Partagez
 

 Lula, 23 ans

Aller en bas 
AuteurMessage
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 13727


Lula, 23 ans Empty
MessageSujet: Lula, 23 ans   Lula, 23 ans EmptySam 30 Mar - 16:12


informations

AGE : Vingt-trois ans à peine. NATIONALITÉ : Française HABITAT : Près de Belleville. PROFESSION : Athlète, spécialité 100m et relais 4x100m. ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle. STATUT SOCIAL : Célibataire SIGNE ASTROLOGIQUE : Cancer.
profil psychologique

Quel âge as-tu dans ta tête ? Je m’estime plutôt en phase avec mes vingt-trois ans. Quand as-tu menti pour la dernière fois ? Je préfère me taire plutôt que mentir, de toute façon j’ai les opales fuyantes trop facilement, je n’essaie même plus de faire illusion. Quel don aurais-tu aimé avoir ?L’omniprésence, afin de ne rien rater et pour pouvoir rayer mes regrets. Après ta mort, qu'aimerais-tu qu'on retienne de toi ? Mes performances sportives. Mon futur titre, j’espère. Avec quelle personne te sens-tu le plus "vrai" ? Celles qui me côtoient les rares fois où je suis enivrée ?Quel rêve aurais-tu aimé réaliser ? Monter à bord de l’Orient express. Quelle est la plus précieuse leçon que tu aies apprise ? Arrêter de se faire prier, parce personne ne vous attend finalement.
intuitive
excessive
lucide
entêtée




rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Je m’appelle Lula et je peux désormais me définir à travers le sport. Cela n’a pas été toujours le cas. J’ai grandi près de Belleville, prête à tout pour arracher mon indépendance afin de m’extraire de mon appartement familial. Ma mère m’a foutu tous les étés en colo, en espérant calmer mes ardeurs et mes envies d’ailleurs. J’étais jamais réellement à ma place, jamais satisfaite aussi. Je me souviens encore des animateurs, qui s’imaginaient déjà éduc spé et qui essayaient de comprendre pourquoi on agissait comme-ci, comme-ça en nous donnant l’impression de faire du grand banditisme alors qu’on se cherchait simplement. Je ne supporte que très peu que l’on puisse éprouver le besoin d’élever les autres. On s’en moque un peu de votre avis sur notre façon de vivre ou de survivre. Franchement, à l’époque je décelais déjà à ces biens pensants un certain mépris. D’ailleurs je pense que ces personnes sont devenues celles qui analysent sociologiquement le mouvement des gilets jaunes en annonçant qu’il s’agit d’un phénomène purement égoïste parce que les gens se bougent pour la hausse du carburant sans être capable de se mobiliser pour les violences faites aux femmes ou bien l’environnement. Vous voyez ? Je m’égare. Dans cet enchainement de mauvais choix, je me suis lancée dans l’athlétisme en parallèle, principalement que ça me permettait de retarder le retour à la maison et de mettre en pause tout le reste, je me suis rapidement prise au jeu. J’ai ensuite été repérée par la fédération française d’athlétisme pour intégrer l’INSEP. Tout s’est passé très vite, ça m’a empêché de réfléchir (ce qui ne change pas tellement, vous me direz). J’ai accepté tous les compromis sans hésiter. Je me suis retournée la tête pendant de longues années, j’ai appris à mon coeur à ralentir, j’ai beaucoup vomis aussi et pleuré, un peu, mais j’ai compris, même lorsque mon sang pulse trop fort dans mes tempes, que j’ai bien fait. Il était temps de se réveiller.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
J’ai comme principe de ne pas en avoir. Je ne m’encombre pas autant matériellement qu’émotionnellement. Je n’y peux rien si je n’ai pas été bien finalisée à la naissance au point qu’il me manque le fait d’être capable de nuancer. J’ai tendance à voir le monde en blanc et noir, j’adore ou je déteste, je me donne ou je délaisse, j’admire ou j’abandonne, je câline ou j’ignore, je taquine ou je méprise ouvertement. Le tout est clairement lisible sur les traits de mon visage et mes expressions, traitresses, trop rapides. Je suis aussi extrême et prévisible depuis toujours, autant vous dire que ça m’épuise moi aussi parfois. Ce qui nous amène à constater mon obstination lorsqu’il s’agit de mes lignes directrices. Une fois que je commence à avoir un avis, j’ai du mal à m’en détacher, j’aime bien dire que je sens les gens, j’ai rarement tord, mais je ne cherche pas à prouver que j’ai raison. Je le sais, et c’est ça qui est jouissif. Le pire étant que je suis capable de faire semblant d’écouter l’autre point de vue, pour m’octroyer une once de tolérance. C’est bien trop compliqué pour moi de m’imaginer me courber métaphoriquement parlant devant une idée, une théorie ou une personne, c’est juste un mélange mal dosé de combativité et de détermination. Ma mère dirait qu’il s’agit uniquement d’insolence. La vérité est que j’ai grandi sans cadre avec uniquement ma propre personne pour me remettre en question. On en parle des épisodes de schizophrénie que j’ai du me taper ? Je suis quand même capable de me discipliner lorsque je décrète que l’enjeu en vaut la peine. Il n’empêche que j’accumule encore et toujours les fausses notes, à tâtons, mais on s’en relève avec simplement quelques ecchymoses. J’apprends de mes maux. J’ai l’impression que cette solitude m’a obligé à être plus exigeante envers les autres alors que j’ai abusé et usé de leur patience et compréhension auparavant. Par contre, je n’ai rien de la fille désabusée et indifférente au monde, bien au contraire. J’ai le rire plutôt spontané et non cynique, je pleurs de colère et non de spleen ou de nostalgie, je suis pour la simplicité et l’absence de non-dits au lieu d’être idéaliste et armée d’élégance intellectuelle.


dévoile ton potentiel


Alors que tu enquêtes sur le secret d'un candidat depuis plusieurs semaines, tu apprends qu'un de tes camarades nourrit lui aussi une piste sur ce secret et projette de le buzzer pour en avoir le cœur net. Décides-tu de verrouiller ta cible en actionnant le buzzeur en premier pour gagner du temps et tenter de dissuader ton adversaire de continuer dans cette voie, ou juges-tu cette compétition grisante au point de te réjouir de cette menace ? Préfères-tu garder ta cible pour toi ou en faire une véritable course au buzz ? Es-tu un enquêteur forcené ou imperturbable ?
Je buzze directe, stimulée par la compétition, hors de question de ressentir la frustration d’avoir été doublée et de ne pas avoir poursuivie mon idée jusqu’au bout.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
J’unis mes forces afin de gagner du temps. De toute façon au final, il ne s’agira que d’être au bon endroit au bon moment et pas forcément de stratégie. Et puis quitte à ce que je ne la trouve pas moi, autant que ce soit une personne que j’apprécie.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu de ces boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
J’aurai tendance à vouloir donner la boite de l’immunité afin de ne pas pénaliser mon allié tout en me convainquant mentalement qu’une confrontation aux votes du public est inévitable. J’accorde une importante toute particulière à la fidélité et à la loyauté que je contrebalance néanmoins avec mes intérêts, certes.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lula ap pouse pyon. Konpatryot w'ap tande. Se trè byen. Le débat promet
» Lettre de protestation d'un haitien au président Lula du Bresil
» Michel Martelly peut-il etre le Lula haitien?
» Lula Reed • Back Again
» Dead Bop a Lula

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: Les candidats-
Sauter vers: