t’es avec quelqu’un là. Va pas commencer dans tes bizarreries dès le premier jour, quand même, fais un effort, allez. « t’en fais pas pour mes muscles, ils ont la tête dure » je réponds, amusé, quand Chaim commence presque à pleurer sur eux avant l’heure à cause de ma dite-vieillesse. Une vieillesse pas tellement partagée, puisque voilà que Chaim m’apprend qu’il a 23 ans, et toutes ses dents. « ça compte pas, les dents de lait... » je laisse échapper dans un sourire taquin. Après tout, si je suis moqué pour mon âge, pourquoi ne pourrait-il pas l’être également ? Le voilà ensuite de nouveau impressionné par ce que je lui raconte, mais cette fois, le sujet est celui de ma femme est de mes enfants. « rien ne s’est jamais essoufflé » je lui réponds simplement lorsqu’il me demande si tout est comme au premier jour. « je suppose que le fait que nous soyons également comme des meilleurs amis y joue un joli rôle. C’est important, l’amitié, dans un couple, mine de rien. » et non, contrairement à ce que beaucoup pensent, ce n’est pas incompatible. « quelque chose me dis que de ton côté, le mariage est très loin d’être dans ton programme, je me trompe ? » je lui demande dans un léger rire, repensant à la tête qu’il a pu tirer il y a quelques instants.

_________________
DREAM WITH YOUR EYES WIDE OPEN
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 219
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: let's get it started (DIMANCHE 16H50)   Jeu 14 Juin - 14:03

Ne me demandez pas comment nous en sommes arrivés à imaginer Phil en pornstar, et ne me demandez surtout pas de définir quel rôle il aurait dans ces films et dans quel genre spécifique parce que… Bon, puisque vous êtes curieux, je le verrais bien en professeur coincé qui se fait astiquer pour une bonne note, ou en hétéro séduit par un homosexuel pour la beauté du parcours initiatique et de la découverte d’autrui. Mon esprit est, comme toujours, très productif lorsqu’il est question d’envisager des scénarios complètement improbables, c’est dans ces moments-là que je me prouve à moi-même que je peux avoir une imagination débordante. Dommage que je sois incapable de la mettre au service de sujets sérieux et professionnels. Tu me diras, avec de telles idées, je pourrais peut-être devenir écrivain ou scénariste… Attention, pas dans le porno, beaucoup trop classique à mon goût si vous voulez tout savoir, mais je suis persuadé qu’avec mes idées loufoques on pourrait me décerner un Oscar. Ouais ouais, un Oscar, rien de moins messieurs dames, toujours viser très haut. Je meurs de rire, littéralement ou presque, avec cette histoire de taille de pénis au milieu de laquelle Phil s’embourbe en tentant de se rattraper. Il me plait bien, c’est un bon gars, je peux d’ores et déjà l’affirmer. « La ménagère adore les mecs qui ont l’air un poil… Coincés, de prime abord ! » Et ce brave monsieur m’a l’air d’être assez timide, ou peu habitué à se trouver une place immédiate face à des inconnus. Ce n’est pas plus mal, si vous voulez mon avis, parce que les gens comme moi fatiguent très vite les autres, j’ai une trop grande gueule… Si seulement j’étais capable de m’en rendre compte au bon moment pour m’éviter des moments gênants. Je suis agréablement surpris par son métier, il a trouvé une manière de se rendre utile, de se mettre au service des autres pour apporter sa pierre à l’édifice. « Tu dois t’y attacher, non, à ces gosses ? Ils ont souvent des histoires qui justifient plus ou moins cette prise de poids excessive. » Pas de fumée sans feu, un gamin ne se met pas à manger des saloperies uniquement parce qu’il en a la possibilité, une suralimentation cache souvent de plus profonds problèmes, un mal-être qu’ils expriment par une compensation abusive. Certains s’enfoncent dans une sphère de violence vicieuse, d’autres se réfugient dans la nourriture et d’autres… D’autres s’effacent jusqu’à la tragédie. Pas sûr que j’aurais les tripes pour assumer une telle position. J’acquiesce, songeur, à tout ce qu’il me raconte, à cette fierté de voir tous ces gosses se dépasser et évoluer avec fierté. « Les résultats sont durables ? J’veux dire… Ils arrivent à se stabiliser une fois à l’extérieur, lorsqu’ils quittent le centre ? » J’imagine que tout dépend de l’environnement où ils retournent, mais difficile d’agir vis-à-vis de cela. « Hmmm… J’suis moins sûr ! » Le charme anglais a parfois ses limites. Je taquine à nouveau mon nouvel ami sur son âge tandis que j’admet être bien plus jeune, et avoir toutes mes dents… Ou presque. « On peut dire que les dents de sagesse ne comptent pas ? Parce que sinon… » J’en ai été débarrassé l’an passé, une bonne chose de faite si vous voulez mon avis, les sentir percer et tenter de se faire une place était insupportable en plus d’être douloureux. Me voilà à nouveau silencieux, impressionné et interdit à la fois par sa relation de très longue durée avec sa femme. C’est beau, une réussite à l’américaine. « T’as tout compris… » Je suis loin de tout cela. « Je ne sais même pas si j’en suis capable… De tenir une relation… D’être stable… » Stabilité, tout le contraire de ce que je suis actuellement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10450-phil 

MESSAGES : 751
AVATAR : andrew cooper
ÂGE : 35
LOCALISATION : Liverpool
MÉTIER : coach sportif en centre d'obésité infantile
ÉTAT D'ESPRIT : rêveur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: let's get it started (DIMANCHE 16H50)   Jeu 14 Juin - 23:13

En toute franchise, je dois avouer pas mal m'impressionner niveau sociabilité depuis notre arrivée. Bon, d’accord, on est arrivé qu’hier soir, mais tout de même : pour l’instant, je ne me suis pas trop montré trop étrange avec les quelques personnes avec qui j’ai pu converser. Il faut dire que je fais beaucoup d’effort pour rester concentrer sur eux, forçant mon esprit à ne pas se laisser distraire à la moindre occasion. Je me rends bien compte, d’un autre côté, que si je ne les habitue pas directement à ce côté extrêmement lunaire, capable de complètement oublier la présence d’autres êtres humains d’un claquement de doigt, de me plonger dans les mondes de ma tête comme si mon enveloppe corporelle n’était plus qu’une coquille vide… peut-être faudrait-il qu’ils voient tout ça pour qu’ils puissent vite si faire, mais en même temps, j’ai l’autre moitié de mon crâne qui me dit que je pourrais aussi tout simplement faire en sorte de mieux me comporter devant eux, profiter de cette émission pour travailler ce côté là, qui, bien que très plaisant s’il ne concernait que moi, m’apporte à côté de ça pas mal de côtés négatif dans ma vie de tous les jours. Mais ce qui n’est pas étonnant, en tout cas, c’est que même si je parviens à contrôler mon imaginaire, mon côté embarrassé et mal à l’aise, lui demeure bien là. Pourtant, je suis on ne peut plus conscient que c’est le fait d’être beaucoup plus à l’aise seul à l’intérieur de ma tête qui me rend si peu confiant dans mes interactions avec les autres êtres humains. Il faut dire aussi que c’est toute ma confiance en moi que je n’ai pas tellement pu construire avec ça, faisant qu’à présent, même sans mon imaginaire, je reste trop peu à l’aise dans le monde réel. Et lorsque Chaim affirme que les ménagères adorent les mecs coincés en faisant allusion à moi, je ne suis pas du tout vexé, n’étant que trop conscient de ce que je suis pour l’être. Riant assez maladroitement à sa remarque, je ne tarde pas à répliquer « oh, c’est bête ça. D’autant plus que je ne pense pas être très crédible si je me la joue gros dur... » pas du tout, même, puisque j’aurais à mon sens, plus l’air ridicule qu’autre chose… Heureusement pour moi, de devoir se la jouer gros dur n’est pas nécessaire à mon métier - malgré certaines idées reçues qu’on pourrait avoir - et j’arrive sans trop de mal à me faire respecter par les jeunes résidents du centre. Quant à savoir si je m’attache à eux, ça, y’a pas de doute, Chaim est en plein dans le mille. « oh ça oui. Mine de rien, les liens se nouent assez rapidement puisqu'on leur offre quelque chose de stable... et vu qu’ils restent avec nous en général au moins un an ou deux… forcément, chaque départ est assez émouvant. » ‘faut dire qu’effectivement, la très grande majorité d’entre eux viennent de situations assez particulières, c’est pas tellement comme aux états-unis où le surpoids est quelque chose de presque normal, banalisé dans bon nombre de foyers. Quant à la durabilité des résultats, là, c’est à la fois simple et compliqué, tant tout ça dépend d’à la fois tout et rien. J’hausse néanmoins les épaules, un brin songeur, lorsque Chaim me questionne la dessus. « dans un ordre général, ça va plutôt bien. Faut dire aussi qu’on se contente pas de leur faire faire du sport à foison pour les faire fondre et ensuite les abandonner de nouveau dans la même galère, ça servirait à rien. On les prépare aussi et surtout énormément à l’après centre en leur apprenant un tout autre mode de vie, qu’ils troquent leurs habitudes destructives pour de nouvelles bases saines. Après, c’est sûr, ça dépend principalement d’eux et de leur environnement familial, mais ça, on a toutes leurs permissions pour nous permettre d’évaluer tout ça. A chaque nouveau palier franchi, ils ont le droit d’un week end chez leur famille. Il nous suffit de comparer leur état physique et psychologique à la fois à leur départ puis à leur retour pour nous permettre de nous faire une idée, puis de nous adapter en conséquence, en fonction d’eux. Ca nous arrive pas mal aussi de devoir convoquer les familles pour tenter de leur faire avoir une prise de conscience, sur le fait que leur comportement a aussi une grande incidence sur ceux de leurs enfants. Même si ça paraît logique, certaines personnes n’y pensent pas forcément. » en fait, il n’y a pas de recette miracle, pas de programme type, tout simplement parce qu’il n’y a pas non plus d’humain type. Chaque individu est différent, et chacun de ces enfants méritent qu’on le traite en fonction de lui seul, et non d’un quelconque statu quo. Y’a que comme ça qu’on pourra vraiment avoir des résultats, après tout. « Les dents de sagesse ? évidemment, qu’elles comptent pas, comme si c’était de ton âge, la sagesse... » le lâche dans un léger rire taquin. A charge de revanche, après tout ! Même si je ne le pense pas, une petite boutade n’a après tout jamais tué personne - du moins, pas à ma connaissance. Et non, Philip, tu t’arrêtes tout de suite, tu n’imagines pas d’un monde où les blagues sont des armes car le rire est tueur. Stop, tu es en pleine conversation, allez. Par chance, nous en venons à parler de ma petite famille, et ça me permet de regagner ma concentration maximale. Ma situation à l’air de l’impressionner, et j’en conclue assez rapidement qu’il ne doit pas tellement avoir les mêmes plans que les miens… conclusion qu’il ne tarde pas à me confirmer. Il me dit ne même pas savoir être capable de tenir une relation, et me voilà pris d’une inspiration songeur. « Tu sais… ça va surement sembler hypocrite de ma part vu mon statut, mais… je ne pense pas qu’il faille nécessairement fonder une famille pour ressentir de l’accomplissement. Moi, ça a été mon cas, mais, chaque personne est unique et différente, et ce n’est pas un mal. » après tout, pourquoi ce monde devrait-ll à tout pris être rempli de personne se ressemblant trait pour trait et ayant l’exacte même vie ?? Ca serait la mort de la diversité, et, par extension, de l’humanité. « ce n’est pas parce que la société attends de tout le monde le parfait tableau qu’il faut absolument chercher à l’avoir. » après tout, même le mot parfait peut être sujet à controverse. Parce que qu’est-ce que le parfait, sinon la chose la plus subjective au monde ? Par contre, je me rend compte qu’il y a un petit détail que je n’ai même pas penser à prendre en compte, et me reprend aussitôt, un poil précipitamment. « Oh- mais- euh, par contre, je ne dis ça que si entrer dans une relation stable ne t'intéresse pas. Si au contraire, c’est le cas, dans ce cas, il faudrait essayer voir ce qui t’empêchait de t’attacher dans tes anciennes relations, pour voir sur quoi travailler. » après tout, le principal, c’est de faire en fonction de ses envies à lui et lui seul.

_________________
DREAM WITH YOUR EYES WIDE OPEN
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 219
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: let's get it started (DIMANCHE 16H50)   Ven 15 Juin - 22:17

Chaque jour passé me permet de prendre mes marques sur le bateau. Ce n’était pourtant pas gagné, parce qu’il y a eu beaucoup d’éléments à intégrer en très peu de temps, un travail de dingue à fournir pour rencontrer un maximum de candidats afin de sympathiser et de faire bonne impression tout en s’habituant aux différents lieux et en se familiarisant à tout cet univers. Le programme est étonnamment chargé, qu’il est difficile d’être sur tous les fronts comme ça. William doit s’en être douté puisqu’aucune nomination n’est prévue en première semaine, sans nominations, aucune élimination à craindre. De quoi nous permettre d’aborder plus sereinement ces premières journées. Aujourd’hui, c’est Phil que je découvre avec un plaisir non dissimulé. Derrière cette apparente gentillesse se cache un mec vraiment posé, à la bonté naturelle aussi omniprésente que sa naïveté. Pas que ce soit forcément péjoratif, être naïf ça a du bon. Il m’a juste l’air d’être un petit mec assez innocent, pas du genre à souhaiter du mal à quelqu’un ou à œuvre dans le dos des autres pour leur causer du tort. Un mec comme lui aurait plutôt tendance à me mettre à l’aise, presque en confiance… Sauf que… Non, je suis incapable d’accorder ma confiance aux autres, je suis beaucoup trop méfiant. Disons que je serais sincèrement amical avec lui, je n’aurais pas à feindre le moindre intérêt hypocrite. La preuve ? Je suis étonnamment bavard pour une première rencontre, c’est très bon signe. Je dois admettre être très agréablement surpris, à ce stade de l’aventure. Je m’attendais à côtoyer des candidats à l’égo surdimensionné avec un attrait à la superficialité qui aurait eu le don de m’exaspérer. Au final, la plupart d’entre eux brillent par une complexité qui les éloigne de tous les archétypes du parfait candidat de télé réalité. Je vais de surprise en surprise et j’adore cela, il n’y a rien de tel pour corser un jeu qui, j’en ai conscience, va être diablement épicé cette saison. Un rire naturel s’échappe de mes lèvres à la simple idée qu’il puisse se la jouer gros dur. « Oh que oui, en effet, tu ne serais pas très crédible ! » Qu’il laisse cela à d’autres mecs comme, tenez, un exemple juste pour le plaisir, Eben. Parce qu’avec un type comme Eben, il n’y a aucun doute à avoir sur le fait qu’il puisse être un gros dur. La discussion évolue naturellement et nous entraine plus en détails sur son métier. Il n’y a pas à dire, les gosses qui côtoient ces centres doivent forcément être attachants. Difficile de rester de marbre quand tu as des parcours aussi sensibles que certains des leurs. « T’as une boite de mouchoirs qui est offerte par la maison pour les départs quand tu signes ton contrat ? » Ouais, je préfère rebondir en plaisantant parce que j’ai du mal à gérer les sujets plus sérieux, être confronté à des émotions trop humaines ça me met toujours très mal à l’aise. Plaisantin, mais pas dissipé pour autant. Je reste concentré sur les détails que Phil m’apporte bien généreusement sur le sujet, sur l’après-centre et sur ces jeunes qui se retrouvent à nouveau en pleine nature et ont le devoir de rebondir pour ne pas enterrer tous les efforts fournis pendant plusieurs mois ou plusieurs années. « J’imagine que c’est la partie de ton travail qui est la plus complexe. Parce que ces gosses, tu peux les aider quand ils sont au centre, quand tu as une influence quasi-permanente sur eux. La donne change grandement lorsqu’ils se retrouvent à l’extérieur à nouveau, qu’ils n’ont plus votre aide régulière et qu’ils ont à gérer ce qu’ils ont plus ou moins laissé derrière eux pendant toute la durée de leur séjour au centre. C’est le véritable test, ce doit être excitant et destructeur à la fois. » Aussi bien pour les enfants concernés que pour tout le personnel impliqué dans leur métamorphose. Il ne doit rien y avoir de plus frustrant que de revenir à la case départ. Mes lèvres s’étirent en un long sourire mutin. « C’est pour ça qu’elles ont percé très tôt, parce qu’elles savaient qu’elles étaient rattachées à la mauvaise personne… La sagesse… N’importe quoi ! » C’est sûr qu’à côté de Phil, j’ai l’air d’un diablotin tout droit sorti d’un cartoon. Lui a fondé sa famille, il est avec sa femme depuis une dizaine d’années, il a des enfants, une maison, une situation stable… Tout le contraire de ce que je suis, tout le contraire de mes ambitions actuelles. « Tout à fait, j’ai l’impression que dès notre plus tendre enfance tout le monde tente de nous conditionner. Être en couple, avoir une vie posée et stable ce n’est pas un modèle de réussite pour moi, c’est une solution alternative pour ne pas avoir à affronter un quotidien basé sur des incertitudes. » Et s’il y a bien une chose que j’aime, c’est de ne pas pouvoir anticiper sur les journées à venir.
Revenir en haut Aller en bas
 

let's get it started (DIMANCHE 16H50)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» It started out with a kiss, how did it end up like this ? It was only a kiss... [Duc(hesse) :} ]
» Let's get the party started > ouvert à tous
» Let's get the party started
» 01. let's get the party started - Shane & Lynn app'.
» (11/10, 16h50) SWIM GOOD, W/ MADS.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: SALLE DE SPORT-
Sauter vers: