summertime sadness (dimanche - 1h05)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 555
AVATAR : Chloe Moretz
ÂGE : 20
LOCALISATION : manchester
MÉTIER : future étudiante en sociologie


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 20353£
AFFINITÉS:
MessageSujet: summertime sadness (dimanche - 1h05)   Lun 17 Sep - 21:12

@Hunter est parti. Il n'est plus sur le bateau, ça y'est. Eliminé. Pouf. Une minute il est là et l'autre minute, envolé. Une chape de tristesse s'est abbatue sous moi. Je savais bien que c'était une possibilité qu'il soit éliminé, mais malgré tout le choc est là. J'ai l'impression qu'on avait tellement de choses à vivre encore dans ce jeu. Une fois le prime terminé, je suis allée m'isoler dans ma cabine. Celle là même que je partageais encore avec Hunt ce matin. Maintenant c'est @Llewyn qui va prendre sa place. Bien sur je suis contente de me retrouver avec lui, mais ça n'enlève pas l'incommensurable tristesse que je ressens à l'heure actuelle. Je sais que c'est seulement un jeu, c'est complètement stupide d'être dévastée par une élimination, mais voilà. Je ne peux pas m'empêcher de ressentir ce que je ressens. J'ai un pincement au coeur en voyant son lit, vide. Et là j'aperçois qu'il a laissé trainé un tshirt, il a dû l'oubier. Je l'attrape et le porte à mon visage, il a encore son odeur. Je me couche encore toute habillée sur mon lit, le tshirt dans mes bras, comme si c'était un doudou. Et je pleure, je me laisse aller, les vannes sont complètement ouvertes. Autant sur le prime, j'essayais malgré tout quelque peu de les contenir, autant là, je laisse libre court à mes émotions. Je dois tellement avoir l'air ridicule à l'heure actuelle, mais je m'en fiche. Laissez moi chialer en paix. Je suis là en PLS sur mon lit, depuis je ne sais combien de temps, lorsque j'entends la porte s'ouvrir. Je redresse quelques instants ma petite tête pour voir de qui il s'agit. Llewyn. Ah il doit bien me trouver pathétique à me voir comme ça. " C'est pas du tout ce que tu crois. Je ne suis pas du tout en train de chialer comme un bébé et ceci n'est pas le tshirt de Hunt. “ Du tout. C'est crédible hein n'est ce pas ? ” Parce que bon cela serait vraiment ridicule si c'était le cas... “ Je dois tellement plus ressembler à rien avec mon mascara qui coule. Je renifle. Pourquoi je n'ai pas pensé à prendre du waterproof ? ” Tu viens t'allonger près de moi ? “ Je me pousse sur le côté du lit, vers le mur, pour lui faire une petite place. Je lui laisse pas trop le choix en fait, il est obligé de s'exécuter. ” Je sais pas pourquoi mes larmes ne veulent pas s'arrêter de couler ."

_________________
your future is as bright as your faith


J'ai enlevé les deux « f »du verbe souffrir, maintenant je vais bien. (c) signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 629
AVATAR : james bay.
ÂGE : 27
LOCALISATION : londres, uk.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 568£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: summertime sadness (dimanche - 1h05)   Mar 18 Sep - 1:20

La fin du prime avait été accueillie avec beaucoup de tristesse par Llewyn, que le départ de Hunter avait profondément peiné alors qu'ils étaient très proches l'un de l'autre et qu'il était l'une des personnes à qui il tenait le plus sur ce bateau. Les qualifications d'Ariadne, Bryce et Livia avaient apaisé un peu de sa peine, mais il avait plus généralement passé une soirée un peu étrange et avait quitté le salon avec une certaine hâte une fois les lieux vidés. Il eut besoin de prendre l'air quelques instants et en profita pour aller fumer sur le pont, avant qu'une pensée ne le rattrape brusquement. Cette semaine, il partageait la cabine de Poppy, c'était une information qu'il avait intercepté quelques instants plus tôt mais dont il n'avait pas forcément pris la pleine mesure sur le moment. Parce que ça lui avait fait très plaisir d'apprendre qu'ils dormiraient dans la même cabine, mais que maintenant qu'il prenait cinq minutes pour souffler et se reconnecter un peu à leur réalité, il réalisait l'impact qu'avait sûrement eu le départ de Hunter sur la jeune femme et il se sentait très mal à l'idée qu'elle soit peut être partie rejoindre leur cabine et se retrouve toute seule pour composer avec sa peine. Ça faisait plusieurs jours qu'il essayait d'être là pour elle et qu'il tentait de l'apaiser parce qu'il avait le sentiment qu'ils pouvaient se comprendre et expérimentaient un peu la même chose entre leurs peines et leurs désillusions respectives, et plus les jours passaient et plus son bien être lui était important. Ce soir il imaginait ce qu'elle pouvait ressentir et il avait vraiment envie de lui offrir du réconfort, parce qu'il l'aimait beaucoup et que Poppy était quelqu'un qu'on n'avait pas envie de savoir toute seule à souffrir dans son coin. Alors il s'empressa de regagner le pont E et prit la direction de leur cabine. Poussant la porte, son regard se déposa sur la blonde qui se trouvait couchée sur son lit et il comprit qu'elle vivait effectivement un moment un peu compliqué. « Oh, Poppy... » Il souffla avec émoi et compassion avant d'esquisser un sourire triste quand elle tenta de dédramatiser la situation et de s’avancer de quelques pas à travers la cabine dont il referma la porte derrière lui. « Je ne trouve pas que ce serait ridicule, non. » Il souffla avec douceur, attendri et forcément touché de la voir dans cet état parce qu'il ne supportait pas de lire la tristesse sur le visage des autres et que le sien était parmi les plus souriants du bateau. C'était un rayon de soleil Poppy, et c'est ce qui rendait cette vision encore plus triste à ses yeux. « Il n'y a pas de honte à pleurer, surtout si ça peut nous faire du bien. Ce soir tu as le droit d'être triste et demain on verra, d'accord ? » Elle avait vraisemblablement besoin d'évacuer sa peine et c'était une chose qu'il pouvait tout à fait comprendre, étant sensible et lui-même particulièrement éprouvé ces derniers temps. Ce n'était pas lui qui irait dire à quelqu'un qu'il avait tort de pleurer, et Poppy avait plus d'une raison de ne pas se sentir bien. « Bien sûr. » Il reprit doucement lorsqu'elle l'invita à se coucher à coté d'elle sur son lit, s'y allongeant sur le dos avant de tourner son visage vers le sien. « Approche. » Il passa un bras autour d'elle pour la reprocher de lui et la serrer de façon à ce qu'elle se sente vraiment soutenue et ait littéralement l'impression de pouvoir se reposer sur quelqu'un. « Tu sais, son départ me rend triste aussi. Il était un peu comme un petit frère pour moi, ici. » Hunter lui manquerait beaucoup parce qu'il lui avait beaucoup apporté durant ces quelques semaines et qu'il était peut être parti au moment où Llewyn aurait eu le plus besoin de lui, de sa chaleur et de son empathie. « Je suis sûr que vous allez vous revoir. » Il esquissa un doux sourire et laissa sa main libre sécher quelques larmes et essuyer quelques traces de mascara sous les yeux humides de Poppy. Sa tristesse résonnait directement à l'intérieur de son cœur, ça le touchait d'une façon particulière. « Dis-moi ce qui t'aiderait à te sentir mieux. » Il ne savait pas s'il s'y prenait comme il fallait ni si ce qu'il lui disait l'aidait vraiment, mais il avait envie de lui redonner le sourire ou à défaut de voir couler un peu moins de larmes sur ses joues.

_________________
I watch you on
the red horizon.
we live through scars this time, but I've made up my mind. we can't leave us behind, anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 555
AVATAR : Chloe Moretz
ÂGE : 20
LOCALISATION : manchester
MÉTIER : future étudiante en sociologie


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 20353£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: summertime sadness (dimanche - 1h05)   Sam 22 Sep - 11:36

Ah il doit bien me trouver pathétique là à pleurer comme une madeleine, le tshirt de Hunt en main. J'suis sure que Sil m'engueulerait, déclarant que le bonhomme ne vaut pas qu'on chiale pour lui. Mais bon je m'en fiche, j'ai bien le droit d'être triste non ? Peut être que les autres ils arrivent à gérer leurs émotions, ils sont super forts et tout, mais moi c'est pas mon cas. Et maintenant que les vannes sont ouvertes il va être difficile de m'arrêter. Llewyn tente de me rassurer et me dit que j'ai le droit de pleurer et d'être triste. Ce soir en tout cas, pour demain on verra. Heureusement que je ne partage pas ma chambre avec Bryce parce qu'elle se serait sûrement foutu de ma gueule. Et ce n'est pas de ça dont j'ai besoin maintenant. Je veux juste qu'on me laisse exprimer ma tristesse quelques minutes. Parce que oui, j'ai le droit de l'être après tout. Je ne reverrais plus la petite tête de Hunt tous les jours. Je ne me réveillerais plus à ses côtés. Et cela ne sera très certainement plus prêt d'arriver. Lllewyn vient alors s'allonger à côté de moi, comme je lui ai demandé. Il me serre même contre lui, ce dont je ne vais pas me plaindre, bien au contraire. Je pose ma tête contre sa poitrine. Il me confie que son départ le rend triste aussi, il le voyait un peu comme un petit frère. " Tu comprends alors. “ Sauf que bon lui il est pas en train de chialer et de s'afficher devant des millions de télespectateurs. Puis bon sa peine doit être un peu plus légère que la mienne quand même. ” Surement mais... “ Lorsqu'il déclare que je vais le revoir. Je ne finis pas ma phrase. Je ne suis pas sûre d'avoir envie de le dire à haute voix. Ce qu'il pourrait faire pour m'aider à me sentir mieux ? ” Annuler les votes du public et faire revenir Hunt ? “ Hm non ce n'est très certainement pas dans ses cordes. ” Tu pourrais soudoyer un membre de la production, jouer de tes charmes “ C'est cela oui. ” Non mais juste ta présence suffit. ” que je dis alors plus sérieusement. Qu'il soit là avec moi, je n'en demande pas plus. " Tu crois que je vais finir dans le bétisier ? Je suis sure qu'ils vont faire des gifs de moi... “ Et se foutre de ma gueule. Et détourner tout plein d'images pour les rendre amusante. En temps normal j'en serais la première à rigoler. ” Je suis contente de partager ma chambre avec toi. "

_________________
your future is as bright as your faith


J'ai enlevé les deux « f »du verbe souffrir, maintenant je vais bien. (c) signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 629
AVATAR : james bay.
ÂGE : 27
LOCALISATION : londres, uk.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 568£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: summertime sadness (dimanche - 1h05)   Sam 22 Sep - 21:12

Ça lui faisait vraiment mal au cœur à Llewyn de voir Poppy aussi triste, parce qu'il ne supportait pas l'idée que quelqu'un ait de la peine. Ça lui rappelait aussi qu'il n'allait pas bien de son coté, mais il oubliait son propre mal-être quand il voyait la jeune femme dans cet état. Poppy était une jeune femme douce dont l'enthousiasme et les sourires l'avaient parfois énormément aidé quand il était au plus mal dans cette aventure. Elle avait été là pour lui quand ça s'était mal passé avec Livia et s'il n'y avait pas eu des personnes comme Poppy pour lui changer un peu les idées, il n'aurait probablement pas tenu le coup. Ce soir elle avait besoin qu'on la réconforte et il voulait qu'elle sache qu'elle était en droit de pleurer, que c'était normal d'être triste. Il vint s'allonger près d'elle parce qu'elle le lui avait demandé mais aussi certainement parce qu'il en avait envie. Il avait sûrement besoin d'un peu de tendresse lui aussi, et Poppy était peut être la seule personne sur ce bateau qui ne le regarderait pas de travers s'il le lui disait. Cette étreinte, elle réchauffait son cœur tout comme il espérait qu'elle réchauffait un peu le sien. « Bien sûr que je comprends. » Il lui souffla avec douceur, parce que même s'il essayait de relativiser sur le départ de Hunter, il était peiné par tout ça. Poppy avait certainement un peu de mal à l'envisager pour l'instant, mais il était persuadé qu'elle reverrait Hunter à l'extérieur, ils étaient trop complices pour se perdre de vue. Il esquissa un sourire triste quand elle reprit la parole. Il se sentait un peu bête parce qu'il voyait bien qu'il ne pouvait pas l'aider autant qu'il voudrait. « De mes quoi ? » Il releva en émettant un rire sans joie. « Je ne possède pas vraiment ce genre d'atouts alors ça risquerait d'avoir l'effet inverse. » Il savait bien qu'elle l'avait dit sans vraiment le penser, mais il expérimentait une phase où il commençait à se déprécier dans tout ce qu'il était, et depuis la façon dont Livia l'avait rejeté il se sentait douloureusement repoussant. Et maintenant qu'il se retrouvait avec trois des garçons les plus séduisants de l'aventure, il se sentait obligé de se rabaisser encore plus. Ses lèvres retrouvèrent un doux sourire lorsque Poppy lui fit savoir que sa présence suffisait à ce qu'elle se sente mieux, parce que c'était apaisant d'entendre ce genre de choses. Il n'était pas sûr d'arriver à lui remonter le moral quand il avait passé la porte de leur cabine, alors ça le rassurait. « Si c'est le cas, tu ne devras pas y accorder trop d'importance. Je peux attester que c'est particulièrement difficile de se voir pleurer sur un écran, mais je ne crois pas que qui que ce soit puisse te reprocher d'être triste dans cette situation. » Il voulait bien croire qu'il y ait toujours des sceptiques pour juger les liens noués dans ce genre de jeux superficiels, mais après deux mois à vivre les uns avec les autres c'était normal de vivre difficilement un départ, surtout quand comme Poppy on s'était autant attaché à quelqu'un. « Moi aussi je suis content de la partager avec toi. » Il reprit dans un sourire, touché qu'elle le lui dise et peut être encore plus après ce qui s'était passé lors de la première nuit qu'il aurait du passer avec Livia la semaine dernière. « Tu te souviens quand on était dans l'institut et que tu m'as dit que tu n'avais jamais été massée par un homme avant ? » Il demanda après quelques secondes, en tournant son visage vers le sien. « Je ne te l'ai pas dit sur le moment pour ne pas que tu me penses inexpérimenté, mais ça faisait aussi très longtemps que je n'avais plus massée une femme. » Forcément ce n'était pas une chose qu'il avait mise en avant alors qu'il avait les mains posées sur son dos et qu'il voulait qu'elle lui fasse confiance, mais il avait envie qu'elle le sache parce qu'il n'aurait pas forcément proposé un massage à n'importe quelle autre fille. « Et quand tu m'as dit que tu ne voudrais pas que ça dérange Livia, j'ai eu le sentiment que tu n'y croyais pas vraiment. Comme si tu ne te pensais pas capable de la rendre jalouse. » Probablement parce que Livia avait beaucoup d'atouts, qu'elle était très séduisante et le genre de femme à attirer l'attention sans avoir besoin de beaucoup d'efforts pour ça. « Moi je pense que tu pourrais rendre jalouse n'importe quelle femme, parce que tu es très belle et que tu n'en as pas conscience. » C'était troublant pour pas mal d'hommes, et dangereux pour pas mal de femmes. Et ça n'était pas pour rien s'il le lui disait maintenant, après toute cette histoire avec Hunter. Llewyn, il était persuadé qu'une petite partie de Poppy pleurait aussi parce que le départ du jeune homme avait réveillé certaines choses et il savait trop bien à quel point ça pouvait faire mal de se déprécier. Le fait qu'il se sente repoussant ne signifiait pas que c'était normal, mais contrairement à lui Poppy n'avait aucune raison de penser qu'elle ne pouvait pas plaire.

_________________
I watch you on
the red horizon.
we live through scars this time, but I've made up my mind. we can't leave us behind, anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 555
AVATAR : Chloe Moretz
ÂGE : 20
LOCALISATION : manchester
MÉTIER : future étudiante en sociologie


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 20353£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: summertime sadness (dimanche - 1h05)   Lun 24 Sep - 20:45

Je sais bien que je vais revoir Hunter à l'extérieur, mais ça ne sera plus comme avant. Je verrais plus sa petite tête tous les jours. Et quelque part j'ai un peu peur aussi de l'engouement médiatique. Si je dois tomber tous les 4 matins sur des tabloïds avec lui en couverture et Chaim en train de se bécoter... Je sais pas, peut être que je me ferais plus du mal à le côtoyer qu'autre chose. Je sais aussi que tout le monde va avoir son avis sur la question... Y'a une chose dont je suis certaine en tout cas c'est que là tout de suite il me manque déjà. Alors peut être que Llewyn pourrait jouer de ses charmes pour le faire revenir sur le bateau ? " Tes charmes ! “ que je répète. Oui oui il a bien entendu. Regardez le qui se dévalorise. ” Arrêtes t'en es bourré, bien plus que tu ne peux le croire. “ Malheureusement pour lui il fait parti du même club que moi, celui des gens qui manquent de confiance en soi. ” Je suis sure que dehors tu vas crouler sous les numéros de téléphone. “ Je ne doute pas du succès qu'il aura avec les filles. Elles seront toutes folles de lui, d'autant plus quand il se mettra à chanter. Franchement les muscles de Chaim à côté ils ne font pas le poids. Je déplore ensuite le fait que je vais très certainement finir dans le bétiser avec mes pleurs ridicules. ” Peut être que je finirais par en rigoler. “ Quand la peine sera passée. Pour l'heure elle est bien trop vive. En tout cas, je suis contente que Llewyn soit là, ça me réconforte. D'autant plus de savoir que c'est lui qui va partager ma cabine. Lui aussi semble content alors ça va. Enfin il le sera surement plus lorsque j'aurais arrêté de chialer et retrouvé ma bonne humeur habituelle. Qu'il ne s'inquiète pas, je n'ai pas l'intention de fondre en larmes tous les soirs, ou alors c'est que merde, je serais bien plus fragile que je ne l'aurais cru. Il me demande alors si je me souviens lui avoir confié d'avoir jamais été massé par un homme auparavant. Evidemment. Je me souviens encore mieux du massage. Il m'apprend alors que ça faisait très longtemps de son côté qu'il n'avait pas massé une femme. ” Et bien si ça peut te rassurer ça ne s'est pas vu. Mais du coup je me sens d'autant plus privilégiée alors. " que je rajoute dans un sourire. « Et quand tu m'as dit que tu ne voudrais pas que ça dérange Livia, j'ai eu le sentiment que tu n'y croyais pas vraiment. Comme si tu ne te pensais pas capable de la rendre jalouse. » En effet il a raison, je n'étais pas du tout sérieuse dans mes propos. Cela me semblerait complètement présomptueux de ma part de penser que je puisse rendre jalouse une fille comme Livia. Ou n'importe qui du reste. Dans ma petite tête, pas une seule seconde je ne m'imagine que Llewyn puisse me voir autrement que la petite nana mignonne, la bonne copine. Je suis peut être trop naïve ou innocente mais pour moi il n'a jamais eu la moindre pensée impure me concernant, pas même lorsque j'étais à moitié dénudée devant lui et qu'il m'a massé. Tout simplement parce que je ne pense pas qu'il puisse me voir de cette façon. Attirante. Pas que j'ai envie qu'il ait des pensées peu catholiques lorsqu'il me regarde hein mais vous voyez ce que je veux dire. « Moi je pense que tu pourrais rendre jalouse n'importe quelle femme, parce que tu es très belle et que tu n'en as pas conscience. » Je ne sais pas trop pourquoi il me dit tout ça alors que je suis en train de pleurer le départ de Hunt. Peut être parce qu'il a deviné que ça déclenche en moi aussi un certain sentiment d'insécurité. Mes larmes ont complètement arrêté de couler. Je me redresse quelque peu pour le regarder. " Tu le penses vraiment ? “ Oui il faut quand même que je pose la question. ” Peut être que c'est pour toi que j'aurais dû craquer... “ que je dis finalement. Bon c'est complètement stupide ce que je viens de dire. J'aurais seulement échangé un Chaim par une Livia, voir une Bryce. Et une non réciprocité de sentiments cuisante. ” Tu crois que Chaim il pourrait être jaloux de moi ? “ Pas de mon physique il va de soit. Aux dernières nouvelles il n'a pas envie de se transformer en femme - même si je ne doute pas qu'il ait adoré jouer la princesse. Non mais plutôt de ma complicité avec Hunt'. C'est très certainement tordu mais quelque part ça me ferait plaisir de savoir qu'il me considère comme une potentielle menace. Parce que ça voudrait dire qu'il pense que Hunt' puisse ne pas être aussi insensible que ça à moi.

_________________
your future is as bright as your faith


J'ai enlevé les deux « f »du verbe souffrir, maintenant je vais bien. (c) signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 629
AVATAR : james bay.
ÂGE : 27
LOCALISATION : londres, uk.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 568£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: summertime sadness (dimanche - 1h05)   Mar 25 Sep - 19:14

Llewyn n'avait jamais aucun mal à compatir à l'émotion et à la détresse des autres, mais ce soir Poppy lui faisait vraiment de la peine. Ça faisait plusieurs jours qu'elle et lui n'étaient pas au mieux de leur forme parce qu'ils avaient vécu des désillusions sentimentales qui pouvaient facilement devenir une vraie souffrance quand on se retrouvait enfermés dans un jeu sans moyen de prendre du recul vis à vis de sa peine et qu'on était confrontés à l'objet de son chagrin au quotidien. Avec le départ de Hunter c'était encore un peu plus de tristesse qui venait s'ajouter à l'aventure de Poppy, et Llewyn n'avait vraiment pas envie de la voir malheureuse. Il aimerait trouver un moyen de la faire se sentir mieux, mais pour l'instant il réalisait qu'il n'était peut être pas le mieux placé pour jouer de ses charmes auprès de la production. La jeune femme ne semblait pourtant pas d'accord, et il esquissa un sourire. « Je ne suis pas sûr de te croire, mais ça me fait beaucoup de bien que tu le dises. » Il avait toujours su que Poppy renfermait énormément de bienveillance, mais ça représentait beaucoup pour lui qu'elle tente de le valoriser et de l'aider à s'estimer un peu plus, parce qu'il avait beaucoup de mal à ne pas se déprécier ces temps-ci et que c'était douloureux de parler de soi comme de quelqu'un de repoussant, quand bien même on le pensait. « De filles, tu veux dire ? » Il demanda lorsqu'elle fit allusion à des numéros de téléphone, songeant qu'elle devait très certainement exagérer parce qu'il était loin d'avoir le sex appeal de Silvan. « Je crois que je ne saurais pas vraiment quoi en faire... » Ou plutôt, il n'était pas sûr qu'il aurait très envie de flirter avec des inconnues après ce qui s'était passé avec Livia. Ça lui ferait probablement du bien, mais quand on avait exposé toute sa vulnérabilité à des millions de personnes et qu'on en avait autant souffert, on développait un rapport un peu différent avec sa propre intimité et on n'envisageait pas forcément de la partager avec n'importe qui. « J'en suis sûr. » Il reprit doucement, à l'idée qu'elle rirait peut être un jour de la situation. Il supposait qu'un jour tout ça leur paraîtrait loin et qu'en dehors des souvenirs les plus douloureux, il y aurait pas mal de choses dont ils pourraient sans doute d'amuser. « Tu as hâte de retrouver ta vie à l'extérieur ? Tu dois avoir beaucoup d'amis qu'il te tarde de revoir. » C'était un peu l'image qu'il avait de Poppy dans cette aventure, celle de la fille populaire qui s'entend bien avec tout le monde et qu'il était impossible de détester. Il se demandait toujours ce que ses camarades avaient laissé derrière eux, et il était persuadé que Poppy avait une vie animée dehors. En attendant il était content d'être là pour elle, cette cohabitation tombait bien et pas seulement parce qu'il était ravi de partager sa cabine avec elle pendant ce qui serait peut être sa dernière semaine ici. Il lui revint à l'esprit le premier massage qu'il lui avait offert, et ce que la blonde lui avait dit quant au fait qu'elle n'avait jamais été massée par un homme avant ça. Lui n'avait plus massée une femme depuis un moment et s'il le lui disait aujourd'hui, c'est parce que ça n'était pas un détail tout à fait anodin. « Ça c'est parce que j'ai mis autant de douceur dans mes gestes que j'en mets lorsque je joue. » Il lui lança un regard complice, rassuré qu'elle n'ait pas deviné rien qu'à ses gestes qu'il était finalement plutôt novice. Il ne savait pas si elle avait de vraies raisons de se sentir privilégiée, mais ça lui faisait plaisir. L'écossais revint ensuite sur un autre moment de leur échange à l'institut, persuadé que Poppy ne se percevait pas comme une jeune femme suffisamment séduisante pour susciter de la jalousie chez Livia ou une autre femme, alors qu'elle était ravissante et qu'elle n'avait aucune raison d'en douter. Elle n'avait simplement pas conscience de ses atouts et sur ce point il ne pouvait pas prétendre être un exemple lui-même, mais il aimerait vraiment qu'elle se voit autrement. « Bien sûr que je le pense. » Il lui assura en plantant son regard dans le sien, espérant que comme ça elle sentirait qu'il se montrait sincère. « Quand on m'a demandé un adjectif pour te qualifier, j'ai dit que tu étais charmante. Parce que je trouvais que ça résumait parfaitement ce que tu es, à l'intérieur comme à l'extérieur. » Parce qu'elle était pleine de charme et qu'elle avait tout pour plaire, mais aussi parce qu'elle était la gentillesse et la bonté incarnées, et qu'elle avait autant de qualités de cœur qu'elle avait de raisons de le croire quand il lui disait qu'elle était très belle. La jeune femme reprit la parole et il resta silencieux quelques secondes, troublé et un peu perdu quant à ce qu'il éprouvait à cet instant. « Peut être que c'est pour moi que j'aurais préféré que tu craques... » Il souffla doucement, au moment de retrouver son regard et avant d'esquisser un sourire un peu gêné, se redressant à son tour. « Désolé, c'est juste... Je ne dois simplement pas être le genre de garçon pour qui on craque. » Il reprit tout bas et d'un ton profondément triste, parce que c'était un peu ce qu'il ressentait depuis quelques jours face à l'évidence que l'intérêt qu'on pouvait lui porter finissait toujours par disparaître de lui-même. Il n'était sûrement pas le genre de type dont on tombait amoureuse, ou seulement quand on avait besoin de lui et de ses ressources.« Il paraît que je n'ai pas fait les bons choix amoureux, moi non plus. » Il sentit son cœur se serrer un instant, parce que ça lui faisait toujours un peu de peine de repenser à la façon dont Elliot l'avait insinué, comme si c'était si simple. La question formulée par Poppy l'amena à se pincer les lèvres, parce qu'il hésitait un peu sur la façon de lui répondre. « Chaim donne l'impression d'être très sûr de lui, mais je pense qu'en amour il est un peu comme nous tous, il lui arrive d'avoir peur que son bonheur lui échappe. » C'était sa façon de lui dire qu'il y avait probablement une partie de Chaim qui ne savait pas vraiment comment composer avec le fait qu'elle se soit entichée de Hunter, sans pour autant mettre certaines idées dans la tête de Poppy qui pourraient potentiellement la faire souffrir, parce qu'il n'avait pas envie de rouvrir une brèche par mégarde et de lui dire quelque chose qui l'empêcherait de guérir de tout ça. « A ton avis, le mari de Livia risque de vouloir me casser la gueule ou bien je suis tellement insignifiant qu'un jour il boira à la santé du type qui s'est épris de sa femme et s'est fait jeter juste après ? » Il tenta d'afficher un sourire histoire de dédramatiser la situation, mais le cœur n'y était pas vraiment. C'était trop tôt pour ce genre de plaisanteries et tout bien réfléchi il valait mieux qu'il ne sache jamais ce qu'il inspirait à ce type. « Ça fait un quart d'heure qu'on discute et je réalise que tu as peut être envie de dormir. » Il tourna son visage vers le sien, affichant un air un peu coupable. Il s'en voudrait de la tenir éveillée et d'occuper son lit si l'émotion la fatiguait.

_________________
I watch you on
the red horizon.
we live through scars this time, but I've made up my mind. we can't leave us behind, anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 555
AVATAR : Chloe Moretz
ÂGE : 20
LOCALISATION : manchester
MÉTIER : future étudiante en sociologie


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 20353£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: summertime sadness (dimanche - 1h05)   Jeu 27 Sep - 0:09

Comment ça il n'est pas sur de me croire ? Mais bien sur qu'il doit me croire ! " Tu sauras que je dis toujours la vérité “ Voilà, donc maintenant on arrête de remettre en question mes propos, et on les croit sur parole. Au moins ça lui fait un petit peu de bien c'est déjà ça. Seulement j'ai pas non plus envie qu'il pense que je dis ça simplement dans le but de regonfler son égo meurtri. Je pense sincèrement ce que je dis. ” Evidemment de filles ! “ Il ne saurait pas quoi en faire même si c'était le cas. ” Tant que tu jettes pas le mien. “ De numéro de téléphone. Parce que bon c'est quand même le plus important de tous il me semble. Il me demande alors s'il me tarde de retrouver ma vie à l'extérieur. ” Oh j'ai pas tant d'amis que ça tu sais. La maladie ça aide pas à sociabiliser. “ J'ai passé beaucoup de temps à l'hopital, ou chez moi, quand les autres de mon âge vivaient pleinement leur vie. Puis bon cotoyer une malade c'est pas franchement l'éclate non plus. Les gens ne sont jamais très à l'aise avec ça. ” Mais j'ai quand même quelques amis proches c'est vrai qu'il me tarde de retrouver. J'ai tellement de choses à leur raconter ! Puis y'a mon chien qui me manque genre trop trop. “ En espérant qu'il va bien, c'est qu'il se fait vieux le pauvre. ” Et mes parents aussi, j'espère que ma mère est rassurée et ne pense plus que j'ai fais une erreur en venant ici. “ Le moins que l'on puisse dire c'est que ça ne l'a pas enchanté d'apprendre que j'allais participer à cette émission. Mon père non plus, mais il s'est montré compréhensif et a su mieux accepter la nouvelle. Il m'a dit qu'il lui faudrait un petit peu de temps, là ça fait des semaines, donc elle a largement eu le loisir de s'en remettre. Surtout que je pense avoir eu un comportement exemplaire, pas de quoi leur faire honte ou les embarrasser. Enfin j'espère. Ils ont intérêt à être fiers de moi plutôt ! Llewyn évoque ensuite le massage qu'il m'a donné l'autre jour, pour me confier que cela faisait très longtemps qu'il n'avait plus poser les mains sur une femme de cette façon. Cela ne s'est pas vu en tout cas. ” Dieu merci tu ne fais pas du hard rock ou du heavy metal. " que je dis en plaisantant. Parce que bon de ce côté là, la finesse n'est pas au rendez vous. Alors il m'aurait massacré le dos. Il enchaine ensuite sur Livia, et le fait que je ne me pense pas capable de pouvoir la rendre jalouse, elle ou un autre du reste. Mais selon lui, je pourrais rendre jalouse n'importe quelle femme, parce que je suis très belle et que je n'en ai pas conscience. Je ne peux nier que ces paroles me font énormément plaisir. Lui qui dit qu'il n'a pas de charmes, il sait comment parler aux femmes. C'est clairement le genre de choses qu'une fille comme moi a besoin d'entendre, moi qui manque cruellement de confiance en soit. Après cela reste des mots, il est toujours très difficile de savoir où se trouve la frontière entre la réalité, et l'exagération simplement dû au fait que la personne est bienveillante et veut vous faire vous sentir bien. J'apprends qu'il m'a qualifié de charmante, parce que selon lui je le suis tout autant à l'intérieur comme à l'extérieur. Décidément, il cherche à me faire rougir ? Avec tout ça mes larmes ont arrêté de couler depuis un petit moment. Sa présence, sa chaleur, son contact et ses mots y sont pour beaucoup. Avec tout ça, je déclare que finalement, c'est peut être pour lui que j'aurais dû craquer.  « Peut être que c'est pour moi que j'aurais préféré que tu craques... » Là je dois avouer que sa réponse me prend par surprise. Je ne m'attendais pas à une telle réplique. Qu'est ce que... ? Qu'est ce qu'il veut dire par là ? Non parce que depuis tout à l'heure il n'arrête pas de vanter mes mérites et ma beauté, et maintenant ça ? Je sais pas trop ce que je dois en tirer comme conclusions mais ça me trouble quelque peu. Il s'excuse alors. S'auto-flagellant une fois de plus. " Ah non t'as pas le droit, ça normalement ce sont mes répliques! En plus tu dis n'importe quoi, t'as bien eu des histoires d'amour, des ex... “ Il ne va pas me faire croire que ça ne lui ai jamais arrivé. ” Je veux dire moi je suis au niveau zéro alors... la seule personne qui s'est jamais intéressée à moi, bah au final c'était un gros connard, juste un pari avec ses potes... “ Donc celle qui peut jouer la caliméro c'est moi et puis c'est tout. ” Enfin peut importe. “ Je m'égare un peu là. Trop de confidence. ” Tout ça pour dire que c'est faux. Je veux dire, t'as toutes les qualités qu'une fille pourrait rechercher chez un homme. “ Il a toutes celles que je pourrais rechercher chez un homme en tout cas. ” Mais Livia... C'est pas toi le problème. Les cartes étaient déjà jouées d'avance, on peut pas lutter face à deux âmes soeurs. “ Peut être que si elle n'avait pas eu Javier dans sa vie cela aurait été différent. Seulement il est bel et bien présent, et il n'ira nul part. De la façon dont elle en parle, je pense qu'ils se sont bien trouvé et clairement ils sont fait l'un pour l'autre. Combien d'hommes pardonnerait à leur femme de l'avoir poignardé ? Puisqu'on est dans le thème de la jalousie, je me pose des questions sur Chaim, mais je sais que je ne devrais pas. En plus je ne sais pas tellement à quelle réponse je m'attends de la part de Llewyn en lui demandant ça. Je sens qu'il cherche à me fournir la meilleure réponse possible. Je dis rien. J'ai limite envie de m'excuser pour cette question, en plus ça doit laisser paraître que j'ai envie de susciter de la jalousie chez Chaim. Et c'est pas un sentiment que j'aime. L'écossais tente alors de plaisanter sur Javier. ” Aucune idée, mais as tu vraiment envie de le savoir ? “ Peut être que c'est mieux ainsi. Je ne suis pas certaine que cela serait une bonne idée que les deux se rencontrent. J'imagine la scène tellement bizarre et embarrassante, pour tout le monde. Il réalise finalement que j'aurais peut être envie de dormir. Hein ? Quoi, non pourquoi ? ” Pas du tout, j'ai pas sommeil, et puis...j'aime bien parler avec toi..." Oui. Je me sens déjà beaucoup mieux que il y'a 20 minutes. "..et être dans tes bras... " que je rajoute plus doucement, à demi-mots. C'est vrai que je suis bien, là, avec lui, contre lui, et j'ai pas envie de rompre le contact physique. Est ce un crime ?

_________________
your future is as bright as your faith


J'ai enlevé les deux « f »du verbe souffrir, maintenant je vais bien. (c) signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 629
AVATAR : james bay.
ÂGE : 27
LOCALISATION : londres, uk.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 14 568£
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: summertime sadness (dimanche - 1h05)   Jeu 27 Sep - 22:14

Llewyn eut un sourire tendre lorsque Poppy lui assura qu'elle disait toujours la vérité et qu'il était par conséquent forcé de la croire lorsqu'elle disait qu'il avait beaucoup de charme. Il ne partageait pas forcément ses certitudes, mais ça lui faisait du bien qu'elle le dise et ça lui mettait un peu de baume au cœur en cette semaine qui s'annonçait compliquée pour lui. Il y aurait son anniversaire, peut être la fin de son aventure, et c'était des choses auxquelles il n'avait pas trop envie de penser. Il était persuadé que Poppy exagérait quand elle l'imaginait recevoir les numéros de téléphones de nombreuses filles, mais elle semblait sûre d'elle, ce qui amena l'écossais à confesser qu'il ne saurait pas forcément quoi en faire. Sa remarque étira ses lèvres dans un sourire plus amusé. « Pourquoi voudrais-tu que je le jette ? Le pire que je puisse faire, c'est le perdre. » Mais il était peu probable que ça arrive, surtout s'il le rentrait dans son répertoire dès qu'il récupérerait son téléphone. Il se sentait d'ailleurs un peu bizarre par rapport à cette idée, parce qu'il faisait partie d'une génération qui plaçait son téléphone au centre de tout, mais que le sien n'avait pas assez de valeur sentimentale pour qu'il y tienne à ce point. « Des amis, tu en as gagné plein en participant à cette aventure. » Il reprit dans un nouveau sourire, lorsqu'elle laissa entendre qu'elle n'en avait pas énormément à l'extérieur, persuadé qu'elle reverrait beaucoup de ceux à qui elle s'était liée ici. Il posa sur elle un regard attendri quand elle évoqua son chien, puis reprit. « Ta mère avait des a prioris sur la télé-réalité, ou elle est simplement très protectrice ? » Peut être un peu des deux, après tout il devait y avoir plus d'une mère qui ne raffolerait pas de l'idée que son enfant parte plusieurs mois pour participer à un jeu télévisé. « Ma mère a probablement déjà oublié où j'étais parti... » Il reprit tout bas, d'un air un peu triste. « C'est sûrement idiot, mais j'aurais bien aimé qu'elle réagisse comme la tienne. » Il avait assez rarement évoqué sa relation avec sa mère et la personnalité assez singulière de celle-ci, mais il y aurait beaucoup à en dire. Elle n'avait jamais vraiment eu l'instinct maternel et elle avait un peu de mal à s'intéresser autant à sa vie et à ses choix qu'elle le voudrait. Parfois lui aimerait juste qu'elle agisse comme une mère. Llewyn revint finalement sur le massage qu'il avait offert à Poppy quelques jours plus tôt et fut rassuré qu'elle n'ait pas deviné rien qu'à ses gestes qu'il n'avait pas massé une femme depuis un certain temps. Ce n'était pas vraiment le truc de Jean, qui avait un instinct auto-destructeur et préférait se détendre un peu autrement. Il émit un rire à sa remarque au sujet de son style de musique. « En effet, mais tu te rendras bientôt compte que ça n'empêche pas nos concerts d'être très animés. » Parce qu'il s'entourait de musiciens très talentueux et dynamiques, et qu'à eux cinq ils savaient généralement trouver leur public même dans des salles où les gens venaient parfois pour boire en premier lieu. « Si tu as toujours envie de venir nous voir jouer. » Il reprit doucement, espérant qu'elle n'avait pas changé d'avis parce qu'il aimerait vraiment qu'elle vienne pour le voir dans son élément. Il ne l'y forcerait pas mais il serait triste que ça ne puisse pas se faire, parce qu'il s'imaginait déjà lui trouver une place tout près de la scène, puis l'emmener en coulisses pour la présenter aux membres de son groupe. Il pourrait même l'inviter à sortir après, lui faire découvrir l'un de ses endroits préférés, et parler musique ou de tout autre chose. Ça pouvait sembler idiot mais faire ce genre de projets l'aidait beaucoup à un peu moins appréhender le retour à la vie extérieure. Quand il lui disait qu'elle avait tort de penser qu'elle ne pouvait pas rivaliser avec une autre femme, il le pensait sincèrement parce qu'il la trouvait très belle et qu'il aimerait qu'elle puisse se voir avec ses yeux à lui pour comprendre à quel point elle pouvait être attirante. Il n'avait pas choisi son adjectif au hasard parce qu'inconsciemment il cherchait peut être à lui faire comprendre que charmante, elle l'était aussi bien au dedans qu'au dehors. Il ne savait pas si ça l'embarrassait de l'entendre, mais il espérait que ce n'était pas le cas. Lui ressentit un léger embarras lorsque Poppy laissa entendre que c'était peut être pour lui qu'elle aurait du craquer, et qu'il ne trouva rien de mieux à répondre que c'était une chose qui lui aurait peut être plu. Il se rendait compte que ça risquait de la gêner et que c'était un aveu qui n'avait peut être pas sa place au milieu de cette conversation, alors qu'elle était triste. Il s'excusa après quelques secondes, songeant qu'il ne devait pas être le genre de garçon pour qui on pouvait craquer, ce qui pourrait expliquer qu'on ne le trouve attirant que pendant un laps de temps relativement court en général. « J'ai eu des histoires, mais ma vie sentimentale a toujours été assez compliquée. Le genre qui inspire pas mal de chansons. » Il confessa, dans un demi-sourire. Il y aurait beaucoup à dire rien qu'au sujet de sa dernière histoire en date, et ses anciennes copines lui ressemblaient parfois autant qu'elles lui étaient diamétralement opposées. Il était terriblement romantique mais n'était pas vraiment tombé sur des filles qui savaient apprécier cette facette de sa personnalité. « Je suis désolé. » Il reprit avec sincérité et compassion lorsqu'elle fit allusion à sa mauvaise expérience avec un garçon mal intentionné et assurément idiot. « J'espère qu'il s'en mord les doigts aujourd'hui. » Il resserra légèrement leur étreinte, persuadé que si ce type allumait sa télévision il se rendrait compte de ce qu'il avait raté pour un pari à la con. Ses lèvres retrouvèrent un doux sourire tandis qu'elle le rassura à nouveau. Il ne savait pas si c'était tout à fait vrai, mais ça le touchait qu'elle puisse penser qu'il avait ce qu'on pouvait rechercher chez un homme, parce qu'ici il avait un peu trop tendance à se comparer aux autres et que ça ne l'aidait pas vraiment à retrouver confiance en lui. « Alvaro te dirait qu'il me manque quelques principes. » Il afficha une légère grimace, parce que ça ne lui faisait pas forcément du bien de repenser à cet échange où le cubain l'avait pris en grippe à cause de son rapprochement avec Livia. Ça lui avait fait beaucoup de mal sur le moment, parce que l'italienne venait de le rejeter et qu'il n'avait pas en plus besoin qu'on le culpabilise. Llewyn sentit son cœur se serrer légèrement lorsque Poppy fit justement allusion à l'italienne, et il détourna un instant le regard. « Tu dois avoir raison. Je ne sais pas ce que j'imaginais... » Sûrement pas grand chose en réalité, parce qu'il n'avait jamais vraiment cru qu'elle pourrait ressentir pour lui ce qu'il ressentait pour elle, ou vouloir quitter son mari pour le suivre. Il voulait vraiment vivre une histoire avec Livia, mais Poppy avait raison, il n'aurait jamais pu faire le poids face à son mariage et il n'aurait probablement jamais été heureux non plus. En fait il était certainement voué à souffrir de toute façon, et c'était une idée douloureuse. Au sujet de Chaim, il ne croyait pourtant pas trop s'avancer lorsqu'il supposait que le français puisse parfois éprouver la crainte que des éléments extérieurs viennent compliquer son histoire avec Hunter, comme c'était souvent le cas pour n'importe qui au début d'une relation. Il n'avait aucun doute sur le fait que Poppy souhaite leur bonheur et il était persuadé qu'elle avait juste besoin d'un peu de temps pour aller de l'avant, c'est pour ça qu'il lui apporta une réponse relativement prudente, ne voulant pas réveiller sa peine sans le faire exprès. Quant au mari de Livia, ça n'avait sans doute pas tellement d'importance de savoir ce qu'il pouvait penser de lui, n'étant pas le candidat que l'italienne s'empresserait de lui présenter. « Non, probablement pas. » C'était certainement mieux qu'il n'en sache rien, après tout l'estime qu'il avait de lui-même se portait bien assez mal comme ça pour qu'il évite de se poser ce genre de questions. Réalisant qu'ils parlaient depuis plusieurs minutes et que Poppy aimerait peut être récupérer de cette soirée, il esquissa un sourire plus doux quand elle lui assura le contraire. « Moi aussi j'aime être ici avec toi. » Il n'avait pas très envie de dormir non plus et ces moments avec Poppy, cette étreinte et cette tendresse en particulier, ça lui faisait énormément de bien après ces jours quelques peu compliqués. « Je me sens bien, et ça ne m'arrive plus si souvent ces temps-ci. » Il oubliait sa peine et ses angoisses et s'abandonnait simplement au moment présent, profitant de la chaleur de ce contact et du calme de leur cabine. Il le pensait vraiment quand il lui avait dit qu'il était heureux de la partager avec elle, parce qu'il y avait quelque chose de très apaisant dans la compagnie de Poppy. « Je peux rester jusqu'à ce que tu t'endormes, si tu veux. » Il lui sourit et laissa sa main jouer un instant avec les pointes de ses cheveux, y glissant ses doigts de façon presque distraite. Il aimerait bien rester avec elle jusqu'à ce qu'elle troque ses bras contre ceux de Morphée, pour s'assurer qu'elle aille vraiment mieux avant de regagner son lit. Ses yeux rencontrèrent les siens et il redevint silencieux au moment où une envie un peu particulière lui dicta de laisser glisser sa main contre la nuque de la jeune femme tandis qu'il rapprocha lentement son visage du sien. Il quitta son regard pour fermer les yeux et déposa tout doucement ses lèvres contre les siennes, dans un baiser un peu timide et qu'il voulait très tendre. Il n'avait aucune idée de ce qu'il était entrain de faire parce qu'il essayait de faire le vide en lui, mais c'était doux, très agréable, alors ça ne pouvait pas être mal. C'était la première fois depuis des jours qu'il se sentait aussi bien et aussi détendu, la première fois qu'il ne pleurait pas et n'était pas rongé par l'angoisse. Et Poppy, elle non plus, ne pleurait plus. Il ne savait pas si c'était grâce à lui et à leur discussion, mais ça lui faisait beaucoup de bien de la voir aller mieux et maintenant il aimerait qu'elle sente qu'elle pouvait plaire, qu'elle le lise dans la façon qu'il avait de l'embrasser. C'était sans doute une chose qu'il avait besoin de sentir lui aussi après tout ce qui l'avait blessé et l'écossais mit fin à l'échange avec un peu d'appréhension lorsqu'il réalisa qu'elle pourrait très bien juger ça maladroit. Il la fixa sans plus dire un mot, inquiet à l'idée d'avoir peut être fait une bêtise.

_________________
I watch you on
the red horizon.
we live through scars this time, but I've made up my mind. we can't leave us behind, anymore.
Revenir en haut Aller en bas
 

summertime sadness (dimanche - 1h05)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» summertime sadness, le 01/JUILLET à 05h20
» lydia w. stark + summertime sadness.
» start again, le 26/01/2012 à 1h05
» you can get addicted to a certain kind of sadness, like resignation to the end, 07.04 - 02:30.
» People do not die from suicide, they die from sadness ○ Rahel & Ether
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: CABINES-
Sauter vers: