Isis. (jeudi à 18h50)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 113
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 28


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Isis. (jeudi à 18h50)   Sam 14 Juil - 2:47

@Jun

Livia, elle en a marre de tout ça. Elle en marre de cette position géographique foireuse qui gâche tout à la fête qu’elle se faisait de passer plusieurs semaines à pouvoir bronzer au calme sur une chaise longue. Le soleil, il est d’ores et déjà en train de baisser dans le ciel, menaçant de laisser place à l’obscurité. Elle aimerait bien grappiller encore quelques instants à baigner dans ses rayons, mais si Livia obtient toujours tout ce qu’elle désire, son influence s’arrête à la rotation de la planète. Depuis qu’elle a rejoint le bateau au moment où il faisait escale à la Nouvelle-Orléans et maintenant, ils ont perdu une bonne heure de soleil. Tout le monde a l’air de s’en foutre, mais Livia, c’est le genre de choses qu’elle remarque. On essaye de les endormir à ce propos en les forçant à s’enfermer dans leurs cabines respectives pendant une grande partie de la nuit. Ainsi, ils se rendent moins compte que cette dernière est en train de se rallonger. Livia, elle n’a rien contre les rencontres nocturnes. Il y a une ambiance, quelque chose d’assez spécial et magique quand on se promène sur le pont passé minuit, mais elle n’en reste pas moins une fille du soleil. Elle se laisse guider sur le pont A supérieur, longeant la promenade couverte qui fait le tour de l’étage. Elle aimerait bien se dégoter le spot parfait pour suivre le coucher de soleil, mais il semblerait que celui-ci soit déjà occupé par Jun. Livia, elle s’approche, arborant un sourire tranquille avant même d’être arrivée aux côtés de la candidate. Ses prunelles se promènent sur l’horizon qui s’offre à elles, silencieusement, lui laissant le temps d’appréhender l’invasion de la tornade italienne. Jun, elle fait un peu office d’OVNI sur le bateau. Personne ne pige réellement son mode de fonctionnement. Forcément, elle attise un peu la curiosité de ses camarades qui se questionnent sur le secret qu’elle est venue défendre dans l’émission. Ils réclament des indices à ce sujet, mais ils n’en sont pas moins incapables de la comprendre. Livia, ça ne lui plait pas trop de voir la jeune femme sur le banc des nominés et pas seulement parce qu’elle s’est lancée sur la piste de ce qu’elle a à cacher ici. A l’image du reste des candidats, Jun l’intrigue, mais elle n’en a suffisamment rien à foutre du jeu pour juste s’arrêter à l’intérêt que sa cagnotte pourrait représenter. Elle n’a pas vécu la confrontation qu’elles ont toutes les deux partagées comme un moyen de percer son secret. Livia, elle a surtout posé des questions qui l’intéressait et elle compte bien poursuivre sur sa lancée pour étayer le portrait qu’elle a commencé à se faire mentalement de la jeune femme. Elle reste silencieuse un petit moment à ses côtés, son regard se perdant dans l'étendue bleue qui lui fait face. « Ca m’a toujours étonnée cette différence temporelle qu’il y a d’un endroit à un autre sur la planète. » elle expire en venant briser la quiétude du lieu. Livia, elle n’est pas non plus complètement conne, elle sait comment ça fonctionne. Tout dépend de la latitude du point concerné, de la période de l'année qui apporte encore d'autres variations. L’éclaircissement à la surface de la Terre se veut inégal selon où l’on est localisé. « On commence à se rapprocher de l’équateur. Ça signifie que la durée du jour va de plus en plus s’égaliser sur celle de la nuit. » elle souffle, pensivement, les yeux rivés sur l’horizon. « Et quand on l’aura dépassé, on va perdre en durée d’ensoleillement. » Elle est là l’arnaque. Au final, on les aurait laissés se la couler douce dans un domaine de William en Angleterre, ça aurait certainement eu moins de panache sur le papier, mais ils auraient pu davantage profiter de l’été. Livia, de toute façon elle est déçue. Elle qui joue à la princesse depuis toujours, elle se voyait bien évoluer dans un château à la hauteur du rôle de sa vie. A la place, elle se coltine un bateau de croisière comme elle en a vu d’autres, d’autant plus chez les partenaires d’affaires de son paternel qui sont assez friands du concept du Yacht pour profiter de leurs jours de vacances. Boire un verre à la lumière du coucher de soleil, ce ne sera bientôt presque plus possible sans passer pour un alcoolo. Autant quand il est l’heure du dîner c’est plutôt sympa, mais plus les jours se rétrécissent, plus ça devient chelou.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 278
AVATAR : jing wen.
ÂGE : 24
LOCALISATION : londres, uk.
MÉTIER : employée du bureau des objets trouvés du métro londonien.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 26 000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Isis. (jeudi à 18h50)   Mer 18 Juil - 14:12

Le pont promenade est beau, à cette heure-ci de la journée. La lumière est brouillée, multicolore et tous ces paramètres que connaissent les photographes mais qui, pour moi, la rendent seulement jolie et douce et agréable. Il fait sombre et clair en même temps. Chaud et froid en même temps. C'est le moment où le ciel et la terre se rencontrent enfin. Et moi, au milieu. Je suis assise sur le pont promenade depuis un moment, maintenant, mon petit cahier et quelques crayons posés à côté de moi. J'ai passé une bonne heure à dessiner, à griffonner tout et n'importe quoi, la mer, le ciel, le soleil, les gens qui passaient. C'est Wyatt qui m'a donné envie de dessiner. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais depuis deux jours, j'ai les doigts qui fourmillent, je suis mue d'une envie presque tangible de créer quelque chose, de produire, d'inscrire une trace de ce que je vis. Pas à sa façon, parce que je ne fonctionne pas à la nostalgie, aux souvenirs, ni même d'aucune façon comme lui. Je dessine pour moi. Pour satisfaire l'envie de témoigner de ce que j'ai vu ou pensé. Je dessine ou m'efforce de dessiner ce que j'ai dans la tête parce que c'est parfois le seul moyen que j'ai pour le faire - pour expliciter tout ce qui tourbillonne dans mon esprit, toute la journée et toute la nuit. Comme une pensine sauf que moi, je vais jamais revoir mes souvenirs. Des fois ça marche, mais la plupart du temps, ça ne m'aide pas vraiment. Alors je dessine juste pour dessiner. Simplement par envie et sans grand talent. J'inspire longuement, les genoux relevés contre ma poitrine. Le monde parait si grand. Si hostile, parfois. Aujourd'hui, pourtant, je me sens en paix. Les couleurs apaisantes du soleil couchant me réchauffent du constant horizon bleu et froid. C'est beau, la mer, c'est infiniment beau, mais je sais que d'ici quelques semaines, si je reste encore jusque-là dans le jeu, j'en aurai marre. Je n'aime pas le bleu. Si au moins, on avait de la terre en fond. Des paysages, des pays, des choses.  Des bruits de pas me sortent de ma torpeur, alors. En redressant un regard neutre, je capte la présence de Livia que j'accueille sans rien dire. Drôle de personnage, Livia. Je ne sais pas encore si je l'apprécie ou pas. Parce qu'on n'a pas encore eu l'occasion de parler réellement en-dehors du contexte de la confrontation qui biaise vachement les choses. Parce qu'elle est étrange aussi. Pas étrange dans le mauvais sens, nécessairement. Elle est juste complètement étrangère à tout ce que je connais. En l'observant de loin à l'occasion et en entendant ça et là des choses, je ne pense pas avoir jamais rencontré quelque comme elle. Elle me laisse encore interdite lorsqu'au bout d'un moment, sa voix perce le silence. Au début, je la suis facilement dans son dédale de pensée. Lorsque je suis en Angleterre, je sais toujours exactement quelle heure il est à Beijing. Ce n'est pas une connaissance que j'ai volontairement, c'est mon esprit qui s'est de lui-même bloqué sur ce fuseau horaire. C'est instinctif. Ici, je ne sais ni l'heure qu'il est à Beijing, ni l'heure qu'il est en Angleterre. Est-ce qu'ils ont déjà vu ce couché de soleil, il y a quelques heures ? ou est-ce cette moitié qui se cache sous la mer apparaît en ce moment même au-dessus de leur horizon à eux ? J'oublie presque d'écouter le reste de ses paroles et, d'un coup, je suis paumée. Bien sûr, j'ai appris le principe de l'équateur, des méridiens, je sais comment la Terre et l'univers fonctionnent. Mais je ne comprends pas où elle veut en venir. Ou plutôt, je ne comprends pas l'intérêt de sa réflexion. Je veux dire, c'est comme ça que fonctionnement les saisons, non ? « Tu travailles comme miss météo ? » je demande finalement, d'un air interrogateur. Je ne veux pas me moquer, c'est simplement pour piger. Elle a le physique d'une miss météo, en tout cas. Livia, c'est probablement la plus belle candidate du jeu. Enfin, personnellement, je trouve que c'est Leela la plus jolie, mais Livia, elle doit en faire tourner des têtes. Elle a l'air de toujours savoir ce qu'elle veut et ce qu'elle fait, ce qu'elle pense et ce qu'elle fait penser. C'est ce genre de beauté qu'elle a. Le genre armée. Peut-être à tort, je l'imagine plutôt intelligente, Livia. Roublarde, même. C'est pour ça qu'elle a une beauté armée. Alors peut-être que c'est important, en fait, le temps d'ensoleillement. « Tu n'aimes pas la nuit ? » Moi, j'en sais trop rien. J'aime le matin, j'aime les petites heures du jour, quand la ville est encore groggy et endormie, quand la brume des yeux encore fermés remplace le fourmillement de la masse grouillante. C'est une atmosphère unique, le matin. La nuit, c'est différent. Je crois que je l'aime plus que le reste du jour, qui m'étouffe et m'oppresse. Elle n'est pas là parce qu'on y est obligé, elle est là parce qu'on l'a choisie. « Les gens sont moins hypocrites, la nuit. » je souffle en détournant la tête pour perdre mon regard dans l'océan qui me parait infini. Pourquoi, je n'en sais rien. Peut-être parce qu'ils ont le sentiment que la journée est terminée et, avec elle, les obligations sociales qu'on leur impose, si bien qu'ils ne doivent plus rien à personne.

_________________
我去哪裡都沒關係。 我是。
well, there you go again, acting like it's all about you and there you go again talking, talking, talking, no clue.
Revenir en haut Aller en bas
 

Isis. (jeudi à 18h50)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Isis
» I don't love you like I loved you yesterday ۴ ISIS
» Detroit: Je serai absent due mardi 25 octobre aux jeudi le 27 octobre
» Seth a une soeur : Isis !
» Isis Nial, en vie aux dernières nouvelles....[Terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: PONT PROMENADE-
Sauter vers: