hamburger - lundi 13H

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 426
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: hamburger - lundi 13H   Dim 5 Aoû - 23:31


Il est loin le temps où nous n’étions pas autorisés à consommer des aliments trop gras, trop salés ou trop sucrés. Certains sont peut-être parvenus à reprendre le dessus sur de mauvaises habitudes alimentaires et ont profité de cette semaine de restriction pour revoir leur alimentation et prendre de bonnes résolutions. Ce n’est pas du tout mon cas. J’ai bien gentiment accepté de me prêter à ces règles stupides, j’ai bouffé du boulgour, du quinoa, des graines, des pois-chiches, du poulet à toutes les sauces jusqu’à en être complètement dégouté en prenant soin de réduire ma consommation de viande rouge et de produits industriels. Résultat des courses ? Je me suis délesté de trois cents grammes, chouette, tout ceci ne servira à rien puisque mon but ultime consiste à réduire ma masse graisseuse pour renforcer ma masse musculaire. Difficile de définir si j’ai perdu du gras ou du muscle cette semaine. Le plus surprenant, après m’être pesé, fut de constater que je n’avais finalement pas tant pris de poids que cela, même pas un kilo. Mon régime alimentaire a pourtant été pas mal chamboulé, comme quoi… Avec une activité sportive suffisamment importante, rien n’est impossible. Avec toutes ces libertés retrouvées, je me sens à nouveau prêt à en découdre avec cette aventure. Je n’ai jamais été tenté de baisser les bras de toute manière, ce n’est pas mon truc d’abandonner à la moindre contrariété. Comprenez plutôt que j’ai été concentré sur toutes ces interdictions stupides, sur mon apparence de princesse et que j’en ai zappé de jouer tout en profitant de mon aventure sur le bateau. Il y a tout un tas de petites choses à savourer, un exemple ? Les deux bons burgers que j’ai commandé avec une immense assiette de frites et un assortiment de sauces plus grasses les unes que les autres. De quoi se faire exploser l’estomac après une semaine de diet. Loin d’être du genre à célébrer seul, dans mon coin, j’ai convié @Alvaro à cette petite sauterie improvisée. Il ne tarde d’ailleurs pas à se joindre à moi, son odorat l’ayant surement mené jusqu’à moi. J’ai embaumé une bonne partie du bateau avec mes assiettes. « Mec, j’espère que t’es prêt à te faire exploser le bide, parce que j’ai prévu à manger pour toute une colonie ! » Et parce que je suis quelqu’un d’incroyable et que je ne laisse pas de place à l’à peu près. « Je nous ai prévu quelques bières, histoire de faire glisser tout cela plus facilement ! » Tout est là, les ingrédients sont réunis pour que nous puissions nous régaler tout en profitant d’une soirée tous les deux. « On a été mauvaises langues la semaine passée, Estelle a été étonnamment sympa avec nous… J’sais pas ce que t’en pense, mais je trouve cela vachement suspect, j’suis persuadé qu’elle prépare un truc hyper violent pour ce week-end… Le calme avant l’énorme tempête qui va tous nous envoyer au tapis ! » J’ai appris à ne jamais être trop parano lorsqu’il est question de la chroniqueuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 723
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 31
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : self-employed
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 23 666£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: hamburger - lundi 13H   Mar 7 Aoû - 3:03

Chaim lui a donné rendez-vous à la salle à manger extérieure, et voyant l'heure convenue s'afficher sur la pendule du hall le cubain rejoint aussitôt son camarade au lieu indiqué. Alvaro il s'attend à ce qu'il lui propose de déjeuner ensemble, et en fait c'est tellement plus que ça qui l'attend. Quand il arrive ses yeux se posent avec envie sur deux énormes burgers et une quantité astronomique de frites sur la table, autant dire que @Chaim a le sens de l'accueil. C'est sûrement pour marquer le coup après la semaine de restriction durant laquelle toute malbouffe leur a été interdite, et franchement il adhère carrément à l'idée, d'autant plus quand son camarade le prévient que le projet c'est de s’exploser le bide. « Oh mais t'es au top mec ! » il s'exclame l'eau à la bouche, le sourire aux lèvres et des étoiles plein les yeux. « Je vais pas laisser une miette de tout ça fais-moi confiance. » Ce qu'il voit le met grave en appétit le cubain, il sait pas si Chaim a été dévaliser le Johnny Rockets mais il pouvait pas lui faire plus plaisir qu'en le conviant à un tel festin. « J'étais en manque de gras la semaine passée, je veux plus jamais vivre ça. » Et dire qu'on l'a forcé à manger sainement, lui l'adepte des burgers et des trucs industriels. Il prend place à table et se jette immédiatement sur les frites, ça lui avait tellement manqué. Chaim lui fait savoir qu'ils ont été mauvaises langues l'autre jour, et effectivement Estelle les a étrangement ménagé samedi soir. Il est assez rassuré de voir qu'il est pas le seul sceptique dans cette histoire, et pour le coup il partage totalement l'avis de son camarade. « M'en parle pas c'est trop louche. Elle a même voulu nous attendrir avec ses enfants malades, à mon avis c'est juste pour revenir en force après une semaine d’accalmie sur fond de bons sentiments. » Estelle il la soupçonne de s'être planquée derrière une bonne cause pour dissimuler ses véritables intentions, à savoir leur rendre la vie impossible dès la semaine prochaine. Elle a elle-même reconnu vouloir les ménager et leur offrir une pause mais Chaim il doit avoir raison, c'est sûrement pour leur porter le coup de grâce la prochaine fois. « D'ailleurs toi et moi on a quasiment donné la même chose à l'assoc'. Mais on est d'accord qu'il est super laid le t-shirt qu'on nous a refilé ? » il laisse entendre en se penchant vers son camarade, avant de grimacer légèrement. C'est pas très délicat de sa part de critiquer le travail des enfants papillons mais c'est pas le genre à ménager qui que ce soit le cubain, malades ou pas ce qu'ils ont fait est tout sauf portable et il hésite pas à le dire. Bien sûr il sera le seul, et en général quand il faut s'aventurer sur des terrains un peu glissants il répond présent, tant pis si ça fait mauvais genre ou s'il passe pour un gars sans cœur. Il a lâché deux mille livres de sa poche, il estime quand même avoir prouvé qu'il était pas insensible à cette cause. Mais c'est sûr que le t-shirt il l'a aussitôt rangé dans sa penderie en se jurant que jamais il ne porterait une telle chose, de toute façon il donne pas pour recevoir le cubain et encore moins pour récolter des trucs comme ça. « Comme toi je pense qu'elle nous prépare un sale truc et qu'on est vraiment pas prêts. » Ils verront bien samedi ce que celle-ci leur aura concocté pendant la semaine, mais il a tendance à penser lui aussi que ce répit c'était juste pour les amadouer et que la chroniqueuse se contentera pas de revenir avec une petite restriction.. elle frappera un grand coup il voit venir le coup foireux à dix kilomètres. Oh, Chaim est un saint c'est pas possible.  « T'as pensé à la sauce barbecue, je vais demander à ce que ton nom soit sanctifié. » Parce qu'en plus il en a ramené une sacrée dose à table et ça c'est juste indispensable pour que le cubain savoure ce repas comme il se doit. « Faut que je te présente mes condoléances aussi mec, pour ta team. » il souffle faussement peiné alors qu'évidemment il s'en frotte les mains lui. C'est du pain bénit pour les deux autres teams qui sont encore assez bien garnies, et qui en comparaison n'ont pas dû faire face à autant de pertes l'une et l'autre. « C'est l'hécatombe ces derniers temps, va falloir vous accrocher en tant que derniers survivants des Tasman. » Dans cette team il dirait qu'il y avait une concentration de mauvaises herbes entre Milan, Neville et Bambi, Heather il la met à part car il avait pu apprendre à la connaitre un peu plus que les trois autres. Ils ne sont plus que trois à représenter la team de Millie, trois candidats avec déjà beaucoup plus de potentiel et c'est pas dur, d'un autre côté. « Si tu devais miser sur un finaliste dans chaque équipe tu choisirais qui ? » il lui demande avant de planter ses dents dans son énorme burger comme un mort de faim. La finale semble loin mais c'est en songeant à la composition des équipes que cette question lui est venue. C'est pas dit que toutes les teams seront représentées dans le carré final, et y'en a forcément une qui verra deux de ses membres au minimum y accéder. Chaim c'est un mec franc qu'a pas pour habitude de passer par mille détours pour dire les choses, alors il a aucun doute quant au fait qu'il obtiendra une réponse à sa question.

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 426
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: hamburger - lundi 13H   Mar 7 Aoû - 23:18

Les conditions dans lesquelles j’évolue au quotidien ne me permettent pas de pouvoir recevoir du monde. Faudrait-il déjà que je dispose d’un endroit à moi, d’un appartement, d’une piaule où inviter les autres. A la place, j’opte pour la sympathie des quidams que je rencontre, leur générosité me permet d’avoir un toit sur la tête une bonne partie de l’année. Alors oui, c’est assez précaire comme situation et j’ai, quelque part, honte d’abuser de la bonté de toutes ces personnes. En contrepartie, je me rends toujours très utile, présent pour les petits travaux, pour faire les courses, pour s’occuper des devoirs des gosses… Je trouve toujours quelque chose à faire et c’est ce qui m’a permis de tenir aussi longtemps sur un tel modèle. En hiver, je préfère néanmoins opter pour la sécurité en enchainant les différents Air BNB… Du moins, quand mes moyens me le permettent. Cette année j’ai été suffisamment stable professionnellement parlant pour dire de m’offrir une chambre d’hôtel, un air BNB ou quelque autre forme de logement temporaire sans avoir à trop taper dans le peu d’économies dont je dispose. Fut un temps où je songeais même à me trouver un petit studio où rentrer chaque soir, sauf qu’au dernier moment j’ai changé d’avis, peut-être trop effrayé par ce que cela aurait pu signifier pour moi : la sédentarisation, les obligations… Quelque part, je pense avoir eu peur de m’enterrer à Lyon. Je ne me sentais pas prêt à expérimenter les joies du quotidien. Les choses seront-elles différentes à ma sortie de Thrown Dice ? J’ai encore du mal à répondre à cette question, pour être tout à fait honnête… Je préfère ne pas m’en occuper pour le moment, chaque chose en son temps, je veux profiter pleinement de mon aventure. Les deux immenses burgers que j’ai commandé tout à l’heure avec une énorme plâtrée de frites devraient nous permettre à Alvaro et à moi d’entamer une magnifique petite sieste en fin de repas, le ventre tendu comme pas possible. Mon pote débarque et je constate qu’il a la même réaction que moi lorsqu’on me parle de nourriture grasse, des étoiles dans les yeux, à deux doigts de verser une larmichette après une semaine placée sous le signe de la restriction alimentaire. « Mec j’te prends aux mots, il ne devra plus rien rester dans nos assiettes… Sinon… Sinon on fait le tour du bateau en courant à poil ! » Le challenge qui pousse à se surpasser et à forcer même quand il n’y aura plus de place dans notre estomac. Vous savez ce que l’on dit, l’appétit vient en mangeant. « Pareil, et pourtant je n’abuse jamais des aliments trop gras… Mais là, nous en priver totalement… Une torture ! » Parce que c’est comme pour tout, dès qu’on t’impose de ne pas faire quelque chose, c’est à ce moment précis que tu as envie spécifiquement du truc en question. Surement l’un des aspects les plus tordus de notre cerveau, il aime nous torturer et nous soumettre à la tentation. Je suis rassuré par Alvaro qui, entre deux frites à dévorer tout rond, partage ses doutes concernant Estelle et cette soi-disant gentillesse qui sort de je-ne-sais-où. « Je suis persuadé qu’elle veut faire baisser sa garde à tout le bateau pour mieux pouvoir nous la mettre à l’envers. Tu verras, ça va être sanglant ! » Oh que oui, je m’attends à tout, surtout au pire. Ne parlons pas de ce désir soudain de faire le bien en rendant service à une association pour laquelle j’ai sacrifié une partie de ma cagnotte fictive… Parce que bon… Quitte à avoir de la thune qui ne nous appartient pas réellement, autant la dépenser pour faire une bonne action. « Ne m’en parle pas… Hors de question que je porte un tel t-shirt. Je sais que c’est des gosses qui sont derrière tout cela, mais tout de même… On pouvait espérer un petit poil mieux ! » Je suppose que c’est l’intention qui compte, ne comptez pas sur moi pour faire l’effort de le porter. J’sais pas pourquoi, mais j’ai eu une excellente intuition au moment de sélectionner quelques pots de sauce à cambrioler. J’en ai pris un max’ de Barbecue et de Mayonnaise, de quoi enchanter mon partenaire, une grosse bouffe comme moi, qui s’extasie devant mes actions du jour et fait s’étirer mes lèvres en un immense sourire amusé. « Okay, je retiens que le jour où tu seras d’humeur maussade, tristounet au possible… J’dois apporter de la sauce Barbecue pour recharger tes batteries ! » Je bondis sur mon burger dans lequel je croque en prenant soin d’y aller le plus proprement possible. Ce n’est pas gagné, ils ne nous ont pas pris pour des cons sur la garniture, il y a de quoi faire là-dedans. « Hmmm… Les français n’ont qu’un mot pour exprimer un tel orgasme culinaire : PUTAIN. » C’est trop bon, trop bon pour mon petit corps si peu habitué à un tel standard. Je ne peux m’empêcher de rire lorsqu’il fait allusion à ma team… Parce que mon équipe ne peut rien inspirer d’autre que de la pitié. « Ce n’est pas à son association qu’Estelle aurait du proposer de faire des t-shirts contre des dons… C’est plutôt à notre équipe ! » On est en galère, beaucoup trop de membres éliminés au fil des semaines et nous ne sommes même pas encore à la moitié du jeu. « On va prier très fort pour que l’hécatombe s’arrête, parce qu’à trois, on n’ira plus très loin dans les activités opposant les équipes les unes aux autres. » La défaite assurée pour nous. De quoi me rendre dingue, moi qui déteste quand tout est joué d’avance. « Un finaliste dans chaque équipe ? Laisse-moi réfléchir ! » Je croque à nouveau dans mon burger, chasse un petit morceau de tomate du pain pour l’envoyer valser sur le côté de mon assiette et reprend la parole. « J’ai un trio de tête dans la team Bohol, un trio que je vois très très loin, peut-être même les trois en finale… Si je devais réellement choisir quelqu’un entre Silvan, Bryce et toi… Je dirais peut-être Silvan, parce qu’il est redoutable. » Les trois iront très loin, j’en suis persuadé. « Sans la moindre hésitation, Poppy du côté de la team Scotia. » La situation se corse lorsqu’il est question de ma propre équipe. « Ne prend pas cela pour de l’égocentrisme… Mais je pense que j’ai le profil le plus complet pour survivre à Beth et Jun… Leur tempérament pourrait finir par jouer en leur défaveur si elles sont nominées face à des poids lourds comme Eben, Silvan, Poppy, Bryce, Llewyn ou même toi. » Je dis cela en toute objectivité, pas pour me mettre en avant, ce n’est pas le genre de la maison. « Et toi, t’en pense quoi ? Tu verrais qui dans le carré final plus généralement ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 723
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 31
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : self-employed
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 23 666£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: hamburger - lundi 13H   Jeu 9 Aoû - 1:56

Même à son dernier anniversaire il se rappelle pas avoir été autant gâté, et d'un autre côté le cubain ça fait quatre piges qu'il fête ses anniversaires en solitaire, d'ailleurs non il ne fête rien du tout c'est même devenu un jour comme un autre pour lui. Mais Chaim, là, il pouvait pas lui faire de plus belle surprise que celle-là après la semaine qu'ils ont passé et durant laquelle ils ont du bannir toute forme de malbouffe de leur assiette. Alvaro il a pas bien vécu la chose parce qu'il supporte déjà pas qu'on puisse restreindre leur liberté sur ce bateau, mais alors leur interdire de manger ce qu'il veulent, n'en parlons pas. C'est un mec suffisamment sensé pour pas avoir été pris de l'envie de forcer l'ouverture du Johnny Rockets, non lui il s'est contenté de faire du lèche-vitrine devant le restaurant la semaine dernière à défaut d'avoir pu y entrer pour se faire plaisir avec son menu habituel. La restriction n'est levée que depuis trois jours et le cubain a pas encore renoué avec ses mauvaises habitudes alimentaires, faut croire qu'il attend le bon moment pour ça, comme un retour dans le merveilleux monde de la junk food qu'il tiendrait à soigner. Sauf que Chaim il a décidé qu'ils reprendraient tout ça aujourd'hui, et c'est tout compte fait un projet qui le tente bien, après tout pourquoi se priver plus longtemps. Quand il voit ce que son camarade a ramené, deux énormes burgers, une quantité dingue de frites et des bières pour faire passer tout ça c'est limite s'il lui saute pas au cou. Alvaro c'est pas souvent qu'on le voit aussi enthousiaste mais là il sait qu'il va pouvoir se lâcher et évacuer la frustration des derniers jours en même temps qu'il s'en mettra plein la panse. Il aurait pas pu rêver mieux pour ce midi, lui dont en plus le ventre criait famine un peu plus tôt. Il est pas question de laisser ne serait-ce qu'une miette dans ces assiettes par contre, et Alvaro il va pas se faire prier pour tout torcher ça on peut lui faire confiance. D'ailleurs Chaim lance qu'ils devront faire le tour du bateau à poil dans le cas contraire. « J'ai vraiment intérêt à ne rien laisser alors. » il laisse entendre dans un sourire amusé, et dans sa tête c'est évident qu'il ne s'illustrera pas là-dedans. Il peut pas se permettre de courir nu à travers ce bateau, il a quand même une certaine crédibilité à conserver et ça passe par le fait de ne pas entreprendre n'importe quoi n'importe comment ici. Certains diront qu'il n'y a pas vraiment de place pour la déconnade et le plaisir dans l'aventure du cubain, lui il estime juste ne pas avoir besoin de se balader à poil pour pouvoir dire qu'il s'éclate. Et puis il se contente des plaisirs simples Alvaro, comme par exemple ce festin qui ne demande qu'à être dévoré, sous leurs yeux. Voilà de quoi égayer sa journée, il lui en faut pas plus. Y'a en tout cas un truc sur lequel les deux candidats tombent d'accord, l'un et l'autre se méfient d'Estelle et du répit que celle-ci leur a accordé pour la semaine. Pour eux c'est évident qu'elle leur prépare un sale coup, et que tout ça ne vise qu'à leur faire baisser leur garde pour mieux les entuber par derrière. C'est une feinte et ils sont pas dupe. « Au moins on se sera préparés psychologiquement mec. » il rétorque tout en allant piocher dans les frites qu'il vient ensuite tremper dans un max de sauce. « Les autres par contre, autant leur laisser la surprise. » il déclare avec un petit sourire machiavélique au coin des lèvres. Parce que leurs camarades ont sûrement pas capté ce qui les attendait eux, c'est pas donné à tout le monde d'être visionnaire après tout. « Je veux voir leurs têtes d'offusqués. » Il propose de les laisser se faire prendre par surprise par Estelle, car ce serait limite dommage de se priver d'un tel spectacle. Et si au final il s'avère qu'Estelle se ramène avec un truc moins sanglant que prévu, au moins ils seront pas passés pour des cons en avertissant tout le bateau pour que dalle. Chaim il est du même avis que lui concernant le t-shirt qu'on leur a offert et qui est apparemment "l’œuvre" des gosses malades. « T'as checké la taille de celui qu'on t'a filé ? Tu rentrais peut-être même pas dedans, Eben lui c'est sûr qu'il aurait pas pu y caser sa carrure de monstre. Je sais même pas comment il fait pour se fringuer. » Chaim il est large et costaud, à la limite il aurait peut-être été un peu à l'étroit dans ces t-shirts, mais Eben physiquement il est même pas réel le type. Le mec doit carrément se mettre de profil pour passer les portes sur ce bateau, il peut faire tomber quelqu'un avec la seule force de son petit doigt. Chaim a compris qu'une sauce barbecue avait le pouvoir de rebooster le cubain, et c'est vrai qu'il est ému Alvaro quand il réalise que son camarade a pensé à tout jusque dans les sauces. C'est un sans faute on peut le dire. « Imagine-toi qu'en tant que condamné à mort j'aurais exigé que mon dernier repas soit accompagné de cette sauce. » De là à dire qu'elle redonne à la fois de la couleur et un sens à sa vie, tout de même pas. Mais cette sauce barbecue est clairement synonyme de repas réussi pour Alvaro. Il se marre quand son camarade parle d'orgasme culinaire et s'exclame un truc en français, qu'il a aucun mal à traduire, sûrement parce que ça ressemble à l'un des équivalents espagnols. « Poutain ! » il s'emploie à répéter avec un accent plus qu'approximatif. « Chez moi on dirait ¡Joder! » Et même si ce n'est pas un truc qu'il dit souvent, dans sa langue natale ou dans celle qu'il parle couramment ici, il faut admettre que ça convient bien à la situation. Alvaro évoque le fait que la team de son camarade connait des moments difficiles, quatre départs depuis le début ça équivaut à un par semaine. Sans compatir le moins du monde, le cubain se moque plus qu'autre chose mais toujours sur le ton de la rigolade. Faut avouer que ça le fait bien marrer de penser à cette équipe où ils ne sont plus que trois, quand on sait en plus qu'ils viennent tout juste d'atteindre le premier mois d'aventure. « Ce serait con d'assister à l'extinction de la team Tasman aussi tôt dans le jeu, même si bon j'ai senti dès le départ que vous partiez plus mal que les autres. » Il l'avait même confié à quelqu'un, qui il sait plus et c'est pas important, que les Tasman étaient une équipe avec moins de potentiel que les deux autres. « Pour moi vous étiez une team disparate, et c'est beaucoup moins le cas depuis que vous vous êtes débarrassés d'éléments comme Bambi, Milan ou ce mec, là, que j'ai même jamais vu. » Et il se rappelle même plus de son nom en fait, tout ce qu'il sait de lui c'est qu'il a pas fait long feu et qu'il formait un duo de premiers sélectionnés avec Heather - un comble, quand même, que la production ait sérieusement misé sur ce type. Alvaro il est pas tendre mais il sait que Chaim prendra pas la mouche pour si peu, surtout qu'il vient plus ou moins de lui dire que sa team a gagné en qualité depuis qu'ils n'y sont plus que trois. Tout ça le fait se demander quel candidat a des chances d'accéder à la finale dans chaque équipe, et cette question il la pose à son camarade qui à coup sûr se défilera pas devant le fait de devoir donner des noms. Chez les Bohol il voit bien Silvan aller au bout car redoutable, selon lui. Son choix se porterait sur Poppy chez les Scotia, sans hésitation dit-il. Et chez lui, Chaim estime être le mieux taillé pour décrocher une place en finale, estimant que ses deux coéquipières pourraient ne pas faire le poids face à certains candidats. « Ce serait pas surprenant en effet que tu sois le dernier élément de ta team, j'aurais tendance à miser sur toi aussi. T'es la forte tête de ton équipe, ta personnalité ressort sans mal dans ce trio et t'es un gars investi en plus de ça. T'es pas près de sauter à mon humble avis. » Là-dessus il attaque la deuxième moitié de son burger, qui réduit à vue d’œil. Et c'est donc au cubain de révéler le carré final le plus probable à ses yeux. Il finit quand même sa bouchée histoire de pas paraitre impoli. « Toi déjà je te mets dedans c'est sûr, après bon j'ai limite envie de répartir les trois autres places entre les membres de ma team honnêtement. » Il s'en est d'ailleurs jamais caché, pour lui les plus grands joueurs de cette saison se trouvent dans son équipe. Chez les Scotia il aurait du mal à miser sur un potentiel finaliste car il pense qu'ils seront les prochains à subir une vague d'éliminations donc il s'avance pas tout de suite. « On a tous l'étoffe d'un ou d'une finaliste pour moi chez les Bohol, mais celle que j'imagine le plus en finale pour le moment c'est Ariadne je crois. » Les quatre autres ont un caractère vraiment très affirmé, et il pense que le public pourrait se tourner vers l'élément le plus réfléchi, pondéré et sensé de l'équipe. « Et je dis ça en toute objectivité. » il précise alors, rien à voir avec le fait que ce soit son lien principal sur ce bateau d'après la production, lien qu'il ne conteste pas lui-même. « Tiens il parait que tu vas jouer les mannequins samedi, j'ai vu la petite blonde sur ta page tout à l'heure. T'es fier ? » Chaim s'est fait repérer le matin même par une certaine Luca, candidate d'une saison antérieure apparemment à la tête d'une marque de fringues. Si ça se trouve c'est une nouvelle carrière qui lui tend les bras, même si en voyant toute cette bouffe sur la table qu'il leur reste à ingurgiter il se demande si Chaim devrait pas y aller mollo, du coup.

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 426
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: hamburger - lundi 13H   Ven 10 Aoû - 0:15

J’aimerais me targuer d’avoir préparé tout cela à l’aide de mes petites mains, comme un grand. Ce serait omettre un détail de la plus haute importance sur ce bateau : nous n’avons pas accès aux cuisines du personnel. Pire encore, il nous est formellement interdit de nous en approcher sous peine d’être sanctionnés. Il me semble avoir compris que c’était une manière comme une autre de mettre en valeur le personnel engagé pour nous gâter. Alors oui, d’un côté c’est chiant parce qu’on ne peut pas avoir le contrôle intégral sur notre alimentation mais d’un autre côté… Je ne peux pas nier qu’il est toujours agréable d’être gâté par ces petites mains habituées à cuisiner des aliments raffinés. Estelle devrait peut-être se poser quelques questions à ce sujet, peut-être avons-nous pris du poids parce que nos corps ne sont pas habitués à consommer des aliments transformés de la sorte, probablement tous cuisinés à base de beure ou d’huile d’olive, proposés avec des sauces formidablement orgasmiques mais diablement caloriques. Après une semaine à surveiller notre alimentation, je puis vous assurer qu’il est l’heure de se rattraper. J’ai pensé à Alvaro pour m’accompagner dans ce pétage de câble motivé par un objectif stupide mais totalement en phase avec ma rébellion en mode passif agressif : faire péter la jauge de calories autorisées à la journée pour ne pas prendre trop de gras. Tant pis si je dois manger des bols de fromage blanc pendant six jours après cela, aujourd’hui je compte me faire plaisir et je suis ravi de constater que mon camarade est d’une humeur semblable. Nos deux estomacs vont exploser après cela. Je n’ai rien laissé au hasard, j’ai apporté avec moi plusieurs sauces : de la mayonnaise classique à la sauce barbecue plus élaborée, sans oublier cette spécialité française que l’on retrouve parfois aux États-Unis également : la moutarde au miel. Mon petit pêché mignon lorsqu’il est question d’accompagner une viande avec une sauce. Faire face à un Alvaro aussi expressif, enjoué, ça fait sacrément plaisir parce qu’il m’a surpris la semaine dernière, tout renfrogné et renfermé qu’il était. Je l’ai découvert sous un angle qui m’a laissé un goût amer, pas parce qu’il a été désagréable avec moi, plutôt parce qu’il m’a déboussolé à ne pas être aussi souriant, taquin et solaire que d’habitude. Il ne m’en faut pas beaucoup pour être perturbé, je vous l’accorde, pire qu’un petit vieux qui a des habitudes à ne surtout pas bouleverser. Histoire d’apporter une petite pointe de challenge à l’ensemble, je trouve un défi stupide à nous attribuer en guise d’épée de Damoclès, terminer notre assiette, dévorer jusqu’à la dernière frite, jusqu’à la dernière parcelle de pain au risque de devoir traverser le bateau dans le plus simple appareil. Je n’ai aucun doute concernant sa capacité à relever un challenge aussi stupide, il est comme moi, rien ne l’effraie. « Je te fais confiance pour me coacher, si tu vois que je faiblis ! » Parce que j’ai une grande gueule, mais j’ai l’habitude de ne pas manger en énormes quantités, je risque donc de caler avant d’être arrivé à bout de tout ceci. Trêve de paroles, il est l’heure d’agir et je ne me fais pas prier. Je bondis sur mes couverts pour découper un petit morceau de l’hamburger, conscient que mes premières tentatives de le glisser entre mes lèvres furent un échec cuisant. Un coup à s’en mettre partout avant même d’être parvenu à croquer correctement dans le pain. Je porte une fourchette à mes lèvres, mâchouille et, tel un petit chiot, grommelle, satisfait. « Mec, j’sais pas si c’est à cause de la privation… Mais putain, c’est une œuvre d’art ce truc ! » L’un des meilleurs burgers qu’il m’ait été donné de déguster. Prends ça Estelle, à toi et tes régimes stupides. Le pire est probablement à venir, je suis conscient qu’une trêve ne jouera pas en notre faveur, elle reviendra plus forte, plus sadique qu’avant. « Oh que oui, et je peux t’assurer qu’avec un esprit aussi barré et fertile que le mien… Je risque fort d’être déçu de la sentence qu’elle nous réserve. C’est peut-être bien le seul avantage qu’il y a à se monter le bourrichon ! » Parce qu’on part toujours très loin, à imaginer des tas de choses alors que la réalité est moins effrayante, plus abordable. Espérons qu’Estelle me fasse ressentir la même chose, il serait amusant de la voir me contredire en allant encore plus loin que dans les pires scénarios que j’ai pu imaginer jusqu’à maintenant. Je pourrais au moins me targuer d’avoir trouvé un adversaire à ma taille. « T’es cruel avec nos partenaires… Mais j’veux trop voir ça aussi ! » Pas un pour rattraper l’autre. « On finira en enfer tous les deux, tu verras ! » D’un autre côté, si je devais choisir entre Paradis et Enfer, j’opterai probablement pour la deuxième option. Plus de liberté, des couleurs plus chaleureuses, de la chaleur, des barbecues, des belles nanas, le droit de boire et d’abuser de toutes les bonnes choses… Non, franchement, pourquoi hésiter ? J’vais définitivement finir en enfer après avoir critiqué les t-shirts qui nous ont été offerts par les gamins handicapés, j’suis un monstre, vraiment. Alvaro n’est pas mal dans son genre également. « Même pas, j’ai préféré le mettre de côté, quelque part dans ma valise. Prétendre être touché par le geste alors que bon… Pour deux mille livres, on aurait pu au moins nous filer une petite peluche mignonne… » Quitte à choisir, j’aurais préféré une peluche à un t-shirt, surtout pour un morceau de tissu aussi serré. « Tu parles, pour rentrer dedans j’crois qu’il faut faire vingt kilos… Je suis sûr que si je l’essaie j’vais être moulé comme un burrito, obligé de prendre mon souffle par intermittence pour éviter de trop solliciter le tissu qui craquera à la première expiration trop violente. » Quoique… Je pourrais m’en servir dans un exercice bien particulier. « Peut-être qu’ils veulent nous voir improviser un striptease à ces demoiselles, déchirer le t-shirt pour mieux pouvoir onduler et récolter quelques sous supplémentaires ! » Estelle a pensé à tout, j’suis sûr. Sauf peut-être à nos corps après deux burgers et une plâtrée de frites. « Si t’étais dans le couloir de la mort, à quelques heures d’être liquidé par le système… Quel serait le dernier repas que tu exigerais de manger ? » Dis-moi ce que tu manges, je te dirais qui tu es. Monsieur me fait regretter d’avoir été aussi mignon en dégainant le grand jeu pour satisfaire son estomac. Je pars clairement avec un handicap si on se base uniquement sur les équipes formées par la production. Déjà quatre éliminés, plus que trois candidats, moi inclus, et probablement une mise en danger de notre équipe cette semaine. Autant vous dire qu’à ce rythme, il n’y aura bientôt plus personne pour défendre nos couleurs. « Si Milan n’avait pas abandonné, j’suis sûr qu’il aurait pu aller hyper loin. Les autres membres étaient plus… Anecdotiques ! » Pas que j’ai quelque chose contre Bambi ou Heather… Leur tempérament n’était juste pas suffisamment fort pour les porter plus loin dans le jeu. Elles n’ont pas été nominées puis éliminées sans raison, elles ne faisaient pas le poids contre des personnalités comme Eben. « Maintenant qu’on a dégraissé l’équipe, il reste un noyau qui devrait tenir bon, on va tous vous enterrer, tu verras ! » Je plaisante mais c’est à la fois une promesse que je pourrais choisir de lui faire, pour la beauté du challenge, pour la compétition amicale. C’est ce que nous espérons tous, non ? Aller le plus loin possible, survivre à l’intégralité des éliminations pour se hisser jusqu’en finale. Nos avis se rejoignent sur le finaliste éventuel de mon équipe, s’il devait n’en rester qu’un, j’ai probablement le profil le plus complet pour pouvoir arriver jusqu’au bout de l’aventure. Alvaro a une opinion assez tranchée lorsqu’il est question des membres de la team Scotia puisqu’il n’en mentionne pas un seul parmi les potentiels candidats pouvant atteindre la finale. « Vous avez une équipe solide, avec beaucoup de forts tempéraments. Qu’ils parviennent à atteindre le carré final ou non, je pense qu’on se souviendra de pas mal d’entre eux d’ici quelques mois, lorsqu’on reparlera de cette édition. » Certains sont bien partis pour marquer durablement Thrown Dice. Il y a toujours trois ou quatre candidats comme ça, dont les gens se souviennent sans trop savoir pourquoi. « Ariadne pourrait se hisser en qualité d’outsider, une force tranquille qui passera entre les mailles du filet chaque semaine et qui pourrait atteindre le carré final en remportant le vote des gens qui se lasseront des fortes têtes du jeu. » Un candidat qui te fait rire en début d’aventure peut très bien t’agacer en bout de course. C’est souvent comme ça, quand tu pars avec quelques favoris dès le début du jeu. Je pioche dans notre assiette de frites commune, une assiette qui commence à perdre en volume, tant mieux, je suis déjà bien calé. « Si je n’ai pas pris dix kilos d’ici là, j’devrais promouvoir les vêtements de Luca, ouaip ! » Je n’ai pas encore reçu la tenue qu’elle a promis de me concocter, ça ne devrait plus tarder. « Je suis hyper honoré oui, qui sait, c’est peut-être une piste à considérer pour rebondir après mon élimination. J’suppose qu’avec une carrure comme la mienne, il ne doit pas être trop compliqué de se faire signer dans une agence de mannequinat. » Je marque une pause, l’observe longuement, puis remarque. « Tu n’as jamais pensé à utiliser ton physique pour faire carrière ? T’es plutôt photogénique comme mec, qui plus est. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 723
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 31
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : self-employed
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 23 666£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: hamburger - lundi 13H   Mar 14 Aoû - 3:30

La semaine passée le cubain se trouvait pas dans les meilleures dispositions qui soient au moment où un échange avec Chaim s'était engagé, dans le couloir du personnel. Il se souvient très bien de ce jour-là parce qu'il avait dû revoir tous ses projets à cause de la pluie, mais aussi et surtout parce que la bonne humeur qu'il affiche la plupart du temps sur ce bateau s'était fait la malle. Ça lui arrive pas souvent au cubain de tirer la tronche, car il y a à vrai dire peu de choses qui peuvent lui ôter l'envie de sourire ou lui mettre un coup dans son moral. En tout cas dans cette aventure rien ne peut réellement l'atteindre, à part peut-être la perte du plaisir de jouer dont il a fait part à Eben l'autre fois. Il a pété un petit câble par rapport aux nombreux abandons survenus jusque là dont le dernier en date a concerné leur équipe. Et s'il a eu du mal à s'en foutre c'est parce que chaque abandon s'apparentait à un adversaire qu'il ne pourrait pas affronter comme il se doit, à ses yeux. Et puis le cubain faut pas oublier qu'il a mis de côté son business pour venir ici, c'est certainement pas pour se retrouver avec des petits joueurs en face car lui ça le tente pas du tout le triomphe facile. Or il a du mal à trouver une concurrence qui tienne la route entre ces murs, même si dernièrement le jeu a pas mal bougé il doit le reconnaitre, faisant ressortir des joueurs inattendus qu'il pourrait être intéressant d'affronter finalement. Il aime qu'on le surprenne Alvaro, il préfère même être pris de court par des joueurs sur lesquels il aurait pas du tout misé plutôt que déçu par des joueurs en qui il croyait. Cette aventure lui fera peut-être revoir petit à petit ses attentes ainsi que ses favoris, et c'est le côté imprévisible de la chose qui le rebooste comme jamais ces jours-ci. Les schémas tous faits avec aucune surprise à l'arrivée ça l'intéresse pas, et il sent que cette saison rien n'est tracé à l'avance pour personne, de quoi rendre les prochaines semaines pour le moins palpitantes. Les rebondissements au profit d'un jeu au dénouement très incertain ça lui redonne la pêche au cubain, et quand en plus un camarade lui prépare un festin de roi à base de burgers XXL et de frites à volonté c'est toute sa semaine qui s'en retrouve embellie. Chaim c'est un bon, il a décidé de combler toute la frustration de la semaine passée durant laquelle ils se sont retrouvés privés de gras sous toutes ses formes, une attention que n'est pas près d'oublier le cubain. Ils ont quand même du pain sur la planche pour finir tout ça, mais le fait de savoir qu'ils devront parader à poil sur le bateau dans le cas contraire a tendance à motiver Alvaro pour venir à bout de tout ce gras. « T'inquiète mec, moi vivant il ne restera pas une seule frite dans cette assiette. » il lance d'une voix assurée en tapant du poing sur la table pour donner plus d'intensité à ses propos. « Et j'irais même jusqu'à dire que le challenge sera perdu si on laisse la moindre graine de sésame. » Rapport aux graines parsemant les pains de leurs burgers, et autant dire que le cubain pousse le truc très loin, quitte à risquer de devoir relever le défi qui les attend s'ils ne terminent pas tout ça. De toute façon il a toujours vécu au rythme des défis plus ou moins dingues qu'il s'est lancés, et il croit en eux pour relever celui-là, sans problème. « Ah oui t'y vas carrément à la fourchette toi. » il remarque en pouffant de rire devant un Chaim attaquant son burger avec des couverts. C'est insolite à voir, mais après tout pourquoi pas. Peut-être que c'est sa tactique pour ne pas se retrouver avec de la sauce plein les mains, et puis ils peuvent y aller chacun à leur rythme de toute façon. Enfin Alvaro il a pas le temps lui, il mord dans son burger comme un crève la faim et tant pis s'il finit couvert de sauce avant la fin de ce repas. « C'est peu de le dire ouais. Tu t'es fourni au Johnny Rockets je suppose ? » il lui demande entre deux bouchées car ça pourrait expliquer la qualité exceptionnelle de la bouffe. Et d'un autre côté il voit pas trop où Chaim aurait pu aller chercher des burgers sur ce bateau. En prévision du prime de samedi et de la prochaine sentence d'Estelle les deux candidats peuvent au moins se dire que dans tous les cas ils seront psychologiquement prêts, peu importe ce que celle-ci leur prépare en douce. Chaim il raisonne un peu comme lui, il exclut pas d'être déçu si la sanction s'avère pas aussi sévère que ce à quoi ils se seront préparés. Alvaro approuve ce que son camarade raconte dans un énergique hochement de tête, le temps d'avaler ce qu'il a dans la bouche.  « On est un peu cons quand même, à psychoter sur ce qui nous attend pour finalement dire que de toute façon y'a des chances qu'on soit déçus. » Et c'est vrai qu'ils sont partis assez loin sur cette histoire alors que si ça se trouve Estelle leur prépare rien de dingue, et que le retour en force de celle-ci n'aura jamais lieu. Enfin bon ils peuvent toujours y croire d'ici là, et tant qu'à faire Alvaro il préfère n'avertir personne d'autre sur ce bateau histoire que leurs petits camarades s'y attendent pas, eux. Car il donnerait tout pour tous les voir s'affoler en cas de sentence hyper lourde, tandis qu'eux deux n'auront pas à jouer les surpris. « Oh, y'a bien longtemps que je me suis fait à cette idée, tu sais. » il rétorque dans un haussement d'épaules quand Chaim balance qu'ils finiront en enfer l'un et l'autre. Difficile de savoir si Alvaro est sérieux, à ce moment-là. Ce qui est sûr que c'est que l'enfer pourrait bien leur tendre encore plus les bras avec ce qu'ils disent sur les t-shirts faits avec amour par les enfants malades de l'association d'Estelle. Ces t-shirts sont pas à leur goût, et en tant que mecs francs et sans filtre ils tournent pas autour du pot pour le faire savoir. Le cubain il se demande même si Chaim aurait pu rentrer dans le t-shirt qu'on lui a filé vu sa carrure, mais pour le savoir faudrait déjà que son camarade ait checké la taille or il a balancé le bout de tissu dans sa valise sans regarder. « Tu l'as pas jeté au moins, et moi non plus. Je me dis qu'un machin pareil doit être réutilisable d'une façon ou d'une autre. » En tant que chiffon, par exemple. Il se voyait pas foutre son t-shirt à la poubelle alors que le recyclage est toujours possible. Chaim le fait rire avec ses idées complètement barrées, car de là à penser qu'Estelle a tout manigancé pour les voir improviser un strip-tease il part sûrement un peu loin. Le cubain étouffe un rire dans son burger, avant de retrouver son sérieux. « Mec on est horribles, on parle quand même de gosses dont la peau est ravagée par des bulles et des plaies. » Et eux parlent de strip-tease, normal. C'est atroce et d'un autre côté c'est pas dans ses habitudes au cubain de dramatiser, il prend la plupart des choses avec légèreté quitte à passer pour un individu dénué de cœur et insensible ce qu'il n'est pourtant pas. « Mon gamin a eu des soucis de santé à la naissance, pas dans ce genre-là mais les premiers mois ont été compliqués, pour sa mère surtout. Je pense qu'elle va me maudire si elle me voit rigoler de trucs comme ça. » Du coup ça le calme un peu, et même s'ils n'ont fait que se moquer des t-shirts qu'on leur a refilé mine de rien ça peut déjà les faire passer pour des enfoirés l'un et l'autre. Alvaro il s'en fout de pas faire l'unanimité, par contre il veut pas donner des raisons à Gabriella de demander à restreindre ses droits en tant que père. Il sait qu'elle peut user d'un rien pour ça, et il y a déjà beaucoup de choses qui jouent contre lui aujourd'hui. Vu qu'ils restent sur des sujets très gais ils évoquent le dernier repas qu'ils demanderaient à avoir en étant dans le couloir de la mort et proches de l’exécution. « Un repas comme celui-là m'irait très bien, avec une tonne de sauce c'est la base. Sinon le Picadillo à la cubaine de ma mère, le meilleur truc qui existe. » Un plat traditionnel de la cuisine cubaine, composé de hachis de bœuf cuisiné avec de l’ail, des oignons, du riz blanc, des haricots noirs et servi avec des bananes plantains frites. Un plat sans prétention dont le cubain est dingue, et qu'il réclame à sa mère chaque fois qu'il est de retour au pays. « Et toi, ce serait quoi ton dernier repas de condamné ? » Peut-être une spécialité française pour Chaim, c'est du moins ce à quoi il s'attend. Et puis faut pas croire, mais même quand il mange le cubain garde le jeu bien en tête. Il en profite d'ailleurs pour chambrer un peu son camarade quant à l'effectif particulièrement réduit de son équipe, celle-ci ayant souffert de pas mal d'éliminations et d'abandons jusqu'à présent. Les Tasman ne sont plus qu'au nombre de trois et faut maintenant leur souhaiter de se maintenir comme ça au moins quelques temps. Sa remarque sur Milan lui fait lever les yeux au ciel. « Tu parles, ce gars ne prenait pas du tout le jeu au sérieux et était ici en touriste. » Ça il l’invente pas, c'est l'intéressé lui-même qui l'a reconnu devant lui. « Donc bon le petit Milan il est tout aussi bien dehors si tu veux mon avis, vu ce qu'il aurait pu vous apporter. » Lui, objectif ? Absolument pas. Milan il a jamais pu l'encadrer avec sa tête de merdeux et ça lui ferait trop mal de lui reconnaitre le moindre potentiel à ce mec-là. Il en avait certainement, mais entre le penser et le dire y'a un monde. Chaim il croit en tout cas dur comme fer au trio restant de sa team, jusqu'à se dire prêt à tous les enterrer. « Je demande qu'à voir ça mec. » il déclare dans un sourire semi-convaincu. Lui ça l'arrange si les Tasman se battent et leur posent des difficultés, car autant exploiter les trois teams jusqu'au bout. Chaim il a la gnaque ça se voit et ça se ressent, ce qu'il faut espérer c'est que ses deux coéquipières se trouvent dans le même état d'esprit que lui. « À toi de motiver tes troupes. » Il part du principe que Chaim est plus ou moins le leader de sa team, en tant que mâle dominant et joueur survolté. Il imagine pas trop Jun ou Beth endosser ce rôle-là faut se l'avouer. Quant à la finale la plus probable à ses yeux, Alvaro met directement son camarade dedans et n'hésite pas non plus à imaginer les places restantes pour des membres de son équipe. Il aime bien ce qu'il entend, là. D'après Chaim les membres de la team Bohol ont de grandes chances de marquer les esprits cette saison et même après. « C'est vrai qu'on a une concentration de fortes têtes et de caractères affirmés, avec en prime un coach qui blague pas lui non plus. » Elle dépote cette équipe, le cubain il estime qu'il aurait pas pu mieux tomber puisque ses coéquipiers ont pour la plupart la même vision du jeu que lui, en plus d'être des candidats avec lesquels il s'entend bien. « Parce que bon votre Mille, là, pardon mais... » Il finit pas sa phrase parce que la suite tombe un peu sous le sens, en fait. Millie ne force pas le respect comme Soren, c'est un petit bout de femme obsédé par ses envies de gloire et de paillettes et qui ne donne pas l'impression de prendre très au sérieux cette histoire de teams. Quant à Ariadne, elle est la plus pressentie pour atteindre la finale dans cette équipe d'après lui, ce que Chaim a tendance à approuver également. « T'as très bien résumé, et d'ailleurs je suis sûr qu'elle n'y croit pas une seconde. » Contrairement aux autres membres de l'équipe qui ont tous une bonne dose de confiance en eux et visent le bout de cette aventure, quant au fait de pouvoir lasser le public à la longue il en a lui-même parfaitement conscience. La quantité de frites dans l'assiette a considérablement réduit, comme quoi ça descend pas mal pendant qu'ils papotent au sujet du jeu et des sapes. Chaim a été contacté par une ancienne candidate officiant dans le domaine de la mode pour porter ses fringues au prochain prime, une opportunité sur laquelle le candidat a évidemment pas craché. « Je pense que ça va y aller le sport cette semaine pour compenser tout ça. » il énonce dans un fin sourire. Chaim peut pas se permettre de prendre du gras alors qu'il va devoir jouer les mannequins dans quelques jours, après cet écart il va lui falloir être vachement raisonnable. Il se dit honoré, et n'exclut pas la possibilité que tout ça lui offre une piste pour rebondir à sa sortie. « Tu m'étonnes, je t'imagine sans souci promouvoir des caleçons moi. » Et comme il dit, le mannequinat peut être une porte comme une autre à pousser pour tenter de nouvelles choses après cette aventure. Avec une carrure comme la sienne il devrait intéresser pas mal de monde dans le milieu, par contre le cubain est pas sûr de pouvoir en dire autant. « Moi ? » il laisse entendre en relevant la tête quand son camarade lui parle d'utiliser son physique pour faire carrière. « Non, et je pense pas intéresser la moindre agence tu vois. Dans ce monde-là je crois qu'une belle gueule suffit pas, t'as dû remarquer que j'étais pas très balèze ni très grand. » Le coup du mec photogénique il compte plus le nombre de fois où on lui a fait, mais il s'est jamais dit qu'il exploiterait ça vu que tout ce dont il peut vraiment se targuer c'est d'avoir une tronche pas trop mal et de beaux yeux. Il sait pas si ça pourrait réellement lui servir, ce qui est sûr c'est qu'il s'est jamais posé la question car ce monde-là l’intéresse tout simplement pas. « J'ai entendu dire qu'on aurait droit à une cérémonie d'awards au prochain prime. » L'info est actuellement en train de circuler sur tout le bateau, ça devrait être officiel dans les prochaines heures mais c'est vrai qu'au départ Alvaro il y a pas trop cru. Leur remettre des statuettes et des prix symboliques, ou comment encombrer inutilement leurs valises. « C'est sérieux tu crois, ils vont vraiment faire gaffe à nos tenues et tout ? » Sans que ça l'inquiète plus que ça le cubain se demande quand même si le fameux dress-code dont il a entendu parler est à prendre au sérieux ou non. Il conçoit qu'il faille être élégant à une cérémonie de prix mais là c'est pas les oscars quand même, faut se détendre. « J'ai aucune envie de me ramener en pingouin pour l'occasion, et pourtant j'ai l'impression qu'on va pas nous laisser le choix. » il soupire avant de mordre à nouveau dans son burger, alors que la sauce coule entre ses doigts et trouve par la même occasion refuge dans sa barbe.

Citation :
ouuh c'est long sorry. troll2

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
 

hamburger - lundi 13H

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» BON LUNDI DE PAQUES
» [UPTOBOX] Hamburger Hill [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Hamburger film sandwich [DVDRiP]Comédie
» Absent jusque lundi
» Menu de lundi soir
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: SALLE À MANGER EXTÉRIEURE-
Sauter vers: