you need a little time out, lundi 13h52 (sem. 1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10425-ugo 

MESSAGES : 588
AVATAR : dacre montgomery
ÂGE : 23
LOCALISATION : sarausa (sicilia)
MÉTIER : mécano


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: you need a little time out, lundi 13h52 (sem. 1)   Dim 10 Juin - 22:33



T'as mangé avec le groupe de candidats qui s'était spontanément formé dans le réfectoire tout à l'heure ; c'était sympa, ça t'a rappelé les repas avec les gars du garage, même si d'habitude tu l'ouvres plus -beaucoup plus, au risque de t'en prendre une pour avoir mal parlé de la mère de l'un ou du tatouage de l'autre, sans vraiment penser à mal. Mais c'est que pour l'instant t'es en plein processus d'analyse du caractère de chacun -que tu calques en fait sur ton entourage plutôt très masculin et limite bourrin mais très humain dans le fond. Pour l'instant t'as pas vraiment de mauvaise impression sur qui que ce soit, et cette remarque te fait immédiatement te dire que certains doivent cacher leur jeu, faire bonne figure pour l'instant avant de se dévoiler vraiment -à moins qu'ils n'aient opté pour une stratégie sur le long terme, jusqu'à ce qu'ils sautent. Bah oui, tu trouves que c'est un peu calme pour l'instant, la production a pas pu sélectionné que des "gentils" et espérer que la proximité et l'enfermement à eux seuls fassent le reste. Enfin, t'allais pas te plaindre que l'ambiance soit aussi agréable que le cadre dans lequel tu évoluais, mais ça ne présageait rien de bon en réalité, alors il valait mieux que tu en profites. Comme beaucoup de tes camarades en ces premiers jours tu faisais autant connaissances avec les autres qu'avec les coins et recoins du bateau. Tu te perdras encore souvent entre les escaliers et les ponts, faute de t'en remettre au plan du navire -par fierté, hm. C'est pas non plus si terrible de s'aventurer sans savoir, voilà que tu fais une rencontre intéressante en passant devant la bibliothèque. Il y a Jun, à l'intérieur. « Ciao Jun. » Tu dis en t'approchant, le sourire toujours -et l'envie d'ajouter un petit quelque chose mais tu te retiens- et tu t'appuies contre une étagère. « Comment ça va, depuis que je t'ai lâchée ? » Après le prime d'entrée, t'avais clairement dû l'abandonner pour aller récupérer tes affaires et découvrir ta cabine et ton colocataire pour la semaine. Elle avait surement su se débrouiller toute seule, ou se trouver quelqu'un de plus fiable sur qui compter. T'étais pas vraiment désolé, tu lui avais rien promis de plus que d'être l'un à l'autre pour la soirée.

_________________
    me ne vado, ti lascio nella sera
    che, benchè triste, cosi dolce scende
    per noi viventi, con la luce cerea
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 448
AVATAR : jing wen.
ÂGE : 24
LOCALISATION : londres, uk.
MÉTIER : employée du bureau des objets trouvés du métro londonien.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: you need a little time out, lundi 13h52 (sem. 1)   Lun 11 Juin - 17:58

En quittant Hunter, je me suis arrêtée dans la bibliothèque, dont la porte ouverte semblait être une invitation. Je me sens comme Alice aux pays des merveilles, lorsque je me glisse dans l'entrée de cette pièce gigantesque. Ce n'est pas l'une de ces vieilles bibliothèques à l'aspect ancien et poussiéreux que j'avais vues dans les précédentes éditions du jeu, on s'approche plutôt de celles qu'on voit dans ces articles sur internet, du style "les dix bibliothèques les plus incroyables du monde". Moi, j'aime bien ces articles, comme tous ceux qui ouvrent une fenêtre (littéralement, haha) sur le monde. Dans mon coin, discrètement, je m'émerveille toujours de ces lieux, monuments, routes ou bâtiments aux quatre coins du globe. Bref, du bout des doigts, j'effleure les rayonnages, les livres anciens ou récents et je me demande combien de cartes au trésor sont enfouies dans certains de ces ouvrages qui semblent avoir mille ans. Pour le simple plaisir de sentir sous ma peau l'ancienneté et la diversité des livres, je me promène un petit moment ça et là jusqu'à entendre une voix familière dans mon dos. En regardant par-dessus mon épaule, je découvre sans surprise Ugo qui se dépose contre une étagère. « 你好 » je le salue en retour, avec un sourire, avant de lui tourner le dos pour reposer le livre que j'avais dans les mains. J'imagine que "ciao" veut dire bonjour, en italien. Instantanément, je le note dans mon dictionnaire interne, en me promettant de vérifier plus tard. Si j'étais dingue, je me donnerais comme objectif d'apprendre, ou de commencer à apprendre, toutes les différentes langues représentées parmi les candidats. Le français, l'espagnol, l'arabe, maintenant l'italien. Peut-être que je le suis dingue. Mais le sera encore plus celui qui aura la même résolution, car apprendre le mandarin, c'est pour se tirer une balle. « Pas trop mal » je juge d'un air appréciateur et en haussant nonchalamment les épaules, avant de pivoter une dernière fois pour lui faire face. Cela dit, j'espère qu'il ne s'imagine pas que j'allais vraiment sombrer s'il me lâchait. Je n'avais pas besoin de lui, ni de personne. « Et toi, à quoi ça ressemble la liberté ? comment tu occupes tes journées maintenant qu'on a rompu ? » je fais mine de m'enquérir, amusée. Je sais qu'il doit errer comme une âme en peine, mon Ugo.

_________________
我去哪裡都沒關係。 我是。
 
well, there you go again, acting like it's all about you and there you go again talking, talking, talking, no clue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10425-ugo 

MESSAGES : 588
AVATAR : dacre montgomery
ÂGE : 23
LOCALISATION : sarausa (sicilia)
MÉTIER : mécano


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: you need a little time out, lundi 13h52 (sem. 1)   Mer 13 Juin - 17:47

Elle te salut dans sa langue, ton sourire s'étire. A part l'anglais, que tu baragouines, tu ne sais parler rien d'autre, et tu n'as même jamais vraiment été intéressé par ça. C'est à dire que tu n'en as pas l'utilité au quotidien et les pays d'Asie comptent parmi ceux qui t'intéressent le moins -mais tu ne refuserais pas un voyage gratuit dans ce coin du monde s'il t'était offert gracieusement. Mais là, d'entendre les accents des autres, ça te donnerait presque envie de prendre quelques cours. Enfin, tu n'essayais même pas de répéter ce qu'elle venait de dire. « Ça à l'air compliqué le chinois... » Le mandarin ? Tu ne savais pas exactement comment il convenait d'appeler la langue. Tu pensais bien pouvoir apprendre du vocabulaire utile si tu partais un jour en Chine, mais tu ferais certainement l'impasse sur l'écrit avec tous ces caractères étranges. En tout cas, votre séparation d'après prime ne semble pas l'avoir affectée plus que ça. « Ah... » Tu feins une légère  déception. « Tant mieux, tant mieux. » Tu ajoutes, vraiment comme devant une ex qui te parlerait de sa vie géniale après que vous vous soyez séparés -sauf que généralement, la situation était inversée, lorsqu'elle était amenée à arriver ; tu ne recroisais pas non plus d'anciennes petites amies tous les quatre matins. Elle s'inquiète à son tour de savoir ce que tu deviens depuis samedi soir.  « Tu parles de liberté ! Je suis enchaîné à mon chagrin depuis deux jours ! » Heureusement qu'il n'y avait pas de bibliothécaire pour te rappeler de baisser le volume. « Je me baigne beaucoup, mais je n'arrive même pas à me noyer dans mes propres larmes. » Peine perdu, tu n'es qu'un pauvre homme malheureux, tu souffres de solitude, cruelle existence que la tienne depuis qu'elle t'a laissé dans ce hangar à présent aussi vide que ton coeur. « La vie s'accroche à moi, comme une tique au dos d'un chat, je... » Tu marques une pause, réalisant soudain : « Ça sonnait mieux dans ma tête, désolé. » Tu n'es pas un poète, un beau parleur tout au plus, et forcément parfois tu te plantes. « Tu lisais quoi ? » Changer de sujet à présent, étirer le cou vers le livre qu'elle vient de ranger et tenter de faire comme si tu ne venais pas de jouer les idiots. Tu avais déjà vu la tactique fonctionner, et souvent la demoiselle ne souhaitant pas causer plus d'embarras continuait comme si de rien n'était. Tu te demandais si Jun était de ces filles là -tu ne l'espérais pas cela dit.

_________________
    me ne vado, ti lascio nella sera
    che, benchè triste, cosi dolce scende
    per noi viventi, con la luce cerea
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 448
AVATAR : jing wen.
ÂGE : 24
LOCALISATION : londres, uk.
MÉTIER : employée du bureau des objets trouvés du métro londonien.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: you need a little time out, lundi 13h52 (sem. 1)   Jeu 14 Juin - 19:08

J'en sais pas grand chose si le mandarin est compliqué à apprendre, pour être honnête. C'est ma langue maternelle, son apprentissage remonte à des années et pour moi, parler en "chinois" est aussi naturel que respirer. Comme pour lui, parler italien n'a rien de difficile. « Je peux t'apprendre, si tu veux. » je réponds d'un air volontaire. Même s'il n'en a probablement rien à foutre d'apprendre le mandarin. C'est peut-être une erreur de penser ça, puisqu'il parle anglais et qu'il a dû l'apprendre de lui-même, mais ça n'a tout de même pas l'air d'être son style. « 我是一个勺子 » On commence juste avec la prononciation. Avec une phrase comprenant toutes les variations de tons du mandarin, parce que c'est le plus compliqué. J'ai envie de me marrer toute seule, alors que c'est juste débile. J'aurais pu opter pour quelque chose de plus subtil ou de plus satisfaisant, mais ça fera l'affaire pour l'instant. L'aventure est encore longue, espérons, et j'aurai tout le temps de m'amuser plus tard. « Répète pour voir : wǒ shì yīgè sháozi » je l'invite en détachant bien les mots et en appuyant sur les tons pour qu'il ne se trompe pas. Oui, parce qu'il prononce un mot d'une certaine façon plutôt que d'une autre, ça fait un mot différent. C'est pour ça que le chiffre quatre porte malheur, chez nous, par exemple. Parce qu'il se prononce quasiment de la même manière que la mort. Et puis il me demande si ça va et je tempère sans trop en dire, parce que je m'étais bien amusée avec lui, samedi. Ça m'a semblé court et vertigineux mais notre conversation était si bête que ça m'a détendue. A ce moment, j'ai décidé que je l'aimais bien, Ugo, que je l'appréciais. Je ris. Il me fait rire. Il a l'air si dramatique, je l'observe avec un long regard rempli de compassion feinte. Est-ce que c'est un truc d'italiens d'être aussi comédiens ? « Un livre qui s'appelle : comment gérer un ex malheureux » je réponds avec sérieux, en désignant très vaguement la zone de l'étagère où je venais de ranger mon livre. Il lance le jeu, je l'y suis la tête la première. Je ne peux pas m'en empêcher. « La solution miracle serait de le complimenter sur ses capacités » je confie en hochant la tête. De l'envoyer chez un psy, aussi, accessoirement, mais je ne crois pas qu'on ait de ces choses-là dans le coin, alors il se contentera de moi. « Tu es un vrai poète. » J'ai senti son désespoir jusque dans mon coeur, dans mes poumons, dans mes tripes. « Tu as d'autres talents comme ça, que tu m'as cachés ? » je souris. Je devrais savoir ces choses-là, quand même. Non ?

_________________
我去哪裡都沒關係。 我是。
 
well, there you go again, acting like it's all about you and there you go again talking, talking, talking, no clue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10425-ugo 

MESSAGES : 588
AVATAR : dacre montgomery
ÂGE : 23
LOCALISATION : sarausa (sicilia)
MÉTIER : mécano


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: you need a little time out, lundi 13h52 (sem. 1)   Dim 17 Juin - 22:53

Le chinois te paraissait bien complexe comparé à l'anglais que tu avais rechigné à apprendre à l'école mais que tu avais finalement réussi à (plus ou moins bien) maîtriser à force que ta mère et son deuxième mari t'y poussent gentiment -en prétextant que tu en aurais besoin dans le futur et ils avaient eu raison. Jun te propose de t'apprendre. Tu lui souris, mais tu n'es pas sûr que ça te serve énormément (quoi que tu pourrais te tromper vu le nombre toujours constant voire croissant de touristes chinois qui visitent chaque année ton île, connaître au moins le base pourrait toujours t'être utile). Tu hausses les épaules, l'air pas convaincu à cent pour cent mais tu ne dis pas non, plutôt pourquoi pas. « Je risque pas de pouvoir apprendre bien plus que du vocabulaire de tous les jours, tu sais : bonjour, comment ça va?, s'il vous plait, où sont les toilettes, au revoir, merci... » La liste de banalités continue, mais tu te dis que si déjà elle peut t'apprendre ça et que tu le retiens, ce sera pas mal. « Enfin, ça nous fera de quoi nous occuper. » La vie sur le yacht ne se résumerait pas à la chasse aux indices pour aller buzzer des secrets mais conserver le sien intact ou à la recherche de son binôme, puis les nominations et les primes et tout le reste du jeu et des stratégie. Tu te doutais que tu pourrais vite t'ennuyer après une semaine de découverte des lieux, et si vous vous retrouviez pour des cours de langues, ça te ferait un petit rendez-vous sympa à ne pas manquer. Elle initie apparemment la première leçon. C'est comme si on te parlait dans une langage extraterrestre avec des sons étranges que tu ne serais pas vraiment capable de reproduire, même malgré ses efforts de prononciation évident. « Oula, ok. » T'es un peu paumé mais t'essaies quand même, pour lui faire plaisir. « Woueuh shi geushaw tseu. » Parfait, exactement ce qu'elle vient de dire. Tu te moques un peu de toi-même « Je sens que j'ai dit un truc intelligent. » Oui, elle devait t'avoir demandé de répéter que tu étais un beau, ou un truc du genre, jamais elle t'aurait fait passer pour un imbécile, et tu avais sans doute si bien prononcé chaque mot que tous avaient gardé leur sens initial, c'était certain. « Si l'italien te branche... » Tu ne parlais pas de toi -quoi que- mais si elle souhaitait apprendre avec toi, tu étais disposé à lui donner des cours ; un échange de bons procédés en somme. Mais tu ne lui proposais pas déjà quelque phrase niaise à décortiquer et à retenir par cœur pour votre prochaine rencontre ; vous vous inquiétez (plus ou moins) chacun de comment s'était débrouillé l'autre depuis le prime d'ouverture, et si la jeune femme semblé s'en être bien sortie et sans grande peine, ce qui ne t'étonnais pas, tu te lamentais de votre séparation. Te calmant, tu portais ton attention sur le livre qu'elle rangeait tout juste, et t'amusais d'entendre le titre qu'elle venait d'inventer, à tous les coups. Tu hochais de la tête. « Une lecture instructive, je l'espère. » Oui, qui l'aurais surement amenée à envisager une nouvelle association, sur le long terme cette fois, pour t'éviter plus de peine. D'après les conseils qu'elle aurait trouvé dans cet ouvrage, il fallait complimenter sur ses capacités un ex-amour en plein désarroi -qui pourrait alors reconstruire sa vie en partant sur les bonnes bases solides qu'il lui resterait malgré la séparation, surement. Elle soulignait ainsi le poète que tu étais -pour lequel tu te faisais si bien passé depuis quelques jours déjà, sans même vraiment le faire exprès finalement, mais ton charme et ton héritage culturel t'y poussaient naturellement, dans les moments de bonheur comme de peine. Curieuse, elle te demande s'il s'agissait du seul de tes talents ou si tu en cachais d'autres. Tu hésitais avant de lui révéler ses détails qu'elle aurait dû connaître et qui pourrait lui faire reconsidérer votre décision du prime de n'être l'un à l'autre que ce soir-là. Tu te mordais la lèvre, l'air indécis, avant de lui dévoiler tes quelques secrets. « Je sais jongler avec plus de trois objets à la fois. » Ce n'était peut-être pas bien impressionnant, mais tu en étais capable. Et tu le lui aurais bien prouvé, mais pas sûr que le maître apprécier de voir voler ses bouquins dans les airs. Il t'aurait fallu des balles au mieux, des fruits ronds au pire, même des chaussettes roulées en boule, mais à moins de retirer les votre sur l'instant, tu n'en trouverais pas assez ici. Dommage. « Et puis je suis un peu magicien, mais je n'ai ni pièces, ni cartes. Tu vas devoir me croire sur parole. » Jusqu'à ce que tu sois en mesure de l'impressionner par tes tours de passe-passe qui la feront à coup sûr tomber dans tes bras, oui. « Je parie que tu en as aussi sous le coude. » Peut-être jouait-elle d'un instrument ou était-elle contorsionniste. Oui, tu pouvais l'imaginer gymnaste, très douée au monocycle ou au tir à l'arc. A vrai dire, elle était plus assez exotique et mystérieuse à tes yeux, elle pouvait cacher beaucoup plus de choses qu'un seul secret.

_________________
    me ne vado, ti lascio nella sera
    che, benchè triste, cosi dolce scende
    per noi viventi, con la luce cerea
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 448
AVATAR : jing wen.
ÂGE : 24
LOCALISATION : londres, uk.
MÉTIER : employée du bureau des objets trouvés du métro londonien.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: you need a little time out, lundi 13h52 (sem. 1)   Mar 19 Juin - 19:21

Il parait sceptique. C'est vrai que le mandarin n'est pas simple. Enfin, j'imagine. Le problème, c'est le nombre de caractères. Ça fait souvent peur, parce que ce n'est pas vraiment le même principe que dans les langues qui utilisent l'alphabet latin. Pourtant, sous bien des aspects, le mandarin est bien plus simple que toutes les langues occidentales. Par exemple, on n'a pas de grammaire, ni de conjugaison. Ouaip. « Ne m'insulte pas » je fais mine de protester. Il remet quand même vachement en doute mes capacités à apprendre quelque chose à quelqu'un. C'est bête, je pense que j'aurais aimé être professeur. Je ne sais pas de quoi, mais Grand-Mère me demandait souvent d'aider les enfants plus jeunes des familles du voisinage lorsqu'ils avaient des difficultés à l'école. J'ai toujours aimé apprendre et faire apprendre. Mon problème, ça a toujours été le comportement. Finalement, Ugo m'écoute et tente de répéter la phrase idiote que je lui ai donnée. Je ne peux m'empêcher de pouffer en l'entendant. Pas parce qu'il prononce mal, mais à cause de ce qu'il dit. « C'est pas si mal » je l'encourage. En fait, je trouve ça plutôt gentil de sa part de jouer le jeu. J'en ai croisé beaucoup qui n'essaient même pas et la seule personne que je connais qui tente de parler mandarin avec moi, c'est un gars d'origine chinoise qui était à l'université avec moi et qui avait déjà des notions. Donc ça ne compte pas vraiment. Moi, si je pouvais, j'apprendrais toutes les langues. Absolument toutes. Pour pouvoir comprendre tout le monde, pour aller partout sans le moindre problème. C'est principalement pour ça que j'ai essayé d'apprendre l'anglais dès que j'ai pu. Alors évidemment, dès qu'il évoque l'italien, je souris. « Apprends-moi. » En vérité, je connais très peu de choses sur l'Italie de façon générale. Pour moi, pendant longtemps, ça n'a été qu'un pays occidental de plus. Des blancs. Excepté que ce sont des blancs qui ont des dieux particuliers et qui ont eu Jules César parmi leurs ancêtres. C'est... déjà pas mal, non ? « Tu penses en italien ou en anglais ? » je lui demande alors, curieuse. Il parait que pour bien apprendre une langue, il faut penser dans cette langue. Moi, je pense tout en mandarin, pour être honnête. ça m'emmerde rapidement de penser en anglais. ça m'arrive, pour certains mots ou expressions qui sont spécifiques à l'anglais et qu'on n'a pas en mandarin, mais je switche rapidement. C'est bien plus facile. Mon regard coule un instant vers le livre que je viens de reposer. J'ai déjà oublié le titre et l'auteur. Je préfère plaisanter un peu. On ne fait que ça, avec Ugo, depuis le début. Ça finira sans doute par nous lasser à un moment donné, peut-être qu'il me dira qu'il en a marre, peut-être que c'est moi qui lui mettrai un stop. En attendant, il hésite, réfléchit, lève les yeux dans une expression que j'observe avec attention, puis prend la parole, pour m'avouer qu'il sait jongler. Mieux encore : qu'il sait faire la magie, avec des cartes ou des pièces, ces tours qu'on voit souvent dans les rues. Ça, je demande à voir. J'aime bien la magie. Je sais bien que c'est des conneries mais j'apprécie la pratique et la réalisation des tours plutôt que la magie en elle-même. Il se défile, mais je compte bien l'obliger à me montrer tout ça, plus tard. Quand on aura le matériel à disposition. Mais quand il me retourne la question, je me rends compte que je ne sais pas quoi lui répondre. J'ignore si j'ai des talents, voire même un seul talent. « Je suis une bonne pickpocket » je réponds après avoir réfléchi une seconde. Bon, ce n'est peut-être pas le genre de choses que je devrais dire à la télévision. Ni dire tout court, d'ailleurs. Disons que, globalement, je suis plutôt bien adaptée à une vie très urbaine. Je sais voler, faire beaucoup avec peu, recycler les merdes des autres pour améliorer mon quotidien, je sais me faufiler comme personne dans la foule, semer n'importe qui, je pense que je pourrais même provoquer une émeute à moi toute seule, si je le voulais vraiment. « Et je suis plutôt douée avec mes mains, pour le bricolage et tout ça. Je sais créer des trucs ou faire des tas d'origamis, par exemple. » J'ai appris pas mal de trucs. Réparer, retaper, transformer, créer, je suppose que je ne serais pas trop mauvaise pour les arts plastiques. « Je t'en ferai un, si tu me montres un tour de magie » je lui propose avec un sourire. Même s'il s'en tape peut-être complètement de mes origamis.

_________________
我去哪裡都沒關係。 我是。
 
well, there you go again, acting like it's all about you and there you go again talking, talking, talking, no clue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10425-ugo 

MESSAGES : 588
AVATAR : dacre montgomery
ÂGE : 23
LOCALISATION : sarausa (sicilia)
MÉTIER : mécano


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: you need a little time out, lundi 13h52 (sem. 1)   Jeu 21 Juin - 16:15

C'est pas que tu ne voulais pas qu'elle t'apprenne, mais tu savais que tu ne serais pas l'élève le plus attentif, le plus assidu ou le plus motivé. Enfin, avec une professeure comme Jun, tu pourrais bien faire des efforts. Ce n'était pas comme être en classe, avec des cahiers d'exercice, des trucs chiants à lire, des phrases à recopier, répéter, apprendre par coeur. Bon, tu ne lui promettais rien, quoi, il ne fallait pas qu'elle s'attende à grand chose venant de toi, mais t'y ferai de ton mieux. « Pardon. » Réponds-tu en baissant la tête, les mains grandes ouvertes en signe d'excuse -même si elle n'avait visiblement pas vraiment mal pris ta précédente remarque. Comme elle te demande de répéter une phrase tu t’exécutes, sans même demander ce qu'elle vient de te faire dire, bien que tu sois curieux de le savoir. « C'est ça, moque-toi. » Que tu lui dis puisqu'elle te rit au nez après tes immenses efforts pour prononcer sa langue compliquée. Tu sais bien que tu es ridicule mais tu croises tout de même les bras sur ta poitrine, l'air un tout petit peu vraiment contrarié quand même -t'as quand même un pas si petit ego que ça. Enfin, tes traits se radoucissent bien vite puisqu'elle te demande de jouer les professeurs à ton tour, pour lui apprendre l'italien. « D'accord. » Tu acceptes mais tu ne sais jamais quoi dire aux étrangers qui veulent t'entendre dire des trucs pour les répéter maladroitement. Il te faut réfléchir un instant et voilà qu'une espèce de comptine, une chanson pour gosse, te vient en tête. C'est simple, ça reste bien en tête et il y a même une espèce de morale qui pourrait servir à la demoiselle dans le jeu et dans la vie en général, qui sait. « Y a cette chanson, ça parle de deux amis qui ont un deal, et l'un d'eux ne remplit pas sa part du contrat alors l'autre ça lui plait pas, tu vois. Et ça fait : Un coccodrillo vero, un vero alligatore... » Tu articules comme tu peux, en rythme aussi, tu chantonnes. T'as pas trouvé pertinent de lui dire que c'était un truc pour gamin, mais bon, si ça l'intéresse tu traduiras pour qu'elle se rende compte de la beauté et de l'intelligence des paroles. Quoi qu'il en soit, c'est un des trucs les plus simples à apprendre, et y a plein de vocabulaire, c'est tout bénef. Tu attends qu'elle répètes pour continuer, parce qu'après le crocodile ça parle de chat, puis de girafe et d'éléphant, toute la ménagerie ou presque. Elle est pas prête. Toujours dans la thématique des langues, Jun te demande si tu penses dans ta langue natale ou dans la seule autre que tu connaissais assez pour qu'elle infiltre tes pensées. « En italien. Parfois y a de l'anglais qui s'incruste mais je pense majoritairement en italien. Et toi ? » Tu te disais que c'était pareil pour tous ceux qui parlaient plusieurs langues, que la première restaient la plus importante dans leur tête mais que certains mots ou concepts intraduisibles s'implantaient durablement. Enfin, tu n'avais aucune notion de science du langage ou quoi que ce soit du genre et tu ne t'étais jamais vraiment posé la question auparavant ou fait la réflexion. Vous en venez à vous avouez vos talents cachés, genre toi tu sors d'un cirque et elle sait faire les poches des gens. Tu souris avant de regarder un peu partout autour de vous pour tenter de localiser une caméra. « Et tu l'avoues comme ça, à la télé ? » Pas très malin, pour le coup. « Je vais faire comme si j'avais rien entendu. » Petit clin d'oeil. Genre entre magiciens -parce qu'elle aussi fait disparaître des trucs finalement- faut vous serrer les coudes, voilà. Enfin, tu étais loin de t'attendre à ce que William appelle la police pour si peu de toute façon -remarque, tout dépend de ce qu'elle avait pu voler. Elle ajoute qu'elle est douée de ses mains, pour le bricolage, elle sait faire des trucs, et plier du papier. T'es un peu impressionné, toi c'est à peine si tu sais plier un t-shirt correctement -t'en avait même un peu chié pour faire ta valise avant d'arriver ici, alors t'espérer rester un moment pour avoir à t'y remettre tout de suite. Jun te propose de te faire un origami si tu lui montres un tour, une fois que t'auras de quoi faire. « Marché conclu. » Tu lui tends une main pour sceller le contrat. Un tour de magie contre un origami, franchement c'est très correct ; t'as connu pire qu'elle en affaire.

la petite chanson

_________________
    me ne vado, ti lascio nella sera
    che, benchè triste, cosi dolce scende
    per noi viventi, con la luce cerea
Revenir en haut Aller en bas
 

you need a little time out, lundi 13h52 (sem. 1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» All Time Low
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: BIBLIOTHÈQUE-
Sauter vers: