it's time to look back - vendredi 23H45

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: it's time to look back - vendredi 23H45   Dim 5 Aoû - 23:20


Avec neuf candidats d’ores et déjà éliminés, il est possible de dire que nous approchons du mi-parcours. Difficile de réaliser que nous sommes ici depuis plus d’un mois maintenant, que nous nous côtoyons quotidiennement et apprenons à composer avec les caractères des uns et des autres. Je suis surpris de constater qu’aucun feu n’a été lancé, à aucun moment nos conflits ont pris le pas sur tout le reste. J’ai cru comprendre qu’il y avait eu quelques pics entre @Bryce et @Heather à un moment ou un autre mais cette dernière a été éliminée assez rapidement et tout ceci a donc été étouffé avant même de prendre d’énormes proportions. @Milan et @Eben ont mis le feu aux poudres en première semaine avec une ridicule histoire de notes, un comportement misogyne qui aurait pu anéantir la bonne ambiance générale mais tout ceci a également été oublié en cours de route. Je suis heureux du climat général, ravi de m’entendre avec une majorité de mes camarades et de pouvoir fouler le bateau après autant de semaines, après avoir réchappé à une première nomination. Il me reste beaucoup d’objectifs à atteindre, des petites choses que je me suis promis de réaliser avant mon élimination. Au tout dessus de ma liste ? Mettre la main sur un secret. La semaine passée, c’est @Wyatt qui m’a buzzé et m’a mis la pression, avait-il raison ? Tort ? Je suppose que nous ne le saurons jamais vraiment. A l’ouest dans ma chasse aux secrets, j’espère avoir un éclair de lucidité à un moment ou un autre. En attendant, place à une investigation discrète et à du divertissement, beaucoup de divertissement. Il est important de toujours se tenir occupé ici, ça évite de réfléchir à tout ce qui se passe à l’extérieur, d’éprouver un quelconque manque bien que… Dans mon cas… Le manque ne soit pas vraiment une faiblesse puisque je n’ai personne qui m’attend dehors. Voilà un avantage à une vie aussi différente que la mienne, je ne manque pas à quelqu’un, je n’ai aucune attache, aucune obligation si ce n’est un emploi que je ne suis pas certain de poursuivre à ma sortie du jeu. Je suis libre comme l’air, peut-être trop ? Est-ce à cela que j’évite de réfléchir ? Quelle empreinte laisserais-je au monde lorsque sera venu le moment de m’éteindre ? Probablement aucune, personne ne me regrettera… Qui paiera pour mes funérailles ? Finirais-je dans une espèce de fausse commune, là où l’on place les gens que personne ne pleure ? Je n’ose même pas y songer, ça me plombe à chaque fois. A deux doigts de me morfondre pour la première fois de mon aventure, je suis sauvé in extremis par Silvan, mon éternel colocataire. Il est tard et je profite de cette liberté retrouvée, point de couvre-feu pour me casser les bonbons, je suis libre comme l’air. « Yo ! » Maintenant qu’il est là, impossible pour lui de m’échapper. « J’pense qu’on est pas loin de la moitié du jeu, à une semaine ou deux près… C’est le moment idéal pour dresser un premier bilan, à mi-parcours, t’es pas d’accord ? » D’accord ou non, il devra répondre à mes questions quand même. « Quel bilan dresse tu de ton aventure à ce stade de la compétition ? Tu t’es surpris ? Tu t’es déçu ? Tu as rencontré des gens qui pourraient avoir une influence sur le reste de ta vie ? Sur ce que tu es à l’extérieur ? Qu’as-tu appris à ton sujet ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: it's time to look back - vendredi 23H45   Lun 6 Aoû - 10:11

Le prime approche. Dans vingt-quatre heures, tout le monde connaîtra l’issue de cette soirée. Qui restera, qui partira. C’est étrange mais à ce stade de la compétition, les nominations et les éliminations deviennent plus… fortes, plus déchirantes peut-être même. Lors du prime précédent, Sil a perdu son binôme : il n’aura pas connu la joie de devoir composer avec elle dans le jeu. Il se pince les lèvres à cette pensée. Après avoir passé un peu de temps au bord de la piscine – et seulement au bord de la piscine, notez bien cette information –, il regagne l’intérieur du pont pour retrouver son antre intime, sa cabine, qu’il partage avec Chaim pour la quatrième semaine consécutive. Il passe devant la porte du salon qui est ouvert, se faisant héler par une voix reconnaissable, celle du français justement. Il s’arrête dans sa marche et tourne la tête vers lui. Ce dernier le salue. Silvan pourrait passer son chemin et l’avertir qu’il rejoint la cabine pour aller se coucher mais il ne le fait pas. Il pénètre dans la pièce et s’assoit sur le canapé, juste en face de son camarade. Son interlocuteur prend la parole. Il estime qu’ils seraient (presque) à la moitié de la saison et le moment serait propice à tirer un bilan. « Un bilan ? Mais c’est les gens déprimés qui font ça, non ? », qu’il souffle, un peu perplexe. « T’es déprimé, Chaim ? T’es dans un bad mood ? », qu’il continue. C’est peut-être cela. Parce que devoir dresser un bilan, ça signifie quand même se replonger en arrière, même quelques semaines en arrière, ça signifie aussi ressasser les souvenirs, même éphémères. Parce que dresser un bilan, c’est déprimant , pour le turc. Mais son camarade ne lui laisse pas vraiment le choix. Il le presse de questions, comme s’il savait qu’à tout moment le métis pouvait lui échapper. Ca ressemble à un interrogatoire pressant. Un flic, Silvan. Il secoue la tête pour chasser cette image venue s’ancrer dans sa mémoire. Il tente de se concentrer sur les questions que lui posent Chaim. S’est-il surpris ? Euh… s’est-il déçu ? Euh… Une rencontre qui pourrait avoir une influence sur le reste de sa vie ? Euh… il y va un peu fort, là, non ? Certes, il a fait des rencontres, sur ce bateau, mais elles n’auront pas la force de changer quoique ce soit dans sa vie, peut-être une. « Pour répondre à tes deux premières, non et non. Mais si tu les poses, c’est que tu estimes t’être surpris et déçu, non ? », qu’il le questionne. « Ensuite, oui, j’ai fait des rencontres. Des rencontres qui changeront le reste de ma vie ? Je ne pense pas » souffle-t-il. « Toi ? Hunter, sûrement ? ». Il ne lui retourne pas la question et il tente de deviner l’identité de la rencontre qui pourrait lui changer le reste de sa vie. Il a cru comprendre que le français était attiré par le candidat. Une attirance qui est peut-être même mutuelle. « C’est quand que vous nous faites des bébés, tous les deux ? », qu’il le questionne, dans un ton amusé et taquin. Il n’est pas con, Silvan, il sait bien que deux hommes ne peuvent pas procréer de façon naturelle – il a peut-être séché quelques cours de sciences de la vie et de la terre à l’école mais il connait quelques trucs quand même –. Il ricane de sa question. « Mais pour revenir à ta question initiale, je suis plutôt satisfait de mon aventure jusqu’à maintenant », émet-il.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: it's time to look back - vendredi 23H45   Lun 6 Aoû - 17:04

Je suis à la fois curieux et paradoxalement pas vraiment impatient de découvrir tout ce qui se passe après ton élimination. Nous avons eu quelques échos de la part des membres de la production sur un autre yacht qui réunirait les candidats éliminés. Ce doit être le feu là-bas, à moins que chacun soit trop occupé à tirer la tronche dans son coin. J’ignore si Milan s’y trouve, lui qui a abandonné l’aventure il y a quelques semaines a surement été rapatrié par la production. A ce stade du jeu, je suis davantage concentré sur mon aventure qui, je l’espère, ne se terminera pas prématurément. Certains répondront à cela que j’ai déjà un parcours dont je peux être fier… Pas suffisamment à mon goût, parce qu’il me reste des tonnes de choses à faire, des secrets à découvrir, des moments uniques à partager avec mes camarades et surtout, surtout… Un besoin de poursuivre cette introspection entamée il y a de cela quelques jours. C’est qu’à force de côtoyer des gens qui ont un parcours radicalement opposé au tiens, tu ne peux que finir par te poser des questions sur tout ce que tu as accompli, tous les actes manqués et tout ce que tu pourrais faire pour t’améliorer dans le futur. Des pistes, j’en ai des tonnes, il ne me reste plus qu’à trouver un angle d’attaque pour me lancer et devenir un homme meilleur. Silvan traverse le salon et j’en profite pour l’accoster et pour mettre des mots sur mes pensées du moment. A la moitié du jeu, plus ou moins, je pense qu’il est temps de se livrer à un premier bilan de notre passage sur Thrown Dice. Non seulement parce que cela me permettra d’obtenir quelques confidences de sa part, de mieux le cerner mais également parce que cela devrait nous permettre de dégager quelques grands axes pour poursuivre cette aventure avec quelques objectifs concrets à réaliser. Au quotidien, il est toujours essentiel de s’attribuer quelques challenges à relever, une sorte de carotte à suivre aveuglément pour dire de ne pas s’éloigner du droit chemin. Dans mon cas, une telle affirmation en fera surement sourire plus d’un, le mec le moins stable du monde qui prétend courir après les objectifs pour ne pas trop sombrer… Et pourtant… C’est peut-être la seule chose qui continue à me motiver régulièrement et à me stabiliser. « Pourquoi les gens déprimés ? Parce que ce sont les seuls qui sont capables de regarder en arrière ? » Aucune place pour de la déprime, encore moins pour de la nostalgie. « Non, c’est surtout un moyen de faire le point sur tout ce qui a été accompli et tout ce qui reste encore à accomplir ! Un bilan utile. » C’est, en tout cas, ainsi que je perçois les choses. « Et puis bon… J’ai une tête à être déprimé moi ? J’sais même pas ce que c’est d’être déprimé ! » Je ne me permet pas de l’être, à aucun moment. Déprimer ce serait comme ralentir la cadence et offrir à la grande Faucheuse la possibilité de me rattraper et de me mettre le grapin dessus. Silvan reste très vague, à se demander s’il fait l’effort de considérer mes questions. « Dude, tu ne peux pas me dire que ton aventure se déroule exactement comme tu l’imaginais, il y a forcément quelque chose qui t’a surpris ou déçu ! » Dans mon cas, la réponse est plutôt simple. « Tiens, un exemple… Je me suis surpris en m’attachant à certains candidats alors que j’suis plutôt du genre à fuir toutes les interactions sociales complexes au quotidien. Je me suis déçu du point de vue du jeu, parce que je suis complètement à l’ouest dans ma chasse aux secrets et que je pensais avoir un meilleur sens de la déduction que cela ! » Mon colocataire me taquine et mentionne Hunter, à croire que tout le monde ici est au courant qu’il ne me laisse pas insensible. Mes lèvres s’étirent en un fin sourire mutin. « J’sais pas… Peut-être quand Poppy et toi aurez montré l’exemple ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: it's time to look back - vendredi 23H45   Lun 6 Aoû - 22:17

« Bah… ce n’est pas forcément une activité très joviale », souffle-t-il. « Puis t’as vu l’heure qu’il est ? Tu me demandes de réfléchir ». Ré-flé-chi-r. « C’est que ça demande de l’effort ». Intellectuel, l’effort mais cela reste un effort pour le jeune homme et à cette heure de la journée il n’est pas certain que son cerveau soit prédisposé à réfléchir. D’après le français, ce serait un bilan utile : une façon de faire le point sur tout ce qui a été accompli et tout ce qui reste à accomplir, donc. Attendez… le garçon, il s’est fait une check list en entrant dans le jeu ou bien ? Silvan arque un sourcil, quelque peu perplexe face à l’activité que son camarade de chambrée lui propose. « On n’a pas forcément besoin d’avoir une tête spéciale pour être déprimée. Ca se passe là-dedans surtout », souffle-t-il, en tapant à l’aide de son index sa boîte crânienne. Il y a des gens qui jouent facilement les caméléons : singeant facilement les gens qui vont bien mais en leur for intérieur ils sont déprimés. En tout cas, Silvan n’échappera pas à l’avalanche de questions de son camarade. Il tente d’y répondre tant bien que mal. Il croit que ses réponses ne conviennent pas au français. Jamais satisfait, c’est bien un français – il parait que les français sont râleurs et des éternels insatisfaits, c’est un Américain qui lui a raconté, à Istambul, dans une étape avec sa troupe. « Bon, ok, ok », réplique-t-il, en entendant les paroles de son interlocuteur. « Je suis peut-être surpris que mon match parfait, c’est Bambi. Parce que stratégiquement parlant, je ne pense pas que l’on est la même conception du jeu », émet-il. Il ne cache pas sa surprise de découvrir que son match parfait dans le jeu est l’une de ses camarades qui lui est radicalement opposée. Bambi restera à ses yeux cette enfant enfermée dans un corps de femme. Elle grandira peut-être, un jour. « Tu as besoin de quels ingrédients pour t’attacher aux autres, toi ? », qu’il le questionne, quand son camarade lui parle du fait être surpris de s’être attaché à certaines personnes sur ce bateau. « La chasse aux secrets ne fait que commencer. Tu as encore le temps », souffle-t-il. De son côté, le turc réfléchit, construit certaines de ses idées. Il n’a plus d’excuses, après avoir récolté six indices différents grâce aux bonus offerts par certains de ses camarades. Il glisse par la suite une question concernant la relation du français avec Hunter. Sa question peut paraître potache. Silvan tousse légèrement quand il lui parle en retour de Poppy et lui. Quoi ? « Pardon ? », souffle-t-il, reprenant son souffle. « Qu’est-ce que tu penses qu’il y a entre Poppy et moi ? », qu’il le questionne. Son regard croise celui de son camarade.

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: it's time to look back - vendredi 23H45   Mar 7 Aoû - 12:21

« L’heure tardive permet d’ouvrir les chakras et d’avoir l’esprit plus ouvert à ce genre de réflexions. » Qui ne s’est jamais retrouvé en fin de soirée, autour d’une bière, allongé dans l’herbe ou ailleurs à partager quelques confidences avec des amis, de simples inconnus… Les fins de soirées arrosées sont toujours l’occasion pour ceux qui ne comatent pas de partager sur des trucs divers et variés. Je crois que c’est ce que je préfère dans ce genre de grosses fêtes, quand tu termines en beauté, flirte avec le sommeil sans jamais t’endormir et enchaine les sujets de conversation avec légèreté. Il existe trop peu de moments au quotidien ou tu pourrais parvenir à retrouver une telle proximité avec un groupe de personnes pour dire de te libérer suffisamment, de complètement te désinhiber pour aborder une foule de sujets qui ne viendraient pas naturellement dans une conversation en pleine rue. « Fais chauffer ton cerveau mon petit ! » Il pourrait se surprendre lui-même, son analyse m’éclairera autant sur son parcours et sur ce qu’il attendait d’une telle émission qu’elle ne l’aidera à se rendre compte du chemin parcouru sur le mois écoulé. Silvan n’a pas tort lorsqu’il me fait remarquer qu’il n’existe aucune tête de déprimé, juste des sentiments plus ou moins bien refoulés suivant les personnes. Cette remarque me fait immédiatement penser à @Eben, parce qu’il a tenu un discours relativement ambigüe l’autre jour et que j’ai tout remis en question le concernant depuis. Derrière cette carrure d’Ours, cette attitude parfois fortement répréhensible, se cache un homme en profonde souffrance. Je me trompe peut-être, c’est possible, mais cette impression ne me quitte jamais vraiment. « Il est vrai… Ce qui me pousse à te poser la question suivante : Souffres-tu Silvan ? » Peu de chances pour que monsieur se décide soudainement à me faire part de ses plus grandes fêlures, surtout pas lorsque la question est posée dans un tel contexte, loin d’une conversation hyper sérieuse. La porte est ouverte, il ne lui reste plus qu’à choisir d’emprunter ce long couloir ou non. Mon partenaire de cabine fait un effort supplémentaire en se prêtant à l’exercice que je lui ai imposé précédemment, ce qui le surprend le plus me surprend également. « Je dois admettre avoir été perplexe lorsque j’ai découvert que Bambi était ton match… Vous n’avez pas grand-chose en commun, ou alors je te connais très mal. » Je connais surtout très mal Bambi, peut-être qu’elle cachait bien son jeu, qui sait. Place à une nouvelle question de la part de mon camarade, mon premier réflexe stupide consiste à lui faire remarquer à quel point il peut lui aussi être profond. « Et c’est moi qui pose des questions étranges pour l’heure avancée de la soirée ? » Je lui adresse un clin d’œil et prends quelques secondes pour réfléchir à tout cela. « De la sincérité, beaucoup de second degré, un naturel à toute épreuve… Ce sont les ingrédients principaux, le reste est à broder suivant les tempéraments de chacun. » Je marque une nouvelle pause, l’observe longuement. « T’es pas du genre à t’attacher toi, j’me trompe ? » Je parviens à retomber sur mes pieds avec efficacité en déviant la conversation d’Hunter à Poppy. « A toi de me le dire ! » Je suis trop peu intéressé par les histoires des autres pour mener l'enquête de moi-même, surtout pas pour de petits flirts supposés. « Si on me l’avait demandé avant le prime, j’taurais répondu qu'il n'y avait rien, parce que j’suis aveugle… Mais je suis peut-être loin du compte ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: it's time to look back - vendredi 23H45   Mar 7 Aoû - 18:10

Silvan fronce légèrement les sourcils, en entendant parler son camarade de chakra. « Tu crois en ces choses-là, toi ? », qu’il le questionne. Il ne le juge pas pour autant. Il a bien libre de croire en qui et quoi il veut. Néanmoins il n’a pas l’impression que le français se rende de l’effort intellectuel qu’il demande au turc à cette heure tardive de la journée. Déjà qu’en journée, on ne peut pas dire qu’il fasse de grands efforts intellectuels, alors, le soir, quand est venu le moment de se coucher… Chaim l’intime à de… chauffer son cerveau. Se rend-il compte à qui il s’adresse ? Il n’a pas l’impression. « Doucement, doucement », souffle-t-il. Quant aux gens déprimés, le métis estime qu’il n’y a pas besoin de tête spéciale pour être déprimé. Est-ce qu’une personne forcément joviale n’a aucun souci ? Ce n’est pas une question d’avoir telle ou telle tête. Tout cela se passe là-dedans, dans sa boîte crânienne. Ce n’est pas physique, c’est mental. Le jeune homme confirme ses propos. La suite ne manque pas à le faire réagir. Il arque un sourcil, quand il lui pose une question. Elle n’est pas anodine, cette question. Souffre-t-il ? « Hein ? Mais qu’est-ce que tu racontes là ? », qu’il s’exclame, en lui adressant un revers de la main comme pour chasser violemment cette question de son esprit. Il ignore par quel cheminement l’esprit de Chaim est passé pour venir lui demander – et surtout lui demander d’affirmer – s’il souffre. Il fronce légèrement les sourcils, noircissant éphémèrement son visage métissé. Par la suite, Silvan reconnaît être surpris par la composition de son binôme parfait. Effectivement, celui-là était Bambi. Une composition qui l’a surpris, au moment du résultat de la test machine. Il a cru un instant même qu’il était question d’un dysfonctionnement du mécanisme. Bambi et Silvan sont deux personnes que tout oppose : le caractère, leur histoire, leur façon de concevoir le jeu. Bambi est une personnalité discrète, à l’inverse de Silvan qui est quelque peu imposant dans son genre. Chaim révèle lui aussi avoir été perplexe en découvrant que la jeune femme était le binôme parfait du turc. Ils n’ont pas grand-chose en commun. « Je suppose que le fait que l’on soit tous les deux d’origine arabe leur a suffi de nous coller ensemble », qu’il plaisante, entre deux éclats de rire. « Je dois reconnaître quand même être déçu de ne pas pouvoir profiter de l’avantage d’avoir son binôme parfait », qu’il confie. Pour un joueur comme Silvan, cela l’aurait obligé de composer d’une façon autrement. « D’ailleurs, tu as une idée de qui pourrait être ton binôme parfait ? », qu’il l’interroge. Le métis doit reconnaître qu’il n’avait jamais eu d’idée de la personne qui aurait pu être son binôme parfait. Il avait cherché un candidat qui lui était similaire, sans le trouver. Finalement il eut fallu que Bambi tente sa chance et tente avec lui. Il hausse légèrement les épaules, quand son camarade de chambrée juge sa question d’étrange. Par la suite, il lui répond que, pour lui, il a besoin de sincérité, d’humour et de naturel. Le jeune homme hoche légèrement la tête, comme pour signifier qu’il a bien entendu la réponse de son camarade. Il l’interroge en retour. Il juge qu’il n’est pas de ceux qui s’attachent. « Tu ne te trompes pas », émet-il. « Je m’attache mais difficilement », qu’il réplique, dans un léger rictus. Silvan a besoin de bien plus que de sincérité, d’humour et de naturel pour s’attacher à une personne. « Cela ne veut pas pour autant dire que je n’apprécie pas des personnes, ici », continue-t-il. Lorsqu’il mentionne Hunter, rapidement son interlocuteur lui retourne la pareille, en émettant une remarque sur Poppy et lui. Ce qui ne manque pas de faire réagir spontanément le métis. Puis qu’il mentionne la jolie blonde, il doit avoir quelque chose à l’esprit. Quand il lui demande ce qu’il y a entre Poppy et lui, Chaim se contente de lui répondre que c’est à lui de le lui dire. Pourtant, Sil n’a rien à dire à ce sujet. C’est alors que le français parle du prime. Avant le prime, il n’aurait rien remarqué. « Comment ça? Qu’est-ce qu’il y a eu pendant le prime ? ».

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: it's time to look back - vendredi 23H45   Mer 8 Aoû - 0:25

« A toi de me le dire mon lapin, crois-tu vraiment que j’ai une tête à croire en toutes ces bêtises de chakras et compagnie ? » J’ai conscience que rien n’est impossible et qu’on ne sait jamais. Je ne suis pas trop branché yoga, activités impliquant de libérer son Feng-shui ou je ne sais quelle connerie de ce genre. Je crois cependant en toutes ces histoires d’énergie négative et positive, j’estime qu’une attitude négative aura pour conséquence d’attirer des ennuis à la personne concernée. Pas à cause du Karma ou d’un truc de ce genre, plutôt parce que tu es tellement renfrogné ou blasé que tout ce que tu fais frise le ridicule ou la catastrophe. Je n’irais pas jusqu’à dire que tout est lié à l’état d’esprit de la personne concernée, parce que bon… Tu peux positiver au max et avoir une joie de vivre à son paroxysme sans pour autant parvenir à éviter les merdes du quotidien. Je suppose qu’on ne peut tout simplement pas contrôler toutes ces choses-là. Quelles que soient les circonstances, je me suis promis de toujours partir à la recherche de la lumière, du positif plutôt que de me concentrer sur la merde. A quoi bon ? Si tout ceci apportait quelque chose, ça se saurait. Les gens déprimés laissent ils leurs sentiments prendre le dessus sur tout le reste ? Peut-on réellement cerner une personne et identifier son mal-être au premier regard ? Silvan me demande à son tour une réflexion relativement costaud pour l’heure si avancée de la soirée. Ce serait l’hôpital qui se moque de la charité si je ne fournissais pas l’effort attendu pour réfléchir à tout ceci. N’est-ce pas moi qui lui casse les bonbons depuis tout à l’heure avec mes questions à la noix ? J’en arrive à un constat anodin, et si Silvan était déprimé ? En me basant sur ce qu’il a énoncé précédemment, il présente tous les symptômes d’une dépression. Chacun d’entre nous pourrait répondre aux critères présentés par mon partenaire de cabine. Combien d’entre nous pourraient réellement être déprimés ? La question se pose, difficile d’y répondre avec précision. « Bah quoi ? Pourquoi pas ? Rien ne peut m’assurer qu’au fond de toi, tu n’es pas rongé par un mal tellement profond qu’il te pousse à la dépression ! » Rien ne peut m’assurer le contraire non plus d’ailleurs. Tout est question de perception, voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Je m’attends à tout, surtout sur une émission comme Thrown Dice. Vous en voulez de la surprise ? Prenez le binôme qu’il forme avec Bambi, la candidate a récemment été éliminée du jeu mais sa découverte au moment de la cérémonie de la test machine en a laissé plus d’un perplexe, y compris Silvan. « Si on m’avait demandé de te dégoter un binôme parmi les candidats, j’aurais clairement opté pour d’autres profils… J’sais pas… Livia peut-être, ou peut-être bien Jun. » Peut-être même Bryce, même si j’aurais plutôt tendance à l’imaginer avec un type comme Eben même si l’affiliation semble beaucoup trop simple pour être réelle. Quant à avoir une idée de mon match le plus parfait… C’est à l’image de mes pistes en termes de secrets, je suis loin du compte. « Je sais qu’il ne s’agit pas d’Eben puisqu’il a essayé de nous matcher en première semaine… Après tout est possible, peut-être bien Ugo, ou Poppy… J’sais pas trop, j’ai des traits de caractère qui peuvent coller avec pas mal de monde au final. » De quoi ne pas du tout me simplifier la tâche. « Tu as du mal à t’attacher aux autres pour une raison particulière ? Est-ce par appréhension, parce que tu as besoin de te protéger avant d’accorder ta confiance aux autres ? Ou est-ce simplement ainsi que tu fonctionnes depuis la nuit des temps ? » Silvan se met à agir bizarrement lorsque je mentionne Poppy, à croire que j’ai mis le doigt sur quelque chose sans trop savoir sur quoi, parce que je ne suis pas assez fouine pour avoir les réponses aux questions que je lui pose. « Quelques allusions éventuelles dans les chroniques, le fait que vous soyez mutuellement cités en tant que liens principaux, que vous vous soyez mutuellement choisis en entrainant les autres dans votre chute. » Autant d’éléments qui pourraient nous faire croire qu’un rapprochement est en cours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: it's time to look back - vendredi 23H45   Mer 8 Aoû - 13:57

Son camarade croit-il en tout cela. C’est bien la question qu’il se pose. « Tu serais bien capable d’y croire ». Il répond à la question du français. Est-ce pour autant qu’il a une tête à y croire ? Il n’en sait rien. Est-ce qu’il faut nécessairement avoir une tête pour apprécier telle ou telle chose ? Dans les normes de la société, oui. D’ailleurs, les personnes déprimés n’ont pas forcément la tête qu’on imagine. Ils ne sont pas forcément le visage gris et triste. Parfois un sourire peut cacher des maux. Silvan ne manque pas de réagir vivement quand son camarade le questionne. En effet, celui-là lui demande s’il souffre. Mais que raconte-t-il là ? « N’importe quoi », qu’il articule quand son camarade émet la possibilité qu’il puisse souffrir d’un mal qui le pousserait à la dépression. « Je ne souffre pas, aujourd’hui ». Il réfute toute notion de souffrance, chassant ses mots d’un geste de la main. Il ne sait pas quelle idée a germé dans l’esprit du français pour en venir à ce constat, à croire qu’il s’est pris pour Estelle Leriche, la chroniqueuse et docteure de l’émission. Néanmoins, concernant son aventure, il doit avouer qu’il a été surpris de découvrir que Bambi était son binôme parfait dans le jeu. Non pas qu’il n’éprouve aucune sympathie pour la jeune femme, bien au contraire. Elle est une personne agréable, bien que naïve et ignorante. Il regrette son élimination et par conséquence la disparition du premier binôme parfait de la saison. Il n’est d’ailleurs pas le seul à être surpris de découvrir que son binôme parfait était Bambi. Chaim a partagé aussi le fait qu’il ait été perplexe face à la révélation du résultat de leur compatibilité dans la test machine. Il écoute les hypothèses de binôme parfait selon Chaim pour le turc : Livia et Jun. « Jun pensait que j’étais son binôme parfait. Elle avait l’air d’y croire ». Lui y croyait un peu moins, même si quelques traits de leur personnalité semblent être similaires. Ils paraissent tous les deux joueurs. « Livia ? Qu’est-ce qui t’as amené à penser qu’elle aurai pu être mon binôme parfait ? ». Il le questionne sérieusement, sourcillant légèrement. Silvan profite du sujet mis sur la table pour interroger son compagnon de cabine. Pour le moment, Silvan est le seul candidat encore en jeu a avoir son binôme de révélé – il ne peut pas dire qu’il a découvert son binôme puisque tout le fruit de la réflexion revient à Bambi –. Chaim estime avoir des traits de caractère pouvant être compatible avec de nombreux candidats, sur le bateau. « Tu penses que c’est le caractère qui prime ? Il est question de binôme de jeu. Tu devrais aussi t’intéresser aux tempéraments ou non de joueurs des uns et des autres, ceux qui se rapprochent de toi et ceux qui s’en éloignent », qu’il souffle. Le binôme n’est pas forcément une personne dont le caractère nous ressemble : regardez Bambi et Silvan. Bambi semble être une personnalité attachante et qui s’attache facilement aux autres. A l’inverse d’un Silvan, qui est plus distant quand il s’agit de s’attacher aux autres. Il ne marche pas à l’affect. Mais ce n’est pas pour autant qu’il ne ressent rien ou qu’il ne s’attache pas. Il s’attache mais difficilement. Il apprécie aussi les personnes qui l’entourent. C’est alors que le français le questionne à cet égard. Pourquoi ne s’attache-t-il pas aux autres ? Il se pince les lèvres. « ..Parce que j’ai compris que quand on s’attachait très fortement à quelqu’un, celui-là disparaît de notre vie sans revenir », répond-il. « Tu peux voir cela comme une façon de me protéger ». Par la suit, cest un autre duo… ou couple qui intéresse le métis : Hunter et le français mais ce dernier chasse vite le sujet pour s’intéresser finalement à Poppy et Silvan. Il semblerait qu’il y ait eu certaines choses qui se sont produites au cours du dernier prime qui l’a éveillé. Il parle alors des allusions émises dans les chroniques « Oh? Je n’ai pas eu souvenir de commentaires sur nous dans les chroniques.. », souffle-t-il. « Tu es surpris de découvrir qu’elle ait mon lien principal, selon la production ? », il l’interroge alors. Silvan n’avait pas été surpris. Il n’a jamais caché qu’il appréciait beaucoup la jeune femme et ce n’est pas pour rien qu’ils passent beaucoup de temps ensemble. « Les bonus, les malus, ce ne sont que des choix stratégiques », qu’il souffle. « Et si, on revenait à Hunter et toi… ? », qu’il lance de nouveau. « Parce que c’était une question très sérieuse que je t’ai posé ».

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: it's time to look back - vendredi 23H45   Jeu 9 Aoû - 23:23

« T’as pas tort, j’suis capable de tout ! » Même de croire en ce genre de bêtises. Vous aurez déjà du mal à me faire croire qu’un guignole se trouve derrière la création de notre magnifique planète, des Hommes et des animaux. Encore moins quand on voit la société actuelle, avec des gens innocents qui meurent quotidiennement à cause de la maladie, toutes ces guerres, le réchauffement climatique, la pollution, les désastres écologiques. Un Dieu pourrait-il sciemment laisser faire cela ? Je ne crois pas, à moins d’être un sacré enculé. Ouais, j’ai une opinion assez négative et virulente lorsqu’il est question de religion. J’ai du mal avec tous ces trucs qui permettent surement de se raccrocher à quelque chose, mais je préfère sombrer dans un désespoir réaliste plutôt que de remettre mon destin entre les mains d’une divinité quelconque. Je ne crois pas en l’occulte, ne crois pas aux voyantes, aux médiums, à l’au-delà, aux esprits… Je ne crois pas en grand-chose à vrai dire, je suis beaucoup trop concret pour y parvenir. Je suppose qu’on ne peut pas parvenir à définir ce en quoi une personne peut potentiellement croire ou non, au même titre qu’un faciès n’est pas forcément révélateur d’une dépression éventuelle. Silvan souffre-t-il ? J’aurais tendance à me méfier de tous les sentiments de mes camarades ici, Eben m’a laissé la même impression, ce petit truc qui te ronge à l’intérieur et qui te laisse un arrière-goût d’inachevé, comme si tu tenais quelque chose du bout des doigts et que tu étais sur le point de faire la connerie de ta vie en ignorant les signes. Je suis d’une nullité incroyable pour interpréter les signes, pour parvenir à capter les signaux qui me sont envoyés, je préfère donc mettre les pieds dans les plats. La réaction de Silvan est si virulente qu’elle achève de me mettre le doute, un mec qui n’aurait pas besoin de dissimuler un mal-être quelconque réagirait-il de la sorte ? Aussi vivement ? « Pas aujourd’hui ? C’est précis. Est-ce signe que quelque chose te mine de manière plus ou moins régulière ? » Si tel était le cas, aurait-il l’honnêteté de m’en parler ? Faudrait-il encore qu’il estime pouvoir me faire confiance, ce qui n’est pas gagné. Silvan ne m’a pas l’air d’être un mec qui accorde facilement sa confiance aux autres, encore moins sur une aventure comme Thrown Dice. Il semblerait que je ne sois pas le seul à m’être étonné de l’affiliation entre Silvan et Bambi d’après la test machine. Leur binôme n’en était pas un pour moi, je n’aurais jamais misé sur eux si j’avais été chargé d’assembler plusieurs duos. J’imaginais plus Livia, peut-être Jun. « Livia elle est discrète, elle mène sa barque dans l’ombre, elle perce les secrets… Elle est hyper efficace dans le jeu, à fond dans son aventure. Je perçois une certaine ressemblance entre vous deux là-dessus… Même si tu n’es pas aussi bon qu’elle pour percer les secrets ! » Je termine en le taquinant, ponctuant mes paroles d’un clin d’œil complice. La jeune femme pourra au moins se targuer d’avoir pété deux secrets, le mien inclus. Qui sait, elle en trouvera peut-être un autre, ou plusieurs, avant la fin du jeu. Rien n’est impossible. « J’ai du mal à dégager les critères qui ont permis la création de nos binômes, parce que Bambi ne partageait pas grand-chose avec toi du point de vue du jeu… Ou alors elle n’a pas du tout montré ce visage. J’pense qu’il y a un énorme mélange entre nos personnalités, notre vision du jeu et la place que l’on pourrait occuper si nous étions un archétype des candidats de télé réalité. » Quel serait ma place si je devais être un archétype ? L’un de ces personnages clichés que l’on retrouve dans chaque casting idéal ? Le sportif écervelé ? Le beau gosse séducteur ? Probablement un de ceux-là. Quel serait l’archétype de Silvan ? Le mec distant, mystérieux, parfois antipathique malgré lui ? J’ai du mal à le situer au milieu de tous les candidats stéréotypés qui font le succès des télé-réalités de notre époque. « S’attacher c’est ouvrir la porte à la douleur, à la souffrance. C’est prendre un risque énorme et stupide. Je déteste cela ! » Et pourtant… Ici j’ai l’impression de m’être mis à ignorer toutes mes cicatrices, tout ce qui m’a fait du mal par le passé. J’ai oublié ce blindage d’acier que j’ai constitué autour de ma petite personne pour ne plus jamais être atteint par personne… Je me suis un peu trop ouvert aux autres, à quelques personnes en particulier. « Hunter ? Quelle était ta question, je t’écoute ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1901
AVATAR : blaaker (@n-dia)
ÂGE : 25
LOCALISATION : bursa (tr)
MÉTIER : acrobate


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 24.549 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: it's time to look back - vendredi 23H45   Ven 10 Aoû - 10:23

Il ne comprend pas pourquoi son camarade insinue qu’il souffre. Ce sont des foutaises ça. Alors il rétorque ne pas souffrir. Pas aujourd’hui. Ni hier, ni demain, à vrai dire. Il fronce les sourcils et plisse un peu les yeux en écoutant les paroles de son camarade de chambrée. Ce dernier semble s’être mis bille en tête que le turc souffrait. Il lui demande si c’est le signe de quelque chose qui le mine de manière plus ou moins régulière. « Non », expédie-t-il. « Puis même si je souffrais, à quoi ça te servirait de savoir ? A rien », qu’il énonce, en haussant légèrement les épaules. A moins que ce ne soit qu’une feinte pour justement pouvoir l’attaquer d’une façon ou d’une autre. Il se méfie, Silvan. Il n’a pas franchement confiance. A-t-il déjà eu confiance en l’un de ses camarades depuis le début de l’aventure ? Lors du dernier prime, il a eu envie d’accorder sa confiance à Poppy, en lui offrant un privilège et un pouvoir qui n’est pas des moindres. Il ne pense pas avoir eu tort mais il peut se tromper au sujet de sa camarade. Rien n’est prévisible. Il n’avait pas vu venir que Bambi est son binôme parfait. Une révélation qui semblait en avoir surpris plus d’un, lui le premier. Le français l’avait projeté composer un binôme parfait avec une toute demoiselle. Une demoiselle qui est radicalement l’opposée de la petite anglaise : Livia. Pourquoi aurait-il pu faire un binôme parfait avec l’italienne ? Comment cette idée a pu venir à l’esprit de Chaim ? Silvan ne se serait jamais projeté en binôme avec une candidate dont il n’a aucune confiance. Il aurait difficilement pu composer son jeu avec une personnalité comme celle de Livia, ce n’est pas contre elle qu’il pense cela. Il y a une ressemblance entre eux deux, selon le brun. Silvan sourcille et ne manque pas de réagir à sa dernière remarque. Il ne serait pas aussi bon qu’elle pour percer les secrets. « Oh ! Attends que j’ai mis en fonction ça », s’exclame-t-il, en tapotant avec son index sa boîte crânienne. Silvan, s’il s’adonnait à des exercices cérébrales, il pourrait faire mal, très mal mais il ne s’en donne pas les moyens. Il défie du regard son camarade. Ce dernier lui expose ses quelques pistes mais avoue s’entendre avec tout le monde, du point de vue de sa personnalité. « Vous avez un exemple de binôme, maintenant. Vous devriez vous en inspirer, non ? On ne partageait pas la même philosophie de jeu avec Bambi, on ne jouait certainement pas de la même façon mais c’est peut-être cela qui a poussé la production à nous mettre ensemble. On se complétait », affirme-t-il. A vrai dire, maintenant, cette histoire de binôme est bien le dernier des soucis du turc. Maintenant que le sien a été révélé, il peut se concentrer sur autres choses. Silvan doit faire confiance et accorder sa confiance aux autres, s’il veut s’attacher et s’ils veulent qu’il s’attache à eux. C’est ainsi que le métis fonctionne. Un fonctionnement que peu d’entre eux ne partage. Ce n’est pas grave. Il ne cherche pas que l’on cherche à marcher comme lui. Chacun est comme il est, n’est-ce pas. Silvan est ainsi et il n’est pas prêt de changer. Ce n’est pas ici, sur ce bateau, dans une aventure telle que cette émission de télé-réalité qu’il changera. Il reste fidèle à ce qu’il est. Il écoute son camarade. « Si tu détestes cela, pourquoi tu le fais alors ? ». Il est un peu masochiste, le Chaim, non ? D’ailleurs, il remarque qu’il a soigneusement évité de lui répondre, quand il l’a interrogé sur Hunter. Il a dévié le sujet sur Poppy et le métis. Il est malin mais Silvan n’est pas si con que cela. Il l’a bien remarqué. Il arbore un large sourire, quand le français semble feindre l’ignorance. « C’est quand que tu passes à l’étape suivante avec lui ? », qu’il le questionne. La question initiale était : quand est-ce qu’ils font des bébés ? Il cherche du regard celui de son camarade. Comment va-t-il réagir maintenant ?

_________________
THAT LONELINESS IS MY DISEASE
i didn't know that i was broken
until i found my missing piece
it seemed like every door was closing on me
and you were so far out of reach
Revenir en haut Aller en bas
 

it's time to look back - vendredi 23H45

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Don't waste your time to looking back you're not going that way
» RAVEN&CLAY ∞ « It's time to go back home »
» Back in time ↔ 04/06 | 17h35
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: SALON PRINCIPAL-
Sauter vers: