more than you know (mardi, 11h45)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 986
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 32
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : private investigator
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33K
AFFINITÉS:
MessageSujet: more than you know (mardi, 11h45)   Lun 1 Oct - 13:58


w/@chaim
more than you know


Au départ il a surtout été question de liens stratégiques pour Alvaro, histoire de se trouver des alliés qui se garderaient de mettre son nom en nomination ou de l'handicaper de quelque façon que ce soit dans le jeu. Par la suite il a noué des liens plus profonds, qui n'étaient plus basés sur l'intérêt qu'il pouvait y trouver mais il a aussi le sentiment d'avoir perdu quelques alliés en route. Il suppose qu'à la fin seuls les vrais sont encore là, à ses côtés, comme dans la vraie vie finalement. Il a en tout cas le sentiment de ne pas avoir laissé grand monde indifférent au final, et croit même avoir décelé deux camps sur le bateau, d'un côté ceux qui l'ont apprécié pour tout ce qu'il a montré et de l'autre ceux qui l'ont détesté pour cette même raison. Il savait qu'il risquait de diviser l'opinion générale, et ça lui va très bien, faire l'unanimité auprès des autres et terminer l'aventure sur une note monotone ne l'intéressait pas forcément. Il a jamais su mettre les gens d'accord Alvaro de toute manière, toute sa vie il a inspiré des sentiments à certaines personnes et tout l'inverse à d'autres, alors ça l'aurait franchement étonné qu'il en soit autrement dans cette aventure. Il se demande, quand même, si l'image que les autres ont de lui a changé depuis la révélation de son secret. Certains pensent peut-être qu'il a pas été totalement authentique dans l'aventure parce qu'il s'est pas montré sous sa vraie identité, ça fait peut-être de lui quelqu'un de faux pour eux, qui sait. Pourtant Alvaro il a pas joué de rôle en étant ici, il est certes entré avec un statut un peu spécial mais il s'est pas façonné un personnage pour se sentir plus "candidat" et se fondre un peu mieux dans la masse. Sa couverture n'a pas fait de lui quelqu'un d'autre, et ceux qui seront amenés à le côtoyer à l'extérieur du jeu s'en rendront bien compte. Ils auront à faire au même mec, et devront juste l'appeler différemment. Parmi les candidats qu'il tient à conserver dans son cercle de fréquentations après l'aventure il y a bien évidemment Chaim, l'un des liens les plus forts qu'il ait tissé sur ce bateau. Plus qu'un camarade, il a trouvé en lui un frère et c'est pas un terme qu'il emploie à la légère le cubain, pour en arriver à considérer quelqu'un comme tel faut vraiment qu'il ait développé un truc fort avec cette personne. En cette fin de matinée le voilà justement à la recherche de son acolyte, mais pas dans l'optique de le convier à une nouvelle réunion d'urgence, il va pas lui refaire ce coup-là. Il aimerait simplement parler un peu avec lui, en toute transparence comme ils en ont pris l'habitude jusqu'ici. Tandis qu'il traverse le pont promenade supérieur et se dirige vers les escaliers, il repère @chaim entrant dans le Johnny Rockets et rebrousse aussitôt chemin pour entreprendre un détour dans sa direction. Il pénètre à son tour dans le fast-food et arrive derrière son camarade, qui réfléchit visiblement à ce qu'il va commander avec très certainement l'eau à la bouche. « Il est là mon champion ! » il s'exclame en saisissant son pote au niveau des épaules pour le secouer légèrement. Il passe devant Chaim pour lui faire face, se tient les hanches et l'observe un instant plus sérieux que jamais. « Faut qu'on cause, mais relax j'ai pas de nouvelle annonce fracassante à faire. » Il avait eu une approche presque dramatique pour lui faire part de son intention d'arrêter l'alcool il y a quelques jours, et aujourd'hui son ton va être beaucoup plus léger en comparaison. « Tu sais, je pensais tout ce que je t'ai dit la semaine dernière. » il l'informe alors, en fixant ses pieds d'un air pensif. Il cherche à ce moment-là comment exprimer ce qu'il veut faire entendre, quels mots mettre sur ces pensées qui se bousculent dans sa tête. Il relève alors la tête pour confronter le regard de son pote, à qui il va une nouvelle fois s'ouvrir. « Mon nom est l'unique truc qui n'a pas été vrai dans cette aventure, pour le reste j'ai été tel que je suis dans la vie de tous les jours, sans artifice. Je veux juste que tu saches qu'Alvaro a été un pseudonyme que l'on m'a attribué et non un rôle que je me suis créé pour ce jeu. Je suis bel et bien ce mec avec lequel vous avez cohabité pendant deux mois, j'ai pas essayé de me faire passer pour ce que je suis pas et... voilà, j'aime autant que ce soit clair parce que je voudrais pas que tu puisses douter de moi. » Lui, particulièrement. Il ne se soucie pas de ce que tout le monde peut penser de lui suite à cette révélation, Chaim fait partie des rares candidats aux yeux desquels il espère ne pas apparaître différemment maintenant que le voile est tombé. Il tient à faire entendre son authenticité à nouveau, c'est important que son camarade sache que cette révélation ne change rien et qu'il s'est pas fait passer pour un autre durant cette aventure. Quand Chaim le regarde il veut pas que celui-ci soit perturbé ou se pose des questions sur sa sincérité. C'est lui et ça a toujours été lui. Il se doute qu'il faudra à son pote un petit temps d'adaptation dehors quand il connaîtra son véritable nom et devra oublier Alvaro, mais c'est vraiment le seul truc qu'il devra mettre de côté, tout ce qu'ils ont partagé ensemble ça doit rester ancré comme quelque chose de vrai, de pur. « Bon et sinon, tu te rends compte du casse-tête que représente pour moi cette finale ? Heureusement que je ne vote pas, hein. » il déclare en songeant à la présence de ses deux principaux alliés dans ce carré, autant dire qu'il aurait beaucoup de mal à faire un choix s'il le devait. Il a pas avec l'une le même genre de relation qu'il a avec l'autre, mais ça reste deux liens essentiels à son aventure, c'est d'ailleurs pas pour rien qu'il a cité leurs deux noms quand Soren a demandé quels camarades leur manqueraient s'ils devaient ne plus les voir. « Je suis hyper fier de vous deux, vous le méritez vraiment. » il reprend dans un grand sourire, avant de gratifier son pote d'un clin d’œil. Il peut lire la fierté qui est la sienne dans ses yeux, ces derniers ne mentent pas. Le fait de voir ces deux candidats qu'il estime beaucoup et si méritants à ses yeux dans le dernier carré, bah ça lui fait oublier que la finale de ses rêves ne s'est pas concrétisée. Alvaro il a de toute façon toujours considéré que Chaim y avait sa place et il avait même dit qu'il désirerait le voir se qualifier, un finaliste n'est pas forcé d'être Bohol dans le sang pour trouver grâce à ses yeux. Celui-là n'a par ailleurs plus rien à lui prouver depuis belle lurette, il a largement fait ses preuves dans cette aventure Chaim alors cette place de finaliste c'est un juste retour des choses aujourd'hui. « La question existentielle du jour, maintenant : que vas-tu commander ? Car notre ami Johnny sera hélas bientôt derrière nous, il faut marquer le coup. » Alvaro il a déjà déploré l'absence de Johnny Rockets à Londres et il doute également que cette chaine soit présente en France. Il retrouvera bientôt ses fast-food habituels mais aucun n'offre de Steakhouse Burger comme on en trouve ici, y'a pas à dire cette bouffe va beaucoup lui manquer.

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: more than you know (mardi, 11h45)   Lun 1 Oct - 15:04

J’ai encore beaucoup de mal à y croire, des difficultés énormes à réaliser que je suis là, en finale. Quoiqu’il arrive samedi soir, je serais parvenu à me hisser dans l’ultime carré de l’émission pour représenter une équipe qui a pris cher tout au long de l’aventure. Un euphémisme quand on voit la rapidité avec laquelle notre effectif s’est réduit semaine après semaine jusqu’à ce que @Beth soit éliminée et que je me retrouve seul face aux autres candidats. On a plaisanté là-dessus tellement de fois avec @Alvaro, j’ai même joué au mec hyper confiant, l’égo remonté à bloc, en affirmant qu’une qualification en finale était déjà jouée d’avance pour moi. J’étais loin d’imaginer que ce soit le cas, loin de considérer atteindre une place que des joueurs comme @Silvan ou @Alvaro ne sont pas parvenus à obtenir. L’heure n’est pourtant plus à la réalisation, l’heure tourne diablement vide et la ligne d’arrivée n’a jamais été aussi proche. Il n’existe plus aucune étape annexe, plus aucune pause, samedi soir, le bateau amarrera et nous seront tous renvoyés à notre quotidien. Je n’ai jamais été aussi effrayé et, paradoxalement, excité à l’idée de retrouver la terre ferme. J’ai une telle pression sur les épaules depuis que je me suis fait la promesse de tout faire pour parvenir à me stabiliser, à ne pas retomber dans mes travers en retournant à Lyon. J’ai les armes pour y arriver, je peux maintenant compter sur quelques personnes, sur ces gens qui m’ont permis de ne pas perdre la face pendant toutes ces semaines et qui m’ont élevé là où, dans la vraie vie, tout le monde se serait détourné sans même m’accorder le moindre regard. Excité, je le suis également, parce qu’il y a des tonnes de choses que j’ai envie de faire, des projets que j’ai envie de démarrer. Je vais rebondir plus haut que jamais et enfin parvenir à me hisser la tête hors de l’eau, l’heure n’est plus à la noyade, elle est à la vie. L’émission s’est imposée à moi comme un électrochoc, comme cette pulsion qui réanime un corps sans vie et lui offre une seconde chance. Cette chance, je compte la saisir et l’utiliser dignement. Il ne manque plus qu’@Hunter, lui qui était si effrayé à l’idée de me dévoiler son secret, intitulé que j’ai découvert sur le prime et qui, il est vrai, m’a énormément chamboulé. Je n’ai jamais autant eu envie de serrer quelqu’un dans mes bras, il me manque tellement… Rien ne changera, ma manière de le regarder n’a pas changé, mon cœur ne s’est soudainement pas arrêté de battre la chamade à sa simple évocation. Non, je me sens prêt à me battre pour lui, plus encore qu’avant car maintenant… Maintenant je dispose enfin de toutes les clés nécessaires pour le comprendre, pour avoir accès à ses pensées et à son ressenti sur la vie. Je comprends mieux, à présent. Parmi ces candidats qui ont été libéré à la révélation de leur secret, il y a également @Alvaro. Il m’avait promis de m’en dire plus une fois que son secret serait dévoilé, ce fut le cas. Lui aussi, il peut dormir sur ses deux oreilles, rien ne changera. Il a eu une telle charge de travail sur les épaules pendant l’aventure, d’immenses responsabilités qu’il se devait d’assumer tout en se faisant passer pour un candidat des plus ordinaires. Il aurait mérité cette putain de place en finale, je l’aurais tellement aimé à mes côtés jusqu’à la dernière seconde. A mes côtés… Il le sera jusqu’au bout, mais pas de la manière que j’espérais. En parlant du loup, il me rejoint au fast-food et me tapote l’épaule, faisant immédiatement s’étirer mes lèvres. « Salut, Columbo ! » Je le taquine en faisant référence à ce détective que tout le monde connait et pour attester une nouvelle fois de la légèreté avec laquelle je souhaite accueillir son secret. Je ne m’apprête pas à lui faire de longues leçons de morale, à le juger comme une petite blonde qualifiée en finale a pu le faire lorsque mon secret est tombé. Non, qui suis-je pour prétendre avoir le droit de le faire de toute manière ? Ah, attendez, j’ai la réponse à cette question : personne. « Je compte sur toi pour être mon coach sur cette dernière semaine… » Mon bras droit, celui qui me soutiendra envers et contre tous. Bon, je sais bien qu’il a aussi notre maman du bateau, @Ariadne, à soutenir, parce qu’ils sont diablement proches tous les deux, je n’exigerai donc pas la moindre exclusivité de sa part. Il m’effraie l’espace d’un instant lorsqu’il confesse devoir me parler mais il se rattrape immédiatement et je pouffe un soupir rassuré en plaquant une main contre ma poitrine. « Ne me fait plus jamais ça frérot, j’ai cru que t’allais me demander de me priver de sexe ou que sais-je… J’étais clairement pas prêt pour ça ! » Arrêter l’alcool c’est hyper facile, mais ne me demandez pas d’arrêter de m’offrir des plaisirs solitaires à bord parce que c’est tout bonnement impossible. Putain de merde, j’suis accro au sexe… Il prend une grande inspiration, me regarde droit dans les yeux et se lance dans ce qui semble être un moyen pour lui de justifier son secret, son identité, de me rassurer également. Au fur et à mesure qu’il parle mes lèvres s’entrouvrent et s’élargissent en un sourire attendri. « Viens par là, bro’ ! » Je lui tends les bras et l’enlace fort. « Je n’ai jamais douté de ta sincérité, pas une seule seconde. » Il est venu ici comme tout le monde, pour défendre un secret, il a fait le nécessaire pour y parvenir tout en restant lui-même la majorité du temps. Qu’il ait été sincère avec moi, c’est la seule chose qui m’importe. « Bon, par contre, je risque de passer la semaine à te siffler plutôt que de t’appeler si tu ne te reconnais pas quand j’hurle comme un poissonnier bro… Parce que bon… Alvaro n’existe plus ! » Et je refuse d’employer ce prénom quelques jours de plus alors que ce n’est pas le sien. Alvaro… Bob… James… Donald… Quel que soit son nom, il parvient encore à m’émouvoir, surtout lorsque je perçois autant de fierté à travers son regard. Un truc que personne ne m’a jamais témoigné, mes parents n’ont jamais exprimé la moindre fierté à mon égard, tout juste avaient-ils le temps de me regarder tout court. « Ah non hein, tu commences pas… Parce que si tu continues… Dans trois minutes je pleure comme un gros bébé ! » Je lui tape l’épaule, pas prêt à envoyer valser ma carapace à nouveau, comme je l’ai fait la semaine dernière. Mon regard se réveille à nouveau et mon visage tout entier s’illumine, pris d’une idée relativement perverse. « Hmmm… Et si… » Je marque une pause pour consulter le menu une dernière fois. « Et si on marquait le coup dignement en commandant un plat de tout, pour tout gouter une dernière fois… On se fera réellement péter le bide cette fois ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 986
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 32
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : private investigator
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33K
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: more than you know (mardi, 11h45)   Mar 2 Oct - 2:49

Il prend son pote en filature et suit ce dernier jusqu'au Johnny Rockets, renouant avec l'une de ses anciennes méthodes de travail puisqu'il l'a pas précisé samedi mais avant de se spécialiser dans la recherche de personnes disparues le champ d'intervention d'Alvaro était beaucoup plus large. Il a également traité des affaires d'adultères, de divorce et plus généralement de droit de la famille au tout début, parallèlement à ses enquêtes entourant des disparitions de personnes qui ont fini par devenir la priorité exclusive de son agence. Ça l'intéressait pas vraiment de prouver l’infidélité d'un mari ou d'intervenir dans des procédures de divorces, c'était clairement pas le genre de vérité qu'il souhaitait poursuivre. Il s'est toujours senti concerné par les cas de disparitions et pour cause, ça le touche directement comme il a pu le dire en introduction de sa révélation. Il traite aujourd'hui à la fois des cas de disparitions volontaires et de disparitions inquiétantes, comme dans l'affaire qui l'a précisément conduit ici. Les parents du garçon disparu ont évidemment utilisé les recours officiels avant de se tourner vers son agence, la non-réactivité de la police les ayant finalement amenés à monnayer les services d'un professionnel de l'investigation. C'est là qu'il est entré en scène, endossant son costume de candidat à part entière tandis que dans l'ombre il bénéficiait d'un passe-droit pour enquêter directement au contact de la production. Il considère pourtant pas avoir été un privilégié Alvaro, parce que les choses qu'il a pu tirer de ces droits particuliers qui lui ont été utiles pour son enquête mais certainement pas dans le cadre du jeu. Ça lui a jamais permis de mieux s'en sortir dans la chasse aux secrets ou les nominations, y'a clairement rien à lui envier si ce n'est peut-être les rapports particuliers qu'il a eu avec les membres de la production. En passant dès le départ un contrat avec la prod il savait qu'on en attendrait beaucoup de lui et qu'il détenait un certain pouvoir entre ses mains, difficile de considérer la moindre autorité au-dessus dans ces conditions. Alvaro il pouvait disculper la production dans une affaire qui fait tâche depuis sept ans, autant dire qu'il a fait les choses à sa manière et qu'ils avaient intérêt à rappliquer quand il demandait une entrevue au confessionnal. Il devait pouvoir mener son enquête avec le plus de liberté possible, et à aucun moment il ne s'est senti freiné dans ses investigations. Le surnom que lui donne @chaim à son entrée dans le fast-food lui arrache un sourire. « Je préfère Sherlock. » il rétorque alors. La référence l'amuse parce qu'il a semé des petits indices Alvaro pendant son casting, quand on leur a demandé de répondre au "si tu étais". Il se rappelle très bien avoir évoqué un jeu de société nommé Sherlock Holmes consulting detective, ou bien encore avoir parlé de l'invention du géo-positionnement par satellite comme d'une véritable révolution, entre autres choses qu'il a volontairement soulignées en sachant pertinemment que toutes seules elles ne mèneraient ses camarades à rien. Son frère compte sur lui cette semaine, et ça lui fait plaisir d'entendre ça parce que ça veut bien dire que rien n'a changé, entre eux. Il y a toujours ce lien quasi fraternel, hyper affectueux que la révélation de son secret n'aura du coup pas altéré. « Tu as tout mon soutien mec, tu le sais. » il lui assure en plantant son regard dans le sien. Alvaro il est confronté à un choix impossible cette semaine, avec ses deux grands alliés en finale c'est un peu comme si on lui demandait de choisir entre ses deux enfants - bon, il en a qu'un, mais c'est le genre de dilemme qui représente bien la situation. Il s’auto-proclame soutien de deux finalistes, et veut autant les voir gagner l'un que l'autre. « Et si je peux contribuer à un truc, alors ça me ferait plaisir qu'on choisisse ta dernière tenue de prime ensemble histoire que t'en mettes plein la vue à tout le monde lors de la finale. » Son pote a une prestance naturelle assortie à une carrure de dieu grec lui garantissant de faire forte impression dans n'importe quelles fringues, mais s'il peut avoir son mot à dire sur la toute dernière tenue de prime de Chaim, alors là il sera vachement fier. C'est pas tout ça mais à l'origine Alvaro il doit parler sérieusement à son pote, mais que celui-ci se rassure il s'agit pas de le convoquer pour lui faire part d'une nouvelle restriction qu'il s’auto-infligerait et dans laquelle il lui demanderait de le suivre. Il se livre à son camarade, rassurant ce dernier qui avait momentanément redouté qu'il puisse lui demander d'arrêter le sexe. « Non t'en fais pas, toi et moi on sait que s'il y a bien un truc qu'on doit pas nous enlever c'est ça. » il commente en se marrant. Alvaro il pratique le plaisir en solitaire depuis un bon bout de temps, à défaut d'avoir une vie sexuelle épanouie à l'extérieur. La faute à son travail qui lui bouffe tout son temps et l'empêche de faire des rencontres, au final il ne peut compter que sur lui-même pour assouvir certains besoins qu'il qualifierait de primaires. Il profite de cette occasion qui lui est donnée de parler à son pote pour revenir sur la révélation de son secret et éclaircir des points qui ont peut-être besoin de l'être. Il préfère de toute façon souligner l'évidence et se répéter plutôt que laisser planer un doute sur sa sincérité et son authenticité dans cette aventure. Il tient pas à ce que Chaim pense qu'il a joué un rôle, qu'il n'a pas été lui-même et se mette à douter de tout ce qu'il a pu dire ou faire jusqu'ici. Il leur a pas donné le bon prénom, c'est vrai, mais il insiste pour faire comprendre que c'est le seul truc qui n'a pas été vrai le concernant. Tout le reste c'était lui, à aucun moment il ne s'est dit qu'il allait interpréter un personnage pour mieux s'adapter au jeu parce qu'il a tout simplement pas eu besoin de ça, le cubain. Son immersion n'a pas été difficile et sa couverture n'est jamais entrée en conflit avec son jeu, il a mené les deux de front en se démerdant pas trop mal de son propre point de vue. Chaim lui tombe dans les bras et cette étreinte vaut bien tous les mots du monde, sur le moment. Il n'a donc jamais mis en doute sa sincérité, et ne pouvait pas lui faire plus plaisir qu'en lui disant ça. « Tu m'enlèves un poids mec, t'as pas idée. » il souffle en se sentant effectivement délesté d'une énorme pression qu'il s'est lui-même mis après sa révélation. Il se fout de l’avis d'un paquet de monde Alvaro, mais il aurait pas supporté de lire la déception ou le doute dans les yeux de son frère. « J'espère qu'@eben pense comme toi. » Que leur autre frère comprend, lui aussi, qu'il n'a jamais été question de jouer un rôle et que son nom mis à part il est resté celui qu'il a toujours été. Le "Alvaro" auquel ils ont eu à faire ici est 100% fidèle au "Alvaro" de l'extérieur, il n'est pas devenu une autre personne au moment de mettre les pieds dans cette aventure. Ça lui importe vachement que ses potes croient en sa sincérité, parce qu'il veut bien croire quand même qu'une telle révélation ait pu sonner comme une claque, il a conscience d'avoir levé un voile particulièrement épais ce soir-là. « Appelle-moi hermano sinon, je me reconnaitrai comme ça. » Il peut pas forcer Chaim à continuer de l'appeler par un nom qui n'est pas le sien si ce dernier ne peut plus composer avec. Il peut simplement pas divulguer sa véritable identité alors comme il a pu le dire au turc samedi le mieux est de continuer de l'appeler Alvaro tant qu'il est ici, mais c'est pas une obligation non plus, si certains souhaitent recourir à des surnoms libre à eux de le faire. Bon, faudrait pas non plus qu'il se retrouve affublé de dix surnoms différents parce qu'il risque de s'y perdre un peu, le cubain. « Alvaro n'était qu'une étiquette, et je pourrai bientôt la retirer. » il reprend dans un fin sourire et un léger soupire. Ce nom d'emprunt n'a jamais défini qui il était et il est pas mécontent de pouvoir bientôt s'en défaire. C'est assez perturbant de se faire appeler par un autre nom que le sien pendant deux mois et pas toujours évident à assimiler, non plus. Il croit pourtant être parvenu à donner l'illusion pendant tout ce temps, ce qui en dit à nouveau long sur ses capacités d'adaptation. Chaim a l'air sacrément ému quand il lui fait savoir à quel point il est fier de lui, il se demande même s'il ne va pas réussir à le faire chialer comme la semaine dernière. « Faut pas s'étonner qu'un gars aussi touchant ait conquis le cœur du public, comment tu veux résister à ça ? » il formule en laissant échapper un rire tout en lui rendant la tape sur l'épaule. La fierté que lui inspire son pote reste quant à elle parfaitement lisible dans son regard. Chaim il est beaucoup plus sensible qu'il n'en donne l'impression avec cette carrure, et ça lui fait toujours quelque chose quand il sent son camarade prêt à fissurer sa carapace de bonhomme pour lui. On pourrait penser que le mec est blindé, comme protégé par cette armure de muscles mais cette carapace n'est qu'apparence. Alvaro ça fait longtemps qu'il a accepté de regarder au-delà de tout ça. Il lui fait finalement remarquer qu'à quelques jours d'une douloureuse séparation avec leur pote Johnny il leur faudrait peut-être marquer le coup, une dernière fois. Chaim entend aussitôt son appel et propose de s’exploser le bide comme ils ne l'ont encore jamais fait jusque là, ce qui veut dire atteindre des sommets dans leur consommation de malbouffe. « On va faire ça ouais, ce sera la plus belle des conclusions. » approuve-t-il avant de se diriger vers le comptoir. Un serveur se ramène, et il espère que ce dernier est très attentif parce qu'il va lui passer une commande longue comme le bras. « Okay alors tu vois le menu au-dessus de ta tête ? Bah on va tout prendre. Un burger de chaque, tous les starters possibles, pareil pour les sandwichs, les salades, les milkshakes. Tu me mets tout en double et t'oublies pas les sodas, cinq maxi gobelets chacun au moins. C'est bon ? Merci. » Le petit mec a l'air choqué, il doit penser que le cubain veut nourrir tout le bateau alors que non, ça c'est rien que pour eux deux. « On aura notre commande en 2038 à mon avis, mais ça vaut le coup. » il balance en se retournant vers son pote, qui s'attendait peut-être pas à ce qu'il prenne l'idée autant au sérieux. Bon, ça va leur faire quoi, sept burgers chacun ? Neuf sortes de starters différents, presque autant de sandwichs, sans compter tous les parfums possibles de milkshakes. Auraient-ils eu les yeux plus gros que le ventre ? Non, ça va le faire... hein ? « Si on voit qu'on galère on appellera les autres, mais l'idée c'est de plus pouvoir boutonner nos jeans et encore, je minimise vachement. » Alvaro il guette la petite équipe qui s'active pour leur préparer leur festin, il les voit cavaler dans tous les sens et quand il remarque qu'un gars dispose une dizaine de plateaux les uns à côté des autres là il réalise qu'il a peut-être un peu abusé sur les quantités.

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10443-chaim#263353 

MESSAGES : 625
AVATAR : Trevor Signorino
ÂGE : 23
LOCALISATION : Lyon
MÉTIER : Responsable d'une salle de sport
ÉTAT D'ESPRIT : Conquérant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 3000 £
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: more than you know (mardi, 11h45)   Mer 3 Oct - 16:56

Le Johnny Rockets va sacrément me manquer à l’avenir. Je me suis habitué à venir ici hyper régulièrement, à la limite de m’y arrêter quotidiennement pour savourer un hamburger différent à chaque fois. J’ai épuisé toutes les options du menu proposé par l’enseigne, tenté les starters, goûté aux succulentes nuggets de poulet proposées avec des sauces aussi diverses que variées. Il m’est même arrivé de faire escale ici en plein milieu de l’après-midi pour commander une crêpe, une gaufre, une glace, un milkshake, un donut, des churros… Tout ce qui tentait diablement mon estomac et me donnait envie de céder à une pulsion purement calorique. Les excès, j’ai arrêté de les compter tellement j’en ai fait en me rendant ici. Ce n’est pas de ma faute si la nourriture y est si bonne, au Johnny Rockets. Cette adresse, elle restera dans mon cœur à tout jamais, parce qu’il n’y a rien de tel que de la nourriture pour faire resplendir la paix dans le monde entier. Offrez de la nourriture à un peuple en guerre et vous obtiendrez une trêve, si ce n’est la fin totale du conflit en cours. La bouffe a un sacré pouvoir de cohésion, c’est l’histoire qui le dit. Vous ne vous êtes jamais demandé ce qu’il serait advenu de Marie-Antoinette si l’épisode des brioches ne s’était jamais produit ? Je vous laisse y réfléchir, vous avez quatre heures. Il n’est pas encore midi mais mon ventre cri famine depuis que j’ai démarré mon entrainement quotidien sans prendre la peine de passer par la case petit-déjeuner. Un bon moyen de booster ton corps en le forçant à creuser davantage pour brûler des calories mais un risque potentiel de s’évanouir si l’effort est trop intense avec un taux trop peu élevé de sucre dans le sang. Rien que de penser à l’immense hamburger que je vais engloutir avec des frites maison et j’en ai déjà l’eau à la bouche. Alvaro en profite pour se joindre à moi et tout ceci me ramène à cette fois où nous avons mangé beaucoup plus que de raison en se mettant mutuellement au défi de ne pas en laisser une seule miette au risque de devoir parader entièrement nu à travers les couloirs du bateau. Nous n’avons pas tremblé face à un tel défi et nous l’avons relevé avec brio. Je cogite encore sur ce que je vais bien pouvoir commander, conscient qu’il me faut profiter de cette occasion pour opter pour les hamburgers qui me manqueront le plus à l’extérieur. « Et moi j’suis quoi ? Ton fidèle Docteur Watson ? » Ce qui me fait d’ailleurs penser à une chose. « J’comprends mieux pourquoi tu ne m’as jamais jugé sur mon secret ! » Je le pointe du doigt, un éclair de génie dans le regard. « C’est parce que tu as été charger de tester la fidélité de certaines personnes pour le compte de tes clients toi aussi. Alors certes, nos méthodes de travail sont relativement opposées mais… Au fond… L’objectif était plus ou moins le même. J’pourrais peut-être me réorienter et devenir détective privé à mon tour. » J’ai toujours eu une passion pour le mystère, les indices à récolter, les longues heures à prendre des gens en filature pour grapiller quelques informations précieuses qui font avancer (ou parfois reculer) l’enquête. C’est un monde qui m’a toujours botté, au point d’en faire mon travail à part entière ? Aujourd’hui je lorgne plutôt du côté du sport, mais qui sait ce qui peut arriver… Un chat a plusieurs vies et mes pistes professionnelles sont aussi nombreuses que les vies de ce brave félin. Cette semaine plus que jamais, c’est du soutien d’Alvaro dont j’aurais besoin. Parce qu’il a toujours été présent à mes côtés et que je me refuse à évoluer différemment pour ces ultimes journées à bord. La proposition de mon frérot fait s’étirer mes lèvres en un fin sourire enthousiaste. « Avec plaisir, je te fais confiance pour me rendre à la fois élégant, puisqu’on parle quand même de la grande finale de Thrown Dice, tout en conservant ce petit truc en plus qui fait de moi une personne unique et qui rend ma tenue complètement adaptée à ma personnalité. » Autant vous dire qu’Alvaro a du pain sur la planche s’il compte m’aider à mettre la main sur cette tenue que j’estime parfaite. Moi-même je ne parviens pas à la visualiser, j’imagine qu’il me faudra avoir recours à la bonne vieille méthode du coup de cœur en retournant mes valises les unes après les autres à la recherche des pièces idéales pour m’habiller. Alvaro profite de ce moment de flottement pour engager la discussion et tenter de me rassurer sur la sincérité de ses paroles, de ses actes tout au long de l’aventure. « Tu sais, je n’ai aucunement besoin de connaitre ton prénom pour savoir que je peux avoir une confiance aveugle en toi ! Tu es quelqu’un de bien et ton identité n’y change rien ! » Je tapote son épaule pour accompagner mes propos. A travers cette aventure, j’ai appris à le découvrir lui, la personne qu’il est réellement au fond de son être, pas un espèce de personnage dans lequel il s’est plongé pour donner le change et de ne pas se faire griller par les autres candidats. J’ai conscience qu’il ne s’est pas joué de moi et qu’il ne m’a pas mené en bourrique. C’est le principal, le reste ne m’inquiète pas vraiment. « Je pense que tu n’as pas à t’inquiéter pour @Eben ! » Il réagira comme moi, il est tellement détendu comme mec qu’une autre réaction me parait totalement inimaginable. Alvaro, ce prénom je ne l’utiliserai plus jamais pour appeler mon frérot. Hermano me parait être le parfait moyen de substitution en attendant de quitter le bateau et de pouvoir recevoir son sacrosaint véritable prénom. L’enfoiré parvient encore à me faire pétiller les yeux, à la limite de faire perler des larmes sur mes joues à nouveau, comme la dernière fois qu’il s’est livré à moi. Il est fier, fier de ce que j’ai accompli, fier de mon parcours… Fier de moi et il n’y a rien de tel pour me remonter le moral. « Tu parles, ils doivent tous me prendre pour une pleureuse, les gens détestent les pleureuses dans les émissions de télé-réalité ! » Je tente de me rattraper en riant, me frottant les yeux pour chasser les larmes qui pourraient se payer le luxe de dévaler mon visage sans mon autorisation. Je déteste perdre le contrôle, ne plus pouvoir me cacher derrière cette magnifique petite carapace protectrice. Je suis pudique lorsqu’il est question de mes sentiments et de mes fêlures… Peut-être bien la seule fois où l’on pourra associer pudeur et Chaim dans une seule et même phrase. Alvaro est prêt à me suivre dans ma folie, il commande l’intégralité des burgers, des starters, des salades… C’est bien simple, il commande tout en deux exemplaires. « En double ? » Je demande confirmation, les yeux écarquillés. « Hermano, ce n’est même plus un ventre qu’on va avoir, c’est une immense poche extensible à souhait ! » Je me visualise déjà dans la peau de Big Mama, à la différence que j’aurais un ventre élargi au possible, sur plusieurs dizaines de centimètres, en conservant le reste de mon corps totalement intact. « J’crois qu’après avoir ingurgité tout cela, si on se lève, on va se la jouer Hulk… Nos vêtements vont se mettre à craquer sous la pression des kilos de graisse que l’on aura avalé… Reste plus qu’un peu de peinture verte et quelques cris virils et bestiaux pour rendre un hommage appuyé au personnage ! » Un serveur débarque avec les hamburgers, il baragouine quelque chose que j’écoute à peine, obnubilé par le nombre de burgers qui se trouvent à présent devant nous. « Il a raison, vague après vague, catégorie du menu après catégorie ! » Je jette un coup d’œil à mon camarade, le défi dans le regard. « T’es prêt pour la bouffe de ta vie ?! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t10413-alvaro 

MESSAGES : 986
AVATAR : maxi iglesias
ÂGE : 32
LOCALISATION : london, uk (ex. cuba)
MÉTIER : private investigator
ÉTAT D'ESPRIT : ambitieux


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33K
AFFINITÉS:
MessageSujet: Re: more than you know (mardi, 11h45)   Ven 5 Oct - 2:25

Peu d'endroits sur ce bateau l'ont autant marqué que le Johnny Rockets, lieu de prédilection du cubain où celui-ci a eu ses habitudes pendant deux mois. Il lui serait impossible de dénombrer toutes les fois où il en a passé la porte. Il a été un client plus que régulier du fast-food, où on a pu le voir se ramener en solo ou bien accompagné, en fonction des jours et du mood dans lequel il se trouvait. Alvaro il a conscience que son alimentation durant l'aventure a été un grand n'importe quoi. La malbouffe y a tenu une place de choix, et la bouffe saine de toute façon c'est un concept qui l'a jamais intéressé. On ne peut même pas dire qu'il a pris de mauvaises habitudes sur ce bateau puisqu'il a tendance à s'alimenter de la même façon, à l'extérieur. Dehors il a au moins l'excuse de ne pas avoir le temps de faire de vraies pauses déjeuner car il a tendance à les sacrifier au profit d'un dossier à boucler ou d'un déplacement à effectuer dans l'urgence. Mais ici, aucune excuse, et le fait de réapprendre à bien manger était tout à fait sa portée. Faut croire que ça lui disait rien à Alvaro, et que la tentation était trop grande, aussi. Car il est difficile, voire impossible, pour lui de passer devant le Johnny Rockets sans s'y arrêter. Sa position sur le bateau le rend particulièrement accessible, et ça l'a toujours beaucoup plus tenté que le self où il a plus d'une fois déploré que la nourriture n'était pas à son goût. Il est plus difficile qu'il ne voudra bien le dire à ce niveau-là, le cubain. Tandis qu'un hamburger, des frites et un milkshake restent à ses yeux le repas idéal dont il est tout bonnement incapable de se lasser. La diversité des menus proposés par le Johnny Rockets lui ont aussi parfois permis d'y manger plusieurs jours de suite sans avoir pour autant eu de sentiment de déjà-vu d'un repas à l'autre. Alors certes, au bout d'un moment il a fini par connaitre tous les menus de la carte et la nouveauté n'était plus permise, mais il lui en aurait fallu bien plus pour le détourner d'un tel endroit. Aujourd'hui Alvaro s'apprête à y prendre l'un de ses derniers repas de l'aventure, et peut-être le dernier tout court made in Johnny - même si le connaissant, il trouvera bien un moyen d'y retourner avant le prime. Si ça doit être le cas il y conviera son pote Chaim, qu'il vient justement de suivre jusqu'au fameux fast-food. Il se doutait fortement que son pote s'y rendrait, depuis le temps il le connait bien et tous les deux y ont leurs petites habitudes. Ce ne sera d'ailleurs pas le premier repas qu'ils y prendront ensemble, la liste est longue de ce côté-là. Alvaro se permet une reformulation du surnom dont le gratifie son camarade, à son arrivée. Il s'identifie davantage à Sherlock Holmes qu'à Columbo, le premier étant un détective et consultant britannique tandis que le second est un lieutenant de police américain. Or il se sent cubain dans le sang et anglais dans le cœur aujourd'hui, Alvaro. Et Sherlock reste le parangon du détective privé par excellence, une référence pour tout un chacun malgré son caractère purement fictif. « On peut dire ça oui, t'es mon fidèle acolyte ici après tout. » il souligne dans un sourire lorsque Chaim s'identifie quant à lui au Docteur Watson. Au niveau du jeu en tout cas ça se tient, puisque Chaim est devenu son grand pote comme Watson est un ami précieux du détective Holmes dans les aventures écrites par Conan Doyle. « Je te proposerai pas de m'accompagner dans mes enquêtes en revanche, car la discrétion n'est pas vraiment ton fort. » Il se marre gentiment en disant ça, avant d'aller chaleureusement taper sur l'épaule de son camarade. Chaim ne passe pas inaperçu avec un tel physique, en plus d'avoir une personnalité pour le moins débordante. Le métier d'Alvaro consiste souvent à se faire le plus discret possible, il s'emploie d'ailleurs à se vêtir de fringues passe-partout quand il entreprend ses investigations. Le coup de l'imperméable et du chapeau c'est vraiment pour la fiction, on est loin de tout ça dans la réalité. Chaim lui explique mieux comprendre pourquoi il ne l'a pas jugé quand son secret a été révélé, et effectivement le cubain a traité des affaires d'adultères à ses débuts dans le métier. Son camarade effectue un parallèle entre leurs deux activités, avant de laisser entendre qu'une réorientation en tant que détective pourrait être envisageable. Il esquisse un sourire en entendant une telle idée. « Mon agence recrute, si tu veux. » Alors bien sûr on ne s'improvise pas détective privé du jour au lendemain, Alvaro a même dû retourner sur les bancs de l'école pour décrocher son titre et sa carte. Mais il ne prend pas pour autant la remarque de Chaim à la rigolade. « J'avais ton âge quand j'ai décidé de reprendre mes études pour le devenir, alors tout est possible. » On peut se réorienter à tout âge, pour le coup Alvaro ne dissuadera jamais personne d'entreprendre une telle démarche car freiner les rêves ou les ambitions de quelqu'un c'est vraiment pas son genre. « J'oublie constamment qu'on a dix ans d'écart, nous deux. Je le ressens tellement pas comme ça. » C'est pas flagrant en effet vu tous les délires qu'ils ont pu avoir ensemble, et le fait qu'ils se comprennent si bien. « Si t'as un casier vierge et ton permis, considère que c'est un bon début. » Les deux sont indispensables pour un tel métier, on s'en doute un petit peu. Il sait que Chaim va débuter une nouvelle vie en sortant de cette aventure, et sans doute cherchera-t-il une nouvelle voie professionnelle vers laquelle s'orienter à partir de là. Si son pote a besoin de conseils ou même de son aide, Alvaro répondra bien évidemment présent car c'est à ça que servent les amis. Chaim peut compter sur son soutien, que ce soit sur ce bateau pour les derniers jours de jeu ou par la suite, dehors. C'était important pour lui d'être auprès de ses alliés finalistes cette semaine, il n'a pas pu se résoudre à rentrer à Londres et à les laisser ça, considérant que son soutien serait encore plus apprécié s'il était physiquement là pour leur témoigner. Il aimerait apporter sa petite contribution à la finale de son pote, et pour ça il propose de l'aider à choisir sa toute dernière tenue de prime. Une initiative qu'approuve Chaim, qui dit lui accorder sa confiance pour ça. « Tu vas pas être déçu mec. Les téléspectateurs, la production, nos camarades, tout le monde n'aura d'yeux que pour toi ce soir-là. » Il imagine déjà son pote faire une entrée éblouissante sur le plateau, dans une tenue qui est encore en réflexion mais qui marquera à coup sûr les esprits. Pour avoir eu un aperçu du contenu de la penderie de Chaim, il ne doute pas de parvenir à créer un look de finale aussi classe qu'original. S'il a suivi son camarade jusqu'au restaurant c'est aussi pour s'assurer que ce dernier ne remet pas en doute sa sincérité pendant l'aventure, depuis la révélation de son secret. Il ne voudrait pas souffrir de l'image du mec faux qui a joué un rôle parce qu'il n'a simplement pas pu se faire appeler par son vrai nom sur ce bateau. Alvaro revendique le fait d'avoir été totalement lui-même dans cette aventure, sans la moindre différence avec le mec qu'il est dans la vie de tous les jours. La présence des caméras et le contexte du jeu n'ont pas mené à la création d'un personnage, et s'il insiste à ce point là-dessus c'est parce qu'il ne voudrait pas rendre possible la moindre confusion avec la couverture qu'il a évoquée. C'était peut-être pas totalement clair, il a aussi pu semer le doute dans certains esprits et s'il y en a un aux yeux duquel il ne veut surtout pas changer c'est bien Chaim. Alors c'est forcément un sacré soulagement pour lui d'apprendre que son pote n'a pas revu son opinion le concernant maintenant qu'il connait son métier, et le statut particulier qu'il a eu dans l'aventure. Ça, c'est un véritable pote, quelqu'un qui se raccroche aux vrais moments passés ensemble et non pas à des futilités comme un nom. « T'es vraiment un frère. » il ajoute en plaquant une main contre sa poitrine au niveau de son cœur tout en affichant un sourire et un regard reconnaissants. Ce qu'il espère c'est que leur autre frère, Eben, pensera la même chose de lui et ne le jugera pas non plus. Alvaro il est pressé de retrouver son tout premier pote de l'aventure dont il souhaite absolument obtenir des détails sur le secret, un secret dont l'intitulé le rend très curieux comme on peut s'en douter. Un mec pareil n'aurait de toute façon pas pu cacher un petit secret, fallait s'attendre à un truc à la hauteur du bonhomme. Chaim lui dit de ne pas s’inquiéter pour Eben, des paroles rassurantes qui sont les bienvenues à ce moment-là. Le cubain il peut pas se permettre de perdre un frère, leur trio est censé perdurer à l'extérieur malgré leurs situations géographiques qui n'en font pas franchement des voisins de pallier. Il constate une nouvelle fois la sensibilité de son pote, qui à première vue pourtant ne donnerait pas l'impression d'avoir la larme facile. « T'es pas une pleureuse. » il affirme avec sérieux, en plantant son regard déterminé dans celui de son camarade. « Tu évacues les choses et ça c'est bien. Regarde-moi, je montre rien, je garde tout en moi. Je vais probablement quitter cette aventure frustré parce que j'aurai pas su dire ni montrer ce que je ressens quand j'en ai eu l'occasion. » Avec lui si, il y est parvenu mais il demeure beaucoup de non-dits dans l'aventure du cubain. Et la soi-disant pleureuse dans cette histoire est en finale, tandis que le mec au désir de contrôle maladif n'a pas su convaincre le public de lui donner son ticket. Alvaro il a dû passer pour un type froid aux yeux de certains camarades, ça l'étonnerait pas non plus qu'on l'ait vu comme quelqu'un d’inaccessible. Il s'ouvre pas facilement aux autres, et il a tellement été dans le contrôle de son image qu'en fin de compte il a pas exprimé tout ce qu'il aurait dû aux personnes concernées. Il lui reste encore quelques jours pour remédier à ça mais il n'y croit pas trop, à ce stade avouer certaines choses s'avèreraient même risquées et il aura peut-être laissé filer sa chance en se réveillant aussi tard. Puisqu'ils s'apprêtent à prendre leur possible dernier repas au Johnny Rockets, le cubain décide de le rendre inoubliable en commandant l'intégralité du menu.. en double. « Pense au fait que t'es pas près de remettre les pieds dans un Johnny Rockets après cette aventure ! Et dis-le à ton estomac, prépare-le au choc qu'il va vivre. » S'ils doivent marquer le coup et commettre l'excès de leur vie c'est aujourd'hui ou jamais. Il n'y aura peut-être pas de prochaine fois, et de toute façon leur estomac devrait avoir beaucoup trop de mal à se remettre de telles quantités ingurgitées pour leur permettre d'y retourner avant la fin. Alvaro il voit grand, très, très grand quand il commande. Tellement grand qu'il leur faudrait six bras chacun pour porter l'ensemble des plateaux comportant leur commande, heureusement que le service à table existe. Sauf que le serveur lui apporte une info qu'il était pas prêt à entendre : ils ne font plus le Steakhouse Burger, terminé, rayé de la carte. « Pardon ? Mais c'est dramatique ! » il s'exclame, faisant sursauter le petit gars qui en fait même tomber son badge. « Oups. » Il ramasse le badge pour le remettre au serveur, et jette un coup d'oeil au nom inscrit dessus. « Désolé... William ? Pas un nom facile à porter sur ce bateau. » il fait remarquer à Chaim en retenant un rire. Alors oui le Steakhouse c'est juste son burger préféré mais s'il s'était donné la peine de lire le menu plus attentivement il aurait remarqué qu'il n'y figure plus. Coup dur pour le cubain. Ils ont remplacé le Steakhouse par le Spicy Houston, un changement qui lui reste pour ainsi dire en travers de la gorge. Ceux qui ont suivi ses aventures dans le fast-food ces huit dernières semaines savent qu'il est un inconditionnel du Steakhouse, ce burger si parfait avec sa viande de bœuf, son bacon fumé, ses oignons et ses champignons grillés, sans parler de cette sauce pour laquelle il aurait été capable de se relever la nuit. C'est triste, mais il doit pas oublier le festin qui l'attend à côté. Sans le Steakhouse ça n'aura pas tout à fait la même saveur, mais ils ont des tas d'autres bonnes choses sous les yeux. « Allez c'est pas grave. On attaque mec, tant que c'est chaud. » Il en profite aussi pour étaler toutes les frites sur un plateau histoire qu'elles leur soient à portée de mains. Après quoi Alvaro se fait pas prier pour commencer, et se jette sur le premier burger qui lui tombe sous la main à ce moment-là. Le célèbre Route 66, qu'il aime également beaucoup pour la présence de champignons grillés. Leurs gobelets de soda sont disposés un peu partout sur la table, et ne seront sûrement pas de trop vu tout ce qu'ils vont devoir faire descendre. « Ça nous empêche pas de parler, hein. Alors dis-moi comment tu vas l'aborder cette finale ? » il l'interroge entre deux bouchées de son burger, pendant que l'une de ses mains se fraye un chemin jusqu'au plateau de frites. « Tu vas te ramener dans quel état d'esprit, confiant, stressé, impatient ou simplement content d'être arrivé à ce stade ? » Parce que c'est bien beau de s'en mettre plein la panse, mais il tient à obtenir les confessions de son pote à quelques jours de la grande échéance. Il a pas l'air de beaucoup s'en faire Chaim, ça le surprendrait d'ailleurs qu'il soit mort de trouille à l'idée de connaitre le verdict final du public parce que c'est pas un mec qui l'a habitué aux prises de tête jusqu'ici. Il l'imagine profiter jusqu'au tout dernier instant de ce bateau et de leurs camarades, puis aborder la finale partagé entre l'excitation du moment et le regret de voir cette aventure prendre fin.

_________________
He may play the Jack of diamonds - He may lay the Queen of spades

Revenir en haut Aller en bas
 

more than you know (mardi, 11h45)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» BIG BANG THEORY - mardi 26 juin, 16h25
» Les Etats que nous devons gagner Mardi, Pour que Obama aille jusqu'au bout
» Faites entrer l'accusé
» La maj du mardi 19 avril 2011 :D
» Communiqué de presse de Martely qui accuse le CEP de croupion ''wouchhhh''
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE ::  :: RESTAURANT JOHNNY ROCKETS-
Sauter vers: