eat, ate, eaten, sat. 01, 09:27

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1897
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: eat, ate, eaten, sat. 01, 09:27   Dim 10 Juin - 9:33

Premier réveil. Silvan tire les draps et sort du lit, ne se souciant pas du camarade avec qui il partage cette cabine. Il se dirige vers la porte de sortie, ne prenant pas la peine d’enfiler une paire de claquette ou de n’importe quelle autre chaussure. Pieds nus et vêtu d’un simple boxer – il est tôt, du moins dans la notion du temps de Silvan, il est tôt, il s’habillera tout à l’heure, après avoir pris un petit-déjeuner et une douche. Il ne va pas bousculer ses habitudes ici, et il doute que ses habitudes dérangeront les spectateurs et spectatrices –. Ainsi il marche jusqu’à trouver la cuisine, enfin un endroit où il peut manger et se faire à manger. Se faire à manger… Tout un concept. En entrant dans la pièce, il découvre une jeune femme déjà présente, devant le self-service. Certains vous diront que celui-là est le plus important de la journée et qu’il ne faut donc pas le négliger. Silencieux, il détaille la silhouette qui s’offre à lui. Une jeune femme basanée, plutôt jolie, jolie même, très jolie. Un rictus s’esquisse sur ses lèvres. C’est tout de même une vue plus agréable et appréciable que celle d’un Thom qui dort, dans la cabine. « Salaam », qu’il s’exclame. La jeune femme (@Leela) porte son attention en sa direction. Son regard croise le sien, et il s’approche d’elle. « Tu m’as l’air si concentrée devant tout ce qu’il nous propose à nous mettre sous la dent, tu dois connaître les plats et viennoiseries par cœur, dis-moi », qu’il souffle d’un air amusé. « Alors dis-moi, qu’est-ce que tu me conseillerais de prendre ? Un thé vert à la menthe ? Avec des œufs brouillés ? Un croissant peut-être ? », qu’il lui demande. « Je suis sûr que tu sauras très bien choisir pour moi… », siffle-t-il, en ne quittant pas ce rictus qui s’est peint sur ses lèvres. « Mais avant tout, dis-moi ton nom ». Puisqu’ils vont être amenés à se croiser et à se fréquenter sur ce bateau, autant pouvoir mettre un prénom sur un visage, un visage sur un prénom.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 249
AVATAR : imaan hammam
ÂGE : 20
LOCALISATION : london, uk.
MÉTIER : femme de ménage.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 22500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: eat, ate, eaten, sat. 01, 09:27   Dim 10 Juin - 19:18

Comme à chaque fois que je me lève depuis que je suis ici, je prends toujours ma douche vêtue le plus possible et m’habille avant d’aller prendre mon petit déjeuner. Je n’arriverais pas à aller manger en pyjama, une habitude que j’ai depuis toute petite. Faut dire que quand j’étais dans la maison de mes parents, le matin on avait pas le temps de flâner. On prenait un rapide déjeuner avant d’aller aider mon père dans ses plantations et avec les chèvres. C’est donc déjà apprêté que je me retrouve devant mon bol de céréales et mes petits pancakes chauds. J’adore le fait qu’il y est des cuisiniers à notre service, encore quelques choses que je découvre grâce à cette aventure. Habituellement, je suis celle qui sert qui les gens, alors ça me change un peu de me faire servir. Je dévore un premier pancake en soupirant de bonheur. Un mois maintenant que je ne pouvais manger à une telle heure dû au mois sacré du ramadan. J’adorais cette période, car on était encore plus proche d’Allah, mais pouvoir manger de nouveau à n’importe quel moment de la journée était satisfaisant. C’est donc seule que j’entame mon déjeuner, jusqu’à l’apparition d’un candidat qui me salue … En arabe ? Je suis agréablement surprise. « Alikoum salam » que je réponds en me retournant vers cette personne. Et là, je constate qu’il est en boxeur. Mes joues s’empourprent, je me retourne brutalement vers mon bol pour ne plus regarder son corps. Je suis gênée, ne m’attendant pas à voir le corps d’un homme d’aussi prêt. J’ai bien compris que je n’avais pas la même mentalité que tous les autres en arrivant ici, pas du tout habituée à autant de proximité et de nudité. Pas sûr qu’avec le temps, je finirais par m’y habituer. Lorsqu’il me demande ce que je lui conseille de prendre comme pâtisserie, je suis tentée de lui répondre un t-shirt et un pantalon, mais je m’abstiens. Pas sûr que ça se fasse. Je continue donc de fixer mon bol. « Je te conseille les pancakes qui sont très bons ou les croissants, ils sont encore tout chaud. » Il me demande mon nom, ce qui est logique vu le nombre de personne présent, on n’est pas encore tous rodé. « Je suis Leela, c’est Silvan, toi, si je ne me trompe pas ? » Il doit se demander pourquoi je n’ose pas le regarder et je ferais mieux de lui expliquer avant de passer totalement pour une barge, je me risque à un coup d’œil, en ne me focalisant que sur son visage. « Je suis désolé, je n’ai pas l’habitude de voir un homme … Dénudé. » Je dirais même que je n’en ai jamais vu du tout et que ça me rend mal à l’aise.

_________________
Les pentes de ses hanches étaient comme celles de la dune la plus aimée du vent de sable qui a mis un siècle à la construire de sa caresse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1897
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: eat, ate, eaten, sat. 01, 09:27   Dim 10 Juin - 22:37

Silvan entre dans le self-service afin de prendre son petit-déjeuner. Il a bien un repas dans la journée qu’il ne loupe pas, c’est bien le petit-déjeuner. Chez-lui, c’est le moment de la journée qui impose tout un rituel, une coutume qu’on ne néglige pas. Il doit reconnaître qu’ici, il a l’embarras du choix. Tellement l’embarras qu’il demande l’avis de l’une de ses camarades, présente de la même pièce que lui. Il lui propose même de composer son repas pour l’occasion, en espérant pour lui qu’elle ne fasse pas trop d’erreurs. La jeune femme évoque les pancakes puis les croissants. Il hoche la tête. « Très bien, on part donc sur un petit déj occidental. Ca me va », qu’il commente, alors qu’il se dirige vers le self-service pour jeter son dévolu gourmand sur un croissant et une tasse de thé. Après s’être servi, il rejoint sa camarade et s’installe en face d’elle. « Ce n’est pas vraiment le genre de truc que j’ai l’habitude de manger, je dois avouer ». Les croissants, il a dû en manger quand il était enfant, en Angleterre et encore il n’en a même pas le souvenir. La jeune femme se prénomme donc Leela. « En effet, lui-même, en chair et en os », qu’il scande, en arborant un large sourire. Il tente de chercher le contact visuel avec sa camarade, dont le regard lui parait fuyant, trop fuyant même. Un fin rictus s’éprend de ses lèvres. Il se penche légèrement sur la table, en direction de la brunette. « Je t’intimide ou bien ? ». Il est quelque peu amusé, de la situation. D’autant plus qu’il estime n’avoir rien fait, rien dit pour créer une certaine intimidation chez son interlocutrice. Elle lui révèle finalement qu’elle n’est pas habituée de voir un homme dans une telle tenue, c’est-à-dire en sous-vêtement. « Ah », lâche-t-il. « Je t’avoue que j’ai un peu la flemme de remonter là-haut pour me chercher un haut. Mais je peux mettre une serviette, si tu veux, pour cacher ? » Meme s’il estime qu’il n’a rien à cacher chez-lui. « La prochaine fois, j’essaierai de faire un effort… vestimentaire ». Il essaiera, il n’est pas certain qu’il s’y tiendra.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 249
AVATAR : imaan hammam
ÂGE : 20
LOCALISATION : london, uk.
MÉTIER : femme de ménage.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 22500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: eat, ate, eaten, sat. 01, 09:27   Lun 11 Juin - 23:38

Silvan vient de pénétrer dans le self-service. Et si j’aurais adoré faire connaissance avec lui et l’accueillir un peu plus amicalement, j’ai été surprise par le manque de vêtement sur sa peau. Il faut que je m’habitue que de nombreuses cultures se mélangent dans cette émission et que malheureusement, je risque d’avoir ce genre de scène plus souvent que je le pense. Cependant, j’essaye quand même de regarder ailleurs, très gênée par cette scène. Lorsqu’il me demande de lui choisir un bon petit-déjeuner, alors que j’aurais pu lui proposer tellement de chose, ayant les yeux fixés dans mon assiette, je lui propose simplement les choses qui s’y trouve. Il ne semble pas remarquer ma gêne pour le moment, alors que je mords de nouveau dans un pancake sans lever les yeux vers lui. Il m’explique que ce n’est pas le genre de déjeuner qu’il a l’habitude de prendre. « Depuis que je suis à Londres, j’adore me faire ce genre de breakfast. Ils ont pleins de pâtisseries délicieuses et ça change des gâteaux très sucrés qu’on a au Maroc. » Je ne crache pas sur les gâteaux de mon pays d’origine, mais à force d’en manger chaque jour, je me demande si je ne suis pas susceptible d’avoir un taux de diabète élevé tellement il y a de sucre. Il ne tarde pas à remarquer ma gêne et me demande s’il m’intimide. Après avoir dit ça, je me mets instantanément à rougir. Je lui explique alors que c’est sa nudité qui me mets mal à l’aise. Il ne s’attendait certainement pas à cette réponse, mais il m’explique qu’il n’a pas très envie de descendre jusqu’à sa cabine pour se rhabiller. Je secoue mes mains devant moi. « Non, je ne t’oblige pas du tout à bouger … Si tu peux juste… » Et avant de finir ma phrase, je pose mes mains sur ses épaules et appuie un peu plus fort dessus pour le forcer à s’asseoir. « Voilà, comme ça je ne vois plus rien. » Je souris, moins mal à l’aise. « Et du coup ça m’obligera à te fixer dans les yeux, j’espère que ça ne t’intimidera pas. » Je prends un petit air espiègle, avant de reprendre une cuillère de céréale. « Tu as un bel accent, d’où viens-tu ? » Sa manière de m’avoir saluer précédemment me fait penser qu’il vit dans un pays du Moyen-Orient ou du Maghreb mais il est tout à fait possible que je me trompe.

_________________
Les pentes de ses hanches étaient comme celles de la dune la plus aimée du vent de sable qui a mis un siècle à la construire de sa caresse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1897
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: eat, ate, eaten, sat. 01, 09:27   Mar 12 Juin - 15:22

Il a l’embarras du choix et ne devrait pas avoir trop de mal à trouver quelque chose à se mettre sous la dent. Oui, mais voilà, trop de choix à faire, pour un seul homme. Ainsi Leela l’invite à prendre des pancakes ou des croissants – qui sont, d’après elle, encore chauds –. Il doit reconnaitre que cela le change de ce qu’il a l’habitude de manger au petit-déjeuner, chez-lui, au pays. Son petit-déjeuner est composé de plats salés et suffisamment consistants, car chez lui le petit-déjeuner est le repas le plus important, celui qu’il ne faut pas négliger, en plus d’être celui que l’on partage avec l’autre. La jeune femme lui révèle que depuis qu’elle vit à Londres, elle adore se faire ce genre de breakfast. « Marocaine donc », souffle-t-il pour lui-même. « Ca fait longtemps que tu vis à Londres ? », qu’il l’interroge, en quittant du regard les plats pour observer son interlocutrice. En deux énoncés, elle a mentionné une ville et un pays : Londres et Maroc. Il comprend qu’elle a quitté son pays natal pour l’Angleterre. Depuis quand ? C’est la question qu’il lui pose. Et à cet instant, tout un tas de questions vient se greffer à l’esprit de Sil. Sil n’est peut-être pas le candidat doté d’une grande culture générale mais il n’est pas pour autant dépourvu de la faculté de questionner et de s’interroger sur certains points, car quelque part au fond de son esprit il n’oublie pas l’intérêt de cette émission. « Pourquoi tu as quitté le Maroc ? ». Deuxième question donc. Il dépose sur un plateau une tasse de thé et un croissant, puis rejoint sa camarade. Une camarade qu’il croit deviner intimidée. Intimidée par ? Par lui ? Franchement il n’y a pas de quoi être intimidé par Silvan, ce n’était pas comme s’il cherchait réellement de l’intimidation chez sa camarade. Celle-ci lui révèle ne pas être à l’aise avec la vue du torse nu du métisse. Il sait qu’il va devoir composer avec les caractères des autres, avec leur personnalité et qu’il devra changer certaines de ses habitudes afin que la cohabitation se passe au mieux avec chacun. Certains n’en on peut-être que faire mais Sil a appris à cohabiter avec les différences des autres. Différences raciales, différences linguistiques, différences religieuses. Néanmoins pour ce matin, il n’a pas le courage de devoir monter jusqu’au pont e pour regagner sa cabine et trouver un tee-shirt ou quoique ce soit pour mettre sur lui. Leela reprend la parole, ce n’est pas ce qu’elle lui demande. A ces paroles, elle accompagne des gestes. Tandis que le métisse est proche de la table, elle l’invite à s’asseoir ce qu’il fait sans rechigner. Il s’installe sur la chaise, tirant le plateau devant lui. Il redresse la tête et croise le regard de Leela. Celle-là vient prendre la parole. Le fait qu’il soit assis l’obligera à le fixer dans les yeux. Elle laisse entendre que ça l’intimidera. Un large sourire se peint sur le visage du métisse. « Tu seras intimidée avant moi », siffle-t-il, plantant son regard perçant dans celui de la jeune femme. Elle lui fait remarquer son accent. Accent qu’elle juge beau. « Je viens de Turquie », répond-il. Une réponse suffisante pour situer sur une carte du monde l’origine et surtout l’habitat du jeune homme.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 249
AVATAR : imaan hammam
ÂGE : 20
LOCALISATION : london, uk.
MÉTIER : femme de ménage.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 22500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: eat, ate, eaten, sat. 01, 09:27   Mer 13 Juin - 1:48

Après l’avoir aidé à choisir son petit-déjeuner, je lui explique être totalement devenue accro à ce genre de déjeuner depuis que je suis à Londres. Ce qui semble intéresser mon camarade, qui déduit donc que je suis marocaine. Je secoue la tête afin de confirmer ses propos. Il me demande donc depuis combien de temps je vis à Londres. Terminant de mâcher les aliments que j’ai dans la bouche, je les avale rapidement pour répondre à sa question. « Je vis à Londres depuis trois mois, je commence tout juste à m’adapter. » Et encore, j’ai l’impression d’en découvrir chaque jour un peu plus sur cette ville et ses habitants. Il continue son interrogatoire, me demandant pour quelle raison j’ai quitté le Maroc. Bien sûr, je sais qu’il me pose ses questions pour en savoir plus sur moi, mais également pour commencer la chasse au secret. C’est normal, on est en partie là pour ça. « Je viens d’un village très pauvre et paumé dans le désert. Ma tante est partie très jeune vivre à Londres. Elle a décidé de ne pas me laisser dans la misère et m’a proposé de venir vivre avec elle ici. » Je regarde un instant dans le vide, devenant pensive. « J’ai dû arrêter l’école très jeune pour aider mes parents avec leur bête et leur récolte. Ma tante n’a jamais eu d’enfant, alors elle s’est simplement dit que j’aurais un meilleur avenir ici. » Je n’ai pas honte de dire que je ne suis pas instruite. Bien sûr, si j’avais eu la chance de rester à l’école plus longtemps, je n’aurais pas hésité. On finit par trouver un terrain d’entente lui et moi, je ne regarderais pas son corps si bien sûr il ne l’expose pas. Je me permets même une petite boutade, reprenant ses termes pour plaisanter. Bien sûr, je sais pertinemment que je ne l’intimide pas. D’ailleurs, son regard se fait un peu plus insistant, me fixant droit dans les yeux. Il m’explique que je serais intimidée avant lui. Et je sais qu’il n’a pas tort, je sens déjà le rouge qui me monte aux joues. Je change de sujet afin de ne pas devenir rouge écrevisse. Je demande d’où il vient, ne reconnaissant pas totalement cet accent lorsqu’il parle. Il est turc. Un large sourire s’étire sur mes lèvres. « Ça doit être un beau pays, tu y vis depuis toujours ? » Après tout, il a peut être eu la chance de voyager ou alors tout comme moi, ce bateau qui navigue de pays en pays sera peut être également son tout premier voyage. « Raconte moi comment s'est la vie en Turquie ? » mes prunelles ne lâchent pas les siennes, totalement obnubilée par ce qu'il pourrait me raconter, oubliant presque mon déjeuner.

_________________
Les pentes de ses hanches étaient comme celles de la dune la plus aimée du vent de sable qui a mis un siècle à la construire de sa caresse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1897
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: eat, ate, eaten, sat. 01, 09:27   Sam 16 Juin - 10:17

Rapidement la conversation prend une toute autre tournure. Une tournure inattendue. Une tournure un peu plus intime. En effet, après avoir choisi ce qui composera son petit-déjeuner, Silvan interroge Leela sur son habitat, puisque celle-là a mentionné le nom de Londres. Il devine qu’elle a quitté son pays natal pour une ville aux coutumes et au mode de vie différents des siens. Elle lui répond alors que cela ne fait que trois mois qu’elle vit à Londres. Trois mois. « Trois mois ? C’est tout nouveau pour toi alors ? ». A peine venait-elle d’arriver sur le territoire anglais qu’elle se lançait dans une émission de télé-réalité, étonnant. « La barrière de la langue n’est pas trop dure ? Ca doit te changer… », souffle-t-il. « Tu dois avoir tous tes sens en éveil ». A chaque ville, chaque pays découvert au cours de ses tournées avec son cirque, Sil a cette impression d’avoir tous ses sens en éveil, quand il explore ces contrées méconnues. La venue de la jeune femme à Londres l’intrigue. Pour quelle raison (ou quelles raisons ?) a-t-elle quitté son pays natal et est-elle venue dans la capitale anglaise ? Le regard Sil s’arrête sur le visage de son interlocutrice qu’il scrute silencieusement, alors qu’elle lui répond. Elle lui explique venir d’un village pauvre et que sa tante est partie jeune à Londres. Cette dernière ne voulait pas la laisser dans la misère. Leela a quitté l’école très jeune, afin d’aider ses parents. « Et qu’en pensent tes parents ? Ils ne t’en veulent pas que tu les laisses ? », la questionne-t-il. Elle mentionne beaucoup sa tante et très peu ses parents, ce qui l’intrigue assez, doit-il reconnaître. Leela lui fait une remarque sur laquelle il ne peut s’empêcher de rebondir. En effet selon elle, il sera intimidé par le regard insistant de sa camarade posé sur lui. Est-ce qu’un regard de femme l’a déjà intimidé ? Non. Mais est-ce qu’un regard de femme est intimidé par le sien ? Oui. Un léger rictus étire ses lèvres, quand il remarque une forme de gêne chez la belle brune. Lui qui n’a pourtant, à aucun moment, cherchait une quelconque gêne et intimidation chez celle qui se tient en face de lui. Il aurait très bien pu le faire mais ce n’est pas le cas. Jusqu’à présent il n’a jamais joué avec son regard, avec son corps. Elle le questionne sur son origine et sans once d’hésitation il lui révèle venir de Turquie. « A vrai dire je suis né en Angleterre mais pour être franc je n’ai aucun souvenir de cette période. J’étais trop petit pour avoir des souvenirs quand ma mère a décidé de rentrer au pays », qu’il confesse à sa camarade. Depuis le début de cette aventure, c’est bien l’une des premières fois qu’il évoque ce pan de sa vie dont sa mémoire parait effacée. Par la suite, elle l’invite à lui parler de sa vie en Turquie ou plutôt de la vie en général en Turquie. « Je viens d’une province montagneuse, qui est très marquée par l’Empire ottoman. Il y a de nombreux monuments de cette période. On est très attachés à ce patrimoine mais surtout aux traditions. Après je n’ai pas grandi dans un quartier… très riche. », qu’il souffle. « Aussi la légende dit que le meilleur haschich est de là d’où je viens », énonce-t-il, arborant un large sourire.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 249
AVATAR : imaan hammam
ÂGE : 20
LOCALISATION : london, uk.
MÉTIER : femme de ménage.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 22500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: eat, ate, eaten, sat. 01, 09:27   Lun 18 Juin - 21:20

J’explique à Silvan que je me trouve à Londres depuis pas très longtemps, trois mois, le temps nécessaire pour s’acclimater à une culture qu’on ne connait pas. « Oui, c’est vrai je m’habitue petit à petit. C’est très différent de chez moi l’Angleterre. » Et je pèse mes mots. Bien sûr, je ne dis pas ça négativement, bien au contraire, je pense que certaines choses sont très positives. D’autres un peu moins, mais ça ne peut pas être parfait après tout. « J’ai appris l’anglais quelques mois avant d’arriver à Londres, c’est vrai que parfois quand quelqu’un parle trop rapidement, j’ai dû mal à suivre la conversation, mais la plupart du temps ça va, je me suis adaptée. » C’est vrai que j’avais beaucoup de mal les premières semaines, mais à l’aide de ma tante, j’ai pu très vite enchaîner les conversations tant que la personne face à moi ne s’impatiente pas trop. « J’ai les yeux constamment grands ouvert, je ne veux rien rater du monde. » Je m’excite simplement en disant ses mots, mais c’est vrai que je suis toujours à l’affut de la moindre découverte. Je lui explique un peu la situation de mon village, lui parlant également de ma tante qui a voulu un meilleur avenir pour moi en m’embarquant à Londres. Il me demande alors pour mes parents, je perds peu à peu mon sourire. Je cache ma mine déconfite en croquant dans un pancake. « Ils n’ont pas trop acceptés, mes parents ont toujours pensé que je finirais par reprendre le bétail et leur culture, mais j’avais envie d’autres choses. » Je n’en dis pas plus, le sujet a tendance à me rendre triste si je m’étale et puis je n’ai aucune envie de l’embêter avec mes problèmes persos qui n’ont rien à faire dans cette aventure. Un combat de regard se joue un instant, je perds bien sûr lamentablement. J’en viens à lui parler de la Turquie afin d’en savoir plus sur ce pays qui est le sien. Il m’explique qu’il est en réalité né à Londres, je l’écoute attentivement m’expliquer qu’il était bien trop petit pour avoir des souvenirs de la Turquie lorsqu’il y est retourné avec sa mère. J’imagine les décors de ce pays grâce à ses descriptions. Il avoue que lui non plus ne vient pas d’un endroit très riche. « J'aimerais tellement connaître tes traditions. » Je me demande si elles sont identiques aux nôtres, si d’un pays à un autre ça change beaucoup. Il ajoute également que le meilleur haschich vient de là-bas, je me mets à rire à ses propos. « Y paraît que celle du Maroc se défend plutôt pas mal non plus. » Heureusement pour moi, ce genre de cochonnerie n’était pas présente dans mon village. C’était réservé aux grandes villes. Je le regarde, attentivement. « Tu en consommes ? » Je secoue la tête. « C’est une question idiote, excuse-moi. » Et puis il ne va pas avouer ça devant le monde entier, j’oublie parfois qu’on est dans une émission de télé-réalité.

_________________
Les pentes de ses hanches étaient comme celles de la dune la plus aimée du vent de sable qui a mis un siècle à la construire de sa caresse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1897
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: eat, ate, eaten, sat. 01, 09:27   Lun 18 Juin - 22:27

Il écoute attentivement Leela. Elle habite à Londres depuis peu, depuis trois mois pour être précis. Elle lui révèle n’avoir appris l’anglais que quelques mois avant son départ pour la capitale anglaise. « Ca n’a pas dû être évident… », souffle-t-il, « tu es bien courageuse ». Cela a dû lui demander de nombreux efforts : des efforts d’attention et d’apprentissage. Sil aurait pu se retrouver à la place de la jeune femme, quelques semaines auparavant, à se lancer dans un apprentissage des rudimentaires de la langue de Shakespeare. Par chance, il a suivi un cours d’anglais, pendant ces années de lycée, peut-être le seul cours auquel il était assidu. Toutefois si le Turc a la capacité d’écouter et d’échanger avec un interlocuteur de langue anglaise, il a des lacunes lorsqu’il doit se retrouver face à une feuille ou s’il doit lire une page de roman. Leela lui révèle ensuite avoir les yeux constamment grands ouverts. Une confession qui arrache un large sourire chez le métis. Des questions naissent dans l’esprit du jeune homme, notamment concernant l’avis des parents de la jeune femme. Il n’est pas surpris d’apprendre que ses parents n’ont pas trop accepté. « Tu n’as pas à te justifier », souffle-t-il, un léger sourire au bord des lèvres, quand elle lui explique qu’elle avait envie d’autres choses que ce destin que ses parents lui avaient destiné. « …mais tu n’as pas peur qu’ils te rejettent, quand tu reviendras au pays ? », qu’il la questionne. Il cherche à en savoir plus sur cette relation que la belle brune entretiendrait vis-à-vis de ses parents. Ils viennent par la suite à évoquer le pays d’origine de Silvan. Non pas sa terre Mère, une terre dont il n’a que peu de souvenirs, comme il se confie à elle. Il lui peint furtivement la ville qui l’a vu grandir et devenir ce qu’il est. Il fait l’aveu de ne pas venir d’un milieu favorisé. Ils se retrouvent l’un et l’autre sur ce point. Sil évoque rapidement les traditions auxquelles sont attachés certains habitants, notamment les plus anciens. Ces traditions sont d’autant plus vraies dans les villages reculés, les anciens y sont attachés et veillent à ce que les jeunes générations les perpétuent. Un sourire en coin s’éprend des lèvres de Sil, quand les paroles de son interlocutrice viennent trouver refuge au creux de son oreille. Elle aimerait connaître ses traditions. « Vraiment ? On garde cette conversation pour plus tard, non ? », qu’il glisse, en ne perdant pas son sourire. Son regard croise celui de Leela. « Il faut entretenir un peu le mystère », énonce-t-il, dans un ton amusé. Il émet une remarque sur le haschich réputé de Bursa, le meilleur de toutes les villes de Turquie ! Ce n’est pas lui qui le dit mais la légende. Celui du Maroc ne serait pas mal non plus. Puis elle lui demande s’il en a déjà pris. Il écarquille doucement les yeux, avant de lancer un regard en direction d’une première puis une deuxième caméra qu’il a repérée, au cours de cet échange. « Et toi alors ? Tu en consommes ? ». Il lui retourne la question, un air taquin. Il ressent une certaine gêne chez la belle brune. « Je plaisante, Leela », articule-t-il, dans un franc sourire. « Je me doute bien que tu n’en consommes pas ou que tu n’as pas essayé ».

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
 

eat, ate, eaten, sat. 01, 09:27

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: RÉFECTOIRE / SELF-SERVICE-
Sauter vers: