connection, mon. 03 - 12:55

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: connection, mon. 03 - 12:55   Dim 8 Juil - 21:30

Silvan est installé à l’une des tables du johnny rocket. L’endroit est calme, à cette heure, étonnamment. Il attend le retour de la serveuse, une blonde longiligne, aux allures de petite chatte, avec sa commande. L’endroit est calme, jusqu’à ce qu’il n’entende l’arrivée fracassante de l’un de ses camarades. Ou plutôt de l’une de ses camarades. Il reconnait au loin l’une de ses coéquipières, @Bryce. Il n’a pas eu l’occasion d’échanger avec elle, en tête à tête, depuis l’entrée en différé de la jeune femme. Il redresse la tête, son regard ne quittant pas sa silhouette qui se dirige droit vers lui. Elle adopte une démarche déterminée. Silvan ne quitte pas ce sourire qui est peint sur ses lèvres. Il lui adresse un signe de la tête, en guise de salutation. « @Bryce, viens donc à ma table », souffle-t-il en sa direction. Il désigne du menton la chaise autour de sa table. Il doute que la jeune femme n’ait besoin de sa permission pour prendre place. Il n’a pas l’impression que ce soit dans les habitudes de sa camarade de faire des manières. Toutefois dans un coin de son esprit, Silvan n’oublie pas ce petit challenge qu’il s’est donné avec Bambi : l’un devant déjeuner avec quelqu’un que l’autre lui a désigné. Cette semaine, c’est avec Bryce que Silvan doit déjeuner. Le hasard fait bien son destin, puisque la jeune femme vient de pointer le bout de son nez dans la salle, ce qui lui facilite amplement la tâche. Parce qu’il ne s’imaginait pas devoir inviter sa coéquipière à déjeuner avec lui. « Tu sais qu’on a un point commun, toi et moi ? », émet-il, en sa direction. « L’équipe », répond-il, sans même lui laisser le temps de répondre. Il la sonde, silencieux. Sa réaction en dira long sur l’intérêt qu’elle porte au jeu et à l’équipe. Jusqu’à présent, elle est la dernière coéquipière qu’il n’a pas réussi à sonder et ranger dans une petite case prédéfinie dans un coin de son esprit – case qui peut rapidement changer en fonction des actes des uns et des autres. Sil ne cache pas être là pour jouer, alors il n’a pas envie de se retrouver avec des coéquipiers inactifs, venus simplement se dorer la pilule. La serveuse revient, déposant devant lui sa commande. « Sers-toi », scande-t-il en direction de sa camarade, en poussant légèrement son assiette vers elle. Il lui adresse un sourire. « Rassure-toi, ce n’est pas un piège que je te tends », qu’il ricane. Ce n’est pas dans sa nature. Il peut paraitre impulsif ou rapide dans sa façon d’agir ou de réfléchir mais il ne fera jamais de mal à une mouche pour autant. « Par contre, je t’avoue que c’est plutôt flatteur – non ? – ce que l’on m’a rapporté, par rapport à ce que tu as dit à mon sujet », souffle-t-il. Il dit cela de son camarade de chambrée, Chaim. « J’ai un beau petit cul, comme ça ? », qu’il lui demande, en plantant son regard vert dans le sien. Ca le fait marrer lui, qu’on le résumer qu’à un beau petit cul.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 485
AVATAR : KEKE PALMER
ÂGE : 22
LOCALISATION : LOUISIANE
MÉTIER : BONICHE CHEZ POPEYES


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: connection, mon. 03 - 12:55   Lun 9 Juil - 14:10

Bryce n’a toujours mangé alors qu’une heure de l’après midi va bientôt sonner. Une hérésie qu’elle tend à corriger immédiatement en se dirigeant vers le restaurant. Elle se dépêche, va voir les propositions de plats se doutant bien qu’elle va choisir le truc le plus gras possible. Elle réfléchit. Elle se retourne et regarde Silvan, qui l’invite immédiatement à sa table. Elle hésite un instant, la bouffe lui faisant de l’oeil. Elle avait envie de commander et cette envie était bien plus forte que de se sociabiliser. Pourtant et après avoir souffler lourdement, elle vient s’installer à la table de son camarade. Elle tira la chaise dans un crissement et vient poser ses grosses fesses sur la chaise en face du métisse. Pourquoi ? Aucune idée, mais il ne passe pas par quatre chemin. Il lui annonce qu’ils ont un point commun et que ce dernier est d’être dans la même équipe. Elle aurait plutôt dit que leur point commun était d’être canon mais soit. Bryce l’écoute en levant un sourcil, ne voyant pas vraiment où il voulait en venir. Avant de lâcher un rire et en haussant les épaules. « Ouai la meilleure équipe. Et il a même pas fallu que j’fasse mes preuves pour en faire partie... » Elle lui adresse un sourire fier et arrogant. Elle trouve qu’effectivement son équipe a de la classe. Elle trouve que le Soren, leur chef d’équipe a de la classe. Que les autres équipes ont des effectifs plutôt moyens, de gens fragiles et profondément mous. Malgré ce sourire, Bryce finit par se se frotter le menton en une moue perplexe. « Mais j’comprends pas bien c’que la rouquemoute et la milf font dans notre groupe... » Autrement dit Nora et Ariadne, qui paraissaient quand même bien gentillettes et pas forcément dans le même mood que l’américaine et les autres mecs. Enfin surtout la deuxième puisqu’elle ne connaît pas Nora. Elle dirait surtout que leur groupe serait plus harmonieux si elle était la seule nana quoi. Pendant qu’elle parlait, une serveuse pose les plats qu’apparemment Silvan a commandé pour lui seul. Un burger et une énorme portion de frites. Silvan lui propose de se servir, mais elle n’avait pas vraiment l’intention d’attendre son consentement qu’elle avait déjà une dizaine de frites dans sa bouche. « J’sais bien. T’as pas eu l’temps d’empoisonner les frites. » Qu’elle lui répond avec un large sourire. « Mais t’sais pas ce que tu fais en m’laissant bouffer dans ton assiette… » Pire qu’un mec, elle mange plus qu’Eben. Et dans son cas ce n’est pas manger, c’est véritablement bouffer qu’elle fait. Et puis elle manque de s’ étouffer pendant qu’il parle. Pas parce qu’elle a honte d’avoir dit ce qu’il est en train de lui annoncer. Elle n’a jamais honte de rien. Mais bien parce qu’elle ne pensait pas que cela serait connu de quelqu’un. Et ce n’est pas plus mal. Elle sourit. « Ouai évidemment qu’c’est flatteur t’as un beau p’tit cul. » Qu’elle lui répond, en continuant de piquer dans ses frites. « Fais pas genre on t’l’as jamais dis. Mais v’la les nanas gémissent toujours d’être réduite à leur physique, alors j’fais pareil pour vous les gars. Enfin moi j’men fou j’suis un camionneur, mais parrait qu’ça leur fait du bien. » De voir que les gars sont traités pareil, uniquement par leur physique, parce qu’au fond elle ne connaît rien de Silvan. « J’dis toujours la vérité. Toi t’es beau. Wyatt est moche. » Par exemple. Finalement elle fait signe à la serveuse pour venir prendre sa commande, voyant celle de son camarade déjà bien diminuée. Elle lui sourit. « T’crois qu’on va avoir des épreuves d’équipes tout ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: connection, mon. 03 - 12:55   Lun 9 Juil - 21:00

Quand Sivan aperçoit Bryce dans son viseur, il l’invite aussitôt à sa table. Déjà parce qu’il n’a pas oublié son petit challenge avec Bambi, ensuite parce qu’il n’apprécie pas réellement la solitude. Aussitôt la jeune femme installée à sa table, en face de lui, il prend la parole. Il évoque leur point commun, ce qui les relie dans cette aventure : leur équipe. Peut-être ont-ils quelque chose d’autre qui les relie mais dans l’immédiat, il ne trouve pas. Ainsi, Bryce et Silvan sont coéquipiers. Un sourire se peint sur les lèvres du métis, quand elle lui dit que leur équipe est la meilleure. Il ricane légèrement, écoutant la suite de la réplique de Bryce. Elle ne comprend pas ce que fait la « rouquemoute » et la « milf » font dans leur groupe. Il croit comprendre qu’elle désigne par ces sobriquets, respectivement, Nora et Ariadne. « Adrian – enfin Ariadne –, elle peut nous apporter quelque chose, une touche de douceur. Elle s’investit, sans faire de vague, mine de rien. Dans une équipe, on a besoin d’éléments comme cela, plus discrets que les autres, mais qui sont présents par leur investissement et leur activité », émet-il concernant la femme trentenaire. « Quant à Nora… Je vais être franc avec toi, elle m’a un peu déçu lors du dernier prime. Je veux dire… même pas capable de montrer un peu d’intérêt pour l’atelier d’Estelle, à moins qu’elle était dégouté de se retrouver en binôme avec moi », qu’il siffle. « Si c’est le cas, je ne peux pas avancer avec quelqu’un comme ça », annonce-t-il. « T’aurais été dégoûté, toi, de te retrouver en binôme avec moi ? », l’interroge-t-il. Il tente de comprendre l’attitude de Nora. Une attitude passive que le Turc n’apprécie pas. Il ne cherche même pas à rassurer son égo de mec. Finalement, la serveuse vient lui apporter sa commande. Il invite sa camarade à se servir. Il plaisante, en annonçant que ce n’était pas un piège tendu envers elle. Il ricane de la remarque de sa camarade. « Ah ouais ? », qu’il scande, face à l’énoncé de Bryce. Il détaille quelques instants, en silence, les gestes de la jeune femme. Il doit reconnaître qu’il a déjeuner avec des femmes plus délicates et gracieuses que l’archétype qui se trouve devant ses yeux. « Dis-moi, tu n’as pas mangé depuis des jours ou quoi ? », plaisante-t-il. « La production t’a affamé, avant de te faire entrer sur le bateau, c’est ça le secret ? », ricane-t-il. C’est peut-être tout simplement dans la nature même de la jeune femme présente devant lui. Définitivement, Bryce est brut de décoffrage. Elle doit bien s’entendre avec un type comme Chaim, par exemple. Il se souvient des quelques mots que son camarade de chambrée lui a confié, dans leur cabine, un soir de la semaine passée. Il lui a rapporté quelques mots que Bryce a tenus à son sujet. Il aurait un beau petit cul. Ca le fait marrer qu’on le résumer qu’à un cul. Il croise le regard de sa camarade, qui lui affirme que c’est flatteur. « Je confesse. Je l’ai déjà entendu. Comme bien d'autres compliments au sujet de mon physique », souffle-t-il. « mais ça fait toujours plaisir de l’entendre », reprend-il. Il lui adresse une œillade. Bryce affirme dire toujours la vérité. Ainsi, d’après elle, Wyatt est moche et il est beau. Il arbore un large sourire, ne la quittant pas du regard. « Tu es jolie aussi », souffle-t-il. Il est sincère. Vous ôtez la faculté de parole à Bryce et elle deviendrait certainement la magnificence édulcorée. Sauf que son phrasé et ses gestuelles viennent ternir le portrait beau. « Je suppose… », répond-il. « Je ne sais pas vraiment comment ça se passait les saisons précédentes », qu’il confesse. « Tu as déjà suivi l’émission par le passé, toi ? ».

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 485
AVATAR : KEKE PALMER
ÂGE : 22
LOCALISATION : LOUISIANE
MÉTIER : BONICHE CHEZ POPEYES


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: connection, mon. 03 - 12:55   Mar 10 Juil - 0:08

Bryce pense franchement que leur équipe est la meilleure de toute. Annoncée en première, chacun de ses membres lui inspire de la force, du pouvoir, du respect et de l’envie de tout déchirer… À l’exception des deux nanas. Elle serait à la limite plus sexiste que les mecs, mais ne peut pas s’empêcher d’être critique envers les autres filles. Mièvres. Nunuches. À la limite de la débilitée. Alors si ce n’est pas le cas avec Ariadne ou Nora, qu’elles ne sont pas à cet extrême, elle se méfie tout de même de leur capacité à se battre. À tout déchirer. Là-dessus, Silvan a un avis bien tranché. Pariant sur sa personnalité plus calme, plus douce et finalement tout aussi déterminée qu’une meuf qui gueule et qui donne tout dans le bruit. Tout Bryce quoi. Cette dernière fait une moue, puis dodeline de la tête. Convaincue . « Ca se défend... en plus elle est cool... » Ariadne est plus du genre bonne mère de famille que guerrière, mais pourquoi pas. Par contre elle ne laisse rien passer. « Pourquoi t’l’as appelé Adrian ? C’était un gars avant ? » Qu’elle finit en rigolant. Il a également un avis bien tranché sur la rousse, un peu différent de celui sur la trentenaire. Apparemment elle n’aurait tout simplement pas dessiné le portrait de Silvan. « T’es vexé pour ça ? J’me serais bien passé de celui qu’à fait Poopy de moi… » La blondinette est bien mignonne, mais non quoi, elle l’avait totalement raté. Mais elle est totalement d’accord pour dire que si elle ne s’investit pas pour un truc aussi ridicule, elle ne s’investirait peut-être pas dans sa propre team. Mais sa question suivante la fait lâcher un rire de merde. Enfin son rire de merde. « T’es con ! J’vois pas en quoi ça m’dégouterais. Enfin j’te connais pas. Et j’connais pas Poppy et pourtant j’étais en binôme avec elle et ça m’soule pas… » Tout ça pour dire qu’elle s’en bat les steaks royalement. Comme elle se fout royalement de paraitre distinguée, bien élevée, délicate. Ce n’est pas dans son caractère et la condition sine qua non pour faire partie de ce jeu était de ne pas changer un pet de ce quel est. Alors elle se goinfre des frites de son camarade, léchant au passage parfois ses doigts. La remarque de Silvan la fait sourire amusée, tandis qu’elle continue. « Nan d’puis… Quatre heures… C’est d’jà trop long tu peux pas savoir ! » Elle se lèche les babines, ce sourire toujours ancré sur ses lèvres. Faut pas croire : Bryce est peut-être une brute, grande gueule, tout ça, mais elle est sympa avec les gens totalement sympa avec elle ? Elle n’est pas agressive et méchante avec tout le monde. D’ailleurs à son grand étonnement, le jeu comporte plus de gens sympa qu'elle ne le pensait. Comme Silvan. « En fait ils savent que quand j’ai pas manger d’puis des lustres j’suis affreuse et méchante et agressive et tout ça. T’sais, tout pour faire monter l’ambiance et l’audience avec clash et tout. Alors t’imagine bien qu’ils ne m’ont pas refilé une miette de bouffe pendant une semaine ! » Qu’elle répond en levant sa main à l’adresse de la serveuse. Celle-ci lui signifie qu’elle arrive bientôt. Alors elle passe à un autre genre de nourriture. Le petit cul de Silvan. Et Bryce mettrait sa main à couper qu’elle n’est pas la première à le lui dire et certainement pas la dernière. Ce qu’il avoue sans mal. Ca la fait marrer. « Quoi comme autre compliment ? J’parie sur tes yeux ? Ils sont vraiment pas mal » Ses yeux qu’elle scrute depuis un moment. C’est vrai qu’ils sont beaux, clairs, qu’on s’y perdrait trop longtemps. Loin d’être sombre comme ceux de la jeune femme. Pourtant il lui sort un compliment, la trouvant jolie également. Et là c’est la dégringolade. Elle baisse un peu les yeux, puis regarde ailleurs en passant une mèche de cheveux derrière son oreille. « Merci... » Qu’elle souffle doucement. C’est qu’elle a beau critiquer les midinettes, elle est pareille lorsqu’on la complimente. Mais ce genre de compliment, sur le fait qu’elle soit jolie. Elle a beau le savoir, elle ne l’entend pas si souvent. C'est que vu comment elle est, les gars s'arrêtent plus sur son caractère que sur son physique et finalement quand on la compliment elle devient minettes. Alors elle reprend consistance rapidement, en faisant une grimace. « C’parce que j’suis maquillée... Sans j'suis l'sosie de Shrek ! » Elle lève un sourcil. Passant à tout autre chose, à la compétition. Elle se demandait finalement pourquoi ils avaient été mis en groupe. S’ils vont avoir des épreuves d’équipes en plus d’en avoir en solo. Apparemment il n’est pas plus au courant qu’elle, n’ayant pas regardé les saisons passées. Elle bouge sa tête de droite à gauche. « Nan j’regardais pas non plus. En fait j’connais l’émission parce qu’une meuf de mon tiéquar était accro. Genre elle sortait plus jamais de chez elle. On a même cru qu’elle commençait à être cinglée. Mais une fois elle me dit meuf, si tu vas là-bas tu peux te faire d’la monnaie pour rien, rien qu’en glandant. J’me suis dis, putain Bree ça c’est pour toi bordel ! Et me voilà ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: connection, mon. 03 - 12:55   Mar 10 Juil - 16:43

Rapidement la conversation tourne autour de leur équipe. L’équipe Bohol. Bryce ne semble pas approuver la présence d’Ariadne et de Nora, dans leur team. Il n’est pas d’avis avec elle. Il est certain qu’Ariadne peut leur apporter quelque chose, en dépit de son tempérament doux, calme et peut-être innocent. Selon sa coéquipière, ses propos se défendent. Un sourire se peint sur ses lèvres. Il ricane. « Adrian Balboa, la go à Rocky. Parce que j’étais persuadé qu’elle s’appelait Adrian et non Ariadne », confesse-t-il. Quant à Nora, c’est une autre affaire. Il n’est plus convaincu par le potentiel de joueuse de leur coéquipière. Il expose son avis sur la jeune femme à Bryce. Il fronce les sourcils. « Ce n’est qu’un portrait, ce n’est pas ça qui me vexe. Mais c’est ce manque d’intérêt au jeu et aux activités qui me dérange ». Il pourrait le répéter : si elle ne prend pas part à des activités aussi ludiques que celles proposées par Estelle, qu’est-ce que ce sera quand les activités auront des impacts sur leur équipe. Il a l’impression que la rousse se repose sur ses acquis, qu’elle a l’impression que c’est acquis pour elle mais cela ne l’est pour aucun d’entre eux. Il se trompe peut-être. Peut-être que la jeune femme décidera un jour de lui parler mais celle-ci a décidé de l’ignorer. Il sourit quand elle lui dit qu’il est con, lorsqu’il lui pose sa question. « Mais il faut croire que toutes tes camarades ne fonctionnent pas comme toi. J’imagine que pour elle, le choix du binôme était important et déterminant », soufle-t-il. Après tout, c’est une probabilité comme une autre. Alors que sa camarade lui pique dans ses frites, il la détaille du regard, avant d’émettre une remarque à cet égard. Une remarque qui l’amuse. Elle n’aurait pas mangé depuis quatre heures. Il hoche la tête, alors qu’il se saisit de son verre de soda pour boire une gorgée. La confidence de sa camarade lui arrache un rire. « Je note pour plus tard : avoir des gâteaux dans la poche de mon pantalon », glisse-t-il, dans un ton complice à l’adresse de Bryce. « Poche arrière, bien entendu », précise-t-il, dans un sourire. Cette précision résonne avec les propos de la jeune femme le concernant. D’après elle, il a un beau cul. Un beau petit cul. « Oui, c’est vrai. On me complimente souvent sur mes yeux. Mon corps, mes muscles… enfin tout ce que tu peux constater par toi-même. Enfin pas vraiment tout », scande-t-il dans un ton malicieux. Il laisse sa voix en suspens, avant que son regard ne se perde sur le visage de sa camarade. Il fait abstraction de ses gestes, de sa voix – ou plutôt de son phrasé, de sa façon de parler –. Elle est une jolie femme, il ne faut pas le nier. Il ne se prive pas de le lui dire. La réaction de la jeune femme face à son compliment lui fait étirer ses lèvres en un sourire malicieux. Voyez, là, comme ça, dans cette attitude, elle deviendrait belle. Mais l’instant ne dure que quelques secondes. Elle reprend la parole. Elle juge qu’elle est jolie parce qu’elle est maquillée. Sans ça, elle ressemblerait à Shrek. Entendez ça. « J’aimerais bien me réveiller à tes côtés », énonce-t-il, son regard croisant celui de Bryce. « Pour le voir de mes propres yeux ». Parce qu’il y croit moyen, voire pas du tout à cette histoire de sosie de Shrek. Bryce dévie finalement la conversation sur l’équipe, une nouvelle fois. « C’est donc pour l’argent que tu as participé pour l’émission, donc », émet-il, comme pour conclure. « Qu’est-ce que tu ferais avec tout cet argent que tu pourrais remporter ? », l’interroge-t-il.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 485
AVATAR : KEKE PALMER
ÂGE : 22
LOCALISATION : LOUISIANE
MÉTIER : BONICHE CHEZ POPEYES


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: connection, mon. 03 - 12:55   Mer 11 Juil - 0:01

Curieuse, Bryce se demande pourquoi il appelait Ariadne par un autre prénom, Adrian. Pour elle, c’est un prénom ne mec, alors sans réfléchir elle se dit qu’elle a manqué un truc et qu’en réalité, leur camarade n’est pas maman, mais papa. Il faut dire que Bryce a comme objectif de trouver le secret d’Ariadne, étant déjà sur une petite piste. Alors si finalement son secret est relatif à un changement de sexe, elle est loin du compte. Ce n’est pas ça. Il s’agit simplement d’une référence à un film qu’elle connait de nom, pas plus. Bryce n’aime pas le cinéma. Enfin elle aime regarder certains films – des comédies bien conne – mais elle déteste aller au cinéma. Tout comme lire, elle ne voit pas l’intérêt de poser ses fesses dans un fauteuil pas confortable pendant des heures pour regarder un film qui ne pourrait pas plaire et à un prix exorbitant. Alors elle acquiesce rapidement et l’air de rien à la petite joke de Silvan. Se concentrant plus sur l’analyse de la troisième nana du groupe. Nora. Qui ne jouerait pas le jeu des analyses d’Estelle… Et il a raison. Si elle ne fait pas ça, pourquoi se donnerait-elle à fond pour le groupe. Bryce réfléchit un instant, avant de faire une grimace satisfaite. « J’vais lui foutre un coup de pression, tu verras ça s’ra la plus dévouée d’la team. » Elle ne sait pas vraiment comment elle pourrait lui mettre un coup de pression, mais en faisant bien comprendre à Nora que leur team c’était l’élite et que pour l’instant, elle n’était qu’une verrue pour le groupe, elle s’en sentira vexée. Dans tout les cas, Bryce ne comprend pas bien pourquoi elle prendrait mal le fait d’être lié à Silvan. À moins d’avoir loupé un épisode. « J’vois pas pourquoi ! En plus elle avait un modèle inspirant ! » Elle lève un sourcil. Dessiner Silvan ne relevait pas d’une torture. Pas comment pour celui ou celle qui avait dû dessiner les cheveux gras de Milan, paix à son âme. D’ailleurs en parlant de gras, les doigts de l’américaine en est couvert. D’avoir trop piqué dans la portion de son camarade. À qui elle adresse un sourire amusé. « Poche arrière bien entendu… » Qu’elle répète, se mordillant la lèvre inférieure comme ferait un bon petit pervers face à une paire de nichons bien dodus. « Si possible à la cerise, les gâteaux… » Son fruit préféré. Autant la nourire avec quelque chose qu’elle aime. Comme le commérage. La parlotte. Les critiques sur le physique, mais aussi les éloges quand il le faut. Et elle féliciterait bien les parents de Silvan pour leur merveilleuse œuvre. « Ca va… T’as conscience de ton potentiel. » Elle lâche un rire, en posant ses coudes sur la table. Mimant avec ses deux mains une tête en train de gonfler. En mode prise de grosse tête, mais au final elle aime bien ça. « C’bien de savoir ce qu’on vaut. Ca m’gonfle les faussement modestes. Dans l’genre je sais très bien que j’suis un petit canon, mais jamais je ne le dirais parce que ça s’fait pas… » Elle ouvre largement les yeux, comprenant son allusion à retardement. « J’pas envie d’aller tout constater de toute manière… Mais si t’veux montrer… » Parce qu’elle se doute qu’il parlait de sa queue et qu’elle pouvait très bien s’en passer. Mais en même temps elle ne pouvait pas le retenir s’il voulait la lui montrer. Bryce est curieuse de tout. La seule chose qui lui fait fermer sa gueule, c’est d’entendre dire à son sujet qu’elle est belle. Comme lui, elle connait son potentiel physique. Elle a un corps à tomber par terre, un vrai petit bijou. Mais son visage n’est pas forcément le plus beau de l’univers. Elle s’aime, mais surtout elle sait arranger les imperfections de sa peau pour les dissimuler à la vue de tous. Alors oui elle est canon. Mais contrairement à lui, elle ne reçoit pas des compliments tout les jours. Même pas une fois par mois. Alors ouai, elle dit sans passer par quatre chemin qu’en vraie, elle ressemble à Shrek. Un vrai monstre. En mode plus belle reine du royaume le jour et vieille sorcière la nuit à la façon Blanche Neige. « Putain tu m’as fait peur ! J’croyais que tu voulais… » Elle le pointe du doigt, puis se pointe du doigts, avant de faire ça plusieurs fois vivement. « T’vois, baiser ensemble quoi ! Ou au moins dormir dans l’même pieu… » Ce qui n’est absolument pas dans ses projets. Non, ses projets sont de faire son bout de chemin jusqu’à la victoire et pourquoi pas se servir de sa team pour y parvenir. Le tout pour au final gagner de l’argent. « J’compte bien être dans la même cabine qu’toi, mais toi t'es dans l’luxe nan ? » Elle croit bien qu’il ne sont pas dans le même luxe. Lui en haut de l’échelle et elle pouvant la gravir que par un coup de chance dû aux enveloppes. Il est doué Sherlock, il a bien compris sa motivation. « Ouai c’pour ça. Des trucs bateaux d’meuf fragile. Acheter une vraie maison à ma mère. Vivre une meilleure vie. Et j’rêve d’voir New York » Elle tapote ses doigts sur la table devant eux. Avant de prendre la boisson de Silvan et d’en boire une gorgée. « T’es là pourquoi toi ? Si tu connaissais même pas l’émission, comment tu t’es dis qu’t’allais venir ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: connection, mon. 03 - 12:55   Mer 11 Juil - 9:17

Un sourire étire les lèvres de Silvan, écoutant sa camarade. Cette dernière envisage de mettre un coup de pression à Nora, leur coéquipière, dont le comportement et l’attitude face au jeu dérangent quelque peu le Turc – Bryce semble aller dans son sens. Il rit doucement, quand elle lui annonce que Nora sera, par la suite, dévouée à leur équipe. Il n’en demande pas tant. « Très bien ! », émet-il, en hochant doucement la tête. Concernant l’activité de la semaine précédente, qui a été dévoilée au cours du prime, ce n’est pas le fait de ne pas avoir son portrait qui vexe le métis mais plutôt l’impression de passivité qui se dégage chez sa camarade. Il a dû mal à comprendre ce qui a pu encourager la jeune femme à ne pas prendre part à l’activité : le choix de son binôme. Préférant se retrouver avec quelqu’un avec qui elle a tissé plus d’affinités. Pour certains, le choix de la personne avec qui ils composent est prédéterminant sur leur investissement dans l’activité, même dans quelque chose aussi futile qu’un dessin. Nora est peut-être de ceux-là. Un franc sourire se dessine sur la bouche de Sil, quand sa coéquipière lui affirme que Nora avait un modèle inspirant. Donc selon elle, ce ne serait pas cette raison. Il se fourvoie peut-être. Pour le savoir, il faudrait que la rousse se décide à lui parler. Jusqu’à maintenant, cela restera un mystère. Quant à la nourriture, Silvan plaisante à ce sujet. Mais il semblerait que Bryce ne devienne agressive lorsqu’elle est affamée. Il retient donc qu’il devra se promener avec des gâteaux, sur lui, dans la poche de son pantalon. Dans la poche arrière. Il adresse un clin d’œil malicieux à sa camarade, quand elle répète mot pour mot sa réplique. « Je prends note : des gâteaux à la cerise », scande-t-il, en ne perdant pas son sourire. Quant aux compliments qu’il peut recevoir sur ses atouts physiques, comme ses fesses – remarquées par sa camarade, Bryce – ou encore ses yeux – là encore remarqués par elle –, il ne cache pas avoir déjà été complimenté dessus. Ses fesses, ses yeux, son corps, ses muscles et il pourrait continuer sa liste. Il ricane légèrement, quand elle lui fait remarquer qu’il a conscience de son potentiel. Silvan ne s’en est jamais caché. Son avantage est que son physique cache ce qui lui fait défaut, comme son intelligence. Il a un physique mais pas de tête, il le sait. Les faussement modestes semblent irriter Bryce. En tout cas, elle pourrait constater d’elle-même toutes ses qualités. Presque toutes. Elle lui annonce ne pas avoir envie d’aller tout constater. Il hoche la tête, alors qu’elle marque une opposition de son affirmation précédente : s’il veut montrer, elle ne dirait certainement pas non – du moins, c’est ce qu’il en déduit, puisqu’elle laisse sa voix en suspens, créant une certaine ambiguïté. « Mais tu n’as pas envie », souffle-t-il, en reprenant les mots de la jeune femme, un rictus malicieux éclairant son visage. Quant à son interlocutrice, il semblerait qu’il a trouvé la façon dont la faire taire. Parce qu’une Bryce silencieuse serait, certainement, plus appréciable pour la majorité de leurs camarades. Elle semble faire des vagues, notamment par sa façon de parler, très brut de décoffrage. Il faut parvenir à canaliser toute cette énergie donc. Lui dire qu’elle est jolie et Bryce se transforme et se terre dans un étrange mutisme qu’on ne lui connait pas. Toutefois, chasser le naturel, il revient au galop. Elle se compare à Shrek. Silvan peine à y croire. Il aimerait d’ailleurs le constater de ses propres yeux, au réveil. La réaction de Bryce lui arrache un franc rire. Elle pensait qu’ils voulaient qu’ils s’adonnent à quelques plaisirs charnels ensemble. « Figure-toi que ça ne m’était même pas effleuré l’esprit ». Ce n’est clairement pas ce qu’il envisagé en émettant la possibilité de se réveiller à ses côtés. « Ca te dérangerait de partager le même lit que moi ? », qu’il l’interroge, suite à sa réaction. Elle lui confesse finalement qu’elle compte bien être dans la même cabine que lui. « Je suis sur le pont d, dans la cabine d1 », émet-il, en précisant bien le numéro de sa cabine. Quant aux motivations de la jeune femme, elles sont pécuniaires. Il écoute attentivement sa réponse : ce qu’elle fera avec une somme d’argent assez conséquente : acheter une maison à sa mère, vivre une meilleure vie, voir New-York. « Pourquoi New-York ? », il la questionne comme ça. Au même moment, son attention se porte sur le geste que sa coéquipière effectue : elle prend son verre pour boire. « Pour quelqu’un à qui ça dérange de partager le même lit que moi, ça ne te dérange pas de partager mon verre ? », qu’il l’interroge, avant de reprendre sans lui donner le temps de répliquer. « Tu sais que pour certains, ça équivaut à échanger notre salive, un baiser ? », dit-il dans un ton malicieux. Il dit cela plus pour taquiner sa camarade et voir sa réaction. « Sinon, pour répondre à ta question, je suis là pour le jeu. Je ne cracherai pas sur l’argent non plus. », énonce-t-il.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 485
AVATAR : KEKE PALMER
ÂGE : 22
LOCALISATION : LOUISIANE
MÉTIER : BONICHE CHEZ POPEYES


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: connection, mon. 03 - 12:55   Jeu 12 Juil - 0:08

Bryce peut être réellement cinglée. Elle peut être réellement folle si la situation l’exige et que quelqu’un serait à même de compromettre son ascension au plus haut de l’aventure. Et s’il faut être ultra corporate avec sa team pour se faire une place au zenith, elle le fera. Et elle est prête à se mettre en mode petite brute pour mettre des coups de pression, si tout cela sert son intérêt personnel. Enfin brute, elle est pas conne non plus : elle ne va pas pousser jusqu’à la violence pour aller se faire virer du jeu. Il semble d’accord avec ça. Un large sourire se dessine alors sur le visage de Bryce, avant de plisser son regard sur son camarade. « Mais crois pas, si un jour c’est toi qui merde pour la team, j’hésiterai pas à t’mettre un coup d’pression aussi ! » Et elle est tout aussi sérieuse que pour Nora. Elle a tendance à lui faire confiance en ce qui concerne leur groupe dès leur premier échange. Mais elle ne veut pas non plus le laisser croire qu’il domine. Ce n’est pas parce qu’elle acquiesce à tout ces points de vue qu’elle est trop bête pour réfléchir d’elle-même. Ca n’empêche pas l’américaine d’affirmer qu’il est un modèle inspirant. Dans le genre, elle est contente de se retrouver face à Poppy qui semble baigner dans le monde des bisounours et tellement facile à cerner. Silvan est un peu plus insondable, mais clairement beau. Et Nora aurait pu clairement nous pondre un portrait comme celui qu’à « reçu » Leela : uniquement tourné sur le physique. Comme une partie de leur propre conversation. Il semble être autant complimenté sur son physique qu’elle reçoit des critiques sur son comportement. « V’là notre vrai point commun gros. On sait tout les deux c’qu’on vaut. » Et pas de la merde, même s’il ne s’agit pas forcément du même jugement de valeur. Lui clairement tourné sur le physique, laissé à la vue de tous ou ses atouts cachés. Est-ce qu’elle a envie de voir ? « Nan. » Qu’elle souffle simplement. Elle n’a absolument pas envie qu’il lui montre sa teub. Après si par un concours de circonstance elle se retrouve à le voir nu, parce qu’ils partagent une même cabine ou parce qu’ils partagent une même salle de bain, elle n’en sera pas choquée. Se laver est la base, caméra ou pas. Lui dire qu’elle est jolie par contre, lui change son caractère. Enfin, le nuance puisqu’elle n’est pas non une nana affreuse à qui l’on a jamais fait de compliments. Ce qui sort de la bouche de Silvan est un peu ambiguë et dans sa franchise légendaire, Bryce annonce ce qu’elle avait cru comprendre. Du cul ou du moins un rapprochement, apparemment pas prévu par le mec. Apparemment même qu’il n’aurait jamais pensé à ça. Elle fait une grimace en plissant les yeux en direction de son camarade. « Genre j’suis pas assez bien ? » Elle n’est pas vexée, mais elle se demande s’il dirait la même chose à des beautés comme Livia ou Leela. Elle roule tout de même les yeux chassant cette mine renfrognée. « D’toute manière t’as raison d’pas y penser. Comme ton machin est un atout pour toi, ça m’fendrait l’cœur de devoir l’couper… » Elle sourit amusée. Et quand il lui demande si ça la dérangerait de partager le même lit que lui, elle hausse les épaules. « Nan puisque tu m’fras jamais rien. » C’est bien ce qu’il sous-entendu. Elle lui lance un clin d’œil complice. Avant de lui exposer la raison de sa présence ici. Elle est autant motivée par gagner de l’argent que par faire partie de l’élite en accédant au confort. Et sa précision sur le pont qu’il occupe n’entame pas sa détermination. Elle hausse ses épaules. Le fait qu’il soit dans la cabine la plus luxueuse ne la dégoute pas. Enfin si elle meurt de jalousie, mais elle ne voit pas ça comme une épreuve insurmontable. Ce sera lui le premier étonné de se voir dormir dans la cabine d1 avec elle dans quelques semaines. Elle lui parle de ses motivations ridicules. Quand certains veulent bâtir des empires, elle souhaite juste du confort et un avenir un peu plus radieux pour sa seule famille. Et visiter New York. « Parce que j’ai jamais rien vu d’autre que la Louisiane. Et qu’à force de voir New York à la télé, j’veux l’voir de mes yeux. » On va dire que la grande ville, ça fait rêver la campagnarde qu’elle est. Campagnarde à qui ça ne dérange pas de boire dans le même verre que lui. Tout ce qu’il lui sort la fait marrer. Ca revient à partager sa salive. « Tu fréquentes des demeurés ou comment ça s’passe ? C'va tu dois pas avoir la peste, j’peux boire dans l’même verre que toi. Par contre une MST j’ai un doute… Alors t’comprends que j’veux pas partager le même lit… » Même si pour le coup elle n’a jamais dit qu’elle ne voulait expressément pas partager le même lui que lui. Elle lui adresse un large sourire fier, alors qu’elle agrippe à nouveau la paille entre ses lèvres pour aspirer une nouvelle gorgée. « Peut-être que toi ça t’dérange nan ? » Elle lui lance une œillade. Quand il parle de « certain », il parle peut-être de lui finalement. Lui qui est là apparemment pour le jeu. « Pour toi ça veut dire quoi pour l’jeu ? Genre faire mumuse en tout décontraction ou être dans l’game à fond ? » Elle demande, même si elle connait un peu la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: connection, mon. 03 - 12:55   Jeu 12 Juil - 23:39

La remarque de Bryce lui arrache un sourire. Elle affirme qu’elle n’hésitera pas à lui mettre un coup de pression, si à son tour il ne s’investirait pas assez pour leur équipe. « Je compte sur toi alors », énonce-t-il, dans un sourire. Il espère qu’il n’aura pas à avoir la jeune femme lui remonter les bretelles à cause d’une passivité et d’un manque d’intérêt soudain. La conversation vogue de sujet en sujet, Silvan ne prête même pas attention à la logique de ce fil conducteur. Bryce en vient à conclure à leur point commun : ils ont conscience de leur potentiel. Il lui adresse un large sourire. Il hoche la tête doucement. « Effectivement… », souffle-t-il. Il ignore si cela lui jouera défaut mais il ne nie pas ce qu’il est, il ne cache ni ses défauts ni ses qualités. Il est ainsi, il joue franc jeu. Il sait que ce n’est pas le cas de tout le monde. Il se méfie notamment de ceux qui jouent les caméléons quant à leur personnalité. Le métis sait qu’il a un physique avantageux, il ne s’en est jamais caché : il n’y a qu’à écouter son passage lors de la phase casting. Il n’a pas la tête mais le corps. Il n’est pas seulement un physique beau mais athlétique aussi. Bryce est aussi une jolie fille. Il est certain que son phrasé ne la met pas en valeur. Elle n’est pas d’accord, selon elle est, si elle est jolie, elle l’est grâce au maquillage. Sil serait curieux de la voir, sans maquillage, notamment au réveil. Il est un peu amusé qu’elle puisse penser qu’il avait à l’esprit d’une relation charnelle d’un soir avec elle. Cela n’avait même pas effleuré l’esprit du jeune homme. La confession du métis ne manque pas de faire réagir la jeune femme. Il sourcille. N’est-elle pas assez bien ? « Je n’ai pas dit ça », scande-t-il. D’après elle, il aurait raison de ne pas y penser et son explication vaut, d’ailleurs, son petit pesant d’or. Un sourire étire les lèvres de Silvan. « T’es de celles qui mettent les dents, toi ? », qu’il l’interroge, un ton mi-amusé et mi-tendancieux colorant le son de sa voix. C’est tout de même elle qui a évoqué le fait de « devoir couper » « son machin » - dixit sa coéquipière –. Quant au fait de partager son lit avec le turc, cela ne la dérange pas, elle précise qu’il ne lui fera rien. Il rattrape son clin d’œil, lui offrant un large sourire. Concernant les ambitions de sa camarade, il pense les avoir cerné – peut-être pas avec exactitude –. L’un des éléments de sa réponse retient son attention : voyager à New York, avec l’argent qu’elle pourrait remporter, à l’issue de cette aventure. Pourquoi New York ? Bryce lui explique qu’elle a grandi dans l’état de la Louisiane, elle n’a jamais voyagé et elle n’a vu New York qu’à travers les images télévisuelles. « Tu es américaine ? ». Il n’arrive pas encore à bien distinguer les différents accents anglais. « Comment tu décrirais ta vie en Louisiane ? Qu’est-ce que tu apprécies le plus dans ta vie ? Qu’est-ce que tu détestes, au contraire ? », qu’il la questionne, tentant de cerner sa camarade. Il émet un commentaire finalement quand sa camarade se sert directement dans son verre. Ca l’amuse. Elle estime qu’il n’a pas la peste. Toutefois elle revient sur le fait qu’elle ne veuille pas partager son lit avec lui. « Je peux te rassurer à ce sujet, je suis propre », émet-il. Quant à ce que le geste de la jeune femme le dérange, il ne dirait pas cela. Il dodeline légèrement la tête de gauche à droite, puis de droite à gauche. « Pour faire mumuse ? Non, je ne suis pas venu ici pour faire des claquettes », qu’il ricane. « Maintenant que je suis ici, je vais me donner », qu’il annonce.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 485
AVATAR : KEKE PALMER
ÂGE : 22
LOCALISATION : LOUISIANE
MÉTIER : BONICHE CHEZ POPEYES


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: connection, mon. 03 - 12:55   Lun 16 Juil - 21:57

Bryce est prête à foutre un coup de pression à n’importe qui, même au gars le plus flippant s’il le fallait. Parce qu’en regardant bien, peut-être que Brice est l’une des personnes avec le plus de couilles ici. Alors comme Silvan n’est pas le gars le plus impressionnant, elle n’hésitera pas. Et c’est précisément parce qu’elle sait ce qu’elle vaut que l’américaine peut se permettre d’être aussi emmerdeuse et de se sentir un peu plus capable que les autres. Son camarade devant elle sait aussi ce qu’il vaut. Sur le plan physique évidemment, mais au fur et à mesure de la discutions, sur le plan du caractère. Il semblerait que tout deux sont prêt à tout donner pour leur équipe, pour être en tête. Peu importe les motivations qu’ils ont derrière. La conversation dévie rapidement sur le plan purement physique, de la jeune femme d’ailleurs. Bryce se sait être attirante, mais elle ne met que très rarement en valeur cet aspect d’elle. Elle aime être complimentée, mais au final elle préfère être considérée comme une grande gueule que comme une belle plante. Parce qu’on ne respecte pas ces deux types de femme de la même manière. Qu’elle gagnera parfois à être juste une jolie fille, mais qu’elle ne se contenterait pas que de ça. Elle sourit. Elle sourit parce que la remarque de Silvan ne provoquerait rien en elle, si elle n’avait pas envie de jouer. De le taquiner. Qu’il n’ait jamais pensé à avoir une quelconque relation charnelle avec elle ne lui fait ni chaud ni froid. Mais plus d’une femme en serait choquée ou vexée. D’ailleurs elle se demande bien s’il dirait la même chose de filles bien plus coquettes et apprêtée qu’elle. Donc non, ce n’est pas ce qu’il a dit. D’ailleurs elle ne tarde pas à lui dire pourquoi il fait de ne pas y penser. Est-ce qu’elle est de celles qui mettent les dents ? « J’suis une sauvage moi ! » Elle montre ses dents en mimant un grognement de chien enragé. Non elle n’est pas du genre à mettre les dents, parce qu’elle n’est pas du genre à faire ce qu’il pense actuellement. Elle parlait surtout de sortir un couteau pour lui extraire sa queue, c’est tout. Hors de question qu’une bite ne touche sa bouche. Evidemment dans son quartier des putes ne se gênent pas pour le faire. Elles se font payer parfois. Certaines d’entre elles galèrent moins que Bryce au final, qui n’a même pas de quoi se sortir de son quartier, de sa ville, de son état. D’où son envie de voir la grosse pomme. Silvan en déduit qu’elle est américaine, enfin lui demande . « Ouai » Qu’elle se contente de répondre en le regardant dans les yeux, un sourire moqueur en coin. « Ouai j’suis pas africaine hein » Elle se demande d’ailleurs si une seule africaine avait foulé le plateau de cette émission. D’Afrique noire, pas dans le genre de Leela. Ca semble être tellement fermé finalement pour des nationalités moins cotées. Genre l’Afrique et l’Asie quoi. Ou encore le monde arabe parce que ça fait peur maintenant. Ca lui fait penser qu’il en fait un peu partie, Silvan. Mais il lui pose une salve de question qui la fait sourire de plus belle. « T’es psy maintenant ? T’sais que les meufs paierait pour une p’tite séance avec toi ? » Et elle ne parle pas prostitution. Elle connait des nanas qui serait prêtes à payer une fortune pour parler à un gars si beau que ça, tellement les mecs du tiéquar sont laids. Elles seraient prêtes à s’inventer une vie affreuse histoire d’avoir le plus de séance possible. « J’suis du genre à cracher sur ma vie, mais j’cherche pas à faire mieux. Enfin sauf en venant ici peut-être. » Elle ne répond pas vraiment à ses questionnement, mais elle pense avoir répondu globalement à ses questionnements. En gros elle vit une petite misère en Louisiane, elle aime son entourage et déteste le fait de ne pas chercher à s’en sortir. C’est tout. Alors les épaules lorsqu’il lui parle de sa motivation. Faisant de lui un compétiteur affirmé et c’est toujours beau de battre un compétiteur qu’une personne ici pour l’expérience. L’attention de Bryce revient rapidement sur son camarade et uniquement lui. « Il est bizarre ton prénom. Enfin non il est pas mal, mais j’trouve qu’il fait pas d’chez toi. T’es arabe non ? J’pensais que vous vous appeliez tous Muohammad ! » Elle dit ça sur le ton de la rigolade. Comme tout les clichés qu’elle balance, elle n’est pas sérieuse. C’est simplement que les musulmans de chez elle on tous comme prénom Muhammad sauf un, qui s’appelle Anouar. D’ailleurs la seule meuf voilée qu’elle côtoie s’appelle Cynthia donc bon, rien à voir. « C’pas dur d’être arabe… en c’moment ? » Elle est con sa question, mais cette fois ultra sincère. Et pleine d’empathie. Parce qu’il ne faut pas croire, aujourd’hui encore c’est compliqué d’être noire dans un monde de blanc.
Revenir en haut Aller en bas
 

connection, mon. 03 - 12:55

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Débrider sa connection
» Peut être prochainement une connection internet ?
» connection instable
» Fini pour moi
» Forum les colleurs de plastiques
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: RESTAURANT JOHNNY ROCKETS-
Sauter vers: