Calabria - Mercredi 22H

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Calabria - Mercredi 22H   Lun 6 Aoû - 23:45



Les soirées défilent les unes derrière les autres mais ne se ressemblent pas le moins du monde. Je trouve toujours un moyen de m’amuser en utilisant la richesse des lieux pour ne jamais me répéter. Ce soir, allez savoir pourquoi, mais je suis d’humeur à guincher. A me défoncer sur un dancefloor beaucoup trop vide à mon goût. Il me manque, le temps où j’enchainais les soirées en boite de nuit, à me défouler sur la piste et à laisser à mon corps le loisir de s’exprimer librement, sans aucune barrière ni limitation. J’ai toujours été bon danseur, plus jeune, ma mère me répétait toujours qu’il s’agissait de la seule chose qu’elle retrouvait d’elle en moi. Une mère exemplaire, n’est-ce pas ? Incapable de déceler le moindre trait de caractère positif chez son rejeton. Je ne vais pas m’en plaindre, lorsqu’elle se décidait à m’attaquer pour tel ou tel comportement, pour une réaction qui ne lui convenait pas… Il s’agissait là des seuls moments où elle posait réellement les yeux sur ma petite personne. Certains utiliseraient généreusement ce handicap familial pour tirer sur la corde sensible et se mettre une partie du public dans la poche, je préfère taire tout ce qui m’est arrivé plus jeune. Chacun son plan d’attaque, à chacun sa stratégie. Je suis beaucoup trop pudique, surprenant n’est-ce pas, rien à voir avec mon extraordinaire aptitude à me déshabiller sans que l’on ait besoin de me le demander. J’ai toujours entendu dire que les personnes les plus exubérantes de prime abord sont toujours celles qui ont le plus de fêlures qu’elles tentent de protéger coûte que coûte en se dissimulant derrière une forte personnalité. J’imagine que cette analyse s’applique plutôt bien à moi. Quoiqu’il en soit, carapace ou non, je suis fermement décidé à laisser jaillir tout ce que j’ai pu retenir dernièrement sans avoir besoin d’hurler sur quelqu’un ou d’agir avec rage. La musique m’aidera à tout évacuer de la manière la plus saine possible : en suant. Je débarque dans la salle de danse, déserte, et démarre la dernière playlist chargée par l’un de mes camarades. Doux Jésus ce qu’elle est longue, huit cents titres, plusieurs dizaines d’heures d’écoute… De quoi tenir une colonie en éveil pendant plusieurs jours sans mollir. Pour favoriser le suspense et la surprise, j’opte pour une lecture en mode aléatoire et zappe la première chanson pour offrir au destin les pleins pouvoirs sur l’ambiance musicale à instaurer pour les trois prochaines minutes. Premier titre et premier retour en arrière, époque techno avec quelques notes de trompette. Calabria, un titre que j’ai oublié depuis des années et que je redécouvre avec une pointe de nostalgie qui me redonne instantanément le sourire. Pas besoin de plus d’une ou deux notes pour être de nouveau happé. Un retour en arrière, à l’adolescence, avec des mouvements dignes des plus grands beaufs qui sortent en boite de nuit. Honte à moi qui m’exhibe de la sorte face à des caméras qui n’en manqueront pas une miette… Surtout avec le regard d’un camarade porté sur moi, là, dans la pénombre… Un candidat que je n’ai pas entendu entrer et que je ne soupçonne pas de m’observer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 629
AVATAR : james bay.
ÂGE : 27
LOCALISATION : londres, uk.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 568£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Calabria - Mercredi 22H   Mar 7 Aoû - 5:44

Dormir sur le pont F, c'était un peu comme une évidence pour Llewyn quand on y réfléchissait. Il s'était certes attaché au confort bien moindre des cabines des ponts les plus modestes du bateau, mais ce pont axé sur le spectacle, ça lui parlait assez sachant qu'il ne se serait sûrement pas senti autant dans son élément sur le pont supérieur. Lui qui ne tenait jamais en place et ne pouvait pas toujours passer ses soirées dans sa cabine, appréciait particulièrement le fait de n'avoir à traverser que quelques mètres pour atterrir aux portes de la salle de spectacles. C'était un endroit qui lui rappelait un peu certaines salles où il s'était produit, l'ambiance grunge et rock des clubs londoniens en moins. C'était toujours assez désert étant donné qu'il faudrait au moins trois fois l'effectif actuel de candidats pour remplir cette salle, mais chaque fois qu'il y mettait un pied, Llewyn imaginait ce que devait être cet endroit lorsqu'il était plein, d'enthousiasme comme de ferveur. C'était une autre ambiance que le piano bar qui avait peut être sa préférence pour son coté plus mystérieux et les souvenirs qui y étaient rattachés, mais c'était aussi le genre de lieux où il pourrait s'éterniser un moment, sa guitare à la main, en s'imaginant avoir réussi à convaincre ses camarades les plus récalcitrants de venir le voir jouer. Il ne cherchait pas toujours un public Llewyn, mais il aimait beaucoup lire dans le regard des gens ce que leur inspirait sa musique. Il aimait lire la surprise, le scepticisme parfois, le plaisir évidemment. Et même s'ils étaient de moins en moins nombreux et que les chances d'y croiser quelqu'un à cette heure-ci étaient du coup de moins en moins élevées, il eut quand même envie d'y faire un détour. Seulement, il fut à peine entré qu'il fut surpris d'entendre une musique provenir de l'intérieur de la salle. Le genre qui devait venir d'une chaîne hifi, car avec Livia et Ariadne ils ne devaient plus être très nombreux à maîtriser un instrument, et ici ça avait l'air de tout sauf d'un air de piano. Llewyn entra alors discrètement et reconnut Chaim, au centre de la salle, entrain de danser. Il y mettait même beaucoup d'énergie, complètement désinhibé par la musique, et lui il trouvait ça super. Ça ne faisait jamais de mal de se lâcher, c'était même quelque chose qu'il recommanderait à n'importe qui, et il savait déjà plus ou moins que la danse était aussi libératrice que la musique à ce niveau-là. Seulement, Llewyn n'était ni un trouble-fête ni le genre de candidat à s'imposer dans ce genre de moments, ainsi il entreprit de repartir d'où il venait pour ne pas risquer de le déranger, songeant qu'un chroniqueur risquait déjà de s'intéresser à cette séquence. Mais il cogna distraitement sa guitare contre l'un des fauteuils, ce qui eut pour effet d'attirer l'attention de son camarade dès la chanson terminée. « Continue, continue, je voulais pas t'interrompre. » Il énonça, dans un sourire un peu confus, au moment de s'approcher pour de bon histoire que Chaim sache qui s'adressait à lui. « J'ai vu que t'étais très inspiré alors je comptais repasser plus tard. » Il avait peut être un peu moins besoin de calme pour danser que lui quand il composait, mais Llewyn ne faisait pas de différence, l'inspiration c'était l'inspiration. Il valait toujours mieux ne pas l'interrompre. « Tu cherches à donner des idées à Millie pour ta future reconversion ? » Il afficha un air plus amusé en repensant à cette chronique où la petite blonde s'imaginait ce que chaque candidat pourrait faire pour se réorienter à la télévision une fois le jeu terminé. Il ne savait pas si c'était conscient ou non, mais Chaim tenait peut être quelque chose avec cet attrait manifeste pour la danse. Pour l'instant il y avait un peu plus d'âme que de technique, mais c'était déjà ça.

_________________
I watch you on
the red horizon.
we live through scars this time, but I've made up my mind. we can't leave us behind, anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Calabria - Mercredi 22H   Mar 7 Aoû - 23:39

Musicalement parlant, je ne suis pas vraiment compliqué. Plutôt même du genre à m’adapter et à composer avec ce que l’on me met dans les oreilles. Fut un temps où j’écoutais même de la musique classique. Bon, ça n’a pas duré très longtemps, parce qu’il me fallait faire preuve de beaucoup de concentration pour parvenir à être touché par la subtilité des textes, par la beauté des compositions. En musique, je suis plutôt adepte de l’immédiateté, je recherche à être heurté instantanément. Pas toujours par les textes, parce que les mots ne font pas tout. Un bon rythme aura le même effet sur moi qu’une voix particulièrement touchante ou puissante. C’est ainsi que l’on peut se retrouver avec du Céline Dion pendant trois minutes puis du Shaggy avant de switcher sur du Evanescence en écoutant ma playlist. Un joyeux merdier avec une tonne de références variées aux musiques des quarante dernières années. Avec le temps, je me rends compte que tous les vieux ne manquaient finalement pas de goût, ils n’étaient pas non plus has been en choisissant de se réfugier dans les musiques de leur jeunesse. Plus les années avancent et plus j’ai tendance à en faire de même, à me rendre compte que les chansons qui sortent dans les bacs ces derniers mois sont toutes basées sur un seul et unique schéma, si bien qu’il en devient difficile de les distinguer et de leur trouver une certaine once d’originalité. Pire encore, cet avènement du rap et des chansons fast food que l’on surconsomme pendant quelques jours avant de passer à autre chose. Surement que j’suis plus assez dans le coup pour comprendre tout cela, moi je préfère m’enjailler avec embarrassement sur un featuring entre Vitaa et Diam’s plutôt que de me défoncer sur un titre de Marwa Loud. A cette heure avancée de la soirée, je n’ai d’yeux que pour Calabria, de la techno qui me ramène quelques années en arrière, à l’époque où j’éclusais les boites de nuit jusqu’au bout de la night, où j’enchainais les soirées les unes derrière les autres et où je terminais rarement la nuit sans frôler le coma. Pas très glorieux, pas le genre de choses dont j’aime me vanter. J’étais jeune et insouciant, pas encadré puisqu’il aurait fallu avoir des parents pour cela… Il s’en est passé des choses, des bonnes comme des mauvaises. Danser, ça peut te libérer de certaines mauvaises ondes, ça défoule et ça n’embête personne. Attendez… Tout bien reconsidéré, il y a souvent un casse couilles de première qui se plaint du volume de la musique, ou du fait que tes pieds heurtent le sol avec beaucoup trop de fracas… Toujours un mécontent pour venir t’emmerder quand tu ne fais de mal à personne. Ici j’espère pouvoir me défouler en toute liberté, c’est ce qui semble se profiler à l’horizon jusqu’à ce que j’entende un bruit derrière moi. Je me retourne, immédiatement tenté d’interrompre le moindre de mes mouvements. Je laisse échapper un soupir rassuré en découvrant Llewyn. « Ah, ce n’est que toi ! » Il ne me prendra pas la tête, je le sais. Il est plutôt cool comme mec, posé, sympa… Il serait plutôt du genre à kiffer à mes côtés s’il avait à se mouiller un petit peu. Mes lèvres s’étirent en un fin sourire lorsqu’il mentionne Millie et sa rubrique. « Qui sait… J’ai bien trop peur qu’elle me prédise un avenir dans une émission de télé-réalité qui capitalise sur les embrouilles et sur les relations sexuelles de tous les candidats les uns avec les autres… Si j’peux la détourner de tout cela en lui inspirant autre chose… » En parlant de reconversions. « Tu danses un petit peu ? » Me voilà soudainement d’humeur à lui taper la discut. « Si tu devais choisir un domaine de reconversion, tu opterais pour quoi ? » Une nouvelle musique démarre, l’un des classiques de Michael Jackson, Smooth Criminal. « La plupart des gens sont renvoyés à un souvenir, à un moment spécifique de leur vie lorsqu’ils réécoutent une chanson après quelques temps… Smooth Criminal te renvoi à quel moment de ta vie ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 629
AVATAR : james bay.
ÂGE : 27
LOCALISATION : londres, uk.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 568£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Calabria - Mercredi 22H   Jeu 9 Aoû - 3:54

Llewyn avait dans un premier temps été attiré par la musique qui semblait provenir de la salle de spectacles, parce que c'était plutôt rare d'y trouver du monde à cette heure et que ce choix de chanson, sans être quelque chose qu'il aurait personnellement choisi, l'avait instantanément intrigué. C'est alors qu'il reconnut la silhouette de Chaim, dansant énergiquement comme si toute une discothèque avait été déplacée sur cette partie du bateau, et cette vision étira les lèvres d'un Llewyn qui n'était pas certain de tomber au meilleur moment mais qui trouvait ça bien, qu'il se dépense de cette façon. La seule chose, c'est qu'il se sentirait un peu bête de débarquer au beau milieu de tout ça pour se poser dans son coin. Ça l'embêterait d'interrompre Chaim alors qu'il semblait passer un bon moment, et parce que les candidats étaient peut être voués à se croiser au fil de leurs journées mais qu'ils n'en avaient pas moins besoin de se retrouver un peu seuls. Llewyn pourrait tout aussi bien retourner dans sa cabine où Livia se trouvait peut être encore, ou aller jouer ailleurs parce que les possibilités ne manquaient pas. Mais alors qu'il entreprit de revenir sur ses pas, sa précipitation lui valut d'attirer l'attention de Chaim, qui s'arrêta de danser. « Sur qui tu t'inquiétais de tomber ? » Il demanda, dans un sourire amusé, au moment où son camarade parut soulagé de le voir. Il faut dire que Llewyn ne renvoyait pas l'image de quelqu'un qui risquait de rire de ce genre d'improvisations, ici tout le monde l'avait probablement déjà surpris entrain de jouer et chanter, parfois dans des endroits presque insolites. Chaim en tout cas ne sembla pas serein à l'idée que ce moment inspire à Millie une analyse de son futur à la télévision, et Llewyn émit un léger rire. « Tu penses lui avoir donné de bonnes raisons de parier sur ce genre de reconversions ? » Il demanda dans un regard en coin, parce que lui avait plutôt l'impression que Chaim était un type drôle et posé, mais les rubriques passaient peut être certains détails sous silence. « Je comprends que tu aies d'autres ambitions, surtout que j'ai entendu dire qu'ils se refilaient souvent les candidats d'un programme à l'autre. » Et lui il trouvait ça un peu perturbant, même s'il respectait le choix de ceux qui pourraient vouloir essayer différentes choses. Son expérience télévisuelle n'était pas vouée à se poursuivre parce que les raisons qui l'avaient conduit jusqu'ici n'avaient rien à voir avec un désir secret de percer à la télévision, mais certains étaient peut être particulièrement à l'aise avec les caméras. « Ça peut m'arriver oui, mais sur des sons un peu plus rock. » Il confessa ensuite, malgré tout conscient que son truc restait la musique et que c'était sans doute très bien comme ça. D'ailleurs, il dut réfléchir quelques secondes lorsque Chaim l'interrogea sur une hypothétique reconversion. « Peut être que je choisirais de devenir auteur, même si ça resterait assez proche de ce que je connais. Ou si du jour au lendemain je ne pouvais plus jouer, je me verrais bien enseigner la musique... ou devenir disquaire, parce que je serais plutôt dans mon élément. » La vérité, c'est qu'il ne serait jamais aussi heureux qu'avec une guitare entre les mains et que Llewyn, il préférerait probablement renoncer à la vie plutôt que de renoncer à ce qui le passionnait. C'était comme la continuité de ce qu'il était, et une évidence depuis tant d'années qu'il ne les comptait plus. « En vérité, je crois que je me verrais bien jouer jusqu'au bout. » Il ajouta dans un sourire, avant d'être piqué par la même curiosité. « Et toi, tu es dans le sport c'est ça ? Tu te verrais faire autre chose ? » A première vue c'était un choix de carrière qui lui correspondait bien, mais certaines personnes attendaient un certain temps avant de vraiment se réaliser, alors peut être qu'il avait d'autres rêves. La salle changea d'ambiance lorsque résonna Smooth Criminal, un classique que Llewyn considérait comme l'un des chefs d’œuvres harmoniques d'un immense artiste. « Dans mes souvenirs, c'est le genre de choses que pouvait écouter ma mère. Tout le monde l'a toujours imaginé siroter un verre de vin sur un air d'opéra, mais elle a toujours été une fan de la Motown et je crois que les rares fois où je me suis vraiment senti proche d'elle, c'était lorsqu'elle laissait ce genre de chansons l'arracher à son quotidien. » Llewyn avait toujours eu des rapports un peu particuliers avec sa mère, mais il avait souvent pensé qu'elle aurait été plus épanouie si elle n'avait pas croisé la route de son père, un homme qu'elle avait épousé très jeune et qui avait toujours été obnubilé par ses affaires. Llewyn, il avait beaucoup de choses à lui reprocher mais il n'avait jamais cessé de souhaiter son bonheur et ce qu'il préférait, c'était la voir troquer ses expressions figées par le temps contre des sourires. « C'est quoi la chanson que tu associes à ton meilleur souvenir ? » Celle qui lorsqu'il la réécoutait lui procurait une émotion telle qu'il croirait faire un bon dans le passé.

_________________
I watch you on
the red horizon.
we live through scars this time, but I've made up my mind. we can't leave us behind, anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Calabria - Mercredi 22H   Ven 10 Aoû - 13:52

L’avantage, quand tu écoutes de tout, c’est que tu peux passer librement d’une émotion à une autre sans avoir besoin de t’enfermer dans un genre en particulier. Avez-vous la moindre idée du challenge que cela représente de devoir trouver un titre dans un sous-genre qui puisse précisément vous guider sur le chemin d’une émotion particulière ? Je suppose qu’il y a un aspect plaisant à cette entreprise, une satisfaction supérieure au moment où tu parviens à dégainer le titre épousant à la perfection tes sentiments à l’instant présent. Mais pourquoi se heurter à autant de difficultés, pourquoi s’imposer d’aussi gros challenges quand tu peux te transformer en caméléon et vaquer d’une musique à une autre au gré de tes besoins ? Mon rapport à la musique est un reflet de ma propre personnalité, c’est ainsi que je perçois l’amour, loin d’une privation basée sur le sexe opposé, ainsi que je perçois la vie, très éloignée d’une sédentarisation permanente imposée par les diktats de notre société et le regard des autres. Je suis libre, libre d’aller et venir en fonction de mes envies, d’explorer, de découvrir et d’expérimenter. Libre de ressentir et d’éprouver. Libre d’être n’importe laquelle des versions de moi-même sans que personne ne puisse y faire quelque chose. Libre d’opérer les modifications de mon choix, de m’adapter ou de choisir de rester fidèle à ce que je suis, libre de vivre et d’être, tout simplement. Seul, ou accompagné, je n’ai finalement besoin de personne pour être heureux. Ce soir, j’éprouve le besoin de me défouler et quoi de mieux qu’une musique ancienne, qui remonte à mes années discothèque, pour me mettre sur la voie ? Mon corps ne tarde pas à réagir, sa réponse est presque instantanée. Le premier air de trompette, les premières notes électroniques et me voilà embarqué sur un vaisseau abandonné quelques années auparavant. Mes pieds commencent à se mouvoir sans que je puisse y faire quelque chose, je suis embarqué dans une espèce de transe naturelle qui mène mon corps au milieu de la piste pour danser, tout donner et profiter, tout simplement. Je donne de ma personne, on ne pourra jamais dire le contraire, mais me trouve interrompu par un candidat qui, s’il avait voulu être discret, se retrouve confronté à sa propre maladresse. Ce n’est que Llewyn. Cette remarque semble d’ailleurs l’amuser. « Oh tu sais… C’aurait pu être Silvan par exemple, j’aurais entendu parler de mes pas de danse pour le restant de l’aventure ! » Oh ça oui, il n’aurait pas manqué de me rappeler ô combien j’étais au taquet sur une vieille chanson techno du début des années 2000. Aucun doute là-dessus. Pourvu que Millie se base sur ces images pour me prédire une carrière resplendissante, parce qu’elle serait capable de m’offrir un aller simple vers les émissions de télé réalité les plus bas de gamme du monde. « Tout est question de point de vue, si on se base sur mon tableau de chasse des secrets qui flirte actuellement avec le néant et que l’on compare tout ça à mes capacités à me faire des potes sur le bateau et sur cette facilité que j’ai à me promener à moitié nu… » Je laisse volontairement un silence s’installer histoire de mettre en perspective tout ce que je viens d’énoncer. « Attends… J’ai peut-être une place de rêve qui m’attends dans le porno finalement… J’pourrais taper dans les productions hétéro et les productions gay en plus, j’amasserai un blé pas possible ! » Je pouffe de rire, loin d’être prêt à me lancer dans une telle industrie. Le sexe, j’aime l’expérimenter en vrai, le partager, le ressentir sur chaque parcelle de ma peau, dans chacune de mes impulsions… J’suis pas sûr que de simuler un acte sexuel trente fois de suite pour capturer l’angle idéal de ta verge soit un truc que j’apprécie, non. « Avec ma chorégraphie endiablée, j’suis sûr que j’viens de me dégoter un ticket pour danse avec les stars. » Au moins tout cela. « Il y a moins de suspense avec toi, on peut directement t’affilier à la musique, c’est nul ! » A moins qu’on l’empêche, pour la beauté du jeu, de se baser sur la musique pour se trouver une reconversion. « Tu resterais donc, de près ou de loin, dans le domaine de la musique, même en cas de reconversion. » Logique, le mec est passionné, il respire musique. « D’ailleurs, où en la composition d’un titre hommage à ma personne ? Tu me l’avais promis hein ! » Il ne m’a jamais rien promis, mais l’exagération a parfois du bon dans ce genre de situations, quand tu veux être taquin sans avoir à en faire des tonnes pour l’exprimer. « T’es plutôt du genre à onduler sur un bon vieux titre rock en mimant la guitare enflammée, c’est ça ? A secouer les cheveux dans tous les sens et à te rouler par terre ? » Je l’imagine assez bien, j’suis sur qu’il visualise une foule en délire face à lui et qu’il est prêt à se jeter dans la fausse à chaque fois. « T’es comment, quand t’es sur scène ? » Parce qu’il doit pas mal l’être, non ? Vivre de la musique et de sa passion jusqu’à la fin, c’est quelque chose qui forcerait le respect, il n’y a pas à dire. « Oh tu sais, ma carrière dans le sport est très récente. Je suis déjà passé par mille casquettes différentes… Je touche à tout… Je ne suis pas sûr d’être capable de me contenter d’un domaine… Je ne me trouve aucune passion… » Rien qui me fasse vibrer comme lui, rien qui me donne autant de plaisir. « Tragique, n’est-ce pas ? » Ne pas savoir quoi faire de sa vie, j’ai beau me cacher derrière le plaisir que j’éprouve à voyager, à me surprendre, à enchainer les petits boulots… Derrière toutes ces apparences qui me permettent de ne pas me retourner pour regarder en arrière, j’ai conscience que trouver une voie, un chemin à suivre me simplifierait surement la vie. Smooth Criminal résonne dans toute la pièce et inspire un souvenir particulier à Llewyn. « Tu étais proche de ta mère ? Comment était-elle ? » Je n’ai aucun souvenir véritablement heureux avec mes parents, nous n’avons jamais rien partagé ensemble. Plus jeune, je parvenais à me convaincre du contraire, pour donner le change face à mes camarades de classe, pour ne pas inquiéter mes professeurs… J’étais un putain d’acteur, dès le plus jeune âge. « Paid My Dues d’Anastacia… C’est la chanson que j’avais dans les écouteurs lorsque j’ai claqué la porte de chez mes parents et récupéré ma liberté ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 629
AVATAR : james bay.
ÂGE : 27
LOCALISATION : londres, uk.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 568£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Calabria - Mercredi 22H   Lun 13 Aoû - 23:10

Llewyn était assurément un bon public quand il était question de surprendre l'un de ses camarades entrain d'aligner des pas de danse endiablés, n'étant ni un trouble-fête ni quelqu'un de moqueur. Il évoluait depuis plusieurs années dans un milieu où l'on voyait parfois des choses bien plus étranges alors ça n'était pas une chorégraphie sur un vieux tube des décennies passées qui risquait de traumatiser ses yeux plus si innocents. En fait, c'était le genre de situations qui lui plaisaient assez, parce qu'il aimait ce qu'il y avait de vraiment spontané dans la nature humaine et qu'il trouvait toujours fascinant de voir ce qu'une personne était capable de faire quand elle se pensait vraiment seule. Chaim, son truc c'était donc de danser jusqu'à en faire brûler ses poumons et ça permettait aussi à Llewyn de découvrir une autre facette de sa personnalité. Et il semblerait que son camarade se réjouisse tout autant du fait d'être tombé sur lui, et non pas sur Silvan disait-il. « Si ça peut te rassurer, je compte faire comme si j'avais rien vu. C'est une chance pour toi que je sois venu sans Mercury, tu aurais eu deux témoins pour le prix d'un et lui il aurait peut être fallu que tu achètes son silence. » Llewyn souffla d'un ton amusé, n'étant effectivement pas le genre à courir à l'extérieur de la salle pour rapporter ce qu'il avait vu. Déjà parce qu'il n'y avait rien de honteux à danser, et ensuite parce qu'il savait tenir sa langue. Mais Chaim devra peut être compter sur Millie pour ébruiter ce moment, et les choses pourraient prendre de toutes autres proportions si elle s'en servait pour lui prédire un avenir bien particulier à la télé. Son camarade semblait même avoir une idée précise du genre de programme qu'elle pourrait tenter de lui faire rejoindre, et l'écossais émit un rire. « Heureusement que tu as précisé que tu aimais te promener à moitié nu, sinon ton portrait aurait sûrement pu faire écho au mien. » Il s'amusa, forcé d'admettre que pour ce qui était de ne pas briller dans la chasse aux secrets et d'avoir sympathisé avec plusieurs candidats depuis son arrivée, il était un peu comme lui et quand on y réfléchissait bien, c'était aussi le cas d'une grande partie des candidats. Pour le dernier détail toutefois, il n'était pas vraiment concerné étant donné qu'il avait toujours aimé l'idée de cultiver un certain mystère et de réserver certaines choses aux personnes qui partageaient sa plus grande intimité. « Je ne suis pas certain que Millie te conseille ce genre de reconversions, ou alors elle est pleine de surprises et ses rubriques vont monter en puissance au fil des semaines. » Il s'esclaffa ensuite quand Chaim évoqua l'idée de se reconvertir dans le porno, bien content que les petites oreilles de Mercury ne soient pas là pour entendre cette partie de leur conversation. Il est vrai qu'un passage dans une émission axée sur la danse était déjà plus probable, précisément si la chroniqueuse tombait sur cette séquence. « Si vraiment ça t'était proposé un jour, ça pourrait t'intéresser ? » Peut être que oui, après tout ce serait un tremplin comme un autre s'il se plaisait sous l’œil des caméras, et pas des moins glamours en plus. « Ça dépend, peut être que mon changement de tête lui inspirera une reconversion dans le domaine du relooking. » Il reprit sans aucun sérieux, songeant qu'en effet ça devait être plutôt difficile de le dissocier de la musique alors qu'elle avait une place assez importante dans son aventure depuis le départ. Lui-même ne s'imaginait pas faire autre chose, c'était la seule chose qui le fasse vraiment vibrer depuis qu'il était en âge de savoir ce qui le rendait heureux, et sans musique il se sentirait comme un tableau sans couleur ou un plat sans goût. « J'ai plusieurs compositions sur le feu, mais après ce que j'ai vu ce soir, je suis sûr d'être très inspiré à ton sujet. » Llewyn émit un nouveau rire, ajoutant. « J'ai dit que je ferais comme si j'avais rien vu, pas que j'oublierai complètement ce qui s'est passé. » Il le taquinait simplement pour rentrer dans son jeu, doutant un peu que Chaim tienne vraiment à ce qu'il compose pour lui, et pas seulement parce que leurs goûts en matière de musique n'étaient peut être pas tout à fait raccord et qu'il ne voudrait pas l'embarrasser en lui écrivant une chanson qu'il pourrait trouver rasoire. « J'irais pas jusque là, mais j'ai plusieurs facettes et certaines plus surprenantes que d'autres. » Il confessa ensuite en lui lançant un regard complice, comme une façon d'insinuer qu'il était un peu plus imprévisible qu'on pouvait le penser quand on le voyait tout calme avec sa guitare entre les mains. « Quand je suis sur scène, je suis habité. Je vis chaque mot que je chante et je le prends vraiment comme un moment de communion avec le public. C'est comme si le temps se suspendait et qu'il n'y avait plus rien en dehors de la salle. » C'était un peu compliqué de mettre des mots sur ce qui l'envahissait chaque fois qu'il montait sur scène parce que c'était précisément assez indéfinissable, mais il y avait vraiment cette impression récurrente d'être coupé de tout en dehors du moment présent. « Non je ne trouve pas ça dramatique de ne pas avoir de passion, certaines personnes s'en découvrent une sur le tard et sont aussi heureuses que les autres. Tu n'as peut être simplement pas encore découvert ce qui te correspond vraiment. » Il y avait tout un tas de facteurs qui pouvaient influer sur le moment où notre passion finissait par se révéler à nous, et Llewyn était persuadé que ça n'était pas l'âge auquel on était frappé par l'évidence qui importait. « J'ai découvert la musique à dix ans, mais peut être que si j'avais grandi dans une autre famille, à un autre endroit et dans d'autres conditions, je ne serais jamais devenu musicien. » Il avait toujours eu conscience que le climat familial dans lequel il avait grandi l'avait indirectement rapproché de la musique, tout comme l'indifférence de ses parents et les nombreux problèmes comportementaux de son frère. C'était bien la preuve qu'une passion se révélait différemment selon l'individu et son parcours. Évoquant sa mère au travers du titre Smooth Criminal qui fatalement lui rappelait certains moments de son passé, Llewyn réalisa qu'il avait peut être induit son camarade en erreur. « Oh, elle est encore en vie. Je suis désolé si mes propos ont pu laisser entendre le contraire. » Il n'en était pas sûr mais il aimait autant préciser ce détail, ne tenant pas à ce qu'on imagine sa mère six-pieds-sous-terre. « On n'a jamais été très proches. C'est quelqu'un d'un peu particulier qui a toujours un peu manqué d'instinct  maternel. Elle n'est pas méchante, c'est même quelqu'un d'assez touchant sous certains aspects, mais... je me suis parfois demandé pourquoi elle avait fait des enfants. » Et c'était aussi déroutant pour lui de le dire que ce le serait peut être pour Chaim de l'entendre, mais sa mère avait une personnalité particulière qui ne faisait pas d'elle la mieux placée pour aimer et élever des enfants. Elle avait beaucoup compté sur les nourrisses pour ça, même si une partie de lui était persuadée qu'au fond elle avait de nombreux regrets, au sujet de David notamment. « On a deux personnalités très différentes. » Il confessa dans un sourire, parce que c'était aussi une façon efficace de dépeindre la situation. Sa mère et lui n'avaient presque rien en commun, si ce n'est leur sang, leur nom et certaines similitudes physiques. « Pourquoi est-ce que tu es parti ? Toi aussi tu avais des choses à reprocher à tes parents ? » C'était souvent le cas quand on décidait de partir, même si chaque situation était différente et qu'il doutait un peu que Chaim et lui aient eu les mêmes reproches à faire à leurs parents. « Est-ce qu'il savaient pour ton secret avant que tu viennes ici ? » Il repensa à sa révélation survenue un peu plus tôt dans la journée et ressentit le besoin de l'interroger sachant qu'ils expérimentaient la même situation dans le jeu depuis que Livia avait également découvert le secret de Chaim.

_________________
I watch you on
the red horizon.
we live through scars this time, but I've made up my mind. we can't leave us behind, anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: Calabria - Mercredi 22H   Jeu 16 Aoû - 23:36

Le beat est dingue, tout ceci n’a pas changé avec les années. Certaines chansons que tu écoutais quelques temps en arrière ont tendance à te décevoir lorsque tu retombes dessus par hasard. C’est le cas pour certains tubes qui me paraissaient potentiellement indémodables et qui ont mal vieilli. Un peu comme un blockbuster américain qui, en 2000, te paraissait au top et qui, dix, quinze ans en arrière semble tout droit sorti d’une mauvaise boite de production qui l’aurait destiné aux DTV. Le cinéma sera probablement toujours affecté par les évolutions techniques, chaque vague d’avancées technologiques rendant les précédents efforts des réalisateurs obsolètes. En musique, ce sentiment est nettement moins constant. Il m’arrive toujours d’écouter avec le même plaisir des productions datant des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt… Le mixage me semble parfois toujours aussi actuel alors que de l’eau a coulé sous les ponts. La preuve ? Un titre comme Calabria pourrait encore être diffusé dans les clubs, il l’est probablement toujours dans quelques boites, alors qu’il a plus de dix ans. Putain, c’est dans des moments comme ceux-là que tu te rends compte que tu as vieilli, peut-être aussi parce que je n’écoute plus ce qui fait s’ambiancer les jeunes, du Jul, du Marwa Loud, du Djadja j’sais pas quoi… Suis-je déjà en train de devenir has been ? Dans l’air du temps ou non, j’ai tout donné sur l’air de trompette endiablé, renforcé à coups de notes électroniques et techno. Rien de tel quand tu veux te dépasser au sport, j’ai une playlist blindée de titres de ce style musical, redoutablement efficace. A défaut de bootyshaker pour améliorer mes performances sportives, je me suis défoulé comme je l’espérais, détendu comme jamais et prêt à savourer un moment de partage musical avec Llewyn qui vient tout juste de me rejoindre. Tout juste, je n’en sais rien, la seule certitude que j’ai c’est qu’il n’était pas là trois minutes en arrière lorsque j’ai lancé la playlist en mode aléatoire. Il me taquine gentiment, notamment parce qu’il a pu se rincer l’œil en me regardant danser n’importe comment, probablement pas toujours en rythme, avec une innocence que l’on retrouve rarement chez moi. Mieux vaut que ce soit Llewyn qui se retrouve témoin malgré lui de quelques pas de danse endiablés plutôt qu’un Silvan qui n’en aurait pas loupé une miette, qui aurait peut-être même essayé de capturer le moment en vidéo pour publier tout ceci sur nos réseaux sociaux. « Tu crois qu’il est plus difficile de négocier avec Mercury qu’avec toi ? J’suis sûr que j’aurais pu séduire cette adorable petite boule de poils plus facilement. J’ai la fibre animale ! » Mouais, ça reste à prouver mais ça, Llewyn n’en sait fichtrement rien. « Et puis bon, on ne va pas se mentir, je contribue à rendre ta soirée nettement plus agréable, avoue ! » Parce qu’il a le sourire aux lèvres le petit, il a la banane et j’suis presque sur qu’il ne nous faudrait pas grand-chose de plus pour qu’il se décide à me rejoindre sur la piste de danse. « Et si tu venais te défouler un petit peu sur la piste à mes côtés ? C’est libérateur, tu verras ! » Encore plus quand tu danses sans te soucier d’avoir l’air idiot ou non. Nos portraits respectifs se rejoignent au bout du compte, pas vraiment entrés dans la chasse aux secrets pour le moment, assez détendus, toujours d’humeur à partager du bon temps avec les autres, pas dans la prise de tête… Il n’y a qu’une chose qui nous sépare, ma capacité à me dénuder au premier petit coup de chaleur. De quoi m’ouvrir les portes d’un autre monde que celui de la télé-réalité qui pourrait vouloir me recycler et rerecycler jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à puiser en moi… Le porno, pas vraiment le milieu qui me fait rêver, j’ai déjà du mal à me caresser devant mon ordi parce que j’suis jamais satisfait par ce que je vois… J’veux dire… Merde, faites un effort les gars, t’es censé être un docteur innocent qui reçoit la visite d’une patiente mais t’as déjà le stéthoscope au garde à vous avant même de lui avoir ouvert la porte. Non, offrez-moi un minimum de mise en scène et de sentiments pour que je puisse m’investir dans tout ceci et me palucher en toute sérénité. Tiens, et si mon avenir se trouvait là, dans la réalisation de films érotico-pornographiques ? De quoi utiliser ma fibre artistique et partager avec tous les frustrés du porno ce qui me fait réellement vibrer. « J’sais pas, on sous-estime peut-être la petite Millie, une carrière dans le porno c’est peut-être encore trop soft pour elle ! » Qui sait, vous savez ce que l’on dit, ce sont toujours les gens aux airs les plus innocents et coincés qui dégainent et surprennent le plus. M’enfin quitte à choisir, je préfère largement une reconversion dans le milieu de la danse, ça m’irait probablement mieux au teint. Llewyn me questionne sur le choix que je ferais si on me proposait réellement une carrière dans le porno. « Je ne crois pas, je suis très à l’aise avec mon corps et j’ai un rapport excellent à la nudité. J’pourrais me dandiner sur la piste cul nul sans avoir la moindre petite once de gêne mais le porno… Non… Ce serait accepter de transformer mon corps en objet et mettre en scène le seul acte qui, à mes yeux, doit être exercé avec pudeur ! » Je suis peut-être qualifié de chaud lapin parce que je sombre facilement dans les excès de la séduction et du sexe, mais j’aime faire les choses bien et discrètement. Pas du genre à filmer des sextapes pour avoir un trophée à exhiber ni rien. Llewyn est tellement ancré dans son domaine artistique que j’ai du mal à envisager une autre carrière. Il lui faudrait prendre une énorme claque ou traverser une immense période de doute pour le faire dévier de cette voie, chose qui, je l’espère, ne lui arrivera jamais. Un rire franc accompagne chacune de ses paroles lorsqu’il parle composition et inspiration. « Avec tout ce que tu as pu voir, j’suis sûr que t’es parti pour composer un EP ! » Vous savez, l’un de ces mini-albums avec un thème en guise de fil rouge, une histoire à développer sur plusieurs titres avec une intro et une conclusion. « Si c’est pour esquisser un portrait réaliste de ma personnalité, je t’autorise à t’inspirer de tout ce que tu as pu voir et découvrir à mon sujet. Rends-moi justice mon grand ! » Je continue à le taquiner, je doute fort qu’il soit inspiré à ce point, inspiré tout court à vrai dire, je n’ai pas le profil requis pour me transformer en muse. Llewyn m’apporte des détails sur son comportement sur scène, sur tout ce qu’il ressent à ce moment-là et je reste immobile, concentré, à boire ses paroles sans broncher. J’acquiesce régulièrement pour lui signifier mon attention, parce qu’il est loin de m’embêter avec tout cela, au contraire. « Tu t’es déjà retrouvé en difficulté sur scène parce que le public ne te permettait pas de rentrer dans le mood nécessaire à l’un de tes textes ? Par exemple… Comment parvenir à éprouver la tristesse, la mélancolie d’un titre alors que tu fais face à une foule en délire que tu viens de chauffer à blanc sur les quatre ou cinq derniers titres ? » Un aspect musical qui m’a toujours fasciné, ces artistes qui parviennent à passer du coq à l’âne sans trembler, qui semblent sur le point de s’effondrer une seconde et qui, d’un revers de la main, redeviennent soudainement des boules d’énergie. J’aimerais être capable de passer d’une émotion à une autre de la sorte, pour les besoins d’une chanson, d’une scène à interpréter. J’en suis tout bonnement incapable. Smooth Criminal nous plonge dans une ambiance radicalement différente de celle instaurée par Calabria, une atmosphère plus feutrée, laissant place à des confidences sur ce que certains titres nous inspirent, ce à quoi ils nous ramènent. Llewyn me parle de sa mère que je pense décédée, à tort. « Oh d’accord, excuse-moi ! » Tant mieux pour lui, perdre un proche est toujours très compliqué. Je me demande parfois comment je réagirai lorsque mes parents viendront à quitter cette terre pour de bon, serais-je ému ? Triste ? Nostalgique ? Emettrais-je des regrets ? Nos relations sont tellement chaotiques qu’il me faudra surement attendre qu’un tel événement se produise pour réellement obtenir réponse à cette interrogation plus ou moins récurrente. Le portrait qu’il esquisse de sa mère rejoint en de nombreux points celui de mes deux figures parentales, des gens très charmants qui n’auraient jamais dû s’embêter à concevoir un gosse qui leur a compliqué la tâche et qui a mis un terme à ce qui semblait les rendre amoureux l’un de l’autre. « Je n’avais pas ma place chez eux, je me sentais toujours comme cette pièce rapportée qui encombre plus qu’autre chose ! » Un sentiment qui m’a bouffé pendant des années. « Mes vieux n’ont de parents que le nom, tu sais. » Je marque une pause, conscient qu’un tel constat est brutal. « J’ai sincèrement envie de croire qu’ils ont fait de leur mieux, qu’ils ont essayé de m’aimer sans jamais trouver le moyen d’y parvenir. On ne peut pas faire le moindre reproche à quelqu’un qui a essayé, n’est-ce pas ? » Je préfère me dire qu’ils ont essayé et échoué plutôt que d’avoir des tonnes de reproches à formuler, des reproches qui me feraient plonger dans l’aigreur et qui iraient jusqu’à me faire perdre cette joie de vivre qui me caractérise tant. « Nous ne sommes plus en contact depuis des années, j’ai eu la courtoisie de les contacter pour les prévenir que je m’apprêtais à participer à Thrown Dice mais c’est tout… Ils ignoraient tout de mon secret et… Quelque part… J’pense qu’ils s’en foutent complètement. »

HS : c'est vraiment mauvais, pardonne-moi. punaise
Revenir en haut Aller en bas
 

Calabria - Mercredi 22H

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» MASTERCHEF - mercredi 4 juillet, 6h02
» Impact vs NY Redbulls - Mercredi 5 aout.
» Mirlande Manigat aux Gonaives mercredi soir:une vraie démonstration de popularit
» Les membres du CEP convoqués mercredi au Parquet
» Tenue mercredi de l’Assemblée nationale d’ouverture de la session extraordinaire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: SALLE DE SPECTACLE / DANSE-
Sauter vers: