Partagez
 

 PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Crystal Heaton
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 342
AVATAR : oh land.


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] Empty
MessageSujet: PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00]   PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] EmptySam 30 Mar - 20:00

PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] BHUXa5g3_o

« Mesdames et Messieurs, bonsoir et bienvenue sur BBC One pour le prime d'ouverture de la douzième édition de Thrown Dice, l'émission de télé-réalité la plus célèbre d'Europe ! Je me présente à ceux qui ne me connaissent pas encore, je suis Crystal et je serai votre co-présentatrice tout au long de cette saison qui marquera le huitième anniversaire de cette émission que certains d'entre vous suivent depuis ses débuts. Merci pour votre fidélité, et d'avoir permis à des animateurs et animatrices tels que moi de servir ce beau programme. Reese connait déjà les ficelles de cet univers mais ce n'est pas encore tout à fait mon cas, alors je compte sur vous pour être indulgents. Le public est visiblement déchainé et je crois qu'il a hâte de découvrir toutes les nouveautés promises cette saison, et bien évidemment ce tout nouveau casting qui est sur toutes les lèvres depuis plusieurs semaines. Je ne les ai pas encore personnellement rencontrés - eh oui, nous sommes tous logés à la même enseigne - mais je suis sûre qu'ils sont tous aussi nerveux que moi !

Quant au reste, ce que je peux déjà vous dire c'est que cette saison encore le dépaysement risque d'être de la partie... car vous l'aurez peut être deviné, mais je ne me trouve actuellement pas au Royaume-Uni et nos futurs candidats non plus. Mais alors, quelle destination le Maître a-t-il réservé à ces tout nouveaux candidats ? Je doute qu'il vous le dise aussi facilement, n'est-ce pas Reese ? »


important : ce n'est pas sur ce plateau du prime qu'entreront les candidats, ni même dans la demeure de William. Plus d'informations sont disponibles dans le sujet du stade.

n.b. si vous n'êtes pas disponible lorsque vous êtes annoncés, ne vous inquiétez pas, vous pourrez faire entrer votre personnage plus tard dans la soirée ou dans les prochains jours.

_________________
I close my eyes till
I see neon jungles.
and live some beautiful days, in a magical place. beautiful loves, perfect and straight. beautiful days, in a magical place. a new dream is born, the new freaks have come.
Revenir en haut Aller en bas
Reese Allister
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 473
AVATAR : aidan turner
ÂGE : 34
LOCALISATION : london, uk
MÉTIER : co-host of #td10 & #td12


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] Empty
MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00]   PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] EmptySam 30 Mar - 20:07

« Oui Crystal, il lâchera pas le morceau comme ça le bougre. Bon, je ne pense pas avoir besoin de me présenter de mon côté, mais au cas où vous auriez vécu dans une grotte ces deux dernières années moi c'est Reese comme vous venez de l'entendre et je co-présenterai cette émission avec Crystal cette saison. C'est un peu étrange d'être de retour dans ce programme, mais je crois que ça m'avait un peu manqué. J'espère que vous êtes prêts à voir Thrown Dice partout ces prochaines semaines, car quelque chose me dit que cette saison va beaucoup faire parler d'elle. Au programme si vous voulez mon avis, de mauvais enquêteurs, des dramas, des coucheries.. Il faut un peu de tout ça pour faire le succès d'une saison, je pense. Évidemment William préfèrerait que ses candidats se montrent efficaces dans la chasse des secrets, mais pas sûr qu'il parte avec de grandes illusions là-dessus. Plus que quelques minutes avant de découvrir les nouveaux candidats, j'ose pas imaginer dans quel état ils sont tous en ce moment. Il me tarde comme à vous de voir qui sont les petits chanceux triés sur le volet pour intégrer cette aventure, et comme chaque saison on y pense pas forcément au début mais le gagnant est parmi eux. Je pense qu'au même moment la saison passée, Ariadne ne s'imaginait pas gagnante deux mois plus tard et pourtant. Allez, je vais laisser la parole à ce bon vieux William Quincy-Clifford dont le simple nom doit déjà vous faire frisonner, chez vous. Il a beaucoup de choses à vous dire, alors vas-y William, vends-nous du rêve. »


_________________
it's much better to face these kinds of things with a sense of poise and rationality

Revenir en haut Aller en bas
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 13727


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] Empty
MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00]   PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] EmptySam 30 Mar - 20:14

PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] Oe8FZedf_o
Bonsoir à tous, chers téléspectateurs, postulants et membres de la production. Le Maître a le plaisir de vous retrouver ce soir pour le grand lancement de cette douzième saison, qui n'en finit pas de faire parler d'elle et est au cœur des ragots depuis maintenant plusieurs semaines. Je ne suis probablement plus à présenter après presque huit ans de bons et loyaux services en tant que Maître du jeu de Thrown Dice, mais pour ceux qui nous rejoindraient pour la première fois, je suis William Quincy-Clifford, deuxième du nom, détenteur d'un titre de noblesse et propriétaire de nombreux domaines. Depuis toutes ces années où mon illustre nom s'est trouvé associé à cette émission, j'ai eu tout le loisir de constater l'engouement du public pour ce jeu qui n'en finit plus d'enthousiasmer les foules, même après bientôt huit ans. Huit ans, donc, que cette émission passionne, intrigue, perdure tandis qu'autour d'elle le monde du petit écran évolue toujours plus. Huit années durant lesquelles j'ai vu défiler de nombreux jeunes gens en quête de gloire, d'aventure ou de changement et qui ne sont jamais ressortis de ce jeu complètement indemnes. Car Thrown Dice est une aventure dans laquelle on ne se lance jamais à la légère, et on y trouve généralement bien d'autres choses que ce qu'on était venu y chercher. Des surprises, il y en aura d'ailleurs encore beaucoup au cours de cette douzième saison qui promet encore de nombreux bouleversements. Les suppositions vont bon train depuis plusieurs semaines quant au cadre dans lequel nos candidats évolueront cette année, et depuis tout ce temps c'est une équipe de professionnels acharnés qui travaille pour vous offrir une saison riche en surprises. Nos candidats, eux, auront la chance de vivre une expérience unique, et de prouver qu'ils n'ont rien à envier à tous ceux qui ont fait l'histoire de Thrown Dice au fil des années. Ils ont du potentiel, de la détermination à revendre, et chacun a ce petit quelque chose en plus qui a fait la différence. Vous le savez, cette saison encore ce sont des milliers de postulants qui sont venus rencontrer nos casteurs dans l'espoir d'intégrer l'aventure, mais cette saison ce sont vingt-deux candidats qui seront annoncés pour intégrer le jeu. Le Maître tient d'ors et déjà à féliciter toutes celles et ceux qui seront appelés, mais aussi à rassurer ceux qui n'auront pas cette chance : les places sont malheureusement limitées dans l'aventure Thrown Dice, mais si la chance ne vous a pas souri cette fois, il pourrait bien en être autrement la fois prochaine. Persévérance est le maitre mot. Le Maître espère en tout cas que vous êtes prêts à vivre une soirée riche en surprises et en nouveautés, car cette saison la production a encore vu les choses en grand. Pour le moment, et parce que vous attendez tous avec impatience de les rencontrer depuis que vous avez découvert leur visage sur le site officiel, veuillez réserver un tonnerre d'applaudissements à nos deux premiers candidats sélectionnés.
Revenir en haut Aller en bas
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 13727


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] Empty
MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00]   PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] EmptySam 30 Mar - 20:20


informations

AGE : vingt-six ans. NATIONALITÉ : américaine. HABITAT : flint, michigan. PROFESSION : actuellement soudeuse. ORIENTATION SEXUELLE : on n'est pas tous bi, à notre époque ? STATUT SOCIAL : célibataire. SIGNE ASTROLOGIQUE : capricorne.
profil psychologique

Quel âge as-tu dans ta tête ? ça varie selon les situations. Quand as-tu menti pour la dernière fois ? certainement dans l'heure. Quel don aurais-tu aimé avoir ? le clonage. Après ta mort, qu'aimerais-tu qu'on retienne de toi ? que j'ai essayé. Avec quelle personne te sens-tu le plus "vrai" ? elle s'appelle jane. Quel rêve aurais-tu aimé réaliser ? je suis pas encore morte, hein. Quelle est la plus précieuse leçon que tu aies apprise ? tout le monde ment.
intègre
(trop) lucide
divertissante
dissolue




rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Je m'appelle Tonia. Ou Tone, Toni, comme vous préférez. J'ai vingt-six ans, je suis née, j'ai grandi et je vis toujours à Flint, Michigan, la ville la plus pourrie de l'univers. Vous dites Detroit, vous dites Saint-Louis, moi je vous réponds : FLINT. Putain de Flint. On a le taux de criminalité le plus élevé des Etats-Unis, ça doit suffire pour vous en apprendre un paquet sur moi. Je pourrais vous dire que ça change rien à qui je suis mais ça ferait de moi une menteuse en plus d'une délinquante. [sourire] La vérité c'est que je m'en sors pas si mal. Je me maintiens juste au-dessus du seuil de pauvreté quasiment statutaire à Flint en changeant régulièrement de boulot. Je me fais vite chier, surtout quand je me retrouve à devoir bosser dans des branches d'intellos. J'aime le manuel, me servir de mes mains ou le contact humain, j'ai été serveuse un bon million de fois, j'ai fait les services de nuit dans une station service toute mon adolescence, j'ai même bossé comme fossoyeuse pendant un petit moment. Là j'ai décidé de plaquer mon boulot de maître nageuse à la piscine municipale pour me payer une formation en soudure et lancer mon business. C'est mon truc, j'aime bien toucher à tout, être assez polyvalente parce que ça me permet de pas me complaire dans un ennui qui me bouffe sinon. En fait, ma vie est faite de dizaines de petits vies successives. J'ai mes bases, ce qui me suivra toujours partout, et le reste, ça va et ça vient. Les boulots, les apparts, les potes, les jours se suivent, parfois ils se ressemblent mais en général, j'essaie de varier les plaisirs. J'aime bien me dire que je suis plutôt maligne, que je sais m'adapter sans problème, mais les gens à Flint vous diront plutôt que je suis complètement inconsciente et stupide, qu'un jour je vais me retrouver à la rue avec un môme et le sida. C'est eux qui sont stupides. Je suis pas auto-destructrice, vous inquiétez pas, vous aurez pas un boulet sur les bras quand vous m'aurez sélectionnée. Mon but c'est pas de crever dans un caniveau bien au contraire, je suis pire qu'une tique, je m'accroche à la moindre petite particule de vie que je peux trouver parce que je ne compte pas me barrer sans avoir tirer tout ce que je peux tirer de l'existence humaine.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Le truc avec moi, c'est qu'on a toujours l'impression de me connaître alors qu'en vérité, c'est pas du tout le cas. J'ai des centaines de couches et de grilles de lecture avant d'en arriver au fond de ma tête, et mes motivations, mes convictions, toutes les raisons aux choses, c'est éparpillé un peu partout dans mon crâne mais jamais ailleurs. Beaucoup de choses que les gens s'imaginent comprendre sur moi, c'est des conneries, parce que j'ai pas besoin qu'ils sachent pourquoi je mets un pieds devant l'autre et pourquoi j'agis d'une telle façon plutôt qu'une autre. J'ai souvent l'air dispersée mais en réalité, je gère. Pour moi, ça fait sens. Tout est sous contrôle alors que je donne souvent l'impression de rien contrôler. Je suis ultra sociable et avenante, j'ai pas de filtre ou d'arrière-pensée, j'aime l'attention parce qu'elle me donne l'impression d'exister et ça me rend radieuse. Vous me verrez souvent cynique ou trop franche mais c'est aussi souvent parce que ça me permet d'entrer en contact avec les gens, vous me verrez impulsive, drôle, mutine, excentrique, vous me verrez à moitié à poil parce que j'ai aucune pudeur, autant réellement que métaphoriquement. Je dis toujours ce que je pense, je ne pense pas toujours ce que je dis. Il faudra faire pas mal de tri, avec moi, parce que comme je vous l'ai dit, tout a une raison d'être mais souvent, il faut plonger très, très loin pour la trouver. Et parfois, ça arrive que la raison, ça soit l'ennui, l'envie de chahuter ou simplement un truc encore plus égocentrique, mais ça vous le saurez jamais. Je suis pas une meuf calculatrice, je cherche pas à manipuler les gens en les gardant dans l'ignorance, à vrai dire j'en ai pas grand chose à foutre de quoi que ce soit, y compris des autres. Du coup, je parle trop, je suis vulgaire, je drague, je bois, je me bats, comme ces meufs pas nettes et excessives que vous voyez sur les tables dans les bars. ça veut pas dire que je suis stupide. La réalité, c'est que j'ai toujours aimé m'identifier à Sisyphe. J'ai toujours cherché du sens à tout ce bordel, jusqu'à décider qu'il n'y en avait aucun et qu'on était condamné à vivre une existence qui ne veut rien dire, qui ne sert strictement à rien. Et depuis, je suis heureuse. Les plus érudits psychologues diront sûrement que je suis complètement désillusionnée mais j'ai jamais trouvé autant de sens que dans l'absurdité totale de nos vies.


dévoile ton potentiel


Alors que tu enquêtes sur le secret d'un candidat depuis plusieurs semaines, tu apprends qu'un de tes camarades nourrit lui aussi une piste sur ce secret et projette de le buzzer pour en avoir le cœur net. Décides-tu de verrouiller ta cible en actionnant le buzzeur en premier pour gagner du temps et tenter de dissuader ton adversaire de continuer dans cette voie, ou juges-tu cette compétition grisante au point de te réjouir de cette menace ? Préfères-tu garder ta cible pour toi ou en faire une véritable course au buzz ? Es-tu un enquêteur forcené ou imperturbable ?
Probablement les deux, me connaissant. ça va m'animer que quelqu'un d'autre soit sur la même piste que moi et comme je suis pas suffisamment compétitrice que pour être vexée si j'en ressors pas gagnante, ça sera juste un jeu de plus. C'est plus pour l'autre personne que ça risque d'être chiant, je suis le genre à faire semblant d'aller buzzer juste pour taper sur les nerfs. Mais l'air de rien, ça me plait bien cette idée des secrets et je sortirai pas de ce trou sans en avoir trouvé un.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Je gravite en permanence autour des gens, je peux pas m'empêcher, j'ai horreur d'être seule. Je ferais ma petite équipe, on évoluerait ensemble parce que ça me fera marrer, ça deviendra un jeu, je me la jouerai Sherlock Holmes parce que j'aime bien et on fera tout pour exploser les autres mais si je peux tous les doubler et trouver la carte moi-même, je le ferai. J'ai pas trop de scrupules, ça m'emmerde de devoir tenir compte des états d'âme de tout le monde. Paradoxalement, je suis pas quelqu'un à qui tu peux pas te fier non plus. Je fais pas mes affaires dans le dos des gens, mes coups de poignard, ils sont toujours inscrits dans ton agenda quinze jours à l'avance. [elle rit] Non je rigole mais vous voyez ce que je veux dire. Je suis ouvertement égocentrique donc les gens s'en accommodent et ils n'attendent rien de moi en général. Du coup, certains considèrent que ça fait de moi la personne parfaite quand ils ont envie de déballer leur triste vie et leurs problèmes. Parce que je les écoute et que je m'en fous un peu de les ménager s'il faut. Je suis un genre de magic 8-ball honnête. J'sais pas, certains aiment bien se faire un peu malmener, ça doit vouloir dire des choses. [sourire coquin]


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu de ces boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
Au risque de me mettre tout le monde à dos dès le départ, l'amitié ça m'intéresse pas. Des amis, des alliés, des gens pour qui je pourrais crever, j'en ai déjà, y'a plus de place dans mon deck. Ce que j'adore, par contre, ce sont les potes. On se marre bien mais faut pas trop les entretenir ou leur prouver que tu seras toujours là pour eux. Vous passez du bon temps sans en attendre trop l'un de l'autre. Ceux-là, je les veux bien par lot de cinquante. [elle rit] Après, la stratégie, c'est pas forcément mon truc. Je vous l'ai dit, je suis pas trop calculatrice, ça m'amuse d'imaginer les possibilités, de réfléchir au jeu mais seulement en théorie, façon jeu d'échec, ça veut pas dire que je vais l'appliquer. Le truc, c'est que je suis complètement individualiste, je vis pour moi et pour personne d'autre, et à choisir entre moi ou un autre, je ne réfléchis même pas cinq secondes. J'ai pas spécialement envie de leur faire de crasse non plus, mais je pars du principe que je ne veux pas devoir ma place dans le jeu à la charité de quelqu'un donc c'est la règle que je vais appliquer. Chacun sa merde.



informations

AGE : 24yo. Le bel âge, vivre comme chaque année comme une religion de la jeunesse. NATIONALITÉ : Colombien. Peau aux couleurs du pays, l'accent chantant la joie de vivre. HABITAT : Bogota, Colombia. Refuge régulier, mais le monde est ma maison. PROFESSION : Danseur professionnel. Vivant des dates de tournées, des spectacles et des contrats. Profitant de parcourir le monde. ORIENTATION SEXUELLE : Altersexuel. Refusant les étiquettes, attiré par l'esprit, le corps, le regard, l'envie. Les limites sont pour les idiots. STATUT SOCIAL : Célibataire. Par conviction. Impossible de m'attacher à un seul être vivant, à un seul battement de cœur. SIGNE ASTROLOGIQUE : Scorpion (11/11) Chien (94).
profil psychologique

Quel âge as-tu dans ta tête ? Vingt-quatre ans. Vivant ma vie comme elle est, ne regrettant ni l'enfance à la liberté et la naïveté aliénante. Profitant des ces années de jeunesse insouciante laissant les responsabilités pour plus tard. Vivre les plus belles années de ma vie avant qu'elles ne passent sans que je m'en rende compte. Quand as-tu menti pour la dernière fois ? Hier matin quand j'ai promis à cette fille que je la rappellerais. Non attendez, ce matin, j'ai dit à ma sœur que sa nouvelle coiffure lui allait bien. Ce matin alors. Quel don aurais-tu aimé avoir ? J'aimerais avoir le pouvoir d'enfermer les gens dans le moment présent, car tous les maux du monde viennent du passé ou de l'anticipation d'un futur. Vivre dans le moment présent c'est la solution. Après ta mort, qu'aimerais-tu qu'on retienne de toi ? Rien ! Oubliez-moi. Vivez avec les vivants, foutez la paix aux morts. Si vous voulez penser à moi faites le de mon vivant avant qu'il ne soit trop tard pour passer du temps ensemble. Avec quelle personne te sens-tu le plus "vrai" ? Abuela, ma grand-mère, elle qui m'a appris à vivre ainsi, heureux de vivre de penser comme je le veux assumant mes qualités comme mes défauts. Je suis face à elle totalement vrai même si ça la rend folle. Je vis selon mes règles et ce n'est pas celle qu'elle m'a apprise, mais elle est fière de voir son petit-fils suivre la voie qu'elle a tracée au travers de son crédo. Quel rêve aurais-tu aimé réaliser ? Quand on est enfant, on a des rêves plein la tête. Aujourd'hui, laissant l'enfant derrière moi, je continue à rêver et ça se concrétise par mon rêve d'aller un jour dans l'espace. Voir cette merveille qu'est notre planète d'un coup d’œil céleste. Graver dans ma mémoire l'image de ma maison qu'est ce monde. Quelle est la plus précieuse leçon que tu aies apprise ? Vivre et ne plus juste survivre. Oubliez demain. Oubliez d'être prudent ou réfléchi. Apprenez à vivre aujourd'hui et pas pour un demain qui n'arrivera peut-être jamais. Ne pas prévoir, mais juste voir. Profiter de l'instant, des gens autour de nous.
Optimiste
Impulsif
Charismatique
Imprévisible




rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Vous raconter ma vie ? (rire) avec plaisir ! Je suis du genre à aimer parler et encore plus quand c'est le son de ma voix que j'entends. Alors, par quoi commencer ? Ah oui. Oubliez tout de suite si vous pensez que je vais vous parler en long en large et en travers de mon passé. Ce n'est pas mon genre. Pas qu'il y ait grand-chose à cacher. C'est surtout que ce qui est derrière moi fait ce que je suis aujourd'hui. Alors autant vous raconter ce que je suis aujourd'hui non ? On gagnera tous du temps. Et faites pas gaffe à mon accent, je sais qu'il vous donne déjà envie de vous déshabiller et de me sauter dessus mais il va falloir se contenir. (rire) Je suis un bon vivant. Le genre de garçon qui aime la vie et le monde qui l'entoure. Ma vie je peux vous la raconter. Un quotidien oui mais jamais de routine. Réveil dans un lieu différent pratiquement chaque matin. Globe-Trotteur, amoureux de la vie, des rythmes du monde, des cultures et des couleurs. La musique guide mes pas les uns après les autres. Au rythme des notes, je bouge mon corps, laissant mon âme s'exprimer. Je suis un danseur qui accompagne des stars dans leurs spectacles. J'ai dansé pour des Stars de la pop, pour des shows de la nuit, pour des festivals ou des concours. Une journée type, c'est un réveil avec la gueule de bois auprès d'une personne dont je me rappelle à peine le nom, reconnaissant son corps et les battements de son cœur bien avant les lettres qui composent son prénom. Je vais toujours courir un peu, profitant du soleil ou même de la pluie. Je passe la journée à me détendre, faire du tourisme, faire de nouvelles rencontres. Puis généralement il est temps de partir pour le boulot. Danser. Ma passion, ma vie. Et je vis dans ce monde à part. Celui du spectacle et de la nuit. Créatures & Mythes qui se rencontrent dans l'obscurité des salles de concerts ou de boîtes de nuit. Je me laisse alors séduire par la première sirène qui m’envoûte de son chant. Profitant de la nuit avant de repartir pour la même chose. Ne pas avoir de regrets, ne pas avoir d'attaches, vivre chaque instant. Mais … Attendez, ça fait pas un peu too much comme discours ça ? (rire) Si ma famille entend ça je vais encore avoir le droit à la morale. Ils sont tout pour moi. Mon Abuela & mi Hermana. Les deux femmes de ma vie. Elles n'aiment pas comment je vis au quotidien, mais elles aiment voir le sourire et le bonheur sur mon visage.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Dites si vous le voulez, je prendrais ça comme un compliment, narcissique. Oui je m'aime. J'aime l'homme que je suis. Regardez- moi ! Je suis beau, j'ai le sourire aux lèvres et je célèbre à tout instant la vie. Je suis une vraie drogue. Votre dose de bonne humeur. Voilà ce que fait ma force. Tu as le cafard ? Regarde mon sourire. Tu m'en veux parce que je t'ai pas écouté ? Le sourire est encore là. Tu me détestes parce que je souris trop ? Il ne partira jamais. Je suis un optimiste. Je suis quelqu'un qui montre qu'il est heureux de vivre l'instant présent. Certains me disent superficiel. Certains me disent inconscient. Moi je me pense visionnaire. Ce que pensent les autres de moi c'est leur problème par le mien. Je vis chaque seconde de ma vie comme un cadeau. Parce que c'est tellement plus plaisant de vivre ainsi. Je suis jeune et je veux en profiter. Peut-être que ça ne durera pas, mais je m'en tape, pour le moment c'est comme ça que ça se passe et ça se passe bien. Hier c'était hier et demain n'arrivera que plus tard. L'important c'est l'instant présent. Vivre maintenant et arrêter d'attendre demain pour le faire. Alors vous avez deux choix. Apprécier cette idée et savourer la vie avec moi ou être jaloux de ce sourire qui ne quitte pas mon visage. Est-ce que c'est mes talents d'enquêteur qui vont me faire gagner cette émission ? Peu de chance. Mais ce sentiment de bonheur qui émane de moi va contaminer les écrans et les téléspectateurs. Je suis le meilleur virus que cette émission peut-avoir. En ce qui concerne ma faiblesse ? Je ne suis pas invincible c'est certain. Il m'arrive aussi d'avoir moins la pêche, d'être un peu plus sensible aux mauvaises ondes. Dans ces moments-là, il m'arrive de m’énerver ou d'être triste. Des moments rares où je cherche généralement le soutien de ma famille. Et là elles seront loin de moi et je n'aurais pas moyen de les contacter. C'est peut-être ça qui me fait un peu peur. Mais écoutez-moi. J'ai des attentes pour le futur et voilà que ça me joue des tours.


dévoile ton potentiel


Alors que tu enquêtes sur le secret d'un candidat depuis plusieurs semaines, tu apprends qu'un de tes camarades nourrit lui aussi une piste sur ce secret et projette de le buzzer pour en avoir le cœur net. Décides-tu de verrouiller ta cible en actionnant le buzzeur en premier pour gagner du temps et tenter de dissuader ton adversaire de continuer dans cette voie, ou juges-tu cette compétition grisante au point de te réjouir de cette menace ? Préfères-tu garder ta cible pour toi ou en faire une véritable course au buzz ? Es-tu un enquêteur forcené ou imperturbable ?
Le jeu c'est la vie ! Il faut jouer quand on vit ce genre d'expérience non ? Il y a plusieurs choix à ce scénario. Et ça dépend surtout du candidat qui cherche à buzzer avant moi. Et de mon avis sur lui. Une personne que j'apprécie. En tant que joueur je veux dire, pas en tant que personne. Si le défi vaut le coup, je vais directement aller le voir pour provoquer. Le faire buzzer précipitamment s'il est faible. En savoir plus sur son idée par tous les moyens. Pour la beauté du jeu. Pourquoi ne pas mettre sa cible au courant sans dire que moi aussi j'enquête sur lui ? Semer le trouble. Avoir l'oreille qui traîne et surtout buzzer quand ça m'amuse le plus. Pas de pressions. Je joue pour moi pas pour les autres. Le second scénario c'est que je trouve que le défi n'est pas intéressant que l'autre joueur n'en ait pas l’étoffe et là, vous pouvez être certain que j'ignorerais totalement cette personne. Peu importe si elle grille un secret de quelqu'un que je soupçonnais. Je ne joue pas avec de mauvais partenaires. Je les ignore. Même quand ils me courent après.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Rien ne vaut l'esprit d'équipe ! Comme je vous ai dit, j'aime le beau jeu. Et l'équipe c'est toujours beau. Dans ce jeu je vais en premier observer les autres candidats. Savoir ceux qui sont de bons joueurs. Apprécier leurs qualités de déductions pour pallier les miennes et leur offrir de s'allier dans leur intérêt. Faire équipe avec celui qui sera forcément le chouchou du public. Les mettre dans une position stable. Quand le public t'aime tu peux jouer plus facilement. Alors on fera une véritable équipe. Et je serais le premier à faire preuve du bon esprit. Je partage les informations que j'ai, j'aide au mieux de mes capacités et je donne ma confiance à cent pour cent. Montrer mon esprit de leader. Montrer que je peux former et soutenir une véritable équipe efficace. Et en plus ensemble on va surtout bien s'amuser ! Alors qu'attendez-vous. Montrez-moi que vous voulez faire partie de ma team !


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu de ces boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
C'est une vraie question ? (rire) J'ai du mal à croire que des gens peuvent vraiment avoir un cas de conscience devant ce genre de question. On ne parle pas d'amitié ou de stratégie pour moi. Ici on parle d'avoir le sens du jeu ou non. Je suis un parieur. Je suis sur de moi. Une nomination ce n'est pas ce qui va me faire peur. Une immunité ? Que du bonus. Alors autant jouer cartes sur table montrer que je ne prononce pas des paroles en l'air. Je vais regarder mon allié droit dans les yeux et lui dire la vérité. Et qu'il est totalement libre de choisir ce qui lui semble le plus juste. S'il a peur de la nomination, ce que je peux comprendre, il prendra l'immunité et moi je ne ressortirais que grandis de ce choix. S'il choisit de prendre la nomination, j'aurais gagné la preuve d'avoir l'un des meilleurs joueurs devant mes yeux. Et dans le cas où dire la vérité brute est interdit, mes choix seront simples. Je lui poserais la question de sa peur de la nomination. Et là alors j'adapterais mon discours pour son bien. Si cette personne est de mon équipe, je ferais ce que j'ai à faire. Et puis, dans tous les cas. Je suis certain que le public me sauvera toujours !
Revenir en haut Aller en bas
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 13727


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] Empty
MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00]   PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] EmptySam 30 Mar - 20:28


informations

AGE : 28 piges NATIONALITÉ : américain HABITAT : new york, queens PROFESSION : que dalle. j’étais flic, avant. ORIENTATION SEXUELLE : hétéro. STATUT SOCIAL : célibataire. SIGNE ASTROLOGIQUE :Lion.
profil psychologique

Quel âge as-tu dans ta tête ? ‘sais pas trop. mes potes me disent souvent que j’ai l’air d’un vieux con, mais ça me ferait mal de vous dire que j’ai l’esprit d’un vieillard. disons que j’vais bien à mon âge. Quand as-tu menti pour la dernière fois ? ce matin. J’ai fais genre que je savais pas à une question d’un passant. J’avais juste la flemme de lui répondre. Quel don aurais-tu aimé avoir ? la téléportation. Après ta mort, qu'aimerais-tu qu'on retienne de toi ? mmh, voyons… qu'on ne se soit pas arrêté à la première image que je peux laisser… je suppose. Avec quelle personne te sens-tu le plus "vrai" ? mon coéquipier. Quel rêve aurais-tu aimé réaliser ? pouvoir guérir complètement de cette foutue jambe. Pouvoir reprendre une vie normale, ma vie normale, exactement là ou je l’avais laissée. Quelle est la plus précieuse leçon que tu aies apprise ? Que la vie est une pute. Cette putain de vie, elle s’en tape de si t’as été un saint ou un enfoiré depuis que t’es né. Si elle veut te briser, elle te brise, qu’importe ce que t’as pu faire dans ta vie, sans aucune distinction entre le bienveillant et le malveillant.
persévérant
râleur
courageux
désordonné




rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
(Lache un reniflement moqueur) Eh bah voyons, une autobiographie… (Dans un soupir) okay, je suppose que j'ai pas le choix, d'façon. Alors. Prénom, Nicholas.  Age, 28 ans. J'suis né ici, a Londres, mais ca fait bien une dizaine d'années maintenant que j'vis a New York, dans l'Queens. J'ai plus vraiment de boulot, alors a l'heure actuelle, on peut pas vraiment dire que ma vie quotidienne ait grand chose de palpitante. J'me lève, je glande, je mange, je râle et j'me couche. C'est tout. Je sors quelques fois pour me forcer a marcher, je vois quelques ami pour passer le temps et m'éviter de devenir trop vite un vieux con aigri, mais, rien de bien fou ou d'intéressant la dedans.  Avant, pourtant, c'était différent. J'étais flic. Un bon, j'suppose, puisque j'avais même réussi a monter au grade de lieutenant. J'étais - je suis du genre a foncer dans le tas sans réfléchir, a enfoncer des portes ouvertes a grand coup de pied au nom de ce qui est juste, en m'en tapant totalement des risques que ça peut représenter pour moi derrière. Le plus important, c'est les autres ; n'en déplaise aux plus procéduriers. Ah ca j'avais -et j’ai encore- des ennemis du coup, mais pareil, j'm'en fout complet. J'ai jamais été du genre a vivre pour le consentement de gens qui n'en valent pas la peine. Et j'étais très bien comme ça. Tous les jours, j'me levais avec énergie, j'me sentais bien, j'étais… J'étais utile. Et puis y'a deux ans, une couille m'est arrivée. D'où cette chose que j'me trimballe ! (Montre sa canne) Un truc vraiment con, mais c'est toujours comme ça, de toute façon. Ah ça, j'aimerais bien pouvoir vous raconter une grande histoire, où j'ai été pris d'assaut par un cartel de drogue en pleine mission, ou bien, comment j'ai sauvé la vie d'un civil au péril de la mienne ou n'importe quelle connerie du genre… Mais non. Un accident. Un putain de banal accident. Pendant des années, j'ai vécu un milliard de péripéties a foncer tête baissée dans le danger sans rien qu'il ne m'arrive de grave… Et puis j'me retrouve dans un fauteuil après qu'un putain de chauffard ne me grille une prio, et même pas dans mes heures de service…. ah ça, ça en fout, un coup au moral. Parce que c'est frustrant. Une putain d'injustice, mais une injustice dont on peut absolument rien faire, parce que le mal est déjà fait - et c'est ça qui est horrible. Et puis encore, aujourd'hui, ca mieux, parce que depuis le temps, j'ai quand même réappris à marcher - même j'suis condamné a la canne a vie, et condamné a tout ce que ça implique..  - et puis parce que j'ai eu le temps de digérer cette merde... mais, bon. Quand j'me suis retrouvé dans ce fauteuil, j'vous raconte pas la claque dans ma gueule, ni la dépression qu'à suivit derrière… surtout que la réaction de certains proche n’a vraiment pas aidé. Toute personne qui me prends pour un glandeur aujourd'hui parce que j’me reprends pas vraiment en main, ne m'a pas vu a l'époque, ca c'est sur… Enfin bon de toute façon ceux la, ils ont qu'a aller se faire voir. Ils se permettent de me juger sur ce que je fais ou ce que je fais pas, en s'en foutant totalement de ce que je traverse et ce que j'veux… D'être flic, c'est tout ce pour quoi j'ai jamais bossé, ça a toujours été tout ce que je voulais faire, une vraie vocation. Alors… je sais, que je pourrais jamais l'être de nouveau, j’suis pas con, j’vois bien dans quel état j’suis… mais quelque part, trouver un nouveau boulot et toutes les conneries qui s’ensuivent… J’peux pas m’y résoudre. Parce que ça voudrait dire abdiquer, définitivement abandonner cette carrière pour laquelle j'me suis battu depuis toujours. Mais ça, bien sûr, ces crétins de moralisateurs a deux balles, ils en ont rien a foutre. De toute façon, depuis que je suis tout petit, j'ai appris a m'en carrer, de ceux qui se permettent de juger ma vie. C'est que… J'suis orphelin. Alors bon ça en soit je m'en tape - surtout que j'ai été adopté très jeune - mais mes parents, ils avaient déjà une cinquantaine d'années quand ils m'ont adopté. et moi, dans les 6 ans. Alors forcément… Les langues se délient. Au début, quand j'étais môme, ca me faisait du mal qu'on parle de moi ou de mes parents comme ça - oui parce que j'ai toujours su que j'ai été adopté et j'ai jamais eu de problème ou de malaise par rapport a ça, ça a jamais été un tabou, dans la famille - j'trouvais ça hyper injuste et ça me foutait dans des colères pas possible. Mais bon, a force, j'ai appris a plus les écouter, même si ça reste agaçant de les entendre, j’vais pas mentir. ‘Fin bon, tout ça pour dire qu’en ce moment, ma vie c’est un peu d’la merde, en fait.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
En toute objectivité ? (sourire insolent) J’suis un gros chieur. Voilà, c’est assez objectif, pour vous ? …Nan, en vrai, c’est vrai que j’parais super bourru comme gars parce que, voilà, j’ai ma façon de parler, parce que j’mache pas mes mots, que j'hésite pas a dire tout haut le fond de ma pensée... ‘puis parce que j’suis un champion de la râlerie en tout genre. Mais tant qu’on me casse pas trop les couilles, j’peux être cool, j’vous assure. J’suis pas un connard, comme on pourrait le penser, au contraire. J’ai toujours été élevé dans le respect. Que ce soit celui des autres; de la vie, de la valeur des choses ou de nous-même... le principal mot d'ordre de mes parents, c'était ça : le respect. Alors forcément, j’ai des valeurs, j’ai des principes. Vaut mieux, pour un flic, en même temps. C’est un peu ça qui nous différencie des ripoux, après tout. Sinon, à part ça, bah…  j'ai toujours été un téméraire. depuis tout petit, si dans la troupe d'enfants, il devait en avoir un qui aille chercher le ballon sur la pelouse de la vieille sorcière du quartier, qui ouvre la marche d'une exploration en forêt ou même qui saute à pied joints dans une énorme flaque ou une pile de feuille... c'était toujours moi. Non pas que j’sois sans peur - personne n'est sans peur. C'est juste que... j’sais pas. J’pense que ça m’a jamais vraiment effrayé, d'avoir peur. Puis j’suis pas mal impulsif, en général, alors quand je fais ce genre de truc, c’est comme un réflexe, j’ai même pas le temps de réfléchir au pourquoi du comment. Du coup c’est sûr que la flippe elle a pas tellement le temps de rappliquer. Après, si tout ça ferait de moi quelqu’un d’aimé ou pas, qu’est-ce que j’en sais… J’en ai jamais vraiment eu à faire, de si les gens m’aimaient ou pas, alors bon c’est pas trop maintenant que ça va commencer, j’vous avouerais. Après, je sais par contre que ce que mes amis aiment bien en général, c’est mon cynisme, mon rapport à la taquinerie J’aime bien, me foutre un peu de la tronche des autres juste parce que ça me fait marrer. D’ailleurs j’ai pas mal d’autodérision et j’peux tout aussi bien me foutre de ma propre gueule que ça me fera marrer autant. En fait, même si j’peux être hyper sérieux et responsable quand il faut l’être, d’ordre général, j’suis surtout un sale gosse. Le genre de gamin insolent qui va s’amuser à défier l’autorité devant lui juste parce que ça le fera se marrer de voir jusqu’à où ça peut aller. Alors oui, pour un flic -enfin… ex-flic- ça peut sembler bizarre, mais j’vous ai bien dit que j’étais du genre à faire ce qui me paraissait le plus juste en m’en tapant des procédures. On est un peu dans le même état d’esprit, en fin de compte, alors en soit y’a rien d’étonnant. Après pareil, est-ce que c’est quelque chose qui pourra me servir ou me desservir dans l'émission… j’vous avouerai que je la suis pas trop, en vrai, alors j’en sais trop rien. Après, d’avoir été lieutenant de police, j’suppose que pour une émission où il faut chasser des secrets c’est plutôt pas mal. Les enquêtes, les interrogatoires, c’est un peu mon dada, après tout. Donc bon.


dévoile ton potentiel


Alors que tu enquêtes sur le secret d'un candidat depuis plusieurs semaines, tu apprends qu'un de tes camarades nourrit lui aussi une piste sur ce secret et projette de le buzzer pour en avoir le cœur net. Décides-tu de verrouiller ta cible en actionnant le buzzeur en premier pour gagner du temps et tenter de dissuader ton adversaire de continuer dans cette voie, ou juges-tu cette compétition grisante au point de te réjouir de cette menace ? Préfères-tu garder ta cible pour toi ou en faire une véritable course au buzz ? Es-tu un enquêteur forcené ou imperturbable ?
Bof… j’m’en tape un peu. ‘Fin… j’sais pas, vous avez l’air de sous entendre que je devrais me sentir menacé qu’un autre soit sur le même candidat, mais j’vois pas en quoi je devrais l’être. Que le meilleur gagne et puis c’est tout. J’vais pas bouleverser tout une reflexion juste parce qu’un autre pécore va en vouloir à la même cagnotte. Parce que bon, qu’on enquête sur le même gars, ça veut pas forcément dire qu’on va avoir les mêmes idées. La manière dont on aborde les choses et dont un raisonnement se créer pendant une enquête, ça dépend de beaucoup trop de trucs pour que les probs qu’on ait les mêmes pistes soient vraiment probables. Sauf si son secret est vraiment évident, mais dans ce cas là, c’est normal : pas de challenge, pas de surprise.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
j’suis pas spécialement sociable, mais de là à dire que j’suis un loup solitaire… Les gens, j’ai pas peur d’avoir des opinions tranchées sur eux. J’me suis toujours fié à mon instinct, et jusque là, ça m’a jamais vraiment desservi. J’ai conscience que parfois, il faut pas avoir peur de demander de l’aide, qu’on s’enfonce plus qu’on avance quand on est seuls… mais que d’autre fois, les personnes autour de nous nous causent plus de mal qu’autre chose. Tout dépend du contexte, en fait. Aucun de vos deux p’tits stades me font peur, et j’peux autant être efficace seul qu’entouré - même si ça sera pas entouré non plus de ouf. Du coup, votre histoire de carte, là, c’est ça ? J’dirais que ça dépend de qui j’ai autour de moi. Si c’est des cons, merci mais non merci, j’peux très bien me débrouiller tout seul. Si c’est pas le cas, j’suppose que je cracherais pas sur un peu d’aide.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu de ces boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
Pourquoi faudrait choisir entre stratégie et amitié ? Déso pas déso, mais pour moi, stratégie ça rime pas forcément avec gros connard qui pense qu’a sa gueule. Il me semble pas que vous ayez précisé que les informations que j’ai doivent rester secrètes… alors pour moi, c’est simple : je lui déballe tout, et on décide ensemble. On fait notre stratégie ensemble, et on se démerde ensemble. C’est comme ça que ça marche, entre alliés. On est ni censés se tirer dans les pattes, ni censés prendre des décisions pour les autres. Et là dessus, c’est quelque chose sur quoi je suis assez intransigeant. Mon côté flic qui ressort, surement. Mais dans tous les cas, c’est ce qu’il y a de plus intelligent à faire. Parce qu’on aura beau se considérer comme ayant la tête froide, comme étant bon, comme étant tout ce que vous voulez, on peut pas être parfait, et y’a aucun moyen d’arriver seul à décider correctement d’un truc dont on est pas les seuls concernés. Même si on pense prendre la bonne décision, même si on pense bien agir. Le sacrifice, même si on le fait pour les autres, ça reste la décision la plus égoïste du monde. Parce que partir du principe qu’on sait ce qui est meilleur pour les autres, partir du principe que se sacrifier arrangera forcément ceux qui sont laissés derrière, c’est se prendre pour Dieu. Mais c’est surtout être con, et aveugle. ...Mais, bon. j’vais arrêter de parler, j’suis pas sûr que j’suis encore en train d’argumenter sur votre petit jeu, là...



informations

AGE : 30 ans. NATIONALITÉ : Égyptienne. HABITAT : Paris. PROFESSION : Sœur dans un hôpital psychiatrique. ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuelle. STATUT SOCIAL : Célibataire. SIGNE ASTROLOGIQUE : Lion.
profil psychologique

Quel âge as-tu dans ta tête ? 30 ans, le cap est franchi. Bien dans ma tête. Quand as-tu menti pour la dernière fois ? Ce matin à mon employeur pour venir passer le casting, le « Je suis malade », l'excuse classique, simple et efficace. Quel don aurais-tu aimé avoir ? La télépathie, lire dans les pensées de l'autre. Après ta mort, qu'aimerais-tu qu'on retienne de toi ? Une femme extraordinaire. Avec quelle personne te sens-tu le plus "vrai" ? Avec Dieu. Quel rêve aurais-tu aimé réaliser ? Saut en parachute. Quelle est la plus précieuse leçon que tu aies apprise ? La persévérance, rien est figé. Il suffit juste d'y croire.
courageuse
obstinée
ambitieuse
indépendante




rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Née au Caire, en Egypte, le pays des pharaons, des pyramides somptueuses où le désert s’étale à perte de vue. Ce magnifique paysage de carte postale a bercé mes premiers cris, ont rempli l’air mes minuscules poumons. Hélas, l’instant a été tragique puisque je suis le fruit d’un viol. Mon père était un chef de tribu bédouin et ma mère faisait partie de ce même groupe. Elle avait accouché seule dans le désert, coupant mon cordon avec ses dents. Elle avait été ensuite répudiée par cet homme et mourait très peu de temps après ma naissance. Je vis ma petite enfance dans la honte d'être la fille d'une femme rejetée, élevée par ma grand-mère dans la pauvreté et destinée à être bergère. Grâce à un cousin sédentarisé, je me fixe au Caire, la ville la plus proche. Étant bédouine, je n’ai pas accès à l’école. J’apprends à lire seule en allant écouter l'instituteur, qui remarque mes dons et finit par m’aider. Je parviens ainsi à faire mes études et obtient mon baccalauréat à dix-sept ans. Avec le peu d’argent de côté, je m’installe à Paris. Boursière, j'étudie la musique au conservatoire pour devenir chanteuse, mon rêve. Sept ans à composer, écrire et apprendre. Une voix mélodieuse. Un physique avantageux. Et pourtant ça ne suffit pas. Mon premier album est un véritable fiasco. Une grosse arnaque. Je paye encore les dettes de résiliation de contrat à mon ancienne agence de production. J'ai bien songé d'en finir avec la vie mais soyons réaliste, je manquai de courage. Rongée par la déprime et le peu d'estime de soi, je me tourne vers l'alcool, mon refuge. Comme les problèmes n'arrivent jamais seuls. Je renverse une petite fille. Mon délit de fuite m'a conduite à avoir un accident de voiture, en fonçant dans un arbre devant un couvent. Une nonne, venue me demander si j'allais bien, me donne l'envie de devenir soeur. A vingt-quatre ans, j’avais conscience d’un seul fait : Ma vie était un échec et il me fallait quelqu’un pour m’aider à la remettre en ordre. Je le savais, Dieu devait intervenir mais j’ignorais comment le trouver. C'est un passage du texte biblique qui me fait découvrir le visage du Christ dans tout son éclat. La transformation fut spectaculaire, comme je ne l’aurais jamais imaginé. Il m'est impossible de la décrire autrement. Je commençais à étudier la Bible, ce qui révolutionna complètement ma vie. A trente ans, j'ai déjà vécu beaucoup de choses, mais j'ai compris que dans la vie pour y arriver, il faut se battre. Confiante et déterminée à réussir, je me fixe de nouveau objectif. Aujourd'hui, je vois la vie différemment grâce à la religion.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
J'ai longtemps été perdue. Je me suis cherchée puis enfin trouver auprès de Dieu. Sous ses traits de femme forte se cache une dominatrice. Je n'ai pas froid pas aux yeux. Ne croyez pas que je suis une Sainte qui ne connait pas le péché. Je suis ouverte d’esprit. Le sexe fait partie de ma vie. Sous ma robe de soeur se cache des dessous coquins. On peut être une nonne et avoir des plaisirs, des envies non ? J'assume pleinement mon orientation sexuelle. Difficile de choisir quand on aime les hommes et les femmes, les deux m'attirent. Avant d'être nonne, j'avais d'ailleurs beaucoup d'hommes à mes pieds. Dieu ne m'en voudra pas si je déroge à cette règle. C'est lui qui a dit : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés », il nous invite à suivre son exemple, à faire comme lui. Certains diront que je ne suis pas totalement dévouée à Dieu puisque je fantasme sur mon supérieur. L'amour n'a pas de limite, ni de frontière. La tentation au sein du jeu pourrait me faire plonger. Mais si ma communauté l'apprenait, que diraient-ils ? S'il-vous-plait, cachez l'alcool et prenez des thons. Ensuite, je dirai que j'ai coeur sur la main, j'aide mon prochain. Je suis membre d’une association humanitaire et j’oeuvre pour la bienveillance et l’empathie. Si je fais partie de l'aventure, je serai proche des candidats. Ils pourront se confesser et nous parleront... De la parole de Dieu ? S'ils le souhaitent. S'ils sont égarés ou perdus, je peux les sauver; parole de Sainte.  


dévoile ton potentiel


Alors que tu enquêtes sur le secret d'un candidat depuis plusieurs semaines, tu apprends qu'un de tes camarades nourrit lui aussi une piste sur ce secret et projette de le buzzer pour en avoir le cœur net. Décides-tu de verrouiller ta cible en actionnant le buzzeur en premier pour gagner du temps et tenter de dissuader ton adversaire de continuer dans cette voie, ou juges-tu cette compétition grisante au point de te réjouir de cette menace ? Préfères-tu garder ta cible pour toi ou en faire une véritable course au buzz ? Es-tu un enquêteur forcené ou imperturbable ?
Honnêtement, dans un premier temps, j'essaye de le dissuader en gagnant du temps. Puis, si je vois qu'il ne veut pas en démordre. Ce qui m'étonnerait, vu que j'ai un don pour retourner le cerveau d'une personne. Hé oui, à l'église, il suffit de porter la robe de bonne soeur pour avoir des dons. Il faut aussi de temps en temps, écarter les cuisses. On a besoin de fond, d'argent et les donateurs sont rares. Donc, je m'exécute, je donne de ma personne, pas besoin de vous faire un dessin. J'ai de très bons arguments pour amadouer les plus récalcitrants. Avec mon charme et mon charisme, j'en ai fait chavirer plus d'un et d'une. Je suis déterminée à avoir le plus de secrets et gagner ce jeu.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Il faut collaborer pour avancer et s'entourer des bonnes personnes. Si j'avais le choix, j'aiderai mon équipe. Cela me paraît naturel. Je ne me vois pas être solitaire et garder cet avantage pour moi. Le partage est essentiel pour avancer. Allons-y et traçons notre route collectivement. La meilleure solution, c'est l'entraide. J'en suis le fruit d'une communauté.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu de ces boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
Je fais en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité. S'il a compris mon jeu, il sait que je suis honnête. Je n'ai pas besoin de mentir, il comprendra. Même s'il me fait une crasse, je pardonne et Jésus m'a appris à pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Caroll
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 262
AVATAR : EmmaStone


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] Empty
MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00]   PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] EmptySam 30 Mar - 20:39

PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] OVwSAmha_o




Essouflée Alice arrive sur le plateau.

"Alors... Vous... c'était cool non ?"

Un technicien lui apporte en toute discrétion - NOOP - une bouteille d'eau. Elle prend une grande gorgée - elle vide la bouteille de 50 cl - puis la redonne au technicien et offre son meilleur souvenir pendant qu'il disparaît dans le noir des coulisses.

"Cette année, la chronique change, cette saison, chaque prime va vous offrir une nouvelle version du générique mettant en scène nos futurs superbes candidats. Évidemment, tout sera mis en scène par moi-même et je n'ai pas envie de chercher des noises à Miss Replay, mais mon petit doigt me dit que je risque de faire mieux !"

Clin d'oeil.


- TENUE D'ALICE -

_________________
ALICE
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Elena Maslov
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 94
AVATAR : natalia vodianova. @alaska
MÉTIER : journaliste politique.


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] Empty
MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00]   PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] EmptySam 30 Mar - 20:47


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] BxpxA8r7_o

Bonsoir à tous et à toutes. Il est temps de vous présenter le principe de mon journal du 20H. Je vais essayer de faire court et simple, je ne connais pas encore votre niveau intellectuel actuel et votre capacité de concentration. Les clichés ne jouent pas en votre faveur, malheureusement. Chaque semaine je vous contacterai afin de vous poser un certain nombre de questions sur vos ressentis, vos camarades, les différentes activités ou évènements qui marqueront le jeu et vos parcours. Sachez que vous serez tous impliqués et sollicités. J'ai une tendance naturelle à la tyrannie, ne tentez pas d'esquiver mes questions ou d'oublier d'y répondre (sauf si raison légitime), je me ferai un trop grand plaisir de vous sanctionner financièrement ou autrement. Je ne suis pas en option, donc respectez mon travail/investissement et j'en ferai de même avec vous. Ne m'obligez pas à vous relancer, ma patience et ma tolérance sont plus que limitées. J'attends, vous l'aurez compris (oui!), des réponses à mes questions.
Je me chargerai ensuite, brave serviteur que je suis, de vous faire parvenir lors du prochain prime un résumé fidèle -ou non- de ce que j'ai entendu. Je m'amuserai à modifier la vérité, ou non - ce n'est pas mentir, le verbe est trop fort-, selon mon humeur du moment (et si votre tête me revient) en vous laissant démêler le vrai du faux. Je pense que l'on pourra également savoir si vous connaissez vraiment vos alliés. Finalement, je ne fais que vous rendre service.



_________________


Revenir en haut Aller en bas
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 13727


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] Empty
MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00]   PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] EmptySam 30 Mar - 20:55


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] GWDNfKgC_o
Si Thrown Dice se caractérise bien par une chose, c'est par ses primes venant conclure chaque semaine dans le jeu et redistribuer les cartes au sein de l'aventure. Véritables rendez-vous au cours desquels les affinités, les cagnottes et les parcours sont parfois mis à rude épreuve, les primes offrent toujours leur lot de surprises, bonnes ou mauvaises. Et parce que c'est loin d'être un détail pour votre Maître, je souhaitais faire le point avec vous sur le rythme des primes de cette douzième saison. Vous le savez, depuis deux saisons le rythme de jeu a totalement changé et une semaine dans le jeu équivaut à deux semaines irl, ce qui permet non seulement de rallonger le temps de jeu mais aussi d'espacer les primes. Ainsi donc, cette saison encore, les primes auront lieu une semaine sur deux et, comme annoncé à l'ouverture des castings, ils s'étendront sur deux soirs, du samedi au dimanche, afin de ne pas contraindre les membres à bloquer tout leur week-end tout en leur permettant de participer au prime même s'ils sont absents à l'une de ces soirées, y compris dans la journée du dimanche où il sera possible de rp au prime. Ce rythme moins exigeant permettra également aux candidats de rp un jour de plus chaque fin de quinzaine de jeu, la soirée du vendredi étant de nouveau libre.

Et parce que la saison passée la partie dédiée aux rubriques avait permis de mettre un coup de projecteur sur les chroniques venant apporter du contenu inédit au cours de chaque prime, cette saison encore les rubriques seront postées dans une partie à part pour qu'il soit plus facile de les retrouver. Elles seront dévoilées le samedi soir à l'ouverture du prime et postées en simultané avec l'arrivée des candidats, pour que ceux-ci puissent les découvrir au fur et à mesure et y réagir en continu. Il avait en effet été observé que les candidats avaient trop de contenu sur lequel rebondir à leur arrivée lorsque les rubriques étaient postées avant même l'ouverture du prime, et ce nouveau système devrait permettre des réactions plus spontanées de la part des candidats mais aussi des téléspectateurs.

En effet, cette saison encore tout le monde aura l'occasion de dynamiser le réseau social, où candidats, membres de la production et protagonistes extérieurs pourront réagir aux rubriques et à la suite des évènements. Le fil RS fera donc son grand retour et offrira sans nul doute de nouveaux moments croustillants...

Les activités des primes seront quant à elles légèrement allégées et s'étendront du samedi au dimanche, ainsi ceux qui n'auront pas pu assister à la première partie du prime pourront espérer y participer dans un deuxième temps. Il reste cependant conseillé de participer à l’entièreté du prime le plus souvent possible car beaucoup de choses importantes pour votre aventure s'y dérouleront.

Ces changements permettront un rythme de primes moins intense, puisqu'il a été pensé pour éviter aux candidats d'être accablés d'informations et pour permettre à chacun de profiter de chaque partie des primes. Les échanges pourront ainsi être développés davantage et les activités ne seront plus entre-coupées par les rubriques, atténuant l'effet de "rush" parfois ressenti et évitant à chacun de jongler entre plusieurs choses.

En pratique, les rubriques seront donc postées dans un sujet à part le samedi soir et alors que dans un même temps un second sujet sera ouvert où les candidats posteront leur arrivée au prime. Les rubriques leur seront diffusées à travers l'écran du salon, et ils pourront y réagir spontanément. C'est dans ce deuxième sujet que se tiendra l'activité, et les éliminations de fin de prime.

Bien entendu, la présence de chacun à un maximum de primes reste obligatoire, même si vous pourrez poster aux primes le jour de votre choix. Toute absence aux primes devra être justifiée, pour permettre une meilleure organisation et donc un prime plus agréable pour tous.
Revenir en haut Aller en bas
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 13727


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] Empty
MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00]   PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] EmptySam 30 Mar - 21:02


informations

AGE : 26 ans. NATIONALITÉ : suisse. HABITAT : genève. PROFESSION : traductrice. ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle. STATUT SOCIAL : mariée et mère. SIGNE ASTROLOGIQUE : cancer.
profil psychologique

Quel âge as-tu dans ta tête ?Je pense que mon âge me représente assez bien, à la croisée des chemins entre la folie de la jeunesse qui s’amuse et fait la fête, et la maternité qui me ramène sur terre. Quand as-tu menti pour la dernière fois ? C’était il n’y a pas très longtemps, quand j’ai prétexté à un client que j’étais employée par un congrès alors que je venais passer les castings. Quel don aurais-tu aimé avoir ? j’ai toujours rêvé de voler, un classique qui ne déçoit pas. Après ta mort, qu'aimerais-tu qu'on retienne de toi ? que j’ai mené une vie bien remplie, et que ceux qui m’entourent ne regrettent pas de m’avoir connue, et aimée. Avec quelle personne te sens-tu le plus "vrai" ? sans hésitation, mon mari. Il doit être la seule personne à connaître tout de moi, et à m’aimer quand même. Quel rêve aurais-tu aimé réaliser ? J’ai toujours considéré que les rêves sont faits pour être réalisés, et mon plus cher souhait, actuellement, serait de participer à cette saison de Thrown Dice. Je suis en bonne voie, non ? Quelle est la plus précieuse leçon que tu aies apprise ? Que les apparences sont parfois trompeuses et que tout le monde mérite le bénéfice du doute.
passionnée
égoïste
stratège
jalouse




rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Face aux équipes de production, une petite blonde aux yeux pétillants, un sourire radieux jusqu’aux oreilles, qui peine à contenir son excitation. Assise sur ses mains pour les empêcher de s’agiter, elle commence à parler comme si elle n’attendait que cela. « Vous le savez déjà, ça doit être écrit sur vos petites fiches, mais je m’appelle Judith, Jude si vous préférez, je suis suisse et j’ai 26 ans. Dans la vie, quand je ne traverse pas l’Europe pour passer des castings, je suis traductrice-interprète en français, allemand et italien, même s’il m’arrive de travailler en anglais également. Je travaille la plupart du temps depuis chez moi, ce qui me permet d’organiser mon temps à ma guise pour m’occuper d’Agatha, ma petite fille. Enfin ma fille, qui est petite, pas ma petite-fille, Dieu merci je ne suis pas encore grand-mère, ce serait très bizarre… Elle a trois ans, et fait notre bonheur à Pierpaolo et moi, même si son activité préférée du moment semble être de nous faire tourner en bourrique. Pierpaolo c’est son père, mon mari. » Elle extirpe sa main gauche de sous sa cuisse pour montrer sa bague de fiançailles et son alliance au casteur, en guise de preuve de ses dires. « D’ailleurs je crois que vous allez très bientôt le rencontrer, il attend dehors, c’est le prochain sur vos listes. Il m’a fallu un peu de temps pour le convaincre de venir, mais vous allez voir, il est super ! En tout cas, moi je suis super contente d’être là, ça va être trop bien ! Pardon, je m’emballe, c’est vrai, ce ne sont que les castings. J’ai déjà l’impression d’être dans l’aventure, je crois… Il faut dire que le simple fait d’être devant vous aujourd’hui est une aventure en soi, c’est bien loin de ma petite vie bien rangée genevoise. Bon, ok, elle n’est pas si rangée que ça, j’ai encore mon quart d’heure adolescent de temps à autres, mais la télé c’est totalement nouveau. J’ai suivi les saisons passées, et la dernière m’a vraiment décidée à postuler. Honnêtement, qui ne rêverait pas de passer des semaines sur un bateau, au soleil, à s’amuser avec des gens tous plus beaux les uns que les autres ? En tout cas, moi je suis in ! »


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
« Tout d’abord, petit disclaimer, je suis très mauvaise à ce petit jeu. Je suis incapable de me décrire avec justesse, vous auriez plus de succès en demandant directement à Pierpaolo je pense. Mais je peux essayer, pour vous, pour vous faire plaisir. La première chose que je dirais, c’est que je suis entière. Je sais, c’est absolument nul comme description, et ça n’a pas vraiment de sens… Mais ce que je veux dire, c’est que je m’investis à 100% dans tout ce que je fais, je fonce même parfois tête baissée sans m’arrêter pour me poser des questions. Je suis aussi hyper sensible, pas dans le sens pleurnicheuse, mais plutôt parce que je ressens tout très fort. Mes émotions sont très intenses, la plupart du temps, et elles régissent souvent ma vie, parfois malgré moi. L’avantage que ça a, c’est que je vis tout pleinement, je m’amuse beaucoup et profite pleinement de la vie, mais certaines choses peuvent m’affecter plus que de raison. Une autre de mes qualités, et ça vous paraîtra probablement paradoxal puisque je viens de vous dire que je n’étais pas très douée pour me décrire, c’est que je me connais bien. J’ai peut-être du mal à vous le communiquer, mais je sais qui je suis, ce que je vaux et ce qui me plait. Je tire de cela une certaine confiance en moi et une assurance, celle de ne jamais être prise au dépourvu. Le challenge que devrait me poser une telle expérience, c’est d’accepter de partager tous ces aspects de ma personnalité que je refuse parfois de montrer au grand jour et de m’ouvrir un peu aux autres. Je suis très sociable, enjouée, positive et j’aime être le centre d’attention, mais toujours en gardant une part de contrôle sur ce que je partage. Peut-être égoïstement, peut-être par instinct de préservation. A cause de cela, je peux parfois surprendre ceux qui m’entourent, et ça pourrait être ma plus grande faiblesse dans cette aventure. Les candidats pourraient mal prendre certaines de réactions, les analyser comme des trahisons même, je n’en sais rien, mon intention n’est pourtant jamais maligne, et j’ai peur que cela me porte préjudice. »


dévoile ton potentiel


Alors que tu enquêtes sur le secret d'un candidat depuis plusieurs semaines, tu apprends qu'un de tes camarades nourrit lui aussi une piste sur ce secret et projette de le buzzer pour en avoir le cœur net. Décides-tu de verrouiller ta cible en actionnant le buzzeur en premier pour gagner du temps et tenter de dissuader ton adversaire de continuer dans cette voie, ou juges-tu cette compétition grisante au point de te réjouir de cette menace ? Préfères-tu garder ta cible pour toi ou en faire une véritable course au buzz ? Es-tu un enquêteur forcené ou imperturbable ?
« Je veux participer à Thrown Dice avant tout pour le jeu, pour le fun, m’amuser et vivre l’aventure à fond. Je ne recherche rien d’autre, je ne le prends pas plus au sérieux que cela, c’est un jeu. Bien sûr, le pactole fait rêver, on pourrait en faire des choses avec l’argent promis au vainqueur. Je ne vais pas vous mentir en vous disant que ça ne me fait pas un peu tourner de la tête. Mais de l’argent, si je n’en ai pas à jeter par les fenêtres, je n’en ai jamais non plus manqué, donc ce n’est pas ma motivation première. L’amour ? Je l’ai trouvé, je n’ai pas besoin de l’émission pour cela. Que reste-t-il alors ? Le jeu et des camarades, peut-être même des amis si j’ai de la chance. Alors comptez sur moi pour ne pas passer une occasion de jouer. J’ai tendance à croire que je serais du genre forcené du buzz, sans grand succès, j’en ai peur. Je ne suis d’ailleurs pas sûre que ça soit une très bonne idée de vous l’avouer… Je ne miserais pas sur mes chances d’enquêtrice si j’étais vous, mais une chose est sûre : je me donnerai à fond et j’essayerai sans relâche de percer à jour le mystère d’un candidat. Et au pire, vous aurez des séquences pour le bêtisier ! »


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
« Tout dépend de ce pouvoir, j’imagine. Sait-on de quoi il s’agit ? De toutes façons, j’imagine que mon allier naturel dans l’émission sera Pierpaolo, c’est évident que nous partagerons tout. De là à vous dire si d’autres affinités se noueront au point de s’unir dans de telles circonstances ? Je ne sais pas. Honnêtement j’en doute. Je vous l’ai dit, je viens pour jouer, pour m’amuser, et pour jouer il faut quand même avoir un peu envie de gagner, sinon il n’y a aucun enjeu, ça perd tout son intérêt. Mais allié ou pas, une chose est sûre, c’est que je ne suis pas du genre à promettre monts et merveilles à quelqu’un et à changer d’avis au dernier moment. Je ne ferai pas semblant de m’allier avec quelqu’un pour retourner ma veste juste devant la ligne d’arrivée. Peut-être qu’une solution serait de commencer à chercher ensemble, et de séparer nos chemins avant d’avoir touché au but, pour garder une part de suspense, mais collaborer tout de même ? »



Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu de ces boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
« L’un et l’autre n’ont pas nécessairement besoin de s’opposer. Je ne laisserai jamais l’immunité à quelqu’un d’autre de bon gré. Bon, ok, ne jamais dire fontaine blablabla… Alors disons qu’il serait vraiment très peu probablement que je laisse l’immunité de bon gré à quelqu’un d’autre. En revanche ça ne signifie pas non plus que je mentirai éhontément. Je serais plutôt du genre à mettre carte sur table, et à trouver une manière de trancher. Si la personne veut m’offrir ce pouvoir, je ne le refuserai pas. Si nous ne parvenons pas à trouver de compromis, je préfère encore laisser la délibération entre les mains du destin. Au moins personne ne sera à blâmer. Un bon vieux shi, fu, mi, ça règle tout ! »



informations

AGE : vingt-huit ans. NATIONALITÉ : belge. HABITAT : tokyo, japon. PROFESSION : gratte-papier. ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuel. STATUT SOCIAL : isolé. SIGNE ASTROLOGIQUE : poisson.
profil psychologique

Quel âge as-tu dans ta tête ? sept ans. pendant que les autres grandissent, je régresse. Quand as-tu menti pour la dernière fois ? à part à moi-même, je ne mens jamais. Quel don aurais-tu aimé avoir ? vous parlez d’un don comme celui de voler ou je vais avoir l’air con si je vous donne ça en guise de réponse ? Après ta mort, qu'aimerais-tu qu'on retienne de toi ? franchement les questions sur la mort, ça m’angoisse. si on continue je risque de terminer en pls. Avec quelle personne te sens-tu le plus "vrai" ? mon psy. il n’y a pas de jugements ou de faux-semblants entre-nous. Quel rêve aurais-tu aimé réaliser ? se référer à la question sur le don. je suis romanesque et optimiste quand je rêve. Quelle est la plus précieuse leçon que tu aies apprise ? un esprit positif produit des résultats positifs. enfin c’est pas non plus comme si je savais l’appliquer.
poétique
bizarre
créatif
angoissé




rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Hum. Bon bah moi c’est Bart. Et… Je travaille sans grande conviction entant qu’employé de bureau pour une compagnie qui fabrique des boîtes… En fait, je suis toujours un peu gêné quand je dois me présenter. Gêné de n’être que… moi. Je n’ai pas l’impression qu’il y a beaucoup à raconter… J'ai vingt-huit ans, mais je ne les assume pas. Je n'arrive pas à être aussi vieux que je le devrais. Quand j’étais gosse, je pensais qu’arrivé à cet âge-là je serais un vrai adulte, accompagné d’une femme aimante, d’un labrador et peut-être même de deux enfants, mais la réalité est bien différente. Je n’ai aucune perspective de carrière et mon père me paye encore mon forfait de téléphone. Je n’arrive pas à m’organiser. Mon frigo, c’est le konbini en bas de chez-moi. Je suis encore un môme dans ma tête, mais dans le fond ce n’est pas si grave. Ça a l’air tellement chiant d’être un adulte. Il y a quelque chose de super tragique dans le fait de grandir. Tu ne peux plus te pointer dans un parc en demandant en toute simplicité à un autre garçon s’il veut bien devenir ton copain. Enfin si tu peux, mais tu risques surtout de passer pour un type louche ou de tomber dans des affaires pas très nettes. Et d’ailleurs si on aborde le sujet de la complexité de se faire des amis passé le lycée, je ne pige pas du tout comment on peut rencontrer de nouveaux individus alors que plus personne n’attend le bus ou patiente dans un bar sans avoir son téléphone entre les mains. Certes il existe les sites de rencontre, mais Tinder m’angoisse un peu. Remarque, je pense que les gens m’angoissent tout court, donc c’est pas gagné. Mon psy me voit comme une accumulation de symptômes et de traumatismes à traiter. J’sais pas trop comment je dois le prendre, mais j’imagine qu’il n’a pas complètement tort. Son sujet préféré, c’est la mort précoce de ma mère. Il me gonfle sans arrêt à vouloir tâter mes ressentis à ce propos, même si ça va faire près de quinze ans qu’elle est partie… Parfois, je m’imagine entrain de lui parler. Désolé, je dois vous donner l’impression d’être timbré ou atteint de schizophrénie au dernier degré. En fait, je crois surtout que ça m’apaise et que ça me donne l’impression que je suis moins seul qu’en réalité. J’entretiens de bons rapports avec mon paternel, mais on n’a jamais plus réussi à communiquer sans le liant naturel qu’elle constituait. On a quitté la Belgique. A ce qu’il parait, ça fait partit du processus de deuil de déménager. Après tout, la mobilité d’une personne est entièrement affectée par le cycle de la vie, rejoignant des logements de tailles variables, dans des lieux différents s’adaptant à sa nouvelle existence. On aurait eu l’air de quoi tous les deux bloqués dans une maison de banlieue qui ne faisait plus sens avec notre structure familiale défaillante ? On est parti vivre à Tokyo et quelques années plus tard mon père s’est remarié sur place. J’ai une demi-sœur. Elle parle français, mais j’sais pas pourquoi elle s’évertue à me répondre en japonais. Je crois que c’est pour me faire chier parce que je ne me suis jamais totalement fait à la langue, ce qui n’aide clairement pas à calmer mes éternelles crises existentielles à propos du fait que je ne trouve ma place nulle part dans la société. Je me suis auto-diagnostiqué une sorte d’inadaptation au réel. Pour soigner mes angoisses, je raconte des histoires en stop-motion. C’est un processus lent, mais reposant. Ça me permet de canaliser toutes les choses qui me stressent dans la vie et de m’échapper d’une réalité trop morose pour m’épanouir dans mes aspirations artistiques contrariées. Dixit mon psy. J’utilise des jouets, des figurines, le dessin, du papier, de la pâte à modeler… J’aime assez l’idée de fabriquer des choses avec mes mains comme si mon lobe temporal était directement relié à mes phalanges. J’sais même pas pourquoi je vous parle de ça, ce n’est pas comme si ce petit monde imaginaire personnel était un franc succès. Mais je veux dire, c’est mon droit de préférer me réaliser dans mes rêves que dans la réalité, non ?


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Je cultive le sentiment profond d’être complètement stupide par rapport au reste de la population. J’ai toujours été un peu différent, ce qui n’est pas nécessairement négatif. On pourrait se dire que d’une certaine manière, être à l’écart de la société donne l’opportunité de voir les choses sous un autre angle. Le truc, c’est que ce décalage bien réel entre moi et les autres me place parfois parmi les abrutis tant ce qui peut sembler simple s’avère complexe en ce qui me concerne. Il y a des trucs que je ne pige pas trop et qui rendent mes interactions avec le monde extérieur compliquées. Je suis grave à la ramasse et ça me rend nerveux de ne pas saisir ce qui se passe. C’est comme si je venais d’une autre planète. J’sais pas, peut-être qu’il me faudrait un décodeur pour éviter ces situations embarrassantes dans lesquelles je me fourre inévitablement. J’ai souvent peur de passer pour un con ou qu’on se foute de ma gueule. Mais c’est stupide, parce que dans le fond, personne n’en a rien à foutre de ce que je peux glander ou penser de mon côté. Je n’arrive pas à me le rentrer dans la tête. J’ai une certaine prédisposition pour la paranoïa. Je me pose beaucoup trop de questions et je finis par flipper à propos de mon téléphone qui pourrait être mis sur écoute ou de mon pass de transport qui permet de suivre à la trace mes déplacements journaliers. Je suis mal à l’aise avec les autres gens, vous l’aurez compris. Je suis un garçon assez sensible et émotif. Je ne sais pas pourquoi, mais parfois, je me sens très triste tout d’un coup. Par exemple, il y a quelques mois alors que je rentrais du travail, je me suis senti super ému en regardant le paysage défiler à travers la vitre du métro. Il y avait cet édifice qui était entrain de se faire démolir. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’à Tokyo l’architecture se renouvelle sans cesse. L’âge moyen d’un bâtiment y est de vingt-six ans, parce qu’on ne s’embarrasse pas de ce qui est considéré comme trop vieux et usé. Quand je vois un immeuble se faire détruire, je le vis comme une allégorie de la mort. Ça me rappelle le fait que tous les gens que j’aime vont mourir un jour. Alors je me suis mis à pleurer, coincé entre deux salarymen, sans savoir pourquoi. Bizarrement, les nouveaux buildings flambants neufs me rendent plus mélancolique qu’heureux. Je suis pathétique avec mes angoisses et mes obsessions. J’ai toujours des lubies un peu farfelues, comme par exemple le fait que ma tête de lit doive impérativement être orientée au nord pour que ce soit Feng-Shui ou que j’aie besoin de regarder l’heure à 11h11 précise parce qu’on m’a dit que ça signifiait que quelqu’un pensait à moi. J’ai conscience que le portrait psychologique de ma personne que je vous fais depuis qu’on a débuté est loin d’être flatteur. Qui irait s’encombrer d’un adulescent attardé, glauque et dépressif ? Lors d’entretiens, on dit que c’est normal d’enjoliver la réalité, mais je préfère que les gens n’aient pas trop d’attentes en ce qui me concerne. Je ne veux pas les décevoir. Je crois que le vrai souci, c’est que mon âme est trop sensible et poétique pour le vingt-et-unième siècle. Donc non, je ne le vis pas bien ce monde.


dévoile ton potentiel


Alors que tu enquêtes sur le secret d'un candidat depuis plusieurs semaines, tu apprends qu'un de tes camarades nourrit lui aussi une piste sur ce secret et projette de le buzzer pour en avoir le cœur net. Décides-tu de verrouiller ta cible en actionnant le buzzeur en premier pour gagner du temps et tenter de dissuader ton adversaire de continuer dans cette voie, ou juges-tu cette compétition grisante au point de te réjouir de cette menace ? Préfères-tu garder ta cible pour toi ou en faire une véritable course au buzz ? Es-tu un enquêteur forcené ou imperturbable ?
Je passe ma vie à décortiquer tout ce qui m’entoure. Je suis à l’opposé de l’impulsivité. J’analyse tout, la moindre phrase, le moindre geste ou regard qui m’est adressé. Ça me génère des heures d'insomnies, parce que je passe mes nuits à ressasser ce qui m’est arrivé dans la journée en me disant que j’aurais plutôt dû répondre et faire ceci ou cela. J’aimerais bien être capable d’avoir de la répartie, mais ce n’est pas vraiment le cas. Mes meilleures répliques m’arrivent toujours avec un train de retard et il ne me reste plus qu’à fantasmer sur ce que ça aurait pu donner si le script n’avait pas foiré en cours de route. Parfois, je me dis que ce serait chouette de pouvoir se trimballer un souffleur comme au théâtre pour ne pas oublier les bonnes lignes de dialogue. Ma vie est comme une succession d’actes manqués, alors autant dire que je ne me positionne pas d’office comme le challenger à abattre dans la chasse aux secrets. J’ai peur de passer un peu à côté, parce que je ne suis pas du tout du genre à me précipiter. Je pourrais mentir et me faire passer pour un compétiteur en vous disant qu’avoir de la concurrence est excitant et stimulant, mais en vérité, j’aurais surtout le seum de me faire chourrer la cible sur laquelle je bûche depuis plusieurs semaines sous prétexte que je suis un peu lent à me décider.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Avant toute chose, je tiens à souligner la différence fondamentale qui existe entre une personne seule et quelqu’un qui décide volontairement de se positionner entant que solitaire. Je suis un type qui fonctionne pas mal indépendamment des autres, mais ce n’est pas par choix. J’ai pleinement conscience de mon sentiment d’exclusion, mais de la même manière que je ne le maîtrise pas à l’extérieur, je ne peux pas affirmer que j’aurais des alliés dans cette aventure. Ceci-dit, je crois réellement au proverbe disant que l’union fait la force. D’ailleurs, c’est quelque chose qui nous est constamment rabâché dans la culture populaire. Pourquoi sinon produire tant de films comme The Avangers ? Je crois qu’il serait présomptueux de penser qu’on peut gagner une telle aventure basée sur l’humain en restant dans son coin.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu de ces boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
Derrière mes airs de paranoïaque de la life, j’ai une personnalité assez coulante. Ça doit être la façon positive d’avouer que je suis surtout une bonne poire et donc prêt à distribuer sans la moindre hésitation des immunités à la pelle auprès de mes alliés. Je suis gentil, fidèle et digne de confiance en amitié. Parfois ça me joue des tours, mais j’aime croire que ce genre de personnalité finit par être récompensée d’une manière ou d’une autre. En fait, je ne sais pas dire non ou réfléchir d’un point de vu stratégique. Limite, je pourrais même filer une immunité au simple gars qui aura eu la gentillesse de me saluer dans la matinée.
Revenir en haut Aller en bas
William Quincy-Clifford
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 13727


PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] Empty
MessageSujet: Re: PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00]   PRIME D'OUVERTURE, S.12 - [30/03 - 20H00] EmptySam 30 Mar - 21:10


informations

AGE : vingt-sept ans. NATIONALITÉ : américaine. HABITAT : cincinnatti, ohio (usa). PROFESSION : coach en gymnastique artistique. ORIENTATION SEXUELLE : bisexuelle. STATUT SOCIAL : célibataire. SIGNE ASTROLOGIQUE : lion.
profil psychologique

Quel âge as-tu dans ta tête ? Sans doute un milliard d’années, au minimum. Quand as-tu menti pour la dernière fois ? Je m’en rappelle pas. J’aime pas le mensonge. Quel don aurais-tu aimé avoir ? Celui de me rendre invisible. ou de faire taire ceux qui parlent trop pour ne rien dire. Après ta mort, qu'aimerais-tu qu'on retienne de toi ? April, toujours fidèle à elle-même face à la connerie du genre humain. J’aurais aussi voulu marquer l’histoire de mon sport d’une autre manière qu’en perdant une jambe. On se rappelle des autres, mais jamais de moi. Avec quelle personne te sens-tu le plus "vrai" ? Ma mère. Quel rêve aurais-tu aimé réaliser ? Vivre ma vie avec honneur et droiture. Après Londres 2012, Katelyn et moi avions comme projet de monter notre propre école après notre retrait du circuit international. On sait tous comment tout ça s’est fini. Quelle est la plus précieuse leçon que tu aies apprise ? Ne jamais prendre les choses pour acquises.
ambitieuse
méfiante
franche
atone




rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
(soupir) Vraiment ? Si vous insistez. J’imagine que c’est pour les archives vidéo. Je m’appelle April Coleman. J’ai vingt-sept ans, je suis originaire de New York et je suis coach en gymnastique artistique à Cincinnatti, Ohio. Vous connaissez peut-être déjà mon visage ou mon nom. Je suis double médaillée aux Jeux Olympiques d’Été en gymnastique artistique, ma vie privée a été étalée dans les torchons à ragots, et j’ai brièvement été l’égérie pour une grande marque de sportswear. (...) (soupir) Médaille d’Argent en 2008, Médaille d’Or en 2012 pour mes derniers jeux avec l’équipe nationale américaine. Et puis notre van s’est explosé dans un terre-plein central d’une autoroute à Los Angeles il y a six ans, j’ai perdu une carrière, une moitié de jambe, et ma meuf. L’accident a fait les choux gras des tabloïds. Une prothèse plus tard (soulève légèrement son legging, découvrant une prothèse en titane à la place de sa jambe droite, à partir du genou), j’ai repris un poste de coach en 2015, avec un court contrat pour une marque de sport voulant surfer sur mon retour. Bref, voilà. (...) Non, vraiment, là, j’ai plus rien à dire. Je sais pas ce qu’il vous faut d’autre.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
J’ai grandi dans le milieu de la gymnastique professionnelle. Je crois que ça résume bien le truc. J’en ai pris plein la gueule pendant ma carrière, trop grande, trop maigre, trop asiatique, trop blanche, trop silencieuse, pas assez expressive, pas assez musclée. Tu devrais sourire plus pour les juges, April. Il faut encore ajuster les barres pour April. April Coleman, quelle pétasse snobinarde. Le truc, c’est que j’ai jamais rien connu d’autre. J’ai grandi seule avec ma mère, et c’est la femme la moins expressive que je connaisse. Les chiens font pas des chats. Le sport, c’est bâtard. C’est exigeant, fatiguant, et impardonnable. Tu dois te forger ta carapace et obéir à une discipline de fer si tu veux pas te faire bouffer, arraché entre les entraînements quotidiens, les attentes de tes coachs et de ta famille, les rivalités, la pression. Les adultes qui abusent des gamines influençables. Alors ouais, y’en a beaucoup qui disent que April Coleman est une sale conne aigrie. Que je me prends trop au sérieux, que je suis odieuse. Ils ont pas tout à fait tort. Je suis pas quelqu’un de joyeux ou de solaire. Je préfère le silence à une conversation idiote de banalités. Je ne supporte ni la médiocrité ni la feignantise. Je dis ce que je pense, parce que les sensibilités des uns et des autres, c’est pas mon problème. Ceux qui ont pu voir plus loin que ça, c’est parce que je les ai laissés entrer dans ma bulle, et je les compte sur les doigts d’une seule main. Alors dans votre truc, là… on va sans doute me détester. Le public va adorer me cracher dessus. Les autres candidats vont sans doute m'étiqueter comme la connasse de service. J’ai l’habitude. C’est à prendre ou à laisser.


dévoile ton potentiel


Alors que tu enquêtes sur le secret d'un candidat depuis plusieurs semaines, tu apprends qu'un de tes camarades nourrit lui aussi une piste sur ce secret et projette de le buzzer pour en avoir le cœur net. Décides-tu de verrouiller ta cible en actionnant le buzzeur en premier pour gagner du temps et tenter de dissuader ton adversaire de continuer dans cette voie, ou juges-tu cette compétition grisante au point de te réjouir de cette menace ? Préfères-tu garder ta cible pour toi ou en faire une véritable course au buzz ? Es-tu un enquêteur forcené ou imperturbable ?
Je suis là pour aller loin. La compétition est toute ma vie. Mais je ne fais pas partie de ceux qui se trouvent grisés par les rivalités ou l’idée de faire face à un adversaire. Je ne vais pas me contenter de faire le chemin pour laisser passer les autres devant moi si près du but. J’ai grandi dans l’idée qu’à toute compétition son prix, récompensant les meilleurs. Mon objectif, c’est la victoire. Une victoire juste et méritée, pour laquelle j’ai travaillé dur de manière honnête. J’irai donc buzzer, parce que premier arrivé, premier servi. On n’a rien sans rien. Cela fait partie du jeu et je n’ai aucun compte à rendre à qui que ce soit. Ils avaient qu’à être plus rapides que moi.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Je préfère chercher moi-même. Les autres ne seraient qu’un poids pour ma propre enquête, une distraction qui ne ferait que nous ralentir, et créer des conflits inutiles au cas où on viendrait à devoir partager le prix, ou à ne devoir le donner qu’à un seul d’entre nous. Pas d’allié, pas de problèmes. Pas de jalousies, pas de manipulations. Jeu ou pas, je ne fais confiance à personne, et on n’est jamais mieux servis que par soi-même.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu de ces boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
Un allié ? Quel allié ? Je n’ai pas prévu de me faire d’ami dans ce jeu, jusqu’à preuve du contraire. Si par allié vous entendez, un ou une candidate qui me paraît plus sympathique que les autres, eh bien, ils savent à quoi s’attendre. Je suis là pour gagner, et ils le savent. Je vis aussi une vie dénuée de tout mensonge ou manipulation, et s’ils me connaissent un minimum, ils le savent également. Je suis ambitieuse, mais pas perverse. Si je dois être nominée pour avoir joué le jeu de manière propre et juste, alors je ferai face aux votes du public la tête haute. Avec toutes ces informations en main, cette autre personne pourra donc prendre sa propre décision et en assumer les conséquences de son côté.



informations

AGE : vingt-huit. NATIONALITÉ : suisse, proche de la frontière italienne. HABITAT : à paris depuis longtemps. PROFESSION : monteur dans le cinéma. ORIENTATION SEXUELLE : hétéro. STATUT SOCIAL : né dans la classe moyenne. SIGNE ASTROLOGIQUE : poisson.
profil psychologique

Quel âge as-tu dans ta tête ? 25 ans ad vitam aeternam. Quand as-tu menti pour la dernière fois ? hier au téléphone à ma mère. Quel don aurais-tu aimé avoir ? pouvoir voir les événements du futur proche. Après ta mort, qu'aimerais-tu qu'on retienne de toi ? que je me suis défoncé pour réussir. Avec quelle personne te sens-tu le plus "vrai" ? ma bande de potes. Quel rêve aurais-tu aimé réaliser ? encore trop jeune pour rêver au conditionnel. Quelle est la plus précieuse leçon que tu aies apprise ? alcool et drogues ne font pas bon ménage, surtout les veilles d'entretiens.
généreux
dissipé
impatient
mélancolique




rends-nous curieux


Il est temps de te présenter. Que dirais-tu de te livrer à une petite autobiographie ? Parle-nous de toi, de ce qui fait ta vie et ton quotidien, et de tout ce qu'on devrait savoir pour se faire une première idée de la personne que tu es. Nous aimons les détails, alors n'hésite pas à développer si l'envie t'en prend.
Je m'appelle Icare, je suis né dans un petit bled de Suisse, pas loin de l'Italie, mais j'ai assez vite fui les montagnes pour des lycées privés avant d'atterrir en France. Mes parents ont toujours eu énormément d'ambition à mon égard, du fait que j'étais leur fils unique. Ils font partie de cette classe moyenne qui essaye tant bien que mal de s'accrocher à l'évolution du monde et moi je devais être le parfait prototype de leur ascension sociale. Enfin bon je ne me plains pas vraiment, j'ai eu accès à des bonnes écoles avant de comprendre que les maths et l'éco ne feraient jamais de moi un bon ingénieur. A Paris j'ai décidé de suivre une école de cinéma mais c'est toujours l'euphorie et l'ébullition du set qui m'ont fait vibrer. J'ai plus jamais quitté la capitale, à part pour de brèves expéditions à Londres, New York ou Bruxelles, dans le cadre de mon taf. Ca fait un peu plus de six ans que je me tue sur les tournages et ça me plait. Je suis conscient que je pourrai pas éternellement assumer ce genre de boulot mais je connais assez de gens dans le milieu pour être assuré de rebondir à un autre poste. Malheureusement ça reste un univers de piston et de connaissances. J'ai eu la chance de débarquer dans une coloc assez délirante de fils de réalisateurs quand je suis arrivé à Paris et ça m'a ouvert pas mal de portes. Maintenant ces gars sont ma famille et je me complais bien à passer mes journées entre les projo et les after. D'un point de vue perso je suis célib et assez heureux de ma liberté. J'ai toujours eu du mal à jongler entre ma vie de couple et l'omniprésence du cinéma et de mes potes. C'est un peu oeil pour oeil dent pour dent chez moi, les concessions sont assez compliquées.


Quelle vision portes-tu sur ta personne, en toute objectivité ? Ton caractère, tes grands principes, ce qui fait que les autres peuvent t'aimer ou te déprécier. Qu'est-ce qui fait ta particularité ou te rapproche du plus grand nombre ? Quels seront d'après toi tes atouts dans une telle aventure, et qu'est-ce qui pourrait bien être ta principale faiblesse ?
Ah bah on en parlait! Les gens m'ont soit aimé soit détesté pour le milieu dans lequel j'évoluais. J'ai du mal à m'en détacher et à me défaire de tout ce qui l'entoure. Disons que j'ai une relation fusionnelle avec les groupes, je me sentirai toujours mieux avec plein de monde autour que solo dans ma chambre. C'est installé, c'est comme ça depuis trop longtemps. Du coup, le groupe prévaudra sans doute sur mon individualité. J'ai appris à m'effacer au profit de l'ensemble. Je pense pas être faible pour autant, ou du genre à me faire bouffer. C'est différent, c'est juste que j'ai besoin des autres pour avancer. Ce qui fait que je pense pas avoir un mauvais caractère. Je suis plutôt fêtard, plutôt couche-tard lève-tard. On aura du mal à me voir taper un footing à l'aube. Je gère plutôt les milieux de soirée, quand il faut booster les gens, que les fins de soirée quand il faut les raccompagner. Moi mon truc c'est vraiment l'euphorie, les décisions spontanées, les défis lancés et relevés. Mes ambitions elles passent par un besoin maladif d'imprévu. Je me contenterai jamais d'un pseudo train-train et je pense que je crèverai avant d'avoir acheté une petite maison en banlieue et un chien. J'ai difficilement une vision à long terme parce que ce qui compte c'est mon bonheur au jour le jour. C'est peut-être un manque de stratégie ou d'esprit d'analyse qui me jouera des tours. Mais réciproquement en me donnant hyper vite et hyper fort j'espère faire bouger la vie en communauté et participer à la bonne mise en place du jeu.


dévoile ton potentiel


Alors que tu enquêtes sur le secret d'un candidat depuis plusieurs semaines, tu apprends qu'un de tes camarades nourrit lui aussi une piste sur ce secret et projette de le buzzer pour en avoir le cœur net. Décides-tu de verrouiller ta cible en actionnant le buzzeur en premier pour gagner du temps et tenter de dissuader ton adversaire de continuer dans cette voie, ou juges-tu cette compétition grisante au point de te réjouir de cette menace ? Préfères-tu garder ta cible pour toi ou en faire une véritable course au buzz ? Es-tu un enquêteur forcené ou imperturbable ?
Je buzze direct. J'aurais trop la haine de penser qu'un autre gars a peut-être la même idée que moi et va griller un secret en premier. Je suis assez optimiste dans mes suppositions, je préfère me dire que j'ai raison plutôt que de ruminer aux mille suppositions qui sont là pour me faire douter et me dissuader de passer à l'action. Moi l'enquête ça me réussit pas, je deviens vite parano et je pète un câble en interne. J'ai besoin de vite évacuer mes idées, quitte à me planter et à passer à autre chose. Rester bloqué sur un truc ça m'empêcherait tout simplement d'aller de l'avant et d'avoir l'esprit alerte envers d'autres défis et candidats.


Tu apprends qu'une carte représentant un pouvoir exceptionnel a été cachée quelque part dans la demeure du Maître et il t'est offert le choix de la jouer solo ou d'unir tes forces à celles de tes alliés pour mettre plus facilement la main sur cet avantage et éviter à tes adversaires d'en profiter. Décides-tu de faire cavalier seul ou de collaborer ? Es-tu plutôt du genre à tracer ta route sans l'aide de personne ou à créer des liens sur ton chemin ? As-tu l'âme d'un grand sociable ou d'un loup solitaire ?
Plutôt sociable du coup hein. Plutôt du genre à me créer un squad sur lequel m'appuyer. Non sérieux les loups solitaires c'est un mythe, ça finit toujours par squizzer. J'ai quand même l'impression que les saisons précédentes ont plutôt réussi à ceux capables de s'appuyer sur le soutien des autres. Je dis pas qu'il faut être naïf et chercher absolument à être pote avec tout le monde, mais pour moi être en confiance ça passe par être épanoui dans un groupe. Je sais que mes potes vont suffisamment me manquer pour en plus me la jouer connard asocial dans mon coin. Mon adrénaline elle se nourrit de celle des autres et j'aurai du mal à m'emballer si je sens pas une certaine euphorie ambiante, vous voyez ? C'est un peu comme une drogue. J'ai pleinement conscience d'être un maillon, un engrenage d'un système et ça me convient. C'est mon point d'équilibre à moi.


Ton allié dans l'aventure et toi-même êtes placés devant deux boîtes, dont l'une contient une immunité et l'autre une nomination d'office. Tu es le seul à être informé du contenu de ces boîtes et le Maître te demande de conseiller ton allié sur le choix de l'une d'elles, tandis que la seconde te reviendra. Quelle boîte lui conseilles-tu de choisir ? Adoptes-tu une stratégie pour le convaincre de te faire confiance et l'inciter à choisir la nomination, ou fais-tu en sorte de l'avantager en lui faisant choisir l'immunité ? Entre stratégie et amitié, que choisis-tu ?
En le poussant à la nomination je passe pour un connard fini aux yeux du public. Et c'est le public qui vote. Alors à court terme je pense qu'il vaut mieux avoir chaud aux fesses et me foutre face à l'ultimatum moi-même. Dans la logique des choses j'aurais déjà dégommé quelques secrets avant, sans doute en coopérant avec mon pote à qui j'évite la nomination, du coup le public voudra me revoir me battre la semaine d'après. J'ai - malheureusement - un certain attrait pour les choix irrationnels et les décisions qui me foutent au pied du mur. Après, libre à lui de me croire quand je lui indiquerai la boîte avec l'immunité. Je vous le dis tout de suite, j'ai pas une grande capacité de persuasion, j'aurais jamais pu être avocat ou baratineur, genre le loup-garou là le jeu c'est pas pour moi, je me fais vite tuer. Pas envie de me fatiguer à négocier, il faudra avoir confiance en ma bonne foi. Mais ça reste un bon choix de torture, merci les gars.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Prime et renom de l'homme au boomerang
» dixième prime
» Ca, c'est de la prime. [Spoiler possible]
» La déprime masculine...............
» Demande de prime [Suggestion]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: Le plateau des primes-
Sauter vers: