Her weapon were her crystal eyes (mardi 26 - 23h15)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 249
AVATAR : imaan hammam
ÂGE : 20
LOCALISATION : london, uk.
MÉTIER : femme de ménage.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 22500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Her weapon were her crystal eyes (mardi 26 - 23h15)   Dim 24 Juin - 23:47

La nuit est tombée depuis quelques heures. L’air chaud a laissé place à une atmosphère beaucoup plus rafraichissante. J’ai d’ailleurs pris un gros gilet de ma valise que je porte sur mes épaules. Entendre le bruit des vagues me berce, cependant je n’ai pas envie d’aller dormir pour le moment. J’ai remarqué, il y a quelques nuits des mouvements suspects dans l’océan pas très loin du gigantesque bateau sur lequel on se trouve. J’ai d’abord pensé avoir des hallucinations, mais en regardant d’un peu plus près, j’ai découvert quelques choses de merveilleux. Alors, chaque soir je décide de poser une heure sur cette promenade afin de pouvoir profiter du spectacle. Ça me permet aussi de me remettre les idées en place et de réfléchir un peu à cette aventure et tout ce qui l’accompagne. Jusqu’ici, je ne suis pas déçue. Je découvre énormément de chose, sur différentes cultures que je n’aurais pas eu la chance de découvrir à Londres, du moins pas tout de suite. Le fait de sortir de mon petit village m’aide à m’extasier sur des choses que certains ici trouvent banales. La deuxième semaine de jeu entamée, je ressens le stress des nominations. Je serais vraiment triste de quitter l’aventure maintenant alors que je suis encore loin d’avoir vu assez de chose. Je suis comme un alcoolique qui en veut toujours plus, je sais que je vivrais certainement plus de chose aussi exceptionnelle dans ma vie et je veux que cela dure un maximum de temps. Accoudée, je continue de contempler l’océan attendant que le spectacle se représente. J’ai eu la chance de pouvoir les apercevoir deux nuits d’affilés, je me dis qu’avec de la chance, je vais encore pouvoir les apercevoir avant qu’on ne s’éloigne un peu plus. Et alors que j’aperçois l’un d’eux, c’est une présence dans mon dos qui me fait réagir. Il s’agit de @Jun qui ne semble pas remarquer ce qui se joue devant elle, se rendant certainement à l’intérieur pour rejoindre sa cabine. Un peu trop excitée, je m’élance vers elle, lui attrapant la main. « Jun, attends ! Il faut que je te montre quelques choses d’incroyable. » Et sans lui laisser le temps de refuser ma proposition, je la ramène près de la passerelle. Je lâche sa main afin de pointer du doigt les magnifiques créatures qui sautent de vague en vague. « Regarde, des dauphins. T’as déjà vu quelques choses d’aussi beau ? » Je n’en avais jamais vu avant maintenant, sauf en photo ou des dessins. Je ne les quitte plus du yeux, le sourire jusqu’aux oreilles face à ce spectacle exceptionnel.

_________________
Les pentes de ses hanches étaient comme celles de la dune la plus aimée du vent de sable qui a mis un siècle à la construire de sa caresse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 442
AVATAR : jing wen.
ÂGE : 24
LOCALISATION : londres, uk.
MÉTIER : employée du bureau des objets trouvés du métro londonien.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 47 082£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Her weapon were her crystal eyes (mardi 26 - 23h15)   Lun 25 Juin - 23:15

C'est la fin de la journée et on nous libère, @Neville et moi. Comme d'habitude, maintenant, je prétexte l'envie d'aller dormir pour qu'on m'ôte la menotte qui commence à me scier sérieusement le poignet, même si je n'ai pas la moindre envie de me foutre déjà au lit. Je ne suis pas fatiguée. Pas physiquement, en tout cas. Psychologiquement, je deviens dingue. Avoir une ombre qui me suit en permanence, toute la journée, ou être l'ombre qui suit, c'est un calvaire. Je me fais violence pour ne pas lui hurler dessus de frustration parce que c'est pas sa faute, il n'a pas demandé à se retrouver dans cette situation non plus, mais c'est plus fort que moi. J'ai besoin que quelqu'un prenne. Ou que quelque chose prenne, peu importe - je suis le genre colérique, me défouler c'est nécessaire pour moi. Cathartique. Je traîne un peu pour retourner jusqu'au pont F, je profite des quelques minutes de liberté que je peux grappiller avant qu'ils ne se rendent compte que j'ai complètement bluffé pour longer le pont promenade d'un pas lent. Je capte du coin de l’œil la présence de Leela mais sans davantage de cérémonie, je m'éloigne, jusqu'à ce que j'entende des pas précipités dans mon dos. Je fais volte face au moment où elle attrape ma mère et j'amorce un mouvement de recul que je parviens douloureusement à maîtriser. Je n'ai même pas le temps de protester parce qu'elle me tire vers le bord du bateau pour me montrer... quoi ? je ne les vois pas tout de suite, les dauphins, et je fronce les sourcils l'espace d'un instant, avant de sursauter lorsque l'un d'eux se propulse hors de l'eau. « Oooooh » je m'exclame aussitôt en me précipitant sur le garde-fou sur lequel je me perche, tellement penchée en avant qu'au moindre remous, je pourrais valser par-dessus bord. Fascinée, je ne peux détacher les yeux des formes floues qui se dessinent sous la surface de l'eau, la perçant régulièrement pour accompagner notre voyage. Sans regarder, je tâtonne un moment pour attraper sa manche sur laquelle je tire finalement pour attirer son attention. « Là, un bébé ! » je la presse en lui montrant du doigt avant d'éclater d'un rire joyeux. C'est la première fois que je vois des dauphins. C'est beau. Je reste là, hypnotisée pendant quelques secondes, à côté de Leela avant de retomber sur le sol du pont promenade, les doigts toujours enroulés autour du garde-fou, le cœur battant. « Qu'est-ce qu'ils se disent, tu crois ? » je lui demande, à Leela, en entendant le drôle de caquètement qu'ils font parfois, en sautant en l'air. Peut-être qu'ils complotent pour détrôner les humains et régner sur la terre, comme dans les Simpsons. ou peut-être que c'est comme ça qu'ils restent ensemble, en famille, sans se perdre. « C'est qui ces deux filles bizarres qui nous regardent comme des imbéciles ? » je miaule en mimiquant les voix des dauphins et ce qu'ils doivent se dire en nous voyant perchées là, comme si on avait vu Jésus - ou euh Allah ? peut-être ? - marcher sur l'eau face à nous.

_________________
我去哪裡都沒關係。 我是。
 
well, there you go again, acting like it's all about you and there you go again talking, talking, talking, no clue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 249
AVATAR : imaan hammam
ÂGE : 20
LOCALISATION : london, uk.
MÉTIER : femme de ménage.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 22500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Her weapon were her crystal eyes (mardi 26 - 23h15)   Mar 26 Juin - 23:32

Je ne peux échapper à ce beau spectacle, il m’hypnotise totalement. Il me faut d’ailleurs une force incroyable pour quitter ça des yeux afin d’appeler Jun qu’elle puisse également en profiter. On a pas eu le temps de beaucoup discuter à deux, mais je ne peux m’empêcher de lui attraper la main comme une amie de longue date. Je sens bien une certaine réticence au début, mais je ne m’en formalise pas, lui indiquant simplement de regarder vers l’océan afin de pouvoir admirer les dauphins. Jun me prend certainement pour une folle dans les premières secondes, puisque les dauphins sont sous l’eau. Elle pousse un petit son exclamatif lorsque l’un d’eux sort de nouveau. Je souris à sa réaction, soulagée de ne pas l’avoir dérangé pour rien. Elle se penche dangereusement, je jette même un petit coup d’œil pour voir si elle ne prend pas trop de risque, mais les petits bruits que pousse les dauphins reprennent toute mon attention. Les bras posés sur le rebord, je suis obnubilée par tant de beauté. Ce monde a beaucoup de chose à offrir, je le constate de jour en jour. J’aimerais tellement pouvoir découvrir d’autres animaux marins, même si je ne crois pas que ce soit possible, je reste rêveuse. @Jun m’interpelle pour me faire montrer un bébé dauphin, je suis du regard la direction de son doigt et je finis par l’apercevoir. Il est si petit à côté de ses congénères. C’est très touchant de voir ça. Mon rire se mêle à celui de Jun, alors que j’oublie clairement tout ce qui se passe autour de nous. La jeune femme pose de nouveau les pieds sur le sol, me demandant si j’imagine la discussion que les dauphins peuvent bien avoir en nous regardant de leur côté aussi. Avant même de pouvoir répondre, Jun s’imagine une discussion qui me fait rire de plus belle. « Peut-être même que pour eux aussi, c’est la première fois qu’il voit une asiatique et une marocaine. » Après tout, cet océan leur appartient, c’est nous les étrangères ici. Je me redresse pour faire face à la jeune femme. « Dire que c’était la première fois que je voyais des dauphins. J’ai encore tellement de chose à découvrir sur ce monde, j’ai l’impression qu’une seule vie ne suffirait pas à tout comprendre de cet univers. » Je commence à devenir philosophe, ce n’est pas voulu. Un court moment, on pourrait croire que je fais dans la mélancolie. Pourtant, mes lèvres sont toujours autant étirées, me rendant compte que Jun est seule. « Tu t’es décroché de Neville, ce n’est pas trop compliqué à vivre ? » Je présume que oui, mais c’est assez drôle de les voir se balader à deux, menottés sur tout le bateau.

_________________
Les pentes de ses hanches étaient comme celles de la dune la plus aimée du vent de sable qui a mis un siècle à la construire de sa caresse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 442
AVATAR : jing wen.
ÂGE : 24
LOCALISATION : londres, uk.
MÉTIER : employée du bureau des objets trouvés du métro londonien.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 47 082£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Her weapon were her crystal eyes (mardi 26 - 23h15)   Jeu 28 Juin - 14:33

Je ne m'attendais pas à terminer cette journée sur une note aussi douce. Encore moins en compagnie de Leela. J'ai l'impression d'avoir découvert plus de personnalités en ce seul mardi que durant toute la semaine précédente. Ariadne et ses enfants, Silvan l'électron libre, Eben et son malheur latent. Voilà Leela aux dauphins. La nuit douce et fraîche, le bruit des vagues contre le métal et le chant lointain de la mer. « Peut-être même des humains » je dis alors, en me rendant compte de tout ça. De la nouveauté de la situation pour eux aussi, si c'est la première fois qu'ils aperçoivent des humains. Je n'ai pas la moindre idée de la distance que parcourent les dauphins, ni même de l'étendue de leur territoire, ou de la fréquence à laquelle ils s'approchent des côtes ou les bateaux de croisière passent par ici. Il y a forcément des créatures et des animaux dans ces eaux qui ne soupçonnent même pas l'existence de l'espèce humaine. ça me fascine. L'humain est tellement prompt à se mettre au centre de tout, à construire la vie entière et l'univers autour de sa réalité à lui alors qu'il n'existe peut-être même pas pour certaines espèces. C'est quelque chose que j'avais essayé d'expliquer à Poppy. On n'est peut-être pas grand chose, voire rien du tout, à l'échelle d'autres espèces, d'autres civilisations et même d'autres planètes. « Il faut qu'on fasse bonne impression. » Qu'ils gardent en mémoire une bonne image de l'être humain, et pas de ceux qui balancent leur plastique partout et qui envahissent les mers, qui tuent les animaux et qui se croient tout permis. Enfin, cela dit, je doute qu'un bateau de cette taille et de cette ampleur puisse ne pas faire de mal à l'environnement d'une façon ou d'une autre. C'est sûrement le cas, j'y connais pas grand chose là-dedans, en réalité. « Je suis Jun, et elle c'est Leela » je hurle à l'attention des dauphins, en leur faisant de grands signes. Je suis sur une autre planète, j'oublie complètement le reste, j'ai juste envie qu'ils nous voient et qu'ils sourient. Mais ça sourit pas les dauphins, je suis conne. La preuve, ils ne réagissent pas le moins du monde, se contentant d'aller et venir encore et encore, percer la surface de l'eau pour nous émerveiller de leur splendeur avant de plonger pour retrouver la mer. « J'aimerais voir le monde entier » je souffle, en hochant la tête, après l'avoir écoutée. Leela et moi, on doit se ressembler. Pendant longtemps, on n'a jamais rien vu d'autre que les quelques quartiers que l'on a connus toute notre enfance, avec comme seule vue, comme seul objectif de voir venir le jour suivant, avec des rêves par milliers mais l'incapacité d'y songer réellement. sauf que moi, je suis plus amère. Moins pure. « Tu n'avais jamais quitté le Maroc, avant ? moi je n'avais jamais quitté la Chine. » Puis j'ai magouillé et j'ai réussi à obtenir une bourse en usant de mon statut de meuf de quart-monde et en jouant sur la corde sensible de l'envie de se montrer bienveillants qu'ont les politiques des pays développés. Et je n'ai pas la moindre honte. On a la vie qu'on se crée. Lorsqu'elle évoque Neville, je roule des billes dans sa direction. « Je décompte les jours avant samedi. » Je suppose que pour les autres, ça doit être divertissant de nous voir comme ça, mais pour moi, c'est un supplice. « J'ai fait semblant de vouloir aller dormir pour qu'ils nous détachent » je lui confie en balayant les alentours du regard pour vérifier que la voie est libre. Enfin, c'est pas comme si on était filmés en permanence. Et le hasard a voulu que Leela se trouve entre mon lit et moi. Alors j'apprécie une parcelle de vie sans cette contrainte, même si elle ne durera peut-être que jusqu'à ce que la production vienne me gueuler dessus pour ne pas respecter les règles. « Je n'aime pas qu'on m'associe systématiquement à quelqu'un. Enfin, je ne veux pas être la fille qui a été attachée à un gars, je ne veux pas qu'on parle de Jun et Neville... » j'essaie d'exprimer mon désarroi. Ça fait des années que j'ai pour mantra de ne dépendre de personne et que personne ne dépende de moi et voilà que je me retrouve dans cette situation à la con.

_________________
我去哪裡都沒關係。 我是。
 
well, there you go again, acting like it's all about you and there you go again talking, talking, talking, no clue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 249
AVATAR : imaan hammam
ÂGE : 20
LOCALISATION : london, uk.
MÉTIER : femme de ménage.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 22500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Her weapon were her crystal eyes (mardi 26 - 23h15)   Lun 2 Juil - 0:11

Avec @Jun, on est impressionnée par la vision des dauphins. Enfin, on ne sait pas si nous sommes plus impressionnées qu’eux ou si c’est le contraire. Je plaisante en disant qu’ils n’ont certainement jamais vu deux personnes de nos origines, étant loin de nos pays toutes les deux. Jun ajoute quant à elle qu’ils n’ont peut-être même jamais vu un seul être humain de leur vie. A l’attente de ses paroles, j’ai les yeux qui s’écarquillent. Elle a sûrement raison et être l’une des personnes que les dauphins puissent voir pour la première fois m’honore. Je suis aussi soulagée qu’ils soient tombés sur nous et pas sur des trafiquants en tout genre, prêt à leur faire du mal. Les humains se comportent de manière égoïste et pensent être les seuls habitants sur cette terre. Alors qu’il existe des espèces qui sont là depuis bien longtemps que les humains et qui vivent en harmonie avec le reste du monde. Chose qu’on ne sait apparemment pas faire, nous, l’espèce humaine. Jun arrive à me sortir de mes rêveries lorsqu’elle me dit qu’on doit faire bonne impression. Je suis tout à fait d’accord avec elle, je l’écoute donc nous présenter poliment aux dauphins qui continuent leur route sans se soucier de nous. « Je crois qu’ils sont occupés, on pourra toujours discuter avec eux dès demain. » Après tout, ça fait déjà plusieurs nuits qu’ils passent près du bateau, avec de la chance, on pourra les revoir demain soir et discuter de nouveau avec eux. Ou plutôt les contempler en essayant d’avoir un semblant de discussion avec eux. J’explique à Jun que j’ai l’impression qu’une vie ne suffira jamais à tout découvrir sur l’univers. Jun semble avoir le même rêve que moi, celui de pouvoir découvrir le monde entier. Je la fixe un instant en souriant. « Si je gagne l’aventure, ça me ferait très plaisir d’aller visiter deux ou trois pays à tes côtés. » Oui, ma tante me réprimanderait sûrement en disant qu’on invite pas des personnes qu’on ne connait presque pas, mais je suis comme ça. Spontanée et naïve, je ne le vis pas mal une seule seconde. Je ne lui en voudrais pas de refuser mon invitation. Elle me demande alors si j’avais déjà quitté le Maroc. Je secoue la tête négativement. « Non, je suis arrivée à Londres il y a quelques mois, mais je n’avais jamais quitté mon village avant ça. » Je la fixe longuement comme pour lire en elle. « C’est comment la Chine ? Ça doit être totalement différent de là où je vivais, une tout autre culture. » Je n’irais pas jusqu’à dire qu’on est à l’opposée l’une de l’autre, car j’ai bien l’impression qu’on se ressemble toutes les deux, mais la culture chinoise ne doit pas être la même que la culture de chez moi. Je ne m’y connais pas assez, c’est bien pour cette raison que je demande à Jun de m’expliquer. Je continue mes questions, mais cette fois c’est concernant l’enchaînement qu’elle subit avec Neville. Elle ne semble pas particulièrement fan de ce défi donné par William. Elle m’explique qu’elle prétend vouloir aller dormir afin de pouvoir être libéré du jeune homme. Je ris à ses propos. « Je crois que je serais au lit très tôt à ta place si ça me permettait d’échapper à ça. » Je n’aimerais pas être attachée à quelqu’un et encore moins à un homme. Elle continue de m’expliquer qu’elle ne veut pas être associée à lui. Je comprends ce qu’elle ressent et je dépose ma main délicatement sur la sienne. « Crois moi Jun, tu as une vraie personnalité et un joli visage qu’on oublie pas. Personne ne peut t’associer à qui que ce soit, tu es une personne à part entière qu’on a pas besoin d’identifier à quelqu’un pour s’en souvenir. » Je ne sais pas si mes paroles rassurent la jeune brune, mais ils sont dans tous les cas très sincères.

_________________
Les pentes de ses hanches étaient comme celles de la dune la plus aimée du vent de sable qui a mis un siècle à la construire de sa caresse.
Revenir en haut Aller en bas
 

Her weapon were her crystal eyes (mardi 26 - 23h15)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» bon Mardi 21 décembre
» Veux tu de moi ? [Crystal Noir & Pépite d'Or]
» Fusil contre Poésie [ Pv ; Crystal Or Lune ]
» Hazel -- Behind Green Eyes .
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: PONT PROMENADE-
Sauter vers: