puro chantaje, mercredi 16h27 (sem.5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10425-ugo 

MESSAGES : 588
AVATAR : dacre montgomery
ÂGE : 24
LOCALISATION : sarausa (sicilia)
MÉTIER : mécano


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: puro chantaje, mercredi 16h27 (sem.5)   Lun 6 Aoû - 23:17



Cette semaine, le soleil était beaucoup plus chaud dans la ciel que la précédente et comme toi, tu ne mettais pas de crème solaire, tu commençais à craindre de cramer sur place à force de t'exposer sans protection aux heures les plus risquées de la journée. Tu n'avais pas pour habitude d'être aussi raisonnable et prévoyant qu'une Poppy qui se prépare à entrer dans la piscine, mais tu t'étais dit qu'une après-midi à l'intérieur, ça ne te ferait pas de mal, et ça pouvait même être sympa. Tu avais donc fait un rapide tour des pièces disponibles sans vraiment trouver ton bonheur, que ce soit en terme de candidats présents -à qui tu n'avais pas forcément envie de parler- ou d'activités. Jusqu'à ce que tu passes par la salle de spectacle. Seul, l'endroit n'avait pas vraiment d'intérêt. Tu pouvais te ridiculiser à danser des solos et faire un long monologue digne du super-méchant que tu avais inventé la semaine dernière. En réalité, tu aurais toujours un public, invisible pour toi, mais vraiment tu ne pouvais pas te rendre compte du nombre de personnes qui regardaient l'émission. Ton environnement se limitait au yacht puisqu'on ne vous avait pas accordé d'escale depuis le départ de Miami. Tu trouvais ça un peu dommage, mais il y avait d'autres façon de voyager que d'explorer un pays, entre la cuisine typique qu'on pouvait demander à vous préparer en cuisine, le paysage qui défilaient qui étaient tout de même représentatif, ou la musique que tu pouvais  parfois capter en passant devant le piano bar et qui faisait généralement honneur au coin du monde duquel vous étiez proche. L'idée t'était alors venue en te retournant et en captant l'espèce de cabine de contrôle en haut de la salle de spectacle de tester un peu l'acoustique du lieu. Tu t'étais retrouvé devant une console pleine de boutons et de machins un peu compliqué et si tu n'avais pas immédiatement su t'y prendre -parce qu'après tout tu n'étais pas ingénieur du son- tu avais finalement réussi à lancer un morceau de reggaeton, genre qui tendait à se répandre même jusqu'en Italie, et que tu trouvais assez répétitif à titre personnel, mais ça restait sympa. Tu actionnais d'autres commandes un peu au hasard, en suivant ton inspiration du moment. Tu avais finalement trouvé comment jouer avec les lumières mais pas encore comment déplacer les spots. Surement attirée par la musique ou les lumières changeantes, une demoiselle était entrée dans l'enceinte de la salle de spectacle. Tu la fixais un instant dans la semi-pénombre avant de parvenir à l'éclairer par le haut. « Francesco Machiavelli, rendez-vous, vous êtes cerné ! » Clames-tu dans un micro que tu tiens près de ta bouche pour faire un effet de haut-parleur dégueulasse et dont le son se réverbère évidemment dans toute la pièce. Tu agites la main pour qu'elle te localise, puis tu lui fais signe de te rejoindre. « T'aurais pas pu t'inventer une super-vilaine dans un costume moulant comme tout le monde en rêvait... » Non, fallait qu'elle se travestisse. Pourtant, t'étais clairement pas le seul qu'elle arrivait à faire frémir d'un battement de cils, tu comprenais pas pourquoi elle avait décidé de faire ça, à part pour se donner plus de pouvoir qu'elle n'en avait apparemment déjà ici, et d'ailleurs t'avait pas franchement apprécié ce que t'avais vu lors du prime, mais peut-être qu'elle dirait que ça te regardait pas. De loin t'essayais quand même d'apercevoir l'éclat de son alliance à son doigt, comme une pie repérerais un objet brillant. C'était pas le coup d’œil soulagé que t'aurais dû lancer, genre "ouf, elle a sa bague de nouveau, c'est bon, j'ai pas à aller me castagne avec Eben, parce que je suis un bonhomme, mais bon... voilà". Plutôt un air de reproche mais si tu fixais directement Livia dans les yeux tu sentais que ça pouvait la faire monter instantanément dans les tours.

_________________
    me ne vado, ti lascio nella sera
    che, benchè triste, cosi dolce scende
    per noi viventi, con la luce cerea


Dernière édition par Ugo le Dim 12 Aoû - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 354
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 29


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 32 397£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: puro chantaje, mercredi 16h27 (sem.5)   Mer 8 Aoû - 16:49

Livia, elle n’a pas grand-chose à faire cet après-midi. Elle erre sur le bateau à la recherche d’une nouvelle activité, après avoir déjà épuisé tout ce qu’elle a l’habitude de faire pour passer le temps, entre piscine et séance de bronzage. Quand elle passe sur le pont F, elle se laisse happer par le bruit en provenance de la salle de spectacle. C’est un drôle de spectacle qui l’attend à l’intérieur de celle-ci. Ugo, on dirait qu’il se prend pour un peu pour un DJ de camping à le voir jouer au random avec les commandes sur scène comme s’il était un professionnel de la musique. C’est n’importe quoi. Il y a juste les projecteurs accrochés au plafond qu’il semble maîtriser correctement, parce qu’il parvient à trouver le bon bouton pour lui balancer l’éclairage en pleine face. Elle dresse une main au niveau de son visage, aveuglée par le brusque apport de lumière qui tombe dans ses yeux. Il lui parle de son super-vilain débile et Livia, elle lève les yeux au ciel, déjà blasée par le prochain atelier d’Estelle auquel ils vont devoir participer. Elle n’a aucune envie d’interpréter le personnage qu’elle a inventé et encore moins de se faire psychanalyser au travers de celui-ci. Pourtant, ce n’est pas faute d’être passée maître dans le domaine de la dramaturgie, mais elle n’a pas trop envie de se ridiculiser face aux autres candidats avec son taré obsessionnel. « Tu penses que je serais du côté des méchants ? » elle rétorque par rapport à ce qu’il semble avancer. Si elle avait fait une super gonzesse en combinaison moulante, on se serait forcément sentit obligé de faire des comparaisons et ça aurait ainsi signifié qu’elle était plus du mauvais côté de la force que du bon. Livia, elle n’a pas trop compris pourquoi une grande partie des candidats ont jugé bon de puiser directement dans leur propre personnalité pour inventer leur personnage. Il ne faut pas être un génie pour saisir qui s’est tapé un petit délire en s’imaginant en héros en slibard et collants colorés parmi eux. Livia, ce n’était pas vraiment son univers, elle n’arrivait pas à s’y projeter et encore moins à imaginer un super-vilain lui ressemblant trait pour trait. Estelle s’est dit que ce serait amusant de leur coller ce genre d’exercices, mais pour être honnête, l’italienne aurait été beaucoup plus à l’aise à devoir jongler avec les rimes et jouer les poétesses tragico-intello. « A ton avis, ça aurait été quoi mon super-pouvoir ? » elle le test en cherchant son regard dans la pénombre. N’empêche, il y a quand même de sacrés cas sur le bateau, à l’image de Chaim qui se verrait bien se transformer en lion à l’occasion. Elle s’approche, alignant les pas pour s’approcher du poste de dieu des platines d’Ugo. « Et toi, tu penses que tu y es allé suffisamment avec les clichés avec ton gars ou pas ? » Déjà, son personnage s’appel Luigi et quand tu es italien, t’as forcément au minimum un Luigi dans ta vie. Il fait parti de la mafia et porte des mocassins en cuir. Plus rital, tu meurs. « Tu aurais pu par exemple ajouter dans ses aptitudes spéciales qu’il cuisinait les meilleurs spaghetti aglio, olio, peperoncino… » Ou alors qu’il était un excellent pizzaiolo, puisqu’il est admis à l’international que les italiens se nourrissent exclusivement de pâtes et de pizzas. « Mais ce serait erroné, parce que ça, c’est moi. » elle expire dans un clin d’œil après s’être rapprochée du candidat. Livia, elle a un petit talent caché pour la cuisine, malheureusement le format des repas avec le self-service ne lui permet pas de faire la démonstration de toutes ses capacités culinaires à ses camarades. C’est vraiment trop con, parce qu’elle adorerait sustenter Ugo ou Llewyn dont elle a appris depuis le dernier prime qu’elle faisait partie de leurs liens principaux sur le bateau. Livia, elle aimerait bien s’occuper d’eux comme elle l’a promis et elle se voit bien en maman oiseau nourrir son petit pulcino à base de bons petits plats mijotés par ses soins. Ugo, il la regarde un peu bizarrement depuis tout à l’heure. Elle s’en rend compte maintenant qu’elle s’est approchée de lui et que l’éclairage ne nique plus complètement son champ de vision. Au lieu de mater ses beaux yeux capables de te filer une érection à la seconde, il ne détache pas son regard de sa main gauche. « C’est ça que tu essayes de voir, pulcino ? » elle demande dans un sourire moqueur en mettant ses doigts en évidence, dont celui qui a tout récemment retrouvé son alliance. Elle lui avait dit qu’elle la récupérerait au cours de la semaine dernière. Livia est pleine de ressources et elle a pu gérer le cas Eben sans l’aide de personne.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10425-ugo 

MESSAGES : 588
AVATAR : dacre montgomery
ÂGE : 24
LOCALISATION : sarausa (sicilia)
MÉTIER : mécano


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: puro chantaje, mercredi 16h27 (sem.5)   Dim 12 Aoû - 18:07

Ca a l'air de la saouler, Livia, que tu l'interpelles comme ça, en faisait référence au personnage qu'elle a créée pour l'activité d'Estelle la semaine dernière. Toi ça te fait marrer intérieurement, évidemment, au point de te faire sourire, l'air fier de ta connerie, à voir la tête de l'italienne. Le temps qu'elle te rejoigne jusqu'à la console où tu t'amusais comme un gamin, elle te demande si selon toi, elle serait du côté des méchants. T'es pas sûr si elle parle toujours des personnages que vous avez dû inventer ou de la vraie vie alors tu commences pas hausser les épaules. « Je crois pas qu'il y ait vraiment de gentils et de méchants, tu sais, c'est ultra caricatural. En vrai, y a les gens qui "se battent" pour un "idéal", et ceux qui vivent selon leurs propres principes. Et je pense que t'es de ceux-là. » Et le Francesco aussi -si tu devais faire une analyse de philosophe de comptoir. Et puis toi aussi, même si tu te donnais peut-être des grands airs parfois, tu roulais que pour toi, t'étais entré seul, tu sortirais (probablement) seul. T'imaginais que Livia aussi, mais tu pouvais encore te tromper à son sujet. Comme tu lui as fait savoir, tu l'aurais plutôt vu s'inventer une méchante nana en tenue serrée et elle s'est ramenée avec un vieux gars qui séquestre des gens, de quoi te refroidir un peu pour l'atelier théâtre si Estelle le mettait en place. Elle voulait savoir ce que tu aurais imaginé comme pouvoir pour sa vilaine. « Surement la télépathie, et la persuasion, voire la manipulation de l'esprit. Des trucs pour lesquels t'es déjà très douée, mais poussés au max. Tu serais capable d'obtenir tout ce que tu veux des autres, et de les percer à jour. » Elle y arrivait déjà très bien à l'échelle de l'émission, mais il s'agissait là d'une super-méchante que tu imaginais capable de contrôler le monde. Et toi, tu serais surement un de ses nombreux sbires, vue la merde de barbier pétrie de clichés sur les ritals que t'avais pondu. Heureusement que le docteur ne vous avait pas mis de note, parce que rien que ton niveau t'avait déjà fait assez mal. Tu faisais pâle figure avec ta moustache-lasso et tes petites lames de rasoir comparé aux pouvoirs puissants et compliqués de certains autres. Tu haussais les épaules à la question de Livia à ce sujet, t'y étais pour rien, toi. « Eh, je suis pas un gars très inventif, j'ai fait que me servir de choses qu'on m'a dites. » Du surnom dont Milan t'a affublé, des commentaires sur ta petite moustache, de l'affiliation d'office à la mafia, même du débat sur la couleur de tes cheveux, t'avais ajouté des trucs très secondaires pour parfaire le bonhomme mais c'était un mélange de diverses interactions d'ici finalement. Après, c'était jamais qu'un personne nul pour une activité qui t'avait fait marrer sur le moment, et donc t'avais grossi le trait autant que possible, quitte à passer pour un guignol. L'italienne trouvait que tu aurais pu lui ajouter des talents de cuisinier, des spécialités du pays, bien sûr. Tu te moquais un peu de l'idée, mais c'est vrai que tu aurais pu. « Il aurait foutu des poils dans les pâtes. Non, j'imaginais plutôt sa petite femme cuisiner pour lui. » Que tu rétorquais dans un sourire narquois après cette remarque pas si sexiste venant d'un italien. Mais de toute façon, c'était apparemment elle, Livia, qui faisait les meilleurs spaghetti. « Ah ouais ? Je savais pas. » En même temps, la production avait préféré limiter les dégâts au niveau de la cuisine en ne vous permettant même pas d'y accéder. « Tu me feras goûter un jour. » Que tu puisses juger par toi-même si ce qu'elle disait était vrai, mais tu en doutais, sachant que c'était ta grand-mère qui faisait les meilleurs. Tu t'attendais tout de même à une bonne surprise si elle consentait à t'inviter chez elle pour l'occasion peut-être. A présent toute proche, elle venait te mettre sa main sous le nez pour que tu te rendes bien compte que sa bague y trônait de nouveau. C'était bien ça que tu essayais de voir. « Oui. Elle est mieux là qu'en possession d'Eben... » Que tu lâches en la fixant du regard, l'air de la juger pas mal pour ce qu'elle avait fait et tu aimais imaginer que son mari serait du même avis -alors que t'étais peut-être un des rares italiens, avec ton père, à ne pas non plus sacraliser le mariage. C'était surtout son petit jeu avec l'autre idiot que t'avais pas aimé. « Ça en valait la peine, j'espère. » C'était une grande fille, Livia, elle devait savoir ce qu'elle faisait, elle était loin d'être stupide, et à la regarder faire, tu sentais que chacun de ses gestes servait un but précis. Tu savais pas ce qu'elle avait essayé d'obtenir d'Eben, si ce n'est un peu plus de pouvoir ou d'influence sur lui, donc sur les hommes du bateau en général. Tu faisais parti de ce groupe de gars qu'elle avait plus ou moins sous son contrôle, et ça t'avait emmerdé de t'en rendre compter en la voyant masser l'autre naze : t'étais probablement qu'un pion comme les autres. Mais dure de le lui reprocher puisque tu envisageais toi-même l'aventure de cette façon.

_________________
    me ne vado, ti lascio nella sera
    che, benchè triste, cosi dolce scende
    per noi viventi, con la luce cerea


Dernière édition par Ugo le Ven 17 Aoû - 15:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 354
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 29


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 32 397£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: puro chantaje, mercredi 16h27 (sem.5)   Mer 15 Aoû - 21:36

Livia, elle fixe Ugo de son air bizarre qui n’annonce normalement rien de bon. Elle le jauge, en attente du verdict qui risque de tomber à tout moment. Elle est plutôt bonne ou mauvaise ? Où est-ce qu’il la placerait si elle devenait un personnage stéréotypé de comics se devant de combattre pour les super-héros ou les supers-vilains ? Elle l’écoute, avant d’esquisse un sourire léger. Les trois-quarts du temps, l’italienne te donne l’impression qu’elle pourrait te sauter à la gorge si tu ne lui réponds pas ce qu’elle veut entendre, mais c’est plus un genre qu’elle se donne. Quoi que ça se discute, mais le sujet du jour n’est pas non plus ultra crucial. « Oui, donc je serais plutôt du côté des connasses. » Superman et compagnie, ils ne se battent jamais pour leurs propres intérêts. Dans ce monde peuplé de types qui mettent leur slibard au-dessus de leurs collants, on passe plutôt son temps à sauver les honnêtes gens qu’à s’auto-défendre. Les personnages les plus ambivalents à l’image de Deadpool ou de Catwoman finissent toujours par balancer du côté des méchants en devenant des antagonistes du véritable héros. Ceci-dit, Livia, ça ne la dérange pas tant que ça de se comparer à la justicière la plus féline de la bande. Elle est sexy et elle baise Batman qui est bien au-dessus des autres puisqu’il puise sa force non pas de pouvoirs paranormaux, mais de sa propre intelligence et capacité à se fabriquer du bon matos. En plus, il a pas mal de thunes, tout à fait son genre d’amant potentiel. Ca l’amuse pas mal de découvrir que son camarade semble avoir fait l’effort mental de l’imaginer en combinaison moulante, style maîtresse SM prête à botter le cul des personnages des autres candidats. Elle joue le jeu en lui demandant les pouvoirs qu’il lui attribuerait si elle était une super-vilaine et elle plutôt satisfaite du résultat. « Ca me va. » elle valide son choix dans un sourire. Livia, dès l’âge de la puberté elle a compris ce qu’elle pouvait obtenir en faisant sauter quelques boutons de son chemisier. La persuasion et la manipulation poussée à son paroxysme, c’est le plus grand des pouvoirs. A côté la force surhumaine et les moustaches boomerangs, c’est un peu de la camelot. Elle pourrait se constituer une armée de sbires prêts à accomplir le moindre de ses désirs. « Qu’est-ce qui te dit que je ne peux pas déjà obtenir tout ce que je veux de vous ? » elle fait soudainement remarquer, parce que plus elle y réfléchit, plus elle a l’impression que c’est un peu ce qui se passe sur le bateau. Livia, ça va faire plus d’un mois qu’elle créé un environnement propice au maniement de quelques mâles triés sur le volet. Eben les appel ses familiers, ce qui est assez réducteur, mais pas non plus complètement erroné dans les faits. Elle se fout un peu du super-vilain d’Ugo, qui se défend en faisant remarquer qu’il n’est pas très inventif. « Moi, je l’ai trouvé très bien ton gars. » Elle s’en moque, mais il l’a pas mal fait délirer dans sa succession de clichés. Ses pouvoirs étaient un peu trop ripou pour qu’il se retrouve avec un niveau plus élevé que ce qu’Estelle a bien voulu lui attribuer, mais elle trouve qu’il aurait mérité le haut du classement des personnages préférés de la toubib pour l’originalité. « C’était mon préféré. » elle vient le flatter habilement en cherchant son regard. En fait, Livia, elle s’en foutait un peu de cet exercice parce que ce n’est pas du tout son univers, mais le rital d’Ugo est sûrement celui qui lui parlait le plus. « Bien sûr que je te ferais goûter, pulcino. » elle susurre de leur accent chantant. C’est trop son délire d’appâter les hommes de sa vie avec des bons petits plats mitonnés par ses soins. Livia, on ne peut pas dire qu’elle cumule beaucoup de caractéristiques propres à l’épouse idéale, à l’exception peut-être de son goût pour la cuisine. Ca l’embête de ne pas pouvoir passer derrière les fourneaux sur le paquebot, elle a beaucoup de mal à déléguer cette activité tant elle a un besoin de contrôle sur la nourriture. Elle observe attentivement les réactions d’Ugo quand elle agite sa main sous son nez. Il est bizarre, ça ne lui plait pas même si elle essaye de conserver un air détaché à ce sujet. Elle a l’impression qu’il la juge. Et s’il le fait déjà pour Eben, elle craint que la perception qu’il a d’elle ne cesse de se détériorer avec le temps. Livia, elle joue pas mal avec Ugo, mais elle l’apprécie énormément. C’est son petit poussin. Elle n’oublie pas qu’il a été le premier candidat à l’accueillir comme il se devait malgré son arrivée un peu spéciale dans le jeu. « Tu es jaloux ? » elle le cherche un peu en le couvant de son regard félin. Elle n’arrive pas à comprendre s’il a une dent après Eben ou si c’est contre elle. « Tu aurais voulu que je te masse aussi ? » Elle croyait lui avoir fait une fleur en lui laissant l’opportunité d’être le premier ici à effleurer son épiderme. Il lui demande si ça en valait la peine. « Je t’avais dit que je récupérerais mon alliance dans la semaine. » elle rétorque en haussant les épaules. Lors du prime, c’est ce qu’elle avait dit à Ugo. Moins de 24H plus tard, le sud-africains lui promettait de la lui rapporter. Sa bague, elle compte énormément pour Livia. Elle était prête à faire tout et n’importe quoi pour retrouver l’anneau qui marque physiquement son appartenance à son mari et représente l’amour qu’ils se portent. Derrière ce besoin viscéral, elle a apprécié le moment passé avec Eben. Ce gars est un gros con, mais il la divertit et la fait bien rire la plupart du temps.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10425-ugo 

MESSAGES : 588
AVATAR : dacre montgomery
ÂGE : 24
LOCALISATION : sarausa (sicilia)
MÉTIER : mécano


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: puro chantaje, mercredi 16h27 (sem.5)   Ven 17 Aoû - 16:03

T'essaye d'éviter le piège de la catégoriser trop durement du côté des méchants, mais tu te dis qu'elle se plairait pas non plus du côté des gentils, Livia, et tu penses vraiment ce que tu dis au sujet des gens que tu sépares en deux catégories un peu plus complexes que tout noir ou tout blanc. Tu la mets du côté des gens qui roulent pour eux-même sans trop se préoccuper du bien commun pour toute l'humanité -parce que ça doit être méga lourd de porter ça sur ses épaules- et elle résume ça au côté des connasses. Ça te fait pouffer de rire vite fait, puis tu te reprends -des fois qu'elle croit que tu te moques d'elle, alors que tu trouves juste le raccourci marrant. « Au moins t'es pas du côté des moralisateurs. » Des gars, ou surtout des nanas de plus en plus, qui croient qu'ils vont sauver le monde avec leur bien-pensance. « Et t'es du côté des gens qui me plaisent bien. » Si c'était pas le principal, au final, tu savais pas ce qu'il lui fallait de plus pour accepter son sort. Quant à ses pouvoirs de super-nana en combinaison latex si elle avait pas cherché plus loin que la fantasme que certains mecs devaient se faire d'elle en personnage de comics, tu ne lui en prêtais pas vraiment qu'elle n'ait déjà, bien qu'à l'échelle humaine. Elle pouvait pas lire dans les pensées mais devinait surement bien tes intentions, elle ne pouvait te forcer à rien mais arrivait à te persuader que c'était peut-être dans ton intérêt de faire ce qu'elle te demandait. Tu aimais bien la défier un peu par moment, mais dans l'ensemble, tu suivais son avis et allais plus souvent dans son sens que le contraire. Et si les pouvoirs que tu l'imagines avoir dans un comics lui plaisent bien, elle te demande ce qu'il en est dans la réalité, si finalement elle n'est pas déjà capable d'obtenir tout ce qu'elle veut des candidats qu'elle a choisi d'avoir à ses côtés. Tu hausses les épaules. « J'en sais rien. Si ça se trouve c'est déjà le cas parce qu'on pense qu'avec nos bites et qu'on est vraiment cons. Ou on te fait croire que t'as du pouvoir en attendant le bon moment pour nous retourner contre toi. » Tu parlais au pluriel comme si t'avait Llewyn et Hunter ou même Eben dans un coup avec toi contre Livia, alors que rien du tout, tu disais ça comme ça, mais ça t'étonnerait pas que ceux avec des affinités plus importantes avec d'autres candidats, ou les plus opportunistes, soit le plus du côtés des connards puissent avoir une stratégie dans le genre, ou souhaitent la prendre à son propre jeu. Si tu l'appréciais pas vraiment, l'italienne, depuis le soir où elle était arrivée, juste parce qu'elle était du pays et parce qu'elle était canon, si elle avait été plus chiante et moins dangereuse, t'aurais surement essayé de la rouler, mais tu savais repérer les filles sûres. Même que voilà, c'est quelqu'un qui sait reconnaître un vrai héros quand on lui en fait la description. Enfin, elle dit peut-être ça pour pas que tu te vexes davantage par rapport à ton super-vilain débile, mais elle dit qu'elle l'a trouvé bien, même que c'était son préféré, alors tu souris l'air drôlement fier tout à coup -et un peu stupide. En plus, une fois que vous en aurez fini avec l'émission, elle te fera goûter ses spaghetti, tu pourrais difficilement demander quoi que ce soit de plus. Reste encore à savoir si elle a vraiment un talent ou si elle cherche juste à t’appâter chez elle comme le ferait Fransceso -mais heureusement, t'es loin d'être un héros, donc peut-être qu'elle cherche juste à faire un marché. Puis, si ça arrivait vraiment, que vous vous revoyez en dehors après, tu devrais franchement te tenir à carreaux avec le mari. Tu sais pas comment ça se passe entre eux, mais si c'est le genre de mari italien qui considère sa femme comme le plus précieux de ses biens, tu seras peut-être pas le bienvenu, quoi que Livia saura surement lui tenir tête, les femmes italiennes elles savaient faire, ça aussi. En tout cas, elle avait réussi à récupérer son alliance des grosses pattes d'Eben, mais plutôt que de te focaliser sur ça, et sur le fait qu'elle avait tout fait pour la récupérer justement, tu restais un peu bloqué sur le fait qu'elle l'ait jouée en premier lieu, et qu'elle ait dû se salir les mains, c'était comme ça que tu le voyais. Elle te demandait si tu étais jaloux. Difficile de plus mal jouer l'indifférence et la fausse incrédulité et l'incompréhension tout à la fois. « Oulah, moi jaloux de Eben ? Pff, non ! » Limite si tu t'étouffais pas avec les mots. « Je sais pas si ton mari devrait l'être par contre. » Ç'aurait peut-être été plus légitime que venant de toi, surement. T'évitais un peu son regard maintenant pour jouer avec les boutons des projecteurs, parce que c'était ce que t'étais venu faire ici, de base, et elle venait te déranger à te demander si t'aurais préféré qu'elle te masse. « Ouais, mais c'est pas comme si t'avais eu quelque chose à y gagner. » Rien de plus que ce qu'elle n'avait déjà de toi en tout cas, et c'est pas comme si tu tenais son alliance en otage. « Une prochaine fois... » Tu laissais la requête en suspend, si un jour ça lui disait d'inverser les rôles de la dernière fois, qu'elle te montre comment faire vraiment, parce qu'elle avait trop rien dit, mais t'avait pas dû lui offrir le meilleur massage de sa vie. Mais comme elle te le rappelait elle-même, ça en valait la peine d'être allé étaler de crème l'autre idiot, pour récupérer sa bague. C'était ça que t'aurais dû considérer depuis le début -mais t'étais un peu con. « La perd plus. » Que tu lui conseilles finalement, comme si elle en avait eu besoin.

_________________
    me ne vado, ti lascio nella sera
    che, benchè triste, cosi dolce scende
    per noi viventi, con la luce cerea
Revenir en haut Aller en bas
 

puro chantaje, mercredi 16h27 (sem.5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» MASTERCHEF - mercredi 4 juillet, 6h02
» Impact vs NY Redbulls - Mercredi 5 aout.
» Mirlande Manigat aux Gonaives mercredi soir:une vraie démonstration de popularit
» Les membres du CEP convoqués mercredi au Parquet
» Tenue mercredi de l’Assemblée nationale d’ouverture de la session extraordinaire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: SALLE DE SPECTACLE / DANSE-
Sauter vers: