No pressure. (mercredi s3, 17h20)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 278
AVATAR : jing wen.
ÂGE : 24
LOCALISATION : londres, uk.
MÉTIER : employée du bureau des objets trouvés du métro londonien.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 26 000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: No pressure. (mercredi s3, 17h20)   Dim 24 Juin - 21:55

@ugo

Je suis assise par terre, malgré les regards de @Neville qui, à cause de moi, est obligé de se tenir à l'extrémité du fauteuil sur lequel il s'est installé. Au bout d'un moment, agacé, il s'est décidé à tout simplement déplacer le meuble pour le coller à mon dos et s'allonger dessus, son bras suspendu dans le vide. Face à moi, j'ai des tas de feuilles de papier, blanches et colorées, des crayons, des ciseaux et globalement, tout ce que j'ai pu trouver évoquant de près ou de loin le bricolage. J'adore ça. J'aime bien dessiner même si je n'ai jamais eu de don particulier en la matière. Et cette fois, j'ai bien l'intention de participer à l'activité d'art thérapie de la production. Je crois que j'ai juste paniqué. Je ne sais pas. Dessiner, quand j'étais petite, c'était la seule chose qui me calmait, le seul moyen pour exorciser tout ce que j'avais dans la tête. C'est littéralement thérapeutique mais ça en est également devenu très intime. Partager un dessin, c'est comme partagé une partie de mon esprit et de ce qu'il contient. Je soupire, pose mon crayon sur les visages approximatifs d'anciens souvenirs et je m'adosse contre le fauteuil, ramassant mes genoux contre ma poitrine. Pensive. Je reste là un long moment, je crois, à simplement laisser mes pensées vagabonder ça et là, en mandarin ou en anglais, sans fil conducteur. Ce n'est que lorsque des bruits de pas percent le mur blindé de ma bulle que je retrouve le cours de la réalité, pour apercevoir Ugo qui est entré dans la pièce, sans que je sache quand ni comment. Je lui souris, tandis qu'il s'avance, avant de penser à un truc. « C'est quoi ta date de naissance ? » je lui demande en jouant avec le coin d'une feuille de papier. Je n'ai pas oublié que je lui dois une petite sculpture en papier, et puisque j'ai le matériel juste là, devant moi, autant saisir l'occasion. Je sais qu'on a plus ou moins le même âge, Ugo et moi, mais c'est tout. « Non, attends, je suis sûre que je peux deviner ton signe astrologique » je m'exclame en haussant les mains, provoquant un sursaut chez Neville. Son signe astrologique chinois, évidemment. Pour moi, malgré presque six ans passés à Londres, c'est toujours ceux qui prennent le dessus, dans ma tête. Les signes astrologiques occidents, ils ne signifient rien pour moi, ils ne veulent pas dire grand chose et je ne les connais même pas. Alors qu'une part de moi, quelque part, est encore conditionnée par les signes chinois. Moi, par exemple, je suis un coq. Un animal de la ferme, familial, plutôt banal et qui passe toujours bien. Pas un dragon ou un tigre mais pas non plus un serpent. « Parle-moi de toi, je me rends compte que je ne sais rien à ton sujet, à part que tu es magicien. Comment est ta vie ? Qu'est-ce que tu aimes ? Tu as beaucoup d'amis, chez toi ? » Et, à présent silencieuse, je lève un regard attentif vers lui. Je me tairai jusqu'à ce qu'il parle. C'est une technique efficace, même s'il refuse. Il n'oserait pas quitter la pièce, alors face à mon silence, il n'aura d'autre choix que de combler le vide. Je le sais, je suis pareille.

_________________
我去哪裡都沒關係。 我是。
well, there you go again, acting like it's all about you and there you go again talking, talking, talking, no clue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10425-ugo En ligne

MESSAGES : 491
AVATAR : dacre montgomery
ÂGE : 23
LOCALISATION : sarausa (sicilia)
MÉTIER : mécano


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: No pressure. (mercredi s3, 17h20)   Mar 26 Juin - 9:00

Tu te promènes sur le pont C, tu suis aucun itinéraire prédéfini, t'as nulle par où aller, pourtant tu pourrais aller partout, y a plein de choses à faire sur ce bateau. Mais tes pas te conduisent jusqu'au salon, où tu trouves Jun, qui semble occupée à dessiner, tiens. Et son boulet pour la semaine qui est là aussi, forcément. Tu lui renvoies son sourire alors qu'elle te demande quand tu es né. Tu trouves la question insolite ; on te l'avait pas encore posée ici. « Le 19... » Elle interrompt pour te dire qu'elle va essayer de deviner ton signe astrologique.  « Pourquoi faire ? » Tu l'interroges, intrigué à présent. S'il y a bien un truc en quoi tu ne crois pas, c'est l'astrologie. Tu trouves que c'est une connerie pour ceux qui ont pas assez confiance en eux et qui attendent que leur bonne étoile leur envoie un signe pour se bouger. Tu viens t'installer sur un canapé pas trop loin d'elle. « Je dois te donner des indices ou tu comptes lire dans mes pensées ? » Elle allait pas deviner comme ça, sorti de nulle part. Il s'agissait peut-être là d'un nouveau de ses talents cachés. Peut-être même de son secret. Elle cherche à en savoir plus sur toi. C'est vrai que pour l'instant, vous ne vous en êtes pas trop dit l'un sur l'autre. Tu ne trouves pas que ce soit important, mais il allait bien falloir y venir à un moment ou un autre. Tu hausses un peu les épaules. « Tu sais, j'ai une vie banale. Je me lève le matin pour aller réparer des bagnoles avec mon père et les gars. J'habite avec ma grand-mère et mon père dans la maison de famille à Syracuse. Je sais pas si tu vois où c'est. Mais j'ai la mer pas loin, quoi. J'aime bien me baigner, le soleil, la nonna, aller parler aux touristes même si je comprends pas la moitié de ce qu'on me dit. J'ai pas mal de potes, ouais. Mais j'ai que quelques vrais amis que je connais depuis l'enfance, avec qui j'ai fait les quatre cents coups, tu sais. » Peut-être qu'elle savait pas non. Y en a des gens qui sont seuls, sans personne. Tu les plains, mais tu profites de ce que t'as, toi. « Ça te dit quoi, tout ça, sur moi ? » C'était bien toujours en rapport au signe astrologique qu'elle avait demandé, non ? Tu ne savais pas si tu en avais dit assez, si elle voulait en savoir plus. Mais à présent que tu lui avais peint un petit tableau de ta vie, tu aurais surtout aimé en savoir plus sur elle à ton tour. « Je peux savoir des trucs sur toi, moi aussi ? » Même le minimum si elle se sent pas à l'aise d'en dire beaucoup en présence de Neville, tu lui en voudrais pas. Tu lances un regard au gars. Hm, aussi animé qu'un meuble.

(c'est pas fameux, mais je voulais te répondre avant de partir  ooohoh )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 278
AVATAR : jing wen.
ÂGE : 24
LOCALISATION : londres, uk.
MÉTIER : employée du bureau des objets trouvés du métro londonien.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 26 000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: No pressure. (mercredi s3, 17h20)   Jeu 28 Juin - 13:21

Joue le jeu, Ugo. Il m'interroge, veut savoir pourquoi, comment, mais je me contente de lui adresser un sourire serein. Ouais, je vais lire dans ses pensées, en fait. C'est pour ça que je lui demande de me parler de lui. Comme ça, je lis dans ses pensées qui sont en fait des paroles. Puis il se met à raconter et mon imagination s'emballe. J'imagine l'Italie, sa maison de famille, sous le soleil, avec tous les voisins qui se rassemblent pour manger de la baguette et des pâtes. Je les imagine parler fort et vite, comme les italiens, avec de grosses chevalières sur les doigts et les cheveux plaqués en arrière. Ça donne envie. « Tu aimes être entouré, tu aimes voir tes différents entourages presque comme des petites familles et aussi être en contact avec les gens » je souffle, en gardant en tête la possibilité que je suis possiblement complètement à côté de la plaque. Je ne suis pas devin, après tout,et puis les signes astrologique et les personnalités types qu'on leur donne, tout le monde peut les interpréter différemment et comme ils le veulent. « Tu ne parles pas beaucoup de toi, de ton caractère je veux dire, tu privilégies plutôt les faits, tu as l'air plutôt terre à terre. » Aucun sentiment exprimé de manière claire, plutôt sous-jacents et encore. On peut deviner certaines choses, avec précaution, mais c'est précisément ça : deviner. « Tu pourrais être un mouton, ou bien un chien » je continue à marmonner, plus pour moi-même, en tordant mon papier parce que je réfléchis. Le truc, c'est de savoir comment il gère les contrariétés. Tous les chiens que je connais ont plutôt tendance à être susceptibles, ils deviennent taiseux lorsque ça ne va pas, ils ne se confient pas, ils ne partagent pas ce qu'ils pensent. J'imagine Ugo un peu comme ça. Le genre "sois un homme et sers les dents mon fils", mais j'ai peut-être tort. C'est juste qu'il n'évoque pas la moindre chose en lien avec ce qu'il ressent. Il est pragmatique ou simplement peu désireux de parler de choses qui le touchent de manière à ce qu'on sache que ça le touche. Un chien, je conclus finalement mentalement et je me mets aussitôt au travail. J'attrape une nouvelle feuille de papier que je commence à couper, à plier, à déplier et à malaxer avec à peine une demi concentration. Il me renvoie plus ou moins la question, Ugo, et c'est normal. Rien ne se donne gratuitement ici. Les gens te demandent de parler de toi si tu en sais déjà un peu sur eux parce que c'est comme ça que ça marche. A cause des secrets, bien sûr, mais aussi parce que c'est le seul contrôle qu'on a sur ce qu'on donne et ce qu'on reçoit, ici. C'est pour garder l''illusion qu'on décide ce que les autres savent de nous. « Oh et bien, j'aime être entourée aussi. Je suis plutôt méfiante, en réalité, je ne fais pas facilement confiance aux gens mais je déteste la solitude alors parfois ça fait que je suis un peu incompréhensible. Mais lorsque je suis seule, ça me donne trop de temps pour réfléchir à plein de choses. » je dis, sans lever la tête de mon travail. J'aurais aimé avoir du papier brun, pour que ça colle mieux, mais à défaut, je prends du bleu. Comme la mer. Je n'avais jamais vu la mer. L'un des points infinis sur lesquels on doit différer, lui et moi. J'ai du mal à nous trouver des points communs. Mais je crois que ce n'est pas plus mal, je détesterais quiconque me ressemblerait. « Je n'ai plus de famille, alors j'ai déménagé en Angleterre il y a plusieurs années pour étudier la psychologie mais j'ai arrêté. » C'est un gros résumé, parce que je ne sais pas trop quoi lui dire, honnêtement. Il faut dire que j'ai laissé dix-huit ans de vie derrière moi, lorsque j'ai pris la décision de quitter la Chine pour toujours. Ou en tout cas, jusqu'à ce que l'immigration britannique décide que j'ai plus rien à foutre là. « J'ai un don pour tout foutre en l'air. » j'ajoute enfin, évasive, toujours concentrée. Presque fini. Je me redresse finalement, en fignolant les plis des oreilles et des pattes, la tête inclinée. « Et voilà » je m'exclame en posant dans sa main mon origami terminé, un sourire sur les lèvres. Je lui avais dit que je lui en ferais un. Et pas juste un. Lui.

_________________
我去哪裡都沒關係。 我是。
well, there you go again, acting like it's all about you and there you go again talking, talking, talking, no clue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10425-ugo En ligne

MESSAGES : 491
AVATAR : dacre montgomery
ÂGE : 23
LOCALISATION : sarausa (sicilia)
MÉTIER : mécano


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 17 000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: No pressure. (mercredi s3, 17h20)   Mar 3 Juil - 13:02

Elle veut pas te dire à quoi ça peut bien lui servir de savoir ton signe astrologique. Surement juste une tactique pour justifier son envie d'en apprendre plus sur toi. Tu te prêtes au jeu et lui répond sans trop en dire parce que tu vas pas faire le roman de ta vie à l'oral comme ça, puis t'oublies des trucs volontairement pour certains, involontairement pour d'autres, t'essaye de faire concis mais complet. Tu sais pas exactement ce qu'elle peut tirer de ton petit blabla. Tu lui demandes ce qu'elle en pense. T'en as surement plus dit que tu ne pensais. Elle te fait un petit résumé de ce qui elle pense que tu es du coup. Pas tout à fait juste, pas entièrement faux non plus. Elle suggère que tu pourrais être un mouton ou un chien. Tu fronces les sourcils. « Ah non, pas un mouton, non. » T'aimes pas du tout la connotation que ça a, t'es pas un suiveur. Tu sais pas si t'es du genre à protéger ou à garder le troupeau non plus. T'as pas vraiment le tempérament d'un chien de famille, mais t'as l'impression de t'en rapprocher d'avantage que du mouton. Enfin, t'en sais rien, peut-être que dans le fond les moutons c'est super cool et ça a plein de qualités que tu vois pas, sachant que tu les imagines juste doux et bon à tondre ou à manger. Quoi qu'il en soit, tu l'observes pendant qu'elle se met en plier sa feuille, et comme toi t'as rien à faire en attendant, tu lui demandes qu'elle t'en dise un peu sur elle aussi, en échange. T'as rien à lui confectionner toi, mais bon, tu trouveras bien un truc à lui offrir, t'as un tour de magie à lui montrer encore. Elle parle plus de son caractère que toi déjà. Elle se décrit pas vraiment différente de ce qu'elle te renvoie comme image. Elle aime être entourée mais se méfie mais peut pas, ou veut pas être toute seule parce qu'elle cogite trop autrement. « Si je suis un chien, toi tu m'as l'air d'être un chat. » A vouloir le réconfort de la présence des autres mais ne pas leur faire confiance tout de suite, et jamais complètement. Un peu comme la nonna, et les chats du quartiers. Affectueux mais n'appartenant à personne et ne faisant confiance qu'à ceux des habitants ou des touristes qui leur donne un petit quelque chose avant de s'engager. Jun continue sur sa lancée, la feuille légère et docile entre ses doigts, et t'apprend qu'elle n'a plus de famille, qu'elle étudiait la psychologie. « Qu'est-ce qui s'est passé, pour ta famille ? » T'étais vraiment curieux de savoir, toute une famille ça disparaît pas comme ça, à part dans les espèces de tragédies où les parents ont un accident de voiture, ou alors y a une malédiction ou quelqu'un qui veut se venger de tout un nom. Toi t'as quand même beaucoup de gens autour de toi, donc tu serais jamais sans famille quoi qu'il arrive, c'est pour ça que ça t'intrigue. « Et pourquoi t'as arrêté tes études ? » Ça t'avait jamais intéressé ce genre de trucs, t'avait fait une filière pro, en apprentissage et tout, de la pratique plus que de la théorie que t'avait déjà acquise depuis pas mal de temps. T'avait jamais eu envie de savoir comment c'était l'université, ta soeur y était allée, mais toi l'école c'était pas ton truc. Enfin, tu voulais savoir, pourquoi elle avait arrêté, si ça lui plaisait plus ou s'il y avait eu autre chose. Peut-être qu'elle voudrait pas répondre à tes questions, t'étais surement trop curieux, trop intrusif, puis surtout il y avait l'autre pantin menotté à elle dont la main s'animait un peu à mesure qu'elle rabattait le papier sur lui-même et accentuait les plis ; ça pouvait la mettre mal à l'aise. Elle avait l'air plutôt détendue pourtant, et pas trop embêtée par le Neville à l'autre bout des menottes. Elle ajoute qu'elle a un don pour tout foutre en l'air. « Ah bon ? J'ai rien remarqué. » Aucune bourde jusqu'à présent, elle te semblait équilibrée comme fille et pas si compliquée que ça pour mettre le bordel partout où elle passe. C'était peut-être une façade et tu pourrais pas lui en vouloir, dans une émission pareille. Finalement, elle pose sa petite oeuvre de papier dans ta main. « Wahou, c'est super ! T'es douée. » Tu examines sa création, ce petit chien bleu qui se démarque du reste. Tu souris à Jun, puis tu te mets à agiter le chien. « Wouf, wouf ! Ça veut dire merci. » T'es pas un mec très matérialiste mais tu ferais attention à ce cadeau, tu savais pas par quel miracle tu réussirais à pas le ratatiner au fond de ton sac mais t'en prendrais soin le plus longtemps possible. « J'ai un truc pour toi aussi. C'est là, derrière l'oreille... » T'approches ta main de ses cheveux et tu fais apparaître un jeton du casino entre tes doigts. Puis deux, puis trois, jusqu'à quatre dans chaque main. Tu les fais disparaître puis réapparaître tous dans la même. Tu les fais voler d'une main à l'autre et disparaître tous en même temps de nouveau. « La prochaine fois, je pique des cartes et six oranges. » Pour faire apparaître un jus d'un coup devant ses yeux ébahis bien entendu, par pour tenter de l'impressionner en jonglant avec, t'aurais l'air plus ridicule qu'en essayant de faire le chien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 

No pressure. (mercredi s3, 17h20)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Mercredi 2 fevier
» MERCREDI 25 JANVIER 2012
» MASTERCHEF - mercredi 4 juillet, 6h02
» Come together ▽ 23/05 | 17h20
» MERCREDI 04 JANVIER 2012
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: SALON PRINCIPAL-
Sauter vers: