Partagez
 

 Nicholas, 28 ans

Aller en bas 
AuteurMessage
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 13727


Nicholas, 28 ans Empty
MessageSujet: Nicholas, 28 ans   Nicholas, 28 ans EmptySam 30 Mar - 16:14


informations

AGE : 28 piges NATIONALITÉ : américain HABITAT : new york, queens PROFESSION : que dalle. j’étais flic, avant. ORIENTATION SEXUELLE : hétéro. STATUT SOCIAL : célibataire. SIGNE ASTROLOGIQUE :Lion.
profil psychologique

Quel âge as-tu dans ta tête ? ‘sais pas trop. mes potes me disent souvent que j’ai l’air d’un vieux con, mais ça me ferait mal de vous dire que j’ai l’esprit d’un vieillard. disons que j’vais bien à mon âge. Quand as-tu menti pour la dernière fois ? ce matin. J’ai fais genre que je savais pas à une question d’un passant. J’avais juste la flemme de lui répondre. Quel don aurais-tu aimé avoir ? la téléportation. Après ta mort, qu'aimerais-tu qu'on retienne de toi ? mmh, voyons… qu'on ne se soit pas arrêté à la première image que je peux laisser… je suppose. Avec quelle personne te sens-tu le plus "vrai" ? mon coéquipier. Quel rêve aurais-tu aimé réaliser ? pouvoir guérir complètement de cette foutue jambe. Pouvoir reprendre une vie normale, ma vie normale, exactement là ou je l’avais laissée. Quelle est la plus précieuse leçon que tu aies apprise ? Que la vie est une pute. Cette putain de vie, elle s’en tape de si t’as été un saint ou un enfoiré depuis que t’es né. Si elle veut te briser, elle te brise, qu’importe ce que t’as pu faire dans ta vie, sans aucune distinction entre le bienveillant et le malveillant.
persévérant
râleur
courageux
désordonné




rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
(Lache un reniflement moqueur) Eh bah voyons, une autobiographie… (Dans un soupir) okay, je suppose que j'ai pas le choix, d'façon. Alors. Prénom, Nicholas. Age, 28 ans. J'suis né ici, a Londres, mais ca fait bien une dizaine d'années maintenant que j'vis a New York, dans l'Queens. J'ai plus vraiment de boulot, alors a l'heure actuelle, on peut pas vraiment dire que ma vie quotidienne ait grand chose de palpitante. J'me lève, je glande, je mange, je râle et j'me couche. C'est tout. Je sors quelques fois pour me forcer a marcher, je vois quelques ami pour passer le temps et m'éviter de devenir trop vite un vieux con aigri, mais, rien de bien fou ou d'intéressant la dedans. Avant, pourtant, c'était différent. J'étais flic. Un bon, j'suppose, puisque j'avais même réussi a monter au grade de lieutenant. J'étais - je suis du genre a foncer dans le tas sans réfléchir, a enfoncer des portes ouvertes a grand coup de pied au nom de ce qui est juste, en m'en tapant totalement des risques que ça peut représenter pour moi derrière. Le plus important, c'est les autres ; n'en déplaise aux plus procéduriers. Ah ca j'avais -et j’ai encore- des ennemis du coup, mais pareil, j'm'en fout complet. J'ai jamais été du genre a vivre pour le consentement de gens qui n'en valent pas la peine. Et j'étais très bien comme ça. Tous les jours, j'me levais avec énergie, j'me sentais bien, j'étais… J'étais utile. Et puis y'a deux ans, une couille m'est arrivée. D'où cette chose que j'me trimballe ! (Montre sa canne) Un truc vraiment con, mais c'est toujours comme ça, de toute façon. Ah ça, j'aimerais bien pouvoir vous raconter une grande histoire, où j'ai été pris d'assaut par un cartel de drogue en pleine mission, ou bien, comment j'ai sauvé la vie d'un civil au péril de la mienne ou n'importe quelle connerie du genre… Mais non. Un accident. Un putain de banal accident. Pendant des années, j'ai vécu un milliard de péripéties a foncer tête baissée dans le danger sans rien qu'il ne m'arrive de grave… Et puis j'me retrouve dans un fauteuil après qu'un putain de chauffard ne me grille une prio, et même pas dans mes heures de service…. ah ça, ça en fout, un coup au moral. Parce que c'est frustrant. Une putain d'injustice, mais une injustice dont on peut absolument rien faire, parce que le mal est déjà fait - et c'est ça qui est horrible. Et puis encore, aujourd'hui, ca mieux, parce que depuis le temps, j'ai quand même réappris à marcher - même j'suis condamné a la canne a vie, et condamné a tout ce que ça implique.. - et puis parce que j'ai eu le temps de digérer cette merde... mais, bon. Quand j'me suis retrouvé dans ce fauteuil, j'vous raconte pas la claque dans ma gueule, ni la dépression qu'à suivit derrière… surtout que la réaction de certains proche n’a vraiment pas aidé. Toute personne qui me prends pour un glandeur aujourd'hui parce que j’me reprends pas vraiment en main, ne m'a pas vu a l'époque, ca c'est sur… Enfin bon de toute façon ceux la, ils ont qu'a aller se faire voir. Ils se permettent de me juger sur ce que je fais ou ce que je fais pas, en s'en foutant totalement de ce que je traverse et ce que j'veux… D'être flic, c'est tout ce pour quoi j'ai jamais bossé, ça a toujours été tout ce que je voulais faire, une vraie vocation. Alors… je sais, que je pourrais jamais l'être de nouveau, j’suis pas con, j’vois bien dans quel état j’suis… mais quelque part, trouver un nouveau boulot et toutes les conneries qui s’ensuivent… J’peux pas m’y résoudre. Parce que ça voudrait dire abdiquer, définitivement abandonner cette carrière pour laquelle j'me suis battu depuis toujours. Mais ça, bien sûr, ces crétins de moralisateurs a deux balles, ils en ont rien a foutre. De toute façon, depuis que je suis tout petit, j'ai appris a m'en carrer, de ceux qui se permettent de juger ma vie. C'est que… J'suis orphelin. Alors bon ça en soit je m'en tape - surtout que j'ai été adopté très jeune - mais mes parents, ils avaient déjà une cinquantaine d'années quand ils m'ont adopté. et moi, dans les 6 ans. Alors forcément… Les langues se délient. Au début, quand j'étais môme, ca me faisait du mal qu'on parle de moi ou de mes parents comme ça - oui parce que j'ai toujours su que j'ai été adopté et j'ai jamais eu de problème ou de malaise par rapport a ça, ça a jamais été un tabou, dans la famille - j'trouvais ça hyper injuste et ça me foutait dans des colères pas possible. Mais bon, a force, j'ai appris a plus les écouter, même si ça reste agaçant de les entendre, j’vais pas mentir. ‘Fin bon, tout ça pour dire qu’en ce moment, ma vie c’est un peu d’la merde, en fait.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
En toute objectivité ? (sourire insolent) J’suis un gros chieur. Voilà, c’est assez objectif, pour vous ? …Nan, en vrai, c’est vrai que j’parais super bourru comme gars parce que, voilà, j’ai ma façon de parler, parce que j’mache pas mes mots, que j'hésite pas a dire tout haut le fond de ma pensée... ‘puis parce que j’suis un champion de la râlerie en tout genre. Mais tant qu’on me casse pas trop les couilles, j’peux être cool, j’vous assure. J’suis pas un connard, comme on pourrait le penser, au contraire. J’ai toujours été élevé dans le respect. Que ce soit celui des autres; de la vie, de la valeur des choses ou de nous-même... le principal mot d'ordre de mes parents, c'était ça : le respect. Alors forcément, j’ai des valeurs, j’ai des principes. Vaut mieux, pour un flic, en même temps. C’est un peu ça qui nous différencie des ripoux, après tout. Sinon, à part ça, bah… j'ai toujours été un téméraire. depuis tout petit, si dans la troupe d'enfants, il devait en avoir un qui aille chercher le ballon sur la pelouse de la vieille sorcière du quartier, qui ouvre la marche d'une exploration en forêt ou même qui saute à pied joints dans une énorme flaque ou une pile de feuille... c'était toujours moi. Non pas que j’sois sans peur - personne n'est sans peur. C'est juste que... j’sais pas. J’pense que ça m’a jamais vraiment effrayé, d'avoir peur. Puis j’suis pas mal impulsif, en général, alors quand je fais ce genre de truc, c’est comme un réflexe, j’ai même pas le temps de réfléchir au pourquoi du comment. Du coup c’est sûr que la flippe elle a pas tellement le temps de rappliquer. Après, si tout ça ferait de moi quelqu’un d’aimé ou pas, qu’est-ce que j’en sais… J’en ai jamais vraiment eu à faire, de si les gens m’aimaient ou pas, alors bon c’est pas trop maintenant que ça va commencer, j’vous avouerais. Après, je sais par contre que ce que mes amis aiment bien en général, c’est mon cynisme, mon rapport à la taquinerie J’aime bien, me foutre un peu de la tronche des autres juste parce que ça me fait marrer. D’ailleurs j’ai pas mal d’autodérision et j’peux tout aussi bien me foutre de ma propre gueule que ça me fera marrer autant. En fait, même si j’peux être hyper sérieux et responsable quand il faut l’être, d’ordre général, j’suis surtout un sale gosse. Le genre de gamin insolent qui va s’amuser à défier l’autorité devant lui juste parce que ça le fera se marrer de voir jusqu’à où ça peut aller. Alors oui, pour un flic -enfin… ex-flic- ça peut sembler bizarre, mais j’vous ai bien dit que j’étais du genre à faire ce qui me paraissait le plus juste en m’en tapant des procédures. On est un peu dans le même état d’esprit, en fin de compte, alors en soit y’a rien d’étonnant. Après pareil, est-ce que c’est quelque chose qui pourra me servir ou me desservir dans l'émission… j’vous avouerai que je la suis pas trop, en vrai, alors j’en sais trop rien. Après, d’avoir été lieutenant de police, j’suppose que pour une émission où il faut chasser des secrets c’est plutôt pas mal. Les enquêtes, les interrogatoires, c’est un peu mon dada, après tout. Donc bon.


dévoile ton potentiel


Alors que tu enquêtes sur le secret d'un candidat depuis plusieurs semaines, tu apprends qu'un de tes camarades nourrit lui aussi une piste sur ce secret et projette de le buzzer pour en avoir le cœur net. Décides-tu de verrouiller ta cible en actionnant le buzzeur en premier pour gagner du temps et tenter de dissuader ton adversaire de continuer dans cette voie, ou juges-tu cette compétition grisante au point de te réjouir de cette menace ? Préfères-tu garder ta cible pour toi ou en faire une véritable course au buzz ? Es-tu un enquêteur forcené ou imperturbable ?
Bof… j’m’en tape un peu. ‘Fin… j’sais pas, vous avez l’air de sous entendre que je devrais me sentir menacé qu’un autre soit sur le même candidat, mais j’vois pas en quoi je devrais l’être. Que le meilleur gagne et puis c’est tout. J’vais pas bouleverser tout une reflexion juste parce qu’un autre pécore va en vouloir à la même cagnotte. Parce que bon, qu’on enquête sur le même gars, ça veut pas forcément dire qu’on va avoir les mêmes idées. La manière dont on aborde les choses et dont un raisonnement se créer pendant une enquête, ça dépend de beaucoup trop de trucs pour que les probs qu’on ait les mêmes pistes soient vraiment probables. Sauf si son secret est vraiment évident, mais dans ce cas là, c’est normal : pas de challenge, pas de surprise.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
j’suis pas spécialement sociable, mais de là à dire que j’suis un loup solitaire… Les gens, j’ai pas peur d’avoir des opinions tranchées sur eux. J’me suis toujours fié à mon instinct, et jusque là, ça m’a jamais vraiment desservi. J’ai conscience que parfois, il faut pas avoir peur de demander de l’aide, qu’on s’enfonce plus qu’on avance quand on est seuls… mais que d’autre fois, les personnes autour de nous nous causent plus de mal qu’autre chose. Tout dépend du contexte, en fait. Aucun de vos deux p’tits stades me font peur, et j’peux autant être efficace seul qu’entouré - même si ça sera pas entouré non plus de ouf. Du coup, votre histoire de carte, là, c’est ça ? J’dirais que ça dépend de qui j’ai autour de moi. Si c’est des cons, merci mais non merci, j’peux très bien me débrouiller tout seul. Si c’est pas le cas, j’suppose que je cracherais pas sur un peu d’aide.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu de ces boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
Pourquoi faudrait choisir entre stratégie et amitié ? Déso pas déso, mais pour moi, stratégie ça rime pas forcément avec gros connard qui pense qu’a sa gueule. Il me semble pas que vous ayez précisé que les informations que j’ai doivent rester secrètes… alors pour moi, c’est simple : je lui déballe tout, et on décide ensemble. On fait notre stratégie ensemble, et on se démerde ensemble. C’est comme ça que ça marche, entre alliés. On est ni censés se tirer dans les pattes, ni censés prendre des décisions pour les autres. Et là dessus, c’est quelque chose sur quoi je suis assez intransigeant. Mon côté flic qui ressort, surement. Mais dans tous les cas, c’est ce qu’il y a de plus intelligent à faire. Parce qu’on aura beau se considérer comme ayant la tête froide, comme étant bon, comme étant tout ce que vous voulez, on peut pas être parfait, et y’a aucun moyen d’arriver seul à décider correctement d’un truc dont on est pas les seuls concernés. Même si on pense prendre la bonne décision, même si on pense bien agir. Le sacrifice, même si on le fait pour les autres, ça reste la décision la plus égoïste du monde. Parce que partir du principe qu’on sait ce qui est meilleur pour les autres, partir du principe que se sacrifier arrangera forcément ceux qui sont laissés derrière, c’est se prendre pour Dieu. Mais c’est surtout être con, et aveugle. ...Mais, bon. j’vais arrêter de parler, j’suis pas sûr que j’suis encore en train d’argumenter sur votre petit jeu, là...
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nicholas Hoult - Drakhïan [ HOMME ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: Les candidats-
Sauter vers: