Il ne parle que du Bon Dieu - mar 12h

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 249
AVATAR : Ariana Grande
ÂGE : 19
LOCALISATION : Londres
MÉTIER : Bénévole dans une maison de repos
ÉTAT D'ESPRIT : plutôt positif


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Il ne parle que du Bon Dieu - mar 12h   Mar 24 Juil - 12:57

ft @Livia

En ce sur-lendemain de prime, je me réveille tôt, comme à mon habitude. Lorsque j’ouvre les yeux, une boule au ventre me prend. Je me rappelle que Heather a été éliminée le jour d’avant. Je me renferme sous ma couette comme si je sortais d’un mauvais cauchemar. Mais la réalité est bien là, j’allais devoir continuer mon aventure sans ma mère de substitution. Peut-être que ça me permettra de m’ouvrir aux autres, et de m’entendre avec de nouvelles personnes. Je décide finalement de me lever, Livia est toujours endormie. Je suis contente de partager ma cabine avec elle. La semaine dernière c’était avec mon amie Leela, et cette fois-ci avec une femme qui m’a laissé une plutôt bonne impression. Par contre, c’est la première fois que je me retrouve dans une cabine aussi petite. Mais ça ne me dérange pas. J’ai l’habitude des petits espaces et surtout de devoir les partager. En me levant, je décide d’aller chercher un cadeau pour Eben et le féliciter de son sas. Je suis sûre qu’une petite attention lui ferait plaisir. Après avoir fait un tour à la boutique de souvenir, je décide de revenir dans la cabine pour lui faire un dessin. Cette fois-ci, Livia n’est plus là. Ca m’aurait plu d’avoir des avis sur mon dessin. J’entends alors la voix de mon frère dans ma tête ‘’tu sais te débrouiller seule Bambi’’, je soupire. Je m’allonge à plat ventre sur mon lit afin de me préparer. Les crayons de couleur sont étalés sur mon lit à mes côtés. Je dépose ma feuille de papier sur un support rigide. Je début le dessin par un gros cœur rouge. J’étais en train de dessiner le portrait d’Eben lorsque la porte laissa découvrir Livia. « Oh j’avais justement besoin de toi. » Je suis si contente de la voir. « Je suis en train de faire un dessin pour Eben.. » La jeune femme montre un visage surpris. « Je voulais ton avis. » dis-je en lui montrant le début de mon dessin.

Le dessin final au cas ou :

Spoiler:
 


_________________
bambi
i'm not your babe
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 354
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 29


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 32 397£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Il ne parle que du Bon Dieu - mar 12h   Ven 27 Juil - 1:34

Plus de couvre-feux, plus d’alarme stridente pour les obliger à dégager de leur lit à la première heure de la journée. Livia, elle en profite. Elle se prélasse dans sa couchette, d’autant plus que Bambi, sa colocataire de la semaine, sait se montrer discrète. Elle n’est pas trop dérangeante comme nana, ça se passe plutôt bien jusqu’à maintenant. Elle sent la gamine s’évaporer de leur cabine et c’est ce moment que choisit l’italienne pour enfin se lever. Elle a déjà décidé de son programme de la journée. Un peu de longueurs dans la piscine, un bain de soleil sur les chaises longues du pont extérieur pour entretenir son bronzage. L’emploi du temps est chargé, alors elle se bouge pour aller prendre sa douche et s’habiller. Quand elle revient de la salle de bain, Bambi est étendue sur son lit, des crayons de couleurs étalés sur son oreiller. Elle lui demande son avis à propos du dessin qu'elle est en train de réaliser et Livia se penche pour jeter un coup d’œil sur celui-ci. Le niveau n’est pas vraiment celui auquel elle s’attendait. Elle se donne un peu l’impression d’être une maîtresse d’école primaire là-maintenant qui doit porter son jugement sur l'oeuvre d'une môme de dix ans. Et encore. Livia, elle se demande surtout si elle est censée la féliciter pour avoir passé le cap des dessins de bonhommes en bâton. Bambi, ce n’est clairement pas le nouveau Leonard de Vinci. Quoiqu’il y a peut-être un peu de la mouvance underground dans le dessin de la gamine. Si ca se trouve, elle trompe son monde et elle est capable de sortir un portrait académique sur mesure comme tous les plus grands peintres qui se respectent. Ses petits personnages, c’est peut-être juste l’expression de son style très personnel à l’image de Jean-Michel Basquiat et ils sont juste trop cons et pas assez visionnaires pour le comprendre. Elle lui a dit que c’était pour Eben. « C’est lui, là ? » elle demande pour vérifier qu’elle attribue le portrait au bon gars, en pointant du bout du doigt le blondinet qu'elle a déjà esquissé. Ca semble assez logique, mais on ne sait jamais. Bambi, elle est pas mal lunaire dans son genre. A ce qu’il parait, elle avait rendez-vous avec la toubib de l’émission la semaine dernière. Livia, elle se demande ce que ça a donné et si un bilan psychologique a été réalisé. Ca ne serait sûrement pas de trop. « Tu devrais lui faire encore un peu plus de muscles, ça lui fera plaisir. » elle expire d’un ton d’expert. Pas celui de dessinatrice ou de diplômée des beaux-arts. Non, Livia quand elle dit ça, elle se pose surtout en professionnel du cas Eben. Ce gros gland, il prend tellement de stéroïdes pour entretenir sa plastique, ce serait dommage de ne pas en valoriser l’investissement dans ce portrait. Elle ne sait pas trop quoi dire d’autre. Son avis, il n’a pas trop sa place là-dedans. Elle ne veut pas se montrer désobligeante en lui disant que c’est un peu naze comme dessin, alors que l'intention de base est si mignonne. Livia, elle se doute qu'il faut considérer tout ça au-delà des qualités artistiques de Bambi. Quand ton môme vient t’apporter une merde qu’il a fait à son cours d’expression-plastique, tu souris et t’es ravi qu’il ait pensé à toi. Là, c’est un peu la même chose. Le geste est plus important que le produit final. Livia, tout ce qu’elle espère, c’est que cette bite d’Eben saura faire preuve d’autant de tact qu’elle ne le fait de son côté pour ne pas gâcher tout ce qui rend Bambi si attendrissante. « Je ne savais pas que vous vous entendiez aussi bien, tous les deux. » elle expire en cherchant à saisir ce qui lui avait échappé jusque-là. Bambi, tu ne peux pas la détester. Elle est vraiment mignonne et adorable, comme le prouve ce petit cadeau qu’elle a décidé de faire à leur camarade. La possessivité de Livia, elle ne perçoit pas cet élément primordial. L’italienne, elle se considère un peu comme sa gonzesse toute désignée quand il s’agit de le distraire et de le faire sourire ou rigoler, ça l'emmerde un peu de se faire chourer sa place par une néophyte comme Bambi. C'est pour ça qu'elle cherche à comprendre le degré de leur amitié hypothétique, qui semble assez avancée pour mériter un joli dessin coloré.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 249
AVATAR : Ariana Grande
ÂGE : 19
LOCALISATION : Londres
MÉTIER : Bénévole dans une maison de repos
ÉTAT D'ESPRIT : plutôt positif


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Il ne parle que du Bon Dieu - mar 12h   Mar 31 Juil - 16:41

Faire plaisir aux personnes que j’aime, c’est mon activité principale. J’arrive facilement à dire aux gens ce que je ressens pour eux, mais les petites attentions, ça le prouve. Je sais que je ne suis pas la meilleure des dessinatrices et que mon dessin est loin de ressembler à du Picasso mais c’est le geste qui compte et surtout tout l’amour que j’y ai mis. Je suis sur mon lit, concentrée sur ce que je suis en train de faire, ma langue sort de ma bouche. Je m’apprête à mettre de la couleur sur mon dessin déjà bien entamé. Je n’ai que très peu confiance en moi et en ce que je fais, du coup j’ai besoin d’avis. Mais malheureusement, Livia a déserté la chambre, je me contenterai d’être objective. Je dessins Eben, j’attaque le coloriage de ses cheveux blonds. Bien entendu, je m’insère dans le dessin, c’est encore plus beau que de le signer. C’est là que la porte s’ouvre et laisse découvrir Livia. Ah, je suis surprise, mais heureuse de la voir. C’est une vraie femme, qui a un mari qui plus est, elle doit être donc totalement légitime à juger mon dessin et à me dire si ça pourrait plaire à un homme. Je n’ai pas une seconde à perdre, je saute du lit, mon dessin en main. Je m’approche de Livia et approche le dessin de son visage. Je lui demande son avis car il est important. Il est aussi important de savoir garder un secret, il ne faudrait pas que Eben soit au courant avant que le dessin soit terminé. Sa première réaction semble bonne et m’assure que je suis sur la bonne voie. Elle reconnait de suite l’homme dessiné. « Oui c’est lui, ça lui ressemble hein ? » Je suis plutôt satisfaite de son portrait. Maintenant je me demande quels vêtements je pourrai lui attribuer et surtout quelles couleurs je vais mettre en avant. Car parait-il la couleur reflète les émotions. Livia me conseil de lui faire un peu plus de muscles pour lui faire plaisir. « Oh oui tu as raison. Moi je trouve qu’il en a trop. Il me fait penser à un nounours. » Un homme basé grand avec de longs cheveux, ça fait très animal. C’est ce qui m’a attendri chez lui. Je me replace sur mon lit et gomme les bras d’Eben pour agrandir les traits. Livia s’interroge sur la nature de notre relation. C’est vrai qu’il y a un monde entre lui et moi. On a tout de différent, c’est ça que j’aime bien. « Oui c’est mon ami. » dis-je en repensant à ma peur envers lui au début. « Et dire qu’à notre rencontre, j’étais pratiquement nue, c’était drôle. » Bon, maintenant je peux en rire, mais sur le moment j’étais très gênée. J’avais renversé l’entièreté de chocolat chaud sur ma robe et avais du la laver, il était arrivé au mauvais moment. « C’est un gentil Eben tu sais. » Soufflais-je dans mes pensées. Assez parlé de lui, je me tourne vers Livia qui reste plantée au milieu de la pièce. « Tout se passe bien pour toi ? Ton mari ne te manque pas trop ? » Grimaçais-je. Mon frère me manque atrocement, alors je n’imagine pas le manque qu’elle peut ressentir.

_________________
bambi
i'm not your babe
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 354
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 29


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 32 397£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Il ne parle que du Bon Dieu - mar 12h   Ven 3 Aoû - 1:09

Là tout de suite, Bambi, avec le dessin qu’elle lui agite à moitié sous le nez, elle a l’air d’être à des kilomètres de la planète Terre. Cette nana, c’est un véritable OVNI. Une gonzesse à la personnalité non identifiée tant elle sort de l’ordinaire. C’est clair qu’elle dénote par rapport aux autres candidats, nettement plus d’ailleurs que Livia elle-même. Ça pourrait l’emmerder de se faire surclasser à ce niveau-là, mais Bambi, tu ne peux pas lui en vouloir tellement elle a l’air dans un monde à part. C’est sûrement pour ça qu’elle s’entend bien avec Eben. Ou du moins l’italienne espère que c’est le cas, sinon l’autre gros gland risque de bien se marrer en se voyant refiler le dessin. C’est le même principe que le collier de nouilles pour la fête des mères. C’est moche, mais on le garde quand même tant le geste est adorable et significatif. La candidate lui confirme l’identité du personnage musclé inscrit sur le papier. Mine de rien, même si Bambi n’est pas la meilleure portraitiste du bateau, il faut bien admettre qu’elle a raison. C’est presque étonnant, mais on reconnait très bien Eben. L’avantage avec cette bite, c’est qu’il sort tellement du lot avec son physique hors-norme, que ça en devient aisé de sélectionner quelques caractéristiques équivoques pour le dessiner. Déjà, il y a le volume. Les muscles, comme Livia propose à la jeune femme d’en rajouter pour faire plaisir au candidat. Ensuite, il y a aussi les cheveux longs qui lui confère cette espèce d’aura virile, voir animale. Il est facile à représenter. Llewyn s’était déjà illustré dans l’exercice au cours d’un atelier d’Estelle et il n’y avait déjà aucune place laissée au doute en ce qui concernait l’identité du candidat dont il avait dû tirer le portrait. « Tu as raison. » elle souffle dans un sourire face à la comparaison d’Eben avec un bon gros nounours. Livia aussi, elle a presque envie de le prendre dans ses bras parfois, mais sûrement pas de la même manière que Bambi l’envisage. « Tu lui as déjà dit ? » Elle se demande comment il réagirait. En fait, elle se demande même simplement de quelle nature est l’étrange relation qu’ils semblent partager tous les deux. Elle parle d’ami, mais Livia n’est pas sûre que ce soit tout à fait ça. A l’entendre, Bambi doit avoir des milliers d’amis. Même elle, si ça se trouve, elle la considère entant que telle, alors qu’elles n’ont vraiment pas partagé suffisamment de choses pour que Livia puisse attribuer cette étiquette à leur cohabitation. C’est agréable, ça se passe bien, mais dans le fond, l’italienne ne se donne pas si aisément. Elle est à la fois très accessible et difficile au niveau de ses relations. Il y a des dizaines de couches à franchir pour conquérir son cœur et Bambi n’est pas encore arrivée à la strate ultime. Comme personne d’autre depuis bien longtemps. Là par contre où ça devient étonnant, c’est quand Bambi lui confie qu’elle était quasiment nue au moment de sa rencontre avec Eben. « Il a un radar ou comment ça se passe ? » Sans déconner, s’il y a bien un candidat sur le bateau qu’elle imagine doté d’une capacité surnaturelle pour repérer les femmes à poil, ce serait lui. A ce qu’il parait, il a déjà vu Bryce dans le plus simple appareil et quelque chose lui dit que dans la vie de tous les jours, il ne doit pas avoir tant de mal que ça a braquer les culottes de gonzesses mi-intéressées par son fric mi-naïves grâce à son sourire de gorille heureux. « Je sais. C’est un tendre dans le fond » elle réplique quand Bambi laisse entendre qu’Eben est gentil. Il essaye de leur faire croire le contraire, mais Livia n’est pas dupe comme tout le reste des candidats. Le gars, il a quand même réussi à se faire pardonner par la majorité d’entre-eux l’affaire des notes sur les nanas de l’aventure. Même Jun ou Ariadne qui avaient l’air pas mal remontées sur son cas il y a deux semaines semblent beaucoup plus conciliantes à son égard. Il est également patient, presque attentionné, avec les néophytes de la vie comme Poppy, Leela ou encore Bambi. C’est un sensible. Eben, quoi qu’il en pense, il est définitivement du côté des gentils. C’est le prototype même du antihéros à l’image de Deadpool ou du Dr House qui ne trompent personne à part eux-mêmes. « Tout se passe bien, mais mon mari commence vraiment à me manquer. » Livia, elle n’est sûrement pas la candidate la plus appréciée du bateau, mais pour moment elle n’a aucune relation négative avec qui que ce soit. « Pourtant, on est habitués à vivre séparés... » Normalement, ça devrait aider à faire passer la séparation, mais les émotions sont tellement décuplées par l'enfermement que Livia ne le vit pas si bien que ça.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
 

Il ne parle que du Bon Dieu - mar 12h

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dieu a fait l'aliment ; le diable, l'assaisonnement
» Ici, blague de Chuck Norris, ou plutot de DIEU!
» Texte qui parle d'un scandale autour du colloque de Montreal VRAI OU FAUX!!!
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre
» Et Dieu créa la femme.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: CABINES-
Sauter vers: