Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 

 LLEWYN, 26 ANS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 12401

MessageSujet: LLEWYN, 26 ANS   Ven 22 Juin - 17:13


informations


PRÉNOM : Llewyn. AGE : Vingt-six ans. NATIONALITÉ : Écossais. HABITAT : Londres, Angleterre. PROFESSION : Livreur à domicile pour un site de food delivery, auteur-composeur et musicien à ses heures perdues. ORIENTATION SEXUELLE : Ouvert d'esprit. STATUT SOCIAL : Célibataire. QUALITÉ MAJEURE : Affranchi. DÉFAUT MAJEUR : Inconstant.

les petits détails


Si tu étais un péché capital : L'envie, au sens le plus propre du terme. Si tu étais un jeu de société : Jumanji, ça compte ? Si tu étais une invention : Le métropolitain, c'est pratique, ça sent mauvais mais ça pollue presque pas. Si tu étais une destination de voyage : Les États-Unis, le temps d'un road trip au milieu des montagnes du Nevada. Si tu étais la bande originale de ta vie : David Bowie, Starman (x). Si tu étais un pouvoir magique : Le don de clonage, pour envoyer mes clones faire ce que j'ai pas envie de faire et pour dormir un peu plus le matin. Si tu étais une époque antérieure : Les années 70/80, berceau du rock alternatif. Si tu étais un gagnant ou ancien candidat de Thrown Dice : Warren.

... pas si petits.


Ce qui rend le Maître unique, c'est d'après toi : Son mystère La vie en communauté, ce serait pour toi : Un challenge La chasse aux secret(s), tu la verrais comme : Une quête difficile mais passionnante L'amour et Thrown Dice, ça te semble : Inévitable à chaque saison Le plus gros danger dans ce jeu, c'est selon toi : Les autres Remporter l'aventure, ça te semble : Une éventualité à laquelle tu t'accrocheras très fort.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]





rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Je m'appelle Llewyn, j'ai vingt-six ans et l'ado qui attend devant la porte c'est pas le mien, je te rassure, c'est juste Ethan mon petit frère. Il voulait absolument m'accompagner quand il a su que je venais ici, du coup ce matin je l'ai trouvé devant ma porte avec son sac et un mot de nos parents qui disait « On en profite pour te le laisser quelques jours, essaie de ne pas nous le perdre ». Sympa la famille, je sais. Mais je peux pas trop leur en vouloir à mes parents, étant donné que j'ai quitté la maison à dix-neuf ans pour voler de mes propres ailes et que j'ai peut être bien abusé de leur générosité durant les deux-trois premières années de ma vie d'adulte, le temps de prendre mes marques. Mon père a toujours eu une bonne situation, il est directeur financier dans une entreprise qui marche fort et c'est sûrement pour ça que ma mère a jamais vraiment eu à s'inquiéter de travailler. Je dis pas qu'il l'entretient, mais la dernière fois qu'elle a du enfiler un tailleur pour autre chose qu'une réception, Tony Blair devait encore être premier ministre. A coté de ça elle a toujours été très populaire chez les aristots, mais en tant que mère elle a toujours un peu manqué d'empathie avec nous. C'était disons pas celle qu'on allait voir en premier quand on avait un problème, et honnêtement on en a eu beaucoup. J'ai un frère aîné, David, qui était comme qui dirait le roi des combats de rues et des plans qui tournent mal, tellement incontrôlable qu'un jour lorsque j'avais seize ans mes parents l'ont fichu à la porte avec sa valise et de quoi se payer l'hôtel. Après ça ils ont enlevé toutes ses photos, effacé toute trace de sa présence dans leur maison et je les soupçonne d'avoir carrément rayé sa branche de notre arbre généalogique. Le déshériter ? C'est sûrement la première chose que mon père a faite. Mais le plus dingue, c'est qu'au début David nous donnait souvent de ses nouvelles, il nous appelait presque tous les jours pour nous dire où il était et ce qu'il faisait, et puis d'un coup il s'est fait plus rare. Il a continué à nous écrire de temps en temps, mais il évitait de nous passer des coups de téléphone et il restait toujours énigmatique quand on lui posait des questions. Il disait avoir des projets, il disait être heureux, mais on n'en apprenait jamais beaucoup plus. Ma sœur, Judith, est persuadée d'être tombée sur son compte instagram un jour par hasard, mais moi je pense que c'était qu'un homonyme et qu'à l'heure qu'il est, mon frère est soi parti refaire sa vie à l'autre bout du monde avec une fille qu'il a rencontré sur sa route, soit encore empêtré dans de sales affaires dont il tient pas forcément à se vanter. J'évite d'y penser la plupart du temps parce que même si on est pas la famille parfaite sur papier, entre frères et sœurs on a toujours été comme les quatre doigts d'une même main. Alors ça m'a fait tout drôle le jour où je suis devenu un peu malgré moi l’aîné de substitution de la fratrie, celui sur lequel on est censé pouvoir compter. Parce que j'ai toujours été moi-même un peu immature, pas forcément pressé de concrétiser quelque chose ni de prendre le chemin de la sagesse. Je suis un habitué des histoires qui s'arrêtent, des petits boulots qui s’enchaînent, et même quand je commence une série j'ai généralement du mal à aller au-delà du cinquième épisode et j'aime m'en trouver une autre. C'est pas tellement que je me lasse vite, parce qu'en vérité tout prend toujours une valeur sentimentale avec moi, c'est surtout que j'aime chaque fois explorer toutes les options qui s'offrent à moi. Mais y'a une chose, une seule qui n'a pas changé depuis que je dois avoir dix ans : je suis un passionné du musique, un autodidacte qui a appris à jouer de la guitare à l'oreille et qui ne s'est plus jamais arrêté de jouer après ça. J'ai fait partie de plusieurs groupes et en ce moment je suis bassiste et chanteur soliste dans une petite bande appelée The Unfettered, avec qui on joue dans pas mal de petites salles. Et ça marche pas trop mal. Notre truc c'est surtout le indie rock mais on touche aussi à d'autres choses, et étonnamment même mes parents ont toujours apprécié mon petit coté artiste. C'est moins glauque que les plans de mon frère aîné, c'est sûr, et il m'est même parfois arrivé de jouer pour leurs invités pendant les soirées qu'ils organisent régulièrement. C'est pas ce qui me nourrit, c'est clair, mais c'est ce qui me fait le plus vibrer au monde et moi je suis vraiment heureux que quand je joue. Ce que je fais en ce moment ? Livreur à domicile pour un site qui propose des repas cuisinés par des restaurants, autrement dit je suis autant amené à livrer des pizzas, que des burgers ou du jap'. C'est pas le pire métier du monde, ça permet de se promener un peu – je livre en scooter – et les clients sont généralement sympas avec le mec qui a frôlé l'accident de la route pour que leurs frites arrivent bien chaudes, mais c'est pas un boulot que je me verrais faire au-delà de quelques mois. Tu  voudrais, toi, livrer des empanadas toute ta vie ? Je suis sûr que non. A coté de ça, je suis né à Glasgow de parents écossais, mais on a migré en Angleterre quand j'étais tout petit pour le boulot de mon père et depuis c'est devenu comme une seconde maison. Si tu me cherches, c'est à Londres, à Camden Town que tu me trouveras. Quand je suis pas à mon appart, je m'y produis avec mon groupe. Là-bas, un mec aux cheveux longs, un blouson en cuir et une guitare passe plus inaperçu que n'importe quel gus en costume à La City.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Quand t'affiches un look comme le mien, on te voit soit comme un fumeur de joints décomplexé qui finira avec la même tête que Daryl Dixon, soit comme un artiste incompris qui joue dans des bars enfumés où des types racontent leur vie avant leur tour de chant pour un cachet dérisoire. Et quand en plus tu touches un peu au rock, là on te voit généralement comme un punk intégriste adepte des plans satanistes. Et bien moi, rassure-toi, la plupart du temps je suis tout ce qu'il y a de plus clean et mon truc, c'est plutôt les salles de concert pleines de ferveur où tu finis avec le front en sueur et le cœur au bord de l'implosion. Je mène un peu une vie de bohème, dans le sens où je vis un peu ma vie au jour le jour, au gré du vent et sans faire des plans sur la commette. J'ai jamais vraiment su tenir un agenda et je dois pas être beaucoup plus capable de nourrir un animal de compagnie ou de prendre soin d'une plante, d'ailleurs la plupart du temps c'est même un miracle que je pense à dormir ou à avaler quelque chose. Tu comprends l'inquiétude de mes parents maintenant ? (rires) J'ai toujours laissé beaucoup de place à l'improvisation et en ça je suis sûrement pas le mec le plus consciencieux que tu rencontreras dans ta vie, mais c'est bien aussi parfois d'arrêter de regarder sa montre cinq minutes. De vivre, quoi. Parce que moi j'aime vivre simplement, sans calculer ni structurer chaque partie de ma vie, en laissant toujours une place pour l'imprévu. C'est vrai que c'est jamais simple de faire des projets avec moi, justement parce que je sais pas gérer ma vie comme une suite de rendez-vous. Mais à coté de ça j'estime être un mec cool, pas prise de tête, qui s'engueule pas avec toi pour du foot ni parce que t'as récupéré le numéro de la fille qu'il avait repéré. Un mec qui broie pas du noir, qui chante « Imagine » avec la naïveté d'un gosse et qui a l'esprit tellement ouvert que si son frère revenait lui dire qu'il est en cavale, il le planquerait chez lui. Un mec qui chante pour toi quand t'as le blues, qui a tellement de blagues juives en stock qu'il pourrait meubler trois heures de conversation à lui tout seul et qui pourrait débattre pendant des jours de la séparation des Beatles ou de la musique d'aujourd'hui. Je te l'ai dit, je suis jamais très constant dans ce que je fais mais je suis là pour mes potes à chaque fois qu'ils ont besoin de moi, je suis là pour mon frère et ma sœur même si j'ai pas l'allure d'un « aîné » responsable, et finalement y'a que dans ma vie sentimentale que c'est toujours un peu le bazar. N'importe qui vous le dira, c'est jamais simple de vivre avec un artiste et mon amour à moi c'est ma musique, et je sais que beaucoup de personnes ne supportent pas de passer après elle. A coté de ça je suis quelqu'un de passionné, de musique évidemment mais plus généralement de tout ce qui emporte, fédère et rapproche dans un monde qui cherche la plupart du temps à nous opposer. Je joue par plaisir mais aussi et surtout pour susciter des émotions, des réactions, et me faire à ma manière une petite place dans le cœur des gens. C'est l'inconvénient des familles où l'amour ne circule pas librement : on a besoin en grandissant de compter pour les autres. Moi je donne autant que je reçois et j'essaie de jamais rien prendre pour acquis et de reconquérir à chaque fois, au détour de nouveaux airs, de styles différents, de petites choses qui font que quelqu'un qui m'aurait peut être pas remarqué au départ s'intéresse finalement à ce que je propose. Et ça s'applique aussi bien à ma musique qu'à tout le reste, parce que ce que moi je recherche c'est l'union, le partage, la fusion des êtres sur tout un ensemble de plans. J'ai sûrement l'air de pas avoir fait les choix les plus judicieux dans ma vie, mais je les ai toujours fait en connaissance de cause et parce que j'aspirais simplement pas à une vie toute propre, sans surprise et avec son lot de contraintes. Me lever toute ma vie à la même heure pour faire le même boulot, c'est le genre de choses qui m'auraient enchaîné or moi ce que j'aime c'est cette vie sans trop d'attaches qui peut prendre toutes les directions possibles et changer du tout au tout. Ne pas savoir de quoi je vivrai demain, auprès de qui je me réveillerai et où j'irai m'échouer dans six mois, c'est la vraie liberté dont beaucoup de gens se privent en voulant tout calculer. J'aime l'idée d'être à la fois le maître de mon destin et maître de rien du tout. Je suis ici mais je pourrais être ailleurs, et c'est d'avoir le choix qui donne tout son sens à la vie, t'es pas d'accord ?



dévoile ton potentiel


Au cours d'un prime placé sous le signe des secrets, le Maître annonce à tous les candidats qu'ils ont trente minutes pour aller au confessionnal et buzzer la première idée de secret qui leur vient à l'esprit, au risque sinon de voir trois indices être dévoilés sur leur secret. Décides-tu de jouer le jeu ou pars-tu du principe qu'il y a moins de risques à perdre des indices sur son secret qu'à buzzer sans être sûr de soi ? Attends-tu les bras croisés que l'inévitable se produise ou fais-tu en sorte d'éviter cette issue en tentant le tout pour le tout ? La joues-tu passif ou compétiteur ?
J'ai dit que j'étais cool et pas contrariant, mais c'est le genre de situations où je pourrais aussi montrer d'autres facettes de ma personnalité. Je viens pas ici en touriste, je sais dans quoi je risque de m'embarquer et que ceux que je vais rencontrer vont devenir des adversaires à un moment ou l'autre de l'aventure. Alors même sans penser une seconde que j'irais révolutionner la chasse aux secrets, j'attendrais pas de regarder le train passer et j'irais au devant des choses. J'aime l'improvisation, décider d'un truc sur un coup de tête. Changer l'ordre de mes chansons en montant sur scène, bouleverser mes plans de soirées au dernier moment ou prendre de nouveaux itinéraires quand je suis déjà pressé. Car ce que j'aime par dessus tout, c'est l'idée de me jeter d'un balcon sans savoir s'il y aura ou non un matelas pour me réceptionner en bas. Je suis ni très raisonnable ni du genre à réfléchir trois heures avant de prendre une décision, alors face à l'inconnu il y a toutes les chances que je veuille foncer.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de certains de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes plus grands adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Au risque de casser un mythe, non les artistes ne sont pas tous des êtres asociaux qui fuient la compagnie pour broyer du noir en attendant l'inspiration. (rires) Je compose le plus souvent dans la solitude de mon appartement, mais le reste du temps j'ai plaisir à échanger, à partager, que ce soit avec les musiciens avec qui je joue parfois jusqu'à trois heures du matin ou les personnes que je rencontre au gré de nos concerts, et avec qui quelque chose se noue instantanément. J'aurais pu tenter de me lancer en solo plutôt que de vivre ce délire en commun avec mes potes, jouer sur le nom de mon père pour y arriver plus vite, mais je l'ai pas fait. Parce que j'ai l'esprit de partage et de cohésion et que pour moi la vie est une aventure qui se vit comme un énorme concert, avec son lot de rencontres et de liens uniques. T'imagines Docteur Who sans compagnon ? Moi je m'imagine pas rester tout seul, alors je pense que j'irais naturellement m'allier à d'autres candidats. Maintenant ce serait aussi une question de feeling, je crois assez à ce genre de trucs.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu des deux boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra automatiquement. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination d'office, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
J'ai grandi dans un milieu où les apparences ne correspondaient pas toujours à la réalité et où on les arrangeait volontiers, mais j'ai jamais pris goût à l'hypocrisie et à la manipulation. Ma mère préférerait sûrement perdre un bras que de montrer ses cheveux blancs, moi j'attends le jour où j'en aurai pour afficher un look de vieux rockeur. Je suis comme ça aussi en amitié, franc et pas là pour brosser les autres dans le sens du poil, alors j'aurais tendance à agir de la même façon avec un allié, en prônant la communication et en partageant avec lui les informations que je possède pour qu'on décide à deux. Sans entourloupe ni monter toute une stratégie dans ma tête parce que ce serait trop compliqué. Et parce qu'on serait alliés, justement, je partirais du principe que cette immunité me revient pas de droit, et je suppose que lui aussi. Alors je crois que ça se déciderait sur le moment, entre quatre yeux et en toute transparence. Mais si tu veux savoir, je suis loyal alors ceux qui me donnent ont toutes les chances de recevoir en retour.
Revenir en haut Aller en bas
 

LLEWYN, 26 ANS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: Les candidats-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: