nocturnal waltz (mardi, 00h02)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 629
AVATAR : james bay.
ÂGE : 27
LOCALISATION : londres, uk.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 568£
AFFINITÉS:
MessageSujet: nocturnal waltz (mardi, 00h02)   Dim 19 Aoû - 23:04

NOCTURNAL WALTZ.
W / @Livia

Llewyn avait donné rendez-vous à Livia un peu plus tôt dans la soirée, grâce à un petit mot glissé sous la porte de sa cabine et qui lui indiquait simplement de se rendre sur le pont promenade à minuit tapant. Une invitation qu'il voulait aussi mystérieuse que romanesque, parce qu'il était certain que Livia apprécierait l'idée d'un rendez-vous clandestin à l’orée de la nuit et que lui aimait assez la laisser s'interroger pendant qu'il ménagerait l'effet de surprise. Il n'était pas idiot, il savait bien qu'elle risquait de savoir pourquoi il l'avait invitée à cette heure, mais elle ne savait pas encore ce qu'il lui réservait ni si cette invitation était d'aussi bon augure qu'elle en avait l'air. Llewyn était un peu pensif depuis quelques jours et elle l'avait peut être senti malgré ses efforts pour que cela se voit un minimum, parce qu'à l'instar du soir où leur rapprochement s'était concrétisé, ils savaient toujours à peu près quand l'un ou l'autre était tourmenté. L'écossais se posait beaucoup de questions et jusqu'ici les réponses indirectement apportées par Livia ne l'avaient pas vraiment aidé à y voir plus clair, tandis que résonnaient pas mal de choses dans son esprit, comme son award de la candidate la plus manipulatrice ou l'interview qu'elle avait accordé à Sawelle. Il y avait aussi eu son attitude avec Ugo sur le prime et les messages postés par Jean et qui laissaient peu de doute sur ce qu'elle avait pensé de leur rapprochement. Il avait pris autant de recul que possible depuis samedi soir, mais il aurait du mal à prétendre que la situation ne l'affectait pas alors que plus le temps passait et plus il s'attachait à elle. Cette soirée, ce serait l'occasion de lui faire vivre un joli moment et quelque chose de vraiment spécial parce qu'il se doutait que ça lui ferait plaisir, notamment après le départ d'Ugo, mais peut être aussi l'occasion de lui parler à cœur ouvert et de discuter avec elle pour tâcher d'y voir un peu plus clair. Il s'était donné du mal depuis la semaine dernière et espérait qu'elle s'en rendrait compte, simplement pour qu'elle mesure que ce qu'il lui avait confié sur son attachement l'autre soir, ça n'était pas une chose qu'il avait formulée sous le coup de l'émotion ou parce qu'il espérait lui faire l'amour. Il en avait eu profondément envie et il la désirait sans doute encore un peu plus depuis cette fameuse nuit, mais son attachement pour elle allait bien au delà de ça. Surveillant l'heure après avoir passé une tenue sobre et plutôt habillée, il partit récupérer ce dont il avait besoin et se mit en route pour ne pas risquer de la faire attendre. Il l'observa de loin lorsqu'il arriva sur le pont, esquissant un sourire en la voyant près de la salle à manger extérieure, rassuré peut être que son petit mot n'ait pas été intercepté par un tiers ou n'ait pas glissé sous un meuble le temps d'un courant d'air. Il aurait eu l'air malin s'il avait débarqué avec tout son attirail et qu'elle n'avait eu aucune idée de l'existence de ce rendez-vous. S'approchant en profitant du fait qu'il se retrouve dans son dos, Llewyn laissa sa main effleurer son échine lorsqu'il arriva à sa hauteur et vint souffler à son oreille. « Tu es venue. » Il était ravi parce que c'était important pour lui de partager cette soirée avec elle et qu'il avait de trop nombreuses raisons de vouloir qu'ils la passent ensemble. Sortant de derrière son dos un petit bouquet de lys rouges qu'il avait transporté précautionneusement malgré le fait qu'il soit plutôt chargé, il les lui tendit avec un brin d'appréhension. « Elles sont pour toi. J'ai pris des risques pour les trouver. » Et il avait beau esquisser un sourire amusé, il ne serait pas étonné qu'on vienne le tirer du lit demain à la première heure pour lui faire subir un interrogatoire. Llewyn, il avait toujours eu l'âme d'un rebelle et il avait déjà prouvé qu'il n'avait pas vraiment de limites quand il s'agissait des personnes qui comptaient pour lui. Ces fleurs, il les avait trouvées là où il n'aurait jamais pensé chercher à l'époque où il avait dit à Bambi que c'était presque impossible de dégoter des fleurs sur ce bateau, et il n'avait pas sous-estimé la difficulté de cette tâche. « Joyeux anniversaire. » Il souffla finalement dans un sourire plus doux, parce que s'il avait espéré que Livia réintégrerait l'aventure à l'issue du dernier prime, il avait aussi nourri l'espoir qu'ils pourraient partager ce moment. Libérant la sangle de sa guitare qu'il transportait jusqu'ici sur son dos, il la déposa sur une chaise et plaça sur la table la plus proche les deux bouteilles qu'il était parti récupérer quelques instants plus tôt alors que deux verres les y attendaient déjà. Llewyn était bien trop conscient que le toast était devenu un moment sacré de ses échanges avec Livia et il était ce soir hors de question qu'ils ne trinquent pas à ce jour particulier. « J'ai apporté du champagne et un vin italien qui m'a fait bonne impression. » Un Prosecco Argento dont la bouteille très élégante avait attiré son attention. Il avait espéré lui faire plaisir à travers ce petit détail et puis il s'était dit que ce serait l'occasion de voir si son niveau d'italien avait un peu évolué, alors qu'il s'était beaucoup intéressé à sa langue natale ces derniers jours. Mais ça, elle le découvrirait probablement plus tard. Invitant Livia à rejoindre les banquettes, il s'assit près d'elle avant de se saisir des deux verres pour les remplir de champagne, se tournant vers elle avec un sourire. Il resta ainsi quelques secondes à simplement l'observer, avant de ressentir le besoin de briser ce silence. « Je n'ai pas envie de me détourner de toi. » Il souffla tout bas, son regard s'imprimant dans le sien pour qu'elle puisse y lire toute la sincérité de ses paroles, parce que c'était important pour lui qu'elle le sache si peut être la question qui lui avait été posée samedi soir avait fait naître certaines craintes. Il n'en avait pas envie, parce qu'il était profondément attaché à elle et qu'il aurait bien trop de mal à s'en éloigner. Pourtant quand il lui disait ça, les doutes qui l'avaient accablé depuis le prime refaisaient surface en plus des détails qui l'avaient blessé, et il se sentait troublé de ne plus vraiment savoir si ce qu'ils partageaient représentait la même chose à ses yeux qu'aux siens, ou si les téléspectateurs avaient fait preuve de plus de clairvoyance en une soirée que lui en plusieurs semaines. Sa main libre se déposa sur la sienne dans un geste tendre. Il aimerait tellement parvenir à lui dire ce qu'elle représentait pour lui et pourquoi il vivait si mal de rester dans le flou.

_________________
I watch you on
the red horizon.
we live through scars this time, but I've made up my mind. we can't leave us behind, anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 354
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 29


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 32 397£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: nocturnal waltz (mardi, 00h02)   Mar 21 Aoû - 16:47

Livia, elle se sent particulièrement excitée à la perspective de la soirée qui l’attend. Il y a des éléments qu’elle devine aisément et d’autres qui la laissent encore dans le flou le plus total. Le mot glissé sous la porte de sa cabine, c’était un très bon début. Un truc bien plus romanesque qu’un mec lui envoyant un SMS comme il serait légion à l’extérieur du bateau où le téléphone a remplacé les lettres depuis plusieurs années. Elle s’est préparée. Elle est magnifique, Livia. Elle est toujours belle de toute façon, ce qui lui a valu son lot de passe-droits sous forme de chaînon ADN parfait au cours de sa vie, mais ce soir plus qu’un autre, elle a fait des efforts. Elle a ce désir d’aborder cette nouvelle année d’existence en étant la plus bandante qui soit. Et puis il y a Llewyn, aussi. L’anonyme qui a requis sa présence sur le pont de promenade passé minuit, mais qui n’a rien de bien mystérieux dans le fond. Elle n’est pas conne, Livia. Elle sait qui se cache derrière ce petit mot. De toute façon, elle ne voit pas vraiment qui à l’exception du candidat pourrait désirer faire des mystères pour la rencontrer en pleine nuit. Ce n’est pas comme si elle avait beaucoup de liens dans l’émission, d’autant plus depuis qu’Ugo a été éliminé et qu’Eben lui fait des plans bizarres en bousillant la configurations de leur relation. Micio, c’est le plus fidèle. Le plus sûr et elle, elle a besoin de ce genre de type un peu balise pour l’aider à se sentir bien. Alors pour le remercier à sa façon, elle a enfilé une petite robe qui aurait parfaitement sa place dans un rendez-vous galant, bien qu’elle ne soit pas sûre que ce soit avec exactitude ce dont il s’agisse. A minuit précise, elle se pointe sur le pont, pas vraiment sûre d’où est-ce qu’elle doit se placer. Elle s’approche des tables disposées à l’extérieur, laissant ses prunelles se perdre dans son environnement à la recherche d’une quelconque présence. Surprise, elle frémit en sentant une main effleurer son épiderme. Elle se retourne en adressant un sourire à l’écossais qui s’avère être sans grand étonnement l’instigateur de la soirée. « A qui est-ce que tu les as volées ? » elle s’amuse dans un infime rire incrédule quand il lui offre un bouquet de lys rouges. Elle n’a aucune idée d’où est-ce que Llewyn a bien pu dégoter ces fleurs alors qu’ils naviguent en plein océan depuis plus d’un mois. Cette semaine en particulier, il semblerait qu’ils se trouvent bien loin de la terre ferme le temps d’atteindre leur prochaine destination, pour qu’un service de livraison express ait été aisé à appeler. Livia, elle assume donc qu’il les a piquées quelque part sur le bateau de croisière, peut-être dans la salle de spectable ou ailleurs, mais elle aime assez le mystère qui s’en dégage. Si l’exercice pour récupérer les lys s’est avéré périlleux comme il a l’air de le sous-entendre en lui disant qu’il a pris des risques, c’est encore mieux. Instinctivement, elle penche la tête au niveau du bouquet pour en humer le parfum délicat. « Merci. » elle souffle doucement, l’effleurant de ses yeux félins. Elle se hisse légèrement pour venir déposer un baiser au coin de ses lèvres. C’est difficile de deviner si elle s’est plantée, ou même si elle essayait plutôt de viser sa bouche ou sa joue, mais elle cultive un certain don pour faire planer sans arrêt le mystère sur ses gestes et décisions. « Comment tu as deviné ? » elle l’interroge quand il lui souhaite enfin son anniversaire. Elle se doutait bien que toute cette soirée tournait autour de ce jour si spécial pour elle dans l’année et que la coïncidence entre les dates ne devait rien au hasard. Ce qu’elle ne pige pas en revanche, Livia, c’est de quelle manière il est parvenu à découvrir sa date de naissance. Normalement, elle ne lui avait dévoilé que la moitié de celle-ci il y a plusieurs semaines en expliquant qu’elle était du mois d’août à l’occasion d’un prime. Elle n’en a parlé à personne d’autre à l’exception d’Eben. Aucun candidat n’est au courant qu’elle fête ses vingt-neuf ans en ce jour et elle n’a encore rien posté sur les réseaux-sociaux de manière à se faire mousser et à, pourquoi pas, grappiller un ou deux cadeaux de la part de ses camarades les plus généreux. Elle le regarde déposer sa guitare sur une chaise avec curiosité, se demandant s’il va enfin lui dédier le morceau qu’elle attend depuis le premier jour. Livia, elle avait essayé de s’imposer entant que muse pour Llewyn, mais au final, elle n’a jamais eu de véritables retours à ce sujet et elle ignore donc si elle a correctement rempli son job de source d’inspiration. En attendant, c’est sur les deux bouteilles qu’il a apporté qu’il attire son attention. « C’est un bon choix. » elle commente à propos du Prosecco, parce qu’entant qu’italienne, elle a un peu l’impression de devoir donné son avis à ce propos. Livia, elle n’a jamais eu des goûts bien compliqués et pompeux. Beaucoup iraient préférer une coupe de champagne, mais elle se contente bien volontiers de ce vin dans la catégorie des boissons à la couleur dorée et pétillante. Elle est contente qu’il ait apporté cet alcool qui a un petit goût de chez-elle, ne serait-ce que dans l’étiquette qui s’étale sur la bouteille. Livia se laisse guider pour s’installer sur la banquette, laissant ses doigts s’enrouler autour du verre que l’écossais lui tend. Elle sent ses iris qui la scrutent, alors elle lui sourit. Elle n’a jamais été gênée par le silence. Elle trouve ça agréable de temps en temps et c’est une très bonne méthode pour mesurer le degré de confiance et de confort qu’on ressent avec ses interlocuteurs. Ils restent comme ça un petit instant, avant que Llewyn ne reprenne la parole pour lui confier qu’il ne veut pas se détourner d’elle. Livia, elle ne sait pas quoi en penser. Elle avait déjà était légèrement troublée quand la question lui avait été posée sur le prime et ça n’a pas changé depuis.« Tu veux dire, ici ? » elle l’interroge en cherchant son regard. Où est-ce qu’il n’a pas envie de se détourner d’elle précisément ? Dans l’émission ? A l’extérieur ? La question qui a été posée à l’italienne n’apportait pas plus de précisions. De toute façon, elle n’aurait pu su quoi répondre si la formulation s’était montrée plus équivoque à ce sujet. Livia, elle a une attitude un peu étrange avec Llewyn. Elle entre dans le jeu qu’elle a créé d’elle-même dès le premier jour où ils se sont rencontrés, mais à côté elle n’a de cesse de hisser son mari sur un piédestal. Il n’y a même pas une heure, elle en était encore à parler de Javier avec émotion autour d’un verre avec Poppy. Livia, elle l’aime vraiment, comme elle est persuadée que son affection pour l’écossais est sincère quoi qu’on lui dise. Elle a beau être mariée, elle l’apprécie réellement et elle essaye de le contenter par tous les moyens qui sont à sa disposition sur le bateau.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 629
AVATAR : james bay.
ÂGE : 27
LOCALISATION : londres, uk.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 568£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: nocturnal waltz (mardi, 00h02)   Mer 22 Aoû - 10:30

Llewyn sentait un mélange d'excitation et d'appréhension l'envahir à l'approche du moment où il découvrirait si son petit mot était bien arrivé entre les mains de sa destinataire, et si Livia serait au rendez-vous qu'il lui avait fixé. Il savait qu'elle devait avoir une nette idée de l'origine de cette invitation et qu'il était sûrement plus prévisible qu'il ne le voulait maintenant qu'elle le connaissait assez pour savoir qu'il était probablement le genre d'homme à fixer des rendez-vous empreints de mystère sous la lumière de la lune. Il avait toujours eu à cœur de lui faire plaisir et aimait aussi la surprendre, à l'image du soir où il lui était apparu avec les cheveux coupés sans l'avoir au préalable avertie de son désir d'opérer un changement radical. Il pensait à cette soirée depuis des jours et n'avait qu'une envie, c'était qu'ils passent un joli moment ensemble pour une occasion qui justifiait largement qu'il ait accordé une attention particulière à certains détails, sans toutefois avoir voulu trop en faire. Il ne voulait pas qu'elle ait de lui l'image de quelqu'un qui pensait qu'on pouvait faire plaisir simplement en misant gros et en misant vite, il préférait qu'elle le voit comme un homme plus subtile qui accordait une immense importance à l'intention qu'il pouvait y avoir derrière des démonstrations plus modestes, parce qu'il était persuadé que ce qui venait du cœur était peut être aussi ce qui s'y gravait le plus longtemps. Ce soir, il n'avait pas de vrai cadeau à lui offrir parce qu'il ne possédait rien qui puisse pleinement illustrer l'affection qu'il lui portait, mais il avait misé sur plusieurs attentions qui il l'espérait lui feraient plaisir. Il s'était donné du mal pour tout terminer à temps, alors même que ces derniers jours son moral n'était pas vraiment au beau fixe, et peut être que ces préparatifs lui avaient aussi un peu changé les idées. Il pensait beaucoup à Livia depuis le prime et à toutes ces choses qui l'envahissaient de doutes depuis que les soupçons des uns et la clairvoyance des autres ne le laissaient pas indifférent, et il comptait sans doute aussi sur cette soirée pour y voir plus clair sur certains points. Pour le moment, il ne pensait pas vraiment à tout ça alors que la silhouette de l'italienne apparut devant ses yeux, preuve qu'il avait peut être bien fait de miser sur une invitation un brin mystérieuse pour donner un coté plus excitant à cette rencontre. S'approchant pour initier une proximité agréable et lui tendre le bouquet de lys rouges qu'il avait trouvé pour elle, Llewyn laissa entendre qu'il ne lui avait pas été évident de mettre la main dessus et la curiosité de Livia lui fit étirer un sourire. « Si je te le disais, je ferais de toi ma complice et tu pourrais avoir des ennuis. » Il souffla en lui lançant un regard malicieux, laissant consciemment planer un certain mystère sur l'origine de ces fleurs. Les endroits susceptibles d'en abriter étaient peu nombreux et il aimait assez l'idée qu'elle l'imagine arpenter tout le bateau pour trouver un bouquet à lui offrir et s'être mis en difficulté pour y parvenir. Llewyn, il ne voyait pas vraiment ça comme du vol parce qu'il savait que ces fleurs auraient fini fanées dans un coin et auraient été jetées faute d'entretien, et c'était précieux pour lui de voir le regard de Livia les contempler. « Mais je te promets qu'elles ne manqueront à personne et qu'elles seront mieux avec toi. » Sur ce point il était sincère, elle le connaissait maintenant assez pour savoir qu'il n'était pas quelqu'un de sans-gêne et qu'il n'aurait jamais dévalisé quelqu'un à qui ces fleurs pourraient manquer. En fait, ça l'amusait assez d'imaginer que cette question resterait posée dans l'esprit de la brune jusqu'à ce qu'elle soit peut être frappée par l'évidence. « Tu es vraiment ravissante. » Il avoua dans un nouveau sourire, en laissant son regard détailler sa silhouette, pas surpris qu'elle soit particulièrement en beauté mais forcé de le lui faire remarquer. C'était la moindre des choses quand une femme s'habillait pour vous, et c'était loin d'être un compliment anodin de sa part. Livia le remercia et ses lèvres se fendirent d'une esquisse plus douce lorsque celles de l'italienne manquèrent de s'y déposer, sans qu'il sache s'il aurait aimé qu'elles le fassent ou si c'était grisant de ne pas savoir ce qu'elle avait eu en tête. Il lui souhaita un joyeux anniversaire et de nouveau Livia s'interrogea. « J'enquête depuis des semaines, depuis le soir où tu m'as confié être née en août. » Il souffla en captant son regard, se demandant ce qu'elle ressentirait en sachant que c'était un détail qu'il n'avait jamais vraiment oublié, quand bien même il n'en avait plus été question entre eux après ce fameux prime. Llewyn, il ne voulait pas donner plus d'importance à ses petites recherches qu'elles n'en avaient sans doute, mais c'était important pour lui qu'elle sache que ça n'avait rien d'un coup de chance et qu'il avait pris son temps pour élucider ce petit mystère. « J'avais même mis Wyatt sur le coup mais il n'a pas vraiment eu le temps de m'aider. » Ses lèvres esquissèrent un sourire, un peu triste en repensant aux occasions qu'il avait manqué de vraiment le connaître et à cette collaboration avortée. C'était sa façon de lui dire qu'il s'était débrouillé, simplement, et qu'il était toujours capable d'une grande détermination pour faire plaisir aux gens qui comptaient pour lui. « Pourquoi tu ne me l'as pas dit ? » Llewyn, il avait trouvé ça exitant de devoir dégoter cette information par ses propres moyens et d'avoir douté jusqu'au bout de sa véracité. En revanche, ça l'intriguait de savoir pourquoi elle ne lui avait donné que la moitié des renseignements dont il avait eu besoin, si c'était parce qu'elle espérait justement qu'il entreprendrait de trouver le reste ou pour une autre raison. Il déposa sa guitare et sortit deux bouteilles qu'il espérait largement entamer au cours de cette soirée, et son choix d'opter pour un vin italien sembla ravir la jeune femme. Il s'était dit que ce serait un joli clin d’œil, et une preuve de plus qu'il pouvait lui offrir de l'intérêt qu'il portait à sa culture. Il voulait que cette soirée lui soit aussi agréable que possible, et c'est pour ça qu'il hésita quelques secondes à lui confier ce qu'il avait sur le cœur. Il savait qu'il était assez inévitable qu'ils abordent certains sujets, mais il ne voulait pas gâcher sa soirée d'anniversaire ou dire quoi que ce soit qui pourrait jeter un froid sur tout ça. Mais ça lui tenait à cœur que Livia sache qu'il n'avait pas envie de se détourner d'elle, parce que c'était une chose qui avait été sous-entendue lors d'une des questions qui avaient été posées à l'italienne samedi soir et qu'il y avait beaucoup repensé. Dans cette histoire il n'était pas forcément question que de ses envies, mais il voulait vraiment la rassurer sur ce point. Livia était la pierre angulaire de son aventure. Celle dont il se sentait proche depuis le premier soir, qui lui plaisait sincèrement et pour tout ce qu'elle était, et à qui il portait un attachement profond. Se détourner d'elle lui causerait un mal immense. « Oui, je suppose. » Il souffla doucement, pas certain que la question parlait d'un après et un peu trop perdu sans doute pour savoir lui-même ce qu'il entendait précisément par là. Il ne voulait pas qu'elle pense que pour lui la question de l'extérieur ne se posait pas alors qu'il y pensait sans arrêt, mais c'était loin d'être simple tant qu'il demeurait en plein fou. « Je suis un peu perdu depuis samedi. » Son regard tomba jusqu'à son verre avant qu'un court silence ne s'installe de nouveau. Il ne savait pas s'il faisait bien de choisir ce moment pour lui en parler, ni s'il y avait vraiment de bon moment pour ce genre de choses. Mais il savait qu'elle devinerait bien assez tôt que son état d'esprit était différent de d'habitude, et c'était peut être mieux de ne pas trop attendre. « Il y a toutes ces choses qu'on partage tous les deux, et tout ce qu'il y a à coté et qui me pousse à me demander si tout est vraiment sincère... Je ne sais plus vraiment quoi penser et ça me blesse. » Elle le lirait dans son regard, c'était quelque chose qui l'affectait profondément. Llewyn était doué pour prétendre qu'il allait mieux qu'en réalité, c'était une chose qu'il avait perfectionnée quand il portait seul le poids d'un lourd secret, mais ces questions, cet award, cette interview, ça l'affectait beaucoup. « J'aimerais t'embrasser, mais je ne sais plus si je le dois. » Il expira en retrouvant son regard, le cœur martelé par toutes ces questions qu'il aimerait tant oublier. Il en rêvait Llewyn, de lui offrir un baiser comme ceux qu'ils avaient partagé l'autre soir, parce que ça le rassurerait mieux que tout le reste et que ça aurait beaucoup de sens ce soir. Mais il ne savait pas si c'était normal d'avoir encore ce genre d'envies alors que l'attitude de Livia n'avait rien de très claire. Il ne savait pas s'il était normal lui-même ni ce dont il avait le plus besoin à cet instant précis, à part d'elle. « Ce n'est pas un jeu ni une passade pour moi. Surtout pas depuis l'autre nuit. » Auquel cas il ne se serait jamais passé ce qui s'était passé dans leur cabine, parce que Llewyn il n'aurait jamais réduit ce qu'ils partageaient à une simple baise. Jamais. Et cette soirée n'existerait sans doute pas non plus. Il avait terriblement besoin qu'elle le sache, même si plusieurs détails avaient déjà du la mettre sur la voie.

_________________
I watch you on
the red horizon.
we live through scars this time, but I've made up my mind. we can't leave us behind, anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 354
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 29


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 32 397£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: nocturnal waltz (mardi, 00h02)   Dim 26 Aoû - 11:26

Livia, ça lui fait un petit quelque chose ce plan avec les fleurs et tout le reste, d’autant plus quand Llewyn joue au petit braqueur de lys. Ça lui plait assez l’idée qu’il ait pu prendre des risques pour lui dégoter ce bouquet, même si en soit, il ne doit pas risquer grand-chose. Il lui dit qu’elle est ravissante et elle sourit. Elle le sait, ça. Livia, elle est toujours belle et parfois, c’est même un problème. Mais c’est vrai que ce soir, elle a fait pas mal d’efforts pour se montrer plaisante afin d’arborer cette nouvelle année d’existence fringuée comme une déesse. Elle cherche un peu à savoir comment il a pu deviner que c’était son anniversaire. Sur le bateau, elle ne s’est confiée qu’à Eben à ce sujet et elle commence à se demander ce qu’il a glandé si la nouvelle est arrivée jusqu’aux oreilles de micio. S’il a encore fait le plan de s’être adressé à un autre candidat pour écrire ses missives, il y a moyen qu’elle se chauffe pour venir lui péter le nez puisqu’il lui avait promis qu’il s’occuperait seul de cette carte. Elle fixe Llewyn quelques secondes, alors qu’il lui confie avoir pas mal enquêté pour découvrir le jour exact de sa date de naissance. Apparemment, il y avait Wyatt qui était sur le coup, mais c’est clair que Livia n’a rien vu venir. L’agent déployé c’est soit montré d’une efficacité sans faille en maintenant l’opération secrète ou alors il s’est totalement planté faute de temps. A priori, ce serait plutôt la seconde option. Il y a toujours quelque chose d’un peu perturbant au travers de ces éliminations hebdomadaires. Un sentiment d’inachevé, alors qu’on ne sait jamais avant la fin du prime si un candidat vit ou non ses derniers instants dans le château. Il lui demande pourquoi elle ne lui a pas dit que c’était son anniversaire et elle hausse les épaules sans trop savoir. Quand elle lui avait révélé qu’elle était née au mois d’aout, elle ne l’avait pas fait avec l’objectif de recevoir des cadeaux le moment venu. Au vu de la particularité de leur arrivée dans l’aventure, ce n’était pas dit qu’elle soit encore en course le moment venu. L’italienne, elle a depuis le début la sensation tenace d’être sur la sellette. Quand enfin on a arrêté de les appeler les nouveaux avec Bryce et Llewyn, c’est le moment où ses nominations ont commencé à se succéder. « Je ne savais pas trop si je voulais que les gens sachent. » Elle n’y a pas trop réfléchit. Livia, mine de rien, elle aurait bien aimé faire comme si une année ne venait pas encore se rajouter à son compteur personnel. Vingt-neuf ans. Bientôt la trentaine. Elle achève l'ardeur des jolies années, sa jeune vie de Lolita qui ne peut plus se permettre certains caprices. Livia, il faut qu’elle grandisse, qu’elle se montre plus mûre et réfléchis. Elle joue à la fille qui ne voulait pas fêter son anniversaire, mais dans le fond ça se voit à son sourire qu’elle se sent rassurée. Elle, elle avait surtout la trouille que l’information s’ébruite et que personne n’en ait rien à branler de sa tronche. Qu’il n’y ait pas de soirée un peu spéciale ou de gentils petits mots. C’est pour ça aussi que Livia est venu chercher Eben et lui a imposé l’écriture d’une carte à son attention. Livia, elle flippe tout le temps à propos de ce que les autres candidats peuvent penser d’elle ou de découvrir la vraie nature des liens qu’ils partagent. Souvent, ça l’embête d’avoir la sensation qu’elle n’a pas réussi aussi bien à se faire accepter dans le groupe que l’écossais ou que Bryce. C’est peut-être juste une illusion, de la paranoïa, mais même si elle s’est pas mal calmée par rapport à la nuit où elle était persuadée que tout le monde la détestait, elle aura toujours l’impression de ne pas parvenir à s’intégrer pleinement. Livia, elle est très touchée par le mal qu’il s’est donné pour lui organiser cette soirée. Elle avait vraiment besoin de ce genre d’intentions, c’est pour ça aussi qu’elle se permet de venir lui déposer un baiser au coin des lèvres. Lorsqu’il lui dit qu’il ne veut pas se détourner d’elle, Livia cherche à savoir ce que ça implique. Cet attachement, il est à durée déterminée le temps que l’aventure se poursuive jusqu’à la finale ou est-ce qu’une fois dehors le phénomène s’estompera de lui-même ? Elle ne sait même pas ce qu’elle a envie d’entendre. C’est un peu le bordel dans sa tête et il y a tout un tas de choses qu’elle ne parvient pas à démêler. Il suppose vouloir poursuivre à l’extérieur. Livia, elle ressent plusieurs trucs complètement contradictoires. Là, dans sa poitrine, il y a un peu de soulagement. De l’autre côté, elle se sent aussi éprise d’un vertige d’anxiété et d’une certaine culpabilité aux origines encore assez flous. Llewyn, il est aussi paumé qu’elle ne l’est. Ils font un sacré binôme comme ça, bien que ce soit entièrement la faute de l’italienne si leur relation parait aussi peu nette. Elle baisse les yeux quand il lui dit qu’il ne sait pas vraiment si tout est sincère entre-eux. Livia, ça l’embête un peu qu’il aborde ce sujet qu’elle a parfaitement évité jusqu’à maintenant. Son regard dévie infiniment du côté de la guitare abandonnée sur une chaise. Elle est tellement égoïste et egocentrique, qu’elle se dit qu’elle aurait bien aimé qu’il lui joue un petit morceau avant d’aborder son mariage. Il ne le fait pas réellement, mais elle n’est pas complètement conne et elle se doute un peu des raisons qui le poussent à venir lui parler de tout ça maintenant. « Je t’apprécie beaucoup. » elle se contente de souffler ou de répéter encore et encore comme elle le fait depuis plusieurs semaines. Elle a beaucoup d’affection pour Llewyn, mais elle ne veut pas trop s’avancer pour le reste. Ca la rend un petit peu triste qu’il ait saisit l’occasion de son anniversaire pour l’informer des doutes plus que légitimes qu’il commence à ressentir. Micio, il ne faut pas oublier que c’est un garçon qui a subit beaucoup de stress et d’angoisse après la mort de son frère. Ce n’est pas un type lambda avec lequel elle peut faire son petit numéro de charme au calme sans qu’il n’y ait des conséquences. Elle a l’impression d’être la pire des connasses. Ce n’est pas lui qui lui fait ressentir tout ça, Llewyn, il est toujours gentil même quand il a des reproches à lui faire, mais plutôt les autres. Depuis quelques jours, Livia doit gérer le jugement des candidats et des chroniqueurs et c’est loin d’être évident. Elle fait un énorme travail sur elle pour ne pas partir en vrille à nouveau. Elle est tiraillée entre l’envie de lui demander encore une fois de l’embrasser et celle de lui dire que ce n’est peut-être pas une très bonne idée. Livia, elle a un peu l’impression d’avoir foutu les pieds là où elle n’aurait pas dû. Elle aimerait bien reculer, mais ce n’est plus possible à présent. Elle s’en veut aussi de ressentir ça. Un peu plus tôt dans la soirée, Poppy lui a dit qu’elle craignait que Llewyn soit un dommage collatéral de la bombe Livia. Elle est là, comme un kamikaze en quête d’attention et d’affection, avant de finir par exploser et il y a un pauvre couillon qui se prend les secousses bien plus violement que tous les autres. Livia, elle ne veut pas le blesser, alors elle ne répond pas tout de suite. Ca lui fait quand même un petit quelque chose d’apprendre qu’il ne la réduit pas à une simple nuit. Elle non plus elle ne le perçoit pas comme ça, mais c’est compliqué. Elle trouverait ça stupide de qualifier ce qu’ils partagent de jeu. « Qu’est-ce que tu penses des téléspectateurs qui m’ont élue candidate la plus manipulatrice ? » elle l’interroge soudainement en cherchant son regard. Ce n’est pas très glorifiant comme titre. Quoique peut-être pas. Ils sont dans un jeu, le pouvoir d’entuber les autres a énormément de valeur dans une télé-réalité, mais Livia elle sait très bien qu’on ne lui a pas offert cet award pour la mettre en valeur. « Moi je crois qu’ils ont raison… » Livia, elle est très calculatrice, mais ça ne signifie pas pour autant qu’elle a pleinement conscience de ce penchant de sa personnalité. Parfois, elle sait exactement ce qu’elle doit faire pour se faire apprécier, mais elle a un peu du mal à s’empêcher d’agir de la sorte. Sa manipulation est quasi naturelle. C’est un truc qui évolue de son côté sans qu’elle ne parvienne à le maîtriser. « Je voulais partager cette aventure avec toi et que tu m’apprécies. J’aimerais bien te revoir à l’extérieur, mais peut-être pas comme tu l’entends… » elle admets difficilement. Livia, elle sait qu’elle est entrain de se rayer de l’esprit de micio. Ce n’est pas facile de s’auto-exclure de son cercle de relation, mais c’est tout de même plus simple qu’elle le fasse elle plutôt qu’il la jette lui comme une merde quand il verra un peu plus clair dans son mode de fonctionnement interne complètement disjoncté. Elle doit lui faire un peu mal et elle le regrette, mais elle n’a pas le droit de le laisser s’accrocher encore plus qu’il ne l’est. Il la fait se sentir bien. Livia, elle se complait pas mal dans l’attitude de Llewyn à son égard, quand il la regarde, quand il lui offre des fleurs, quand il lui promet de lui dédicacer une chanson, mais ce qui est bénéfique pour elle ne l’est pas pour lui. Leur relation n’a rien d’un échange où c’est donnant-donnant. A l’image de ce qu’elle ressent au contact d’Eben, elle se rend compte qu’elle utilise sûrement plus micio qu’elle ne parvient à lui apporter quelque chose de positif sur le long terme. « Ici, j’ai l’impression que tout le monde pense que mon mariage est une grosse blague et que Javier va me quitter ou inversement. Tout ne fonctionne pas toujours très bien entre-nous, mais c’est l’homme de ma vie. » elle lui balance un peu violement par rapport à ce qu’il doit ressentir pour elle. Livia, elle n’a pas besoin d’être physiquement présente ou fidèle avec son mari pour comprendre qu’elle l’aime plus que n’importe qui d’autre. « Je n’arrive pas à comprendre ce que tu attends de moi. » Elle a un peu la pression. Elle veut vraiment le satisfaire avec sa générosité toute moisie, mais elle est bien obligée d’admettre qu’elle n’arrête pas de se planter.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 629
AVATAR : james bay.
ÂGE : 27
LOCALISATION : londres, uk.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 568£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: nocturnal waltz (mardi, 00h02)   Lun 27 Aoû - 3:44

Llewyn n'était pas bien sérieux au sujet de cette histoire de bouquet, parce que même si ces fleurs n'étaient pas censées se retrouver entre les mains de l'italienne, il doutait un peu que leur disparition émeut assez la production pour que toute une chasse à l'homme se lance pour tenter de retrouver leur voleur. C'était précisément la raison pour laquelle il pensait qu'elles seraient tout aussi bien avec Livia. Livia qui s'était faite très belle mais qui semblait malgré tout s'étonner de l'existence de cette soirée, parce qu'au départ il n'était pas prévu que Llewyn découvre qu'elle fêtait ce soir son vingt-neuvième anniversaire. La vérité, c'est qu'il n'avait pas arrêté d'y penser depuis le soir où elle lui avait glissé à l'oreille qu'elle était née au mois d'août. Ça n'aurait sans doute été qu'un détail pour beaucoup, mais lui s'était dit que ce serait agréable de pouvoir fêter son prochain anniversaire avec elle sur ce bateau s'ils avaient la chance d'y être encore tous les deux, parce qu'il était bien placé pour connaître la symbolique d'un anniversaire et ce qu'il pouvait y avoir de profondément triste dans le fait de le fêter sans ses proches. Ses cinq derniers anniversaires avaient été particuliers et celui de cette année serait probablement une épreuve qui ne se terminerait pas assez vite, alors il s'était dit que ce serait bien de lui tenir compagnie pour un jour aussi spécial. C'est pour ça qu'il s'était donné du mal pour trouver l'élément qui lui manquait, puis pour tout organiser à temps. Livia, pourtant, avait eu beaucoup d'occasions de lever le mystère mais elle ne l'avait pas fait, et il semblerait que ce soit parce qu'elle doutait d'avoir envie que l'information se répande. Il comprenait Llewyn, et il se sentait même un petit peu bête de ne pas y avoir songé. « Tu n'avais peut être pas envie de le fêter... » Il envisagea en culpabilisant un peu de la mettre devant le fait accompli alors que tout le monde n'aimait pas forcément célébrer son anniversaire, notamment les femmes qui approchaient de la trentaine. « Je suis désolé si c'est le cas, je voulais juste que tu ne le passes pas toute seule. » Il voulait vraiment lui offrir une soirée agréable et tout ça partait de la meilleure des intentions, mais il s'en voudrait si Livia lui disait qu'elle aurait préféré faire comme si cette journée n'était pas si spéciale et ne pas agir différemment de d'habitude. Lui en tout cas avait beaucoup repensé à cette question qui avait été posée à l'italienne pendant le prime, au sujet de ce qu'elle ressentirait s'il décidait de se détourner d'elle. Et s'il lui en parlait ce soir, c'est que quelque part ça n'était pas tout à fait anodin, même s'il aurait préféré qu'ils ne soient pas entrain de fêter son anniversaire pour évoquer la question. Parce qu'il ne savait pas ce que le téléspectateur qui l'avait interrogée avait eu précisément à l'esprit en posant cette question, et que lui-même était un peu perdu depuis l'autre soir. Quelques jours plus tôt tout lui paraissait simple, mais depuis le prime il n'était plus sûr de grand chose parce qu'il y avait eu toutes ces questions soulevées indirectement et toutes ces réponses qui lui manquaient pour parvenir à comprendre ce qu'il en était vraiment. Il aimerait se fier à elle comme il le faisait depuis le départ malgré les doutes que plusieurs candidats avaient partagé avec lui, mais il ne savait pas vraiment quoi penser du fait que Livia n'aurait probablement pas évoqué la question si lui ne l'avait pas fait. Pas plus que du fait qu'elle dise l'apprécier beaucoup, parce que dans un sens c'était le genre de choses qu'il avait besoin d'entendre pour être rassuré, mais que c'était difficile de savoir ce que ça pouvait précisément signifier. Il se contenta d'un fin sourire, de toute façon trop préoccupé par le reste, entre ses envies contradictoires et son besoin de lui assurer que pour lui, rien de tout ce qu'ils partageaient depuis le début n'était un jeu. Et depuis la nuit qu'ils avaient passé ensemble, il était plus certain encore que ce qu'il ressentait quand il était avec elle était sincère. Jamais il n'aurait laissé arriver ce qui était arrivé si ça n'avait du avoir aucun sens, et ça en avait encore beaucoup pour lui malgré ce flou qui peinait à vraiment se dissiper malgré les interventions de Livia. Elle le questionna sur l'award de la candidate la plus manipulatrice qu'elle avait remporté samedi soir, et il resta interdit quelques secondes. « Je crois que je n'ai pas été surpris. » Il souffla en échangeant un regard avec elle, pouvant difficilement prétendre que la nouvelle l'avait décontenancé. « Tout le monde m'a plus ou moins mis en garde depuis que je suis ici, même si ce mot n'a jamais été clairement prononcé. » Ce n'était pas leurs camarades qui avaient décerné les différents prix, mais quelque part il s'était toujours dit que si des personnes qui partageaient leur quotidien pendant des semaines et avaient toutes les données sous les yeux pouvaient mettre sa sincérité en cause, des personnes qui n'avaient sans doute droit qu'à un montage orienté devaient avoir développé des doutes encore plus précis. Et ce qui le perturbait le plus dans tout ça, c'était que Livia dise avoir tendance à leur donner raison. « Moi j'ai toujours voulu croire qu'ils pouvaient se tromper. » Sans doute à tort maintenant qu'elle-même reconnaissait qu'il devait y avoir du vrai là-dedans, mais il avait toujours voulu lui accorder le bénéfice du doute même quand parfois ça lui avait demandé de s'opposer à des personnes qu'il appréciait énormément. Livia reprit la parole, et il se passa quelques secondes sans qu'il sache vraiment comment réagir. Ça ressemblait à un aveu, mais même ça il n'en était pas certain et c'est pour ça qu'il fut incapable de formuler une réponse. Il pensait y voir beaucoup plus clair une fois qu'ils auraient l'occasion de se parler, mais ce n'était pas beaucoup mieux. Et en prime, elle lui faisait énormément de mal en laissant supposer qu'elle ait pu l'utiliser pendant son aventure et n'ait l'intention de le revoir au dehors que pour maintenir une certaine illusion. C'est ce que lui comprenait de ses paroles, et c'est ce qui teintait son regard d'une profonde tristesse tandis qu'il cherchait le sien sans vraiment savoir ce qu'il espérait y lire. Elle lui parlait de son mariage, de Javier dont il était pour la première fois question entre eux, et il avait l'impression que toute l'affection, toute la tendresse qu'il lui avait destiné jusqu'ici lui étaient renvoyées en pleine figure alors qu'il y a encore quelques minutes, Livia souriait à l'idée qu'il ait organisé cette soirée pour elle. Il la trouvait assez cruelle de lui balancer ses certitudes comme si elle ignorait l'importance qu'elle avait prise à ses yeux, comme s'il n'était qu'un vulgaire mouchoir qu'elle avait usé et dont maintenant elle n'avait plus l'utilité. « Alors tu t'es servie de moi... » Il articula difficilement, en quittant son regard et en sentant le sien se voiler sous le coup des émotions accablantes qu'il ne parvenait pas vraiment à maîtriser. « Tu t'es servie de moi quand tu avais besoin que quelqu'un t'offre son affection et te relève la tête lorsque tu étais rattrapée par tes doutes. » Parce que c'est l'impression qu'il avait à présent, qu'il lui avait été bien utile quand elle avait besoin de lui mais qu'à présent elle cherchait un peu à s'en débarrasser. « Tu m'as laissé m'attacher à toi sans avoir rien fait pour m'en dissuader. Je crois que tu savais très bien quels espoirs tu ferais naître en moi. » Elle avait toujours eu une façon particulière de se comporter avec lui, dès la première soirée qu'ils avaient passé ensemble, et c'était elle qui avait immédiatement installé cette ambiguïté entre eux. Lui n'avait fait qu'y répondre, parce qu'elle lui avait plu et qu'il avait trouvé ça amusant au départ. Elle en avait beaucoup joué, avait fait en sorte d'entretenir ce qu'elle avait forcément perçu comme un espoir de sa part, et c'était une chose qu'il jugeait particulièrement difficile à pardonner. « Je ne t'apprécie pas, Livia... » Il reprit à demi mot, ses yeux rougis rivés vers les siens. « J'ai des sentiments pour toi, c'est différent. » Et pour l'importance que ça pouvait encore avoir pour elle, il voulait qu'elle le sache. Il avait prévu de le lui dire officiellement ce soir parce qu'il s'était dit que ce serait le bon moment et que ça expliquerait mieux que tout le reste pourquoi il avait tant tenu à lui organiser cette soirée, mais il n'imaginait pas un seul instant qu'il le ferait en pleurant et en sentant son cœur se presser comme s'il n'avait plus que quelques secondes à battre. Il lui en voulait énormément de le faire se sentir aussi mal alors que lui avait dépensé une énergie considérable pour qu'elle se sente bien sans jamais l'ennuyer avec ses doutes ou ses problèmes avant ce soir. Il s'était souvent oublié Llewyn, comme la semaine où il avait souffert de la révélation de son secret et qu'il avait gardé chacun de ses maux pour lui et évacué sa peine dans son coin. Il s'était senti si seul sans s'être jamais plaint, avait encaissé tellement de choses sans lui avoir jamais fait de reproches, qu'aujourd'hui ça lui était insupportable de la voir dotée d'aussi peu de scrupules. « C'est pour ça que j'ai passé la nuit avec toi. Et pour ça que tous les jugements du monde n'auraient pas pu me faire regretter ce qui s'est passé. » Parce que ça voulait vraiment dire quelque chose pour lui, que chaque seconde en aurait valu la peine même s'il avait du affronter un vent de réactions virulentes. Il n'était pas aussi irréfléchi et inconséquent qu'il en donnait peut être l'impression, il avait réfléchi aux conséquences quand il avait passé la nuit avec elle et il n'aurait jamais joué quelque chose d'aussi important sur un coup de tête. « Jusqu'à ce soir. » Il reprit dans un souffle, avant de se lever pour lui tourner le dos un instant et se laisser un peu plus librement aller à la peine qui déformait ses traits et saccadait sa respiration. Il se détestait de le dire, parce que ce n'était pas complètement vrai et qu'il parlait surtout sous le coup du chagrin, mais il se sentait utilisé jusque dans sa chair, et c'était atrocement humiliant et douloureux d'entendre la femme qu'on avait tenu dans ses bras avec tant de douceur nous considérer comme un instrument à peine digne de son empathie. Llewyn tenta tant bien que mal de contenir ses larmes, incapable pourtant d'ignorer ce mélange de douleur et de colère qui martelait son cœur de la plus brutale des façons, alors que la voix de Livia résonna derrière lui. « Je ne sais pas non plus ce que j'attends de toi... » Si l'on considérait la façon dont cette soirée avait tourné, probablement qu'il ferait mieux de ne plus rien attendre de sa part. Pourtant il savait très bien ce qu'il lui aurait dit si elle lui avait posé cette même question quelques instants plus tôt, quand il n'était pas encore complètement incapable de lui parler en la regardant dans les yeux. « Une chance, peut être. » Il expira après quelques secondes. « Ça n'a jamais eu d'importance pour moi que tu sois mariée, ce n'est pas ce qui détermine ce que j'éprouve ou non pour toi. » Parce qu'il s'en fichait de tout ça Llewyn, elle lui plaisait sincèrement et les sentiments qu'il avait développé étaient tout aussi vrais, qu'elle soit mariée ou non ça n'était pas le plus important parce qu'il n'avait jamais eu la prétention de penser qu'elle pourrait tout quitter pour le suivre. La chance dont il parlait, c'était celle de pouvoir malgré tout gagner une place dans son cœur et vivre avec elle quelque chose, même si c'était à part, même si ça ne ressemblait à rien de ce qu'il avait connu. Il n'avait jamais fait de plans sur la commette et ses relations les plus traditionnelles ne lui avaient laissé que des tourments et des regrets, et ce n'était pas comme s'il pouvait être plus malheureux que ces cinq dernières années. « Si tu m'as plu dès le premier soir, c'est parce que je t'ai trouvée différente. Pas juste belle, différente. » Et ça l'avait toujours fait sourire qu'on l'imagine pendu à son décolleté comme certains autres candidats, parce que Llewyn ça n'était pas ce qui l'avait attiré au départ. Il se rappelait très bien du soir de leur arrivée, et particulièrement de ce moment où elle avait retiré ses chaussures pour lui demander de les lui garder. Personne ne l'avait remarqué, mais lui l'avait trouvée si spontanée et si nature qu'il l'avait instantanément trouvée fascinante. Il serait incapable de dire de quelle couleur était sa robe ce soir-là, mais il se rappelait de ses chaussures dans les moindres détails. Et il réalisait qu'alors qu'il lui en voulait profondément d'ajouter la nostalgie à la liste des sentiments qui l'accablaient déjà, il ne pouvait pas s'empêcher d'être troublé par la situation et de l'imaginer se sentir aussi perdue que lui face à la tournure que prenait cette soirée. Il espérait tellement qu'ils passeraient un agréable moment tous les deux, que cet anniversaire resterait un beau souvenir pour elle, qu'il s'en voudrait presque d'être malheureux. Il laissa passer quelques secondes durant lesquelles il hésita, puis se retourna et aligna quelques pas jusqu'à elle. Il s'accroupit, sans un mot, comme le soir où il l'avait trouvée si abattue et avait voulu la rassurer. Ce soir c'était lui qui était éprouvé et qui arrivait à peine à garder les deux yeux ouverts tellement ses larmes étaient lourdes et brûlantes, mais peu importe. Il déposa une main sur sa joue et approcha son visage du sien, tout doucement pour qu'elle ait le temps de le voir arriver et n'appréhende pas trop la suite. Là, il déposa ses lèvres sur les siennes le temps d'un baiser très doux, qui dura quelques secondes avec lesquelles s'envola une infime partie de sa peine. Il se détacha légèrement et plongea son regard dans le sien. « Si tu me dis que tu ne ressens rien, je te laisserai tranquille. » Si ce baiser ne représentait rien, si elle n'éprouvait que de l'indifférence quand il était aussi près d'elle et qu'elle n'était définitivement pas aussi attachée à lui qu'elle l'avait laissé entendre à quelques reprises, il lui ficherait la paix. Ce n'était pas ce qu'il voulait parce que lui ne lui avait pas menti quand il lui avait assuré qu'il ne voulait pas se détourner d'elle et que malgré tout ça, ça n'avait pas du complètement changer. Mais il le ferait si c'était inévitable.

_________________
I watch you on
the red horizon.
we live through scars this time, but I've made up my mind. we can't leave us behind, anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 354
AVATAR : eiza gonzalez
ÂGE : 29


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 32 397£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: nocturnal waltz (mardi, 00h02)   Mer 29 Aoû - 1:17

Livia, elle est super partagée face à cette journée anniversaire. Elle a l’air assez décontractée comme ça, mais c’est une vraie anxieuse. Elle ne peut pas s’empêcher d’avoir cette image qui vient squatter son esprit où elle se retrouve toute seule comme une conne devant un gâteau. Livia, elle voulait un peu garder cet évènement pour elle, parce qu’elle est stressée à l’idée de se rendre compte que tout le monde s’en fout. Elle est là à se demander si la production aura organisé quelque chose, à se questionner sur le nombre de messages qu’elle va recevoir sur le réseau social. Elle a peur de ne pas en recevoir suffisamment à son goût et de se sentir par conséquent mal-aimée et inutile. « Non, non, tu as bien fait. » elle rassure Llewyn en posant une main sur son bras quand il commence à douter sur si elle voulait ou non fêter son anniversaire. Elle est particulièrement touchée par le mal qu’il s’est donné. Ce n’était pas simple pour l’italienne de se retrouver sans ses proches pour cette date. Ca lui fait plaisir de découvrir ce qu’il a organisé, alors qu’elle craignait de faire face aux sentiments des autres candidats à son égard. La conversation dévie peu à peu. Elle l’écoute, un peu gênée par la tournure de cette discussion. Livia, elle cherche à sonder Llewyn à propos de son award de la candidate la plus manipulatrice de la saison. Elle non plus, elle n’a pas été surprise de se retrouver avec ce prix. Elle s’en était même confiée auprès de Chaim peu avant le prime, persuadée qu’elle écoperait du titre. Il y a peut-être une raison. Un truc qui fait que si elle s’en doutait, tout comme Llewyn qui s’y attendait également et que les téléspectateurs ont voté en majorité pour elle, ce n’est pas anodin. Elle se sent légèrement piquée quand elle entend micio lui dire que certains de leurs camarades l’ont déjà mis en garde à son sujet. « Il y en a qui ont fait ça… » elle ne peut pas s’empêcher de laisser échapper d’un air interdit. Elle n’était pas au courant et elle le prend un peu mal, même s’ils ont peut-être eu raison d’émettre des réserves. Ça ne lui plait pas du tout qu’on ait pu parler ainsi d’elle, même si elle n’est pas au courant des modalités qui ont amenées de telles conversation. Elle assimile l’information avant d’admettre à son tour qu’elle est peut-être bien aussi manipulatrice que tout le monde le dit. Livia, elle est parfaitement consciente de certains de ses travers et celui-ci en fait parti. Elle observe Llewyn en cherchant à savoir ce qu’il pense de cette mini révélation. Il ne dit rien. Il reste muet, alors elle, elle poursuit pour combler le silence pesant qui vient de tomber dans la conversation. Elle parle d’eux, de leur avenir, de son mariage, de son Javier. Toutes ces choses qu’ils se sont bien passés d’évoquer ensemble depuis leur rencontre alors qu’ils auraient dû le faire. Elle est très fautive dans cette absence de communication, mais elle croit aussi qu’il y a trouvé son compte, qu’il se complaisait pendant tout ce temps dans une certaine ignorance alors que ça semblait évident qu’il y avait des obstacles monstrueux qui se dressaient entre eux pour envisager une éventuelle relation. Livia, ça lui demande beaucoup d’efforts pour admettre tout ça. Il ne s’en rend pas compte et ça peut sembler totalement hypocrite compte tenu qu’elle est celle qui cherche à mettre un terme à leur rapprochement. Personne ne pourra jamais vraiment capter ce que ça lui coûte. Là, elle est entrain de faire une croix sur la personne qui lui faisait le plus de bien sur tout le bateau. Il n’y a pas non plus que lui. Elle n’est pas conne Livia, elle a bien compris que la récente augmentation de ses liens dans l’émission étaient en grande partie due à Llewyn. Ariadne, elle n’aurait peut-être jamais mis ses à priori de côté concernant l’italienne s’il n’y avait pas eu micio pour se montrer élogieux à son sujet. Et maintenant qu’elle le fait souffrir, est-ce que Poppy et Chaim voudront encore lui parler de leurs vies sentimentales autour d’un verre ? Même avec Silvan, elle avait l’impression que ça commençait un peu à s’arranger malgré leur absence d’affinités jusque-là. Samedi, si ces images sont diffusées, tout le monde va de nouveau la détester. C’est comme dans une rupture. Il va falloir choisir de quel côté on décide de se ranger et ça semble assez évident de qui entre Livia et Llewyn mérite la compassion de leurs petits camarades. A la rigueur, il y a peut-être juste Eben qui pourrait vouloir rester dans sa team. Pas nécessairement par pure compréhension de ce qu’elle a pu faire, mais juste parce qu’il sera trop ravi d’avoir refilé son titre d’ennemi public n°1 à quelqu’un d’autre que lui. « Non, ce n’était pas comme ça. » elle cherche à se défendre quand il déclare qu’elle l’a utilisé. « Ou… Pas totalement. » elle reprend un peu confuse alors qu’il met des mots sur son mode de fonctionnement. Livia, elle a besoin des autres pour exister et pour se sentir bien, en particulier lors de ses grands instants d’angoisse et de détresse tels que celui auquel le candidat a pu assister. Livia, c’est une experte quand il s’agit de tirer profit. De Llewyn, de ses compliments, de ses regards admiratifs et de l’affection offerte sans pour autant parvenir à la rendre. Relation quasi-unilatérale depuis le début. Elle a beaucoup pris en ce qui le concerne pour se montrer peu présente, ne pas donner autant que lui en retour. Il y a juste eu cette nuit où elle a voulu lui faire plaisir et le rassurer alors qu’il n’avait pas l’air d’aller très bien. Livia, elle a besoin de se sentir aimée, sensible, dépassée par l’univers tout entier qui la distance, le monde dans lequel elle ne parvient plus à cadrer, alors elle fond entièrement dans un lien étrange comme celui qu’elle partage avec le garçon malgré que ce soit perdu d’avance et juste une relation de passage. Elle se sent très honteuse et mal à l’aise face aux réactions de Llewyn, d’autant plus quand il lui annonce qu’il a développé des sentiments à son égard. Elle se sent tout de même flattée. Il a sûrement raison quand il dit que c’est ce qu’elle a essayé de susciter chez-lui, mais maintenant qu’elle se retrouve avec ce trop-plein d’émotion sur les bras, elle a juste envie de tout laisser tomber et de se barrer. Livia, c’était sûr qu’elle allait finir par se lasser, comme elle se lasse de tout. On peut se demander pourquoi tout ça. Pourquoi ce manège qui a duré cinq longues semaines, mais ce serait compliqué à expliquer. Il y a des trucs dont elle ne peut pas vraiment lui parler à l’heure actuelle. Il est à deux doigt de se mettre à pleurer et ça la touche vraiment. Elle voudrait bien lui demander de ne pas le faire, mais elle est reste silencieuse en se mordant l’intérieur des joues pour contenir ses propres sentiments. Llewyn, aussi il est fragile. Elle s’en veut de lui faire subir tout ça, mais c’est un passage obligé pour eux. Un peu en retard dans les faits, mais aussi en avance alors qu’elle aurait pu ne pas assumer ses responsabilités et se laisser éliminer sans un regard en arrière. « Donc, tu ne veux pas qu’on soit amis ? » elle demande, complètement à côté de la plaque, l’air de ne rien piger à l’affaire. Elle était sérieuse quand elle a dit qu’elle voulait revoir Llewyn. Livia, elle ne sait pas du tout comment gérer ce qui est entrain de se passer, alors elle balance cette question un peu au hasard. Il lui fait comprendre qu’il regrette leur rapprochement à présent et quand en contre partie elle l’informe ne pas savoir ce qu’il attend d’elle, il finit par demander une chance. « J’aime mon mari. » elle se sent obligée de préciser. Livia, elle n’est pas mariée pour la forme, par crainte de divorcer et de se retrouver seule. Elle ne s’accroche pas à cette relation alors qu’il n’y a plus rien dans son couple. Javier, il compte énormément pour elle. Elle a de l’affection à revendre, mais son cœur et son futur, ils sont entièrement destinés à son époux. Livia, elle lui appartient totalement. Elle est loyale et fidèle à sa façon. Elle aura beau séduire ou toucher d’autres hommes, ça ne changera jamais rien à ce qu’elle ressent pour lui. Elle est troublée par le compliment qu’il lui fait. Llewyn, il la trouve différente. C’est clair qu’en matière de gonzesse, l’italienne est assez hors-norme. Il ne peut même pas encore mesurer à quel point. Ils ne se passent rien pendant un instant, avant qu’il ne revienne à ses côtés. Il s’agenouille face à elle et Livia sait ce qu’il va suivre. Elle le laisse l’embrasser sans le repousser, avant de planter son regard dans le sien une fois que c’est terminé. Un silence s’installe avant qu’elle ne daigne reprendre la parole. « Bien sûr que je ressens quelque chose. » Elle n’est pas non plus complètement insensible, comme fille. « Mais ce n’est pas forcément la même chose que toi. » Elle ne sait pas trop ce que c’est. Elle n’arrive pas à le déterminer et ça l’emmerde. Livia, elle se sent surtout très touchée par l’affection et les gestes de Llewyn, alors elle a un peu envie d’y répondre positivement. Ce baiser, il a un goût particulier, parce que dans sa tête, c’est déjà le dernier. Elle ne veut plus de tout ça, parce que ça lui semble être une très mauvaise idée de poursuivre sur cette voie après tout ce qu’ils viennent de se dire. « J’ai l’impression que tu essayes de me manipuler. » elle annonce soudainement en sentant une toute nouvelle émotion se répandre dans ses veines. Un mécanisme de défense. Livia, elle est en colère. Elle en a vraiment mare de tout ça, parce que micio, il ne s’en rend peut-être pas compte, mais c’est très difficile pour elle de lui demander de la laisser tranquille pour leurs propres biens à tous les deux. Il ne veut pas l’accepter, c’est légitime, mais surtout compliqué. « Je ne veux plus qu’on profite de cet aspect de ma personnalité. » Livia, elle consomme une énergie incroyable dans sa vie à chercher à se faire apprécier. Et parfois, avec cet objectif bien ancré dans son esprit, elle fait n’importe quoi, des trucs qu’elle n’a pas toujours envie de faire. Llewyn, il paye un peu pour tous les hommes qui sont passés dans sa vie avant son mari. Il ne le mérite pas, mais il subit aussi la labilité émotionnelle de l’italienne qui a toujours été sujette à des changements d’humeurs incommodant pour son entourage. « Je t’ai dit ce qu’il en était. Pourquoi est-ce que tu cherches à t’accrocher comme ça ? Pourquoi tu t’imposes une telle relation ? » elle demande en cherchant son regard. C’est bizarre quand même. Elle n’a rien de bien à lui offrir. Il l’a baisée, pourquoi ça ne suffit pas ? Pourquoi il a l’air de vouloir poursuivre alors qu’elle est mariée ? Elle aimerait bien le faire fuir. C’est pour ça aussi qu’elle est un peu méchante. Elle se punit de cette façon complètement tordue, consciente de ce qu’il risque de lui tomber dessus par la suite. « C’est trop de pression. » Depuis quelques jours, elle ressent un véritable poids face à l’ensemble de leurs camarades et des chroniqueurs qui ont l’air de déjà les voir en couple. Elle a besoin de souffler, Livia. « Tu m’idéalises complètement. Je ne suis pas celle que tu crois. Et je n’ai pas envie de l’être. » elle conclue enfin. Elle a de l’affection pour Llewyn, elle ressent des trucs quand il l’embrasse, mais voilà, ce serait peut-être mieux pour tout le monde que ça s’arrête-là.

_________________

And from your lips she drew the Hallelujah
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 629
AVATAR : james bay.
ÂGE : 27
LOCALISATION : londres, uk.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 568£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: nocturnal waltz (mardi, 00h02)   Jeu 30 Aoû - 3:48

La dernière chose que souhaitait Llewyn en organisant cette soirée, c'était embarrasser Livia si celle-ci ne tenait pas à fêter son anniversaire, alors il était rassuré de l'entendre lui dire qu'il n'avait pas commis de maladresse en l'invitant à passer ce moment avec lui. Il n'avait pas vu aussi grand qu'il l'aurait voulu mais il s'était donné du mal pour que certains détails soient au rendez-vous, et ça le touchait sincèrement que ses intentions aient l'air de lui faire plaisir. La suite fut toutefois un peu moins réjouissante lorsque Livia fit allusion à son award de la plus manipulatrice et qu'il se retrouva à devoir lui avouer que, dans un sens, il n'avait pas été très surpris qu'elle l'ait gagné. Ça n'avait rien à voir avec ce que lui pensait d'elle, mais à ce que plusieurs candidats avaient insinué à son sujet et au fil des semaines. Des doutes qui ne l'avaient pas laissé indifférent à partir du moment où il avait commencé à vraiment se rapprocher de Livia et qui quelques fois lui étaient malgré lui revenu en tête face à certaines choses qu'il avait eu un peu de mal à comprendre. « Oui, mais quelques fois seulement. » Il souffla, pour la rassurer et pour qu'elle n'imagine pas la moitié des candidats s’atteler à la critiquer sans relâche auprès de lui alors que ça n'avait été que quelques discussions qui se prêtaient à ce moment-là à ce genre de mises en garde. Il ne voudrait pas qu'elle se pense encore plus mal aimée à cause de ce qu'il venait de lui avouer, il avait simplement voulu être honnête et justifier le fait que cet award n'ait pas vraiment été une surprise pour lui. « J'ai essayé de plaider ta cause à chaque fois. » Llewyn reprit dans un léger sourire, pour qu'elle sache qu'il avait toujours voulu lui accorder le bénéfice du doute et qu'il avait toujours fait en sorte que ces mises en garde ne planent pas au-dessous de leurs échanges. C'était important pour lui qu'elle le sache, parce qu'il savait tout ce qui se disait sur son compte et que quand les candidats ne sous-entendaient pas certaines choses, les chroniqueurs aimaient bien prendre le relais. Seulement les confessions de Livia commencèrent à dessiner une réalité particulièrement troublante pour Llewyn qui peinait à comprendre pourquoi elle se rangeait tout à coup du coté de ceux qui lui prêtaient des talents de manipulatrice. Il savait bien comment elle était avec la plupart des candidats, que tout n'était pas toujours très clair dans sa façon d'agir et il y a plus d'une fois où il s'était posé quelques questions, mais ça l'envahissait d'une tristesse immense de l'entendre avouer à demi-mot qu'il lui avait essentiellement servi à trouver un peu d'affection et à ne pas se retrouver toute seule, alors qu'il avait toujours eu à cœur de la faire se sentir spéciale et que pour lui, elle l'était vraiment depuis le départ. Elle évoquait leur relation, son mariage et le reste, et c'était comme si elle lui présentait la facture de ses honoraires après avoir gracieusement profité de lui et de la tendresse qu'il lui avait toujours si sincèrement témoigné. Il se sentait utilisé, il avait l'impression qu'elle avait oublié tout ce qu'il y avait eu et pas uniquement la nuit qu'ils avaient passé ensemble, et ça le remplissait d'une telle peine que pour la première fois de son aventure il avait le plus grand mal à réprimer ce qu'il éprouvait. « Ça change tout. » Il souffla distraitement et dans un rire dénué de joie lorsqu'elle prétendit qu'elle ne l'avait pas totalement utilisé, sans trop savoir ce que ça pouvait vouloir dire ni s'il était disposé à la croire. Il se repassait le fil de leurs échanges et il n'arrivait pas à comprendre, tout se passait tellement bien avant cette soirée qui aurait du être un autre beau moment de complicité. Il avait l'impression de devenir fou, d'avoir rêvé l'intérêt qu'elle lui avait porté et cette ambiguïté qui s'était presque immédiatement installée entre eux. Il avait aimé tous ces moments où ils s'étaient progressivement rapprochés, ça lui avait vraiment changé les idées à l'époque où il pensait beaucoup à son secret et à ce qui pesait sur son cœur, et il avait probablement été plus heureux à ses cotés qu'il ne l'avait été à aucun autre moment durant les mois qui venaient de s'écouler et qui avaient été très éprouvants. Il y avait eu tous ces moments où il s'était senti proche d'elle sur tout un tas de plans et il y avait longtemps qu'il n'avait plus ressenti ça avec quelqu'un. Son mariage, ils n'en avaient jamais parlé ensemble et il avait toujours eu le sentiment que Livia aurait préféré qu'il reste dans l'ignorance à ce sujet comme c'avait été le cas au début de leur aventure, alors il la trouvait particulièrement malhonnête aujourd'hui de s'en servir pour lui faire du mal et lui rappeler quels obstacles se dressaient sur sa route. Elle ne s'était jamais comportée comme une femme mariée à son contact et il ne le lui avait jamais reproché contrairement à ce que certains autres candidats avaient peut être fait, mais aujourd'hui il trouvait tout ça ironique. Elle l'avait laissé l'embrasser, la caresser et lui faire l'amour sans qu'aucun de ses scrupules ne l'en ait dissuadée, et maintenant ça lui semblait insupportable qu'il puisse espérer quoi que ce soit de leur relation parce qu'elle était mariée. Mais Llewyn, c'était juste un rêveur romantique qui espérait pouvoir combler la femme pour qui il avait développé des sentiments, il n'avait jamais pensé qu'il pourrait détruire tout un mariage de sa simple présence, ce qu'il voulait c'était une chance de lui prouver que pour lui tout ça avait vraiment été sincère et le lui témoigner au delà des frontières du jeu, peu importe comment. Sa question résonna à ses oreilles dans un bourdonnement qui le laissa incapable de répondre l'espace de plusieurs secondes, tandis que ses yeux étaient bordés de larmes et évitaient à présent de croiser les siens. « Je n'en sais rien. » Il souffla, incrédule face à la distance qu'elle semblait prendre avec toute cette situation, comme si ça n'était déjà plus son problème et que sa seule préoccupation résidait dans le fait de savoir si oui ou non ils pourraient se revoir à l'extérieur. C'était une question qu'il s'était déjà posée jusqu'ici mais à cet instant c'était bien le cadet de ses soucis, parce qu'il ne voyait pas vraiment comment penser à l'après quand il n'était déjà même pas certain que ce qu'ils avaient partagé ici ait été vrai. Il trouvait vraiment maladroit – si ce n'est cruel – de sa part de lui parler d'amitié quand il venait précisément d'évoquer ses sentiments à son égard et alors qu'ils n'avaient jamais vraiment partagé ce qu'on pouvait appeler une relation purement amicale, et ça non plus ça ne lui donnait pas vraiment envie de lui donner de réponse précise parce qu'il paraissait évident que ce n'était pas ce qu'il voulait et qu'il faudrait qu'elle soit complètement étrangère à ce qui se passait sur ce pont pour ne pas l'avoir compris. Et tout ça le troublait profondément parce que Llewyn, il était tout au fond de lui persuadé que s'il n'avait pas évoqué ce sujet périlleux quelques instants plus tôt, elle aurait continué à se rapprocher de lui comme lorsqu'elle avait consciemment déposé un baiser au coin de ses lèvres. Ça le troublait parce qu'elle semblait vouloir mettre un terme à leur rapprochement alors qu'elle était loin de s'en plaindre quelques jours plus tôt. Ce n'est pourtant pas pour le lui rappeler qu'il s'était approché et accroupi face à elle, puis qu'il lui avait offert un baiser et souhaité savoir ce qu'elle ressentait aujourd'hui au contact de ses lèvres, parce que tout ce qu'il voulait c'était avoir la certitude que tout ça ne représentait rien pour elle s'il décidait de prendre ses distances comme il commençait à y songer. Il ne voulait pas la piéger mais peut être qu'une partie de lui espérait que ça raviverait quelque chose. Livia resta évasive et il quitta un instant son regard. « L'autre soir tu as laissé entendre que je te plaisais... » Elle l'avait sous-entendu quand elle l'avait complimenté sur sa coiffure et il avait le sentiment qu'elle avait aussi voulu le lui prouver quand il avait traversé un épisode d'incertitude. Et Llewyn, il se demandait si c'était toujours le cas et si cette attirance que lui ressentait malgré tout, elle l'éprouvait encore elle aussi. Il cherchait juste à comprendre parce que s'il avait voulu parler avec Livia, c'était pour éclaircir certaines choses et pas pour s'éloigner d'elle, bien au contraire. Il le pensait quand il lui avait dit qu'il n'avait aucune envie de se détourner d'elle. Mais elle reprit la parole et il resta interdit, décidément incapable de la suivre alors qu'ils avaient été sur la même longueur d'ondes pendant plusieurs semaines. Elle semblait tout à coup contrariée alors que c'était plutôt lui qui aurait des raisons de l'être si l'on considérait tout ce qu'il avait reçu en pleine face sans jamais lui faire de vrai reproche. Mais à cet instant, il était rattrapé par la colère qu'il contenait depuis plusieurs minutes devant l'évidence qu'elle se fichait bien de l'état dans lequel elle l'avait mis et de la détresse dans laquelle il se trouvait. « La manipulation est ton domaine, pas le mien. » Il siffla en serrant les dents, profondément déçu par ce qu'elle insinuait alors que s'il y avait bien quelqu'un ici qui n'agirait jamais contre ses intérêts et n'avait jamais cherché à profiter d'elle ou à exploiter ses failles, c'était lui. « Je n'arrive pas à croire que tu puisses dire une telle chose... » Elle semblait avoir oublié l'énergie qu'il avait déployé à essayer de la rassurer quand elle n'allait pas bien, alors que ce même soir elle l'avait abandonné à son sort en plein prime sans même se retourner. Elle semblait avoir oublié que ce soir, si elle était ici et vêtue de cette jolie robe, c'est parce qu'il l'avait invité à venir fêter son anniversaire avec lui et s'était donné un peu de mal pour que cette soirée soit spéciale. « Tu es profondément ingrate. » Il souffla difficilement, les yeux de nouveau bordés d'émotion parce que ça lui faisait vraiment mal de l'entendre faire preuve d'autant de froideur vis à vis de lui alors qu'elle était si douce et chaleureuse quand il l'avait rejointe sur le pont et qu'elle ne lui avait jusqu'ici jamais fait voir cette facette de sa personnalité. Dans un autre contexte, il aurait sûrement été heureux de la découvrir plus en détails, mais ici ça lui était très difficile de faire les frais de sa brusque méchanceté pendant qu'elle semblait tout entreprendre pour qu'il n'ait plus qu'une seule envie, s'en aller et la planter là. « Parce que moi j'ai toujours été sincère. » Il croisa son regard au moment où elle lui demanda pourquoi il s'accrochait à cette relation après tout ce qu'elle lui avait dit. « Et parce que je suis bien quand je suis avec toi. » Tout du moins jusqu'à ce soir, il avait toujours été épanoui à son contact et ne se souvenait pas d'un seul moment qu'il voudrait réécrire ou effacer. Bien sûr elle lui plaisait, bien sûr il y était profondément attaché et avait développé des sentiments profondément sincères, mais il n'y avait pas que ça. Et si aujourd'hui il était déçu, peiné et contrarié par son attitude qu'il n'arrivait définitivement pas à comprendre, il était incapable de tirer un trait aussi facilement sur tout ça parce qu'il voulait rester avec elle, que c'était son souhait le plus cher et qu'il ne pouvait pas faire comme si ça lui était égal d'agir brusquement comme si elle n'existait plus. Il voulait se battre pour cette relation parce qu'elle comptait pour lui et qu'elle représentait plus que quelques semaines de distraction, et pour ça il lui en voulait énormément de montrer un tel détachement. « J'ai l'impression de payer pour ce que les autres disent de nous... » Llewyn se releva et lui tourna à nouveau le dos, profondément peiné qu'elle semble accorder plus d'importance à la façon dont on parlait de leur relation qu'à ce qui les liait depuis plusieurs semaines. Il avait bien conscience que toute cette attention finissait par être pesante et il le ressentait lui aussi, pour autant il ne l'en tenait pas pour responsable et ne la rejetait pas pour tenter de se sentir un peu plus léger. Lui ne lui avait jamais mis la moindre pression, il avait gardé pour lui énormément de choses pour que leurs échanges soient les plus légers et agréables possible, alors oui il trouvait ça profondément injuste. « Tu as peut être raison. » Peut être qu'elle n'était pas celle qu'il imaginait, en tous les cas elle dépensait beaucoup d'énergie pour que ce soit ce qu'il pense et il devait bien admettre qu'il était troublé par cette Livia très différente qui se dessinait face à lui. Il était complètement perdu et bien incapable de dire ce qu'il ressentait à cet instant à son égard, une partie de lui désirant une chose et une autre son contraire, c'était comme s'il était attiré et rebuté par la même femme au même moment, sans savoir quel sentiment prenait le pas sur l'autre. Il était en colère mais aussi très triste, et incapable de se résigner complètement. « Mais je crois que même à cet instant je ne voudrais pas que tu sois différente. » C'était difficile à expliquer, mais il n'arrivait pas à lui en vouloir complètement, il y avait toujours quelque chose de profondément attachant et attirant chez elle et il ne pouvait pas faire comme si Livia n'était pas sa plus belle rencontre ici et la personne qui comptait le plus à ses yeux. Elle le décevait et certains moments il regrettait tout ce qu'ils avaient partagé, mais quelqu'un qui pouvait se détourner si facilement des autres était quelqu'un qui n'était pas sincèrement attaché au départ. « Je t'ai écrit des chansons... » Il souffla après qu'un court silence se soit installé entre eux, brusquement rattrapé par la réalité de cette soirée qui au départ était censée lui offrir l'occasion de lui chanter ce qu'il avait composé pour elle, parce que ça aurait été comme un cadeau symbolique et parce qu'il avait jusqu'ici entouré ses compositions d'un certain mystère, sans plus les évoquer auprès d'elle pour qu'elle soit d'autant plus ravie le jour où il les lui jouerait. « Je les ai traduites en italien parce que je me suis dit que ça aurait encore plus de sens à tes yeux. » Il n'entrerait pas dans les détails comme il l'aurait peut être fait si la situation avait été différente, mais il avait passé énormément de temps ces derniers jours à les traduire dans l'espoir que ça lui ferait plaisir, même s'il n'avait jamais envisagé de les lui chanter autrement qu'en anglais, de peur de s'attirer son courroux s'il écorchait sa langue maternelle. « Mais je ne sais pas si ça a encore une grande importance pour toi. » C'est pour ça qu'il ferait probablement mieux de repartir de là où il venait avec sa guitare et ses textes sous le bras, parce que si elle ne voulait plus de son affection et si elle voulait agir comme si rien de tout ça ne comptait plus à ses yeux, il en allait probablement de même pour ses chansons.

_________________
I watch you on
the red horizon.
we live through scars this time, but I've made up my mind. we can't leave us behind, anymore.
Revenir en haut Aller en bas
 

nocturnal waltz (mardi, 00h02)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» BIG BANG THEORY - mardi 26 juin, 16h25
» Les Etats que nous devons gagner Mardi, Pour que Obama aille jusqu'au bout
» Faites entrer l'accusé
» La maj du mardi 19 avril 2011 :D
» Communiqué de presse de Martely qui accuse le CEP de croupion ''wouchhhh''
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: SALLE À MANGER EXTÉRIEURE-
Sauter vers: