Partagez
 

 la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45

Aller en bas 
AuteurMessage
Pierpaolo
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 698
AVATAR : Julian Morris
ÂGE : 35
LOCALISATION : Geneva, Switzerland
MÉTIER : Artisan joailler


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 34000£
AFFINITÉS:
la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 Empty
MessageSujet: la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45   la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 EmptyDim 31 Mar - 3:47

Pierpaolo a beau être un mec un brin dubitatif sur les bords -et les bords sont franchement larges dans ce cas précis- il doit bien reconnaître que le cadre dans lequel l'émission est tournée cette saison est plutôt cool. Ok, il fait beaucoup trop chaud, mais bizarrement la chaleur est moins étouffante qu'il ne l'aurait cru. Est-ce qu'il échangerait les trente degrés à l'ombre avec la météo de Genève s'il le pouvait ? Oui, sans hésitation. Est-ce qu'il échangerait sa vie de détente ici pour sa vie bien plus occupée à Genève ? Aussi. Mais Pierpaolo s'est engagé et il va au bout de ses engagements quand ceux-ci ne le mettent pas en danger de mort -ce qui n'arrive jamais, mais en théorie, il accepterait de ne pas tenir un engagement au péril de sa vie-. Alors il regarde les aspects positifs de l'aventure. Plus de temps avec Judith, un logement paradisiaque qu'il ne pourra jamais plus s'offrir, des gens qui sont pas forcément tous complètement inintéressants à première vue. C'est presque un constat qui le ferait sourire. Surtout pour Judith, le reste au fond ça a assez peu d'importance. « C'est quoi la vraie ragione de ta participation ? » Pierpaolo il oublie parfois que les gens n'aiment pas qu'on aille droit au but, mais il ne sait pas vraiment tourner autour du pot et faire semblant de s'intéresser aux détails barbants d'une discussion qui n'est qu'un moyen d'atteindre une réponse précise. Puis @Bart est pas franchement le genre de personne que Pierpaolo a envie de choyer, il a l'air d'être suffisamment fragile pour être brisé si on le manipule sans précaution et s'il s'y essayait, Pierpaolo finirait par le briser sans faire exprès, alors autant ne pas prétendre, ça va beaucoup plus vite. Bart est dans son équipe, ça devrait vouloir dire quelque chose, mais comme Pierpaolo n'a pas vraiment compris l'intérêt des équipes -en particulier parce qu'il n'est pas dans cette de Judith- il n'est pas sûr que ça mérite qu'il traite Bart avec plus de déférence qu'il ne traiterait un autre candidat. Et puis, comme toujours, il entend la voix de Jude lui faire promettre de faire des efforts et celle d'Agatha lui demander d'être gentil avec les gens.  « Je... hm. T'es content de ta chambre ? » Voilà qui est beaucoup plus neutre comme question. Quelle belle preuve de maturité sociale... Pierpaolo se taperait presque sur l'épaule. Parce qu'il se dit que Bart est probablement l'un des candidats les plus inoffensifs, Pierpaolo décide qu'il peut s'installer -avec une grâce discutable- dans l'un des hamacs pas loin. Au pire, l'autre gars est chiant et il fera semblant de s'endormir dans son lit de fortune dont le mouvement le bercera bientôt et le monde entier n'y verra que du feu.

_________________

because the night belongs to lovers

Love is an angel disguised as lust
Here in our bed until the morning comes
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart 

MESSAGES : 448
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 Empty
MessageSujet: Re: la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45   la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 EmptyLun 1 Avr - 12:16

Bart cligne des yeux, légèrement interloqué par cette façon de faire. Pierpaolo, il ne s’embarrasse pas d’un petit bonjour sympathique, allant droit au brut sans le ménager. Ses tendances paranoïaques sont déjà prêtes à refaire surface. Parce que dans son petit crâne, c’est clair que si cette question toute particulière lui est adressée à lui, ça doit signifier qu’il y a quelque chose qui cloche dans sa présence entre ces murs. Enfin remarque, il ne peut pas lui en vouloir à Pierpaolo. Il doit avoir l’air un peu débile et dans le fond, lui non plus il ne sait pas trop bien ce qu’il fait-là. Bart, il est du genre à se faire des nœuds au cerveau quand on lui pose une question. Il ne sait pas être impulsif, alors à la place il fixe le candidat avec sa grosse tête de gland. C’est comme ça que tout ces instants de flottements malaisants viennent squatter ses conservations. Parce que Bart, il est un peu lent à répondre. Du coup, Pierpaolo, il enchaîne. Il va plus vite et lui demande s’il est satisfait de sa chambre. Genre wow. On va y aller une question après l’autre, autrement Bart risque de se sentir harcelé. « Elle est super ma chambre. Je me demande même si elle ne fait pas la même taille que mon appartement. » Et ça, c’est juste le standing middle-class. Le trois étoiles, destiné aux candidats moyens. Il n’ose même pas imaginer la gueule de la suite qu’a récupéré le candidat pour s’être illustré lors des castings. Bart se laisse glisser en direction d’un hamac, envisageant enfin de répondre à la toute première question qui lui avait été posée. « Disons que j’essaye actuellement de prendre ma vie en main. » Et il dit bien prendre, plutôt que reprendre. Bart, il n’a jamais eu l’impression de gérer quoi que ce soit, alors sa vie, ça va faire à peu près depuis toujours qu’elle se trouve en bordel complet. « Je me suis dit que ça me ferait du bien d’entreprendre quelque chose seul, sans l’aide de personne. » il confie. Voilà, c’est ça sa raison. Elle n’envoie pas du lourd, c’est clair. Il doit passer pour un con, un inapte dont les problèmes sont bien plus profonds qu’un creux financier à combler ou une cause noble et juste à défendre au travers d’un secret poignant. Normalement, l’ensemble des candidats devrait pouvoir se dispatcher entre l’une ou l’autre de ces catégories. Il y en a même qui doivent flotter au milieu, éligibles aux deux cas de figures. Mais Bart, il doit être le seul débile qui espère parvenir enfin à mieux s’assumer dans la vie. Le truc c’est qu’après des années de thérapie dont il ne voit pas le bout, il est un peu désespéré. Maintenant, il s’essaye aux extrêmes, comme se laisser propulser dans une télé-réalité sans trop savoir ce que ça va lui apporter. « Mais la vérité, c’est que samedi soir, je me suis senti très gêné de me retrouver seul au milieu de vous tous. » Sans déconner, Bart il devait avoir l’air à deux doigt du pétage de plomb au premier sens du terme. Comme si les fusibles qui le constituent décidaient de tous sauter en même temps à cause d’une trop grosse sollicitation externe. Il a essayé de faire des efforts, mais le malaise était palpable lorsqu’ils essayaient de faire connaissance dans le stade en petit groupe. Il a dû passer pour un con. Il aimerait bien revenir en arrière et paraître un peu moins inerte maintenant qu’il a plus de recul sur la situation, mais c’est déjà trop tard. C’est mort. Il a foiré le coup de la première impression vis-à-vis des autres candidats. « Ça doit être bien d’être à deux. Tu serais quand même venu sans Judith ? »

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Pierpaolo
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 698
AVATAR : Julian Morris
ÂGE : 35
LOCALISATION : Geneva, Switzerland
MÉTIER : Artisan joailler


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 34000£
AFFINITÉS:
la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 Empty
MessageSujet: Re: la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45   la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 EmptyLun 1 Avr - 22:25

@Bart ne semble pas se plaindre de sa chambre, ce qui n'en dit guère plus à Pierpaolo, pour tout ce qu'il sait, Bart est le genre de personne à voir le verre à moitié plein même quand il est complètement vide. « Ça veut dire qu'elle est grande ou que ton appartement est piccolo ? » demande-t-il pas sûr de comprendre. Peut-être un peu des deux en fait. Mais comme il ne connaît pas grand chose de Bart, il peut pas savoir s'il a une chambre qui est gigantesque ici et un appartement de taille décente, ou s'il est coincé dans une des chambres les plus petites ici et que son appartement est une boîte à chaussure. Parce qu'il est bon chrétien, Pierpaolo espère que c'est la première option. « Félicitations... » fait-il d'un ton égal mais pourtant enthousiaste, parce qu'il est toujours content pour les gens qui décident de prendre la vie par les cornes et de ne plus se laisser vivre. Il sait ce que ça veut dire de changer pour le meilleur et même s'il ne connaît pas Bart, même si Bart s'avèrera probablement être une personne aussi inintéressante que les autres, il est prêt à lui accorder le bénéfice du doute pour la simple et bonne raison que Bart a entrepris un travail sur lui-même, ce qui démontre une envie de s'améliorer et, qui sait, peut-être que la version upgradée de Bart vaudra la peine d'être connue. Pour ce qui est de son envie de faire quelque chose seul Pierpaolo opine du chef. « Et t'as réussi, c'est pas rien. » l'encourage-t-il avec un pouce en l'air. Pierpaolo regarde le pouce en l'air avec un œil dubitatif, c'est dans ces moments qu'il se dit qu'il est vraiment vieux. Les gamins du casting doivent le prendre pour un papy quand il fait ce genre de trucs. Oh well, c'est pas comme s'il avait quelque chose à prouver. « Perché ? Tout le monde est tout seul, ou presque. » corrige-t-il en réalisant qu'il est la mauvaise personne pour dire ça. Évidemment, il a Judith, c'est un avantage incontestable mais pour autant leurs destins ne sont pas liés, s'il est nominé, elle ne le sera pas, à moins que les candidats aient un sens de l'humour très particulier que Pierpaolo ne sera pas sûr d'apprécier. En fin de compte, il est lui aussi seul aux commandes de son aventure, il a juste la personne la plus importante de sa vie à ses côtés qui mène sa barque à elle. Et si elle veut faire la course, il sait déjà qu'il la laissera gagner parce qu'à quoi bon vaincre si c'est contre elle ?« Sans Jude ? Non. Je suis venu pour elle, parce qu'elle voulait qu'on fasse ça insieme. » dit-il en rigolant, peut-être pour la première fois avec quelqu'un d'autre que Judith depuis le début de l'aventure. La question se pose, elle est même légitime, mais l'idée que lui, Pierpaolo, aurait décidé de s'embarquer dans une téléréalité de son plein gré si Judith n'avait pas été candidate ? Non c'est juste trop invraisemblable pour qu'il se retienne de rigoler. Lui, sans Jude, il serait à Genève en train de tailler un diamant, un rubis ou un saphir, il passerait ses journées seul avec le silence et la musique tout bas pendant qu'il crée des bijoux en attendant de rentrer chez lui auprès de sa femme et de sa fille. Lui, sans Jude, il ne serait pas en train de suer comme un porc à partir de onze heures du matin dans un palace luxueux entouré d'inconnus qu'il peine à trouver suffisamment intéressant pour qu'ils génèrent en lui une envie d'apprendre à les connaître. « Je suis vraiment là pour l'incoraggiare et la faire aller loin dans l'aventure. » explique-t-il conscient que ça révèle son manque d'ambition dans cette émission. Mais les gens ne sont pas bêtes, ils ont bien compris qu'il n'avait pas le profil ou la motivation pour gagner le jeu. Il est là pour aller aussi loin qu'il le pourra et porter Judith à bout de bras vers la finale, vers la victoire, qu'elle mérite. C'est peut-être lui la menace sur le plan stratégique, mais sur le plan humain et social, c'est elle l'arme de destruction massive à ses yeux. D'accord, il n'est pas très objectif parce qu'elle pourrait se mettre à hurler sur les gens qu'il la trouverait quand même adorable, mais tout de même.

_________________

because the night belongs to lovers

Love is an angel disguised as lust
Here in our bed until the morning comes
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart 

MESSAGES : 448
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 Empty
MessageSujet: Re: la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45   la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 EmptyMar 2 Avr - 20:24

Bart mine de rien, il vit un peu dans un placard à balais, sans pour autant que ça le gêne réellement. Il hausse les épaules lorsque Pierpaolo lui demande si son appartement est grand ou petit. « Disons qu’une fois que tu as accepté l’exigüité qui va de pair avec les logements tokyoïtes, tu te mets à apprécier de vivre à petite échelle. » il explique avec philosophie. On se débarrasse du surplus, de tout ce qui est secondaire pour ne conserver qu’un habitat réduit à son essence primaire et minimale dans une optimalisation de l’espace répondant aux coûts du foncier. Dans ce genre de logements, le repère d’échelle devient le corps de l’homme. « C’est un peu comme si on se mettait en mode Vitruve de l’immobilier. » Bart, une fois qu’il est planté au milieu de son studio, il peut quasiment atteindre n’importe quel objet ou poignée de porte en déployant ses membres à travers la pièce. Et puis bon, il a tellement de merdes et de figurines sur ses étagères, que ça n’aide pas à y voir plus clair. Il y en a beaucoup que ça gênerait de se sentir ainsi comprimé, mais Bart, c’est son thorax qui devient tout serré lorsqu’il se trouve propulsé dans un lieu trop grand et trop vide pour lui. Dans la chambre fournie par la production, il a largement la place d’installer deux lits et une armoire. Maintenant, c’est clair que si t’ajoutes en plus un bac de douche, une kitchenette et d’autres éléments vitaux pour un logement, ça va tout de suite sembler plus étriqué. Bart, il déballe les raisons qui l’ont amenée à se pointer dans l’émission. Il ne sait pas trop ce que le candidat en pense. Il lève un pouce en l’air et pendant un instant, il se demande s’il se fout de sa gueule ou s’il essaye maladroitement de l’encourager. « Oui, sûrement. » il murmure. Le fait est que Bart se sent toujours très seul, que ce soit au milieu d’une foule ou même lors d’un repas de famille parmi ceux qui sont normalement les siens. La solitude qu’il mentionne, ce n’est pas juste le fait de débarquer en individuel dans l’émission ou en binôme à l’image de Pierpaolo et Judith. En attendant, c’est un peu dangereux de débarquer en couple dans le jeu, assumant d’office une puissance de force évidente par rapport aux autres candidats. C’est un peu l’attraction de la première semaine, même Bart il ne peut pas s’empêcher d’interroger les deux intéressés sur leur relation. « D’accord, j’ai une autre question pour toi. » il souffle dans un sourire paresseux. Il trouve ça fascinant la manière qu’a Pierpaolo de tenir à porter sa femme dans l’aventure jusqu’en finale, s’effaçant presque à son profit. « Est-ce que tu l’aurais laissée participer seule si elle l'avait souhaité et que t'avais eu ton mot à dire ? » Parce qu’il a bien capté que l’instigatrice de leur participation à Thrown Dice, c’est Judith. Sûrement qu’elle ne serait pas non plus venue passer le casting seule sans son mari, mais est-ce que lui aurait accepté qu’elle fasse son petit bonhomme de chemin en solo dans la télé-réalité ? Bart, il ne veut pas le piéger ou tester la confiance du couple. Franchement, le gars est pas du tout stratégique ou inquisiteur de nature. C’est une vraie question qu’il se pose, peut-être aussi pour déterminer le rapport que son interlocuteur entretient avec l’émission, comme lorsqu’il lui a demandé les raisons qui l’ont poussées à participer de son côté.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Pierpaolo
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 698
AVATAR : Julian Morris
ÂGE : 35
LOCALISATION : Geneva, Switzerland
MÉTIER : Artisan joailler


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 34000£
AFFINITÉS:
la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 Empty
MessageSujet: Re: la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45   la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 EmptyJeu 4 Avr - 23:36

Bart lui confirme qu'il vit dans un appartement très étroit à Tokyo. Ça prend Pierpaolo au dépourvu et comme à chaque fois que quelqu'un le prend par surprise, il ne peut s'empêcher d'être intrigué. C'est une réaction typique : il veut maintenant comprendre ce qu'il a raté. « Tu vis à Tokyo ? Tu y fais quoi ? » C'est un peu idiot à dire, mais Pierpaolo n'aurait jamais pensé que Bart vivait au Japon, tout simplement parce qu'il n'est pas japonais et que du coup, son prénom, son faciès et tout le reste, ne tendent pas à indiquer des origines nippones. Il sait pourtant qu'il est dans un jeu de télé-réalité où il ne faut pas trop se fier aux apparences, il en sait quelque chose, mais c'est toujours instinctif de juger ses camarades sur leurs attributs physiques pour commencer. Quand il pense au fait que Bart vit dans un logement minuscule, Pierpaolo le plaint un peu. Évidemment leurs circonstances sont différentes et il vit seul alors que Pierpaolo vit avec Judith et leur fille Agatha, mais même lorsqu'il était célibataire et qu'il n'avait pas de salaire fixe, il pouvait compter sur ses parents pour lui payer un appartement de vingt ou trente mètres carrés. Il semble avoir attisé la curiosité de Bart qui a une autre question pour lui. « Je t'en prie. » accorde-t-il d'un geste de la main, pas qu'il pense que Bart se laisserait démonter s'il n'avait pas donné son accord, mais il préfère s'assurer que Bart est à l'aise, autant essayer d'être sympa quand il peut et que ça ne lui coûte pas grand effort. Non ? La question tombe et Pierpaolo sourit. « Assolutamente ! » lâche-t-il avec un petit rire. Parce que franchement, il est surtout là parce qu'elle voulait qu'il y soit, lui il a rien demandé. S'il avait pu s'éviter de passer des semaines, voire des mois, loin de sa fille, à vivre sa petite vie tranquille en famille il l'aurait fait. Mais Jude et ses envies d'aventure, son envie de participer à l'émission surtout, l'ont poussé à venir parce qu'elle lui a demandé, qu'il a résisté mais que, comme toujours, elle a fini par gagner. C'est un peu la routine dans leur vie, il résiste à ses envies et puis il cède parce qu'il peut pas la voir malheureuse. C'est dans ses gênes de vouloir la rendre la plus heureuse possible. « Je ne suis pas sicuro che j'aurais adoré l'expérience de la voir à la télé sans avoir un rôle à jouer. Mais si elle n'avait pas voulu que je participe, j'aurais été contento di rester à Genève avec notre fille. » Il ne sait pas pourquoi il vient de se lancer dans une explication aussi longue, alors que la question avait trouvé sa réponse bien avant qu'il ne commence, mais c'est ainsi. Même le silencieux Pierpaolo s'emballe parfois, et c'est presque toujours quand on parle de Judith, bizarrement. « Si t'avais dû fare l'aventure avec qualcuno, t'aurais choisi qui ? » demande-t-il finalement. Il a bien compris que Bart voulait faire quelque chose par lui-même, mais la question de Pierpaolo reviendrait plus à lui demander qui est la personne qui est la plus chère à son camarade. Même lui qui est relativement solitaire, il doit bien avouer que ça lui fait du bien d'avoir un repère en la personne de Jude, cela dit, contrairement aux autres candidats sa raison d'être là est principalement pour la soutenir, eux ils ont un objectif personnel tout autre.

_________________

because the night belongs to lovers

Love is an angel disguised as lust
Here in our bed until the morning comes
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart 

MESSAGES : 448
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 Empty
MessageSujet: Re: la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45   la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 EmptyDim 7 Avr - 18:27

Bart, il raconte sa vie sans trop y faire attention. C’est la sienne, c’est tout. Son quotidien, son lieu de résidence. Il sait que même si sur le papier ça peut en envoyer plein les mirettes de vivre au Japon, pour lui c’est juste une caractéristique qu’il partage avec les trois-quarts des gens qu’il connait. Il évolue dans une communauté d’expatriés, il a fréquenté les écoles francophones de Tokyo et il s’est fait pistonner pour travailler dans une entreprise internationale où le syndrome du gaijin est moins fort que lorsqu’il se retrouve propulsé hors de ce cocon d'occidentaux perdus sur les terres du soleil levant. Il ne sait plus trop quoi lui répondre à Pierpaolo, qui attend manifestement une raison précise pour justifier sa présence au Japon. Il va être déçu, parce que Bart, il n’en a pas. Il se laisse juste vivre, sans trop se poser questions. « C’est là-bas que je vis. » il souffle, un peu gêné de ne pas avoir de bonne anecdote à raconter. « L’appartement, c’est celui de ma belle-mère. Quand elle s’est mariée avec mon père, c’est moi qui suis venu y habiter. » C’était un peu comme un échange de bons procédés. Bart, il aurait été de trop au milieu de leur couple qui s’est ensuite transformé en famille. Ils ont intelligemment permuté leurs lieux de résidences, d’une ancienne célibataire à un nouveau. « Ca fait plusieurs années maintenant. » Mais il ne s’y sent toujours pas chez-lui comme il a déjà pu l’expliquer en long et en large lors de sa séance de thérapie imposée à une Tonia qui n’avait rien demandé. Le fait est que même s’il était pleinement intégré dans son pays d’adoption, de par ses caractéristiques physiologiques, il resterait identifié au premier coup d’œil comme un non-Japonais. Il y aura toujours des gens pour lui demander ce qu’il fout précisément à Tokyo, parce qu’il ne colle pas avec le reste du décor. Depuis le début de l’aventure, ce n’est pas la première fois qu’on l’interroge à ce sujet et certainement pas la dernière. Il focalise son attention sur le couple qui comme beaucoup d’autres, cristallise son intérêt cette semaine. Assolutamente. Quésaco. Bart, il regarde un peu fixement Pierpaolo, l’air de ne pas encore piger s’il vient de répondre à la positive ou négative à sa question. Donc oui, il aurait laissé participer Judith seule si elle en avait exprimé l’envie, ce qui démontre une certaine confiance. On ne sait jamais ce qui peut se passer au sein d’une télé-réalité. La plupart des candidats des anciennes saisons venus maqués dans l’émission, en sont ressortis avec un tout autre partenaire à l’issu de la fin du jeu. L’enfermement est déjà une source potentielle de rupture, sans compter les missions et rubriques susceptibles de transformer la réalité afin de susciter des tensions dans un binôme préétabli. « Je ne sais pas trop, je vois personne qui aurait aimé venir ici avec moi. » il souffle avec son air de déprimé de la life qui fait un peu pitié. Bart, il passe en revu les candidatures en faisant un tour d’horizon de son entourage, mais il n’y a personne qui se détache suffisamment pour prétendre à une place à ses côtés dans l’aventure. Lui, il se dit que c’est parce qu’il ne doit pas tourner très rond qu’il est si seul dans son quotidien. Il a des amis et une famille, mais ils ne sont pas assez proches pour se laisser embarquer dans quelque chose d’aussi fou. « J’aurais pu proposer à mon ex. Ca me plairait de partager des choses avec elle et qu’on se reconnecte, mais je ne le lui dis pas, parce qu’elle en a rien à foutre. » Il était très amoureux, Bart, mais surtout très con. Cette meuf, elle la complètement flingué sur tous les plans et il lui doit en grande partie sa tendance à l’auto-apitoiement et aux bombes émotionnes qu’il vomit de temps en temps verbalement. « En venant avec quelqu’un, j’aurais eu peur du complexe de la personnalité multiple. » il reprend très sérieusement, comme s’il s’agissait là d’une théorie officielle dans le monde de la télé-réalité, alors que pas du tout, il est le seul à y croire et à en avoir entendu parler. « Je vais pas te mentir mec, je crois qu’il y a de très fortes probabilités pour que tu deviennes fou entre la personne que tu es avec Judith, celle que tu serais au milieu d’un groupe d’inconnus et celle générée par la présence des caméras. » Ils sont filmés et enfermés 24/24h tous ensembles, il n’y a plus d’échappatoire pour se ressourcer dans son coin sans jouer le rôle qu’imposent les conventions sociales et la vie en communauté. Bart, il pose un diagnostique l’air de plaisanter avec son sourire léger, mais mine de rien, il y croit un chouilla à sa connerie. Pierpaolo, il va finir bipolaire à devoir dealer entre ses propres intérêts, ceux de sa femme qu’il veut voir gagner et enfin celle de son équipe dont il est censé défendre les couleurs. La production ne lui épargnera aucun dilemme.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Pierpaolo
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 698
AVATAR : Julian Morris
ÂGE : 35
LOCALISATION : Geneva, Switzerland
MÉTIER : Artisan joailler


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 34000£
AFFINITÉS:
la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 Empty
MessageSujet: Re: la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45   la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 EmptyMer 10 Avr - 1:30

C'est une chance, ou une malédiction, que de vivre au Japon à ce que Pierpaolo sait. Surtout quand on est pas natif du pays et que ses coutumes nous échappent. Les Occidentaux qui débarquent au pays du soleil levant sont souvent très mal perçus d'après ce qu'il sait et il peut comprendre. Entre le passé colonialiste des pays d'Europe et tout le reste, le ressenti est tout à fait normal. Alors ça l'intéresse de voir comment Bart s'adapte à une société qui n'est pas nécessairement fan de ce qu'il représente. « Et tu fais quoi comme boulot pour occuper tes giorni ? » demande-t-il parce que ça demeure un mystère et que Bart n'a pas répondu à cette partie là de la question. Il ne sait pas si ça veut dire que c'est un secret et que son camarade refuse d'en parler, mais il ne pourra pas trop éviter de le lui signifier clairement maintenant que Pierpaolo pose la question directement. Peut-être que Bart est à la tête d'une branche de la mafia japonaise ? Ou qu'il est standardiste téléphonique pour une entreprise Américaine. L'italien n'en sait fichtrement rien. À sa question sur la personne que Bart aurait aimé amener dans l'aventure, il finit par répondre -non sans tergiverser- qu'il aurait aimé être avec son ex-copine mais qu'il ne le lui a pas dit parce qu'elle n'est pas intéressée. Ça fait presque sourire Pierpaolo mais il se retient parce que ça paraîtrait cruel. « Je crois che maintenant, c'est fait. Qu'elle s'en foute o no, elle est au courant. Le monde l'est en tout cas. » note-t-il avec un haussement d'épaules. Le temps que Bart se fasse éliminer, le monde aura eu le temps d'oublier le sujet de son ex et sera concentré sur ce qu'il aura vécu dans l'aventure. Il a qu'à coucher avec une des filles, histoire d'être sûr qu'on oublie l'histoire de l'ex. Pierpaolo n'est pas vraiment préparé à ce qui suit et pourtant, il n'a pas le choix que de prendre le commentaire de pleine face. Il ne sait pas vraiment si c'est une accusation déguisée ou une mise en garde, mais il trouve l'idée assez farfelue. Assez pour être creusée et chercher à trouver le fond. « Complexe de la personnalité multiple ? » demande-t-il parce que ça sonne presque comme de la schizophrénie et Pierpaolo est peut-être un peu différent quand il est en tête-à-tête avec sa femme, mais il n'irait pas jusqu'à dire que c'est une autre entité qui vit dans sa tête qui s'exprime. Faut pas plaisanter avec ça. « Qu'est-ce qui te fait dire che ce sont des persone différentes ? » La question sort sans qu'il y réfléchisse parce qu'il doit bien avouer que ça le taraude. Et puis, honnêtement il ne sait pas pour Bart, mais lui il a déjà tendance à les oublier, lesdites caméras. Il y a prêté attention les deux premiers jours et maintenant il se surprend régulièrement à ne même plus les remarquer quand il entre dans une pièce. « C'est pas come se je tentais de plaire à tout le monde et de mentire sur qui je suis. » explique-t-il parce qu'il n'a pas l'impression d'avoir eu à beaucoup compromettre son intégrité intellectuelle et morale pour l'instant. Alors oui, ça ne fait que quelques jours qu'ils sont là, mais s'il avait dû commencer à développer des personnalités différentes, il l'aurait fait. Non, Pierpaolo il se contente d'être lui-même, aussi introverti soit-il, aussi peu populaire que ça le rende. Si Judith a accès à son côté le plus jovial, ce n'est pas parce qu'il s'agit d'un autre personnage, c'est simplement qu'elle crée en lui ce désir de s'extérioriser. C'est vraiment pas de la faute de Pierpaolo si pour l'instant, les autres candidats ne lui ont pas fait cet effet. Si ? « Pas comme le font des gens comme Lula. » ajoute-t-il à valeur d'exemple. Il n'a pas eu beaucoup d'occasions de traîner avec la jeune femme mais il pense avoir cerné une partie du personnage. Et il comprend qu'on ait envie de se faire passer pour mieux qu'on est ou de présenter un profil parfait. Et puis il y a les gens comme Jude, qui sont des bombes de bonne humeur et qui prennent tellement de place que les gens les aiment ou les détestent quasi-immédiatement. Pierpaolo sait que dans le cas de sa femme ce n'est pas une stratégie et qu'elle ne peut juste pas s'en empêcher, c'est sa personnalité et il en est raide dingue. Il peut quand même comprendre que pour d'autres ça les rendent juste dingues.

_________________

because the night belongs to lovers

Love is an angel disguised as lust
Here in our bed until the morning comes
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart 

MESSAGES : 448
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 Empty
MessageSujet: Re: la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45   la forte fragilità dell'uomo - mercoledì 15h45 EmptySam 13 Avr - 12:49

Bart, il ne fait pas grand-chose d’intéressant dans la vie. Souvent, on a tendance à identifier une personne d’après la profession qu’elle exerce, la faute à tous les conseillers d’orientation faisant croire qu’un bilan de personnalité peut réellement définir un secteur de métier. Forcément, quand Pierpaolo te parle de son boulot, ça te titille l’imaginaire et t’as rapidement un avis sur son tempérament ou sur ce qu’il doit le motiver. Ça fonctionne avec une bonne partie du casting, du genre April et son esprit de compétition ou Esmeralda guidant les brebis égarées sur le chemin de la rédemption. Au milieu de tout ces gens animés par des passions diverses et variés, il y a Bart. En soit, il n’y a rien qui puisse sembler plus con et désincarné que ce qu’il fait pour gagner sa vie. Il ne voit pas trop l’intérêt d’en parler, parce qu’il ne parvient pas à faire matcher mentalement sa personnalité d’idéaliste poétique avec ce qui occupe ses journées. Il ne sait même pas comment l’expliquer. Il fera sûrement parti de ces gens dont personne ne pige la profession, à la manière du running-gag au sujet de la carrière de Chandler Bing dans Friends. « Je travaille dans une entreprise qui fabrique des boîtes. Mon job, c’est de m'assurer que toutes les normes soient respectées et de mettre en place des protocoles pour garantir un niveau de qualité constant. » Les boîtes, ça n’envoie pas du lourd, comme ça. C’est un peu débile comme domaine, bien moins impressionnant que ceux exerçant le même boulot dans des sociétés de construction navales ou électroniques. Sauf que mine de rien, les emballages, ça concerne absolument tout le monde. C’est super inclusif comme sujet. C’est marrant de constater comment il se doit d’être carré et organisé dans la vie professionnelle et comment une fois IRL, il tergiverse pour raconter des conneries avec ses pensées en bordel complet. Il parle de son ex. ça le prend comme ça, parce que c’est vrai qu’elle lui manque cette connasse. Il ne sait pas trop s’il s’agit là d’une action de kamikaze visant à attirer son attention dans le cas où elle le suivrait à la télévision ou s’il a juste décidé de se confier au candidat de l’aventure qui doit le plus en avoir rien à branler de sa vie sentimentale. Il hausse les épaules. Franchement, Bart, il doute que cette information toute ripou soit sélectionnée pour être diffusée par la production. Et même si c’était le cas, il a déjà statué qu’elle s’en foutait, certainement comme le reste du monde. Il poursuit ses disgressions en mentionnant l’existence d’un complexe de la personnalité multiple lorsqu’on se trouve lâché avec l’un de ses proches au milieu d’inconnus. Il est très sérieux avec sa théorie, même s’il sent bien un certain scepticisme qui persiste chez son interlocuteur. Evidemment, le phénomène est extrêmement imagé. Pierpaolo, il ne risque pas de se la jouer Norman Bates dans un remake de Psycho en essayant de buter le reste des participants lors de délires schizophréniques. « J’sais pas, je trouve juste ça normal d’être différent selon les situations. » il souffle, un peu gêné parce qu’il ne voulait pas le vexer ou sous-entendre que le type manquait d’authenticité. Bart, il ne considère pas cette forme d’adaptation comme un mensonge. On a plusieurs pans de personnalité qui se révèlent selon nos interlocuteurs ou le degré d’intimité dans lequel on évolue. A ce qu’il parait, les polyglottes ont plusieurs personnalités, parce que chaque langue contient une vision du monde qui influence sur le caractère de ses locuteurs. Bart, ça le fascine toutes ses hypothèses alambiquées dont tout le monde se fout à l’exception des geeks dans son genre. Le mec lui sort une réflexion complètement gratuite au sujet de Lula qui le fait légèrement grimacer. « Je ne trouve pas que vous avez l’air de mentir sur votre personnalité pour plaire aux autres. Ni toi, ni elle. » il souffle, un peu paumé face à ce tacle qui sort de nulle part. En soit, il n’en sait rien, ça pourrait être une stratégie tout à fait viable pour perdurer dans le jeu, mais Bart, il n’arrive pas à penser comme ça. Il voit pas pourquoi on transformerait sa personnalité volontairement, ça le dépasse. Lui, depuis le début il parle d'un truc naturel, qu'on ne maîtrise pas entièrement à cause de l'influence sociologique. « Avec certains de mes proches, j’ai parfois l’impression qu’ils m’ont connu trop tôt. Quand je suis avec eux, je n’arrive pas à évoluer ou affirmer ma personnalité, parce qu’ils ont tout un tas d’idées préconçues à mon sujet. » il reprend pour changer de sujet, parce que ça le met mal à l’aise de parler négativement d’une autre candidate. Voilà, c’est ça le véritable complexe dont il veut parler. Bart, il est sans doute beaucoup plus sensible au phénomène avec son introversion et ses divers troubles internes, qu’un type comme Pierpaolo qui a l’air droit dans ses baskets et dans son mariage, quand bien même celui-ci dure depuis plusieurs années.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evangelinne, La richesse de la rose, c'est sa fragilité [VALIDEE]
» La fragilité du diamant est d'une infinie pureté (Privé)
» Morgane Dell'Valley (Serpentard)
» Rezon avèk kòz chire pit Lavalas.
» La Terre contre le Feu [Privé Shading]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: COIN HAMACS-
Sauter vers: