darkside, mon. 05 - 09:45

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: darkside, mon. 05 - 09:45   Dim 5 Aoû - 23:01

Silvan ne compte même plus les semaines dans cette cabine – il n’a jamais commencé à compter, pour tout vous dire ; détrompez-vous ce n’est pas parce qu’il ne sait pas compter –. Cette cabine, c’est devenu son territoire. Quand il se tirera de ce bateau, parce qu’il se tirera comme chacun de ses camarades à un moment donné de l’aventure, il laissera une marque indélébile dans cette cabine. Dans cette cabine, personne n’ose entrer. Pourquoi ? Il ne s’est jamais posé la question et il s’en fout. De toute façon, sa cabine n’a pour fonction que de dortoir, c'est-à-dire qu’il y passe maximum huit heures de ses journées, soit son temps passé à dormir. Le reste de son temps, le métis s’occupe avec des activités que la production leur propose à bord, il passe du temps avec certains de ses camarades. Comme depuis le premier soir où il a posé sa valise, il partage cet antre avec son camarade d’entrée de jeu, Chaim. En cinq semaines de jeu, il n’a connu que deux compagnons de chambrée. Thom et Chaim. Il ignore si ce dernier aimerait changer de colocataire de cabine, se coucher le soir aux côtés d’un visage autre que la figure basanée du turc. Il ne lui a jamais posé la question, sûrement parce que l’occasion ne s’y est jamais présenté. Cependant il estime qu’à partir du moment où le français n’a pas encore essayé de l’étouffer dans son sommeil avec un coussin, c’est plutôt bon signe pour leur colocation de longue date. D’autant plus que son camarade n’est pas contraignant. Ils ne sont imposés aucunes règles et la cohabitation semble bien se déroule – du moins, c’est ainsi que le métis la juge. Ce matin, Silvan est réveillé par un énorme vacarme retentissant dans l’entrée de sa cabine. « Putain, mec ! », scande-t-il, en se redressant dans son lit et portant son attention vers l’auteur du bruit qui ne peut être que Chaim. Mais ne voici pas ici la surprise du turc en découvrant la présence d’un candidat étranger à leur cabine. Ce n’est pas Chaim qui a fait un vacarme en voulant quitter la cabine – d’ailleurs, il est déjà parti… -. Son regard vert croise celui de la jeune femme. Il ne sait pas ce qu’elle fait là. Il enlève le drap qui cache le haut de son corps. « Tu es venu m’apporter mon petit déjeuner, c’est ça ? », qu’il questionne, alors qu’il ne quitte plus du regard @Bryce. C’est la seule raison qu’il a trouvé pour justifier la présence de sa coéquipière, à ce moment de la journée. Il étire ses longs bras musclés, émergeant doucement.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 485
AVATAR : KEKE PALMER
ÂGE : 22
LOCALISATION : LOUISIANE
MÉTIER : BONICHE CHEZ POPEYES


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: darkside, mon. 05 - 09:45   Dim 5 Aoû - 23:48

Bryce se fait un peu chier dans sa cabine. Ce n’est pas le fun avec Jun – la rime de tarba - mais en même temps à cette heure-ci du matin qui fait la fête dans sa cabine ? La tête littéralement enfoncée dans son oreiller, elle se met à réfléchir à ce qu’elle pourrait bien faire pour se rendormir. Ou s’occuper. En temps normal, elle ne pense jamais à ça en avance. Elle se lève toujours tard et occupe sa journée sans franchement la planifier. Pour autant, ce matin elle a la tête pleine. Une idée lui semble assez lumineuse : donner raison à Alvaro quand il dit de l’américaine qu’elle est chiante. Mais finalement c’est une autre idée, plus géniale encore qui lui prend la tête. Tellement qu’elle en bondit d’un coup de son lit, envolant au passage son drap. Heureusement pour sa camarade de chambrée, cette dernière n’est plus présente dans la cabine. Une lève tôt décidément. Bryce se jette littéralement dans sa penderie pour chercher sa tenue la plus… Sexy ? Affriolante ? Elle ne connaît pas ses choses là, plus habituée à porter un vieux short de basket ou un survêtement comme bas de pyjama – quand elle ne se contente pas d’une culotte - et un vieux débardeur comme haut. L’espace d’un instant elle baisse les yeux sur sa tenue de nuit, qui ne convient vraiment pas. Hésitant un instant, elle souvient que sa pote Kylie lui avait fourré de force un pyjama en soie dans sa valise. Sa tenue de baise qu’elle disait toujours. Mais cette tenue lui inspire tellement de dégoût qu’elle ne peut la passer.  Rien que l’idée de l’enfiler lui donner envie de gerber. Une espèce de pyjashort en soie blanche. Elle se contente alors d’un long tee-shirt gris tombant sur ses fesses, couvertes d’un mini-shorty basique noir. Se promenant dans le bateau ainsi, elle fait un crocher par le self pour piquer quelques trucs qu’elle planque dans une espèce de sac en papier. Qu’elle garde fermement dans sa main gauche. De sa droite, elle appuie sur le bouton d’ascenseur par fainéantise, puisqu’elle pouvait très bien emprunter l’escalier. La cabine de Silvan se trouvant à l’étage du dessous. Ne cherchant pas à être discrète, l’américaine ouvre la porte de cabine de son camarade. Heureuse de voir qu’il se trouvait seul, plus encore à la vue de la peur bleue qu’il vient d’avoir. Se faire appeler mec ne la dérange pas. D’ailleurs un sourire en coin s’accroche aux lèvres pulpeuses de Bryce. Elle repose son corps contre le cadre de la porte, attendant une réaction du turc. Qui ne se fait pas désirer. Il lui parle d’un petit déjeuner qu’elle viendrait lui apporter. « Nan… » Qu’elle répond dans un premier temps, réprimant un sourire pour garder un air un peu plus sérieux. Parce qu’elle tentait d’être la plus sérieuse possible face à Silvan. « J’pouvais juste pas attendre une invitation c’était trop long... » Qu’elle souffle en laissant échapper cette fois un léger rire. Elle faisait référence évidement à son invitation du prime. Claquant la porte de la cabine derrière elle de son pied, elle bouge son boule pour poser ses fesses au bout du lit de son camarade. « Enfin si... » Elle revient sur le petit déjeuner. De son sac en papier, elle sort une petite bouteille de jus de fruits dit multivitaminé. Un large sourire naît cette fois-ci sur ses lèvres, alors qu’elle fait appel aux réflexes de son camarade en lui balançant la bouteille. « Un peu d’énergie… Tu vas en avoir besoin... » Qu’elle souffle, son regard entendu se plantant dans le sien.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: darkside, mon. 05 - 09:45   Lun 6 Aoû - 15:52

Silvan ne s’attend pas à trouver @Bryce dans sa cabine, à ce moment de la journée. Il ne sait même pas ce qu’elle est venue faire dans son antre, d’autant plus qu’il ne l’a pas convié à le rejoindre. Cela n’a dit il s’est bien douté que la jeune femme n’était pas de celles qui attendaient une invitation pour venir. Il s’amuse en postulant l’hypothèse qu’elle est venue lui apporter son petit-déjeuner, sauf qu’il remarque qu’elle n’a pas de plateau dans les mains. C’est que l’éventualité qu’on lui apporte son repas, de bon matin, dans son lit, le réjouit d’avance – mais il n’est pas certain que ce moment arrivera à bord de ce bateau. Il a peut-être une idée de la personne qui pourrait lui offrir une telle attention mais ce n’est pas Bryce –. Cette dernière réfute, sans surprise, son idée. Elle n’est pas venue lui apporter son petit-déjeuner. Mais alors qu’est-elle bien venue faire dans la cabine D1 ? Il pose un regard curieux et désireux d’en savoir plus sur sa camarade. Il ne la quitte pas du regard, et détaille chacun de ses gestes. Elle reprend la parole. Elle ne pouvait pas attendre une invitation aussi longtemps. Un rictus s’éprend des lèvres de Silvan. « Je savais bien que tu n’avais pas besoin d’une invitation pour me rejoindre ». On pourrait croire qu’il se fout d’elle mais ce n’est même pas le cas. Il lui parle franchement. Bryce est le genre de nana au-delà de toutes conventions relationnelles. Ce n’est pas pour lui déplaire. Il détaille du regard les gestes exécutées par sa coéquipière. La porte claque derrière elle. Elle avance d’une démarche chaloupée vers lui, s’installant sur le bord de son lit, à son extrémité. Il se redresse, s’asseyant dans son lit et s’appuyant contre son coussin. Son drap cache toujours le bas de son corps. Il arque un sourcil, quand il entend les nouvelles paroles de la jeune femme. Elle se corrige. Elle serait finalement venue pour son petit-déjeuner. « Ah ? », souffle-t-il. « C’est toi mon petit-déjeuner, finalement ? », qu’il réplique dans un ton taquin. Son regard croise celui de la jeune femme. Il lui offre un large sourire, découvrant ses dents blanches qui contrastent avec son teint basané. Finalement, elle lui présente une bouteille de jus de fruits. Le jeune homme réceptionne l’objet et lit avec une fausse attention l’étiquette. Jus de fruits multivitaminés. Elle l’informe qu’il va avoir besoin d’un peu d’énergie. « Soucieuse de ma forme ? », souffle-t-il. « Comme c’est adorable », qu’il reprend dans un sourire. Il débouche la bouteille et la tend à sa coéquipière. « Qu’est-ce que tu m’as prévu pour aujourd’hui ? », qu’il la questionne. Il la défie du regard. Jusqu’à maintenant, Bryce, c’était beaucoup de mots et peu d’actions.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 485
AVATAR : KEKE PALMER
ÂGE : 22
LOCALISATION : LOUISIANE
MÉTIER : BONICHE CHEZ POPEYES


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: darkside, mon. 05 - 09:45   Mar 7 Aoû - 1:34

Pour rien au monde Bryce ne se gênerait d’aller où bon lui semble. Pour rien au monde elle s’empêcher de faire ce que bon lui semble. Alors en se levant, l’idée de continuer son petit jeu avec Silvan l’enchantait tant qu’effectivement, elle semblait mettre le cœur à ça. L’espace d’un instant, elle avait peur de l’entendre dire qu’elle prenait la chose trop à cœur. Mais elle voyait ça plus comme un passe-temps, certainement le meilleur depuis qu’elle est entrée en jeu. Alors sans perdre un instant, elle s’était dépêchée de rejoindre son camarade dans sa cabine. Ce n’est pas difficile de savoir laquelle, puisqu’il loge dans la plus luxueuse depuis le début. Ou quasiment. Et c’est bien acté qu’il ne la quittera pas à moins d’une élimination ou d’une espèce de gage l’obligeant à bouger. Appuyée contre l’encadrement de la porte, elle réfute son idée de petit-déjeuner au lit. Bryce n’est pas une boniche, même si la plupart sont aussi noires qu’elle et un peu débilos sur les bords. La seule chose qu’elle avoue est son impatience face à sa soi-disant invitation à passer dans sa cabine. Une invitation qu’elle s’est octroyée seule comme une grande, se moquant bien de son avis. Silvan dit savoir qu’elle n’en avait pas besoin. Elle réprime un sourire qu’elle exagère timide. « C’pas que je veux m’imposer hein… J’voulais juste absolument te voir… » Qu’elle souffle en baissant les yeux, feignant toujours une timide qui n’existe pas chez elle. Ou qui pourrait exister, mais à qui elle ne laisse aucune place. Finalement elle se rapproche, essayant d’adopter cette même attitude qu’elle avait commencé à avoir avec lui lors de leur échange initial. Une démarche féline, alors qu’elle grimpe sur le lit du concerné. Gardant une distance convenable, mais allongeant ses jambes chocolat au lait. Elle ne lui apporte pas vraiment un petit-déjeuner, mais de quoi se sustenter. Sans grande surprise, le turc lui demande si c’est elle son petit-déjeuner. Elle lâche un rire de minette, posant sa main sur sa poitrine. « Hm t’es pas assez gourmand pour m’avoir comme petit déj… » Par contre, elle lui sortait une bouteille de jus de fruit. En rapport à la force que l’on confère aux vitamines que contient une telle bouteille. Parce qu’évidemment il aurait bien besoin de force pour la… Supporter. Parce qu’il en faut beaucoup pour supporter une meuf pareille, qui certes peut être libre totalement et en même temps affreusement chiante. Pourtant elle n’en dit pas un mot, se contentant de lui conseiller de prendre des forces. Si elle est soucieuse de sa santé ? Elle bouge sa tête de haut en bas pour lui signifier que lui et pour le coup, c’est forcément sincère. Puis elle minaude un peu en roulant ses épaules. « Adorable c’est l’mot ! J’fais la dure, mais j’suis encore plus douce qu’du miel… » Elle se mordille légèrement la lèvre supérieure, réprimant un rire de connerie. Parce que c’est certainement la plus grosse connerie qu’elle avait sortie jusque-là. Bryce capte le regard de son camarade, pas encore assez dans le game pour la troubler. Alors quand elle demande ce qu’elle avait prévu, elle dodeline légèrement de la tête. « J’avais prévu de te chauffer… Et te laisser en chien juste après… » Elle papillonne cette fois des paupières. « Mais c’est trop cruel nan ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: darkside, mon. 05 - 09:45   Mar 7 Aoû - 14:48

Il n’est pas cultivé mais il n’est pas pour autant naïf. Ila bien remarqué depuis le début que la jeune femme n’a pas besoin d’être convié pour se rendre dans telle ou telle pièce ou d’agir conventionnellement. Comme son entrée où elle s’est assise sur les genoux d’un candidat ou lors de la soirée organisée par la production, lorsqu’il était à la Nouvelle-Orléans où elle a bu dans le verre d’Alvaro sans même n’attendre la permission du cubain. Elle est au-dessus des conventions et de la bienséance. Elle l’informe qu’elle ne veut pas s’imposer. Elle voulait absolument le voir, il parait. Le turc s’esclaffe. Quant aux raisons de sa présence, ce n’est pas pour lui apporter son petit-déjeuner, à moins que ce ne soit elle son repas. L’idée libidineuse lui effleure furtivement l’idée, juste le temps de l’énoncer clairement. Il ne serait pas assez gourmand. « Oh ? Pourtant, le matin, c’est le moment de la journée où j’ai un très grand appétit », émet-il, un sourire s’éprenant délicatement de ses lèvres. Il cherche du regard celui de sa camarade. Entre temps, il réceptionne une bouteille de jus de fruit qu’elle lui a tout de même apporté. C’est à se demander si elle n’est pas soucieuse de sa forme. Adorable, qu’il la juge, sur le moment, dans un ton amusé. Il détaille consciencieusement les réactions de sa camarade. Il imprime dans son esprit chaque trait de son visage qui se fait et défait. Ses deux prunelles vertes deviennent un radar d’analyse. Un discret sourire étire ses lèvres. Elle serait encore plus douce que du miel. Il se saisit d’un oreiller qu’il lance gentiment sur sa camarade. « Tu perds toute crédibilité là », souffle-t-il, dans un ricanement. Il est tout de même curieux de savoir ce qu’elle lui a prévu. Il l’inspecte du regard, attendant qu’elle lui annonce le programme de cette matinée. Elle lui dit avoir prévu de le chauffer puis de le laisser en plan. Il plante son regard dans celui de sa coéquipière. Cette dernière cherche à savoir ce qu’il en pense : est-ce trop cruel. Il lui adresse une moue peu convaincue par ce programme offert par la demoiselle. « Ca ne va pas leur suffire », qu’il énonce clairement. Il la défie du regard. Il sait que Bryce a le verbe facile. Elle parle beaucoup. Beaucoup mais pour peu de résultat. « Dis-moi, Bryce, tu as déjà été amoureuse ? », il est sérieux avec sa question, en plus. Elle est toujours dans son champ de vision et il peut guetter chaque réaction.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 485
AVATAR : KEKE PALMER
ÂGE : 22
LOCALISATION : LOUISIANE
MÉTIER : BONICHE CHEZ POPEYES


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: darkside, mon. 05 - 09:45   Mer 8 Aoû - 22:47

Jouant le jeu jusqu’au bout, Bryce adopte une manière de parler qui lui ressemble peu et des mimiques piquées aux nanas vraiment féminines du bateau. Qui se résume en tout et pour tout à Livia. Invente l’excuse du je voulais te voir pour accéder à la meilleure cabine du bateau et faire comme chez elle. Et pas pour faire la boniche et lui apporter son petit déjeuner sur un plateau doré. Silvan sous-entend qu’elle pourrait lui servir de repas. Elle rétorque qu’il n’en aurait pas la force. Pas assez gourmand. Ce qui tend à choqué son camarade. Elle ne répond rien à sa remarque, levant un sourcil de défit. Le plus grand appétit, mais pourquoi au juste ? Parle-t-il encore de nourriture ou autre chose. En tout cas, elle lui donne l’occasion de prendre des forces en lui balançant une bouteille. Elle lui donne l’occasion de voir une autre facette d’elle, en se comparant à du miel. Pas crédible. Ni pour elle, ni pour lui qui la démasque et lui balance un oreiller. Bryce ouvre sa bouche largement, en mode vraiment choquée. Ses yeux faisant de même. Et finalement Silvan cherche à savoir ce qu’elle leur a prévu, qui pourrait justifier se gain de force par le biais du jus d’orange. Elle rigole. Parle de le chauffer. Ca ne convient pas. Tant mieux pour elle, elle n’aura pas à subir ça. Et puis finalement, il lui parle d’amour. Le turc lui demande si elle a déjà été amoureuse. Tombant comme un cheveux sur la soupe, l’américaine est prise de court. Instinctivement elle tourne la tête vers l’autre bout de la cabine, silencieuse. Elle lâche un gros souffle d’agacement, avant de tourner son regard cette fois sur lui. Avant de faire une grimace. « Pourquoi tu casses le délire là ? » Elle s’enfonce dans le lit, appuyant ses coudes sur l’oreiller qu’il lui avait balancé plus tôt. Elle reprend son sac en papier et en tire un croissant. Elle le met dans sa bouche, tandis qu’elle lui balance le sac, contenant une deuxième viennoiserie. En vérité si, elle lui avait apporté son petit déjeuner. Pas forcément comme il le souhaitait, mais elle l’avait fait. S’il n’en veut pas, elle s’en chargera. Elle croque dans son petit déjeuner, ne s’évitant pas pour autant de parler la bouche pleine. « J’ai pas d’plan pour nous aujourd’hui ok ? J’voulais passer la matinée tranquille dans une bonne cabine avec un bon gars c’tout… » Qu’elle souffle, la mine légèrement déçue. Elle se dit qu’elle n’aurait pas dû. Qu’elle aurait dû profiter de l’absence de Jun pour faire la grasse matinée. « Maintenant si t’as décidé de me casser les reins avec ces sentiments à la con j’me casse ! » Qu’elle dit en pointant la porte du menton. Passant en même temps à la trappe une possible réponse à sa question. Mais son camarade insistera certainement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: darkside, mon. 05 - 09:45   Jeu 9 Aoû - 18:53

Il sera quand même curieux de savoir ce que la jeune femme trame dans sa tête. Celle-ci dit avoir le projet de le chauffer pour ensuite le laisser en plan. Un projet peu satisfaisant selon le turc. Il ne pense que cela puisse les contenter et les satisfaire. Ceci ne leur suffira pas, comme il le lui annonce. C’est alors qu’il lui pose une question qui le taraude, depuis quelques temps. Il a eu le temps d’observer sa coéquipière, que ce soit pendant ces instants passés ensemble, juste tous les deux, ou pendant ces moments où tous les candidats sont regroupés. Il a pu remarquer sa façon de se comporter avec les hommes, de manière générale ou de façon plus exclusive, comme avec lui, par exemple. Il ne la quitte pas du regard. Elle est anodine, sa question – et elle se prête assez bien à leur contexte et à ce jeu dans lequel ils se sont lancés ou plutôt qu’elle s’est lancée –. Elle n’a pas l’air très… contente. Il aurait cassé le délire. « Je n’ai rien cassé ». Il retombe sur ses pattes, comme un félin. En réagissant ainsi, Bryce a marqué un temps mort. Elle se renferme sur elle. Il reste silencieux, son regard épousant les formes de la jeune femme. Son attention pivote ensuite sur les gestes qu’elle exécute, elle s’affaire avec le sac en papier qu’elle a apporté avec elle. Dans ledit sac, après y avoir sorti une bouteille de jus de fruits, elle en tire une gourmandise. Elle lui lance ensuite le sac, en silence, sans un mot. Il le réceptionne et inspecte du regard sa contenance. Il remarque la présence d’un autre croissant. Il redresse la tête, cherchant du regard Bryce. Elle avait pensé à lui. Un rictus étire ses lèvres alors qu’il referme le sac. La voix de sa camarade s’élève de nouveau dans la pièce : elle lui révèle ne pas avoir de plan pour eux. Il accueille sa confidence avec un sourire. Elle lui confie alors avoir eu l’envie de passer la matinée tranquille, dans une bonne cabine, avec un bon gars. La bonne cabine, la sienne. Le bon gars, lui. Il lui offre un sourire, alors qu’il lit sur son visage la déception. « Ecoute, je suis désolé si ma question t’a ennuyé… », émet-il. Il ne pensait pas qu’elle était malvenue ni même offensive. Il est sincère quand il lui dit cela. « J’ai été maladroit ». Ou con. Il lui adresse un sourire. Silvan décide de quitter sa place pour venir s’installer à côté de sa camarade, à l’autre bout de son lit. Il tient dans sa main le sac qu’elle lui a envoyé à la volée. Il sort le croissant. « En tout cas, merci pour le croissant », qu’il réplique, la gratifiant d’un sourire. Quelques centimètres les séparent. Il peut sentir son parfum, son souffle et détailler plus minutieusement les traits de son visage. « Tu sais bien que ce n’était pas mon intention, Bryce », souffle-t-il quand elle émet la possibilité de quitter sa cabine, s’il l’enquiquinait avec ces questions… ou plutôt « avec ces sentiments à la con ». « Puis, tu sais, manger des croissants dans mon lit à tes côtés, c’est déjà un bon programme pour moi », qu’il scande, dans un ton amusé. Il lui adresse un clin d’oeil.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 485
AVATAR : KEKE PALMER
ÂGE : 22
LOCALISATION : LOUISIANE
MÉTIER : BONICHE CHEZ POPEYES


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14500£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: darkside, mon. 05 - 09:45   Jeu 9 Aoû - 23:57

Le but de Bryce en allant dans la cabine de son camarade c’est de passer un bon moment avec lui, de ne pas être sérieuse tout en jouant légèrement avec le feu. D’ailleurs ils commencent très bien dans leur registre, adopté depuis quelques temps maintenant. Mais sa question lui coupe le souffle et l’envie de continuer. Vraiment. Pour être plus claire, ça la fait complètement chier. Alors il a beau dire le contraire le turc, pour elle, il a totalement détruit le délire. Il l’a même propulsé. Désintégré. Elle n’a plus envie de jouer. Elle n’a plus envie de rouler des épaules pour feindre la sensualité. Plus envie de parler posément pour accentuer son effet de style. Cette fois, Silvan se retrouve avec la bonne vieille banlieusarde à qui il avait parlé pour la première fois. Son phrasé trop brut. Son style à faire fuir la plus caïd des racailles. Elle sort son petit déjeuner du sac en papier, balançant quasiment à sa figure celui de son camarade. Parce qu’elle avait pensé à lui et quand bien même il lui adresse un sourire pour la remercier de ce geste, elle n’en a plus rien à foutre. L’américaine fait une gueule de trois mètre et pour la lui chasser, faudra bien du courage au turc. Et tout ça pour une petite question. Une question anodine pour toutes les midinettes qui tombent amoureuses tout les quatre matins. Anodine pour lui aussi. Pas pour elle. Ca la fait chier ce genre de conversation, tout comme sa situation familiale, sa vie intime finalement. Bryce, elle ne va pas commencer à s’ouvrir comme ça sur ce genre de chose, surtout pas avec un camarade comme lui. Non pas qu’il soit trop con pour comprendre, intolérant ou ce genre de chose. Mais elle sait que si elle devait l’ouvrir, ce serait plus en compagnie d’une fille comme Ariadne. Mais qu’elle ne rêve pas non plus celle-là, ça ne se fera pas. La noire révèle alors n’avoir aucun plan. C’est vrai. Elle voulait simplement passer le temps dans une cabine luxueuse en compagnie de quelqu’un pas trop con. Silvan pourra dire ce qu’il veut, il n’a rien d’un teubé. Et sa compagnie est appréciable lorsqu’il ne se prend pour un psy. Sa déception est alors réelle et facilement repérable sur sa face. Tellement que son camarade se dit désolé de la situation entière finalement. Ca, plus sa réaction face au remerciement de Llewyn. Elle est complètement grillée auprès du turc. Alors elle tourne la tête vers lui et hausse les épaules. « C’bon ça m’gonfle déjà pas besoin d’en rajouter ! » Pas besoin de s’étendre sur le fait qu’il a été une vraie tête de bite – confirmé auprès d’Alvaro – et que ça l’a soulé grave. Elle a été assez clair sur ce point. Elle le fustige d’un regard noir en premier lieu pour lui intimer de ne rien rajouter. Bryce laisse ses yeux posés sur lui, ne ratant pas le fait qu’il s’approche d’elle. Doucement, l’écart entre eux se réduit comme de nombreuse fois auparavant. Elle n’arrive pas bien à analyser ce qu’il tente de faire. S’il revient dans le game comme avant, ou s’il est tout à fait sérieux lorsqu’il se pose à quelques centimètres d’elle. Elle fuit son regard. Hausse les épaules pour réponse à son remerciement. Qu’il bouffe son croissant et qu’il lui foute la paix. D’ailleurs elle est clair, s’il continue avec les sentiments, elle se casse. Apparemment ce n’est pas ce qu’il veut. Qu’il est contente de son programme initial, de partager sa cabine pour un petit déjeuner à la sauvage. La mine de Bryce ne se détend pas. Elle reste figée, ses traits tendu par un sentiment qui la gonfle. La putain de gêne. « J’te jure te fou pas d’ma gueule ! Tu sais que j’peux péter un câble là ! » Tout le monde le sait. Tout le monde sait qu’elle a un grain assez épais pour commencer à gueuler pour un rien. Même si elle comprend son envie d’apaiser les choses, et son clin d’œil. Elle souffle. Tend à se détendre un peu. Mais fuit toujours le regard de son camarade. Elle lui demande de ne plus lui parler de ça, mais elle revient une dernière fois dessus. « T’sais quoi ? Fais comme-ci j’étais un keum ! Entre gars vous parlez pas d’sentiment si ? » Qu’elle demande, se permettant de passer ses jambes sous le drap de Silvan. De croiser les bras sous sa poitrine. De fixe le mur en face d’eux sans jamais plus regarder Silvan.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: darkside, mon. 05 - 09:45   Ven 10 Aoû - 11:05

Silvan ne s’attendait pas à une telle réaction de la part de son interlocutrice. A vrai dire, non, il aurait pu la prédire. Il n’y avait qu’à se souvenir de la façon dont elle a réagi face au baiser sur sa joue que Llewyn lui a adressé. Mais ce n’était pourtant pas l’intention du métis de l’ennuyer avec cette question. Après tout, elle est anodine ? Lui-même aurait su y répondre. Il n’a jamais été amoureux. Il n’a jamais parvenu à ressentir un sentiment particulier à l’égard d’une jeune femme, jusqu’à maintenant. Il n’a pas assez confiance aux femmes et, de manière générale, aux relations amoureuses. Elle aurait pu lui confier n’avoir jamais été amoureuse. Il ne l’aurait pas jugé. Il a été maladroit, qu’il lui dit. Il ne réplique pas, après le commentaire de sa coéquipière. Il décide finalement de s’approcher d’elle, de venir briser la distance qui les séparait et de venir tout proche de son espace vital. Il l’inspecte du coin de l’oeil. Quelques centimètres ne les séparent, à présent. Une distance qui a fondu en une fraction de seconde, juste le temps que le turc ne la rejoigne à l’extrémité du lit. Il étend ses longues jambes, près de celles de la jeune femme. Il sort du sac qu’elle lui a lancé un croissant et commence à le déguster. Il la remercie de son attention, parce que, même si la forme n’avait pas été mise par la belle, l’attention était bel et bien présente. Il lui adresse un sourire. Il lui annonce clairement que son intention n’était pas de la faire fuir, bien au contraire. Pourquoi chercherait-il cela ? La compagnie de Bryce est tout de même appréciable et elle est agréable à regarder comme nana. Il faudrait être idiot pour la chasser de sa cabine. Il lui confie que, finalement, manger des croissants dans son lit aux côtés de sa coéquipière est un bon programme pour lui. Ca lui suffit légèrement. « Vas-y pourquoi je me foutrais de toi, Bryce ? », qu’il lui demande, dans une voix calme. Il n’a aucun intérêt de se moquer de sa camarade et ce n’est clairement pas dans les habitudes de Silvan de se foutre de qui que ce soit, ici. Il peut provoquer, malgré lui, sans même qu’il le cherche vraiment. Il détaille les traits du visage tendus de sa camarade, dont son regard le fuit depuis quelques instants. Il la fixe longuement. Il essaie de comprendre son habitude, son comportement. Il continue de croquer dans son croissant, alors qu’elle lui demande d’agir comme si elle était un garçon. Il sourcille un peu surpris de cette requête. Ils changent de jeu, donc ? Il la cherche du regard, alors qu’elle semble fixer le pan de mur, qui leur fait face. Elle lui demande si entre garçons ils parlent de sentiments. « Ca nous arrive de parler de ces choses-là », qu’il lui répond, en la quittant pas pas du regard. Il prend le soin de ne pas la quitter du regard. « On parle de filles, de ce que l’on peut ressentir pour l’une d’elle ; des fois, on se donne des conseils ; on parle de nos conquêtes, de nos crushs », souffle-t-il. « Enfin, j’ai un peu peur maintenant, avec Chaim, qu’il ne me demande mon avis sur les garçons du bateau », qu’il émet dans un ton amusé. Il rit doucement de sa réplique.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
 

darkside, mon. 05 - 09:45

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Resident Evil Chronicles HD Collection
» RESISDENT EVIL : The Darkside Chronicles
» The Darkside of Jillian O'Neill [Terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: CABINES-
Sauter vers: