plansch (MERCREDI 10H45)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10450-phil 

MESSAGES : 752
AVATAR : andrew cooper
ÂGE : 35
LOCALISATION : Liverpool
MÉTIER : coach sportif en centre d'obésité infantile
ÉTAT D'ESPRIT : rêveur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: plansch (MERCREDI 10H45)   Dim 10 Juin - 11:38

Quand je pense que je suis en plein milieu de l’océan, sur un paquebot de luxe ! Ah ça, voilà bien une des choses qui m’aurait été difficile de croire il y a quelques années de ça… Pourtant, des croisières, j’ai déjà pu en expérimenter une ou deux que ça soit avec mes parents, quand on était encore petits avec mes frères et soeurs, ou bien avec Margaret avant qu'on ait les enfants, mais jamais dans un bateau aussi grand et classieux. Et dire que je m’attendais a être enfermé quelque part dans un gros château au large de l’Écosse ! C’est sur que c’est du changement ! Mais je ne vais certainement pas m’en plaindre, vu a quel point ce cadre est magnifique. Et puis, ce n’est pas comme si j’avais le mal de mer, la phobie des profondeurs ou quoi que ce soit. Heureusement, d’ailleurs. Je ne sais pas si c’est le cas d’un des candidats, mais si ça l’est, c’est sur qu’il s’apprête a vivre des moments plus difficiles que nous autres. Mas en même temps, quoi de mieux que de combattre le feu par le feu ? Ça peut sembler un peu cruel vu comme ça, mais tout de même : d’être sur un bateau tel que celui-ci au plein milieu de l’eau lorsqu’on en a la phobie… C’est la meilleur des thérapies pour en guérir, ne serait-ce qu’un tout petit peu ! Bon, par contre, c’est sûr, pour ce qui est du mal de mer, là… C’est un peu plus compliqué. Ça peut pas tellement s’améliorer avec la volonté, comme pour les peurs. Enfin, je crois, en tout cas, Peut être que si, en fait. C’est que j’en ai pas la moindre idée, en fait. ...tout comme je n’ai plus la moindre idée de ce dont a quoi je pensais a la base, moi. Je sais que je venais profiter de la piscine pour me rafraîchir un peu de cette jolie chaleur, mais sinon… Bah. Disons que ça ne devait pas être quelque chose de très important. Et puis, dans le cas contraire, ça me reviendra vite. Pour l’heure, profiter d’un tel bassin est ma priorité numéro une. D’ailleurs, lorsque j’arrive a destination, je ne peux m’empêcher d’admirer un peu le cadre qui est vraiment beau, et je ne peux m’empêcher de penser a Margaret avec un sourire. Qu’est ce qu’elle apprécierait ! Je la vois de là fondre de jalousie devant notre télé, et expliquer d’une voix faussement douce et vraiment malicieuse aux enfants a quel point leur père est un traître pour la laisser seule a Liverpool pendant que je me la coule douce. Ça serait vraiment le genre de petit jeu qui l’amuserait, et j’entends de la son éclat de rire si jamais, lorsque je revenais, les enfants venaient me répéter toutes ses inepties. Oui, pas de doute, c’est ce qui se passerait, et ça me plait de penser a tout ça. C’est que, ça parait bête au bout de si peu de temps, mais tous trois me manquent déjà, et de me plonger dans mon imaginaire en un sens, ça me permet d’être de nouveau un peu avec eux. Mais, bon, j’ai quand même conscience que si je commence a me plonger dans la nostalgie au bout de quatre jours, ça va être dur jusqu'a la final ! Et puis que, en toute logique, celle-ci est bien évidemment dans mes plans… on va rapidement se ressaisir, Philip ! Allez, j’ai assez admiré l’eau chlorée comme ça, il est temps de piquer une tête et de profiter. Déposant tout d’abord ma serviette sur un transat au hasard, je n’hésite pas un seul instant avant d’y plonger comme dans une piscine olympique. Ça va que j’avais quand même repéré le côté le plus profond, parce que sinon, je m’en serais au mieux sorti avec un magnifique mal de crâne… et encore, je doute fortement que ça se serait arrêté a ça. Alors je sais bien que maintenant l’émission a un médecin de renom dans ses rangs, mais quand même, on va éviter de devoir avoir a faire a elle des la première semaine. En plus, je ne pourrais plus profiter de la piscine, du coup, et c’est dommage, parce que l’eau est vraiment a une température idéale. Après avoir nagé un peu en apnée, je remonte finalement a la surface pour reprendre un peu d’air, et c’est a ce moment la que je remarque que je ne suis plus seul par ici, puisque j’ai été rejoint par une jeune femme. Son visage me dit vaguement quelque chose, mais je ne crois pas avoir déjà eu l’occasion de faire connaissance avec elle. « hey, bonjour ! » je lance dans un sourire après avoir passé une main sur mon visage histoire de me débarbouiller un peu. Je remarque alors qu’elle est elle aussi en maillot de bain, et comme j’en conclue qu'elle aussi venait piquer une tête, me voilà qui enchaine « très bonne idée, le maillot de bain ! » euh. Attends. C'est un peu bizarre, ce que je viens de dire, non ? Un peu beaucoup, je dirais même… Fronçant un peu les sourcils, je me reprends aussitôt un brin maladroitement histoire de rectifier le tir. « enfin- je, j’veux dire… Pour se baigner. Enfin, non, on s’en doute qu'on se baigne avec un maillot de bain, mais- c'est la baignade, qu’est une bonne idée. Parce que l’eau est super bonne. Voilà tout. » mmh, mouais. Comme d’habitude, voilà que je m’embrouille a tenter d’expliquer le fil de ma pensée. Qu’est ce que je peux me sentir ridicule. « promis, je suis pas une sorte de pervers, ou je ne sais quoi » je rajoute finalement dans un petit rire tout aussi maladroit que mes explications. Et de nouveau, je pense a ma chère et tendre. Si elle me voit en cet instant précis, pas de doute qu’elle doit bien se fendre la poire.

@Rose oupsie

_________________
DREAM WITH YOUR EYES WIDE OPEN
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1019
AVATAR : daisy ridley.
ÂGE : 26


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: plansch (MERCREDI 10H45)   Lun 11 Juin - 4:18

Si Rose avait emporté un maillot de bain dans sa valise, c'est parce qu'elle avait supposé qu'une émission comme celle-ci, à cette période de l'année, risquait d'offrir à ses participants l'occasion de profiter d'une piscine où il fait toujours bon passer du temps quand les beaux jours arrivent. C'était bien sûr avant de savoir que l'aventure se tiendrait sur cet immense bateau, mais elle avait compris très vite qu'ici aussi les candidats auraient tout le loisir de profiter d'un bassin pour le moins attrayant. Parce qu'aussi rares aient été pour elles les occasions de fréquenter ce genre d'endroits, elle s'était rendue plus d'une fois dans une piscine municipale, et celle qu'elle avait à présent sous les yeux n'avait pas grand chose à voir avec les bassins où elle s'était baignée durant son séjour à Londres. Il faut dire que le cadre lui aussi était différent, il se dégageait de cet endroit un charme et une quiétude qui faisaient probablement de lui le plus dépaysant qu'elle ait pu voir depuis son arrivée ici. Car observer la piscine depuis le pont supérieur était déjà un spectacle agréable en soi, mais que se trouver à hauteur de ces palmiers et de cette eau incroyablement bleue était une expérience plus troublante encore. Et pourtant, pendant un instant, Rose hésita à se débarrasser de la robe qu'elle avait enfilé sur son maillot de bain et à profiter d'un bain qui plus que jamais lui faisait envie, peut être parce qu'une partie d'elle était un peu mal à l'aise à l'idée de considérer cette aventure comme des vacances, même si ça y ressemblait beaucoup. Elle savait pourquoi elle était là, et plus que tout elle savait surtout à quel point elle en avait besoin, mais ça ne lui ressemblait tellement pas de prendre du bon temps et de profiter de ce genre de choses qu'elle s'en sentait presque coupable à l'avance. Mais puisqu'elle était ici, que tous les éléments étaient réunis pour faire de cette matinée le moment idéal pour un petit bain improvisé, la brune prit sur elle et commença à avancer vers le bassin. Si elle ne profitait pas maintenant, ça n'était pas une fois rentrée à Chessy qu'elle le pourrait. Si elle avait obtenu un congé exceptionnel de la part de ses employeurs, la brune savait bien qu'à son retour tout reprendrait exactement comme avant, et qu'elle aurait à fournir un travail d'autant plus intensif pour compenser cette parenthèse dans sa vie. Retirant alors sa robe, elle la déposa sur le transat le plus proche et commença à entrer tout doucement dans l'eau avant qu'une présence qu'elle n'avait pas noté plus tôt la fasse légèrement sursauter. Un homme surgit à la surfasse de l'eau, probablement après une longue apnée qui expliquait qu'elle se soit crue seule pendant une petite minute, et c'est par un sourire qu'elle lui répondit. « Bonjour ! Je vois qu'on a eu la même idée. » Sans doute parce que même à cette heure-ci de la journée, le temps était suffisamment favorable pour permettre de profiter comme il se doit de ces lieux qui devaient déjà en règle générale attirer beaucoup de candidats. La suite étira son sourire, avant que son camarade ne se reprenne brusquement, visiblement mal à l'aise à cause de la connotation qu'avait pu avoir sa remarque au sujet de son maillot de bain. Amusée et absolument pas offusquée, Rose agita ses mains devant elle pour tenter de rassurer le jeune homme, qui lui paraissait bien intentionné. « Oh non, je... j'avais compris, rassure-toi ! Bon c'est sûrement aussi mon coté naïve, je crois que même si tu avais glissé des sous-entendus dans ta remarque, je ne l'aurais pas compris tout de suite. Mais vraiment, tu n'as pas de souci à te faire. » Elle voyait bien qu'il avait l'impression d'avoir commis un impair alors qu'avec elle, il ne risquait pas de déclencher un séisme pour une phrase anodine qui ressemblait, de son point de vue, plus à un encouragement qu'à un commentaire déplacé. « Et si ça peut te rassurer, tu n'as pas l'air d'un pervers. Enfin... rien durant les deux dernières minutes ne m'a donné de raison de douter que j'étais face à un homme droit, je t'assure. » Rien qu'en l'espace de quelques secondes, il lui avait plus donné l'impression d'être un homme soucieux de l'impact de ses paroles sur les autres – et peut être surtout sur les femmes – qu'un pervers invétéré qui attendait tapis dans l'ombre de pouvoir profiter d'une situation. Espérant l'avoir rassuré sur ce point, l'anglaise rentra complètement dans l'eau et se félicita de ne pas avoir fait marche arrière tout à l'heure. « C'est vrai que l'eau est bonne. Et toi tu as l'air d'être un très bon nageur. Qu'est-ce que tu fais dans la vie ? » C'était le genre de questions qui s'imposaient au début d'une conversation lorsqu'on apprenait à faire connaissance, mais c'était aussi le genre de détails dont Rose aimait s'enrichir en ce début d'aventure, pour découvrir petit à petit les personnes qui l'entouraient. « Au fait, moi c'est Rose. » Corrigea-t-elle à son tour, dans un petit rire, songeant qu'il valait encore mieux commencer par le début.

_________________
Tale as old as time
song as old as rhyme.
"just a little change, small to say the least. both a little scared, neither one prepared, beauty and the beast."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10450-phil 

MESSAGES : 752
AVATAR : andrew cooper
ÂGE : 35
LOCALISATION : Liverpool
MÉTIER : coach sportif en centre d'obésité infantile
ÉTAT D'ESPRIT : rêveur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: plansch (MERCREDI 10H45)   Lun 11 Juin - 23:59

S’il y a bien une chose dont je me passerais volontier dans ce genre d’émission, et même, d’ordre général, dans la vie de tous les jours, c’est bien de passer pour un type pas net parce que j’pense pas à développer mes phrases, mes idées, ou parce que j’suis dans mon monde. C’est que je sais bien que ça joue pas toujours en ma faveur d’être dans la lune -et encore, “pas toujours”, j’suis gentil- ça me donne un peu l’impression de pas vivre sur la même planète que les autres, parfois, et du coup, tout ce qui est la sociabilisation tout ça… quand il s’agit de sortir de mon imaginaire, je deviens aussi loquace qu’un gamin. Et quand t’as 35 ans, que t’es père, que t’es coach, et que tu passes tes journées au milieu d’ados, d’enfants et de pré-ados, forcément… c’est pas toujours facile. Oh, bien sûr, j’adore mon métier et j’adore ces gamins, mais, bon, je suis bien conscient que je suis pas tellement le cliché qu’on se fait du coach sportif, et ça me joue parfois des tours dans mon quotidiens. Comme par exemple, lorsque les élèves qui me connaissent le mieux attendent bien sagement que je finisse par être happé par mes rêveries pour stopper leur exercices, voire même pour sortir une p’tite barre de chocolat comme ça, juste sous mon nez. Bon encore, ça, en vrai, le coup du chocolat, c’est arrivé qu’une seule fois - parce que j’ai tout de même finis par m’en rendre compte et que le gamin en question s’est retrouvé avec le double de son objectif de pompe à faire. Ah, c’est sûr, ça décourage les autres qu’auraient pu avoir la même idée. Mais par contre, le coup de “et vas-y que je prends une p’tite pause quand il regarde pas”, ça, ça arrive souvent. Très souvent, même. J’suis certain qu’ils se partagent les combines entre eux, pour savoir quand reconnaitre à la tête que je peux tirer si je suis mentalement avec eux ou sur la 684ème planète se trouvant dans mon esprit. Ca serait bien leur genre, en tout cas. Enfin bon, quoi qu’il en soit, d’avoir des paroles et des intentions mal interprétées, c’est un peu ma phobie, alors quand je me suis rendue compte qu’un sous entendu un peu salace aurait pu être perçu dans cette remarque que j’ai faite à la jeune femme avec moi dans la piscine, c’était un peu le “code rouge” dans ma tête, avec des panneaux-néons clignotant de gros “mayday” tandis que les petits bonhommes de mon esprit couraient très certainement dans tous les sens en se rentrant dedans sans savoir quoi faire, me laissant avec seul le pilotage automatique pour me dépêtrer de là. Un pilotage automatique quelque peu cassé, d’ailleurs, vu comme je ne fait que bafouiller et m’embrouiller pour rien à chaque fois que je me retrouve dans ce genre de situation. Mais finalement, la jeune femme me rassure en m’assurant n’avoir pas mal interprété mes paroles, ajoutant même que de toute façon, son côté naïf lui aurait fait passer toute réelle allusion à la trappe. « oh, alors tant mieux » je souffle dans un sourire, un peu soulagé… avant de tiquer sur quelque chose et de me reprendre. « enfin, sauf pour le côté naïf. ça doit pas te faciliter tous les jours la vie, ça » j’ai beau être un homme, j’ai quand même suffisamment de femmes dans mon entourage proche pour savoir a quel point d’autres mâles peuvent vraiment être graveleux avec le sexe opposé. Alors y ajouter un brin d’innocence, et j’imagine même pas le cocktail… Quoi qu’il en soit, d’après elle, je n’ai rien d’un pervers, et voilà quelque chose de rassurant. Je ris un peu à sa réponse, avant de répondre « dans ce cas, je vais tâcher de garder la tangente pour le temps qu’il restera » après tout, ça serait bête qu’avec une nouvelle maladresse, je perde ce beau statut d’homme droit. Finalement, la brunette fit son entrée complète dans l’eau tandis que je me laisse tomber en arrière, de sorte de flotter sur le dos - rien de plus relaxant d’après moi - et je souris en l’écoutant confirmer la bonne température de l’eau. Sourire qui se transforma en petit rire à sa remarque sur mes talents en natations, qu’elle relie à juste titre à mon métier. tournant la tête dans sa direction - mais pas trop quand même histoire de pas boire la tasse si bêtement, je réplique «  merci ! j’suis coach sportif depuis dix ou onze ans, du coup, effectivement, la natation, j’en ai mangé » pas littéralement, bien sûr, ou sinon, ça serait très bizarre. Et puis très incorrect, aussi, puisque je suppose que pour un sport pareil, “bu” serait plutôt le terme exacte. « même si en ce moment je reste plus hors du bassin à crier des directives et des encouragements qu’autre chose... enfin, pas en ce moment en ce moment, mais, euh.. à mon travail actuel, quoi. » après tout, auprès d’enfants et d’ados en surpoids, ça serait assez cruel et sans intérêt de me mettre à faire la course contre eux, comme je pouvais le faire avec d’autres personnes de d’autres lieux de travail. Et puis, lorsque la demoiselle se présente finalement, c’est magique et instantané, son nom fait tilt dans ma tête. « Ah ! Rose ! C’est donc toi, la fameuse princesse Disney ! » il faut dire qu’avec un métier pareil, c’était presque normal qu’il finisse par être connu de tous, avant même qu’elle ait l’occasion d’en parler à chacun. « si ma fille savait que je suis en train de me baigner avec Belle... » je lâche ça dans un petit reniflement à la fois moqueur et amusé, parce que clairement, je la vois d’ici dans tous ses états et supplier pour nous rejoindre d’une manière ou d’une autre. « Tiens, d’ailleurs, c’est marrant comme ton prénom match bien avec le personnage que tu incarnes. » Rose, Belle… c’est un peu lié, en un sens, mine de rien. « comme si ça t’étais destiné. » Qui sait, peut-être que dans une autre vie, elle aurait joué le rôle de Cendrillon et s'appellerait en réalité… Pantoufle. ...Mmh. Du coup, je suppose qu’elle est quand même pas mal chanceuse d’être dans cette vie actuelle. ...attends, là. Je crois que j'ai oublié un truc. « Oh, et, je suis Phil. Enchanté, Rose » j'ajoute en riant à mon tour. Si on est deux à oublier de se présenter, on est mal partis...

_________________
DREAM WITH YOUR EYES WIDE OPEN
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1019
AVATAR : daisy ridley.
ÂGE : 26


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: plansch (MERCREDI 10H45)   Mer 13 Juin - 3:40

Impossible pour Rose de rester de marbre face à la détresse apparente de son camarade, qui tout à coup semblait se questionner sur la possible connotation cachée de sa remarque, alors qu'à aucun moment elle n'avait douté de son sens réel. Parce qu'elle était naïve, oui sans doute, mais aussi parce qu'elle n'avait tout simplement pas envie de commencer à se poser ce genre de questions quand un homme lui faisait la conversation. Elle le savait pourtant, que certains d'entre eux ne vous considéraient que pour une seule chose, et que vous étiez d'autant plus ciblée par ces spécimens quand on vous catégorisait comme une fille qui aimait voir le bien partout, mais ce doute que chaque femme avait en tête à un moment de sa vie, elle n'avait pas envie de le voir planer au dessus des échanges qu'elle initiait ici, tout simplement parce qu'elle voulait croire que comme elle, tout le monde été venu armé de ses meilleures intentions et de la simple envie de profiter de tout ça sans pour autant piéger, écraser et briser ceux qui se trouvaient sur leur route. Et puis il y avait autre chose, qui cette fois tenait plus de l'instinct. Quand elle avait vu cet homme sortit la tête de l'eau et lui adresser ce regard accueillant, elle avait eu au plus profond d'elle-même l'impression qu'elle avait à faire à quelqu'un de profondément inoffensif. Et elle ne s'y était pas trompée, à le voir perdre ses moyens à la simple idée que sa remarque puisse être mal interprétée. Alors qu'il la connaissait à peine, qu'il n'avait aucune raison de se soucier de ce qu'elle avait pu ressentir en l'écoutant. S'il pouvait se mettre dans cet étant pour quelqu'un qu'il venait de rencontrer, alors c'est qu'elle était définitivement face à un homme droit. Ce n'était pourtant pas toujours aussi simple de cerner ses semblables, malgré sa volonté de ne juger personne sur une première impression et de laisser aux apparences le temps de se dissiper. Parce qu'il y avait des êtres qui se laissaient plus ou moins approcher, cerner, apprécier. Mais du peu qu'elle avait pu apercevoir de lui, il ne semblait pas compter dans cette catégorie de personnes, contrairement la Bête qui ne montrait de lui que son pire visage en pensant vous dissuader de vous attacher à lui, mais qui obtenait tout l'inverse et finissait par redevenir lui-même grâce à ça. Il se dégageait de cet homme une bonhomie véritable, et pour quelqu'un d'aussi positif que Rose, cette rencontre était une aubaine, et une raison de plus de ne pas douter de sa bonne foi. Certes, son instinct l'avait déjà trompé, mais aussi consciente soit-elle d'être naïve, elle essayait en plus de ne pas être idiote. « Disons qu'il y en a toujours pour tenter d'en profiter, sûrement parce que de plus en plus de femmes savent s'affirmer et redoublent de vigilance, et que les filles comme moi sont d'autant plus intéressantes pour eux. » Elle souffla, dans un léger sourire. Elle savait qu'avec tout ce qu'on entendait, toute cette médiatisation autour d'affaires qui condamnaient le comportement de certaines hommes, de plus en plus de femmes se rebiffaient et cernaient à des kilomètres les êtres les moins désintéressés. Quand on était comme elle, il y avait toujours le risque de confondre de bonnes intentions et des paroles dites pour endormir votre vigilance. Mais comme ici, il était rare que son alarme personnelle se déclenche et l'avertisse d'un danger. Son camarade pouvait se rassurer, il n'avait pas l'air d'un pervers, non, si tant est qu'on puisse en reconnaître un facilement. « Si tu restes comme tu es maintenant, je ne vois aucune raison pour que tu rencontres des problèmes dans ce jeu. » Et elle était sincère, comme en témoignait son sourire, d'ailleurs elle ne voulait pas seulement parler de cette histoire de prétendu pervers, mais aussi de cette gentillesse qu'il dégageait et qui pourrait l'aider à nouer des liens positifs. En tout cas, du peu qu'elle avait pu voir il lui semblait qu'elle avait à faire à un bon nageur, ce qui l'amena à se questionner sur son métier. Sa réponse élargit alors son sourire. « Je comprends mieux, on ne se connaît pas encore vraiment mais je peux déjà dire que tu es sportif et rassurant, du coup ça ne m'étonne pas. » Qu'il soit coach sportif, non ça tombait même sous le sens, il avait l'allure de quelqu'un qui dirigeait et encourageait en même temps. « Et tu travailles en salle de sport, ou à domicile peut être ? J'avoue ne jamais avoir fait appel à ce genre de professionnels. » Elle se mit à rire, préférant se montrer honnête puisqu'il découvrirait bien assez tôt que sans être une mauvaise nageuse, elle n'était pas une sportive née. Finissant par se présenter, Rose fut de nouveau amusée par la façon dont il fit automatiquement le lien avec son statut de « princesse Disney » comme certains aimaient sûrement l'appeler depuis qu'elle avait parlé de son métier, pas banal il est vrai. « C'est moi oui ! Mais surtout ne dis pas à ta fille que tu as vu Belle en maillot de bain, ça pourrait casser la magie dans l'esprit d'un enfant. » Parce qu'ils aimaient associer les princesses aux robes longues et à la féerie des contes de fées, imaginer Belle barboter dans une piscine sur un bateau pourrait avoir un coté perturbant. « C'est d'ailleurs pour ça qu'on a l'interdiction d’apparaître sans notre accoutrement au complet, et ça vaut aussi pour ceux qui campent des personnages comme Mickey ou Dingo. » Et c'était d'autant plus contraignant, de son point de vue, de ne jamais pouvoir retirer le haut du costume qui en plus pesait son poids – y compris l'été. « En fait, c'est ma mère qui l'a choisi, justement parce qu'elle était amoureuse du conte La Belle et la Bête. Le film est sorti un an avant ma naissance, ça a sûrement joué aussi... en tout cas je l'ai toujours vu comme un signe. » Ses lèvres étirèrent un sourire particulièrement doux à l'évocation de sa mère, et parce que ce prénom était vraiment comme un héritage particulier et le symbole d'une passion qu'elle avait hérité d'elle. @Phil se présenta à son tour, et elle continua de sourire. « Oh Phil, comme Philip ? Si c'est le cas tu as fait encore mieux, il y a un Prince qui porte ton prénom. Bon, un peu âgé c'est vrai, mais bien réel lui. » Et qui plus est marié à l'une des femmes les plus connues et les plus puissantes au Monde, et dont le règne était le plus long de l'histoire britannique. « Au fait, tu as plusieurs d'enfants ? » Elle demanda finalement, toute enthousiaste.

_________________
Tale as old as time
song as old as rhyme.
"just a little change, small to say the least. both a little scared, neither one prepared, beauty and the beast."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10450-phil 

MESSAGES : 752
AVATAR : andrew cooper
ÂGE : 35
LOCALISATION : Liverpool
MÉTIER : coach sportif en centre d'obésité infantile
ÉTAT D'ESPRIT : rêveur


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: plansch (MERCREDI 10H45)   Mer 13 Juin - 21:19

Même si certains pourront dire que je ne suis “qu’un homme”, je dois quand même avouer me sentir plus que concerné par toutes ces histoires sordides que peuvent vivre les femmes encore aujourd’hui, dans ce qui est censé s’appeler une société dite moderne. Parce que même si, effectivement, je ne suis pas du sexe qui soit directement concerné… eh bien je reste un fils, je reste un frère, je reste un mari, et je reste un père. En fait, je pense que c’est stupide de considérer que ces histoires ne concernent pas les hommes tout simplement parce qu’ils n’en sont pas les victimes - du moins, la grande majorité du temps -. Parce que même s’ils n’en sont pas les victimes, ils en sont les coupables. Et ils en sont les coupables justement parce qu’ils ne se sentent pas concernés par tout ça. En fait, je pense que s’ils se rendaient compte que ce genre d’incident pourrait très bien arriver à une des femmes dans leur vies, que ce soit leur mère, leur soeur, ou autre… eh bien là, ils commenceraient à changer la donne. Parce que bien souvent, ces gens là considèrent les femmes de leur vies comme “à part” des autres femmes qui, elles, ne sont pour eux que des bouts de viande. Mais pourquoi seraient-elles à part ? Parce qu’ils les connaissent ? Parce qu’ils les aiment ? Pourtant, tout ça n’empêche pas les autres de les voir comme des bouts de viandes. Pourtant, ces autres là aussi, ont tous forcément ne serait-ce qu’une mère dans leur vie, ou à défaut, dans leurs souvenirs. Et à continuer de la sorte, on pourrait aller très loin dans les liens à faire, parce que des liens, il y en a partout, tout le temps, et ça pour une seule et unique raison : nous sommes tous concernés. Alors forcément, d’entendre la jeune femme confirmer que ce côté naïf qu’elle peut avoir ne lui rends pas toujours service, je trouve ça assez affligeant. « C’est triste, parce qu’à cause du manque d’esprit de certains hommes, la naïveté passe pour un défaut, alors que pas du tout. » je souffle dans un petit secouage de tête presque dépité, avant de concentrer mon attention sur la demoiselle. « Avoir un côté naïf n’est pas toujours un mal. C’est signe de fraîcheur, de confiance, de spontanéité et de créativité qui sont très importantes à un esprit saint et heureux. Bien sûr, comme rien ne peut être parfait, il y a forcément quelques points négatifs, mais il ne faut surtout pas que tu en oublies pour autant le positif, qui reste bien présent, et qui n’en est pas moins important. » après tout, ce n’est pas parce que le commun des mortels ont tendance à oublier que toute chose est faite de bien et de mal pour ne se concentrer que sur le mal, qu’il faut en ignorer le bon, faire comme s’il n’avait jamais existé. Quoi qu’il en soit, c’est officiel, je n’ai pas l’air d’un pervers - du moins pas d’après mon interlocutrice - et elle peut m’en voir ravi. Je laisse échapper un petit sourire lorsqu’elle affirme que si je reste tel que je suis à présent, je n’aurais pas de problème dans le jeu. Je ne m’attendais pas à tant de gentillesse envers ma personne, mais une chose est sûre « voilà qui fait plaisir ; je te remercie… et je te retourne le compliment ! » après tout, même si nous venons à peine de nous rencontrer, je peux bien voir qu’elle est une bonne personne, et il n’y a aucune raison pour qu’une jeune femme telle qu’elle est rencontre le moindre soucis avec les autres. Je suis même sûr qu’elle risque fort de rencontrer pas mal de popularité par sa jeunesse, sa fraîcheur… voire même sa perspicacité, puisque la demoiselle n’aura eu pas de mal à relier mon aisance à la nage avec mon métier ! « encore des compliments ! tu vas finir par me gêner ! » je réplique en rigolant lorsqu’elle avoue ne pas être étonné de mon statut de coach. Bon, en vérité, une telle réponse est la preuve que je le suis déjà, gêné - d’autant plus que c’est pas très dûr de me faire entrer dans un tel état - mais bon, on va faire comme si de rien était ! « au début de ma carrière, oui, j’étais coach à domicile, principalement, et un peu en salle. Mais là, ça fait pas mal d’années maintenant que je bosse dans un centre d’obésité infantile, donc avec des gosses de 10 à 19 ans, généralement » en tout cas, à cette heure, se sont exactement les âges présents au centre. Et y’a pas à dire, à chaque fois, de voir des enfants de dix ans dans ce centre avec les autres résidents, ça me fait toujours quelque chose. Forcément, il n’y a qu’un an qui les sépare de ma fille, alors ça a un peu plus tendance à me faire me projeter. Mais heureusement, ma fille, elle, est en parfaite santé, mais apparemment, pour qu’elle le reste et qu’elle ne se retrouve pas mentalement perturbé, il faudrait que je garde le secret sur le fait d’avoir pu voir une de ses princesses favorites en maillot de bain… puisqu’il se trouve que c’est avec Belle en personne, du moins, avec Rose, son interprète, que je suis en pleine discussion. La pauvre jeune femme ne doit apparemment ô grand jamais sortir de son personnage lorsqu’elle est au parc, et je n’ose imaginer à quel point tout ça doit être éprouvant. « d’ailleurs, ça tombe bien que tu sois là, parce que je t’avoue que depuis que je suis allé à disneyland avec ma femme et mes enfants, y’a une question qui me trotte un peu en tête... » non pas que je ne parviens plus à dormir depuis que je me la pose, en quête de réponse, mais bon, je pense que rares seront les nouvelles occasions d’avoir en face de moi une véritable princesse de chez eux à qui la poser. Bon, enfin, j’me doute bien que je vais avoir beaucoup d’autres occasions de lui parler, mais, je voulais dire, a part elle. « Si vous avez envie d’aller aux toilettes, vous faites comment ? Et, encore pire : si vous avez une infection urinaire ! Ca doit être galère, non ? En tout cas, je te le souhaite pas… autant que ça soit galère que l’infection, bien sûr ! » enfin, pour tout dire, j’en ai jamais eu, moi, d’infection, mais j’ai bien vu dans quel état ça mettait Tom Hanks dans La Ligne Verte, et puis, Margaret en a déjà eu quelques fois, alors je vois bien que c’est pas tellement génial, comme truc… En tout cas, sujet complètement à l’opposé, son prénom Rose venait bel et bien de la Belle et la Bête ! Comme quoi, c’était vraiment le destin, il faut croire, et sa mère à tout de même eu une jolie inspiration en trouvant ce nom-là. « elle doit être comblée de fierté devant ta carrière, dans ce cas ! » je fait remarquer dans un léger rire, avant de me rendre compte que c’était un peu à mon tour de me présenter - du moins, comme le veut la coutume humaine. Rose fait de suite le lien avec mon prénom complet, et sa remarque m’arrache aussitôt un rire. « Comme Philip, exactement ! Par contre, je ne pense pas que le prince ait été l’inspiration de ma mère… ou en tout cas si c’était le cas, j’en serais assez vexé… prince ou pas, si c’est sa tête que mon petit visage de poupon lui a inspiré, ça me ferait du mal ! » non parce que bon, j’ai beau être patriote et aimer mon pays… tout de même ! Je tiens à cette illusion que j’ai pu être un joli bébé, au moins aussi beau qu’on pu être mes propres petits ! D’ailleurs, lorsque Rose me demande combien j’ai d’enfant, j’arbore aussitôt ce sourire gaga et fier que je ne gagne que lorsque je parle d’eux, et réponds aussitôt « Deux ! Ma fille, c’est la plus grande, elle a neuf ans. Et j’ai aussi un p’tit gars de sept ans. Et on a vraiment cru qu’on était partis pour en avoir un troisième, y’a pas longtemps, mais c’était une fausse alerte. » Tiens, d’ailleurs, je me rends compte en même temps que j’en parle, que seul Maggie et moi étions au courant de cette info. Mmmh. Ooups ? Je sais pas tellement si ça peut être considéré comme une gaffe, étant donné qu’au final, y’a pas de troisième. « Et toi ? Oh, pas d’enfants, mais… des frères, des soeurs ? » ...quoi que, tu me diras, y’en a bien qui ont des enfants beaucoup plus tôt que ce que j’ai pu faire. Sourcils froncés, je me reprends alors aussitôt « enfin, tu peux avoir des enfants, aussi, si tu veux, je juge pas. » après tout, chacun fait bien ce qu’il veut.

_________________
DREAM WITH YOUR EYES WIDE OPEN
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
 

plansch (MERCREDI 10H45)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» MASTERCHEF - mercredi 4 juillet, 6h02
» Impact vs NY Redbulls - Mercredi 5 aout.
» Mirlande Manigat aux Gonaives mercredi soir:une vraie démonstration de popularit
» Les membres du CEP convoqués mercredi au Parquet
» Tenue mercredi de l’Assemblée nationale d’ouverture de la session extraordinaire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: Piscine-
Sauter vers: