livin' my life like it's golden - dim, 01:00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: livin' my life like it's golden - dim, 01:00   Dim 5 Aoû - 20:19

@chaim

Ce prime avait été particulièrement compliqué. A vrai dire d'un point de vu objectif, je comprenais les choix de chacun, simplement que l'accumulation de négativité n'avait pas été franchement bon pour mon moral. Moi qui avais tendance à douter de tout, je m'étais rapidement retrouvé à me remettre en question, laissant ainsi mes pensées vagabonder vers des endroits que je n'avais pas envie de redécouvrir. C'était simple, pas une seule personne n'avait fait un choix en ma faveur, et lorsque cela venait de candidats que je considérais énormément, il est vrai que le retour de bâton pouvait être assez dur à vivre. Je me disais que ça irait mieux demain. Ma cagnotte était partie en fumée, les nominations de cette semaine s'annonçaient courues d'avance et en plus je me doutais qu'il y avait de grandes chances pour que je me retrouve face à Chaim qui avait reçu un bon nombre de voix contre lui également. Autant vous dire que je n'étais pas particulièrement enthousiaste quant au déroulement de cette semaine. Après le prime, j'étais donc retourné un petit peu dans ma chambre, parce que je me disais qu'il fallait quand même que je commence à ranger tout mon bordel, si jamais je devais faire mes valises sur le prime prochain. Puis, m'étais ensuite venu l'idée d'aller prendre une douche, mais toutes les personnes occupant les cabines de mon pont semblaient déjà occupées dans la salle de bain et je n'avais pas trop envie de faire face à autant de bruit. Alors, je décidais de me glisser en douce vers celle d'un autre pont. Je me disais que Silvan et Chaim ne me diraient rien si jamais je venais à leur piquer quelques secondes leur douche. Poussant la porte de la salle de bain en question, ça n'est que lorsque j'entrais réellement dans la pièce que je remarquais Chaim, une serviette autour de la taille, prêt à se diriger vers la douche. « Oh euh... je dérange ? » que je murmurais gênais en détournant les yeux vers le sol, alors que j'attrapais la serviette sur mon épaule pour la prendre à la main, la cachant derrière mon dos. « Y'a trop de monde dans ma salle de bain... du coup je me demandais si je pouvais me doucher ici ? » je n'en aurais pas pour très longtemps de toute façon, juste le temps de chasser tous mes malheurs de ce prime et je serais bon pour repartir. Relevant un instant les yeux j'ajoutais « T-Tu dois être content de plus avoir à porter ta robe de princesse. » un sourire s'esquissa sur mes lèvres alors que je n'avais toujours pas bougé d'un poil, là, près du pallier.

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: livin' my life like it's golden - dim, 01:00   Dim 5 Aoû - 21:12

Le prime est terminé depuis quelques heures maintenant et je suis encore sous le coup de l’émotion. Pas vraiment ému, parce qu’il m’en faut plus pour être touché droit au cœur. Plutôt satisfait et agréablement surpris par le public qui a décidé d’assurer mes arrières pour me permettre de poursuivre mon aventure. Pas de quoi prendre la grosse tête pour autant, je suis réaliste et d’ores et déjà conscient qu’il me faudra à nouveau affronter mes camarades sur le banc des nominés cette semaine. Pourquoi ? Parce que j’ai été partiellement impacté par les choix des autres candidats à des dilemmes qui me concernaient. Quelques voix seront comptabilisées avant même le début des nominations, suffisamment pour me garantir une place privilégiée de nominé aux côtés d’un Eben nominé chaque semaine ou presque depuis le début du jeu et face à d’autres profils tout aussi populaires. Si le fait d’être éliminé ne me fait pas peur en soit, parce qu’il est certain que cela arrivera tôt ou tard, l’idée de devoir me confronter à certaines personnes dont je suis très proche m’embête davantage. C’est le revers de la médaille, le point auquel on ne pense jamais quand on te parle de ce type d’émissions et qu’on te questionne sur ta capacité à trahir les autres pour aller plus loin. Je doute que l’on puisse saisir l’importance de ce contact humain lorsqu’on est à l’extérieur, affalés sur un canapé à dévorer des chips en découvrant les aventures du casting de la saison. La vitesse à laquelle on parvient à se lier ici est assez impressionnante, pire, elle me déstabilise. Je n’ai pas l’habitude, je suis pourtant facilement abordable, sociable et très chaleureux mais tout ceci ne m’empêche pas d’avoir une carapace qui me force à me méfier des autres. Tout, ici, me donne le sentiment d’avoir oublié tout cela et de m’être transformé en Bisounours. Je déteste cela. Je me sens tellement à découvert. Éternel colocataire de Silvan, comme toutes les semaines depuis un mois, je retrouve mes petites habitudes dans notre salle de bain et abandonne enfin cette maudite robe de princesse. J’en aurais bavé cette semaine, mais c’était pour la bonne cause, pour remettre Estelle à sa place et lui faire fermer son clapet. Mes vêtements m’abandonnent les uns après les autres, il ne me reste que cette immonde couche de maquillage que @Bryce a généreusement appliqué sur mon visage après m’avoir défié de me présenter sur le prime en princesse option cagole. Nu comme un ver, peu inquiété par les caméras, j’ai le réflexe d’enrouler une serviette autour de ma taille lorsque j’entends quelqu’un traverser le couloir menant à notre salle de bain. Surement Silvan, quoique… J’crois qu’il dormait quand je suis passé par notre cabine pour prendre un caleçon propre et mes Birks. Hunter ouvre la porte, j’aperçois son visage si parfait et vacille un instant. « Non non, pas du tout, tu ne me dérange jamais, entre ! » Je me rappe la gorge, pas certain d’être suffisamment habillé pour pouvoir lui faire face, parce que bon… Une serviette c’est bien maigre, surtout quand tu n’es pas sûr de ce que tu pourrais ressentir face à lui… Je repense soudainement à Alvaro et à notre discussion de la semaine dernière. « Bien-sûr que tu peux, mais avant cela… Tu dois me rendre un petit service ! » Parce que dans la vie, il y a toujours un prix à payer. « Tu peux m’aider à me démaquiller ? Bryce y a été un peu fort ! » J’ai tout préparé, le coton, le lait démaquillant que j’ai dérobé à @Poppy tout à l’heure, la crème pour réhydrater une peau pas du tout habituée à ce genre de pratiques relevant de la torture. Putain ce que les femmes doivent souffrir à se peinturlurer comme ça quotidiennement. « Oh que oui, c’est un soulagement, elle n’était pas très confortable… J’ai la peau toute irritée ! » La preuve ? Cette petite plaque rouge que j’ai au niveau du torse, la faute à ce tissu de piètre qualité et surtout pas prévu pour une carrure comme la mienne, le frottement a fini par m’irriter la peau en fin de semaine. « Par contre… Euh… D’habitude je prends ma douche nu… Je n’ai pas prévu de maillot de bain. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: livin' my life like it's golden - dim, 01:00   Dim 5 Aoû - 21:45

Si il y avait bien un endroit où je m'étais dit que personne ne me dirait rien si jamais je venais occuper une autre salle de bain, c'était bien ici avec Chaim. Sans trop savoir pourquoi ni comment, le courant passait bien entre nous et ce depuis le début du jeu. J'avais jamais trop eu l'occasion de fréquenter quelqu'un comme lui, et si j'étais tout à fait honnête, il me paraissait tout droit sorti d'un rêve. Je sais, je sais, c'était franchement hyper gnagnan de dire un truc comme ça, surtout que lui aussi avait ses défauts, mais c'était l'impression qu'il me donnait. Là, à moitié nu sous mes yeux, je tentais tant bien que mal de ne pas me laisser distraire par ses lignes, par son regard. Il aurait pu être sculpté dans la pierre, ça aurait eu le même rendu. Pour sûr que je n'avais absolument pas pensé au fait que j'allais devoir me dénuder à côté de lui, et si il ne me mettait pas autant à l'aise, je me serais probablement défilé depuis longtemps. Je n'aimais pas vraiment mon corps, du moins, pas lorsque je le comparais à ceux des garçons restants dans cette aventure. J'avais totalement conscience d'être le moins "sexy" aux yeux du public, même si je savais que j'avais d'autres forces. Alors forcément, je réfléchissais toujours à deux fois avant de retirer mes vêtements dans cette aventure. Comme vous l'aurez compris, je n'étais pas de nature particulièrement confiante. Mes prunelles devinèrent le maquillage qui le restait encore sur son visage, ce qui m'amusait tout de même pas mal, même si j'étais carrément content de retrouver le Chaim à l'allure fière de d'habitude. Il fallait reconnaitre qu'il avait beaucoup d'humour et que pas ou peu de personnes auraient été capable d'assumer aussi bien une telle tenue et ce pendant plus d'une semaine de jeu. Heureusement pour lui, il était enfin débarrassé de ce fardeau. Il m'autorisait à rester ici, et instinctivement j'avançais d'un pas comme pour valider ma présence. Là dessus, il me chargeait de le démaquiller. « Oh oui je m'en charge ! C'est vrai que tu seras mieux une fois débarrassé de tout ça. » je crois que j'étais assez ignorant, mais je n'étais pas franchement fan de tout ce qui était culture drag queen de base. Beaucoup trouvaient ça drôle et libérateur, mais ça n'était simplement pas mon monde. Je savais qu'à faire ça, je me serais senti plus ridicule qu'autre chose. Attrapant un coton j'appliquais le démaquillant sur celui ci, commençant à caresser doucement la joue du candidat. « Ferme les yeux, je veux pas te faire mal... » lui dis-je alors que je me concentrais, minutieux, m'approchant également de son corps sans trop réfléchir. Il m'expliquait que sa peau était irritée, et mes yeux descendaient un instant sur une petite plaque au niveau de son torse « Ça va vite partir je pense, reste torse nu cette nuit et je pense que demain tu n'auras plus rien. » ça me l'avait fait une fois, mais moi c'était plus par anxiété qu'autre chose. J'avais maintenant terminé la moitié de son visage et je passais à l'autre côté, me mordant un instant la lèvre pour me reconcentrer. Concentration qui s'envola à mi-chemin, lorsqu'il m'avoua qu'il prenait ses douches nu. « Nu ? Oh. P-pas de soucis. Enfin je veux dire c'est normal, avec tout... ça. » que je disais en englobant son torse d'un geste de main, quand même assez gêné, même si j'essayais de ne pas le montrer. Ça voulait dire qu'il était déjà actuellement nu ? J'évitais que mon regard descende plus bas. J'avais pris une douche avec un Silvan nu, une fois, et on ne pouvait pas dire que ça s'était bien passé pour moi. Mais Chaim, je le connaissais déjà mieux que le Silvan de ce temps là. Terminant son visage, je me reculais d'un pas en ajoutant « Voilà ! Je pense que tu devrais te rincer un peu le visage on sait jamais. » je savais pas trop comment ces produits marchaient, il faut dire que comme m'avait dit Sawelle, je ne prenais pas grand soin de ma peau, c'était bien l'une des premières fois que j'avais fait un masque, en sa compagnie. Tirant sur mon tee shirt, j'abandonnais celui ci dans un coin, faisant de même avec mon pantalon pour bientôt me diriger sous la douche. Je me disais que si j'y allais en premier, j'aurais peut-être moins de raison d'être gêné si il me rejoignait en suivant. « Hm... moi je vais rester en boxer. » soufflais-je alors que j'allumais le jet d'eau.

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: livin' my life like it's golden - dim, 01:00   Lun 6 Aoû - 17:06

Le samedi soir est toujours riche en émotions, à croire que chacun d’entre nous s’offre un petit tour de grand huit et que celui-ci se met à chaque fois à dérailler au moment où tu approches du looping censé te retourner l’estomac. Les dilemmes de ce soir ont mis le bateau sous pression, certains candidats ont été nettement plus chanceux que d’autres, je pense à Silvan qui s’en sort avec une immunité et quelques avantages supplémentaires. Certains autres candidats n’ont pas eu la même chance, quand tu vois Hunter qui se retrouve avec une liste de malus tellement large que même le téléphone noir tente de lui venir en aide pour l’empêcher de trop galérer. La roue tournera pour lui, elle tournera pour chacun d’entre nous. Malgré ma prochaine nomination à venir, parce qu’il est certain que je serais mis en danger cette semaine, je reste très optimiste, comme toujours, et savoure cette rallonge de quelques jours qui m’est offerte par le public. J’ai été soutenu, c’est le principal, le seul élément à retenir pour me rebooster en cas de baisse de régime. Loin de toutes ces préoccupations purement liées au jeu, j’utilise à mon avantage l’heure plutôt avancée de la nuit pour me débarbouiller. Dieu sait qu’il y a du travail avec la couche de maquillage que Bryce m’a appliqué sur le visage tout à l’heure. La jeune femme ne fait pas les choses à moitié, c’est le moins qu’on puisse dire. Mon boxer et cette immonde robe de princesse jonchent le sol et une simple serviette enroulée autour de ma taille m’empêche d’être pris pour un mec dépourvu de pudeur lorsqu’Hunter me surprend en me rejoignant dans la salle de bain. Ma réaction ne se fait pas attendre, avec lui c’est toujours la même chose, la même timidité… A des milliers de kilomètres de ce que je suis réellement à l’extérieur du bateau, là où toutes les personnes qui me côtoient affirmeront que je n’ai jamais froid aux yeux et que personne ne m’intimide. Ils ont tort aujourd’hui, tort depuis plusieurs semaines… Tort depuis que je me suis rendu compte que ses yeux posés sur moi me faisaient perdre le nord. Après autant de temps passé dans la peau d’une princesse, c’est avec un plaisir non dissimulé que je retrouve le véritable Chaim, celui qui est libre de choisir n’importe quel vêtement et surtout, surtout de ne pas en mettre. Parce que bon… Ma réputation me précède et tout le monde a bien compris que j’aime me délester de mes fringues dès que la température dépasse le seuil des vingt-cinq degrés. Puisqu’il est là, le beau brun est chargé d’une mission très particulière : me démaquiller. Je ne m’y connais pas trop et j’ai peur de me massacrer la peau en y allant trop fort, comme un bourrin. « Oh que oui, ma peau pourra à nouveau respirer ! » Elle me semble tellement figée, sous cette généreuse couche de maquillage. « Tu t’es déjà maquillé toi ? Pour Halloween, pour une soirée… Pour expérimenter ? » Pas que je me sente l’âme d’un transformiste dorénavant, plutôt parce que j’ai conscience que tous les garçons ont déjà tenté de se grimer pour voir ce que cela fait. « Attends, laisse-moi m’asseoir sur le bord de la baignoire, ce sera plus simple pour toi ! » Déjà parce qu’il n’aura pas à lever le bras pour atteindre mon visage, la faute à ma carrure et aux quelques centimètres qui nous séparent l’un de l’autre ; ensuite parce que ce sera plus pratique pour lui de me démaquiller s’il a un meilleur accès à mon visage. Je garde une main contre ma serviette pour m’assurer qu’elle ne tombe pas et la laisse se fendre en deux, glisser contre mes cuisses lorsque je m’installe contre la paroi de la baignoire et écarte légèrement les jambes pour qu’il ne se heurte par contre elles en me démaquillant. Bien élevé, je suis à la lettre chacune de ses recommandations et ferme les yeux lorsqu’il passe le coton imbibé de lait démaquillant contre mes paupières. « Tu fais ça bien, on dirait que tu as fait ça toute ta vie ! » Le sentir si proche de moi, si attentionné, si doux… J’ai beaucoup de mal à ne pas être perturbé par tout ceci. Ma peau frissonne au contact de ses doigts contre mon visage et je me surprends à secrètement espérer que cet instant puisse durer encore et encore. Torse nu, je compte bien le rester cette nuit, maintenant que je ne suis plus obligé de dormir avec cette maudite robe. Vous n’avez pas idée de la torture que cela représente quand il fait aussi chaud, même la nuit, avec si peu d’air. « N’empêche… Je me demande comment les filles font pour supporter tout cela au quotidien… C’est hyper chiant de devoir se maquiller, démaquiller, s’apprêter, porter des talons… On a la belle vie, nous les mecs. » Et je ne parle même pas des règles, de la grossesse, de tous ces petits détails qui, additionnés les uns aux autres, font passer le moindre de nos maux pour une balade de santé. A quelques minutes d’être totalement démaquillé et de pouvoir enfin savourer une bonne douche, je me sens obligé de mettre en garde Hunter… Parce que je prévoyais de prendre cette douche dans le plus simple appareil, comme si j’étais à la maison… Enfin maison… A squatter chez quelqu’un qui me fasse sentir comme chez moi ou quelque part dans une chambre d’hôtel pas trop couteuse. « Merci ! » Il s’éloigne de moi et mon petit cœur se serre, déjà bien trop habitué à sa présence si près de moi. Il se déshabille pendant que je me nettoie le visage à l’eau tiède et se glisse sous la douche, en boxer. « Ne t’inquiète pas pour cela, fais comme tu le sens ! » Je peine à garder les yeux sur son visage, il est si beau. Il dégage un charme différent des autres, il est unique. Je me mordille la lèvre nerveusement et abandonne ma serviette près de la douche pour pouvoir me glisser sous le jet d’eau à mon tour. Nous sommes à nouveau là, proches l’un de l’autre, si proche que mes pensées me dictent d’agir sans prêter attention à la panique que me procure le simple fait de me mettre en danger avec lui. « Tu… T’es magnifique ! » Je baisse les yeux pour ne pas avoir à affronter son regard et me retourne pour attraper la bouteille de gel douche que j’ai apporté avec moi. « Tu as apporté ce qu’il te faut ? » Je suis prêt à partager, comme toujours. « Tu crois que je survivrai aux éliminations de samedi prochain ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: livin' my life like it's golden - dim, 01:00   Mar 7 Aoû - 2:48

En vérité, à chaque fois que mes yeux retombaient sur le corps de Chaim, j'avais l'impression qu'il s'agissait de la première fois que je l'observais, comme si il m'impressionnait toujours autant et ce jour après jour. C'était pourtant bizarre parce qu'Eben ne me faisait pas du tout le même effet, mais peut-être était-ce une question de ressenti. Je me sentais bien aux côtés de Chaim, c'était évident. Alors forcément, oui, une part de moi aurait aimé qu'il me privilégie lors du dernier prime, passer avant tous les autres, mais j'étais tout de même déjà content de voir que j'étais la personne la plus importante à ses yeux ici. Du moins, c'était ce que l'activité avait laissé entendre, et c'était également le cas pour moi. Il me faisait rire avec tout son maquillage, et si il trouvait que Bryce l'avait trop maquillé, moi je me disais qu'elle était sacrément douée ! Elle devait avoir pleins de beauty tips à transmettre à tout le monde, j'en étais certain. Je me demandais d'ailleurs comment elle s'entendait avec Livia, qui elle aussi, prenait bien soin d'elle. Chaim me demandait si je m'étais déjà maquillé et je souriais « Pour Halloween oui, en vrai je suis même plutôt doué pour tout ce qui est maquillage zombie ! Genre, j'avais fait un makeup terrible l'an dernier, avec une canette de coca plantée dans l'oeil gauche et toute la peau morte qui en tombait, c'était génial ! » bon, c'est plut sympa à voir qu'à dire sur papier, parce que là pour le coup, ça avait juste l'air ultra crâde. « Après sinon, non pas vraiment. J'aime pas trop tout ce qui est drag queens etc... enfin j'ai rien contre ça, mais c'est pas mon monde. » qu'on ne pense pas que j'étais intolérant parce que ça n'était absolument pas le cas, juste que je me voyais personnellement pas me pavaner en talons et avec du maquillage, et des extensions. J'avais déjà du mal à me supporter comme j'étais, pour sûr que je n'allais pas m'aimer de cette manière là. Le brun s'asseyait donc sur le bord de la baignoire alors que je m'appliquais maintenant à démaquiller la perfection des traits de son visage. J'essayais tant bien que mal de ne pas trop prendre mon temps, m'appliquant à faire le tout efficacement et rapidement de façon à ce qu'il ne soit pas trop gêné. « Oh... quand t'as pris l'habitude de t'occuper d'un petit frère, tu commences à être rôdé de ce côté là. » que je m'amuse, même si c'était quand même plutôt étrange de comparer Chaim à mon frangin. « Non pas que tu ressembles à mon petit frère... ou que... enfin... » chut, tais toi Hunter, t'en as assez dit. Tout rouge, je terminais donc de le démaquiller avant de me reculer. D'après lui, les filles n'avaient pas de chance de devoir se maquiller, se démaquiller et prendre autant soin d'elle. « Oh tu sais, je crois que quelque part, y'a beaucoup de filles qui apprécient de se maquiller ! Et puis en soi, c'est pas non plus une obligation, je connais des femmes qui sont très bien sans maquillage... à mon avis c'est une question de choix plus qu'autre chose. » j'étais pas le mieux placé pour parler de ça, et il était vrai que le maquillage pour les femmes était rentré dans les moeurs depuis des années, si bien que nous n'avions plus forcément l'habitude d'en voir au naturel au quotidien. Mais je me disais que si elles faisaient ça, c'est qu'elles en tiraient une satisfaction personnelle, et que c'était là le principal. J'entrais donc sans trop tarder sous la douche, allumant le jet d'eau alors que je sursautais un instant face à la fraicheur qui s'en émanait. Heureusement, la chaleur ne tardait pas à monter et je ne disais absolument pas ça parce que Chaim venait à son tour de me rejoindre, ahem. J'avais absolument pas prévu ça en arrivant dans la salle de bain. Moi qui pensais me doucher seul à l'abris des regards, voilà que je me retrouvais avec l'homme le plus irréel de la terre, sous la même douche, qui me disait que j'étais... magnifique ? « A-arrête... c'est n'importe quoi. » j'avais l'impression d'être rouge tomate et que ma tête allait exploser tellement j'étais sous pression. Comment est-ce que lui, il pouvait dire ça à quelqu'un comme moi ? Sérieusement, est-ce qu'il se rendait compte que n'importe qui pourrait être à ses pieds, alors que moi, quasi personne ne se retournait sur moi dans la rue ? Il me demandait si j'avais apporté ce qu'il fallait, et je me rendais compte que je n'avais amené que ma serviette avec moi. « Oh... non... j'ai pas trop réfléchi. » mince. Il me parlait des nominations et je grimaçais légèrement « Oui ! Tu peux pas partir. T'as pas le droit. » je l'en interdisais, il pouvait pas me laisser ici. Je préférais me voir partir avant lui à vrai dire, parce qu'au moins, j'aurais l'impression de maitriser un peu plus la situation, plutôt que d'être impuissant face à son élimination. « Tu... tu le penses vraiment ? Ce que tu me dis... comme quoi tu me trouves... » magnifique ? « Enfin c'est que... je pensais pas te plaire. » et c'était la vérité, à mes yeux y'avait aucune manière possible pour que ce scénario soit réel. Et avec tout ça, je restais là, bête sous le jet d'eau, sans même me savonner.

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: livin' my life like it's golden - dim, 01:00   Mar 7 Aoû - 13:28

Je suis mal à l’aise, pas vraiment confortable dans mon propre corps à l’instant même où Hunter décide de se joindre à moi pour prendre sa douche, loin de la folie qui semble émaner de sa propre salle de bain. Je ne me sens pas à l’aise, beaucoup trop conscient pour mon propre bien de la capacité de l’ensemble de mes camarades à percevoir ce que j’ai tenté de dissimuler avec plus ou moins de succès jusqu’à maintenant. Une partie d’entre eux ont d’ores et déjà commencé à se questionner plus ou moins explicitement sur nos rapports, à Hunter et moi. Je ne sais pas mentir, je suis incapable de nier quelque chose d’évident. Pourquoi brouiller les pistes quand il est évident qu’Hunter me pousse à explorer des terrains sur lesquels je ne suis jamais permis d’oser ne serait-ce que poser le moindre petit doigt de pied. Le pire dans tout cela, c’est qu’il le fait inconsciemment, plus ou moins malgré lui. Parce qu’il n’y a rien eu de véritablement explicite entre nous, pas eu de rapprochement au sens premier du terme, simplement une découverte progressive et humaine. Il a une sensibilité qui me parle, une gentillesse qui me touche, un tempérament qui le rend profondément attachant et qui me laisse songeur à chaque fois. Chacun de ses gestes, chacune de ses attentions font naitre en moi quelque chose d’inédit, de perturbant et d’effrayant. Je n’y peux rien, je suis sensible à ce qu’il est, perturbé par ce qu’il pourrait créer en moi. Il me met en danger, une menace constante qui plane au-dessus de mes épaules et me rend à la fois curieux et soucieux de me protéger. Je n’ai pas l’habitude de me sentir aussi considéré par quelqu’un, peut-être parce qu’il ne me connait pas, peut-être parce qu’il ignore ce dont je suis capable. Son regard sur moi changera t’il lorsque mon secret aura été percé à jour ? Lorsque les masques tomberont les uns après les autres et que seule la vérité importera ? Mon passé est-il le reflet de ce que je suis aujourd’hui ? Devrait-il me définir pour le restant de mes jours ? J’imagine que ce sera toujours plus ou moins le cas. Face à lui, maquillé à l’excès, je me sens nettement moins à mon avantage. Mon avantage… Cette expression me fait doucement rigoler, surtout au regard d’une semaine passée dans la tenue d’une princesse. Hunter se lance dans une activité démaquillage qui l’assure d’avoir toute ma gratitude pour les trois prochains jours au minimum. L’occasion d’en apprendre davantage sur ses aptitudes à se maquiller et à maquiller les autres. « Wow, comment tu t’y es pris ? Avec du latex ? Quand on sortira d’ici, tu me montreras ? » Je l’imagine, sa gueule d’ange partiellement recouverte de faux sang, une canette de coca collée à son œil par du latex. Il devait être diablement effrayant. « Tu seras dorénavant mon maquilleur attitré, prépare toi pour un challenge en octobre prochain… J’ferais le voyage spécialement pour toi ! » Je relève la tête pour pouvoir plonger mon regard dans ses beaux yeux bleus. Comme si un maquillage m’était nécessaire pour trouver une raison de lui rendre visite… Si l’argent me le permet, j’aurais plaisir à le retrouver régulièrement, rien d’autre ne me ferait plus plaisir à vrai dire. Hunter me bichonne, et me laisse face à mon plus grand défi : l’insensibilité. Comment rester de marbre alors qu’il est soudainement si proche de moi. Si mon corps parvient à donner l’illusion d’un désintérêt total, il ne lui faudrait pas s’approcher trop près de ma cage thoracique au risque de surprendre mon cœur en pleine envolée. Il bat tellement fort là-dessous. Un sourire attendri étire mes lèvres lorsqu’il me compare malgré lui à son frère et qu’il tente de rattraper le coup. « Je le prends comme un compliment, ton frère compte tellement pour toi… » Je me rattrape immédiatement, conscient d’avoir peut-être dépassé les bornes. « Enfin… Pas que je pense avoir la même importance à tes yeux… Ou même ne serait-ce qu’être quelqu’un d’aussi bien que lui… Parce que bon, c’est loin d’être le cas et… Ouais… Euh… Bref ! » Je me gratte la tête et me met à rire nerveusement, le seul moyen de me sortir de la situation dans laquelle je viens de me fourrer. J’accorde tout mon respect aux femmes qui sont forcées de se maquiller en permanence, de toujours être apprêtées. Hunter a raison lorsqu’il me fait remarquer qu’elles ont pour la plupart plaisir à le faire et que certaines parviennent à la perfection à sublimer leur corps sans avoir recours au maquillage. « On est d’accord… Mais notre société est bizarrement construite… J’ai du mal à comprendre pourquoi les femmes sont confrontées à autant de normes, à autant de diktats qui font qu’elles sont tout de suite qualifiées de négligées si elles ne font pas les efforts que tout le monde attend de les voir faire. » Tenez, prenons un exemple concret. « Tout le monde se fiche bien qu’on se trimballe en chemise dans la rue, en jean ou en jogging claquettes chaussettes alors qu’une fille aura une chance sur deux d’être jugée sur son apparence… » Je ne peux pas m’empêcher d’être agacé par tout ceci. « ça me désole ! » Pour la première fois de ma vie, ma propre nudité me pose problème. Peut-être parce que la présence d’Hunter me pousse à vouloir lui offrir la version la plus « parfaite » de mon être… Je n’ai pas envie que ses préjugés éventuels reprennent le dessus, lui qui n’avait pas une image particulièrement positive de moi lors de notre première rencontre, près des canots de sauvetage. « Non, c’est la vérité ! » Je réponds, le ton plus ferme. Il est magnifique, une putain d’œuvre d’art. Regardez-le, il n’a pas besoin de mes muscles, pas besoin de se déchirer pour donner l’illusion, je l’envie, je le jalouse. Je lui tends mon gel douche, effleurant ses mains délicates. « Tiens ! » Ses propos font s’étirer mes lèvres en un fin sourire, touché. « Tu me l’interdis ? » Si seulement tout était aussi simple, tôt ou tard, j’aurais à faire mes valises, probablement avant lui d’ailleurs. Ce n’est pas plus mal, j’ai déjà beaucoup trop mal vécu le départ de Milan, je n’ai pas envie de revivre cela. Ce qu’il me demande de lui confesser me semble au-dessus de mes propres forces, je n’ai jamais fait cela. Je n’ai jamais eu à m’investir de la manière dont j’aimerais le faire avec lui… Tout me semblait tellement plus simple dehors, lorsqu’il n’était question que de séduire et de passer à autre chose. Hunter n’est pas de cette catégorie de personnes dont je veux me rapprocher dans mon propre intérêt pour mieux passer à autre chose ensuite. Il m’inspire autre chose. « Tu n’as pas idée de ce que tu provoques en moi Hunter ! » Je confesse dans un souffle à peine audible, me confrontant à ses yeux. Le miroir de l’âme, sera-t-il capable de s’offrir une lecture détaillée de la mienne ? Parviendra-t-il à déchiffrer tout ceci ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: livin' my life like it's golden - dim, 01:00   Mer 8 Aoû - 2:38

J'avais toujours été quelqu'un de créatif. Lorsque j'étais petit, je construisais des cabanes pour mon frère et moi. J'avais à peine dix ans et j'étais capable de soulever des montagnes à l'aide de carton, de bois ou encore de draps. Je m'imaginais pirate ou aviateur, les lunettes de plongées greffaient au front comme s'il s'agissait réellement de celles que les pilotes portaient. Alors forcément, lorsqu'Halloween arrivait, mon imagination n'en était que plus fructueuse, et j'avais bien vite cherché à apprendre toutes les techniques pour élever mon art d'interprète au rang de maitre. Si je faisais un bien piètre comédien, me savoir dans la peau d'une autre entité ne serait-ce que pour une soirée m'amusait. Non pas que j'allais jusqu'à en adopter les comportements, non, seul le physique me suffisait, car même si j'avais plus jeune aimé jouer un rôle, je savais que la société d'aujourd'hui bridait pas mal ce genre de comportements. Enfin, ça faisait un moment maintenant que je n'avais pas fêté Halloween comme il se doit, et si je me déguisais encore, c'était simplement pour accueillir les enfants qui venaient sonner à mon appartement, ou bien sortir au bar d'à côté. J'avais l'impression d'avoir passé un cap, comme si je n'étais plus vraiment capable de m'amuser, et ce depuis quelques années déjà. L'enfance était rapidement balayée par une amertume que la société nous imposait. L'innocence n'avait pas sa place dans le monde adulte. Il me demandait comment je m'y étais pris, et j'approuvais d'un hochement de tête lorsqu'il mentionnait le latex. « Oui si tu veux. C'est vraiment pas compliqué, du latex, du faux sang, enfin y'a pleins de tutoriels qui existent sur YouTube ! » alias ma bible pour à peu près tout et n'importe quoi. Je suivais pleins de vidéastes plus ou moins connu sur un peu tous les sujets, qu'il s'agisse de gaming, d'actualité ou de blagues. J'avais toujours trouvé ce métier assez intéressant d'ailleurs, réussir à amuser et intéresser des gens de la manière la plus impersonnelle qu'il soit, derrière une caméra à parler dans le vide. Chaim ajoutait que dorénavant, je serai son maquilleur attitré. « Ça veut dire que tu prévois de faire Halloween ici ? » parce que concrètement, je le voyais mal faire tout le trajet juste pour que je le maquille, pour ensuite repartir en mode zombie jusqu'à chez lui, c'était ridicule et il perdrait un temps fou. En vérité, ça pouvait presque être entendu comme une proposition, mais je ne voulais pas trop m'emballer non plus. Nous ne savions pas comment l'aventure pourrait évoluer par la suite. Lorsque je mentionnais mon frère, je me prenais les pieds dans mes propres mots alors qu'il tentait de me rassurer. Je savais pas trop quoi dire face à ses paroles, si bien que je le laissais un peu malgré moi galerer à se justifier, sans forcément dire mot. Puis de toute façon, la discussion dérivait bien rapidement sur la femme dans la société actuelle, discussion qui était bien trop profonde pour quelqu'un comme moi qui n'avait absolument aucune connaissance du sujet. « Oui... enfin tu sais, si on va par là, il n'y a pas que l'image de la femme qui serait à revoir, de nos jours. » mais beaucoup d'autres choses, qu'il s'agisse des religions, de la planète et j'en passe. Notre monde était détraqué, et la vision que nous avions de celui ci n'était pas forcément la plus juste, il fallait simplement en avoir conscience et vivre en son temps. Finalement nous en venions à bouger sous la douche, et là dessus, il ajoutait... que j'étais magnifique ? N'importe quoi. Comment quelqu'un comme lui pouvait trouver quelqu'un comme moi beau ? J'en rougissais de plus belle, ne sachant pas trop quoi répondre. J'étais pas à l'aise avec les compliments, il n'y avait rien de nouveau là dessus, je préférais en donner plutôt que d'en recevoir. Et le dernier truc que j'étais capable d'accepter était le fait que l'on puisse dire que j'étais beau, surtout quand on savait le peu d'estime que j'avais envers moi-même sur ce sujet. Il me refilait du savon alors que je lui interdisais de partir. De me laisser. « Oui... tu me promets de pas me laisser ici. » pas cette semaine, c'était trop tôt, je sentais que j'avais encore besoin de lui avec moi. Je voulais pas avoir à vivre son départ, pas maintenant, parce que je savais que sinon, mon aventure ne serait plus la même. Tout changerait. Et si j'étais venu seul ici, je ne savais pas si j'étais capable de continuer cette aventure dans la même optique. Ses dernières paroles firent virevolté mon coeur dans ma poitrine alors que je relevais mes yeux vers là, là à quelques centimètres maintenant. « Qu'est ce que... » j'avais l'impression que toutes mes pensées se bousculaient d'un coup. « Qu'est ce que tu veux dire par là ? » mes paroles sortaient sans forcément que j'ai à y réfléchir au préalable si bien que j'ajoutais naïvement « Je comprends pas... » parce que je n'étais pas à l'aise avec ça, et que mine de rien, je n'avais jamais réellement fait face à ce genre de situation. Personne ne s'était intéressé à moi de cette manière, pas aussi ouvertement qu'il était entrain de le faire. Personne comme lui.

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: livin' my life like it's golden - dim, 01:00   Jeu 9 Aoû - 11:37

Plus jeune, dans le collège où j’étais scolarisé, les professeurs organisaient chaque année un bal avant les vacances d’octobre pour célébrer Halloween. Une élection était proposée en fin de soirée pour désigner le meilleur déguisement de chaque classe. A cette époque, je passais plusieurs heures à rechercher de petits accessoires à customiser et à recycler pour parvenir à proposer un accoutrement aussi original que possible. A cette époque, déjà, je faisais preuve d’une imagination débordante. C’est peut-être la seule chose positive qui m’aura été apportée par le manque d’attention de mes parents, eux qui n’ont jamais vraiment eu de temps à perdre sur mes stupides désirs d’impressionner mes camarades à Halloween, qui n’ont jamais eu envie de m’acheter un déguisement… De m’acheter quoique ce soit d’ailleurs. J’ai appris très tôt à ne compter que sur moi-même et c’est ainsi que j’ai appris à me construire, à me dépasser en dépit de la difficulté. Je n’ai peut-être jamais remporté le prix du meilleur déguisement au collège, mais je n’ai jamais été aussi fier de moi que lorsque j’arrivais au collège et que mes professeurs saluaient mon inventivité en découvrant mes costumes. A chacun sa modeste victoire. J’ai une vision assez précise du maquillage que me décrit Hunter, lui qui semble plutôt bien maitriser l’art du grimage à base de latex. « Sur Youtube tout a l’air ultra simple, à croire que n’importe qui peut donner l’illusion d’avoir le visage à moitié découpé en un claquement de doigts… » Dans les faits, il y a toujours un moment où tu te rends compte que tu n’as pas compris quelque chose, ou qu’il te manque un produit, ou que tu as loupé une étape. Le résultat n’est jamais vraiment le même au bout du compte. « Pour Halloween, j’aimerais être capable de me dépasser et de me glisser dans la peau d’un monstre de la FX, Freddy Krueger par exemple… Pour le challenge que ce doit être d’imiter la peau toute brûlée ! » Un défi vraiment très corsé, parce qu’à moins d’avoir une tonne de produits, beaucoup de latex, une énorme palette de maquillage et une formation aux effets pratiques, difficile d’arriver à un résultat aussi réaliste qu’à l’écran. « Ici, sur le bateau ? » Je marque un temps d’arrêt pour calculer la distance nous menant à Halloween, fin octobre. « L’aventure aura pris fin d’ici là, non ? » Deux mois et demi, ça me parait encore énorme sachant qu’il ne reste plus que quatorze d’entre nous. Sans trop savoir comment, nous nous retrouvons à brasser une large gamme de sujets plus ou moins sérieux, de la représentation de la femme aux stéréotypes encadrant notre société. « Notre société est dévorée jusqu’à la moelle par toutes ces idées préconçues, par tous ces principes que chacun se doit de respecter à la lettre pour ne pas être considéré comme un paria. » De mémoire, ce fut toujours le cas, depuis la nuit des temps. On pourrait prétendre que les choses changent en brandissant les causes en constante évolution : les droits civiques, la libération de la femme, l’homosexualité… Toujours est-il qu’en bout de ligne, tout ceci n’apparait que factice, loin de toutes les réductions de liberté qui nous sont imposées progressivement par les hommes politiques à la tête de nos pays. Angoissé, je le suis au moment d’abandonner cette serviette, seul obstacle à ma nudité. Je me dévoile à lui dans mon plus simple appareil. J’évite de me délecter du somptueux spectacle que m’offre son corps magnifique, sublimé par l’eau dévalant chaque parcelle de sa peau. Je me mords la lèvre, conscient de devoir garder la tête froide à tout prix. J’esquisse un sourire et me permet un contact rapproché. Mes doigts effleurent son bras brièvement, j’hésite, incapable de trouver la bonne posture à adopter, les bons gestes, la bonne attitude. Je n’ai pas l’habitude de tout cela, je n’y connais rien. « Je te promets de tout faire, de tout donner pour qu’on ne soit pas séparés ! » Je ne peux malheureusement rien promettre de plus, je ne suis pas maitre de nos destins, tout juste capitaine de ma propre aventure. Nous sommes à la merci des autres candidats, du public, de la production… Tellement d’éléments qui pourraient nous assurer d’aller loin tous les deux ou d’être éliminés précocement. Mes mots dépassent le cadre de mes pensées, ils m’échappent et me mettent en danger. La bombe est amorcée, prête à être déclenchée à tout moment. Hunter ne semble pas comprendre, à moins qu’il ne me pousse à le dire tout haut, à finalement l’admettre. Retour dix ans en arrière, première altercation avec les forces de l’ordre… Je n’ai jamais eu aussi peur de toute ma vie, surtout lorsque j’ai affronté mes parents, seul, dans cette voiture. Un trajet qui a duré une éternité, dans l’ignorance la plus totale… Ignoré, je l’ai été, jusqu’à ce que la paume de mon père s’abatte sur mon visage… Une fois… Puis deux… Puis trois. Jusqu’à ce que le sang suintant le long de mes lèvres ne l’interrompe… Poursuivre aurait laissé beaucoup trop de traces. Je ressens cette même appréhension, dans l’anticipation, prêt pour un assaut final qui me laissera à coup sûr sur le carreau. « Tu es différent des autres, Hunter. » Oh que oui, il est unique. « Je n’ai jamais rencontré quelqu’un comme toi, quelqu’un d’aussi… Extraordinaire ! » Il n’affronte pas mon regard, ne daigne pas me regarder. J’ai besoin de ses yeux pour m’apporter le courage nécessaire pour poursuivre sur ma lancée, j’ai besoin de lui pour me guider sur cette route qui m’est totalement inconnue. Je le force à m’affronter du regard, presse tendrement son menton pour l’aider à remonter la tête, à ne pas se concentrer sur ses pieds. « A travers tes yeux, j’ai l’impression d’enfin être compris, considéré… Apprécié… » Et il n’a pas idée de la rareté de ce constat, de la solitude que je m’impose, incapable de mettre le doigt sur l’affection dont j’ai toujours été privé. « Tu es le seul qui… » Je me mordille à nouveau la lèvre, hésite. « Tu es le seul qui me fait me sentir aussi bien, aussi insouciant, aussi… Étrangement heureux. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: livin' my life like it's golden - dim, 01:00   Jeu 9 Aoû - 23:51

A chaque Halloween, je me rappelle de la fois où j'avais déguisé mon frère en terminator. Je lui avais construit tout un déguisement à l'aise de réelles pièces en métal que j'avais soudées les unes aux autres, avec un intérieur en tissu et en coton de façon à ce que le tout reste agréable à porter. Il avait adoré, et la batterie interne de son bolide lui permettait même de faire de la lumière, ce qui était quelque chose d'assez magique pour un gamin. C'était en trafiquant pas mal de choses du genre que j'étais devenu assez bon en mécanique et robotique, même si on ne pouvait pas dire que ce que je construisais avait de quoi révolutionner la technologie d'aujourd'hui. Quoique, j'étais quand même très doué, sans fausse modestie. Chaim semblait fasciner par le fait que sur YouTube tout semblait très simple, beaucoup trop pour être réel d'après lui. « Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est que ces gens là, pour la plupart, ils sont experts dans leurs propres domaines, du coup quand ils montrent quelque chose, c'est quand même beaucoup travaillé. Enfin, ils ont du louper pas mal de fois avant de le réussir et de maitriser leur sujet. » sans travail, rien ne venait. J'étais du genre à pouvoir passer cinquante minutes sur un seul détail simplement parce que celui-ci n'était pas parfait, alors forcément, je me disais que tous ceux qui créaient du contenu de qualité devait être plus ou moins pareil. Et pour tout ce qui était experts en maquillage, ils devaient avoir répété le même tutoriel plusieurs fois avant d'en arriver à une maitrise parfaite. Pour Halloween, le prochain déguisement de choix du jeune homme serait donc Freddy Krueger, et je grimaçais légèrement « Ew... » j'étais tellement habitué à comparer Chaim à une statue grecque, qu'à l'imaginer en monstre ne me donnait pas particulièrement des images de rêves là tout de suite. « Je te préfère encore avec le maquillage de Bryce. » que je moque avant d'ajouter « Mais ok, si c'est ce que tu veux, alors je te ferai ça. » lorsqu'il me demandait si lorsque je disais "ici" je parlais du bateau, je répondais d'une petite voix « Euh non... je parlais de l'extérieur... enfin, ici à Londres. » certes nous n'étions techniquement pas à "Londres" mais le fait de ne pas avoir reposé pied à terre depuis maintenant des mois me donnait la nette impression que nous n'avions jamais réellement quitté l'Angleterre. Pour autant, Chaim était français, il n'avait aucune raison de venir d'aussi loin juste pour faire Halloween. Juste pour que je le maquille. Finalement lorsque nous en venions à rentrer sous la douche, nous parlions de son possible départ. Mais peut-être que j'allais aussi être en danger après tout, nous n'avions aucune confirmation de qui exactement pourrait être nominé. J'avais choisi d'épuiser mes points pour diviser mes votes par deux, me jugeant plus que jamais en danger, mais rien ne disait que ça allait suffire pour me tirer d'affaires. Et si je me retrouvais face à Chaim, le scénario serait pire que tout pour moi. Mais il promettait de donner son maximum pour être sauvé, et ça suffisait à me faire sourire tendrement. C'était bien tout ce qui comptait moi, qu'il reste ici. Depuis le début du jeu, il était clairement devenu l'un de mes repères, si ce n'est mon repère principal. Lorsque je me réveillais le matin, je me mettais inconsciemment à sa recherche, juste pour savoir s'il avait passé une bonne nuit. Et si on me l'avait demandé, j'aurais probablement opté pour dormir à ses côtés, de façon à ce que nous passions la nuit à parler. J'aimerais ça. Mais je savais que jusqu'à la fin du jeu, ça me serait impossible. Et puis je ne voulais pas perturber les habitudes de Silvan non plus. Finalement, je sentais son bras effleurer le mien, ce qui électrisa un instant mon corps, tandis qu'il m'expliquait exactement ce qu'il ressentait. Mais mon petit coeur était tellement serré que j'avais l'impression que tout ce qu'il me disait sortait droit d'un rêve. Mes membres étaient à la fois tendus et mous tandis que je baissais instinctivement les yeux, et qu'il passant sa main sous mon menton pour m'obliger à le regarder. Je devais être rouge écrevisse. Il était heureux. C'était ce que je comprenais. Je le rendais heureux. « Je sais pas quoi dire... je... » @Livia m'avait pas préparé à une situation comme celle-ci. J'étais pas prêt. Je savais qu'elle avait fait de son mieux pour que je m'ouvre au maximum et que j'en devienne séduisant, mais la vérité était que j'étais totalement incapable de draguer qui que ce soit. Alors forcément, je lâchais bêtement « Je... tu me rends heureux aussi. » je savais même pas quoi dire. Et instinctivement, ma main avait glissé de la sienne jusqu'à son biceps, déposant des petites caresses circulaires le long de celui-ci. « Désolé je suis super mauvais pour... ça. » ça faisait un moment que je ne m'étais pas senti aussi intime avec quelqu'un, si bien que mon corps semblait paniquer intérieurement. « J-j'ai pas l'habitude. » pas l'habitude qu'on s'ouvre autant à moi, non. Et j'avais envie de lui dire que je ressentais quelque chose aussi, et que je n'avais qu'une envie, c'était d'être contre lui, mais mes mots se prenaient les pieds dans le tapis de mon cerveau, créant des noeuds. J'espérais que le tout pourrait se lire dans mes prunelles azurées, qui remontaient finalement jusqu'aux siennes, à la fois innocentes et bienveillantes.

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: livin' my life like it's golden - dim, 01:00   Ven 10 Aoû - 16:14

Il est parfois salvateur de pouvoir abandonner, le temps d’une soirée, tout ce qui fait de toi la personne que tu es. D’embrasser un thème des plus effrayants et de te lancer corps et âme, quelques heures durant, dans une quête de l’effroi. Rien de tel que quelques gros frissons pour te réveiller la nuit d’Halloween. La dernière édition en date aura su me marquer, deux potes m’ont embarqué dans cette forêt ou prenait place une course d’orientation nocturne sobrement intitulée zombie escape. J’ai passé la nuit entière avec une trentaine de participants à courir partout dans la forêt, à l’affut du moindre bruit, à rechercher des balises dissimulées un petit peu partout, à éviter les figurants engagés pour incarner les morts vivants. La règle était d’ailleurs assez amusante, s’ils parvenaient à te recouvrir de faux-sang, tu te transformais dès lors en un mort vivant pour le reste de la nuit, chargé de traquer les derniers joueurs « en vie » et de les ensanglanter à leur tour. Autant vous dire que les nerfs sont remontés à bloc quand tu déambules au milieu des bois, avec un éclairage diablement limité, uniquement le flash d’un téléphone qui se décharge plus vite que son ombre. Je suis parvenu à me hisser parmi les dix derniers joueurs survivants avant une défaite des plus frustrantes, à trois balises de la ligne d’arrivée. Un Halloween qui me restera pendant un long moment dans la tête, surement l’un des meilleurs qu’il m’ait été donné de passer. Sur YouTube, tout semble tellement simple et rapide, à croire que tu peux réaliser un maquillage hyper précis et réaliste en dix secondes, avec trois pinceaux et quelques tubes de peinture. Le résultat est parfois décevant, souvent différent de ce que l’on s’attendait à obtenir comme rendu. Hunter a néanmoins raison à propos de tout ceci, les personnes qui postent sur YouTube sont habituées à tout cela, ce sont généralement des professionnels qui se sont entrainés des dizaines de fois avant d’arriver à un résultat satisfaisant. « C’est vrai, il serait marrant d’avoir quelques images de leurs premiers essais, pour pouvoir relativiser quand ta première tentative n’est pas à la hauteur de tes espérances. » Hunter semble dégouté par l’image que j’immisce dans sa tête, Freddy Krueger, figure emblématique du cinéma d’épouvante des années 80 et 90. Robert Englund était quand même sacrément talentueux, il faut y aller pour parvenir à donner vie à un tel personnage, à le rendre aussi populaire auprès des fans alors que le mec est, de base, un pédophile qui assassine des mômes et torture de jeunes adultes en se glissant dans leurs cauchemars. « J’suis sûr que j’serais quand même sexy en Krueger ! » Une version musclée du personnage, parce que je n’ai clairement pas le même look qu’Englund à l’époque où il interprétait le personnage. Hunter se moque de moi et du maquillage que j’avais jusqu’à tout à l’heure sur le visage, celui qu’il termine tout juste de me retirer. « @Bryce finira peut-être sur YouTube, à proposer quelques tutos beauté, qui sait. J’suis sûr que je lui ai fait naitre une vocation ! » Je termine en bombant le torse, comme pour affirmer ma fierté face à un exploit qui n’en est pas un. Hunter se dit prêt à exaucer mon vœu en me grimant, de quoi faire s’élargir mon sourire et me faire exploser de joie, pire qu’un gosse. « Des heures de tutos YouTube t’attendent alors, mais j’suis trop content ! » Pourvu qu’ils existent des vidéos pour ressembler à Freddy Kruger, j’sais pas s’il est aussi populaire que dans ma jeunesse. Peut-être devrais-je opter pour un Boogeyman plus actuel… Sauf qu’il n’y en a plus vraiment qui hantent encore les salles de nos jours, les films d’horreur se concentrent beaucoup trop sur les fantômes à présent. Londres, venir à Londres, près de lui… Je le regarde tendrement, lui qui semble si gêné à la simple évocation de retrouvailles hors de ce bateau. « Je serais ravi de partager Halloween avec toi, de venir à Londres quelques jours… Si tu en as envie… Bien-sûr… Et pas juste pour me faire plaisir hein… J’veux dire… T’as le droit de refuser ! » Parce qu’il faudrait qu’il m’héberge dans ce cas-là, et j’suis pas sûr qu’il puisse le faire, faudrait-il encore qu’il le veuille, et je déteste m’imposer de la sorte. Tout cela pour dire que j’serais partant pour un road trip en Angleterre à Halloween. Vient le moment de la douche, la fameuse douche, raison pour laquelle Hunter est venu me rejoindre en premier lieu. Lui qui souhaitait se dérober de la folie émanant de sa propre salle de bain après le prime, qui souhaitait peut-être se doucher dans le calme, sans qu’on vienne l’embêter. C’est loupé, il faudra repasser pour le calme. Je suis là, complètement nu, face à lui, bavard comme jamais je ne l’ai été jusqu’à présent. Plus expressif que je ne l’ai jamais été dans mon quotidien, en dehors de cette aventure. Quand je vous dis qu’il est spécial, il est là, immobile, à deux doigts de faire naitre l’inquiétude en moi à force de rougir, si ce n’est devenir violet, et tout ce que je continue à reconnaitre c’est cette beauté qui l’anime. Je pourrais me perdre dans ses yeux pendant de longues minutes, caresser sa peau si douce pendant des heures, apprendre à connaitre sur le bout des doigts chaque parcelle de sa peau, chaque millimètre de son être. Enlacé contre lui, peut-être parviendrais-je finalement à trouver le repos et la sécurité qui m’ont toujours cruellement manqué. Il bafouille, il peine à m’affronter du regard et je le sens stressé, paniqué même. « Tu… Tu n’as pas besoin de dire quelque chose, tu sais ! » Je n’attends rien de lui, il n’a pas à s’adapter au tempo que je tente de lui imposer de force. A chacun son rythme. Ses doigts glissent contre ma peau, se perdent contre mon biceps et me font immédiatement réagir. Je frissonne, peine à garder mon sang froid, à ne pas réagir à ce moment d’apparence anodin et pourtant si significatif pour moi. Il me met le feu, pire encore, il met mon être tout entier à feu et à sang. « Moi non plus… C’est peut-être même la première fois ! » Je ne suis pas romantique pour un sou, pas du genre à me poser, pas non plus du genre à envisager quoique ce soit. Putain, j’suis plutôt le mec qui passe son temps à fuir les responsabilités, les sentiments, l’humanité… Alors pourquoi maintenant, pourquoi lui ? Pourquoi ? Je ne parviens pas à me le sortir de la tête, je suis prisonnier de mes propres songes, son prisonnier. « Je… » Je me mordille la lèvre, fébrile, et me décide à suivre mon instinct, mon intuition. Mon cœur est à deux doigts d’imploser, il chavire, envoi valser ces litres de sang dans mes veines à une vitesse affolante. Mes doigts tremblent, comme tout le reste de mon corps. Je me rapproche, effleure ses lèvres et me ravise pour atteindre le bord de ses lippes qui pourraient me rendre accro en un instant, d’un seul contact. Je l’embrasse, chastement, là, au bord de sa mâchoire et recule. Mon corps tout entier étouffe, il se meurt sous cette pression, sous ce désir que je tente de contenir, de réduire au néant. Un simple sourire étire mes lèvres, un sourire tendre, la distance qui s’installe entre nous deux me déplait, j’aimerais aller plus loin, laisser libre court à mon imagination mais c’est tout bonnement impossible pour le moment. « Bonne nuit ! » Putain Chaim, t’as rien de mieux à dire ? Rien de mieux à faire ? J’ai conscience d’être beaucoup trop fragile pour tenir la dragée haute à mes pulsions. Rester en sa présence, là, sous cette eau bouillante, ce serait mettre en danger tout ce que je tente de préserver. Je recule, abandonne cette douche pour me réfugier contre cette serviette que je plaque contre mon visage, comme pour m’aveugler, pour m’éviter de me retourner et de sombrer. Il me faut sortir d’ici, au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
 

livin' my life like it's golden - dim, 01:00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: SALLE DE BAIN COMMUNE-
Sauter vers: