the cure - mer, 23:00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: the cure - mer, 23:00   Lun 3 Sep - 0:06

@chaim

Cette aventure m'avait permis de découvrir une nouvelle partie de moi que je jugeais insoupçonnée jusqu'ici. Si il y avait bien un point dont j'étais d'accord, c'était les paroles de Livia lors de la rubrique de Soren. Cette aventure m'avait fait énormément de bien. Elle m'avait permis de me libérer, de voir que j'étais capable de regagner une société qui m'avait pourtant rejeté dès ma naissance. La vie, ça n'était pas simple, mais preuve que l'on pouvait réussir si l'on y croyait réellement. Je me sentais épanoui ici, et si je savais qu'il y avait de grandes chances pour que je sois mis en danger cette semaine, voire que mon aventure s'écourte définitivement, j'étais quand même reconnaissant envers la production de m'avoir laissé une chance. Jamais ô grand jamais je n'aurais imaginé vivre tout ce que j'avais pu vivre ici. C'était un rêve devenu réalité presque, le Hunter que j'avais imaginé parfois, qui prenait finalement vie dans un cadre que je n'aurais pas pu deviner à l'avance. Si on m'avait il y a un an dit que je participerais à cette émission, je n'y aurais pas cru. Tout simplement parce que je n'avais pas le profil type d'un candidat qui pouvait être ici, derrière l'écran. Cette aventure, elle m'avait permis de faire d'extraordinaires rencontres, et de me lier à des gens que je n'aurais jamais fréquenté à l'extérieure. Comme Chaim. Nous étions là, sous un plaid, mais également sous des millions d'étoiles, à regarder le temps défilé. Ma tête calé sur l'un des coussins que nous avions rassemblé, je murmurais un petit « Bruuuh, il fait frais quand même. » en remontant le plaid jusqu'à mon nez. Mais c'était agréable malgré tout. Je repensais à un peu tout, et notamment lui, sa vie, ses conquêtes. « Dis... tu saurais le nombre exact de personnes que t'as fréquenté ? » je sais pas, avec son ancienne activité, je me disais qu'il avait peut être du mal à se rappeler de tout le monde, moi j'en aurais en tout cas. « Et euh... t'as déjà été amoureux ? » c'était une question que je n'arrêtais pas de me demander. Peut-être avait-il déjà eu ce genre de sentiments par le passé. Il avait l'air d'avoir croisé pas mal de gens, alors ça n'était pas improbable.

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: the cure - mer, 23:00   Lun 3 Sep - 14:12

La nuit est tombée il y a un moment maintenant, mais plus rien n’a vraiment d’importance à cet instant précis. Je me sens tellement bien, là, allongé, sous ce plaid. Il fait peut-être un petit peu chaud là-dessous, mais c’est parce que je suis toujours bouillant, à croire que je me transforme à la pleine lune en loup-garou ou quelque chose de ce genre. Je n’échangerais ma place pour rien au monde, près de cet homme qui me fait découvrir quotidiennement de nouvelles sensations. J’apprends à vitesse grand V à son contact, il m’aide à m’enrichir, à m’élever. Il est silencieux, observe les étoiles, happé par le spectacle, comme un gosse. Je ne parviens pas à en faire de même, mes yeux sont attirés par son visage, comme un aimant. Je l’étudie et parvient encore à être chamboulé par sa beauté naturel, par son innocence. Il a quelque chose d’unique, je persiste et signe. Un sourire niais ne cesse d’aller et venir, d’étirer mes lèvres à l’infini, loin de toutes ces pensées qui me ramènent à la compétition et à la fin de plus en plus proche de l’aventure. C’est dingue, quand on y pense, six semaines passées sur un immense bateau avec des inconnus qui, en bout de course, seront probablement plus proches de moi que l’ensemble des personnes avec qui je me suis plus ou moins lié ces dernières années. L’enfermement, la vie en communauté… Ce sont des éléments que l’on sous-estime, moi le premier, je me souviens très bien de ce que j’affirmais quelques mois plus tôt en tombant sur ce type d’émissions où tout le monde s’amourache en dix secondes top chrono. J’ai bonne mine à présent, moi, le séducteur, le mec qui a le moins confiance en tout ce qui s’apparente à un sentiment humain et qui, au final, est tombé comme un débutant. J’apprécie cette chute, elle n’est pas douloureuse, au contraire, elle est salvatrice. Hunter frissonne et se plaint de la fraicheur. « Viens par-là, je vais te réchauffer ! » Je passe mon bras autour de sa nuque et réduit la distance entre nous deux. Il se cale contre moi, sa tête sur ma poitrine. Mes doigts se perdent dans ses cheveux, ils vont et viennent tendrement, lentement. J’adore faire des papouilles, c’est un truc que j’ai toujours aimé faire. Sa question, loin de me mettre mal à l’aise, me met dans une position délicate. Difficile d’y répondre correctement, des tas de variables sont à considérer. « Qu’entends-tu par fréquenter ? De moi-même ou… Ou travail inclus ? » J’ai toujours du mal à utiliser le terme travail, je suis conscient qu’on me lancera toujours la pierre en me remettant à ma place sur tout ceci, sur l’aspect non-professionnel d’une telle activité. « Et toi… Tu as connu beaucoup de monde avant tout ceci ? Avant… Moi ? » Je n’ose pas dire nous, nous n’avons pas vraiment mis de mots sur ce que nous étions, la découverte prime sur le reste. « Amoureux hein ? » Je répète nerveusement en me raclant la gorge. Ce n’est pas quelque chose que je connais, pas quelque chose que je maitrise. L’amour c’est d’un compliqué. « Jamais… J’ai toujours eu beaucoup de mal à baisser ma garde, à m’attacher aux autres… Personne ne m’a appris à ressentir ce genre de choses… Personne ne l’a jamais ressenti pour moi non plus. » Pas même mes parents, personne ne m’a jamais apporté l’affection nécessaire au bon développement humain, celle qui te permet d’avoir un modèle plus ou moins fumeux sur lequel te baser pour t’investir dans d’autres relations amicales, romantiques et familiales. « Comment sait-on lorsqu’on est amoureux ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: the cure - mer, 23:00   Lun 3 Sep - 22:46

Il a des moments suspendus dans le temps qui nous faisait échapper de toute réalité. Comme celui-ci. Je pensais à tout et à rien à la fois, mais surtout à ce qui m'attendait à l'extérieur. Avec le temps jouant en notre défaveur, comme il le faisait depuis toujours, je me disais qu'il fallait de plus en plus que je réfléchisse à l'après jeu, que j'envisage que tout ce que j'avais construit ici n'était qu'un simple passage dans ma vie et que bon nombre de mes relations viendraient forcément à disparaitre une fois l'extérieur rejoint. En même temps, c'était toujours comme ça, tout le monde partait. Et lorsque je disais tout le monde, c'était sans exception. Personne n'était jamais resté à mes côtés, alors forcément, je m'étais habitué à vivre seul. Enfin, plus ou moins. Mais là, contre Chaim, j'étais loin de me sentir seul, non, je me sentais bien, apaisé. Et forcément je m'imaginais que ce sentiment pourrait se perpétuer par la suite, que je n'aurais pas à le sacrifier pour une solitude constante et habituelle. Pour autant, je n'avais aucune garantie de ce que j'allais retrouver à l'extérieur. Le garçon se décidait à me réchauffer, passant son bras derrière mon cou alors que je ma rapprochais de son torse « Comment c'est possible que tu sois aussi chaud ? » bon sorti de son contexte, c'était un peu étrange, mais sur le moment, naïf que j'étais, j'avais pas trop fait gaffe. Et puis c'était vrai après tout, il était bouillant. Le genre de présence qu'il était agréable d'avoir sa côtés la nuit, en hiver, mais qui devait être difficile à supporter en été. Déjà que je n'arrivais pas à dormir sans drap moi, et que je suffoquais sous ma couette d'habitude, alors avec un radiateur en plus. Je m'intéressais ensuite à ses relations, et Chaim ne tardait pas à me demander de préciser mes pensées. « Hm... tout. Le nombre de personnes avec qui t'as couché ? Enfin, je sais pas... » il devait avoir beaucoup plus d'expérience là dessus, sur tous les niveaux mêmes. Moi, c'était assez ridicule à côté. « Seulement deux personnes... » j'ai jamais été un grand tombeur, et ça remontait à bien un moment maintenant. « Mais ça n'a jamais trop duré. » parce que j'étais compliqué comme garçon, j'avais des tocs et un rythme de vie assez particulier. Je n'étais pas certain que Chaim en avait particulièrement conscience. Peut-être était-il encore dans la phase où mes défauts étaient sublimés d'une manière des plus étranges. Mais bien vite, il finirait par voir que je n'étais en aucun cas parfait, oh non, j'étais même bien loin de l'être. Le brun m'expliquait ensuite qu'il n'avait jamais amoureux, tout comme personne ne l'avait été envers lui non plus, et je remontais légèrement mes yeux, me redressant pour observer son visage alors qu'il me demandait comment pouvait on savoir si l'on était amoureux ou non. « Je ne sais pas... je suppose que tu ne dois pas pouvoir te passer de la personne, que tu as envie de respirer le même air qu'elle tout le temps... Et q-qu'elle habite la moindre de tes pensées. » oui quelque chose comme ça « C'est la première personne à qui tu penses lorsque quelque chose t'arrive, et que t'as envie de le partager. » ça me semblait être une plutôt bonne description non ?

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: the cure - mer, 23:00   Lun 3 Sep - 23:57

Beaucoup de choses seront amenées à changer à l’extérieur. Certaines situations seront bouleversées à coup sûr, il me faudra notamment prendre d’importantes décisions qui auront un impact considérable sur mon futur. Il est évident que mes activités annexes devront prendre fin d’une manière ou d’une autre. Pas parce qu’il est inconcevable pour moi d’envisager y revenir à un moment ou un autre, plutôt parce que j’ai accepté d’exposer ce pan de ma vie au reste du monde et que la plupart de mes clients risquent d’avoir du mal à me faire confiance si je suis grillé par les partenaires que je suis chargé de tester. De plus, cette partie bien précise de ma vie ne correspond plus tellement à ce que j’ai envie de construire, parce qu’elle se trouve ici, la grande nouveauté ; j’ai envie de me pencher sur la construction d’un quotidien, à la recherche de stabilité et de paix. Sans cela, difficile d’imaginer convaincre Hunter de me faire confiance, d’être là pour tenter de soulever une première brique, puis une deuxième… Pour faire l’effort de les additionner les unes aux autres pour concevoir un premier mur, puis un second… Puis finalement arriver à la construction de ce qui pourrait être un foyer. Je suis déjà loin, je pars trop loin et je déteste cela. Nous n’en sommes pas encore là, j’ignore comment nous parviendrons à gérer la distance, l’extérieur, les autres, la notoriété, le quotidien, cette version de nos propres personnalités intégrées à un paysage classique et on ne peut plus banal. Il y a tellement de petits détails qui vont venir exploser notre petit nuage paisible qu’il me parait encore difficile de se projeter au-delà de l’aventure. Je ne veux pas y penser pour le moment, c’est beaucoup trop… Flou. Pour l’heure, tout ce qui m’intéresse, c’est de pouvoir continuer à le contempler comme je le fais depuis tout à l’heure, à profiter des instants qui nous sont offerts. La température plus douce que d’ordinaire le fait frissonner et m’offre une opportunité parfaite pour me rapprocher de lui. Il a un parfum que j’adore, qui me donne envie de goûter à sa peau, de la couvrir de baisers enflammés. « C’est parce que je ne suis pas humain, c’était mon secret de secours ! » Je commente en lui adressant un clin d’œil taquin. Je ne saurais l’expliquer, mais j’ai la peau bouillante en permanence, et c’est comme ça depuis ma plus tendre enfance. J’ai toujours été la bouillotte de mes amis, la bouillotte de la bande. Hunter est curieux, il me questionne sur mes relations, sur mes fréquentations et je me sens nettement moins à l’aise. Je n’ai pourtant pas honte, personne ne devrait avoir honte de quoique ce soit… J’ai juste peur de le décevoir, de commettre une bourde qu’il ne me pardonnera pas. Ce serait le pire scénario pour moi. « Ce n’est pas très flatteur, mais je ne serais pas capable de te le dire… J’ai beaucoup travaillé à une époque, j’ai enchainé les contrats sans trop me questionner et… Et j’ai couché avec beaucoup des personnes que j’étais chargé de tester. » Je baisse la tête, pas forcément à l’aise avec cette part de ma personnalité, ce pan de ma vie que j’aimerais faire disparaitre pour ne pas avoir à me sentir indigne, indigne d’être à ses côtés. Hunter me confie avoir eu deux relations, ce qui semble très peu et à la fois suffisant. Pourquoi courir après les conquêtes quand tu peux opter pour la sincérité et prendre le temps nécessaire pour ne pas t’offrir à n’importe qui. « Pourquoi ça n’a jamais duré ? » Je suis curieux. Presque naturellement, ce sont mes lèvres qui viennent déposer un tendre baiser sur son front, là, près de ses cheveux que je continue de papouiller. L’amour, je ne sais pas ce que c’est. Je suis ridicule, incapable de mettre des mots là-dessus, d’associer tout ceci à des sensations, des sentiments. Hunter me met sur la voie et je réponds impulsivement, loin d’imaginer la force que pourraient avoir mes propos sur lui. « Je pense souvent à toi, tu sais… J’ai souvent envie de courir te rejoindre quand je découvre quelque chose, quand j’apprends un truc qui semble avoir de l’importance sur le moment… Est-ce que c’est signe que je m’attache à toi plus que… Plus qu’amicalement ? » Je me mordille la lèvre et ose poser la question qui me brûle les lèvres depuis un moment. « On est quoi… toi et moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: the cure - mer, 23:00   Mer 5 Sep - 23:43

J'apprends lentement. J'ai toujours été comme ça. Il faut dire que depuis que je suis tout petit, les échecs rythment ma vie, si bien que je n'ai jamais réellement eu le temps de prendre plaisir à quoi que ce soit, autre que la présence de mon frère. A l'époque où les garçons et les filles commençaient à se fréquenter, à échanger leurs premiers baisers, je passais ma vie à esquiver les contacts, et encore aujourd'hui, je n'étais pas bien à l'aise avec tout ça. Si je n'avais plus réellement de gêne à me retrouver contre quelqu'un que j'estimais, j'avais probablement encore du mal à faire la part des choses entre ce que je pensais ressentir, et ce que je ressentais réellement. C'était quelque chose sur lequel je travaillais constamment, et cette aventure m'avait ouvert les yeux sur pas mal de choses. Là contre Chaim, je pouvais sentir mon coeur ralentir, comme si j'étais apaisé, et pourtant je ne pouvais pas réellement expliquer ce que je ressentais. Parce que chez moi, tout était long au démarrage, qu'il s'agisse de ma manière d'apprendre, comme de ce que je pouvais ressentir. Ça n'était pourtant pas faute de faire des efforts. Lorsqu'il me disait qu'il n'était secrètement pas humain, une moue amusait s'esquissait sur mon visage alors que je donnais un petit coup de poing sur ses abdos. « T'es bête. » que je râlais en un sourire. Cela dit, je me demandais si quelqu'un avait déjà passé les castings avec un secret du genre. Ça aurait pu être assez amusant, et la production se serait bien marrée. Lorsque je demandais au brun s'il savait le nombre de personnes avec qui il avait pu coucher, celui ci me répondait par la négative. Et ça n'était qu'à cet instant que je réalisais bien quelle genre de vie il avait pu mener. Et quelque part, bien malgré moi, mon palpitant s'était légèrement resserré. Je savais que je n'aurais pas pu faire ce qu'il avait fait, parce que je... j'étais bien trop conscient de mes propres actes pour tenter de séduire qui que ce soit, particulièrement pour les raisons qu'il l'avait fait. Et quelque part, je me demandais si ça lui avait ou non posé des problèmes de conscience également. Il semblait avoir légèrement honte de tout ça, et pourtant il avait continué sans trop de problème jusqu'ici. « Oh euh... d'accord. » ma voix transpirait légèrement le doute, mais nous passions ensuite au nombre de relations que j'avais pu avoir, ce qui semblait déjà être un sujet plus léger, quoi que. « J'ai un rythme de vie qui ne convient pas à tout le monde... et je suis quelqu'un d'assez compliqué, mine de rien. » soufflais-je avant d'ajouter « Je ne sais pas trop comment va se passer ma vie à l'extérieur, une fois que tout ça sera terminé, mais je vais essayer au mieux de changer mes habitudes. » enfin, c'était plus simple à dire qu'à faire, et j'avais bien conscience que ça n'allait pas se faire en une semaine. Mais j'étais prêt à changer, et quelque part, j'avais déjà bien évolué au fil des dernières semaines. Finalement, il déposait un baiser sur mon front avant d'évoquer le fait qu'il pensait souvent à moi... et que peut-être commençait-il à avoir des sentiments. J'avalais un instant ma salive, ne sachant trop quoi répondre, ni à ça, ni à sa prochaine question. « Je... » je n'en savais rien. Qu'est ce que l'on représentait ? J'avais l'impression que soudainement, tout le poids du monde se déposait sur mes épaules, comme si j'étais obligé de faire un choix, là tout de suite, de poser des mots sur quelque chose qui était pourtant jusqu'ici si léger. « J'ai peur que... » je ne savais pas franchement si je pouvais dire ça à voix haute, et pourtant « Je veux pas aller trop vite. » cela ne faisait que moins d'une semaine que nous nous étions rapprochés, et quelque part, comme je vous l'avais dit, je restais quelqu'un d'assez lent lorsqu'il s'agissait d'assimiler une information. Et je n'avais pas envie de me mettre une pression. « Il y a encore tellement de facteurs ici et à l'extérieur qui vont entrer en jeu... Je pense pas que ça serait raisonnable de... labelliser directement... ça. » nous.

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: the cure - mer, 23:00   Jeu 6 Sep - 23:18

Une question ne cesse de me turlupiner. Comment se comporteront les clients lorsqu’ils recroiseront ma route à la fin de l’aventure ? L’émission est diffusée en France sur une chaine de la TNT. C’est en tout cas ce que je crois avoir compris lorsque j’ai signé les différents contrats peu de temps avant le lancement de la saison. A cette époque, je ne m’intéressais pas trop aux conséquences d’une participation à une telle émission avec un secret aussi scandaleux que le mien. Vais-je perdre la confiance de certaines des personnes qui viennent s’entrainer quotidiennement à la salle de sport sous prétexte que je manipule comme je respire pour tester la fidélité des uns et des autres ? La plupart d’entre eux devraient réagir avec discernement. Pourquoi ? Parce qu’une bonne partie de mes clients réguliers sont célibataires ou en couple depuis beaucoup trop peu de temps pour que l’on puisse potentiellement avoir songé à faire appel à mes services. Les autres auront, je l’espère, l’intelligence de séparer passé et présent. Aujourd’hui, à moins d’éprouver de grandes difficultés à boucler mon mois financièrement, rares sont les contrats que j’accepte d’honorer pour faire exploser la vérité. Je me suis partiellement rangé de cette vie-là, et lorsque je vois à quel point je me sens heureux et vivant dans les bras d’Hunter, je me dis qu’il serait dommage de tout mettre en péril pour quelques billets et pour un rapide coup de zizi consommé sur le pouce. J’appréhende ma sortie, j’angoisse à l’idée de ne plus être protégé par le cadre restreint du bateau, là où je n’avais pas à me questionner sur mon avenir. Ici, au jour le jour, j’ai surtout appris à jouer comme si tout allait s’arrêter soudainement. A l’extérieur, il me faudra faire preuve de discernement et opter pour les options les plus judicieuses, battre le fer pendant qu’il est encore chaud pour me sortir définitivement de ma précarité. Que faire ensuite ? Quelle est la prochaine étape ? Suis-je prêt à me sédentariser ? A abandonner cette forme de liberté précaire pour me trouver un véritable point d’ancrage. Poursuivre mes activités en reprenant ma place de manager sur Lyon ? Me trouver un petit appartement à louer ? Repartir de zéro ailleurs ? Les options semblent infinies. Il me faudra y réfléchir très sérieusement pour éviter de faire des erreurs, j’ai déjà commencé à méditer là-dessus, dans l’ombre. « Ah ça ! » Je confirme en riant. Bien-sûr que je suis bête, c’est l’histoire de ma vie. J’élève quotidiennement la stupidité au rang d’art. « Je suis le roi de la bêtise, on devrait me concevoir une écharpe comme pour les Miss France. » Je parle des Miss France parce que je suis chauvin, mais ça fonctionne pour toutes les Miss du monde entier. Celles qui s’étripent pour obtenir un titre stupide et fouler les nombreuses foires à la saucisse. Franchement, j’ai connu mieux comme concours et comme titre. Hunter me questionne et j’ai conscience d’entrer en terrain miné. Quelles sont mes options ? Mentir pour m’éviter une situation potentiellement désagréable ? Édulcorer la réalité pour que tout ceci paraisse moins important, être sincère et transparent ? J’opte pour la dernière option, et tant pis si la réponse ne convient pas. Son intonation le trahi, je me mordille la lèvre, embêté. « On a tous fait des choses dont on n’est pas forcément fier. Si je disposais du recul dont je dispose aujourd’hui… Il y a à peu près cent mille décisions que je prendrais différemment. » Je tente de le rassurer, c’est tout ce que je peux faire de toute manière. Mon passé, on ne pourra pas le modifier. Il est là, il m’accompagnera jusqu’à la fin de mes jours. Le plus important, c’est de regarder en avant et d’avancer, de grandir, de ne pas répéter les mêmes schémas encore et encore. Je me risque à poser la question qui me démange depuis quelques jours maintenant. Que sommes-nous ? Pas du genre à me mettre la pression pour mettre des mots sur une situation, je crois comprendre qu’il est néanmoins nécessaire de le faire pour s’assurer d’être sur la même longueur d’ondes quand une relation commence à devenir ambigüe. Hunter répond, il hésite, cherche ses mots. Plutôt que de lui faire sentir qu’il a mal répondu à ma question, j’opte pour une approche plus tendre en lui dérobant un bref baiser. « Tu n’as pas à te mettre la pression Hunter, laissons faire les choses… On verra ! » Je marque une pause, laisse le silence s’installer et reprend la parole. « T’es bien, là ? Maintenant ! » C’est la seule chose qui importe, est-il bien en ma compagnie, dans mes bras ? « Tu sais ce que font les gens pas humains à la nuit tombée ? » Non, ils ne se transforment pas en bêtes féroces, quoique… « Ils CHATOUILLENT ! » Je bondis sur lui, me glisse entre ses cuisses et commence à le chatouiller, mort de rire en le voyant se débattre pour m’échapper.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: the cure - mer, 23:00   Dim 9 Sep - 21:21

Chaim n'était donc secrètement pas humain ? Quelque part, ça ne m'étonnerait même pas tellement il semblait frôler la perfection en tous points. Il était incroyablement beau, amusant, généreux et protecteur, sérieusement que demander de plus ? Pas de doute à avoir quand au fait que sa popularité ici comme à l'extérieur soit méritée. Et il ne fallait certainement pas beaucoup plus de choses pour craquer pour lui. J'étais bien placé pour le savoir. Dans tous les cas, en effet, le brun était le roi de la bêtise, bon, peut-être pas au point d'avoir le droit à un quelconque titre parce que je n'étais pas certain qu'il s'agissait de quelque chose dont il pouvait être fier, mais ça avait au moins le don de m'amuser. « Une écharpe carrément ? » il ne faisait pas les choses à moitié « Moi je t'aurais plutôt donné une petite couronne de princesse, pour aller avec la robe que t'avais y'a quelques semaines... » soufflais-je l'air de rien, pour le taquiner un petit peu. Dieu sait que je n'aurais pas su comment réagir si jamais j'avais du porter la robe qu'il avait mis. Je n'étais pas fait pour être aussi peu confortable au quotidien, déjà que c'était galère d'être moi. Dans tous les cas, si il y avait bien quelque chose que je redoutais, c'était la révélation de mon secret. J'avais su plus ou moins passer outre celle du français, parce que je m'étais dit qu'il ne ferait pas tout ce qu'il avait pu faire avec les autres, avec moi. Mais la réalité était qu'il y avait encore bien trop de paramètres inconnus là dedans, et que je ne pourrais avoir le coeur net de tout ça que lorsque je saurais réellement ce qu'il pense de mon secret. Ce que tout le monde pense de mon secret, d'ailleurs. « Oui t'as raison... » il y avait bien une décision que j'aurais aimé prendre différemment, en effet, mais le tout s'était passé il y a de ça maintenant des années, et entre temps, j'avais eu le temps de rebondir. Dans tous les cas, cette relation, nous, ça me stressait tout de même un petit peu parce que j'avais l'impression de devoir de suite mettre un mot sur cette relation, nous catégoriser, et ce alors que je ne savais même pas réellement où nous nous dirigions pour le moment, ni même ce que je ressentais exactement. J'étais lent à la détente. Il tentait donc de me dire de ne pas me mettre la pression, et alors que je m'apprêtais à répondre, voilà qu'il m'attaquait à coup de chatouilles. « Arrrg... » me gigotant de tous les côtés pour esquiver ses attaques, je terminais par grimper au dessus de lui, immobilisant un instant -mais parce qu'il se laissait faire- ses mains au dessus de sa tête. « Tu fais moins le malin maintenant, hein ? » bon et moi je prenais un peu la confiance, en sachant qu'il était capable de me casser en deux si il le voulait bien. Mais mine de rien, depuis le début du jeu, je m'étais petit à petit dessiné et avais pris un peu de muscle. Un sourire amusé, je scrutais son beau visage un instant, l'une de mes mains glissant finalement contre sa nuque alors que je déposais mes lèvres sur les siennes, en un doux, puis passionné baiser. J'en avais envie, et de ce que j'avais compris, il n'y avait aucune raison pour que je me prive de tout ça, n'est-ce pas ? A croire que le petit Hunter prenait réellement la confiance.

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder


Dernière édition par Hunter le Mer 12 Sep - 12:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: the cure - mer, 23:00   Mar 11 Sep - 12:15

J’ai une imagination débordante, encore plus lorsqu’il s’agit de rebondir sur n’importe quelle situation pour balancer des énormités plus grosses que moi. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours plus ou moins occupé cette place, celle du mec mignon qui vanne à tout va et qui, au choix, rend hilare ou exaspère. J’ignore si mon humour a joué en ma faveur avec Hunter, mais voir son sourire s’étirer de la sorte ne peut que me rendre joyeux à mon tour. Il est craquant quand il est heureux, il est mignon lorsque ses lèvres laissent entrevoir ses dents blanches et parfaitement alignées. Sa beauté transparait lorsqu’il a l’un de ces rictus qui lui fait pétiller les yeux. Il est beau, tout court. Il porte l’un de ces parfums que tu pourrais reconnaitre entre mille autres, celui qui me fera penser à lui dans n’importe quel contexte. Je me cale tout contre lui. D’abord parce qu’il frissonne mais aussi et surtout parce que j’ai envie d’être contre lui, de pouvoir lui caresser les cheveux si l’envie m’en prend, de pouvoir poser ma tête tout près de la sienne, contre son épaule. Pour pouvoir apprécier de partager un tel moment à ses côtés, sans aucun regard indiscret, sans rien pour nous interrompre. Juste lui et moi. Chassez le naturel et il revient au galop, je balance une énième vanne et estime qu’une écharpe à la Miss France ne serait pas de trop pour asseoir un tel titre. « Carrément mon bon monsieur ! » J’acquiesce fièrement. Hunt’ se souvient de ma semaine dans la peau d’une princesse et s’en sert pour me renvoyer la balle, habile, il a de la répartie. Je le pince là, sur cette partie de notre torse où nous avons tous cet espèce de petit bourrelet dont on arrive pas à se débarrasser « Non mais j’ai déjà un magnifique diadème en plastique qui m’a été gracieusement offert avec la robe et toute la panoplie de princesse… Alors à moins que tu te surpasse pour me créer un diadème de folie… J’crois qu’il faudra se contenter d’une écharpe customisée. » Hunter me panique même si je ne laisse rien entrevoir, son secret semble énormément l’angoisser. S’apprêterait-il à lâcher une bombe qui redistribuera toutes les cartes ? A ce stade, dans le flou le plus total, j’ai envie de lui assurer que rien ne changera, de le rassurer sur ma capacité à ne pas me concentrer sur son secret pour favoriser tout le reste mais, mais dans le doute je préfère ne rien dire de plus et attendre. Attendre d’avoir tous les éléments à ma disposition pour me faire un avis définitif. J’opte pour une attaque par chatouilles, peu scrupuleux, et prend l’ascendant avant de rendre les armes… Oui parce qu’aussi mignon soit Hunter, je pourrais le maitriser en un claquement de doigts, avec une seule main. « Je vous ai sous-estimé, jeune Hunter ! » Sous-estimé, vraiment ? J’attends surtout le moment opportun pour renverser la situation… A moins que… Non… Ce n’est finalement plus du tout à l’ordre du jour. Il me surprend, m’embrasse tendrement puis avec nettement plus de confiance et d’entrain. L’une de mes mains remonte le long de sa nuque pour l’attirer plus près, là, tout contre moi, ma langue se fraie un chemin contre ses lèvres, d’abord timidement puis avec nettement plus de sensualité. Il est temps de reprendre le dessus, mes deux mains se collent à son bassin pour pouvoir inverser les rôles avec délicatesse, je lui impose de s’allonger et me glisse entre ses jambes pour pouvoir retrouver ses lèvres avec appétit, puis sa mâchoire que je longe pour partir à la découvre de son cou. « Hmmm… T’as de la chance que je ne sois pas une sorte de vampire… Ou de cannibale ! » Sa peau est délicieuse, je la mordille, mutin, et remonte le long de son oreille. Il me met le feu, mon corps me trahi même si je garde en tête que garder mon sang-froid se doit d’être ma priorité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10456-hunter 

MESSAGES : 603
AVATAR : brandon flynn.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: the cure - mer, 23:00   Mer 12 Sep - 12:17

Je m'étais toujours dit que je ne rencontrerais probablement jamais personne, que cette illusion que nous offrait les séries télé n'était pas faite pour moi. Parce que je me savais compliqué. Pour que quelqu'un me plaise plus que de raison, il fallait qu'il soit particulier, qu'il ait énormément à offrir. Et lorsque c'était le cas, je me sentais quelque peu angoissé, comme si je ne le méritais pas. C'était un peu ce qu'il se passait avec Chaim. Le garçon était tout ce que n'importe qui pourrait rêver, et s'il avait probablement des défauts, ceux-ci ne me sautaient jusqu'ici pas au visage. En même temps, au début de toute relation, il était dit que l'on était aveuglé par son prochain. Mais était-ce réellement ce qu'il y avait ici, une relation, ou était-ce simplement cette aventure, le fait d'être enfermé, qui nous avait rapproché l'un de l'autre, mais qu'à l'extérieur, le tout serait totalement différent ? Je ne connaissais pas tous les paramètres sur le sujet, et dieu sait que je mourrais d'envie d'en avoir les réponses. Chaim, c'était un bon-vivant, il était drôle, un peu bruyant parfois, on le remarquait facilement lorsqu'il rentrait dans chaque pièce parce qu'il dégageait une aura radieuse. Je n'aurais jamais pensé qu'un homme comme lui puisse s'attacher à quelqu'un comme moi, principalement parce que j'étais plutôt celui dont les gars de son genre se moquaient. Lorsqu'il ajoutait qu'il avait déjà la panoplie complète de la princesse, et que par ce fait, il n'aurait pas forcément besoin du diadème, j'haussais les épaules légèrement. « Je suis pas certain que ma maigre cagnotte puisse sustenter tes besoins, malheureusement. » eh oui, à force de recevoir du négatif sur les primes, j'avais fini par perdre pas mal d'argent, donc près de treize mille en une seule soirée. Je tentais bien de remonter la pente, mais le chemin était encore bien long. « Et toi ? Tu m'offrirais quoi en retour ? » parce que c'était bien beau tout ça, mais moi aussi je voulais un cadeau. Et parce que je détestais les surprises, je préférais qu'il mentionne le lot directement, plutôt que d'attendre pour en découvrir la contenance. Finalement, nous en venions à nous bagarrer légèrement, et je prenais rapidement et étonnement le dessus sur la situation, il n'avait probablement pas voulu être trop brusque. Sauf que voilà, j'en venais rapidement à l'embrasser, mon corps s’aimantant au sien alors qu'il basculait nos positions, notre baiser devant de plus en plus sensuel alors que mes jambes se logeaient au niveau de sa taille. Je frissonnais lorsqu'il déposait quelques baisers dans mon cou, mes mains glissant sous son tee shirt pour caresser son dos. « Mais qui te dit que moi, je n'en suis pas un ? » repris-je sur un ton à la fois amusé et mystérieux, taquin, alors qu'il mordillait le lobe de mon oreille, laissant un petit soupir s'échapper de mes lèvres. Mon corps s’enflammait un petit peu de l'intérieur.

_________________

Hold on, I thought that I was doing so well, Oh, like everything was under a spell. Now it's getting harder
Revenir en haut Aller en bas
 

the cure - mer, 23:00

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» 06. [Freeman's] Cure for Hangover...
» La cure des fautes !
» Clergé de Saint Bertrand de Comminges
» [Sculpture] Comment réaliser des armes ?
» Clergé de Mauléon
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: PONT PROMENADE-
Sauter vers: