Partagez | 
 

 bubbles (S3, samedi, 8h36)

Aller en bas 
AuteurMessage
Beth
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 591
AVATAR : anne hathaway
LOCALISATION : Londres
MÉTIER : Professeur de biologie


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: bubbles (S3, samedi, 8h36)   Mar 10 Juil - 19:41

bubbles
@Jun

C’est, cette fois ci, avec un but bien précis en tête que j’enfile mon maillot de bains. Contrairement à la semaine dernière, je le mets volontairement et ne subis par cette tenue vestimentaire. Je pousse même le vice à enfiler une robe par-dessus mon bikini, juste parce que je peux le faire, et que Nathan ne pourra rien dire : j’ai relevé son défi, haut la main. Je ne peux m’empêcher de me dire que j’aurais probablement gagné de l’argent si il s’était un peu arrangé avec la production, ça aurait pu être sympa, de voir mes efforts récompensés… Mais bon, j’ai toujours dit que l’argent n’était pas ma motivation première dans cette aventure, ce n’est pas le moment de me faire mentir. Non, aujourd’hui je me lève tôt, enfin aussitôt qu’Estelle nous le permet. Comme tous les jours, je suis debout bien avant l’alarme qui retentit dans tout le bateau, si bien que c’est habillée, bien réveillée et prête que je bondis de mon lit, à 8h pétantes.
Quelques minutes après, après avoir avalé un thé et une tartine, je rejoins la destination que j’avais en tête depuis mon réveil : le spa. Je ne sais pas trop pourquoi, mais je n’y suis pas vraiment allée depuis le début de l’aventure, c’est une pièce bien éloignée de ce dont j’ai l’habitude, d’ordinaire. Je ne suis pas une fille qui apprécie particulièrement le luxe et dépense des sommes considérables dans des activités, comme celle-ci, que je considère futiles et accessoires. Mais dans la mesure où elle est à ma disposition, et gratuitement qui plus est, il serait bête de s’en priver. Après avoir abandonné ma robe et mes chaussures sur le dossier d’un transat, je fais quelques pas au bord de l’eau, pour en tâter la température. Pile au moment où j’allais me décider à pénétrer dans le bassin, j’entends quelqu’un arriver. Aussitôt, je me retourne pour découvrir @Jun. Je lui souris en disant : « Oh, c’est toi !? Je ne savais pas que je n’étais pas la seule à être si matinale… » La plupart de nos camarades sont encore en train de lutter pour s’extirper, malgré eux, des bras de Morphée tout en maudissant la chroniqueuse-docteure.

_________________
living in black and white
Revenir en haut Aller en bas
Jun
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 452
AVATAR : jing wen.
ÂGE : 25
LOCALISATION : londres, uk.
MÉTIER : employée du bureau des objets trouvés du métro londonien.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE:
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: bubbles (S3, samedi, 8h36)   Ven 13 Juil - 1:13

J'abandonne Ugo qui se traîne douloureusement dans ses draps, en tentant de grappiller quelques minutes de sommeil en plus malgré les ordres du docteur. Moi, je suis réveillée depuis un moment, depuis presque aussi longtemps que le soleil qui brille déjà pas mal contre le hublot de la cabine. J'aime le matin, j'aime le début de la journée et sa douceur, j'aime me réveiller tôt et sentir que les heures comptent. Je n'ai jamais été capable de dormir après neuf heures et rien que ça, c'est un strict maximum difficile à atteindre. En même temps, je n'ai jamais été habituée à paresser. Chez moi, quand j'étais plus jeune, je me levais tôt le matin et je faisais le ménage et je préparais mon déjeuner avant de partir à l'école. A force, c'est devenu une habitude et même un plaisir d'avoir devant moi toute une journée pour profiter de ce que je veux faire ou pour simplement faire ce que je dois faire. Alors me voilà, à huit heures et demi, déjà lavée et nourrie, déjà vagabondant sur le bateau sans croiser personne. J'aime aussi ces moments de silence, où je n'entends rien d'autre que les cliquetis du bateau et le ronronnement de la mer. Les autres sont là mais pas vraiment là. Présents sans l'être. Pourtant, ce n'est pas vers le pont que je me dirige, comme j'aurais pu le faire pour profiter de la brise matinale, mais vers le spa. Une illumination soudaine. Je n'ai encore jamais pris la peine d'y aller pour de bon, pour faire usage de ce qui y est proposé. Je ne sais pas si je serais à l'aise de le faire en présence d'autrui, alors je profite du coma généralisé pour m'y glisser doucement. Et là, de façon totalement improbable, je tombe sur Beth, aussi matinale que moi, et aussi étonnée que moi de la présence d'une autre âme. « Oh je n'aime pas traîner au lit, je suis toujours réveillée avant huit heures » je souris doucement. Pour elle, je serais sûrement l'élève rêvée des classes du matin. Déjà alerte malgré l'heure. Je m'approche finalement pour déposer mes affaires sur la chaise longue à côté de la sienne et aller m'asseoir sur le rebord du bassin qu'elle convoitait, les genoux entourés de mes bras et serrés contre ma poitrine. « On pourrait prendre le petit déjeuner ensemble demain, si je reste ? » je propose alors joyeusement. En Chine, les repas, c'est synonyme de partage, de communion, d'échange. Sans aller dire que c'est festif, c'est quelque chose qu'on aime vivre ensemble. Quand je suis arrivée en Angleterre, la différence de perception et même de pratique m'a longtemps laissée perplexe. Ici, enfin, en Angleterre, c'est chacun son assiette, chacun son plat, chacun paie sa part, alors que de là où je viens, on commande plein de plats pour tout le monde, puis chacun pioche dedans pour prendre ce qu'il veut et, à la fin du repas, lorsque l'on est sorti manger dehors, il y en a toujours un pour aller payer pour tout le monde discrètement. Moi, j'ai gardé ce goût du partage de la nourriture et des grands repas. Quand je suis amenée à manger seule, que ça soit ici ou chez moi, à Londres, ce n'est jamais vraiment pareil. Parfois, c'est sympa, mais souvent, c'est juste bizarre. « Comment tu trouves, tout ça ? » je reprends, en désignant d'un vague geste de la main, tout ça. Le bateau, le jeu, les gens. Beth, on s'est promis qu'on se laisserait pas être changées. On n'est pas en permanence l'une près de l'autre mais je n'oublie pas que je me suis engagée et je tiens toujours mes engagements. « Il y a des gens qui t'inspirent ? » et je souris. Elle aimait bien Phil, mais ça fait un moment (ou ce qui parait être un bon moment) qu'il est parti, alors il y a surement d'autres candidats ou candidates qui sont entrés dans ses bonnes grâces.

_________________
我去哪裡都沒關係。 我是。
 
well, there you go again, acting like it's all about you and there you go again talking, talking, talking, no clue.
Revenir en haut Aller en bas
Beth
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 591
AVATAR : anne hathaway
LOCALISATION : Londres
MÉTIER : Professeur de biologie


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: bubbles (S3, samedi, 8h36)   Mar 17 Juil - 23:59

« Oh je n'aime pas traîner au lit, je suis toujours réveillée avant huit heures » C’est probablement quelque chose que j’aurais du, ou pu, remarquer lors de notre première semaine sur le bateau, alors que Jun et moi partagions la même chambre. Mais j’ai passé tellement peu de temps dans cette cabine pendant ces premiers jours, persuadée qu’il fallait que je sois visible des caméras et des autres candidats tous les jours, tout le temps. Je n’ai pas forcément fait attention aux faits et gestes de mon ancienne colocataire, probablement aussi parce que je supposais qu’entre le décalage horaire et le fossé entre son ancienne vie et ce jeu, le rythme de chacun se perd un peu. Elle s’assied près du bassin et je prends place à ses côtés, à la seule différence que je plonge mes jambes dans l’eau, jusqu’aux genoux. « On pourrait prendre le petit déjeuner ensemble demain, si je reste ? » Je souris à cette délicate attention en tournant la tête pour la regarder.  « J’aimerais beaucoup. » Le matin le soleil est encore tiède, la brise vive et les esprits neufs. C’est assurément mon moment préféré de la journée, c’est trop tôt pour les déceptions, les déconvenues et pour avoir vu son moral d’entacher par quoi que ce soit. Alors oui, un petit déjeuner avec Jun, ça me parle beaucoup.
Nous restons toutes deux silencieuses pendant un temps. Elle est l’une de ces rares personnes sur la bateau avec qui je m’autorise à ne rien dire pendant un moment, sachant pertinemment qu’elle ne m’en voudra pas et qu’elle fonctionne un peu comme ça aussi. A quoi bon se forcer quand on a rien à dire ? Ce n’est pas parce qu’on ne parle pas que la compagnie est mauvaise, loin de la. Il en faut beaucoup pour avoir le courage de laisser la quiétude s’installer. « Comment tu trouves, tout ça ? » Le regard fixé sur l’eau qui s’agite, je ne sais pas trop quoi lui répondre. « Je ne sais pas vraiment... C’est si... différent. » L’environnement, les gens, le luxe, les activités... Rien ne ressemble à mon quotidien. C’est à la fois absolument terrifiant et terriblement vivifiant. « Je crois que ça me fait du bien. Je rencontre des gens que je n’aurais jamais croisés autrement... Mais ce serait te mentir que de dire que je n’ai pas hâte de rentrer chez moi. Enfin, j’ai hâte, mais le plus tard possible. Ca n’a aucun sens, mais si la première semaine je me serais probablement fichue d’être éliminée, je suis désormais déterminée à aller le plus loin possible dans la compétition. « Il y a des gens qui t'inspirent ? » Je m’arrête pour réfléchir et faire une petite retrospective sur les rencontres que j’ai pu faire. « Globalement, je m’entends bien avec tout le monde, à deux ou trois exceptions près. Mais il y a certains candidats avec qui j’ai pu avoir de jolies conversations... Hunter, Silvan, Poppy. » Des petits moments hors du temps, avec chacun d’entre eux, et des discussions que je n’aurais probablement jamais cru avoir. Au premier abord, rien ne nous prédestinait à bien nous entendre, mais pourtant, sans qu’on ne sache l’expliquer, parfois ça colle, tout simplement, alors qu’avec Heather c’est une autre histoire. J’ai pu voir plusieurs commentaires sur les réseaux sociaux nous imaginant ensemble, et pourtant elle est assurément l’une de celles avec qui j’ai le moins d’affinités. Comme quoi... « Et toi alors, tu te plais finalement sur ce bateau ? » Comme moi, la première semaine, la chinoise n’était pas vraiment sereine, mais j’espère que, comme moi ici aussi, elle aura su trouver des aspects positifs à son aventure.

_________________
living in black and white
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Operasyon Bagdag 2 di Jean Mari Samedi pot parol baz lavalas
» samedi 7 janvier
» Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]
» Hebergement samedi soir
» Samedi 13 Juin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: Les archives du château :: ARCHIVES SAISON 11 :: Onzième Saison-
Sauter vers: