every now and then I fall apart (mercredi, 10h30)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 986
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 32
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : private investigator
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33K
AFFINITÉS:
MessageSujet: every now and then I fall apart (mercredi, 10h30)   Lun 17 Sep - 1:22


w/@chaim
every now and then I fall apart


Il a fait le con la semaine passée en s'enfilant on ne sait pas combien de shots de vodka dans la piscine avec Chaim. L'alcool lui est une nouvelle fois monté à la tête, et il a réalisé qu'il avait vraiment été loin en découvrant les images dans une chronique samedi soir. C'est dingue les conneries qu'il peut débiter Alvaro quand il boit. Les petites confidences à son pote sur sa vie sexuelle n'auraient jamais vu le jour si l'alcool ne s'en était pas mêlé, car c'est pas un sujet qu'il se plait à aborder et encore moins sur lequel il est enclin à s'étendre en temps normal. Des millions de gens ont appris qu'il avait une tendance voyeuriste dans sa jeunesse par exemple, ou encore qu'il avait pratiqué le côte-à-côtisme avec sa copine à l'époque. Des infos qui n'auraient jamais dû sortir de sa bouche, sauf que voilà avec un bon coup de nez il répond plus de rien le cubain. Et opter pour de la vodka ce jour-là a certainement pas été l'idée du siècle, non plus. Il espère que Gabriella a pas laissé leur fils écouter de telles choses, car il doit pas oublier que ses faits et gestes ainsi que ses dires peuvent revenir aux yeux et aux oreilles d'un petit gamin de sept ans encore plein d'innocence. Il se sent tellement con Alvaro qu'il vient de prendre une décision radicale, valable pour toute la semaine et peut-être même jusqu'à la fin de cette aventure. C'est décidé, plus une goutte d'alcool car les conneries ont suffisamment duré. Autant il avait eu du mal à accepter la restriction d'Estelle concernant la picole, autant aujourd'hui il est déterminé à s'en tenir éloigné afin de ne pas à nouveau risquer de dire ou faire n'importe quoi devant les yeux de son fils. L'autre fois au bar avec Ariadne c'était déjà limite, mais alors la beuverie avec Chaim... il pense pas qu'il aurait pu tomber plus bas à vrai dire. Et puis au-delà de son fils y'a aussi son image et sa crédibilité professionnelles qui sont en jeu dans cette aventure, faut tout de même pas qu'il l'oublie. Alvaro se déplace d'un pas rapide sur le pont H et débarque en coup de vent dans la salle de sport. « Réunion mec, tout de suite. » il informe @chaim qui est en pleine séance, et dont il éteint carrément la machine pour le tirer avec lui hors de la pièce. Son pote capte pas l'urgence de la situation, mais il saura bien assez vite de quoi il en retourne. Il l'entraine dans l'ascenseur, et l'invite à descendre avec lui au niveau du tout premier pont. Chaim et lui se rendent sur le pont promenade, lieu où se tiendra la réunion du jour. « L'heure est grave. » il balance en se plaçant face à son camarade, les bras semi fléchis et les poings fermés devant lui comme s'il s'apprêtait à lui parler d'un truc vachement important. C'est le cas. « Je viens de prendre une grande décision, et ton soutien m'est indispensable. » Il espère à ce moment-là obtenir toute l'attention de Chaim, car effectivement rien ne devrait être possible sans lui. Il prend une grande inspiration, et même si ce qui va suivre risque de profondément le choquer, il se lance. « J'arrête l'alcool, terminé, plus une goutte jusqu'à nouvel ordre. Je deviens un autre homme quand j'ai bu et je vais beaucoup trop loin, je sais que t'as bien aimé le fait que je me sois lâché la semaine dernière mais sache que c'est pas moi, ça me ressemble pas ce genre de confidences. » Il va peut-être avoir l'air beaucoup moins cool d'un coup mais il peut pas non plus surfer sur une image qui lui correspond pas, se faire passer pour celui qu'il est pas. Jamais de la vie il n'irait parler de ses expériences sexuelles naturellement, pour ça il lui faut pas mal d'alcool dans le sang et c'est précisément ce genre de choses qui ne doivent plus se reproduire. Pas ici, en tout cas. « Mec, ça va être dur pour moi d'arrêter totalement. Alors... je dois te demander de tout stopper, toi aussi, d'entreprendre ce chemin vers la sobriété à deux. » C'est probablement la pire demande qu'il pourrait faire à son pote, il en a conscience, priver Chaim d'alcool c'est comme le priver de son plaisir ultime sur ce bateau. Pour Alvaro aussi ce sera dur, c'est pour ça qu'il compte sur lui pour l'épauler dans cette épreuve et pour entrer lui aussi dans une semaine de privation, ne serait-ce que ça. « Des beuveries on en fera autant que tu veux dehors, mais me laisse plus me perdre là-dedans tant qu'on est ici. Mon fils doit plus me voir dans cet état. » il lui expose avec le plus grand sérieux du monde, son regard l'implorant presque de le remettre sur le droit chemin pour préserver ce qui peut encore l'être. Son fils c'est vraiment sa motivation principale pour entreprendre tout ça, faut maintenant espérer que ça attendrira suffisamment son pote pour le convaincre de se lancer dans cette nouvelle aventure avec lui.

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: every now and then I fall apart (mercredi, 10h30)   Mar 18 Sep - 16:14

La demi-finale, nous y sommes, huit chanceux sélectionnés grâce au soutien des téléspectateurs. Il a fallu survivre à toutes ces éliminations successives, parvenir à échapper aux nominations régulièrement pour ne pas jouer avec le feu. Il a fallu trouver un juste milieu histoire d’apparaitre régulièrement à l’écran sans pour autant monopoliser l’attention et prendre le risque de lasser le public devant son écran. Participer à une émission comme Thrown Dice c’est parvenir à composer avec une dizaine d’ingrédients et de variables qui, additionnés les uns aux autres, font de ton aventure un succès ou un échec complet. Si j’ai pu faire attention à tous ces détails en début d’aventure, le naturel a pris le dessus assez rapidement et j’en ai presque oublié qu’il y avait toutes ces caméras. Combien de fois me suis-je retrouvé dans une situation délicate parce que mes mots avaient dépassé le cadre de ma pensée ? Combien de fois aurais-je aimé tourner plusieurs fois ma langue dans ma bouche avant de répondre aux questions de certains de mes camarades ? Un nombre incalculable de fois. Toujours est-il que cette honnêteté m’aura peut-être permis d’arriver où j’en suis à présent, ne pas avoir la moindre barrière ni le moindre tabou, c’est surement ce qui m’a permis de me démarquer au milieu d’un casting relativement riche. Malgré une volonté de conserver quelques petites habitudes, j’ai décidé que cette semaine serait différente de toutes les autres. Déjà parce que j’ai perdu l’un de mes principaux repères, une fois de plus, avec le départ d’@Hunter, ensuite parce qu’il ne me reste plus énormément de temps à passer sur le bateau et que je veux en profiter pour renforcer les souvenirs qu’il me restera de cette aventure dans une, deux, trois, dix années… Quand tu participes à une telle émission, tu n’en ressors pas indemne. Tu avances, tu fais face à une image de toi-même qui ne te plait pas forcément, tu te dois d’affronter ton propre reflet dans le miroir… Tout ceci peut s’avérer traumatique, certains ressortent d’ici brisés, ce ne sera pas mon cas. J’ai énormément grandi et j’ai appris au contact de tous ces candidats extraordinaires. Ils m’ont poussé à regarder la vérité en face, à embrasser mon passé, à prendre conscience qu’un futur pouvait être à ma portée et qu’il me fallait accepter de prendre un énorme risque en acceptant de me projeter, en ouvrant la porte aux autres, en ne me montrant plus aussi méfiant. Le mec agréable, enjoué et accueillant de façade est finalement parvenu à convertir le véritable Chaim qui était là, qui se tapissait dans l’ombre, derrière cette carapace en façade. En pleine séance de sport, c’est @Alvaro qui débarque et décide de m’interrompre en exigeant une réunion. Son ton, ce besoin immédiat, cette intonation qu’il utilise ; ce sont autant de détails qui m’interpellent et me poussent à mettre un terme à mon entrainement. « Hm, okay ? Par contre j’te préviens, tu débarques après une heure d’entrainement, je pue. » Je suis en sueur, j’ai tout donné après les excès alimentaires de la veille. « Vas-y, balance, t’es en train de me stresser ! » Je fronce les sourcils, pas vraiment rassuré. Je n’ai jamais vu Alvaro dans un tel état, lui qui est toujours très ouvert, souriant, prêt à déconner lorsqu’il passe du temps avec moi. J’ai l’impression de le voir tel qu’il doit être au quotidien dans le monde du travail : aux commandes, distant, peu bavard et fermé. Je lui emboite le pas, il ne me laisse pas vraiment le choix de toute manière, et emprunte l’ascenseur pour rejoindre le pont supérieur. Quelques pas nous suffisent pour rejoindre le pont de promenade où il s’arrête finalement et se décide à me faire face à nouveau. « Tu peux m’expliquer ce qui se passe ? » Je suis complètement paumé, pas vraiment emballé parce qu’il ne s’apprête probablement pas à me faire une blague quelconque, il ne me prépare pas une surprise non plus. Non, j’ai l’impression que l’heure est au sérieux et tout ceci m’angoisse clairement. J’acquiesce sagement, aux aguets lorsqu’il annonce la couleur. L’heure est grave, d’accord, ne reste plus qu’à savoir pourquoi. J’hoche la tête à chacune de ses phrases sans jamais prendre la parole, je ne perds pas le fil et ne l’interrompt pas une seule seconde. « Mon soutien, tu l’auras, quoiqu’il arrive bro’ ! » Je  tambourine, loin de m’imaginer devoir mettre les mains dans le cambouis moi aussi. Mon grand pote se lance, il expose son problème, sa résolution par la même occasion. Nous y voilà, il souhaite arrêter de consommer de l’alcool parce qu’il se désinhibe beaucoup trop lorsqu’il est pompette. Je peux comprendre, il n’est plus maitre de sa personne et la descente est douloureuse suite à cela. J’acquiesce, conscient que cela peut représenter un problème pour des gens comme lui, qui aiment avoir le contrôle de leur image et des propos qu’ils tiennent. « Est-ce par rapport aux caméras, parce que tu sais que tes confidences seront diffusées et entendues par des centaines de milliers de personnes ou est-ce plus général ? Aurais-tu la même réaction si nous avions été là, tous les deux, uniquement toi et moi, sans témoins, sans caméras, sans rien pour témoigner de notre échange ? » C’est toute la question, il y a une grande différence entre les deux situations et je ne suis pas certain de pouvoir pencher vers l’une de ces deux options avec certitude. Alvaro est un être complexe, tu ne peux pas émettre la moindre certitude sans prendre le risque de te tromper. Le twist est là, un sacré plot twist qui m’implique directement. Je pourrais opter pour la fuite, m’embraser dans une quelconque indignation. Le résultat est tout autre, je reste silencieux, l’écoute, l’interprète. Ce sont ses émotions qui transparaissent, sa sincérité, sa nature. Je le déchiffre, j’obtiens quelques clés pour me permettre une lecture plus précise, plus humaine. Je laisse quelques minutes s’écouler, là, dans le silence, conscient de devoir me mouiller, parler. Mon bras se redresse, je lui attrape l’épaule tendrement, comme un pote le ferait pour le consoler, le rassurer. « J’te suivrais jusqu’en enfer si c’est ce dont tu as besoin pour rendre ton fils fier ! » Je le regarde droit dans les yeux, conscient du poids de mes propos, de l’engagement. Je le pense, Alvaro c’est un chic type, l’une de mes meilleures rencontres, un pote… J’espère qu’il deviendra plus, un Ami avec un grand A, un mec sur qui je pourrais continuer de me reposer à l’extérieur. « En contrepartie… » Je marque une pause, abusant de la situation pour placer mes cartes à mon tour. « Empêche-moi de fuir lorsque la difficulté m’étouffera à l’extérieur… Empêche-moi d'opter pour la facilité, de prendre un aller-simple pour retrouver mes vieux démons… Ne me laisse pas reculer après avoir autant avancé ici ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 986
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 32
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : private investigator
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33K
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: every now and then I fall apart (mercredi, 10h30)   Jeu 20 Sep - 15:54

Alvaro il assume pas du tout les images qui ont été montrées de lui samedi soir. Sa rencontre avec Chaim à la piscine a tourné à la soûlerie, la vodka a coulé à flots ce jour-là et il aurait nettement préféré que personne ne le voit dans un tel état. Parce que quand il a un coup dans le nez le cubain il peut très vite envoyer valser ses propres limites, et à partir de là on est pas à l'abri qu'il s'étende sur des sujets qu'il n'aurait jamais eu l'idée et encore moins l'envie d'aborder en étant sobre. Quand sa consommation d'alcool devient excessive c'est comme s'il zappait la présence des caméras, comme si le contrôle de son image était mis sur off et qu'il se souciait plus de rien à ce niveau-là. Pourtant on le sait, c'est pas le dernier à faire gaffe à ça d'ordinaire, il s'est d'ailleurs mis des barrières en arrivant dans cette aventure histoire de se concentrer sur ses objectifs et de ne pas s'égarer n'importe où. Seulement à partir du moment où l'alcool s'en mêle Alvaro devient un autre homme, et il lui aura fallu deux incidents du genre dans ce jeu pour le comprendre et l'assimiler. La première fois il a mis ça sur le compte d'un besoin de se lâcher, et a considéré que ce serait l'exception de son aventure, le seul moment où il se serait permis de sortir du cadre. C'était pas censé se reproduire, et c'était encore moins censé grimper d'un cran dans l'échelle de la débauche. Ce genre de séquences ne sont pas bonnes pour son image, professionnellement déjà c'est pas bon et en plus il y son gamin qui le regarde. C'est comme s'il avait doublement pas le droit à l'erreur, or en s'illustrant dans une consommation outrancière de boissons alcoolisées il tend un peu le bâton pour se faire battre le cubain. Il est ici pour une raison, et il voudrait pas qu'on vienne remettre en cause celle-ci à cause de comportements comme celui qu'il a eu la semaine passée. Le problème se situe aussi dans des propos qu'il a tenus et qui n'auraient jamais dû être formulés, des confessions qui seraient à la limite passées dans la vie de tous les jours mais qui ne passent assurément pas à la télévision. Ça l'angoisse presque de savoir que les détails de sa vie sexuelle sont connus par des millions de personnes aujourd'hui, tout ça parce qu'il est incapable de garder le contrôle une fois qu'il a bu. Ce contrôle si important pour lui, qui ne tient en fin de compte à pas grand-chose. Que vont penser ses clients, ses associés ? Sa boite n'a pas besoin de ce genre de coup de pub, il ne veut pas souffrir d'une image de dépravé en sortant de là. Et puis, même s'il n'est pas en âge de comprendre ce qui s'est dit et sûrement pas non plus de différencier un Alvaro torché d'un Alvaro sobre, il ne veut pas que Dario le voit comme ça. Il a cette responsabilité-là avant tout, celle de préserver son fils d'images qu'il n'est pas censé voir et de propos qu'il n'est pas censé entendre. Alvaro faut bien qu'il se mette en tête que quand il déraille à ce point il fait gagner des points à Gabi, qui cherche toujours plus d'arguments pour lui mettre sous le nez qu'il n'assure pas dans son rôle de père. C'est donc d'un pas décidé et avec une idée fermement ancrée dans sa tête qu'il déboule dans la salle de sport. Il connait les heures d'entrainement de Chaim, il sait donc quand s'y rendre pour l'y trouver et c'est précisément la raison de sa venue dans le complexe sportif du bateau à ce moment-là. Il fait comprendre à celui-ci que la situation est critique et décide d'improviser une réunion d'urgence où son pote est pas seulement convié, non, il a carrément l'obligation d'en être. Avant de se laisser embarquer son camarade l'informe qu'après une séance de sport il schlingue, c'est inévitable. « On s'en fout mec, c'est que l'odeur de ta transpiration j'ai respiré bien pire dans ma vie. » il lui sort d'une voix pressante, tandis qu'il avance en direction de la porte et se retourne sans arrêt vers Chaim pour s'assurer que ce dernier le suit. Il se doute bien qu'en extirpant son pote de la salle de sport où ce dernier s'entraine depuis un moment il va pas échapper à l'effluence en question. Mais il s'en fiche, il est pas disposé à lui laisser le temps de se doucher car cette discussion ils doivent l'avoir maintenant. Alvaro quand il a décidé quelque chose il peut rapidement en faire une idée fixe. Chaim veut savoir ce qu'il se passe, et faut dire aussi que le cubain lâche aucune info avant d'arriver au point de réunion qu'il a déterminé, à savoir le pont promenade. Quand il se retrouve face à son pote entre les transats et le garde-corps du bateau, il se décide enfin à parler. Il lui explique avoir pris une grande décision, et avoir besoin de son soutien, le genre de requête qu'Alvaro n'exprime pas souvent comme on peut s'en douter. C'est pas dans ses habitudes de demander l'aide ou le soutien de quelqu'un, car le cubain est le genre de personne pensant pouvoir tout gérer seule, et après tout c'est ce qu'il a toujours fait jusqu'ici. Mais là c'est une sacrée épreuve qui l'attend car il va s'auto-priver d'un plaisir auquel il aura beaucoup de mal à renoncer, il en appelle donc à l'entraide entre camarades d'aventure. Chaim lui assure qu'il pourra compter sur son soutien. « Merci mec, t'es un vrai pote. » il déclare tout en le gratifiant d'une tape amicale sur l'épaule. Enfin, son camarade ferait bien d'écouter attentivement la suite, car il risque de tomber de haut en prenant connaissance de la dernière lubie d'Alvaro. L'alcool, pour lui, c'est fini en tout cas tant qu'il se trouve dans cette aventure. Il s'interdit la moindre goutte, car faut être réaliste il est pas tellement capable de rester raisonnable avec une bouteille à côté de lui. Il ne veut plus être ce mec sans limites et sans tabous qu'il a vu à l'écran l'autre soir, ce gars sans pudeur parlant de ses expériences sexuelles ou se rendant ridicule comme l'autre fois avec Ariadne devant laquelle il s'est mis à genoux pour déblatérer de sacrées conneries. Chaim lui demande si la présence des caméras a motivé cette décision, et bien sûr le fait d'être surexposé de cette façon a joué, Alvaro ne se soucierait pas autant de tout ça si toutes ces situations avaient lieu à l'extérieur dans le cadre privé de sa vie. « La présence des caméras justifie à elle seule cette décision, je te l'accorde. Je m'en ficherais bien si tout ceci ne risquait pas d'être diffusé en prime-time, et c'est même pas du regard des téléspectateurs dont je me soucie. Le fait est que je peux vraiment pas me permettre ce genre d'image, ça peut être dévastateur à plusieurs niveaux dans ma vie. Pour mon travail, notamment. Je dois garder en tête que je suis une personnalité publique le temps de cette aventure, et agir en conséquence.  » Ses clients doivent conserver de lui une image professionnelle, et puis à quoi bon soigner son image toute l'aventure et s'efforcer d'en garder le parfait contrôle si dès qu'une bouteille lui passe sous le nez il s'empresse de défaire tout ce qu'il a entrepris de ce côté-là. C'est pas cohérent, et s'il se recadre pas lui-même personne le fera à sa place. « Tu dois te dire que c'est con de penser au boulot en étant ici, mais j'ai sûrement pas le même rapport au boulot que vous tous, mon cas est... particulier. » Il est resté connecté au sien malgré l'émission, malgré le fait qu'à distance il ne puisse plus rien gérer. Ce qu'il attend de Chaim, c'est pas rien. Et il comprendrait que son pote soit pas près à le suivre là-dedans car il sait que ce serait un grand sacrifice pour lui aussi. Alvaro lui promet qu'ils feront autant de beuveries qu'il le souhaite à l'extérieur, mais ici il compte vraiment sur lui pour ne plus le laisser tomber dans la moindre forme de débauche. Il espère également le convaincre d'entreprendre ce chemin-là avec lui afin de lui donner une motivation de plus pour tenir en restant sobre jusqu'à la fin. Il s'attend à ce que Chaim ouvre de grands yeux et se dise incapable d'arrêter de son côté compte tenu de la restriction que ça représente. Au lieu de ça celui-ci lui fait savoir qu'il le suivrait jusqu'en enfer pour lui permettre de rendre son fils fier. « C'est le plus beau truc que j'ai entendu en deux mois d'aventure. » il formule, clairement ébahi par ce qu'il vient d'entendre. Il en revient pas, ce mec-là est en or c'est pas possible. Chaim c'est définitivement un bon gars, et Alvaro en a rencontré bien peu au cours de sa vie des mecs capables de donner un sens au mot "amitié". Ce mot qu'il s'est toujours refusé à employer pour parler des relations nouées ici, parce qu'il voulait pas se sentir engagé à quoi que ce soit. Chaim lui fait revoir ses positions, et c'était vraiment pas gagné. « Toi t'as pas intérêt à disparaitre dans la nature quand tout ça sera terminé. » il reprend dans un rire teinté de soulagement, et effectivement il est pas du tout disposé à laisser filer un tel pote. C'est comme Eben il est hors de question que l'un et l'autre retournent à leur vie et le zappent, il s'accrochera même s'il faut. Des mecs comme ça il en veut dans son entourage, qui pour l'heure frôle l’inexistence. Chaim parle d'une contrepartie, et le cubain est pleinement à l'écoute, prêt à lui accorder tout ce qu'il voudra. Il lui demande de veiller à ce qu'il ne retombe pas dans ses vieux démons, de s'assurer qu'il ne prenne pas la fuite face aux difficultés qui se dresseront devant lui. Faut pas que cette aventure ait servi à rien, il le comprend bien, Chaim ne veut pas se retrouver à repartir en arrière après tout le chemin qu'il a parcouru ici et pour Alvaro ça fait parfaitement sens. « Tu ne flancheras pas, compte sur moi pour veiller là-dessus. Il y aura un avant et un après dans Thrown Dice dans ta vie, j'ai pas connu le Chaim que t'étais avant d'arriver ici et j'en ai pas envie car l'actuel me va très bien. Continue d'être ce mec-là, ne cesse pas d'avancer. D'ailleurs ça on le fera ensemble, je te laisserai pas tomber mon pote. » Et comme pour concrétiser tout ça, il le prend dans ses bras. Alvaro il s'expose au risque d'être écrasé par les bras de son camarade, mais faut savoir que cette étreinte aussi musclée soit-elle signifie beaucoup pour lui. « Bon je me retire parce que je voudrais pas provoquer une réaction un peu plus bas. » il laisse entendre en reprenant sa place initiale, dans un éclat de rire aussi spontané que sonore. Il peut pas s'empêcher de le charrier et se dit que ce serait pas un mal de parvenir à le faire rire, vu les circonstances. Alvaro il est pas insensible à ce que peut endurer son pote ces jours-ci, il l'a laissé tranquille avec ça en début de semaine pour justement pas remuer le couteau dans la plaie et lui permettre de penser à autre chose. Seulement dans la discussion actuelle il juge bon de lui rappeler un truc, que Chaim sait sans doute déjà, mais voilà c'est jamais inutile de le dire. « J'ai conscience que tu dois passer une sale semaine, et tu sais que je suis là si t'as besoin de parler, ou autre. » il l'informe dans un sourire compatissant. Il se doute que la sortie de Hunter a dû porter un sacré coup à son pote, qu'il savait beaucoup attaché au garçon. Alvaro ça l'a un peu fait chier aussi de perdre un mec qu'il a découvert très tôt dans l'aventure, et malgré le fait qu'ils aient un peu pris des directions différentes ensuite ça reste pour lui un type bien. C'est même le genre de fréquentations qui seraient fortement bénéfiques à Chaim dehors, selon lui, alors il espère que c'est prévu qu'ils gardent contact et que leur histoire s'arrêtera pas à la passerelle de ce bateau. « Enfin tout sauf noyer ta peine dans l'alcool, du coup. » il réplique en plaisantant pour détendre l'atmosphère. Il veut pas voir son pote dans le mal, et s'il faut il trouvera bien d'autres moyens de lui changer les idées qu'une bonne bouteille. Alvaro il manque pas de ressources, et pour voir Chaim sourire il est prêt à tout.

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: every now and then I fall apart (mercredi, 10h30)   Jeu 20 Sep - 23:02

Mon palpitant est soumis à rude épreuve, je ne lésine pas sur les exercices sportifs et fait grimper l’intensité sans même me préoccuper de la difficulté éventuelle que je pourrais éprouver. C’est tout l’objectif de cette séance d’entrainement, y aller comme un bourrin, évacuer cet excès de colère, de rage, de tristesse, de frustration et de nostalgie qui m’étouffe depuis le prime. Il y a un surplus d’émotions qu’il m’est inhabituel de ressentir et que je ne sais pas du tout gérer que je préfère évacuer de la seule manière efficace que je connais : à travers le sport. Plutôt que de mollir, je continue, j’enchaine les sessions, les foulées, je ne prête pas attention à mon souffle saccadé ni à la transpiration qui suinte de mes pores en quantité hallucinante. Je ne suis pourtant pas du genre à avoir des auréoles partout sur le corps dès que j’effectue le moindre geste. Je lorgne cependant si près de mes retranchements que mon anatomie ne peut que réagir et se mettre en difficulté en tentant de réguler la température de mon corps. Fin de série, je prends quinze secondes de récupération et attaque une nouvelle salve, ne lésinant pas sur les répétitions, accentuant la cadence série après série, mouvement après mouvement. Alvaro débarque à ce moment-là, le mec arrive de je ne sais où, plein d’énergie et de vitalité, fermement décidé à mettre les points sur les i et à lancer une discussion des plus sérieuses avec moi. Qu’il veuille me rejoindre pour faire du sport, ça ne me surprendrait pas, mais j’avoue que son ton résolu et hyper sérieux me pousse à me questionner. Je ne suis pas habitué à le voir se comporter ainsi, avec moi il a toujours un grand sourire qui ne le quitte pas, il n’est jamais le dernier à balancer une petite vanne ou à chercher à me charrier en utilisant un prétexte quelconque. Je ne retrouve rien de tout cela en lui ce matin. Je ne le connais peut-être pas depuis dix ans, mais j’ai appris à interpréter ses mimiques, ses manies et la manière dont il bouge… Logique, contrairement à la vie en dehors du bateau, nous n’avons pas grand-chose d’autre à faire ici. Cette aventure accélère le développement des relations amicales, il faut voir à quel point les amitiés se nouent en un rien de temps ici, j’en suis le premier surpris. A la base, je participais quand même à Thrown Dice pour la faire à l’envers à tout le monde, récolter un maximum de pognon en découvrant des secrets en manipulant les uns et les autres sans me poser le moindre dilemme moral. On voit à quel point j’ai changé mon fusil d’épaule, il est aujourd’hui plus aisé de me comparer à un bisounours plutôt que de m’envisager dans le rôle de l’enfoiré de service, manipulateur et stratégique à souhait. J’accepte son offre après l’avoir mis en garde, après un tel programme, je dois sentir la transpiration comme jamais, le genre de choses qui ne m’arrive jamais parce que je prends soin de courir jusqu’à la douche pour ne pas croiser personne pendant que je me trouve dans un tel état. J’ai horreur de cela, je suis le premier à être gêné lorsque quelqu’un près de moi sent très mauvais, qu’il s’en rende compte ou non. D’un autre côté, c’est assez délicat de prévenir le quidam en question, parce qu’on ne peut jamais savoir si c’est volontaire ou non, s’il prendra bien la remarque ou non… J’me verrais tellement pas aborder quelqu’un pour lui signaler qu’il cocotte sévère et qu’il faudrait peut-être songer à changer de vêtements et à prendre une énorme douche en n’hésitant pas à abuser du gel douche. On quitte tous les deux la salle de sport et j’accepte bien volontiers de le suivre, j’ignore où il m’emmène, j’ignore ce qu’il a à me dire mais plus les secondes passent et plus je commence à éprouver une certaine forme d’angoisse. Stupide n’est-ce pas ? Que de se sentir stressé à l’idée d’être confronté à quelque chose qui pourrait avoir un impact négatif sur une amitié qui n’existe que depuis plus ou moins deux mois. Pourtant j’serais vraiment affecté si nous venions à nous étriper sur un sujet quelconque. Croyez-le ou non, mais je me suis attaché à ce frérot. Quand je vous dis que j’suis une putain d’éponge. On arrive sur l’un des ponts et mon bro’ reprend la parole. Sans trop rentrer dans les détails, je comprends pour le moment qu’il est question d’une grande décision, d’un cap à passer et de mon soutien. Il a besoin de me soutien pour quelque chose, bien évidemment que je serais là pour l’épauler, pourquoi ne le ferais-je pas ? Il a vraiment un comportement étrange ce matin, peut-être qu’il a mal dormi… Peut-être qu’il a trop dormi au contraire. Tout ceci me semble flou, j’ai du mal à le suivre. Un vrai pote, il pourrait être intéressant de se pencher sur ce qu’est véritablement un pote comparé à un ami pour Alvaro mais j’accepte gracieusement le compliment, parce que ça fait toujours du bien de se sentir apprécié, surtout en ce moment. L’alcool, c’est de l’alcool dont on parle et le désir de mon camarade d’arrêter les frais jusqu’à la fin de l’aventure. Il n’a plus envie de se mettre en danger, de se donner en spectacle comme il a pu le faire la semaine passée avec moi dans la piscine. Je ne peux que le comprendre, nous sommes partis tellement loin dans les détails, les confidences sur nos histoires de cœur, de cul… J’aurais pu être gêné également si j’accordais de l’importance au regard qu’ont les autres sur ma petite personne. A la place, complètement désinhibé, j’ai repris ma petite vie comme si de rien n’était. Il parle de l’aventure plus précisément, il insiste bien là-dessus et je suppose que cela a à voir avec les caméras qui ne loupent pas la moindre miette de nos échanges. « T’as raison, et le fait d’en avoir conscience et de te parer à prendre les bonnes décisions pour remédier à ce problème d’exposition constitue un solide pas en avant. Tu as mon soutien sur toute la ligne ! » Et encore, je suis loin d’imaginer ce qui m’attend. « Particulier ? » Je relève, interpelé par cette formulation pour le moins alambiquée. Peut-être est-ce une manière insidieuse de faire référence à son secret ? Je n’ose pas trop m’étendre sur le sujet, le prime de samedi devrait me permettre de mettre des mots sur pas mal d’interrogations. Le point sur lequel Alvaro tenait véritablement à recueillir mes impressions est finalement abordé, je me dois de le soutenir en m’engageant à mon tour, en arrêtant l’alcool, pour lui… Pour qu’il puisse s’en sortir sans être tenté. Aucune promesse spécieuse, pas le moindre sentiment de redevance pour le sacrifice que je m’apprête à faire. Je le fais de gaité de cœur, sans véritablement éprouver de sensation de privation. Alvaro, il me touche toujours lorsqu’il mentionne son fils, je ne peux que soutenir son geste, son désir de le rendre fier et de ne pas le décevoir en donnant une mauvaise image de sa personne. Jusqu’en enfer, j’suis parti pour signer un pacte avec le diable s’il le faut du moment qu’Alvaro puisse relever le plus gros défi de son aventure. Un petit rictus m’échappe tandis que je remarque, amusé. « Qui l’eut cru, avoue que tu ne t’attendais pas à autant de profondeur de ma part ! » Je suis le petit mec qui fait rire tout le monde après tout, parfois complètement décalé, d’autres fois sacrément vulgaire et à la limite d’être lourdingue. Un individu à part entière, je suis doté d’une multitude de facettes dont certaines que je ne m’autorise pas à dévoiler à mes interlocuteurs par peur d’être blessé en retour. « Tu ne crois tout de même pas que tu pourras te débarrasser de moi aussi facilement que ça ? Je n’irais nulle part ! » Oh que non, j’ai la ferme intention de revoir certaines de mes rencontres les plus marquantes : @Leela, @Beth, @Eben, @Hunter… J’aimerais bien revoir @Phil également, parce que j’avais plutôt bien accroché avec lui en début d’aventure. Ce mec est parti trop tôt, un véritable gâchis. Pas folle la guêpe, j’en profite pour quémander un service à ce frérot sur qui j’ai conscience de pouvoir compter. Lui aussi devra être là, pas sur le bateau… Non… Plutôt à l’extérieur pour s’assurer que je ne tourne pas mal, que je me tienne à mes bonnes résolutions… Pour que je puisse m’ouvrir aux autres et que j’apprenne à vivre comme j’aurais du le faire depuis la nuit des temps. Je me suis libéré sur le bateau, j’ai toutes les cartes en main pour m’épanouir à l’extérieur, à condition de prendre les bonnes décisions et de saisir les opportunités qui s’offriront à moi. Il confirme être prêt à relever ce défi et me prend dans ses bras pour m’enlacer. C’est la première fois qu’on se retrouve si proches tous les deux et… J’sais pas… Il y a un truc qui me touche particulièrement dans ce geste en apparence si anodin. Il a une symbolique profonde à mes yeux, une symbolique qui me fait pétiller les yeux, très ému et incapable de dissimuler tout cela. « … Merci… » Il n’a pas idée de l’importance que cela a pour moi, que quelqu’un me fasse la promesse d’être là pour moi, contrairement à toutes les personnes qui ont été présentes dans ma vie jusqu’à maintenant, contrairement à mes propres parents. Je le serre fort contre moi et ravale des larmes que je ne veux surtout pas voir perler le long de mes joues. J’sais pas si c’est la semaine qui veut cela, mais j’suis sacrément à fleur de peau. Je pouffe de rire et perd mon propre combat avec mes larmes qui débordent et finissent par dévaler mon visage. « C’est trop tard… T’as pas senti cette immense poutre frotter contre ta cuisse ? C’était moi… » J’ai un sourire malicieux et je baisse les yeux, comme pour immiscer le doute dans l’esprit d’Alvaro en sous-entendant que les signes d’une réaction physique sont toujours visibles. Nous savons tous les deux qu’il n’a jamais été question de cela et que tout va bien de ce côté-là. Je me réserve pour @Hunter de toute manière. « Tu t’es plutôt retiré parce que je pue la transpi ouais… T’aurais continué à me câliner pendant des heures sinon ! » Je lui tire la langue et balaie les larmes d’un rapide aller et retour de l’une de mes paumes. « Ne pas avoir Hunter ni Beth cette semaine, ça me met une énorme claque. J’pensais pas que je me sentirais aussi… Perdu et seul sans eux ! » Je confesse en me laissant tomber contre l’un des transats. « J’devrais pourtant être heureux d’être en demi-finale, mais mon bonheur n’est pas complet. J’suis nostalgique. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 986
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 32
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : private investigator
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33K
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: every now and then I fall apart (mercredi, 10h30)   Lun 24 Sep - 2:28

C'est une décision pour le moins radicale que le cubain vient de prendre, et il va devoir l'assumer jusqu'à la fin de cette aventure, au moins. Il cherche en quelque sorte à s'auto-punir pour les deux fois où il a fait le con, en picolant plus que de raison. Il veut plus se taper de honte comme celle qu'il s'est payée samedi lors du prime, lorsque ses petites confidences à son pote ont été dévoilées au détour d'une chronique. Car qui sait ce qu'il serait encore capable de sortir avec un nouveau coup dans le nez, il peut clairement pas se permettre de voir certaines parties de sa vie déballées dans ces conditions, sous prétexte que l'alcool fait sauter chez lui tous les tabous et les limites existant lorsqu'il est sobre. Il s'agit pas d'oublier où il se trouve, ni le fait que ses échanges avec les autres candidats sont filmés. Si toutes ces caméras n'étaient pas braquées sur lui il serait évidemment beaucoup plus libre de laisser entendre ce qu'il veut, peu importe son état. Les confessions de l'autre jour n'auraient pas eu le même impact si elles avaient été sorties en dehors du cadre de l'émission, car dehors la notion de vie privée s'applique tandis qu'ici non. Il n'y a rien qui puisse être dit ou fait entre les murs de ce bateau et qui ne risque pas de terminer dans une chronique, il en a conscience depuis le départ mais n'a commencé à s'en soucier que très récemment. Car au début Alvaro il prétendait absolument tout contrôler, et c'est vrai, il y est parvenu pendant un temps. On a bien essayé de lui coller certaines étiquettes, mais il estime ne pas avoir donné matière à qui que ce soit de le ridiculiser pendant de nombreuses semaines. Puis il y a eu la soirée passée avec Ariadne au bar, durant laquelle il a eu la main un peu lourde sur la sangria et n'a pas su se montrer raisonnable malgré les recommandations de sa coéquipière. Ce soir-là il a merdé et c'est la première fois que le contrôle lui a échappé à la vue de tous, une première alerte qui ne lui aura toutefois pas servi de leçon puisqu'il a récidivé quelques temps plus tard. Ramener une bouteille de vodka, déjà, c'est une intention qui ne présageait rien de bon. Il peut pas en vouloir à Chaim de pas l'avoir stoppé ce jour-là, car l'un et l'autre ne se sont souciés de rien sur le moment, ils se sont lancés dans cette beuverie en totale inconscience sans mesurer les risques et les conséquences que pourraient avoir leur petites confidences. Alvaro il s'est pas reconnu quand il s'est vu à l'écran, en train d'aborder les détails de sa vie sexuelle complètement bourré. Certains n'y verront peut-être qu'une volonté de sa part de se lâcher un peu après s'être pris vachement au sérieux pendant des semaines, mais lui ne s'autorise justement pas ce genre de relâchements car tout ce qu'il est amené à faire ici peut affecter à la fois sa vie personnelle et sa vie professionnelle. Quand on a un gamin de sept ans et qu'on tient à garder une certaine crédibilité par rapport à son métier, on peut pas se permettre de s'afficher n'importe comment devant les caméras. Il a le droit de prendre du bon temps comme tout le monde Alvaro c'est pas non plus la schlague, mais y'a quand même des limites à pas franchir à partir du moment où on fait attention à son image. Cette surexposition peut pas lui faire que de la bonne pub, ça dépend forcément de comment il agit dans l'aventure et pour le coup il est seul maître de ses actes et de ses paroles. Il ne peut s'en vouloir qu'à lui-même si aujourd'hui tout le monde sait qu'il est dans une période d'abstinence sexuelle qu'il compense par la pratique du plaisir en solitaire. Autant de détails extrêmement personnels qui n'auraient jamais dû faire le tour du bateau et encore moins être diffusés à une heure de grande écoute. Faut s'imaginer que le cubain il est hyper pudique à ce niveau-là, et qu'il lui a donc fallu une sacrée dose d'alcool pour le désinhiber à ce point. Chaim aussi a vu pas mal de trucs le concernant dévoilés publiquement, il a d'ailleurs été encore plus loin que le cubain dans les confidences, livrant bon nombre de détails parfois graveleux sur ses expériences. Sauf que lui ça a pas l'air de le tracasser que tout se soit su, sûrement parce qu'il n'avait aucune limite à l'origine, ce qui les différencie tous les deux. Chaim c'est un mec qui ne connait pas la gêne par rapport à ce genre de choses, alors forcément ça doit rien lui faire de savoir que son intimité s'est retrouvée dévoilée de la sorte. Alvaro il a bien trop de responsabilités pour se permettre de faire une place à la débauche dans son aventure, alors jusqu'à nouvel ordre il n'est plus question qu'il boive une seule goutte d'alcool. Il a aucune envie de jouer le troisième épisode de ses frasques dues à la picole, et c'est un petit prix à payer pour lui garantir le contrôle de son image et de sa personne jusqu'à la fin du jeu. Le fait d'avoir le soutien de son pote signifie beaucoup pour lui, et il est pas venu le chercher par hasard Chaim, il a entrepris cette démarche en sachant pertinemment qu'il s'adresserait à un gars de confiance sur qui il pourrait compter. C'est pas un type susceptible de le juger de prendre une telle décision, alors même que le suivre dans ce sacrifice lui coûtera certainement beaucoup à lui aussi. Il a conscience d'en demander beaucoup à son pote, mais il savait aussi en venant le trouver que ce dernier le décevrait pas. Alvaro justifie la décision qu'il vient de prendre par la présence des caméras tout autour de lui, et les conséquences que certaines images montrées de lui pourraient avoir ne serait-ce qu'au niveau de son travail. Il garde en tête le fait que durant cette aventure il est exposé et donc responsable de son image en fonction de ce qu'il peut faire ou dire, il s'agit donc pas de déconner s'il souhaite préserver celle-ci. Il reconnait aussi avoir un rapport particulier avec son boulot, sûrement bien différent de celui qu'ont ses camarades avec le leur, ce que ne manque pas de relever son pote. « On aura bientôt l'occasion d'en parler. » il lui fait savoir en lui adressant un regard lourd de sens. C'est pas tellement compliqué de saisir où le cubain veut en venir à ce moment-là, et par bientôt il entend dans quelques jours, et plus précisément une échéance qui concerne quasiment tout le monde sur ce bateau. Il se prend un grand coup dans la gueule Alvaro quand son camarade lui annonce qu'il le suivrait jusqu'en enfer s'il peut lui permettre de rendre son fils fier, parce que ça sonne comme une déclaration d'amitié ou tout du moins d'affection à son égard et il aurait jamais cru avoir droit à ça ici. Il ose à peine y croire en fait, parce qu'en entrant dans cette aventure avec l'état d'esprit d'un individualiste prêt à s'unir stratégiquement aux autres pour avancer il aurait vraiment pas misé sur le fait de repartir de là avec des potes, des vrais. « J'avais effectivement pas prévu que tu me mettrais les poils comme ça enfoiré. T'as touché le père que je suis en plein cœur. » Il est plein de surprise Chaim, le roi de la déconne s'avère aussi être un mec avec un énorme cœur et beaucoup de principes. Ça fait un moment qu'il a gagné le respect d'Alvaro, et c'est dans des moments comme celui-là qu'il s'en montre parfaitement digne. Autant dire qu'il a aucune envie de perdre de vue un mec comme lui à la sortie, ce qui n'est de toute façon pas prévu comme en témoigne le principal intéressé. « J'ai trouvé des frères dans cette aventure, c'était tellement pas gagné pourtant. » Il était pas disposé à "s'égarer" là-dedans il y a plusieurs mois, comme il l'aurait dit à l'époque et il n'y a encore pas si longtemps d'ailleurs. Alvaro il est bien forcé de reconnaitre aujourd'hui que lui non plus n'a pas échappé au fait de s'attacher aux autres, lui qui se refusait pourtant à donner la moindre valeur au concept d'amitié dans ce jeu car estimant ne pas être là pour se faire des amis. Il s'applaudirait presque là, car vraiment c'est un retournement de situation auquel il n'aurait pas cru si on lui en avait parlé il y a trois mois. « Je donnerais presque raison à votre pote aux cheveux gras, avec son ineptie d'aventure humaine. » il reprend, songeant à la discussion qu'il avait eu avec Milan lorsque ce dernier lui avait vendu ce jeu comme une aventure à vivre sur le plan humain, à l'époque où lui ne jurait que par le jeu. Alvaro continue de penser que les sentiments sont pas censés primer sur le jeu et ne revoit pas ses priorités, mais il admet quand être parti avec des idées très radicales en tête et avoir finalement lui aussi donné dans le social et dans l'humain. On lui avait dit qu'il n'y échapperait pas et il n'avait pas voulu y croire, la vie en communauté a dû lui être sacrément bénéfique pour qu'il puisse s'ouvrir ainsi aux autres aujourd'hui. Chaim est en droit de lui demander ce qu'il souhaite à son tour, et il semblerait qu'il ait également besoin de son soutien. Lui aussi estime avoir évolué dans cette aventure, il souhaite à présent poursuivre sur cette voie et dans cette perspective il lui demande de veiller à ce qu'il ne retombe surtout pas dans ses travers. C'est de toute évidence une nouvelle vie qui attend Chaim à l'extérieur, à condition que celui-ci fasse ce qu'il faut pour rendre celle-ci possible et durable. Alvaro accepte bien évidemment de le soutenir et de l'aider à avancer, car il est pas question que son pote replonge après être parvenu à sortir la tête de l'eau. Il pense que c'est avant tout une question de volonté et qu'à partir du moment où Chaim le voudra, Chaim le pourra car ça se passe dans la tête. Mais il compte bien s'investir auprès de son frère, même à distance, pour s'assurer que ce dernier continuera sur sa lancée et ne retournera pas en arrière. C'est certainement plus qu'une page à tourner, c'est un nouveau bouquin à écrire. Il formule une promesse sans pour autant l'exprimer comme ça, mais c'est ce que ça signifie dans ses mots à lui et dans le franc-parler qui est le sien. La promesse d'être là pour son pote, de lui apporter son soutien au-delà de ce bateau et du cadre de l'aventure, et donc de concrétiser tout ça dans ce qu'il appelle la vraie vie. Il initie un contact fort avec Chaim, une étreinte qui scelle en quelque sorte l'engagement qu'ils prennent l'un pour l'autre. Sur le moment il capte pas que son pote est vraiment très ému par ce qu'il vient de dire, c'est lorsqu'ils se détachent et qu'il aperçoit les larmes s'écouler le long des joues de celui-ci qu'il le réalise. Et franchement, ça le secoue de le voir comme ça. « La vache, j'aurais finalement fait pleurer quelqu'un dans ce jeu ! » il remarque en se marrant pour s'efforcer de ne pas montrer ce que ça lui fait de voir son frère aussi touché. Ça lui fout une claque parce qu'une nouvelle barrière vient de sauter entre eux, en tout cas il le perçoit comme ça. Le voilà pris de frissons à nouveau, Chaim n'en finit décidément pas de le surprendre dans le bon sens, pour le coup il ne l'aurait pas cru aussi sensible. « Si et t'as certainement senti la même chose de mon côté. » il balance, entrant dans le jeu de son camarade qui tend à lui faire croire qu'il a pu provoquer une réaction chez lui durant leur étreinte. L'un et l'autre savent très bien qu'il n'est pas question de ça entre eux, car bon il a beau adorer Chaim il en est quand même pas au point où celui-ci lui ferait douter de sa propre hétérosexualité. Le délire de l'un devient bien souvent le délire de l'autre, et ils ont même pas besoin de se dire les choses pour se comprendre vu qu'ils fonctionnent de la même façon. Il se permet d'aborder la semaine difficile que son pote doit traverser, suite au départ de Hunter et peut-être aussi de Beth, dont il semblait être proche également. Chaim se dit seul et perdu sans eux, leurs départs semblent vraiment l'affecter mais il espère qu'il n'en perd pas pour autant son envie d'en découdre cette semaine. « C'est pas le moment de flancher mec, pas si près du but. » il déclare en plongeant son regard dans le sien tout en le saisissant au niveau des épaules. C'est pas dit qu'il ait réellement besoin de le rebooster, mais au cas où il tient à lui rappeler que la fin est proche mais qu'il peut encore réaliser de grandes choses dans cette aventure. « Mais si, t'es forcément heureux d'en être arrivé là ! Et j'ai aucun doute quant au fait qu'ils le sont aussi, pour toi. Tu dois t'accrocher à l'idée de les rendre fiers pour faire le plein de motivation, je suis sûr que c'est important pour toi. » Cette nostalgie qu'il dit ressentir est passagère, il en est convaincu. Chaim reste un compétiteur qui ne se laisserait sûrement pas miner éternellement par des départs, au contraire il doit en faire une force car Hunter et Beth ne voudraient certainement pas le voir baisser les bras aux portes de la finale. C'est un battant, il ne peut que s'en relever. « Je m'accroche aussi à l'idée de rendre mon fils fier de son père. Je le vois déjà me demander de lui présenter les deux armoires à glace avec lesquelles il m'aura vu trainer pendant des semaines, faudra d'ailleurs pas s'étonner s'il vous prend pour des surhommes Eben et toi. » Il sait pas s'il pourra un jour faire les présentations entre son gamin et ses deux frères, ça ne dépend pas que de lui et il se voit pas le proposer de façon explicite trop tôt non plus. C'est un truc qui se fera si l'occasion se présente ou si la demande est formulée par l'un de ses potes, il préfère pas formuler l'idée lui-même parce qu'ils veulent peut-être garder le contact sans se coltiner tout le package de sa vie compliquée à côté, ce qu'il pourrait comprendre.

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: every now and then I fall apart (mercredi, 10h30)   Mar 25 Sep - 19:34

L’alcool, ça peut réellement te transformer quelqu’un. Combien de familles ont été brisées à cause de cela ? Parce qu’il y a des gens, à mon image, qui ont l’alcool heureux et qui ne feront pas de vagues. A côté de cela, il y a ceux qui vont en profiter pour se sentir pousser des ailes et faire n’importe quoi. Combien de mecs, de femmes également, ont dérapé sous l’emprise de l’alcool et ont dépassé les bornes en allant jusqu’à abuser d’une personne sexuellement ? Combien de cas de violences conjugales sont signalés chaque année parce que l’alcool fait ressortir les aspects les plus aigris de la personnalité de la personne concernée. On se plaint parfois de ceux qui se mettent à pioncer dès qu’ils ont un coup dans le nez mais ils ont au moins le mérite de ne faire de mal à personne. A bord, j’ai l’impression que tout le monde supporte plutôt bien l’alcool, aucun d’entre nous ne s’est démarqué péjorativement sous l’emprise de l’alcool et c’est tant mieux, il ne manquerait plus que ça. Tu as des gars comme Alvaro qui vont néanmoins se sentir impuissants parce qu’un excès de boisson les désinhibe un peu trop et que les propos qu’ils tiennent sont loin, très loin, des limites qu’ils s’imposent quotidiennement pour maintenir une posture respectable et discrète. Je comprends qu’il soit désarçonné par toutes les confidences qu’il a pu me faire avec toutes ces caméras braquées sur nous. Tu m’étonnes qu’il soit perturbé après que ces mêmes images aient été diffusées partout à la télévision et sur le net. Il y a de quoi devenir dingue, quand la production profite d’un moment de faiblesse pour te la mettre en l’envers, tout ça pour faire de l’audience en proposant des dossiers savoureux. On le sait tous en débarquant ici, qu’il faut faire attention à ce que l’on dit. @Eben et @Milan ont lancé les hostilités cette saison, ils ont pris cher à cause du discours tenu sur les demoiselles du bateau. Je puis vous assurer que j’ai retenu la leçon même si je n’ai pas pu m’empêcher quelques bourdes plus grosses que moi de m’échapper tout au long de l’aventure. J’estime ne pas m’en être trop mal sorti au final, je n’ai jamais manqué de respect à personne et je suis resté dans les clous. Si arrêter l’alcool me permet de rendre service à ce grand frère qu’est Alvaro pour moi, il n’a même pas besoin de m’implorer ou d’argumenter pendant des heures… Je suis déjà partant et prêt à adopter mes nouvelles résolutions dès maintenant. Ma consommation d’alcool sur le bateau a, de toute manière, été beaucoup plus élevée qu’à l’extérieur. Rares sont les occasions où je décide de me lâcher en enquillant un maximum de bières et d’alcools plus ou moins forts. Je me l’autorise une fois de temps en temps, lorsque j’ai une grosse soirée de prévue, mais le reste du temps je me limite au maximum pour éviter de prendre du bide. C’est la première chose que je conseille à mes apprentis sportifs lorsqu’ils se présentent à la salle de sport pour la première fois, qu’ils sont motivés, remontés à bloc et qu’ils demandent des conseils pour adapter leur régime alimentaire : bannir l’alcool. Pas besoin de bouffer du blanc de poulet à longueur de journée et d’enchainer les œufs les uns derrière les autres, de simples réductions (aussi drastiques soient-elles) suffisent parfois à favoriser le gain de muscles et la sèche. Plus d’alcool pour le restant de l’aventure, probablement plus d’alcool pour un bon moment tout court. Bon vent, mes abdominaux me remercieront dans quelques jours lorsque je n’aurais plus à les solliciter avec autant d’insistance pour compenser les effets de la Junk Food combinée à une consommation excessive d’alcool. Contrairement à Alvaro, je ne me lance pas un tel défi dans le but de garder le contrôle de mon image. Je devrais peut-être y songer, mais il est déjà trop tard pour cela. Ma personnalité entière m’empêche de faire preuve de retenue, avec un secret comme le mien, difficile d’imaginer que ma réputation ne me précède pas déjà à l’extérieur. J’accepte d’être le queutard que tout le monde associe à ma personnalité, je l’ai été pendant des années. Peut-être parviendrais-je à trouver une forme de rédemption aux côtés d’@Hunter, peut-être qu’il me faudra plus que cela pour parvenir à me racheter, à retrouver un semblant de stabilité dans ma vie qui me permettra de prétendre à de la respectabilité. Respectable, pour l’heure, je suis loin de l’être. Je n’ai pas mauvais fond pour autant, mes limites ne sont juste pas les mêmes que pour les autres, c’est tout. Son rapport à sa profession entre énormément en ligne de compte et j’avoue être interpelé par cette relation des plus étranges depuis un moment déjà, toutes les questions à mes réponses devraient être élucidées lors du prime de samedi. Tous les secrets seront dévoilés et les masques tomberont enfin. « Je serais là si tu as besoin d’en parler et de te confier plus largement dessus ensuite, d’acc ? Que ce soit ici, si nous sommes tous les deux encore là, ou à l’extérieur ! » J’ignore l’issue du prime de samedi, il se pourrait très bien qu’on se retrouve tous les deux en finale comme tous les deux éliminés ou, situation plus probable encore, que l’un d’entre nous parvienne à se qualifier et pas l’autre. J’suis peut-être pas le premier mec auquel quelqu’un penserait pour sa fille, parce que je n’ai rien d’un jeune premier et que des casseroles j’en traine des dizaines derrière moi… Toujours est-il que j’ai des valeurs et que mon rapport à la parentalité est le reflet de tout ce que j’aurais aimé avoir. Alvaro, je le respecte pour sa présence paternelle, parce qu’il ne pense qu’à son gamin et qu’il fera le nécessaire pour lui assurer un avenir aussi brillant possible, pour ne pas lui nuire et pour ne pas le mettre dans une position où son image l’impacterait directement. Pour préserver cette relation, je suis prêt à tout tenter et à tout faire, à le suivre jusque dans la merde s’il le faut, jusqu’en en Enfer comme on dit. Ce mec, c’est un modèle incroyable. J’aimerais, un jour, être ce même père pour mes enfants, ne pas rentrer dans le moule imposé par mes parents. Ne pas transmettre à ces petits êtres le dégoût que je peux éprouver à leur égard, ne pas leur inspirer la peur et l’abandon. Mes gosses, ils seront chéris et tant pis si je dois me saigner pour leur offrir une vie digne de ce nom, je n’hésiterais pas. Il n’y a que pour eux que je serais prêt à envisager remettre les mains dans le cambouis, si faire du sale s’avérait être la seule solution pour leur apporter les éléments nécessaires à leur bonheur. « L’un comme l’autre, nous n’étions pas là pour fraterniser ! » Alvaro l’assumait plus que moi, il est vrai, parce que j’optais clairement pour une approche basée sur l’hypocrisie et la discrétion. Je comptais être un serpent, me mouvoir et attaquer au dernier moment. Au final, je n’ai rien été de tout cela… J’suis même pas vraiment capable de faire preuve de compétitivité en demi-finale, c’est pour dire. « Le cœur parvient toujours à s’émanciper lorsqu’il est au contact des bonnes personnes au bon moment ! » Et notre cœur, il parle pour nous. Il parle pour cette relation fraternelle, pour @Eben comme pour @Alvaro, pour des gens comme @Leela qui m’ont énormément apporté et pour @Hunter… Putain, je n’ai jamais eu un cœur aussi bavard ! Mon grand pote accorde un tant soit peu de crédit à @Milan qui avait prévu à juste titre que cette aventure serait exceptionnelle du point de vue humain. « J’suis sûr qu’avec quelques semaines supplémentaires, tu serais parvenu à percevoir en lui ce qu’@Eben et moi étions capable de retrouver. » Si ses deux meilleurs potes du jeu s’entendaient avec @Milan, ce n’est pas pour rien, n’est-ce pas ? On n’aurait pas autant accroché s’il était aussi stupide que décrit par la plupart de nos camarades. Parce qu’@Alvaro n’est pas seul à avoir une énorme faveur à demander, je profite du moment pour y aller franco avec lui. Je n’ai pas suffisamment confiance en moi pour aborder la sortie avec sérénité. Je me connais, je ne sais que trop bien comment je réagis quand je suis dans la merde, quand la situation se corse, quand trop d’options se présentent à moi… Je suis capable de tout faire foirer et je me refuse à cela, je ne veux pas en arriver là, pas à nouveau, pas encore. La seule chose que je veux, quand l’aventure aura pris fin pour moi, c’est parvenir à briser la boucle, fuir ce cercle infernal dans lequel je me suis confiné pendant beaucoup trop de temps. Alvaro sera au rendez-vous, peu importe la distance qui nous sépare, peu importe le nombre de kilomètres, il restera là, quelque part, tel un ange gardien, à veiller à ce que je ne fasse pas n’importe quoi. Il me prend dans ses bras et… Merde, je n’aurais jamais pensé que tout ceci me reviendrait en pleine face. Je suis ému et j’ai beaucoup de mal à contenir tout cela pour moi… J’suis pourtant pas le genre de mec qui laisse beaucoup de place à ses émotions, je déteste être expressif et je considèrerai presque cela comme un acte de faiblesse mais avoir quelqu’un qui est là, qui souhaite réellement t’aider et te pousser à exploiter ton potentiel ça change de toutes les personnes qui n’ont jamais su répondre présent quand je leur tendais des perches, aussi rares furent-elles. Je tapote l’épaule de ce frère d’armes en étouffant un rictus. « Chut, t’as rien vu, aucune larme, rien du tout ! » Je les balaie d’un rapide coup de main même si mes yeux, eux, continuent d’être embués. J’explose de rire lorsque la discussion lorgne du côté de nos petites habitudes, de la déconnade, de ce second degré que ni l’un ni l’autre n’avons besoin d’explicité plus que de raison. « Ah… C’était ça… J’pensais que c’était un briquet ! Ton célibat s’explique enfin ! » Je me mordille la lèvre inférieure pour retenir un rire et lui tire la langue. J’imagine qu’il a tout ce qu’il faut là où il faut, dans le cas contraire… Peut-être qu’il y aurait enfin une justice parce que ce petit mec est quand même très proche de la perfection. Mes incertitudes, ma nostalgie, le manque… Alvaro balaie tout ceci du revers de la main avec quelques paroles dignes des plus grands discours : avec simplicité et efficacité. « T’inquiètes mec, je suis remonté à bloc. Je veux absolument saisir l’opportunité qui se présente à moi et t’affronter en finale ! » Ce serait un bel affrontement pour moi, un honneur même. Peu m’importe d’en ressortir vainqueur ou non, tout ce dont j’ai envie, c’est d’aller jusqu’au bout avec lui ! L’idée de faire connaissance avec son fils fait s’étirer mes lèvres en un fin sourire. Je suis touché, parce qu’il doit vraiment me considérer pour que l’idée lui passe par la tête… On ne présente pas n’importe qui à ses mômes. « J’peux enfiler une tenue en lycra et débarquer à la sortie de l’école pour marquer le coup, ça ne me dérange pas… J’ai toujours su soigner mes entrées ! » Quitte à être un surhomme hein… J’imagine plutôt bien @Eben dans une tenue en lycra, boudiné comme pas possible. « Faut que j’trouve une tenue de superhéros dans laquelle @Eben n’aura pas l’air d’être boudiné ! »
Revenir en haut Aller en bas
 

every now and then I fall apart (mercredi, 10h30)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» TWR 2vs2 The Rise and Fall of Rome
» MASTERCHEF - mercredi 4 juillet, 6h02
» Let the Sky fall on you • Heaven Angel [VALIDE]
» « why do we fall ? » ◊ ANGEL.
» Fall Out Boy
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: PONT PROMENADE-
Sauter vers: