Ève. (lundi à 23h20)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 354
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 29


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 32 397£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Ève. (lundi à 23h20)   Lun 23 Juil - 15:07

@Silvan

Elle ne sait pas quoi faire ce soir, Livia. Elle se laisse guider sur le bateau sans réel objectif géographique à atteindre. Elle trouve stupide l’idée de rejoindre sa cabine maintenant, malgré son manque de conviction quant aux activités qui se présentent à elle, après toute la semaine de confinement nocturne qu’on leur a imposée. Il n’y a plus de couvre-feux, elle se sent presque obligée d’en profiter, filant du côté du pont extérieur. Son regard se laisse capturer par la présence de Silvan au niveau du coin terrasse et elle se décide à le rejoindre, espérant trouver en sa compagnie de quoi endiguer l'ennuie auquel elle est sujette ce soir. Livia, elle s’assoit sur un transat en face du candidat. Elle croise les jambes et sort son briquet pour laisser l’extrémité de sa clope qui se trouve toujours coincée au coin de ses pulpeuses s’embraser au contact de la flamme. Elle tire sur sa cigarette, avant de planter son regard félin sur le candidat. « Tu en veux une ? » elle propose en lui présentant son paquet depuis sa place. Les yeux de Livia caressent le visage de Silvan en douceur. Elle lui adresse un demi-sourire indescriptible alors que la réponse tarde à venir selon les critères de l’impatiente italienne. « Je n’aime pas fumer non accompagnée. Est-ce que tu veux que je me sente seule ? » elle l’interroge un peu railleuse, un peu tentatrice en même temps, la main toujours tendue dans sa direction, comme si elle essayait de le corrompre. Livia, elle a le don pour faire passer une simple cigarette pour le fruit défendu dans lequel on hésite à croquer. Il est séduisant, très tentant, mais on sait aussi que lui céder risque d’apporter son lot de problèmes. « On peut aussi partager celle-ci… » Elle hausse les épaules. Elle ne sait pas si Silvan fume. Elle ne l’a jamais vu faire, mais c’est vrai qu’ils ne se fréquentent pas beaucoup sur le bateau. Peut-être qu’une entière, ça fait un peu beaucoup pour lui s’il n’est pas un consommateur régulier. « On est plus à ça près, toi et moi. » elle ajoute dans un sourire, leur prêtant une toute nouvelle intimité qu’elle n’est pas sûre qu’ils partagent réellement. Avec lui, elle a l’impression de tout faire à l’envers. La première fois qu’ils se sont réellement parlés tous les deux, il ne lui a pas fallu plus de dix minutes pour faire tomber tous ses vêtements. Il ne se rend pas trop compte Silvan, mais il est nettement privilégié par rapport aux autres hommes du bateau qui auraient sans doute appréciés de profiter eux aussi du paysage. Il l’a vu nue et Livia, elle aime bien ce petit détail qui change tout dans son attitude à son contact, entre puissance et vulnérabilité. Elle n’a pas réussi à comprendre ce qu’il pensait d’elle lors de leur petit atelier de dessin improvisé, parce qu’il est très doué pour apposer un certain détachement lors de leurs échanges. Il joue le jeu, mais il n’entre jamais totalement dans la danse. Elle ne sait pas quoi en penser, Livia. Elle aimerait bien comprendre, découvrir ce qu’il pense d’elle et de ses courbes, parce que c’est le genre de choses qui lui importe beaucoup, surtout cette semaine. La dernière fois, il n’a rien dit, ni rien laissé paraître. Et elle, maintenant, elle se ressasse sans fin les événements comme une conne, jusqu'à finir par tenter de remettre sur le tapis le sujet pour grappiller les pensées du garçon.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Ève. (lundi à 23h20)   Lun 23 Juil - 20:38

Il y a encore une semaine, il rythmait ses journées avec le couvre-feu imposait par Estelle. Il se rendait à vingt-trois heures dans sa cabine et terminait sa soirée par occuper son temps comme il pouvait. Alors au début, il passait le temps avec sa tablette, dans l’obscurité de sa cabine, ensuite il trouvait des stratagèmes pour inviter le sommeil à s’éprendre de son être. A présent, il n’a plus à ruser pour trouver le sommeil. Il l’invite quand il le veut. Silvan erre dans la bateau, avec son livre à la main – oui, celui que Poppy lui a dit de lire ; le simple fait qu’il lise ce fichu livre lui fera plaisir, parait-il –. Il finit par atterrir sur la terrasse, par une force qu’il ne saurait nommer. Il prend place sur l’un des fauteuils, étirant ses longues jambes. Ce soir, il n’a rien de prévu. Comme chaque soir. Ce n’est pas comme s’il programmait ses soirées. Il lui arrive parfois de décider avec l’un de ses camarades de passer un peu de temps avec celui-là mais ces moments organisés sont rares. Il redresse la tête quand il remarque qu’il est rejoint par l’une de ses camarades. Il reconnait la silhouette de @Livia. Silencieux, il suit son déplacement. Ils n’échangent pas un seul mot. Il la guette du regard, alors que la belle brune s’installe en face de lui. Il sourcille quand elle lui adresse la parole. Il n’a pas le temps de répliquer que déjà la voix de l’italienne vient enivrer l’endroit. Elle lui dit qu’elle n’aime pas fumer non accompagnée puis lui demande s’il veut qu’elle se sente seule. Un sourire étire ses lèvres. Il daigne enfin prendre la parole. « Il n’y a que pour fumer que tu n’aimes pas être non-accompagnée ? », qu’il l’interroge. Il plante son regard vert dans l’ébène de son regard, tentant de la sonder. Il ne perd pas son sourire. Il a conscience de ne pas avoir répondu à sa question. Elle lui fait remarquer finalement qu’ils peuvent partager celle-ci, désignant à l’occasion la cigarette qu’elle tient entre ses mains. Dans la catégorie des fumeurs, Silvan se classe dans les fumeurs occasionnels. Il fume de temps en temps, avec ses potes. Ses soirées se terminent souvent autour d’un narguilé. Il se souvient de cette confidence lui avait valu les remontrances de Poppy. Il sourit de plus bel, quand elle lui fait remarquer qu’ils ne sont plus à ça près, elle et lui. « Effectivement », émet-il. Il croit savoir à quoi elle fait allusion. A leur entrevue de la semaine passée, dans un cadre purement artistique. Il se redresse légèrement et tire son bras vers la jeune femme pour se saisir de sa cigarette. « D’ailleurs », commence-t-il, en portant à ses lèvres la cigarette, « tu l’as gardé ? », qu’il la questionne en plantant son regard dans le sien. Il ne la quitte pas du regard, il a envie de capter chacune de ses infimes réactions qu’il pourra lire sur son visage, dans son regard, dans le son de sa voix. Il tire la cigarette. « Ou c’était juste pour faire parler les autres ? », continue-t-il. Est-elle sincère sur le réseau social ou a-t-elle bluffé ? Silvan n’a pas pris part aux échanges sur le réseau social. Il s’est contenté d’être l’observateur. Il a son idée à la question, concernant Livia.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 354
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 29


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 32 397£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Ève. (lundi à 23h20)   Mer 25 Juil - 1:02

Livia, elle est bien contente d’être tombée sur Silvan. A peine quelques secondes passées en sa compagnie et elle en est déjà à sourire doucement quand il lui demande s’il n’y a que pour fumer qu’elle n’aime pas être accompagnée. « Non, il n’y a pas que pour ça. » elle expire en posant son regard félin sur le jeune homme, d'un air entendu. Livia de toute façon, elle n’aime pas être seule. Elle se complaît vraiment à être le centre de l’attention d’un quelconque auditoire. Il lui faut du monde. A défaut, un seul interlocuteur c’est déjà très satisfaisant, comme c'est le cas ce soir. Elle mentionne indirectement et l’air de ne pas y toucher leur dernière rencontre et il vient saisir la cigarette qui se consume entre ses doigts. Encore une nouvelle chose qu’ils partagent à présent tous les deux. La logique aurait sûrement voulu que Livia lui offre ce dessin, mais on ne peut pas dire qu’elle soit quelqu’un de réellement logique. En fait, Livia, elle est surtout égoïste et cette petite esquisse volée qu’elle a réalisée de Silvan, elle préfère la garder pour elle. Ça lui plait pas mal d’avoir ce portrait en sa possession, mais c’est vrai que pouvoir suggérer des choses qui ne se sont pas vraiment passées auprès des autres candidats, c’est encore un bonus supplémentaire. Il suffisait de voir les réactions de Poppy ou de Hunter sur les réseaux sociaux pour comprendre que tout l'intérêt de cet épisode va au-delà du papier sur lequel elle a griffonné. Livia, ça l’amuse beaucoup. Elle aime bien jouer, créer des montagnes là où en réalité il n’y a quasi rien. « Pourquoi l’aurais-je jeté ? » elle rebondit en lui posant une autre question. Qu’est-ce qui lui fait dire qu’elle aurait pu se débarrasser de ce dessin ? Elle l’aime bien. Il y a des silhouettes et des visages qui restent ancrés dans nos esprits même quand on ne les a vu qu’une fois. Silvan, il a ce genre de regard qu'on n'oublie pas, qui laisse son empreinte dans ta mémoire, même si elle essaye de faire croire le contraire en vantant davantage ses coups de crayons concernant une toute autre partie de son anatomie que le plaisir qu’elle a ressentit à capturer ses iris. « Je l’ai terminé. » elle poursuit en continuant d’ignorer pour le moment la deuxième partie de sa question. Est-ce qu’elle utilise ce portrait pour faire parler les autres ? Franchement, Livia c’est un peu un mystère, mais il y a tout de même des éléments de sa personnalité et de son fonctionnement qui sont trop évidents pour qu’il ne puisse pas trouver tout seul une réponse à cette interrogation. Avec le couvre-feu, elle n’avait pas pu aller dans les détails, d’autant plus qu’elle s’était également donnée pour mission de lui offrir un petit cours de dessin sur modèle vivant improvisé. Elle a pris le temps depuis, au cours de l’une de ses nuits à rester enfermée dans sa cabine, d’affiner ses traits à partir de la base réalisée avec le garçon. « Je sais que tu es très beau et moi très douée, mais je n’ai encore trouvé aucun acquéreur prêt à me le racheter. » Livia, depuis tout à l’heure, elle reprend le même fonctionnement que Silvan. Le dessin reste innommé. Une personne n’ayant pas suivit leur échange de la semaine dernière ne pourrait pas comprendre précisément de quoi ils parlent. Ca lui plait bien d’entretenir le mystère. Surtout qu’au-delà du dessin, la partie la plus intéressante reste tout de même la nudité intégrale du turque sur le papier qui permet de prendre pleine mesure d’absolument tous ces attributs physiques. Ce n'est peut-être pas tant du dessin qu'il est question, mais davantage de sa queue. « Tu voudrais que je le diffuse ? » elle demande dans un fin sourire. Histoire de montrer à certains de leurs camarades ce à quoi ils doivent s’attendre s’ils souhaitent poursuivre avec lui vers plus et affinités. Livia, elle a tout vu. Et lui aussi en ce qui la concerne. Elle attend toujours par ailleurs son avis sur la question, mais ce connard élude expressément le sujet de ses courbes alors qu’elle ne veut parler que de ça. En tous cas, elle a bel et bien gardé son portrait et même si elle a suggéré l’idée d’aller exposer toute la virilité de Silvan auprès des autres candidats, elle ne l’a pas fait.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Ève. (lundi à 23h20)   Mer 25 Juil - 13:30

Silvan guette la réaction de l’italienne. Un rictus éclaire le visage du métis, quand les premiers mots de la jeune femme résonnent. Sa réponse ne l’étonne pas. Il n’y a pas que pour cela – pour fumer, entendons bien – qu’elle n’aime pas être non-accompagné. Il a cru remarquer qu’elle avait besoin de cette présence perpétuelle autour d’elle, d’hommes et de femmes. Surtout d’hommes, il dirait. Son rictus s’élargit pour former un sourire. « Tu n’aimes pas la solitude, n’est-ce pas ? », émet-il. Il est évident qu’elle ne l’aime pas. Pourquoi ? Sûrement parce qu’elle a besoin d’être l’épicentre de l’attention de chacun, le centre d’intérêt de tout le monde. Pourquoi avoir ce besoin ? Il ne sait pas. Il tend son bras, saisissant cette cigarette qu’elle lui présente. Au même moment, elle évoque à demi-mot son dessin. Effectivement, ils ne sont plus à ça près tous les deux. Ils ont déjà partagé quelque chose. Quelque chose d’assez intime, d’une certaine façon. Leurs corps nus, dans un cadre artistique, pour leur première entrevue. Pour la première fois où ils se retrouvaient tous les deux, à discuter, on pourrait croire qu’ils ne font pas les choses dans l’ordre. A commencer par se dénuder, sous le regard de l’autre, pour ensuite discuter. Peut-être n’ont-ils pas fait comme il faut ? Il ne sait pas. Il ne se pose même pas la question. En tout cas, il a pu constater, ces derniers jours, que la jeune femme a gardé le dessin, à moins que ce ne soit qu’un stratagème pour faire parler les autres. Il a pu lire les commentaires de certains de leurs camarades au sujet de sa nudité, Hunter et Poppy. Il a sa petite idée à la réponse. Son regard guette une réaction de la part de l’italienne. Il l’épie du coin de l’œil, détaillant chaque trait de son visage qui se font et défont instantanément. Aussitôt elle réplique par une question. Pourquoi l’aurait-elle jeté ? C’est une bonne question. « Je ne sais pas », énonce-t-il, en haussant légèrement les épaules. A elle de lui dire quelles raisons la pousseraient à jeter le dessin en question. Livia lui révèle ensuite l’avoir terminé. Un sourire s’esquisse sur les lèvres du turc. « Tu me le montreras ? », qu’il la questionne, en plantant son regard dans le sien. Son sourire s’élargit. Est-ce qu’elle acceptera de lui présenter la version achevée de ce dessin non-nommé ? Son attention ne quitte pas l’italienne, qui reprend la parole. Elle formule qu’il est très beau et qu’elle est très douée. Pourtant, selon elle, elle n’a trouvé aucun acquéreur. Il reste silencieux, quand elle lui demande finalement s’il veut qu’elle le diffuse. « Garde-le pour toi », scande-t-il, son regard ne quittant pas le visage de la belle brune. Il ne perd pas son sourire et sa main approche dangereusement sa cigarette de ses lèvres. Il se laisse retomber doucement contre le dossier du fauteuil, en ne perdant pas de son champ de vision l’italienne. Il tire la cigarette, s’humectant légèrement les lèvres. « Tu sais que la première fille à qui j’ai tiré le portrait, ici, à abandonner », annonce-t-il. Il fait référence au dessin qu’on lui a imposé de faire, lors d’un atelier, orchestré par Estelle Leriche, la fameuse chroniqueuse. Il avait exécuté le portrait de Nora, qui a récemment abandonné. Il tente de prétendre que son coup de crayon est un putain de death note. Mais ce n’est pas que son coup de crayon qui l’est. « Tu n’es pas superstitieuse, j’espère », continue-t-il, dans un rire, légèrement taquin. Ca l’amuse tout de même, Silvan. Il tire une nouvelle fois sur la cigarette. « Tu la reveux peut-être ? », énonce-t-il, en désignant la cigarette.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 354
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 29


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 32 397£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Ève. (lundi à 23h20)   Dim 29 Juil - 1:29

Il lui demande si elle n’apprécie pas la solitude et Livia se contente d’hausser vaguement les épaules d’un air détaché. « Qui aime ça ? » Elle, elle croit vraiment qu’on a besoin des autres pour vivre et échanger. Ceux sont eux qui permettent de s’enrichir ou même simplement de survivre. Elle ne comprendra jamais les personnes vivant en ermite et qui se coupent du reste du monde. Elle sait bien que ce n’est pas ce qu’il voulait dire, mais c’est l’image de la solitude qu’elle se fait. Livia, elle ne sait pas vivre seul. Il suffit d’observer son attitude sur le bateau pour piger que ce n’est pas vraiment son truc de se soustraire aux autres. Elle vient fumer dehors sa clope le temps de quelques minutes et elle finit installée sur un transat en compagnie de Silvan. Elle fait toujours ça. La plupart du temps, elle est celle qui vient trouver ses interlocuteurs, qui leur impose sa présence pour endiguer l’ennui lancinant qu’elle subit quand elle est seule. C'est pire qu'une môme. Elle te colle, elle s’accroche à toi et si ce n’était pas interdit, elle viendrait sûrement squatter ton lit au cours de la nuit. « Toi, peut-être ? » elle l’interroge dans un souffle. Le turc, il est plutôt taciturne comme garçon. Il traîne facilement avec certains de leurs camarades, mais ça n’en fait pas pour autant le type le plus sociable du bateau. A chaque fois qu’elle le croise, il est tout seul comme un con dans son coin. Livia, elle croit qu’il aime bien la solitude à sa manière. Se retrouver avec soi-même, faire le tri de ses pensées. L’italienne, elle n’a pas envie de ça. Elle préfère quand les autres sont présents dans son environnement pour lui rappeler qu’ils l’apprécient ou qu’ils la trouvent jolie lorsque leurs regards coulent sur sa silhouette. De toute façon, il est un peu bizarre Silvan dans son genre. Elle ne pige pas vraiment pourquoi il évoque la possibilité qu’elle ait pu jeter le dessin qu’elle a fait de lui. Elle ne saisit pas non plus l’image qu’ils se fait d’elle, s’il en vient à lui poser ce genre de questions. Livia, ça l’amusait un peu d’évoquer la nudité du candidat sur les réseaux-sociaux, mais ça, c’est surtout parce que ça lui plait de faire croire n’importe quoi à n’importe qui. D'ailleurs, si Poppy n’était jamais intervenue dans la conversation, elle n’aurait jamais pris la peine de préciser qu’il s’agissait d’une simple esquisse au crayon à papier. Quand elle a dessiné Silvan, c’est qu’elle le voulait réellement. C’est d’ailleurs pour cette même raison qu’elle a retravaillé plus tard ce qu’elle avait déjà réalisé en sa présence. Elle lui souffle l’information dans un sourire, sachant pertinemment ce qu’il lui risque de lui demander en retour. « Bien sûr. » elle réplique un peu amusée. Elle lui montrera le dessin terminé, ça leur fera même une raison supplémentaire de se parler la semaine prochaine alors qu’ils n’évoluent pas vraiment dans les mêmes sphères de candidats sur le bateau. Livia, ça lui plait bien d’avoir cette promesse, même si elle ne vaut rien. Il luit dit de garder le dessin, elle acquiesce. C’est ce qu’elle comptait faire de toute manière. En parlant de potentiels acquéreurs, elle cherchait juste à se foutre de sa gueule et à le provoquer en sous-entendant que personne n’avait l’air intéressé de jeter un coup d’œil à sa queue. Elle pourrait lui proposer de le lui offrir, mais elle ne le fait pas. Il mentionne Nora et son abandon lors du prime précédent. Silvan, à l’entendre, il serait presque maudit. « Je ne vais pas abandonner. » Ce n’est pas son genre, non. Livia, elle s’accroche. Elle s’est trouvé une scène dans cette émission, un public qui suit le moindre de ses faits et gestes, elle ne va pas le lâcher. Il lui propose de lui rendre la cigarette, elle tend ses doigts en réponse pour attraper le bâton de nicotine. « Par contre, ça ne signifie pas que je vais faire long feu ici. » elle glisse en tirant sur sa clope. Elle n’est pas conne Livia, elle sait qu’à l’exception de quelques rares candidats, elle n’a pas noué de véritables liens depuis son arrivée. Ce n’est pas une question de retard par rapport à ceux qui sont entrés avec une semaine d’avance, elle est juste comme ça. La plupart de ses échanges restent très superficiels, parce qu’elle a beau donné l’impression d’être ouverte à tout le monde, c’est un peu du flan quand on y regarde de plus près. « Tu miserais sur quels candidats pour le quator final ? » Ca l'intéresse pas mal d'avoir sa vision des choses sur l'avenir de l'émission, au vu de l'état actuel de la compétition.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Ève. (lundi à 23h20)   Mar 31 Juil - 22:06

La réponse de Livia est prévisible. Un rictus étire les lèvres du métis, en l’entendant lui répondre. Elle n’aime pas la solitude. Le contraire l’aurait étonné. Elle est continuellement à chercher à être le centre des attentions des mâles du bateau. Ils sont nombreux à lui tourner autour. Hunter, Ugo, Eben, Wyatt, Llewyn, peut-être même Alvaro. Soit tous les candidats, à l’exception de Chaim et de lui-même. Quant à lui, il n’estime pas apprécier la solitude. « Pas spécialement », émet-il quand elle le questionne. « J’aime la bonne compagnie », réplique-t-il aussitôt. A l’extérieur, Silvan ne s’entoure que des personnes dont il estime avoir confiance – elles sont peu nombreuses mais elles lui sont précieuses –. Ici, il ne change pas son mode de fonctionnement. Il observe, il guette, il observe, il sonde et il se méfie. Il n’a en général peu de relations amicales mais elles sont toutes basées sur la confiance. Sur ce bateau, le turc n’en est pas encore à évoquer des relations amicales avec certains de ses camarades. Il apprécie quelques personnes mais reste vigilant pour autant. Elles ne sont peu nombreuses ces personnes sur ce bateau avec qui il baisse ses gardes. Sa camarade l’informe qu’elle achevé son dessin. Sans attendre, il lui demande qu’elle lui montre. Elle lui assure qu’elle le fera. « Je compte sur toi », son regard croise celui de son interlocutrice. Il ne perd pas son sourire. Même pour une chose aussi insignifiante qu’un rendez-vous convenu pour lui montrer un dessin, il peut estimer la confiance en sa camarade sur une échelle de 0 à 10. Ce sont des gestes, des mots, des prises de position qui lui permettent de sonder. Livia, il l’observe comme n’importe quel autre candidat. Pas avec plus d’insistance que pour une autre candidate. Concernant le dessin, il l’intime de le garder pour elle. Il s’amuse ensuite à mentionner le fait que la première fille à qui il a tiré le portrait sur ce bateau de croisière a abandonné. Il fait référence à Nora, effectivement, sa camarade qui a décidé d’abandonner le jeu – un départ anticipé et qui ne l’a pas surpris –. Il s’amuse à faire croire que son coup de crayon est maudit, comme si chaque trait dessiné ancré un peu plus le portrait dans un putain de death note. Livia est la seconde à qui il a tiré le portrait, avec plus d’application, avec le souci du détail et de bien faire. Aussi surprenant soit-il mais il avait pris très au sérieux cette séance de dessin en compagnie de Livia. Il aurait pu se contenter des formes rondes peu gracieuses. Il lui demande alors si elle n’est pas superstitieuse. Parce que si c’est le cas, elle est la prochaine sur la liste des abandons : Nora n’est pas le premier abandon de cette saison, ils sont nombreux. Il hoche la tête quand elle lui annonce qu’elle ne va pas abandonner. Il prend note de cette information. Elle se corrige quelque peu. Selon elle, ça ne signifie pas qu’elle va faire long feu ici. « Qu’est-ce qui te fait penser cela ? », qu’il l’interroge. « Si tu estimes ne pas faire long feu, pourquoi rester ? ». Elle donnerait presque l’impression de ne pas avoir d’ambition. Son regard se pose sur son visage et détaille les traits de son visage. « Pour quelqu’un qui estime ne pas faire long feu ici, tu évoques déjà la finale ? », qu’il ricane. « Quatre membres de mon équipe », qu’il émet.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 354
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 29


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 32 397£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Ève. (lundi à 23h20)   Ven 3 Aoû - 17:07

Livia, elle a cette tendance à partir du principe que le manque de connexion -outre artistique- qu’elle parvient à créer avec Silvan, existe avec tous les autres candidats que le turc fréquente sur le bateau. A l’image d’Alvaro qui la snobe sans arrêt, il évolue selon un schéma très similaire, bien que différent. Silvan, il veut bien jouer avec la belle, mais il n’en reste pas moins sans arrêt sur ses gardes. Il y a ce truc bizarre qui régit leur relation, c’est pour ça qu’elle le classe du côté des solitaires. Livia, elle croit que s’il se refuse à nouer davantage avec elle que ce que les autres mâles du bateau font à son égard, c’est parce que c’est un putain d’asociale. Sauf que le gars, il plante son regard dans le sien et précise qu’il aime la bonne compagnie. Elle ne peut pas s’empêcher de se sentir piquée. Livia, elle est très susceptible et surtout, elle prend la moindre réflexion comme si elle lui était destinée, comme si personne ne pouvait parler ou réfléchir sans la prendre sans arrêt en considération. Elle s’empêche de froncer les sourcils. Elle ne veut pas faire une scène ou qu’on se foute de sa gueule. Elle essaye de rationaliser son comportement pour ne pas vriller comme ça peut de temps en temps lui arriver. A la place, Livia, elle fait du teasing sur le fameux dessin qu’elle a fait du garçon. Elle entre sans son rôle bien comme il faut, la minauderie au bord des lèvres et son regard félin caressant les traits de son interlocuteur. Elle porte la cigarette à ses lèvres et lui confie qu’elle ne pense pas rester bien longtemps dans l’aventure. C’est la première fois qu’elle parle de ses doutes à quelqu’un et Silvan n’est sûrement pas le destinataire rêvé pour accueillir ses confidences. Il ne la rassure pas comme l’aurait sûrement fait un Llewyn. Il lui pose seulement des questions dont elle n’est pas sûre d’avoir les réponses à moins que ce soit plutôt qu’elle ne veut pas les partager. Livia hausse les épaules d’un air faussement détaché. « Je ne sais pas… » elle l’envoie chier de sa petite voix toute douce, alors que lui comme elle doivent certainement très bien savoir ce qu’elle entend par là. Livia, elle fait partie de ses filles ayant autant d’admirateurs que de détracteurs. Tout au long de sa vie, son comportement lui a posé quelques problèmes pour se lier avec les autres. Elle a très envie de leur plaire, mais les trois-quarts du temps on finit par la prendre pour une gonzesse superficielle dénuée d’intérêt ou une manipulatrice hors pair. Livia, elle sait qu’elle risque bien plus la nomination que des filles bien sous tout rapport comme Leela ou Poppy, tout comme elle serait prête à prendre des paris sur le nombre de méduses qu’elle risque de se prendre dans la gueule lors du prochain prime. Ce n’est facile pour elle, contrairement à ce que laisse penser ou ce qu’elle raconte aux autres. Personne n’aime se savoir peu apprécié par ses colocataires. « Tu crois que la victoire prédomine sur le jeu ? » elle le questionne en retour, quand il lui demande pourquoi elle reste. Ce n’est pas parce que tu te fais éliminer avant certains autres candidats que ça signifie que tu as loupé toute ton aventure. Il y a d’autres manières de s’inscrire pour la prospérité dans un programme comme Thrown Dice qu’en le remportant à la fin. Livia, ce qu’elle veut, c’est les marquer. Elle est bien loin de manquer d’ambition, contrairement à ce que Silvan a l’air de croire. L’après-midi même, elle est allée buzzer Llewyn bien décidée à trouver son secret. Livia, elle a un côté limite obsessionnel qui lui permet d’accomplir de grandes choses et il ne faut pas oublier qu’elle sait parfaitement comment s’accorder ses ambitions. Elle obtient toujours tout ce qu’elle désire et elle compte bien tirer ce qui l’arrange de cette expérience, même si celle-ci devrait se voir écourtée. Quand elle lui demande qui il voit aller en final, il lui répond quatre membres de son équipe. C’est vrai qu’en état, ils possèdent des candidats destinés à aller très loin dans l’aventure. Elle n’en voit aucun qui pourrait se faire éliminer très prochainement. « Tu ne penses pas que Poppy mériterait la finale ? » elle balance l’air de rien. Livia, c’est une vicieuse. Elle sait qu’ils sont tous les deux très proches, mais ce n’est pas quelque chose qu’elle voit d’un très bon œil depuis qu’elle a décidé de jouer les entremetteuses pour le compte de Hunter. Disons qu’il ne faudrait pas que ça évolue en autre chose que ce qui les lie actuellement. Cucciolo s’est fait casser son coup lors du dernier prime avec des propos mal interprétés par une chroniqueuse. Elle suppose que pour remettre les choses à égalité entre les deux candidats, il serait légitime qu’il arrive la même chose à Silvan.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
 

Ève. (lundi à 23h20)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Menu de lundi soir
» Lundi de Pentecôte
» imageries de meeuwen de ce lundi
» La Poly Normande (1.1) >>> Lundi 18h00
» Scheldeprijs (HC) Lundi 18h
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: COIN TERRASSES-
Sauter vers: