le mandarin ♆ mardi vers 15h

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10410-eben 

MESSAGES : 901
AVATAR : brock o’hurn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: le mandarin ♆ mardi vers 15h    Lun 25 Juin - 19:33


ft. Jun

Eben, en attendant l’atelier d’Estelle, il est tranquille dans son coin, allongé peinard dans l’un des canapés du salon avec son tome 88 de One piece qu’il savoure comme un gros môme, faute de trouver mieux. Lui, il est très visuel comme bonhomme alors il peut pas lire une merde littéraire si y’a pas d’illustrations à côté. C’est une condition. Parce-que ouais, Eben il lui arrive de lire des trucs quand même, c’est pas un mongole pour autant. Mais se taper des pavés juste comme ça pour s’instruire, ça le gonfle, limite ça lui casse les couilles et c’est pour ça qu’il a jamais été très doué pour percer dans ses études. Alors quand il veut lire un truc, il se penche sur des comics surtout, des BD ou des mangas parce-que c’est son délire à lui. Cet aprem, il a pas envie de s’afficher avec quelqu’un pour gratter des points de visibilité ou faire vivre une quotidienne. Non. Lui, il veut juste rester seul et glander solo en mode chômeur pro, comme il adore le faire dehors quand la société lui monte à la tête. Lui, il a peut-être 31 piges et une carrure digne d’un grand ours des montagnes, il raffole de ce manga tellement il lui procure des feels qu’il a pas l’occasion de ressentir dans la vraie vie. Ce manga, c’est quand même un chef d’œuvre sur le plan de l’écriture. Il peut paraître enfantin, mais entre les lignes, il est très cérébral et faut vraiment être futé pour comprendre la trame. Oda, c’est quand même un putain de génie qui a réussi à faire vivre toute une œuvre en 22 années, et Eben est pas le seul a avoir grandi avec. C’est un truc magique qui se termine jamais. C’est un monde tellement vaste, tellement riche et développé que l’extension est quasi infinie. En ce moment, Eben, il est à un chapitre où y’a de la baston. Le héros est entrain de se fighter avec un antagoniste qui est entrain de devenir petit à petit son meilleur personnage. C’est drôle mais Eben, il s’est toujours plus identifié aux méchants plutôt qu’aux gentils, même si dans One piece, la barrière entre le bien et le mal n’existe pas. Un peu comme chez lui. Son personnage favori, c’est un pirate, mais un pirate loyal ultra puissant, aussi grand et musclé que lui, détenteur du titre de l’homme le plus fort du monde, qui est mort en voulant sauver toute sa flotte et libérer l’un de ses "fils". Eben, il a pleuré ce jour là quand il a vu ce combat epic et oui, Eben, il lui arrive de pleurer, mais que de l’intérieur parce-qu’il a une forte sensibilité dont personne ne s’en doute, et qu’il cache très bien. Lui, il a toujours rêvé de naviguer sur un bateau avec des nakamas en partageant des aventures diverses et variés, se marrant sur tout et n’importe quoi, et cette aventure, ça lui rappelle un peu cette hype. Le bateau et la mer sont là, l’aventure aussi mais les candidats, dans leur majorité, sont à des années lumières de la profondeur des personnages d’Oda alors il est quand même blasé. Eben, il interrompt sa lecture un moment vu que y’a ching-chong qui débarque, et là Eben il se fait quand même une réflexion très pertinente « dis, pourquoi vous ressemblez jamais aux nanas dans les mangas ? » Sérieux pourquoi elle a pas la poitrine d’une Nami ? Ou d’une Nico Robin ? Ouais quand il compare, @jun a vraiment rien à voir avec les nanas de One piece et il arrive pas à piger où se situe la couille. Les asiatiques, c’est vraiment une grosse arnaque et les mangakas, ils dessinent un peu du n’importe quoi qui cadre pas avec la réalité de leur culture. Eben, il la dévisage un instant avec son sourire habituel. Ching-chong, elle est amusante dans son genre, surtout maintenant qu'elle est avec le gars inutile qui sert à que dalle dans l’aventure et à qui elle lui a mit les menottes durant le prime. A la voir comme ça, se le trimbaler dans tout le bateau, ça le fait marrer. « à un certain moment j’avais vraiment peur que tu sortes mon prénom, mais ça va on a évité le pire » il se marre avec son sourire insouciant, tout en déposant son manga sur son torse, ramenant ses deux mains derrière sa tête. Ça aurait été vraiment une semaine de merde si on lui avait collé ching-chong au cul, alors il sait pas par quel miracle elle a pas évoqué son nom vu les derniers événements dont elle a décidé d’en faire tout un flan, mais il la remercie presque implicitement de pas l’avoir choisi sur ce coup là « je dois le prendre comme un compliment, c’est ça » il ricane avec son rire habituel. Au moins, c’est pas le candidat avec lequel elle a le moins d’affinité. Par contre, il est sûr qu’il est avant-dernier ou un truc dans le genre, mais c’est mieux qu’être dernier. Enfin il sait pas si elle le déteste plus que Milan par exemple, mais en tout cas, il s’en bat les couilles. Lui, il interagit avec tout le monde et vit sa life, peu importe ce que les autres pensent réellement de lui.

_________________

tranquille mon frère.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 448
AVATAR : jing wen.
ÂGE : 24
LOCALISATION : londres, uk.
MÉTIER : employée du bureau des objets trouvés du métro londonien.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: le mandarin ♆ mardi vers 15h    Mar 26 Juin - 1:56

On quitte Silvan et la salle radio du capitaine pour déambuler jusqu'au salon, avec @Neville. Il proteste, il doit pisser, je l'engueule parce que je m'en fous. Il a une bite (je suppose), qu'il s'en serve pour le faire par-dessus bord et qu'on passe à autre chose. Finalement, il lâche une blague merdique, je rigole et je daigne le suivre. On passe par le salon et là, on capte plus ou moins en même temps la présence du gorille. J'ai décidé, après le prime, qu'il ne méritait pas que je m'énerve pour ses conneries. Milan, il est con, j'ai déjà discuté avec lui et il se croit au-dessus de tout et tout le monde. Je ne l'aime pas mais j'ai mes raisons. Eben, c'est pas pareil. Je n'ai jamais vraiment parlé avec lui, mais depuis samedi, je le soupçonne de pas être bien dans sa tête. On peut pas être lui et être bien dans sa tête. C'est impossible. De tout ce que je sais sur lui, rien ne va. Son mode de vie, son physique quasiment inhumain, probablement son rapport aux gens et à l'argent aussi. Quand tu parles des gens de cette façon, soit il y a eu une couille dans ton apprentissage et dans ton éducation, pour une raison ou une autre, soit tu te laisses sombrer dans une abysse dégueulasse de la condition humaine. Je pencherais plutôt pour la seconde option. Ça ne le rend pas plus sympathique, honnêtement. Non, maintenant, je le vois juste comme un mec puant mais malheureux, le genre à faire exprès d'être puant, en fait. Là où Milan est con mais ne s'en rend pas nécessairement compte parce que pour lui, c'est normal. Je ne sais pas ce qui est le pire. Dans tous les cas, que je me fasse une image fausse des deux ou pas, le résultat est le même : je n'ai plus envie de leur offrir plus d'attention qu'ils ne le méritent. Ils peuvent dire ce qu'ils veulent, maintenant, j'en ai plus rien à foutre. Il parait que j'ai à foutre ici, ben parfait, on sera donc d'accord sur le fait qu'on va considérer l'autre comme inexistant jusqu'à la fin du jeu puis l'oublier pour toujours. Du coup, indifférente, je suis Neville qui traverse le salon pour rejoindre le couloir un peu plus loin sauf que la voix du gorille s'élève. « Je te retourne la question » je rétorque avec un rictus sarcastique. Ouais, pourquoi ils ressemblent jamais aux mecs dans les mangas ? Genre grand, mince, les cheveux en pétard, le regard profond et insondable, musclé sans avoir l'air dopé aux médicaments pour chevaux, les pecs saillants mais jamais fait exprès ? On n'en a pas non plus, des comme ça. Ne parlons même pas des princes charmants des comédies romantiques parce que là, je ne sais pas dans laquelle des compétitions ils feraient le moins le points. « Trouve-moi un Zoro et je te trouve une Nami. » et je désigne d'un vague geste du menton le tome de One Piece qu'il a entre les mains. Ou un Mugen. Ou un Shinya Kogami, voire même un Tôshirô Hitsugaya, allez, parce que je suis sympa et pas trop contrariante. Non parce qu'il se plaint, mais franchement, ça va aussi dans le sens inverse. Des mecs comme ça, vraiment classes et qui font mouiller les lycéennes incapables de distinguer la réalité de la fiction, j'en vois aucun ici. Même rien qui s'approche. Alvaro, à la rigueur, pourrait tenir le rôle s'il se laissait pousser un peu les cheveux et s'il avait l'air moins apprêté. Le reste, c'est quoi, du Yamcha à tout casser ? Rien de valable, en somme. Pas selon les standards qu'il pose, en tout cas. Evidemment, la majorité sont plutôt photogéniques, suffisamment pour passer à la télévision pendant plusieurs mois mais il y a une différence entre l'esthétiquement réussi et le bourré de charme. Moi, je les trouve, pour la plupart, plus ou moins esthétiquement réussis d'une façon ou d'une autre, à quelques exceptions près. Mais attirants ?... « Ou achète-toi une poupée gonflable customisée, ça sera plus simple. » Moins pénible pour tout le monde, aussi. Et surtout, il risque d'avoir du mal avec tout ce qui est doté d'un cerveau qui est un minimum en état de marche. Vraiment. Du coin de l’œil, je capte Neville qui se résigne à devoir attendre. Désolée, pas ma faute, cette fois. C'est le gorille. Le gorille qui me fait la conversation, je sais pas pourquoi. Il doit se faire chier. Ou avoir envie de se foutre de la gueule de quelqu'un. Quoi que ça va peut-être de paire, chez lui. J'arque un sourcil, alors. A vrai dire, je n'ai même pas pensé une seule seconde à dire son nom à lui, pendant le prime. On n'a pas d'affinités, c'est vrai. Mais comme beaucoup d'autres, parce que j'ai pas encore tissé de lien quelconque avec. Alors penser à lui en particulier... quoi, parce qu'il a affiché fièrement sa connerie face à tout le monde ? J'étais précisément furieuse, ce soir-là, suffisamment que pour n'avoir pas la moindre envie de penser davantage à ce qu'il s'est passé. Clairement, c'est pas en criant haut et fort que je n'ai aucune affinité avec eux ou que je les déteste que je me serais sentie mieux. Je me serais même sentie carrément pire, parce que je les aurais fait exister encore plus. « Tu prends ça pour un compliment, toi, quand tu ne traverses même pas l'esprit des gens ? » je relève. Première nouvelle. J'en connais pour qui ça serait le cas, mais lui ? Tu te buttes pas pour avoir un physique pareil si t'as envie de rester dans l'ombre et dans l'anonymat. Tout dans son être crie l'auto-sabotage, et le genre qui a besoin d'un public, sinon il se laisserait crever dans un coin en s'affamant ou en se laissant se vider de son sang. « Je croyais que c'était votre but dans la vie, à vous, les gens d'instagram, être omniprésents et admirés sans aucune raison » j'ajoute avec cynisme, ou peu importe ce qu'il fait et la façon dont il s'est rendu célèbre.

_________________
我去哪裡都沒關係。 我是。
 
well, there you go again, acting like it's all about you and there you go again talking, talking, talking, no clue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10410-eben 

MESSAGES : 901
AVATAR : brock o’hurn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: le mandarin ♆ mardi vers 15h    Jeu 28 Juin - 7:55


Elle lui retourne la question, et Eben, comme un con il se retrouve à y réfléchir sérieusement. Genre c’était peut-être un sarcasme, où un mécanisme physiologique d’auto-défense humain de la part de ching-chong, mais lui il prend cette consigne à la lettre et y réfléchi en profondeur. Lui, il est peut-être insouciant sur pas mal de choses, il s’en branle complet sur ce qu’on pourrait penser de lui, mais ce genre de bêtises futiles, son cerveau peut pas s’empêcher de les traiter comme des données importantes. Alors il plonge son regard dans le plafond, croisant ses bras derrière sa nuque pour y songer vraiment sérieusement. Le gars est vraiment à fond dans son processus de réflexion, il déconne pas. @Jun, elle s'en doute pas encore, mais elle vient quand même de pondre la question à trois milliards de dollars tellement elle est entrain de mobiliser le même potentiel neuronal au fond de son crâne. C’est très important, du moins pour lui, et peut-être que elle, elle s’en fout, ou qu’elle attendait pas vraiment de réponses, mais lui il s’y met et commence par énumérer ce qui lui passe par son cône avec sa spontanéité dont elle devrait commencer à s’y habituer, maintenant qu’ils sont amenés à cohabiter pour un bon bout de temps « déjà y’a sangoku super saiyan 3 » la base, avec les cheveux dorés, les muscles et la puissance de destruction totale qui va avec. Elle visualise ? Physiquement, c’est le plus proche et mine de rien, Sangoku c’est un personnage très con en substance. C’est le plus puissant de l’univers 7, mais il l’ignore lui-même et c’est un peu comme Eben, dans un sens. Y’a ce côté je m’en foutiste aussi, qui prend les combats à la légère mais qui devient sérieux quand il s’agit de se fighter ou d’éclater quelqu’un. « après pour le coté peinard et paresseux je dirais … kyoraku Shunsui » elle connait pas peut-être, mais lui il balance ça pour lui-même, comme pour elle. Dans un tout autre registre, Kyoraku, il pourrait lui correspondre, ouais, dans la façon qu’ils ont de s’en balancer de la vie. Kyoraku, c’est un gars très con aussi, très décontracté, toujours avec le sourire, trop sûr de lui et de ses capacités mais ça n’empêche qu’il reste le shinigami le plus puissant du manga. Même pilosité, même extravagance ou façon de se gratter les couilles, alors oui, le monde du manga est assez riche pour qu’on puisse retrouver une figure représentative d’Eben, et sur plusieurs aspect parce-que ça a toujours été l’une de ses sources d’inspirations. Maintenant, elle a pas tort, et dans un sens, il la trouve nettement moins conne et plus sympa qu’avant maintenant qu’elle a reconnu One piece -c’est chelou comme feel-, mais lui il est loin d’être un Zoro. D’ailleurs, sa remarque le fait marrer dans son coin, comme d’habitude, et surtout quand il voit que l’autre con de Neville il comprend que dalle à ce qu’ils sont entrain de raconter « Non je suis pas un Zoro » les gars hyper sérieux, classes et tout, il s’identifie pas à eux. Il les aime, il les admire parce-que c’est tout ce qu’il a rêvé d’être un jour, mais au fond, il sait que son caractère et la façon dont les autres le perçoivent ne lui permettront jamais de figurer parmi cette crème de personnage. Lui, il a un côté bourrin et bestial à la Kenpachi qu’il pourrait rajouter à sa liste de départ, mais il sait ce qu’elle a voulu insinuer et c’est vrai qu’il est pas ça. Côté froid et mystérieux, c’est peut-être l’apanage de l’autre, mais pas lui. « Moi dans one piece je me vois plus en Franky. J’aime beaucoup Franky » Eben, c’est franky le cyborg hyper cool, con, stylé et loyal. « mais dans un autre sens, je suis aussi un Katakuri » pas uniquement niveau muscles, mais elle comprendra surement jamais ce qu’il veut insinuer alors il s’attarde pas à lui expliquer « et dans peut-être 10-15 ans si je crève pas d’une crise cardiaque, je me verrais bien devenir Barbe Blanche, mon perso favoris » Edward Newgate, c’est un putain de géant hyper musclé titré comme étant le pirate le plus fort de sa génération, et c’est pas pour rien qu’il est sur son RS. « mais je retiens que tu mouilles sur les Zoro » il ricane parce-que mine de rien, elle a exprimé sans le savoir son genre de gars et ça le fait marrer. « n’empêche,  ça va être dur de te le trouver » dans ce casting, il voit personne pour tenir le rôle. Elle a des critères vachement poussés ching-chong alors c’est la galère. Et Eben, il est pas con. Il a comprit que ce qu’elle kiffait, c’était les gars sombres et désintéressés. A la limite Alvaro, mais il lui manque des items pour correspondre. « et nan j’aime pas Nami » Nami, il adore ses seins, un peu comme ceux de Livia, mais c’est quand même une putain de matérialiste alors non, il rectifie « je veux une Nico Robin » elle est plus classe, plus posée, plus douce. Et puis elle est équipée avec un boule et une poitrine du turfu, tout ce qu’il aime. Ce personnage féminin, il le trouve parfait « toi je te connais pas, mais tu serais un perso chiant dans le genre … énervant » mais par moment sympa, alors il commence à checker dans son encyclopédie cérébrale pétée. Le problème de Jun, c’est que c’est un mix de plusieurs personnages qui lui arrivent tout d’un coup en tête, alors il s’est pas encore décidé. Il se marre à sa remarque et dans sa tête, il se dit qu’elle a pas tort encore une fois. Une poupée gonflable, ça serait toujours mieux que Jun, de toute façon, mais il en a pas vraiment besoin. Du moins pour le moment parce-qu’il est pas non plus dans le besoin tout court. Surtout qu’il se tape h24 des meufs de cette physionomie là, alors pourquoi il irait acheter une poupée gonflable digne d’un forever alone ? Eben, il a pas de problème avec le plastique de façon général, mais une poupée gonflable, non. Alors il se remet à réfléchir à tout et à rien à la fois, mais surtout à cette histoire de menottes. Il relève à peine la tête pour se marrer de l’autre bite attachée h24 à ching-chong. Eben, il l’aurait mal vécu de se faire ligoter à un truc humanoïde pareille. Ça, contrairement à cette histoire de note, ça lui aurait clairement plombé son aventure et il le cache pas. Avoir une chinoise au cul pendant toute la journée, ça aurait été insupportable. « Ouais sur ce coup là, j’avoue, je te remercie vraiment de pas avoir pensé à moi » qu’il balance avec sa voix grave, tout en ricanant. Vraiment. Ça lui a évité le pire et si elle peut continuer dans ce sens là tout au long de l’aventure, ça serait nickel. « non, c’est pas vraiment notre but » contrairement à lui qui assume sa superficialité, il la pensait un peu plus profonde que ça, ching-chong, mais apparemment il se trompe, et dans un sens, ça l’arrange. Les gens qui prennent des raccourcis faciles, il en a rencontré des tonnes dans sa vie bien remplie, alors c’est pas la première à vouloir tenter ce genre de cynisme. Eben, il est un peu chiant dans le sens où, rien ne l’atteint, et reste imperméable aux avis des gens. Au fond, ça peut la gonfler, mais il en a rien à foutre. « en fait, j’ai même pas de but dans la vie » qu’il souffle avec son flegme habituel et un léger rire, les yeux toujours rivés vers le plafond du salon.

_________________

tranquille mon frère.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 448
AVATAR : jing wen.
ÂGE : 24
LOCALISATION : londres, uk.
MÉTIER : employée du bureau des objets trouvés du métro londonien.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: le mandarin ♆ mardi vers 15h    Jeu 28 Juin - 23:55

Je m'y attendais pas mais Eben le gorille, il part dans une délire manga improbable. C'était rhétorique comme remarque, c'était simplement pour qu'il la boucle un peu avec sa bite en manque et son besoin de rabaisser les filles d'ici comme si lui valait un 1000/10 et qu'il pouvait se le permettre. Il se rend pas compte qu'un physique comme le sien ferait fuir toutes les asiates sur lesquelles il s'astique en lisant ses mangas. C'est pas notre délire. Il n'y a que Chichi pour aimer ça. Quand il se compare à Goku, je hausse un sourcil. Il se rend compte qu'il parle du mec le plus pur et le plus gentil de l'univers de DBZ ? Pour le coup, il a juste son excès de confiance en lui qui le rend vaguement stupide en commun, parce que là, comme ça, Eben, il a rien de pur ni de gentil. Il a une drôle de façon de se voir, ou alors il cache bien son jeu et dans ce cas-là, franchement je me demande bien pourquoi parce que je vois pas l'intérêt d'être un sale type quand tu peux être quelqu'un de bien. Il enchaîne et encore une fois, je suis pas convaincue. Mouais. Kyoraku il est sympa. Plutôt humble, pacifiste aussi. C'est un gars assez chill donc je vois le lien là-dedans mais c'est tellement un détail comparé à l'essence même du type que pour moi, tu ne peux pas décemment faire la comparaison. N'empêche que ça me fait marrer qu'il s'identifie à lui. Pour une bête raison. « Donc t'écris des romans d'amour dans ton temps libre ? C'est vrai qu'on te connait poète » j'ai envie de ricaner, mais je ne le fais pas, je me contente d'un léger sourire malin, presque amusé. J'ai pas envie de le reprendre sur sa bêtise profonde du prime, je compte pas le faire ni même plus jamais parce que c'est pas productif de revenir sur la même chose dix-sept plus tard, mais je peux pas m'empêcher malgré tout de l'imaginer être écrivain fleur bleue avec toute la prose dont il a déjà témoigné. Pour nous faire bien comprendre qu'on avait pas le level requis selon ses standards pour qu'il ait un minimum de décence et de tact. Pas sûre que Zoro aurait été plus classe, pour le coup, cela dit. Et alors qu'il continue à exposer toutes ses identités fictives, il me fait freeser avec sa remarque. Je fronce les sourcils en le jaugeant d'un air interrogateur mais il me capte pas, tant il est plongé dans son délire. A croire que personne d'autre ne connait One Piece dans le coin et tout ce qu'il a retenu pendant une longue semaine, en bon cinglé de manga qu'il est, il le déverse comme une gerbe monumentale face à moi. Il aime bien parler de lui, Eben. Il aime bien se qualifier, se comparer, dire qui il est, peut-être seulement superficiellement mais quand même. Enfin c'est pas vraiment étonnant vu sa dégaine. Tu ne ressembles pas à ça, si t'es pas un minimum narcissique. Bref je le regarde bizarrement pendant une seconde parce qu'il parle de crever dans une dizaine d'années d'une crise cardiaque avec tellement de naturel et d'indifférence que ça me laisse perplexe. Je suis pas une tique, le genre de parasite à s'accrocher à la vie autant qu'elle peut, et franchement j'aime autant mourir pas trop tard pour pas finir et vivre ma décrépitude, mais de là à me flinguer la santé et pas avoir de problème à y passer à quarante ans ? Pourtant, j'explose de rire, à moitié pour me donner contenance. Pardon, c'est la moustache. « Je suis pas là pour le trouver. » Parce que quelle fille ne mouille pas sur Zoro, l'archétype du mec stylé par excellence ? « De toute façon, on finirait par s’entre-tuer, Zoro et moi » et j'étire un sourire carnassier. Franchement je pense que pour la sécurité et le bien être de tout le monde, un Luffy ça serait bien plus safe. Je ne crache pas sur un Luffy, en vérité. Ni sur personne. C'est surtout que je suis pas dans le délire amour et autres dérivés. Ma priorité, mon objectif de vie, c'est d'être complètement libre. De me détacher des gens, de plus jamais me laisser dicter ma vie et mes choix. C'est pas forcément incompatible avec la romance mais avec les sentiments, pour moi, oui. L'amour physique je le vis comme d'autres parce que je suis désespérée de contact humain parfois, mais je sais comment je suis, je ne veux pas que ça bouffe ma vie. Pas maintenant, peut-être même plus jamais. Là, maintenant, c'est moi et personne d'autre. « J'aurais plutôt dit Faye Valentine. Même style, plus de piquant. » je songe tout haut, en l'observant drôlement. Nico Robin elle est plus posée quand même, donc lui, son délire, c'est pas tellement les femmes affirmées et pleines de fougue. Plutôt celles qui ne parlent pas des masses et qui n'expriment pas trop leurs émotions. J'ai envie de me foutre de sa gueule et de lui dire que son copain Milan me considère un peu comme une Nico Robin, à pas avoir d'expressions faciales mais clairement, j'ai pas son côté posé, à ne jamais s'embrouiller avec personne. Mais bref, on doit pas avoir le même style de toute façon. Moi j'adule le travail de Shin'ichiro Watanabe et son style mix de cultures, ses personnages et le tracé des mecs avec qui il bosse, presque réaliste pour de l'animation, plutôt sombre. Eben, il aime les dessins fantasques, les personnages improbables, l'imaginaire pur et dur. Normal que ça matche pas niveau références. « Mais toi t'es pas là pour la trouver non plus, hein ? » je dis en finissant par me laisser tomber dans un fauteuil, obligeant Neville à faire de même sans même prêter attention à lui. C'est pas vraiment une question, parce que dans ma tête, c'est un fait figé, peut-être à tort mais dont je suis intimement persuadée. Ben ouais. Sinon il n'aurait pas flingué ses chances dès le début. Parce qu'il se doit bien se rendre compte que ses chances sont flinguées, là. En plus, s'il est célèbre et qu'il peut avoir n'importe quelle meuf, c'est pas ici qu'il va trouver l'amour de sa vie. Il doit être là pour autre chose, peut-être son secret, ou juste l'ennui. Il me provoque mais je relève pas. Ça rentre par une oreille et ça ressort par l'autre parce que j'en ai pas grand chose à faire qu'il me trouve énervante ou chiante. « Moi je serais un Mugen » je réponds pensivement mais sans trop y penser, en réalité. Et du coup, ça colle parfaitement à son petit théâtre mental façon manga parce que Mugen, si tu l'aimes bien en tant que personnage, c'est le genre de mec, si tu le côtoyais dans la réalité, tu pourrais pas le saquer. Mais le truc, c'est qu'il y a beaucoup de trucs chez lui qui résonnent en moi. Je pourrais pas vraiment expliquer quoi en particulier, c'est plus un sentiment profond et vif. Mais du coup, je peux pas m'auto vouloir, c'est débile. Ce qu'il me faut, c'est un Jin, un alter ego, quelqu'un de radicalement différent mais de complémentaire, voire une Fuu, juste quelqu'un à qui je tiens, qui a construit son chemin dans mon cœur sans que je ne fasse gaffe. La vérité, c'est que j'ai pas besoin de quelqu'un, pour l'instant. Ni même jamais, j'aurai jamais besoin de quelqu'un. Peut-être envie, à la grande rigueur, mais c'est tout. Pour le moment, mon but, c'est de vivre ma vie. Moi. La mienne. Grandir seule. « Ou peut-être une Rukia pour le côté froid ou un Eren Jäger », moyenne, impulsive et intenable, grosso modo. J'aurais clairement préféré être une Mikasa, bien plus classe selon moi, que cet imbécile d'Eren que j'ai envie de baffer d'un bout à l'autre. Mais à part Mugen, je pourrais lui dire plus précisément quel personnage de manga ou d'anime je serais, parce que je suis trop imprévisible et parfois, même moi j'ai du mal à suivre, je me perds, je fracasse tout ce que je pensais savoir et je découvre des sentiments inédits, étranges, diffus ou féroces qui me bouffent sans que je ne puisse me défendre. De toute façon, lui-même il le dit, il me connait pas, alors c'est pas lui qui pourra me contredire et me corriger. « Tu n'auras qu'à te décider à la fin. » Il sait ce que je veux dire. Quand on saura vraiment tout sur tout le monde. Peut-être que mon secret aura une incidence sur la manière dont il me voit mais je pense pas, ça correspond pas à son personnage. Il est trop nihiliste, une info de plus ou de moins, ça changera rien à sa vie. Moi, je sais que le moindre truc par rapport aux secrets peut me faire vriller et peut changer du tout au tout l'image et l'estime que j'ai pour quelqu'un. Donc c'est surtout moi qui vais me décider à la fin. De toute manière, Eben comme il aime le montrer, il s'en tape de tout. Il aime personne aussi, enfin pas vraiment. Un vrai gorille. Quand il me contredit, je le crois pas vraiment mais je l'observe quand même, tandis qu'il se marre presque gaiement. « C'est quoi, alors ? » C'est une vraie question. Parce que je vois pas ce que tu peux chercher d'autre que la célébrité facile en ne faisant rien d'autre pour l'atteindre que de faire grossir ton nombre d'abonnés pour rien. J'ai toujours trouvé ça débile et je n'aime pas vraiment les réseaux sociaux. C'est pas mon monde, tout ça. J'ai pas grandi dans cette culture de l'opulence et du désir de montrer, encore et encore. Moi j'ai grandi avec un demi bol de riz par jour et les restes d'un passé communiste. Et là, encore une fois, il me fout mal mais me persuade simplement davantage dans l'idée que j'ai de lui. Je reste silencieuse un moment, il doit sûrement en profiter mais j'y pense pas. J'essaie de rentrer dans sa tête mais c'est tellement vide que j'ai du mal. Pas vide parce que c'est un gorille stupide, pas cette fois. Vide parce qu'on dirait que tout a foutu le camp. « Qu'est-ce qui te rend heureux ? » je lâche finalement, le regard vrillé sur lui. C'est pas supposé être le but ultime des gens sur Terre ? Trouver le bonheur ? Moi, je ne sais pas si j'ai des rêves mais j'ai des objectifs. des objectifs que des mecs comme lui trouveraient sans doute ridicules voire illusoires, mais pour moi, ce sont des gallons de vie que je chéris comme rien d'autre. Mais comment tu avances, sans but ? Est-ce que c'est ça qui fait que t'en arrives à ne plus en avoir rien à foutre de rien ? « Si ça t'intéresse d'être heureux » je précise parce qu'avec lui, franchement, on sait jamais. De toute façon, il va probablement me répondre un truc du style : les montgolfières de Nico Robin, avant de me répéter d'une énième manière à quel point je suis une merde pas digne de son intérêt.

Spoiler:
 

_________________
我去哪裡都沒關係。 我是。
 
well, there you go again, acting like it's all about you and there you go again talking, talking, talking, no clue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10410-eben 

MESSAGES : 901
AVATAR : brock o’hurn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: le mandarin ♆ mardi vers 15h    Dim 1 Juil - 14:57


Eben, là il est officiellement lancé. Maintenant qu’il est rentré dans une sorte d’arc narratif pro manga, on peut plus l’arrêter. Y’a tout un hémisphère cérébral fait de logique et de bon sens qui s’est éteint subitement pour permettre à l’autre, son frère jumeau, celui de l’imagination et l’apprentissage de s’illuminer et de s’exprimer devant l’asiatique. Pendant un instant, il a clairement zapé son tome couché sur son torse pour partir à l’exploration de sa base de donnée japonaise aussi riche que son compte en banque. Eben, c’est clairement un gros produit humain surprenant qui touche presque à tout. Les comics ont beau être sa première référence, il puise une grande inspiration dans la culture pop mais aussi les mangas qu’il aime bien lire et analyser tout seul dans son coin quand il se fait chier, ou quand il se lasse de son train de vie abusé de gros candyman. Lui ce qu’il aime surtout faire, c’est décortiquer les personnages, voir au-delà de leur physique et leurs actions dans les différents univers. En gros, tout ce qu’il ne fait jamais avec ses semblables dans la vraie vie. Il a toujours été infect avec les gens tellement il est aussi exigeant avec les autres qu’il peut l’être avec lui-même, la preuve en est les notes terribles qu’il s’est permit de balancer à la majorité des gonzesses de ce bateau, mais avec les mangas, il se laisse un peu aller parce-qu’ils lui font tout simplement respirer tout ce qu’il a toujours rechercher chez les autres et qu’il a retrouvé dans les œuvres d’Oda ou de Kubo. Dans les différents protagonistes de One piece par exemple, lui il aime bien disséquer au scalpel le background de chacun pour s’en inspirer. Katakuri ou Barbe blanche par exemple, c’est pas pour rien qu’il les a cité, et ça serait con de croire qu’il se prosterne juste devant la puissance de leurs fruits du démons respectifs. Lui, ce qui lui a le plus parlé, c’est leurs histoires. Leurs légendes et leurs principes qu’ils défendent par-dessus tout. Eben, avec ses 31 piges et tous son vécu fait de gonzesses et d’extravagances, ça reste un grand fan secret de Luffy aka l’un des personnages les plus cons de l’histoire, mais qui hésiterait pas une seule seconde à se sacrifier pour ses compagnons. Ça, c’est des valeurs héroïques qu’il retrouve dans les mangas mais qu’il a jamais retrouvé dans la vraie vie. Même dans un milieu fait de liens et de cohabitations comme Thrown Dice, il doute qu’il puisse tomber un jour sur quelqu’un qui voudrait le protéger comme un Luffy le ferait avec un Sanji face à la famille Charlotte, ou une Nico Robin face au gouvernement mondial et au CP9. Mais lui, il fait rien non plus pour qu’on le sauve. Il fait même carrément le contraire, quitte à se faire détesté ou haïr, et c’est pour ça qu’il s’est toujours plus vu dans des figures puissantes et surtout antagonistes comme Katakuri ou Barbe Blanche, qui sauvent et protègent les autres plutôt que l’inverse. Sauf que comme le dit le mangaka lui même, la barrière entre le bien et le mal est assez floue dans One Piece, comme chez Eben aussi, et ça dépend du point de vue du lecteur. Quand Edward Newgate mobilise toute sa flotte pour défier le gouvernement mondial et sauver l’un de ses fils, Ace, sur un plan moral, il est clairement fautif puisqu’il va à l’encontre des règles établies par le monde. Mais au fond, est-ce que c’est vraiment lui, le méchant de l’histoire ? Eben, il a beau toujours méditer sur ce genre de réflexions qui n’intéressent que lui-même, et il aura beau prétendre le contraire, mais lui aussi, il a clairement besoin d’un sauveur, ou de quelqu’un qui pourrait venir l’aider et le sauver parce-qu’il peut pas être celui qui sauve tout le temps. Eben il se marre quand même, parce-qu’il aime bien la comparaison qu'elle lui balance à la tronche façon tarte à la figure, et ça renforce son idée sur sa ressemblance avec Kyoraku « ouais j’ai écris un bouquin aussi » qu’il répond avec son flegme habituel, toujours perché et regard vissé sur le plafond. Enfin il a fait appel à un nègre littéraire, c’est un peu différent, et il est toujours en cours de publication alors il est pas officiellement sorti donc il se rattrape « mais c’est pas un roman d’amour. C’est plus une autobiographie centrée sur moi » et aussi son ex-femme surtout, les premières semaines de lune de miel où il a eu l’impression de vivre le bonheur ultime avant de rechuter dans sa mélancolie deux mois plus tard tellement il a les centres du plaisir les plus pétés de l’humanité. Ça raconte aussi des anecdotes sur lui, des histoires marrantes et peu probables qui se sont passés au cours de sa vie avec plusieurs personnalités célèbres. Des fois il raconte dedans comment il a dragué une gonzesse en achetant son restaurent préféré et ce genre de frasques qui ne stimule que sa fan base de queutards avides d’arriver au même rang minable que lui. Il se doute fort que ça intéresse pas la chinoise alors il s’abstient de développer ou en dire d’avantage, parce-que le bouquin risque pas d’être sa came à elle tellement il est un peu triste dans le fond et dans la forme, comme lui après tout et sa petite personne. Il se dit même qu’elle doit le prendre pour un teubé à lui raconter des détails dont elle en a rien à faire. Mais lui il s’en fout, comme il s’en fout de son bouquin et le prendrait pas mal si personne le lisait ou s’il faisait un sacré flop sur le marché. Il l’a écrit juste comme ça, parce-qu’il s’ennuyait et qu’il cherchait de quoi s’occuper. Elle le coupe dans ses pensées et le fait revenir sur terre quand elle lui apprend qu’elle est pas ici pour le trouver. Tu parles. Bien sûr qu’elle va pas le trouver tellement ce qu’elle cherche, ça participe peu à des émissions de téléréalité. Les figures qu’elle cherche c’est de la classe et de l’intelligence à l’état pur, pas comme Neville par exemple qu’elle se trimballe h24, ou lui ou même Alvaro qui fait office de chevalier blanc de la saison. Il se marre parce-qu’elle a pas tort, et il relève la tête pour la scanner de la tête aux pieds et l’imaginer dans une longue relation avec Zoro, et c’est clair que ça match pas. « il risque de te mettre constamment trois/quatre bosses superposées sur le crâne tellement tu vas l’énerver » non elle, ce qu’il lui faut, c’est un gars plus safe « un Spike ? Un Nicky Larson ou un Sanji par exemple ? » le premier est un peu trop taciturne pour une gonzesse qui aime parler comme Jun, le deuxième est classe quand il le veut et le dernier kiffe les filles, est très gentleman et cuisine bien. C’est le gars semi-parfait sur le papier pour toutes les femmes même si lui aussi, quand il voit des seins ou une sirène, il redevient systématiquement con, un peu comme Eben alors il se doute qu'elle puisse aimer, mais si elle fusionne les trois, elle peut avoir un bon gars. C’est drôle mais d’un coup, il s’aime bien dans sa nouvelle activité du moment. Il cherche à la caser avec les différentes figures japonaises qui lui passent par la tête, mais Jun est quand même difficile à matcher. Pour la simple et bonne raison qu’il ne la connait pas totalement. Lui, par contre, il est déjà fixé. Il se verrait plus avec une Nico Robin. C’est carrément son délire et c’est limite son crush utlime, tout manga confondu. Faye Valentine, il se refait un peu visuellement le personnage dans sa tête. « m’ouais, j’aime bien ses seins aussi » qu’il lance un peu à voix haute, même si elle lui rappelle un peu le caractère fougueux de son ex-femme et lui, c’est plus son délire. Mais il voit un peu mieux comment elle le perçoit. Il hoche la tête négativement et ricane avant de souffler, un peu blasé de ressortir à chaque fois la même réponse « non, comme toi je suis pas là pour ça non plus » faut vraiment être con pour penser qu’il est là pour se trouver une gonzesse. Lui, il est là pour autre chose, d’un peu plus grand à son sens. Et pas uniquement pour le jeu, mais il a ses petites intentions dans la tête dont il refuse d’en parler avec les autres. Lui, il a beau avoir la moitié des filles de l’aventure au cul, ça le dérange pas pour autant parce-qu’il se sent quand même moins seul, et c’est tout ce qu’il veut pour le moment. Mine de rien, il se sent bien malgré l’ennui qui le rattrape et la dépression qui le ronge de l’intérieur. Avec @Jun, il se fait quand même moins chier que prévu, parce-qu’il se retrouve à être vachement intrigué par ce qu’elle lui apprend. Pour l'instant c'est la seule gonzesse avec qui il est intéressé d'en connaître l’intérieur alors il écoute chacunes de ses prises de paroles avec attention. Elle, elle se verrait bien en un Mugen, et lui il voit pas trop pourquoi. Ce plouc, il est un peu vagabond, trop tête à claque à vouloir se fighter avec n’importe qui qu’il en devient fatigant par moment, et c’est pas ce que Jun lui inspire après avoir échangé quelques moments avec elle. C’est vrai que t’as envie de la baffer comme l'asiatique, mais il est pas trop convaincu que ça match à 100% avec ce qu’elle est, alors il dit rien. Peut-être qu’ils ont tendance à trop se voir dans des personnages, mais qu’au fond, ils sont moyennement. « c’est drôle mais … pourquoi tu te vois plus en un personnage masculin que féminin ? » c’est étrange quand même. Mais dans un sens, il peut la comprendre parce-qu’il trouve l’univers du manga un peu sexiste, comme lui d’ailleurs, et que les personnages masculins sont souvent un peu plus développés que les figures féminines. Lui, il pensait un peu à Pan, la petite fille de Goku dans dragon ball GT avec son caractère bien trempé, son obstination, sa forme, sa coupe et ses yeux qui lui rappelle ceux de Jun, mais il songe plus à ce qu’elle vient de lui dire et si Eren Jager il connait pas trop, Rukia par contre, il valide dans son cône. Elle a pas de seins comme Jun, c’est un petit volume et niveau comportement, elle colle très bien. « c’est vrai, t’es une Rukia » il se retrouve à la mater un peu bizarrement. En fait, maintenant qu’ils sont entrain de parler de Bleach, lui il se souvient d’un personnage qui lui est directement venu à l’esprit quand il vu Jun pour la première fois « tu sais, tu me fais drôlement penser à Lilynette, aussi »  mais il avait pas voulu relevé pour tout le symbolisme un peu profond qu’il y’a derrière. Surtout avec lui. Parce-que s’il lui a parlé de Kyoraku un peu avant pour tout un tas de certaines raisons, c’est bien son alter-ego dans le manga, Coyote Stark, à qui il ressemble le plus. Surtout avec l’autre et à ce qu’il est vraiment en dehors de toutes ses nombreuses fluctuations d’humeur que tout le monde associe à sa véritable personnalité. Flegmatique, paresseux mais encore une fois très puissant parce-que Stark, c’est quand même le Vasto Lorde le plus balèze du manga, et c’est pas pour rien que c’est le Primera de l’armée d’Aizen. Maintenant, l’histoire de ce personnage, ça l’a toujours percuté pour avoir un écho en lui, et en ce moment précis ça le met dans un mood un peu bizarre. Surtout avec les sujets dont elle lui parle juste après sans faire exprès. Son but dans la vie ? Ses objectifs ? Qu’est ce qui le rendrait heureux ? Et même, s’il serait lui-même intéressé de l’être ? L’histoire de Stark, c’est un peu son histoire et l’histoire d’un gars tellement puissant que cette même puissance, l’a fait se retrouver seul à errer en forever alone dans tout le Hueco Mundo, et cette solitude le forcera à se scinder sans même le savoir en deux être distincts, Stark et Lilynette, dans l’unique but de ne plus avoir à être seul. La symbolique est tellement importante vu que vers la fin, pour retrouver leurs pleines puissances à tous les deux, ils finiront par refusionner dans un dernier acte émouvant. Eben, ce dont il a le plus peur sans pour autant se l’avouer ou l’avouer à quiconque, c’est l’aspect de la mort qui le guette, qu’est solitude, ou mourir dans l’ignorance la plus totale. Lui, maintenant qu’il y pense, il a vraiment pas de rêves dans la vie. Il n’a même pas d’objectifs. Eben, il aimerait juste avoir des gens autours de lui, peu importe qui ils sont réellement ou comment ils le voient. En réponse à sa question, il prépare un sourire au coin avant de lâcher avec son insouciance royale « je sais pas, c’est pas très important » la discussion a l’air très sérieuse, et mine de rien il sent que Jun fait des efforts pour essayer de comprendre ce qui cloche dans sa tête, mais lui il s’en soucie pas trop alors il se contente de lâcher en réponse à sa question « j’aimerais bien manger des chawarmas » qu’il souffle en laissant tomber sa tête sur le coussin, complètement out « ouais je veux bien manger des chawarmas. Tu sais faire des chawarmas ? » qu’il demande vers Jun, loin de lui l’idée de se foutre de sa gueule, même si quoiqu'il fasse, on le prendrait jamais au sérieux.

Spoiler:
 

_________________

tranquille mon frère.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

le mandarin ♆ mardi vers 15h

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Expédition vers le Harad.
» Vidéotron offre les appels interurbains gratuits vers Haïti
» Retour vers son coeur.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: SALON PRINCIPAL-
Sauter vers: