witness (S5, dimanche, 18h15)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 582
AVATAR : anne hathaway
LOCALISATION : Londres
MÉTIER : Professeur de biologie


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: witness (S5, dimanche, 18h15)   Lun 6 Aoû - 1:13

witness
@Hunter

Nous avons convenu, Hunter et moi, que nous nous retrouverions pour un petit pique-nique au coucher du soleil, moment que nous semblons tout deux affectionner tout particulièrement. C'est un peu préoccupée et distraite que j'emballe des victuailles pour notre repas, une grande salade composée ainsi que tout un tas de petites choses à grignoter que j'ai pu glaner ici et là. Moi qui suis d'habitude très concentrée et qui vais droit au but, toujours, je surprends mon esprit à me faire régulièrement faux bond. Une moue agacée s'empare de mes lèvres alors que j'essaye de chasser ces pensées qui reviennent encore et toujours sans qu'elles soient invitées, et qui me tourmentent pour la première fois depuis bien longtemps. Décidée à ne pas la laisser gâcher cette fin de journée, je me dirige d'un pas déterminé vers le mini-golf, le panier de provisions dans une main, une nappe chipée au réfectoire dans l'autre. Le mini-golf semblait être l'endroit idéal pour abriter notre petit repas, isolé du reste du bateau et des autres candidats et nous donnant une fausse impression de nature au milieu de cette embarcation construire par l'homme. Je nous installe au milieu d'un carré de pelouse, dépliant le carré de tissus pour que nous puissions nous y asseoir, et me contente de déposer le panier sans en déballer le contenu, préférant attendre mon compagnon pour la soirée. Malgré tout, j'en extirpe la bouteille de vin rouge, le tire-bouchon et les deux verres à pieds que j'ai pris soin d'emporter et me sers un verre. Je ne suis pas quelqu'un qui consomme énormément d'alcool, encore moins jusqu'à l'ivresse, mais disons que j'en avais besoin ce soir. Mon ballon de cristal dans une main, mes genoux enserrés par l'autre bras, je me tourne vers l'ouest pour observer le soleil. Mais même lui ne réussit pas à me distraire, et bientôt mon esprit s'aventure à nouveau dans les sombres méandres de mon cerveau, et perds tout sens des réalités et de mon environnement.

_________________
living in black and white
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: witness (S5, dimanche, 18h15)   Lun 6 Aoû - 19:45

J'avais proposé à Beth, un peu plus tôt dans la journée, de faire un pique-nique tous les deux au coucher du soleil. C'était un petit peu devenue ma confidente Beth, celle avec qui j'aimais confier un peu ma vie et mes pensées. C'était drôle parce que sur papier, elle et moi n'avions pas grand chose à voir l'un avec l'autre, si ce n'était que nous étions tous les deux assez calmes. Je crois que nous essayions tous les deux de nous distancer des problèmes des autres, de garder un minimum de recul face à toute cette aventure qui pouvait parfois submerger n'importe qui. Comme lors de la veille, après un prime compliqué, où j'avais ressenti le besoin de penser à autre chose. Je ne pensais vraiment pas être le candidat le plus fort mentalement ici, j'aurais même facilement pu vous dire que j'étais le plus sensible, ou un de ceux qui n'allaient pas facilement la ramener. Mais je survivais. Ici, je me trouvais une place là où je n'en avais que trop rarement trouvé à l'extérieur. Je me trouvais des connexions que je n'aurais au quotidien jamais pu me faire. Je me surprenais. Alors certes, j'étais encore bien loin d'être aussi sociable que d'autres, mais à mon sens, je me débrouillais plutôt pas trop mal jusqu'ici, et j'étais heureux de voir que les autres arrivaient à me laisser ne serait-ce qu'une petite chance de m'ouvrir à eux. Alors oui, en ce dimanche soir, j'avais choisi de m'aventurer aux côtés de Beth vers le terrain de mini golf, où il était plus simple de contempler le coucher de soleil tout en mangeant. J'avais amené ma petite nappe ainsi que mon petit panier contenant de la charcuterie, du fromage, une bouteille de champagne que j'avais volé au restaurant et, attention les yeux, des pringles ! C'était presque le plus important. Arrivant à côté de la brune, je la regardais un instant en ajoutant un petit « Ça te va vraiment bien les cheveux courts je trouve, c'est la première fois que tu les coupes ? » n'empêche que ça devenait à la mode, puisque Wyatt et Llewyn étaient également passés par cette étape. Moi j'adorais. Commençant à étendre ma nappe ainsi qu'à y déposer mon panier, je m'asseyais finalement en fouillant dans celui ci « Regarde ce que j'ai ramené... » elle allait croire que j'allais tirer la bouteille de champagne qui était pourtant bien visible, mais non, rien à faire ! Les pringles ! « Tatan ! » de quoi passer une bonne soirée non ? Je jetais finalement un regard en sa direction, elle semblait légèrement moins réactive que d'habitude. « Quelque chose ne va pas ? » lâchais-je finalement, légèrement moins fort avant d'ajouter « Tu sais que tu peux tout me dire, hein ? » c'était peut-être en rapport avec les messages qu'elle recevait sur son blog ? Je les avais vu dans l'après midi.

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 582
AVATAR : anne hathaway
LOCALISATION : Londres
MÉTIER : Professeur de biologie


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: witness (S5, dimanche, 18h15)   Mer 8 Aoû - 2:21

witness
@hunter

Le vin rouge me teinte les lèvres et me pique la gorge – malgré le bon cru choisi par le maître – mais c’est exactement ce qu’il me faut. Je ne saurais trop dire pourquoi, mais cette boisson me calme et m’aide à m’ancrer dans le sol, à me faire prendre conscience de mon environnement et à me rappeler à la raison. J’adresse un sourire distrait à Hunter qui s’approche, sourire peut-être un peu moins franc et solaire que d’habitude. Je le regarde s’installer près de moi, le nez dans mon verre, avant d’avaler une nouvelle gorgée de bordeaux. « Ça te va vraiment bien les cheveux courts je trouve, c'est la première fois que tu les coupes ? » Mes lèvres s’étirent un peu plus et, comme à chaque fois que l’on a mentionné ma coupe cette semaine, ma main droite s’envole vers le sommet de mon crâne et ébouriffe mes cheveux. « Merci… Et oui, ils n’avaient jamais été si courts. » Evidemment, je les ai déjà coupés, déjà parce que ça ne serait pas possible autrement. Ils ont déjà été un peu plus haut que mes épaules, dans un carré plutôt long, et puis j’ai traversé plus ou moins toutes les longueurs possibles et imaginables entre mes omoplates et le creux de mes reins. Mais la pixie, jamais, c’est la première fois. Il s’affaire dans son panier et, l’espace de quelques instants, parvient à capter mon attention.  « Regarde ce que j'ai ramené...  Tatan ! » Je décroche un petit rire. Je ne sais pas vraiment ce à quoi je m’attendais, mais surement pas à une boite de chips. Mais j’imagine que mon rire n’était pas suffisamment convaincant, car il me demande bientôt : « Quelque chose ne va pas ? » Je baisse les yeux lorsqu’il ajoute : « Tu sais que tu peux tout me dire, hein ? » Dans un effort ultime, j’essaye de planter un sourire sur mon visage en disant : « Oh non, ne t’en fais pas, j’ai juste une… » migraine qui s’installe. Je ne finis pas ma phrase tant elle sonne faux. A quoi bon mentir après tout ? Et puis, ce n’est pas ce que voulait Nathan ? « Tu sais quoi ? Ce n’est pas vrai. Je suis un peu préoccupée aujourd’hui… » Je lève les yeux vers lui, finalement, pour chercher du réconfort dans son regard doux. « Je… » Je ne sais même pas par où commencer. Un peu désemparée, je finis par attraper la tablette que j’avais glissée au fond de mon panier pour lui montrer le message de Sophie. Le silence, souvent agréable quand je suis en compagnie de Hunter, se fait pesant. Je finis par m’expliquer, du bout des lèvres : « Mon ex. » Les mots m’écorchent la bouche tant ils semblent dérisoires face à ce que représentait Sophie pour moi. « …je voulais l’épouser. »

_________________
living in black and white
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: witness (S5, dimanche, 18h15)   Mer 8 Aoû - 2:49

Quelque chose dans l'air semblait avoir changé, comme si notre bien-être en binôme n'était pas aussi développé que celui que nous avions pour habitude de retrouver ensemble. Lorsque j'étais à ses côtés, j'avais l'impression de pouvoir respirer sans avoir à affronter le regard du monde, un regard parfois tranchant et perfide qui ne laissait place qu'à une vulnérabilité presque malsaine et incomprise. Avec elle, cette vulnérabilité avait sa place, parce que je savais qu'elle était partagée. Parce que je savais qu'elle n'était pas jugée ni détraquée de toutes parts. Beth me donnait l'impression d'être sur un de ces nuages qui traversent l'horizon sans but précis. Simplement être sans forcément avoir de but, sans forcément chercher une destination. Mais aujourd'hui, je la sentais ailleurs, ses pensées éprises par une entité tiers dont je n'avais pas forcément connaissance. Et moi, je ne voulais pas être simplement qu'un nuage sans horizon pour elle. Je voulais être là, en tant que personne, qu'elle comprenne qu'elle n'était pas seule ici, et que son chemin n'était pas aussi sombre qu'elle pourrait le penser. Elle me disait n'avoir jamais eu les cheveux aussi court, et je souriais légèrement, approuvant son choix. Elle avait probablement eu besoin de changement, et c'était tout à son honneur. Personnellement, j'étais bien trop peureux pour oser quelque chose de radical, et ce même si je commençais peu à eu à remettre mon image en question, me disant qu'il devait forcément me manquer quelque chose. Pour autant, alors que je la voyais rire, je continuais de lire en elle comme dans un livre ouvert, c'était peut-être le fait que j'étais si bien habitué à analyser tout ce qui m'entourait. Je connaissais ses mimiques, et celles que je voyais là ne me semblaient pas aussi naturelles que celles de d'habitude, si bien que j'en venais à lui demander si tout allait bien. Après une courte hésitation, elle se décidait finalement à me parler, me disant qu'elle était préoccupée tout en marquant une pause. Je ne savais trop pourquoi, mais je m'étais apprêté à ouvrir le paquet de chips comme si ça allait changer quelque chose à son humeur actuelle. Il n'y avait bien que moi sur qui cela pouvait avoir un impact. Mes prunelles remontèrent jusqu'à elle, lorsqu'elle mentionna son ex, et le fait qu'elle avait voulu l'épouser. Au passé ? « Sophie ? » sans trop savoir pourquoi, le nom m'était resté en tête après avoir vu son message sur le blog de Beth. « Enfin... j'ai vu qu'elle t'a laissé un message... elle a l'air de penser encore beaucoup à toi. » et je ne mâchais pas mes mots « Alors pourquoi tu en parles au passé ? » j'avais si peu de proches que personnellement, j'essayais de ne pas trop les perdre, même si ces dernières années, j'avais plus eu tendance à m'isoler qu'autre chose. Mais là c'était une relation encore différente, bien plus forte que n'importe quelle autre relation que j'avais pu vivre. Moi aussi, j'aimerais tomber amoureux un jour. « De quelle plage elle parlait ? » je me souvenais de ce détail dans son message.

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 582
AVATAR : anne hathaway
LOCALISATION : Londres
MÉTIER : Professeur de biologie


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: witness (S5, dimanche, 18h15)   Jeu 9 Aoû - 21:12

witness
@hunter

« Sophie ? » Je baisse les yeux encore davantage et me crispe en l’entendant prononcer son nom. Je suis mal à l’aise, comme si personne n’avait le droit de parler d’elle, comme si cette histoire était la mienne et qu’elle m’appartenait, à moi seule. « Enfin... j'ai vu qu'elle t'a laissé un message... elle a l'air de penser encore beaucoup à toi. » Je laisse échapper un soupir. Je ne sais pas si ce qu’il dit est vrai ou si elle ne réfléchit simplement pas aux conséquences de ses mots, qu’elle est vraiment au Pays de Galles, devant le lac et qu’elle s’est juste dit que j’aimerais y être, sans réellement penser au mal que ça me ferait de recevoir ce massage. « Alors pourquoi tu en parles au passé ? » Oui, pourquoi ? C’est une bonne question… Je laisse le silence retomber, il m’étouffe, m’étrangle et me retourne les tripes. Mais je finis tout de même par dire, du bout des lèvres : « Ca n’a pas marché… Elle n’était pas prête, ou ne voulait pas l’être, je ne sais pas. » L’angoisse première de toute personne qui planifie sa demande en mariage est de se retrouver un genou à terre et qu’un ‘non’ retentisse et s’abatte sur vous, sentence inéluctable. Mais non, je peux vous dire que le pire c’est plutôt que le ‘oui’ qui vous plonge dans un état de béatitude finisse par s’affaiblir jusqu’à se transformer, lentement, en un ‘je ne sais pas’. « Elle ne savait pas ce qu’elle voulait. Ou plutôt voulait tout à la fois. Et j’ai finalement décidé qu’il était trop cruel de continuer à me faire attendre, espérer. » Qui sait où en serions-nous, aujourd’hui, si je n’avais pas mis fin à notre relation ? La partie raisonnable, logique et cartésienne de mon esprit, celle que j’ai finalement autorisée à prendre le dessus quand je suis partie, est persuadée qu’elle m’aurait fait souffrir. Mais il y en a une, infime mais présente, qui est gouvernée par mon cœur et me répète que nous serions peut-être heureuses à l’heure qu’il est. Cette Beth ci avait presque disparu ces derniers temps, j’avais réussi à l’enfouir si profond qu’elle ne me faisait plus douter. Il aura suffi de quelques mots sur des réseaux sociaux pour que tout vole en éclats. « De quelle plage elle parlait ? » Un fin sourire s’étire sur mes lèvres alors que je repense à cet endroit. « C’est sur le Lac Vyrnwy, au Pays de Galles. Un petit coin de paradis semi-sauvage, une réserve naturelle magnifique. » Je ris doucement, d’un rire triste, en disant : « Je l’y ai emmenée pour la première fois dans les premiers mois de notre relation. Je m’étais dit que le paysage la charmerait pour moi… » Et ça a trop bien marché.

_________________
living in black and white
Revenir en haut Aller en bas
 

witness (S5, dimanche, 18h15)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Love is a sickness, can I get a witness ? (kris lova)
» Jurek | Without Hope, Without Witness, Without Reward
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: MINI GOLF-
Sauter vers: