Partagez
 

 the mirror will always know (vendredi, 12h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Alvaro
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 1009
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 33
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : private investigator
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33K
AFFINITÉS:
the mirror will always know (vendredi, 12h30) Empty
MessageSujet: the mirror will always know (vendredi, 12h30)   the mirror will always know (vendredi, 12h30) EmptyLun 9 Juil - 15:22


w/@silvan
the mirror will always know


Alvaro il est complètement décalqué, il sait même plus où il habite. Il se trimballe ses lunettes de soleil sur le nez depuis ce matin pour cacher le regard froissé qu'il affiche depuis le réveil. Compliqué, ce dernier. Il pensait que le rythme qu'on leur impose depuis dimanche soir lui conviendrait, mais il réalise aujourd'hui que c'est beaucoup trop éloigné de ses habitudes et que dormir un certain nombre d'heures par nuit, comme si tout était d'un coup réglé comme une horloge, bah c'est pas pour lui. Un rythme de vie routinier ça l'épuise lui. Se coucher à 23h pétantes, se lever à 8h, ça fait de bonnes nuits mais pour lui c'est sûrement trop. Trop par rapport à ses habitudes, il a l'impression de subir un décalage dans son horloge biologique, presque comme un effet jet lag. Ça a pas trop de sens d'être à ce point épuisé par un surplus de sommeil, mais ce qu'il se demande surtout c'est pourquoi son cerveau s'est pas réveillé après cinq ou six heures comme il le fait d'habitude. Alvaro dirait pas qu'il dort mal parce qu'en réalité ses nuits sont paisibles et il parvient même à dormir d'une traite, ce sont les réveils qui sont difficiles en fait ces jours-ci. Il a été se chercher à manger au réfectoire, mais préfère déjeuner à l'air libre ce midi. Du coup il ramène son plateau jusqu'à la salle à manger extérieure, où un camarade se trouve être déjà présent. Il salue @silvan d'un bref signe de la tête, et dépose son plateau sur la table, effectuant ses gestes au ralenti comme un petit vieux. L'énergie est pas trop au rendez-vous, il va faire le plein de café aujourd'hui pour compenser ça. « Je suis crevé mec. J'ai aligné neuf heures de sommeil pourtant, ça m'était pas arrivé depuis des années. » qu'il lui expose tout en prenant place sur la banquette à côté de lui. Alvaro il a tellement pas les yeux en face des trous qu'il a pas trop fait gaffe au contenu de son assiette quand il s'est servi au réfectoire, ses capacités de concentration sont assez limitées étant donné qu'il est pas encore pleinement réveillé. « Je dors trop c'est ça le problème. Mes habitudes sont complètement pétées cette semaine, ça me réussit pas. » Lui qui doit dormir trois à quatre heures par nuit en moyenne à l'extérieur, forcément ça le change. Le pire c'est qu'Estelle a instauré tout ça pour améliorer la qualité de leur sommeil, entre autres choses, pourtant Alvaro aujourd'hui il a franchement du mal à voir les bienfaits qu'on leur a vendus. « J'envisage d'aller consulter Estelle juste pour lui dire de garder ses restrictions pour elle la semaine prochaine. » Quelle plaie celle-là. Il s'était dit au départ que la restriction de cette semaine n'était pas bien méchante, mais maintenant qu'il en subit le contrecoup il adhère beaucoup moins à l'idée. C'est le principe de les priver de quelque chose chaque semaine qu'il aime pas, le fait de devoir se soumettre, il a l'impression de perdre une partie de son libre arbitre dans cette histoire. Alvaro c'est le type qui s'est toujours rebellé contre l'autorité, les conventions, il est hyper attaché à sa liberté donc ça lui plait pas qu'on vienne leur prendre la tête avec ça sur fond de morale. « Toi ça va, tu gères bien le rythme imposé ? » Il a pas l'air trop défait de son côté, mais bon ils ont pas le même âge non plus, Alvaro marque forcément plus la fatigue que son camarade. « Dis donc je pensais que ton entrée avec Chaim t'avait traumatisé, mais en fait t'es incapable de te détacher de lui maintenant. » il lui fait remarquer en se marrant gentiment. Les deux bonhommes en sont à leur deuxième collocation depuis le début de l'aventure, deux sur trois en fait, ça fait beaucoup. Faut dire qu'ils ont pris une sacrée avance dans les points l'un et l'autre, cette configuration semble donc chaque semaine assez inévitable. « Attention la routine dans un couple c'est le pire truc. » il le charrie. Il se rappelle que Silvan avait pas super bien vécu son entrée au côté de Chaim le premier soir, il avait carrément redouté l'image que ça avait pu donner de lui et ce que ses proches avaient pu en penser. Là du coup ça fait deux semaines qu'il dort dans la même cabine que l'intéressé, et il se demande si Silvan prend sur lui ou si ça va mieux de ce côté-là. S'il souhaitait changer de partenaire de cabine la semaine prochaine il pourrait toujours se laisser sombrer dans les points, mais ça c'est pas un conseil que pourrait lui donner le cubain.

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
Silvan
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1941
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 26
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
the mirror will always know (vendredi, 12h30) Empty
MessageSujet: Re: the mirror will always know (vendredi, 12h30)   the mirror will always know (vendredi, 12h30) EmptyLun 9 Juil - 22:19

Sil se rend au self-service pour son repas. Définitivement, il ne se plaindra pas de ne pas avoir à cuisiner. C’est même un luxe. Il se gargarise chaque jour, à chaque repas de ce petit privilège : celui de ne pas avoir à préparer son repas. Combien de téléspectateurs anglais songeraient à être à leur place, à ce moment même, alors qu’ils triment dans leur cuisine à préparer le repas, écoutant en fond sonore l’émission quotidienne, afin de meubler le vide, la solitude, le silence. C’est souvent cela dans le quotidien des gens, la télévision, un adjuvant face au silence et à la solitude. Elle comble une absence. Le jeune homme se sert de quelques plats qu’il dépose dans son plateau. Il prend une fourchette, un couteau, une petite cuillère puis un verre. Il inspecte son plateau qui sera son déjeuner de la journée, puis rebrousse chemin. Il n’a pas envie de manger dans le réfectoire, ce midi. Alors comme il n’a pas envie, il change de lieu pour satisfaire son envie du moment. Il se pose alors dans le salon extérieur. Il profite de l’air frais de l’océan. Il s’installe à une table. Il commence son repas, seul, ce qui n’est pas dans ses habitudes. Il hausse les épaules à cette pensée, alors qu’il est rapidement rejoint par l’un de ses coéquipiers. Il reconnait au loin @Alvaro. Il lui adresse un signe de la tête, sa fourchette dans la bouche. Il la retire, mâchant discrètement son repas. Il écoute son camarade. Celui-là lui explique être fatigué, notamment à cause du rythme imposé par Estelle. Cette dernière a imposé un couvre-feu et un réveil, qu’ils doivent veiller à respecter. Sil, comme un docile soldat, s’y tient parce qu’il redoute la sanction. Il fait des petites conneries, Silvan, mais jamais des conneries qui valent des sanctions graves. Des gifles de maman, des renvois des écoles, quand il était adolescent, par exemple. « T’es sûr qu’elle acceptera de te voir pour t’entendre dire ça ? », qu’il lui demande, alors qu’il reprend une fourchette de sa salade composée. Alvaro lui demande en retour si lui gère ce nouveau rythme imposé par la docteur. Il hoche la tête, avalant sa dernière bouchée. « Je ne pensais pas pouvoir m’adapter mais finalement gère plutôt bien. Je crois que j’avais oublié, pendant ces années, l’importance de se reposer », souffle-t-il. Dans son quotidien, il sollicite suffisamment son corps pour ressentir des tensions, des fatigues. Il lève les yeux en l’air, alors qu’Alvaro lui rappelle son entrée avec Chaim. Il pose ses prunelles vertes sur le visage de son coéquipier, qui affirme que le métis serait incapable de se détacher de leur camarade, Chaim. Silvan reste, quelques instants, impassible, portant à sa bouche sa fourchette. « C’est l’inverse », qu’il scande, après avoir dégluti sa bouchée. Il agite sa fourchette entre ses doigts, vers Alvaro. « Il ne peut plus se passer de moi », qu’il corrige. Il roule des billes devant la nouvelle de son camarade. « Figure-toi, j’y trouve du positif dans cette cohabitation », énonce-t-il. « Ca me permet d’apprendre de le connaitre dans un autre cadre - et je n’ai pas besoin de tes commentaires là-dessus -, que celui du groupe. C’est important ça pour le jeu », souffle-t-il. Parce qu’il n’oublie que chacun a un secret à protéger et à être dévoilé à tout moment, que tous ses camarades peuvent être des adversaires comme des alliés –mais pour cela, il doit les sonder, les observer, parce qu’à ce stade de l’aventure, il se méfie de chacun d’eux.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 1009
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 33
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : private investigator
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33K
AFFINITÉS:
the mirror will always know (vendredi, 12h30) Empty
MessageSujet: Re: the mirror will always know (vendredi, 12h30)   the mirror will always know (vendredi, 12h30) EmptyMer 11 Juil - 2:57

Alors qu'il vient de rejoindre son camarade dans la salle à manger extérieure, Alvaro jette un œil à l'assiette qu'il s'est servi au self. C'est un peu n'importe quoi le contenu de celle-ci, il était pas concentré en la composant et ça se voit. En temps normal il n'aurait jamais eu l'idée de combiner de la salade, des frites et une part de flan et pour cause, ça ne rime strictement à rien. Il sait pas trop à quoi il pensait sur le moment, sûrement à rien, ce qui peut expliquer le fait qu'il ait réussi à mettre une entrée, un plat et un dessert dans la même assiette. Ça va, Silvan relève pas, il aurait pu se payer sa tête et d'un autre côté Alvaro a suffisamment de ressources pour être capable de sortir un truc bidon pour justifier ça. Embobiner les gens c'est un truc qu'il maitrise. Il explique à son camarade que les réveils sont compliqués depuis quelques jours - depuis la veille en fait, c'est vraiment hier qu'il a ressenti le contrecoup du nouveau rythme imposé par Estelle. Au début il arrivait à gérer, mais au bout de plusieurs jours ses habitudes sont trop perturbées, il ressent les conséquences d'un surplus de sommeil lui qui n'avait plus fait d'aussi longues nuits depuis des lustres. Son corps a adopté le nouveau rythme, mais derrière ça ne suit plus. Il a hâte que cette restriction prenne fin car il se sent bien mieux quand il peut se coucher quand il veut. Ça peut paraitre inconcevable d'être mieux portant après six heures de sommeil qu'après neuf, mais c'est pourtant le cas, et pour s'être levé deux jours de suite avec des maux de tête Alvaro pense avoir la preuve qu'un tel rythme n'est définitivement pas fait pour lui. On peut pas changer des habitudes prises depuis des années comme ça d'un coup, sans que ça dérègle tout. Il envisage donc d'aller en toucher un mot à Estelle si l'occasion se présente, voire même d'aller directement toquer à son cabinet pour lui demander expressément de renoncer à la restriction prévue pour la semaine prochaine. Il pense pas qu'il sera entendu, mais lui ce qu'il veut c'est qu'on les laisse vivre, tout simplement. Silvan doute du fait que la chroniqueuse puisse accepter de le recevoir pour s'entendre dire ça, mais s'il pense qu'Alvaro se présenterait comme un con à sa porte sans avoir tout prévu, il se goure. « Je peux toujours prétexter une grosse migraine, enfin un truc justifiant une consultation. Je saurai me montrer convaincant. » il formule, sûr de lui comme à son habitude. Et il craint même pas qu'Estelle puisse voir les images et se douter de quelque chose puisque aux dernières nouvelles elle n'est que chroniqueuse, elle a pas accès à ces trucs-là. Silvan de son côté dit plutôt bien gérer ce nouveau rythme, et réaliser l'importance du repos, qu'il avait apparemment négligé comme le cubain pendant des années. Une référence à un travail prenant sûrement, ils doivent avoir ça en commun tous les deux. « D'ailleurs ça se passe comment ton boulot, tu tournes dans les cirques du monde entier ou tu te limites à la Turquie ? » Il ne sait pas grand-chose de Silvan, si ce n'est qu'il est acrobate et vit en Turquie. Le bonhomme lui fait l'effet d'une roche difficile à fissurer, il s'en était méfié dès leur premier échange à vrai dire. Il a le sentiment qu'il faut vachement gratter pour le faire parler, mais le cubain la persévérance ça le connait, il va le travailler le Silvan s'il faut. Il le charrie un peu sur son énième collocation avec Chaim - la deuxième en fait, mais Alvaro aime bien exagérer. Son camarade affirme que c'est Chaim qui ne peut plus se passer de lui, et non l'inverse. « Admettons. » il déclare avant de venir piocher dans son assiette, qui ne lui donne pas super envie comme ça, mais il se trouve qu'il a faim. « Et plus si affinités... » il souffle lorsque son camarade ajoute que ça lui permet au moins de découvrir le candidat dans un autre cadre que celui du groupe. « Okay j'arrête. » Il a conscience d'être hyper lourd, et vu que Silvan a l'air pas mal blasé par ses commentaires, il décide de pas en rajouter une couche. « Fais gaffe quand même, va pas pactiser avec l'ennemi. » S'il apprend à connaitre Chaim pour le jeu, et pour le percer à jour à l'arrivée c'est une très bonne chose. Mais faudrait pas qu'ils deviennent trop potes non plus ces deux-là, car... « Notre team avant tout. » Et ça c'est un conseil qu'il peut lui donner, celui de pas trop copiner avec les membres des autres équipes. Ou alors faut faire comme lui, fonctionner par stratégie et tisser des liens par pur opportunisme. « La sienne est mal barrée d'ailleurs, perdre deux membres en un prime ça fait mal. » il rétorque en grimaçant légèrement. Il l'avait un peu prédit au lendemain de la révélation des équipes, que les Tasman auraient sûrement du mal en tant qu'équipe. Il aurait quand même pas pu prévoir le dernier abandon en date, mais faut se dire que dans tous les cas ils perdaient deux membres ce soir-là. « Ce serait quoi ta collocation rêvée ? » il lui demande alors. Il pense que Silvan serait pas contre partager sa cabine avec quelqu'un d'autre la semaine prochaine, histoire de voir une autre tête que celle du français le matin au réveil.

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
Silvan
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1941
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 26
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
the mirror will always know (vendredi, 12h30) Empty
MessageSujet: Re: the mirror will always know (vendredi, 12h30)   the mirror will always know (vendredi, 12h30) EmptyMer 11 Juil - 18:51

Alvaro aurait l’intention et la prétention – surtout ça – de consulter Estelle pour lui dire ce qu’il pense de ses restrictions. Le métis doute que la femme accepte de le recevoir, surtout pour entendre un candidat tenir un tel discours, remettant en question ses initiatives. Son camarade lui dit qu’il peut toujours prétexter une grosse migraine, tout du moins quelque qui justifie une consultation. Il est sûr de lui : il saura être convaincant. « Prétexter ? », émet-il, répétant ce que le brun a dit. « T’es de ce genre-là toi », commente-t-il, alors que sa fourchette vient se perdre dans son assiette. Quant à Silvan, il n’a pas à se plaindre de ce nouveau rythme imposé par la chroniqueuse. Au début, il est certain qu’il peinait à trouver sommeil, dès vingt-trois heures, se demandant même s’il n’allait pas sortir de sa cabine. Mais il se souvient de la mise en garde énoncée par Estelle s’ils ne respectaient pas le couvre-feu ou le réveil. Il a fini par trouver des astuces pour s’endormir rapidement, quelques minutes après être mis dans le lit. Ces quelques jours lui ont permis de comprendre l’importance de se reposer. Il avait négligé cette importance, pendant tout ce temps. Tout ce temps, juste depuis sept ans. Le brun le questionne sur son travail, dans le cirque. Il ricane quand son interlocuteur parle de tourner « dans les cirques du monde entier ». « Au début de ma carrière – enfin si on peut appeler ça « carrière –, avec ma première troupe, on faisait des représentations seulement en Turquie. Nord, sud. Avec ma troupe actuelle, on fait des étapes en Turquie et aussi en Europe de l’Est et dernièrement, on a fait étape à Paris et à Londres – les deux villes nous ont invitées pour faire notre spectacle –. Donc, la veille de ma sélection, j’étais sur la piste », émet-il. Finalement, Alvaro évoque un tout autre sujet : sa collocation avec Chaim, depuis deux semaines. Il le corrige quand il lui dit qu’il ne peut plus se passer de leur camarade. C’est l’inverse, même si cette cohabitation n’est due qu’au hasard ou, plus précisément, à leur investissement. Silvan commence à apprendre à composer avec cette colocation. Il voit du positif là-dedans : il peut connaître son camarade dans un autre cadre que celui du cadre. Il roule des billes, face à la remarque d’Alvaro, soupirant fortement. Il devient lassant, presque prévisible voire lourd. Celui-là lui annonce qu’il arrête. Jusqu’à quand ? Le métis plante son regard dans le sien, avant qu’il ne l’avertisse de ne pas pactiser avec l’ennemi. « Ne t’en fais pas pour moi », souffle-t-il, en direction de son coéquipier. « Evidemment », reprend-il quand Alvaro lui annonce que c’est leur équipe avant tout. « Mais il faudra que chacun y donne du sien ». Parce que Silvan, s’il voit que l’un d’entre eux, décide de ne pas faire d’effort pour l’équipe, le laissera sur le carreau, sans s’en soucier. Il l’a toujours annoncé : il n’était pas venu pour jouer en équipe mais il doit rebattre ses cartes et composer d’une nouvelle façon. En soi, ça ne le dérange pas mais il veut que chacun en fasse autant et qu’il n’y en a pas qui profite de l’investissement des autres par exemple, pas à ce stade du jeu. « Effectivement… mais c’était déjà écrit d’avance qu’ils allaient perdre des membres », confie-t-il. Il tend le bras pour se saisir de son verre d’eau et se désaltérer. Il ne dirait pas que c’était un résultat prévisible – il avait été surpris de l’abandon de Milan – mais quand on a un membre comme Neville, passif et sans intérêt pour les autres et le jeu, il ne fallait pas être surpris d’un tel résultat. Il repose son verre et sourcille légèrement, en écoutant son camarade. Il l’interroge sur sa colocation rêvée – décidément, il fait une fixette sur l’association Silvan – cabine, aujourd’hui –. « Hum », commence-t-il. Il ne réfléchit pas vraiment, il est concentré sur sa prochaine bouchée. « Poppy. Elle est sympathique, comme personnage… mais en y repensant, elle doit être aussi énergique que Chaim, le soir », émet-il. Il n’est pas certain que ce soit l’idéal pour lui. Même s’il ne serait pas contre de partager sa cabine avec la jolie blonde, au contraire. « Je crois que j’ai besoin de quelqu’un de calme et de discret, qui m’emmerde pas le soir quand je veux me coucher. Beth ou Ariadne, par exemple », commente-t-il. « Je ne sais pas vraiment si on peut appeler ça une colocation rêvée, après ». Lui-même ne sait pas vraiment sur quel critère il pourrait dire que tel ou tel candidat serait son camarade de chambrée rêvé. « T’as l’air déçu de mes réponses. Tu t’attendais que je te cite quelqu’un d’autre en t’expliquant que je voulais me la faire ? », qu’il ricane.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 1009
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 33
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : private investigator
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33K
AFFINITÉS:
the mirror will always know (vendredi, 12h30) Empty
MessageSujet: Re: the mirror will always know (vendredi, 12h30)   the mirror will always know (vendredi, 12h30) EmptySam 14 Juil - 15:10

Il s'en cache pas, il envisage d'aller rendre une petite visite à Estelle pour lui dire ce qu'il pense des restrictions qu'elle leur inflige depuis deux semaines déjà. C'est pas le but des consultations il le sait bien, et il est effectivement pas dit qu'il parvienne à obtenir un rendez-vous comme ça, donc le cubain n'exclue pas de s'inventer une bonne grosse migraine histoire d'être pris au sérieux par la chroniqueuse et d'obtenir une place. Le fait qu'il se dise prêt à mettre son honnêteté de côté semble laisser perplexe son camarade, ce dernier lui demande carrément s'il est de ce genre-là. « T'as jamais menti pour arriver à tes fins toi ? » il lui lance alors avec désinvolture. Alvaro ça lui est arrivé plus d'une fois, faut être malin dans la vie après tout, et pas hésiter à user de ses ressources quand on veut triompher sur une situation. Le cubain peut en oublier certains de ses principes quand il désire vraiment quelque chose, car pour ça tous les moyens sont bons. Il assumera s'il doit passer par là, et ne culpabilisera aucunement s'il doit se payer la tête d'Estelle ça c'est sûr. Silvan lui fait savoir qu'il a un peu négligé l'importance de se reposer ces dernières années, l'occasion pour Alvaro de l'interroger sur son boulot. Il se demande si le candidat, qui officie en tant qu'acrobate, part en représentations avec le cirque dans le monde entier ou s'il se limite exclusivement à la Turquie. Apparemment c'était le cas au début de sa carrière mais maintenant il lui arrive de tourner au-delà des frontières turques, il évoque l’Europe de l'est, ou encore Paris et Londres. Il ajoute qu'il était sur la piste la veille de sa sélection. « Et alors c'est pas trop dur de devoir "décrocher", c'est le cas de le dire ? » Référence au fait qu'il doit passer le plus clair de son temps suspendu, quand il travaille. Et une façon de lui demander si cette coupure et le fait de laisser le cirque derrière lui le temps de cette aventure est facilement gérable ou pas. Ils n'ont pas tous le même rapport au boulot, certains ont dû avoir beaucoup moins de mal à le quitter que d'autres en intégrant cette aventure. « C'était une vocation d'ailleurs à l'origine le cirque ? Parce que je suppose que c'est pas une voie dans laquelle on se lance par défaut, qu'il faut forcément un peu de passion à la base. » Enfin lui il suppose ça mais il est pas dans la tête de Silvan. Il a juste du mal à concevoir qu'on puisse choisir de faire carrière dans le cirque comme ça, sans aimer ça à la base, sans avoir de prédisposition ou d'attaches dans cet univers au départ. Car dans son cas c'est peut-être une tradition familiale, il sait pas. Voilà deux semaines aussi que Silvan partage la cabine de Chaim, les deux candidats étant destinés à rester liés dans cette aventure tant qu'ils auront une telle avance dans les points sur eux autres. Il sait que Silvan a pas forcément bien vécu son entrée avec son partenaire de chambrée le premier soir, du coup c'est l'occasion de le charrier un peu avec ça. Silvan il clarifie bien les choses, c'est Chaim qui peut plus se passer de lui et non l'inverse. Peu importe au final qui se raccroche à l'autre, le jour où ils en auront marre ils n'auront qu'à faire les plantes vertes sur ce bateau et là ils perdront leur avance dans les points de façon spectactulaire. Alvaro il voit bien que le Silvan il reste un peu sensible sur la question, faut pas l'embêter le type, y'a qu'à voir le regard qu'il lui lance quand il s'amuse à le taquiner un peu. Du coup il lui fout la paix, parce qu'il voit bien que son camarade le trouve super lourd, et lui-même commence à se lasser à vrai dire. Il l'avertit quand même, copiner avec un membre d'une équipe adverse peut s'avérer risqué et il lui conseille donc de veiller à ne pas franchir certaines limites avec Chaim. Parce que Alvaro il sait lui-même mettre des barrières avec les autres, mais il fait pas du tout confiance à ses coéquipiers pour ça, mais vraiment pas en fait. Là-dessus il pense être le seul capable de mettre des distances quand ça s'impose, les autres ont tous un bisounours caché en eux qui ne demande qu'à sortir, c'est bien connu. « C'est évident ça. Aucune passivité ne sera tolérée dans la team Bohol. » il affirme lorsque Silvan laisse entendre que chacun devra y mettre du sien dans cette équipe, un discours que ne peut qu'approuver le cubain. « Tiens d'ailleurs c'est qui pour toi le maillon faible de cette équipe ? » Il y en a toujours un n'est-ce pas, quoi que dans les autres teams ils doivent être plus nombreux, forcément ça compense le fait qu'ils aient écopé de la team la moins garnie au départ. Il lance un regard inquisiteur à son camarade. Silvan va-t-il assumer et donner un nom ? Alvaro il en a un tout trouvé lui, car y'a clairement un élément un peu fragile chez les Bohol, en tout cas à ses yeux. Une équipe a pas mal souffert au prime aussi, en perdant d'un coup deux de ses membres. Silvan il pense que c'était le destin des Tasman, et sûrement fait-il référence à la sortie de Neville qui était déjà quasi assurée. « Notre objectif doit être de ne pas perdre de membre sur les prochaines nominations, idéalement faudrait que les éliminés soient chez les Scotia pour équilibrer les choses et nous permettre même de passer en supériorité numérique. » Ils ont déjà pris l'avantage sur les Tasman, il ne manque plus qu'éliminer un peu de concurrence dans l'autre team pour que les choses prennent une tournure avantageuse pour eux. Alvaro il réfléchit même pas à qui compose l'équipe en question, de toute façon ils sont avant tout des adversaires pour lui, tous autant qu'ils sont. Il interroge ensuite Silvan sur la colocation qui le fait rêver, car on lui fera pas croire qu'il veut se coltiner Chaim toutes les semaines, il a forcément déjà pensé à d'autres cas de figures qui lui plairaient bien. « Elle est tout à fait vivable Poppy, énergique oui mais juste ce qu'il faut. Je lui fais un peu de pub parce qu'en tant que partenaire de cabine elle assure je dois dire. » Il est pas sûr que ce soit trop comparable à Chaim en fait. Alvaro c'est pas le gars qui pourrait facilement supporter d'avoir une pile électrique avec lui au quotidien, et pour cause. « Je peux te dire que je vois la différence cette semaine avec Bryce. Elle est tellement bruyante, je crois pas que tu supporterais. » il ajoute avant de se marrer. Bryce c'est un phénomène, mais c'est surtout leur coéquipière alors Alvaro il prend sur lui depuis samedi soir. C'est pas une colocation évidente, mais va falloir tenir jusqu'à la fin de la semaine comme ça. Silvan il a besoin de quelqu'un de calme et de discret comme il dit, alors non Bryce c'est vraiment pas pour lui c'est clair. Il cite les noms de Beth et d'Ariadne. « Je pense que ça doit être assez reposant avec elles deux oui. » il approuve alors. Deux candidates pas du tout réputées pour foutre le boxon sur ce bateau, elles sont assez discrètes au quotidien et donc supposément faciles à vivre. Silvan il se dit que le cubain est peut-être déçu par ses réponses, ce à quoi il lui répond dans un sourire en coin « Tu l'as pas dit comme ça, mais tu veux peut-être te les faire quand même. » Il a lui-même reconnu qu'on pouvait pas forcément parler de colocation rêvée, alors si ça se trouve il a autre chose en tête le Silvan. Comme partager sa cabine avec l'une ou l'autre et mettre la semaine à profit pour tenter une approche, tout ça, tout ça. « La fille au nom de fleur c'est du passé, t'as forcément quelqu'un d'autre en vue. Et tu me vois venir, je pense... » Il poursuit pas, mais ça veut dire « allez dis-moi tout » avec le regard qui va avec. Alvaro il a fini par identifier la nana dont lui avait parlé Silvan, c'est celle qui a abandonné en début d'aventure et qui était à fond dans l'univers Disney. Silvan ça pas l'air d'être un mec exclusif, maintenant que Rose n'est plus là il ne doute pas qu'il a déjà fait ses petites repérages et a une nouvelle demoiselle dans son viseur. Laquelle, c'est bien la question.

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
Silvan
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1941
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 26
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
the mirror will always know (vendredi, 12h30) Empty
MessageSujet: Re: the mirror will always know (vendredi, 12h30)   the mirror will always know (vendredi, 12h30) EmptyMar 17 Juil - 19:31

Aussitôt son camarade lui demande s’il n’a jamais menti afin de parvenir à ses fins. Silvan joue quelques infimes secondes avec ses sourcils, avant de lui répondre, un large sourire au bord des lèvres. « J’ai sûrement dû essayer, par le passé, mais je dois avouer que je suis un très mauvais menteur », qu’il s’esclaffe, tout en se confiant. Le métis n’a jamais réussi à bluffer son entourage, ceux qui gravitent autour de lui. Au poker, il serait un piètre joueur, il en est persuadé. Il note toutefois que son coéquipier est de ceux qui agissent en bluffant. Il y a quelque chose qui en son for intérieur lui dit de se méfier de lui. Qu’est-ce qui lui dit qu’il ne se comporte pas en toute sympathie avec lui pour mieux la lui faire à l’envers, finalement ? Il ne sait pas. Il garde tout cela, dans un coin dans son esprit. Alvaro le questionne ensuite sur son quotidien à l’extérieur. Silvan n’a pas la prétention de dire qu’il fait le tour du monde. Seulement celui de la Turquie, de l’Europe de l’Est. Il sait que sa troupe a une certaine notoriété mais il ne se rend pas compte de leur succès hors des frontières turques. Silvan ne foule pas le sol de la piste pour la gloire, il le fait avant tout pour lui. Juste avant sa sélection pour l’émission, il était sur la piste pour exécuter son numéro travaillé depuis des années. Le brun lui demande s’il n’est pas trop dur de décrocher. Un sourire se peint sur les lèvres du turc. Il hausse légèrement les épaules. « Un peu… », émet-il. « …mais je sais que c’est un arrête de… courte durée, que je serai de retour à ma sortie ». Il ne s’en formalise pas plus que cela. Il sait que cela qu’un arrêt de quelques semaines, quelques mois. Ce n’est pas comme si quelqu’un l’obligeait à décrocher définitivement après cette émission. Certes, il se lève parfois avec cette étrange sensation de ne pas pouvoir répéter, ne pas pouvoir faire ce qu’il sait faire de mieux – ce n’est pas pour autant qu’il envisage de s’arrêter le plus rapidement possible, dans cette émission de téléréalite. « Je ne sais pas si on peut appeler une vocation », émet-il, en réponse à la question d’Alvaro. « ...enfin si par là, tu imagines quelque chose que je visais depuis tout petit ou que c’est une tradition familiale. Ma mère est secrétaire, donc rien à voir avec le cirque », qu’il réplique dans un sourire amusé. « Je suis tombé tardivement dedans, à vrai dire. Mais je savais que la première fois que j’ai touché à ça, c’est ce que je voulais faire de ma vie », scande-t-il. C’est une passion découverte sur le tard mais la preuve est que l’on peut se découvrir une vocation à n’importe quel âge, pas seulement à l’époque du bac à sable. Ils viennent finalement à discuter de son camarade de chambrée avec qui le métis partage sa cabine depuis déjà deux semaines. Son coéquipier le met en garde de ne pas copiner avec le français. Il n’a pas de crainte à avoir à ce niveau de la compétition. Silvan n’est pas de ceux qui s’attachent facilement aux autres. Il passe difficilement le stade de la méfiance. Il doit parvenir à avoir confiance à ceux qui l’entourent pour pouvoir s’attacher à eux. Certes, il s’entend bien avec certains de ses camarades, plus avec quelques uns mais il ne pourrait pas parler d’affinité. Quant à son équipe, Silvan reconnait qu’ils devront chacun y mettre du sien. Il avait annoncé à Eben, la semaine dernière, qu’ils devront unir leur force. Tous les six devront unir leur force s’ils veulent parvenir jusqu’à la fin de ce jeu en équipe. Ils devront avancer ensemble, main dans la main, pour réussir. Il hoche la tête quand Alvaro affirme qu’aucune passivité ne sera tolérée dans leur équipe. Leurs deux jeunes hommes sont sur la même longueur d’onde, à ce sujet. Son coéquipier le questionne alors sur le maillon faible probable de la team Bohol. « Humm, Nora ? », scande-t-il. « Je me dis que si pour une activité individuelle, elle ne s’investit pas et ne prend même pas la peine de faire un petit effort ; qu’est-ce que ça sera lorsque ce sera des activités par équipe ? ». Il l’a annoncé : chacun devra y mettre du sien. Peut-être que par la suite la rousse lui montrera qu’il se trompe à son sujet. Il ne demande que cela qu’elle lui démontre qu’il fait fausse route. « Et pour toi, donc ? ». Parce que si son camarade lui pose la question, c’est sûrement parce qu’il a une idée bien précise du maillon faible de leur équipe. Ce n’est peut-être pas la même personne que lui. Quant aux autres équipes, l’une d’entre eux a pâti de deux éliminations, lors du précédent prime. Des éliminations peu surprenantes, si ce n’est l’abandon de Milan. « Effectivement », émet-il suite aux paroles du brun. « Nous verrons bien demain soir qui le public aura décidé de sauver… », continue-t-il. Silvan a conscience qu’ils n’ont pas le pouvoir d’éliminé tel ou tel candidat, dans cette aventure. Alvaro le questionne par la suite sur sa colocation rêvée. Il ignore les raisons de cette interrogation soudaine. Le turc cite Poppy, dans un premier temps, comme étant sa colocation rêvée, bien qu’elle semble aussi énergique qu’un Chaim. Il porte à sa bouche une fourchette de sa salade, alors que la voix de son interlocuteur résonne de nouveau. La jolie blonde serait tout à fait vivable, selon lui. Un large sourire se peint sur les lèvres du métis. « C’est vrai que ça me convainc ce que j’entends là », souffle-t-il, concernant les propos d’Alvaro à l’égard de Poppy. Le cubain lui confie sa cohabitation avec Bryce, cette semaine. Elle est tellement bruyante, selon lui Silvan ne pourrait pas supporter. « Ouais, ce n’est pas contre elle mais j’ai besoin de calme la nuit, moi », confie-t-il. Il aimerait bien partager sa cabine avec quelqu’un de discret et qui ne le dérange pas quand il veut se coucher, une personnalité comme Thom avec qui il avait partagé une cabine, lors de la première cabine. Ainsi il cite Ariadne et Beth comme des candidates avec qui il pourrait partager sa cabine. Cela ne serait peut-être pas la colocation de rêve mais sûrement reposante pour lui. Son camarade semble approuver. « Non », souffle-t-il, quand son interlocuteur sous-entend qu’il veut peut-être se les faire. Il arque un sourcil, quand Alvaro cite Rose – enfin « la fille au nom de fleur –. C’est du passé, d’après Alvaro. Et le turc aurait forcément quelqu’un d’autre en vue. Silvan ne peut s’empêcher de laisser échapper un éclat de rire. « Personne en vue », émet-il.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: Les archives du château :: ARCHIVES SAISON 11 :: Onzième Saison-
Sauter vers: