Partagez
 

 a process so familiar (dimanche, 9h45)

Aller en bas 
AuteurMessage
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1171
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
a process so familiar (dimanche, 9h45) Empty
MessageSujet: a process so familiar (dimanche, 9h45)   a process so familiar (dimanche, 9h45) EmptyDim 31 Mar - 11:22

A PROCESS SO FAMILIAR.
W / @Lula

Niels s'était levé de bon matin, lorsqu'il avait été pris d'une envie d'arpenter le palace en long et en large comme il n'en avait pas forcément eu l'occasion hier soir, alors qu'il avait passé plus de temps à s'installer dans sa chambre et à discuter avec Nicholas qu'à vraiment découvrir les lieux. Et la première chose qui l'avait frappé, c'était que l'endroit était immense, architecturalement épatant et qu'à une époque ça ne lui aurait pas déplu de faire construire une telle demeure. L'immobilier avait beau appartenir à une partie révolue de sa vie, il lui arrivait d'y repenser avec une pointe de nostalgie au fond du ventre, parce que s'il était tout à fait honnête avec lui-même il savait aussi que sur certains autres plans c'avait été la période la plus épanouie de sa vie. Maintenant qu'il était ici, à des milliers de kilomètres de sa famille et de son quotidien, il savait que ce qui avait été plutôt compliqué ces dernières années serait peut être un peu plus simple et que son ex-femme notamment serait peut être plus à l'aise de le voir à travers l'écran de son téléviseur qu'en chair et en os, et pourtant il savait aussi que le plus dur l'attendait. Il était resté un long moment aux étages supérieurs à découvrir ces couloirs et ces pièces qui semblaient ne jamais prendre fin lorsque l'envie de boire son café du matin fut plus forte que celle de céder plus longtemps à sa curiosité. Niels était le genre de personne à avoir besoin d'un bon café au réveil pour affronter la journée et se donner un air aimable – certains diraient qu'il ne transpirait tout simplement pas l'enthousiasme et qu'il était difficile de savoir si c'était à cause d'un manque de caféine ou simplement dans sa nature d'homme parfois bougon – et la simple odeur du café qui embauma le rez-de-chaussée lorsqu'il descendit les escaliers lui fit dire qu'il n'était probablement pas le seul. Ici il dénotait au milieu de vingtenaires qui probablement avaient prolongé les festivités d'hier soir jusqu'à tôt ce matin, mais il savait qu'il y avait aussi quelques candidats un peu plus proches de sa génération alors peut être que l'un d'eux chargeait aussi ses batteries avant de commencer sa journée. Il eut rapidement la réponse lorsqu'après s'être servi un café dans la cuisine il traversa la salle à manger pour tomber sur Lula. Ce n'était pas la compagnie à laquelle il s'attendait, mais elle lui convenait très bien et l'avantage était qu'ils se connaissaient déjà pour être entrés ensemble. « Bien dormi ? Tu as été un peu plus gâtée que moi avec ta chambre, il parait. » Il demanda en s'approchant, tirant la chaise près de la sienne pour s’asseoir à sa table. Il aurait pu lui demander la permission, mais s'il y avait le moindre risque pour qu'elle refuse il aimait autant ne pas le prendre et faire comme si ça ne lui avait pas effleuré l'esprit qu'elle puisse avoir envie d'une autre compagnie que la sienne au réveil. « Qu'est-ce que tu penses de cet endroit ? » Il quitta son regard et porta sa tasse à ses lèvres avant de regarder tout autour d'eux, ne pensant pas nécessairement qu'à cette salle à manger bien qu'il soit forcé d'avouer que même sans avoir jamais eu à trop s'inquiéter il avait rarement pris son petit déjeuner dans un tel cadre.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 435
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
a process so familiar (dimanche, 9h45) Empty
MessageSujet: Re: a process so familiar (dimanche, 9h45)   a process so familiar (dimanche, 9h45) EmptyLun 1 Avr - 4:55

Je profite de cet instant de calme qui risque d'être rare ces prochains jours. On est tous happé finalement par l'effervescence du début. Je me brûle dans la précipitation avec cette sensation dérangeante qui prévoit quelques jours avant de pouvoir à nouveau profiter de toutes les saveurs. Mes sourcils se froissent face à ma propre connerie avant d'être tirée de mes pensées par une arrivée assez discrète. Mes opales captent Niels qui s'installe juste à côté, je m'étire façon félin. Décidément, on ne peut plus se quitter. Je me contente d'hocher la tête pour le saluer discrètement avant de l'observer un instant de trop. « Je me suis toujours demandée ce que prenait un homme de quarante ans au petit déjeuner » Je me moque que très légèrement en tentant de paraitre fascinée. Un peu déçue. Son âge va devenir un terrain de jeu facile par sa faute. Je lui offre néanmoins un sourire. Qu'il se rassure, il n'est pas le seul à bien dépasser la trentaine il me semble. Il n'empêche que ça m'amuse qu'ils attachent à ce chiffre autant d'importance, et encore plus qu'ils le corrèlent à la maturité ou bien à l'expérience. C'est juste dans la tête. « Tu as des enfants d'ailleurs ?» J'enchaine, bien que l'âge ne soit pas forcément un synonyme de parentalité. Il me parle de ma chambre, il est vrai que j'ai hérité, surement le hasard, d'un logement trois étoiles. La vérité est que je suis sure qu'une étoile, ça sera toujours mieux que ce dont j'ai l'habitude. Je ne suis pas difficile parce que je nivèle par le bas. « Pour la compagnie ou pour l'endroit ?» Je glisse en le regardant, un air paisible installé sur mon minois tout en le contemplant. J'ai cru comprendre qu'il avait partagé sa chambre avec Nicholas. Sympa l'expérience ? « C'était une nuit réparatrice, et toi ? » Je lui cède avant de relancer la balle avant de tenter de boire une nouvelle gorgée du liquide blindé de caféine. Il m'interroge sur notre nouvel espace de vie. Je pousse un léger sifflement qui veut tout dire. « Immense » Je glisse. Y a une opulence qui m'est trop étrangère, je me sens encore pas à ma place.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1171
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
a process so familiar (dimanche, 9h45) Empty
MessageSujet: Re: a process so familiar (dimanche, 9h45)   a process so familiar (dimanche, 9h45) EmptyMar 2 Avr - 2:58

Niels avait quitté Lula la veille au soir lorsqu'ils étaient chacun partis rejoindre leur chambre, et elle était ce matin l'une des premières personnes qu'il croisait depuis son réveil, à croire que le monde était encore plus petit ici qu'ailleurs. Et parce qu'il comptait prendre son café à table et pas sur le pouce comme ça pouvait parfois lui arriver à l'extérieur, c'est naturellement qu'il s'installa sur la chaise à coté de la sienne plutôt qu'à l'autre bout de la salle à manger. Hier soir ils avaient pu faire connaissance dans une atmosphère assez favorable et détendue, alors il supposait qu'il ne prenait pas beaucoup de risques en s'installant à ses cotés. La remarque de la brune étira sur ses lèvres un léger rictus, c'était une entrée en matière comme il risquait d'en avoir l'habitude par ici même s'il la soupçonnait de faire exprès de remettre son âge sur le tapis. Peut être pour vérifier si c'était le genre de choses qui savaient le mettre de mauvaise humeur au réveil ? Étrangement non, quand il n'était pas dans un bon jour ce n'était pas une allusion de ce genre qui faisait une grande différence, et ce matin il n'était pas spécialement ronchon puisqu'il avait son café. « En ce qui me concerne, le même depuis quinze ans. Un café bien noir, des tartines de confiture et un fruit ou un bretzel selon mon humeur. » Depuis qu'il vivait seul, c'était un repas qu'il avait malgré tout toujours plaisir à éterniser et depuis qu'il vivait plus près de son boulot et s'infligeait des horaires un peu moins rudes, c'était aussi plus simple de prendre un peu plus de temps au réveil. « Tu n'as jamais vu ton père ou ton oncle prendre son petit-déjeuner ? » Il demanda d'un ton légèrement taquin, peut être pour lui faire avouer qu'en fait elle avait surtout dit ça pour insister sur le fait qu'il était plus âgé, ou peut être pour en apprendre un peu plus à son sujet. « J'ai deux enfants, oui. » Il confia ensuite, toujours avec une certaine pudeur quand ça les concernait et qu'il ne connaissait pas encore véritablement son interlocutrice. Lula le comprendrait peut être grâce à sa réponse, il n'était pas vraiment le genre de père à sortir des photos de ses enfants de son porte-feuille dès qu'il les évoquait. Il avait sa façon bien à lui d'en parler, parce qu'il avait sa façon bien à lui de dissocier les choses. « Pour la chambre. J'avoue que je n'ai pas retenu le nom de ton colocataire, mais le mien, Nicholas, est plutôt facile à vivre. » La première nuit de cohabitation s'est plutôt bien passée et il n'avait pas de reproche à lui faire, à vrai dire leur discussion d'hier soir s'était même avérée intéressante. « C'était aussi une nuit plutôt bonne. » Réparatrice ou non, il n'en était pas encore tout à fait sûr parce qu'il lui faudrait voir à moyen terme, mais il avait l'habitude du décalage horaire et s'était levé sans trop de mal ce matin. Interrogeant Lula sur cet endroit et plus généralement leur nouveau cadre de vie, il hocha la tête et porta sa tasse à ses lèvres avant de la reposer. « Tu es française, c'est ça ? » Il lui semblait l'avoir entendu au début de son portrait, au moment où on les avait jetés de l'hélicoptère.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 435
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
a process so familiar (dimanche, 9h45) Empty
MessageSujet: Re: a process so familiar (dimanche, 9h45)   a process so familiar (dimanche, 9h45) EmptyJeu 4 Avr - 6:33

Je me sens d'humeur presque taquine ce matin, sans raison. Je me permets un peu avec Niels parce qu'il est celui que je "connais" le mieux et que ça passera toujours mieux que si je me mets à vanner un réel inconnu de si bon matin. Je l'écoute d'une oreille attentive, pas forcément emballée par sa réponse. De toute façon à question stupide, réponse stupide, j'en ai conscience. Il n'y avait que très peu de chance qu'il arrive à me faire rêver. « C'est très routinier » Je souligne un arquant un sourcil avant d'expulser un léger soupir. Mais je suis néanmoins ravie d'avoir levé le voile obscur sur ce mystère sans âge. « Routinier pour quelqu'un qui a d'ailleurs changé de métier » j'amuse de ce faux paradoxe. J'admire ceux qui arrive néanmoins à conserver une part de stabilité dans leur vie. Sa remarque a le mérite de me faire lever les prunelles de ma tasse de café pour les poser sur lui. Je cille. « Je n'ai pas de père et encore moins d'oncle » Je lui dis avec franchise, en haussant les épaules, sans l'envie de le mettre forcément mal à l'aise. Chez moi, c'est un film d'Almodovar : que des femmes excessives. Le reste ne m'a jamais intéressé. J'accueille pensive sa réponse avant de me contenter de lui offrir un doux sourire. Il enchaine déjà sur nos chambres. « Malcolm» Je balance afin de pallier à son ignorance. Très cool, ce Malcolm. « Ne t'attache pas trop, on risque de souvent changer » Je lui glisse. Je trouve ça pratique si on ne supporte pas son binôme de lit. « Mon accent est terrible » Je glisse lorsqu'il me demande si je suis française. Cela s'entend. On est bons pour le vin, la baguette mais les langues, je pense qu'on peut repasser. J'ai toujours eu cet espèce de complexe d'infériorité lorsque je m'exprime en anglais qui fait que je me complais dans la position de celle qui ne fait aucun effort. « Je suis moins classe que les vraies parisiennes» Je me sens obligée d'annoncer pour ne pas briser le mythe des françaises chics qui portent comme unique trace de maquillage leur beau rouge à lèvre. Je tends plus à être la parisienne à emmerdes, celle qui cumule les faux pas sans arriver à complètement les assumer. « Et toi ? Désolée je n'ai pas retenu» je l'interroge parce qu'habituellement je sais me montrer attentive mais j'étais plus captivée par la vue de l'hélico que ce genre de détail concernant mon ancien compagnon de soirée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1171
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
a process so familiar (dimanche, 9h45) Empty
MessageSujet: Re: a process so familiar (dimanche, 9h45)   a process so familiar (dimanche, 9h45) EmptyVen 5 Avr - 3:54

Niels savait que la question posée par Lula découlait surtout d'une envie de le taquiner au réveil, et sa réponse fut comme une manière de rentrer dans son jeu en la gratifiant de détails dont elle n'avait probablement que faire, comme le café qu'il buvait ou ce qui l'accompagnait en général. Ça ne présentait pas beaucoup d'intérêt à moins qu'elle ait prévu de lui apporter le petit-déjeuner au lit demain matin, et il ne parierait pas là-dessus. Elle avait cependant raison, rien n'avait vraiment changé dans la façon dont il petit-déjeunait mais c'était une autre histoire en ce qui concernait sa carrière et le fait qu'elle ait retenu ce détail lui fit étirer un léger sourire, tandis qu'il se redressa. « C'est parce que je me suis d'abord attaqué à ce qu'il y avait de plus urgent. » Il souffla d'un ton à demi-sérieux, comme s'il pouvait vraiment mettre au même niveau la perspective de changer un jour ses habitudes au réveil et le fait d'avoir plaqué son boulot des années en arrière et d'avoir changé de voie. Cela dit, ce n'était pas exagéré de parler d'urgence et il y avait probablement toute une part de lui qui s'attachait à certains détails de son quotidien parce qu'ils constituaient une forme de stabilité dans une existence parfois encore un peu chancelante. Sa prochaine question incita Lula à faire un aveu qu'il n'avait pas vraiment prévu, et qui dessina sur son visage une expression un peu plus grave et concernée. « Tu ne l'as pas connu ? » Son père. Parce que c'était ce détail qui l'intéressait en particulier, et parce qu'il avait le sentiment que ça pourrait contribuer à ce qu'il la découvre sur un plan un peu plus personnel. Il était père lui-même, et c'était probablement une casquette qui ici se confondait avec son rôle de thérapeute, si bien que même lui n'était plus exactement certain de savoir quelle part de lui s'intéressait le plus à la réponse qu'elle lui donnerait. Mais assurément les deux. Elle lui confia dormir avec Malcolm, et il hocha la tête. « Le courant passe bien ? » A l'entendre rien ne laissait penser que ce n'était pas le cas, mais il n'avait de son coté pas encore eu l'occasion de vraiment échanger avec le candidat, alors il en apprendrait ainsi peut être plus à son propos. Sa prochaine remarque dessina un rictus sur ses lèvres, l'attachement n'ayant jamais été au menu de cette semaine de cohabitation même si Nicholas n'était pas la pire colocataire qui soit, avant que Lula ne lui confirme être française. « Je serais incapable de reconnaître une vraie parisienne, mais hier j'ai trouvé que tu ressemblais à une gravure de mode. Non pas que je sache non plus exactement à quoi ça ressemble. » Il nota d'un ton un peu plus léger en repensant à la soirée de la veille et à la tenue plutôt élégante dans laquelle elle avait fait son entrée. Ce qu'il voulait dire, c'est qu'elle n'avait pas vraiment dénoté au milieu des autres candidates toutes très apprêtées, au point même qu'il s'était félicité d'avoir accepté de mettre une cravate. « Je vis à Munich. » Il souffla ensuite, en portant une nouvelle fois sa tasse à ses lèvres. « Ton vol n'a pas du être beaucoup plus long que le mien. Tu voyages souvent ? » A son âge c'était probablement difficile de résister à l'appel du large et il se souvenait que lui-même avait parcouru une partie du globe avant ses trente ans, le plus souvent par obligation mais jamais sans mettre tout à fait de coté le plaisir de l'évasion.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 435
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
a process so familiar (dimanche, 9h45) Empty
MessageSujet: Re: a process so familiar (dimanche, 9h45)   a process so familiar (dimanche, 9h45) EmptyDim 7 Avr - 6:31

J'esquisse un léger sourire. Pas faux. « Tu le regrettes jamais ?» Je l'interroge puisqu'on effleure du bout de nos mots son changement de vie. Ca lui arrive de temps en temps ? De construire de jolies hypothèses avec pleins de "si" ? Niels me pose une nouvelle question. J'ai bien envie de lui dire qu'il va trop loin simplement pour le mettre mal à l'aise un peu. J'expulse un léger soupir. Je me souviens aussi qu'il est ce qui se rapproche d'un thérapeute ? Je roule des billes, déjà agacée par cette déformation professionnelle, si cette dernière est avérée. « Je suis un enfant de seconde partie de vie » Je lui dis en haussant les épaules. Mes parents se sont rencontrés après leurs mariages respectifs, ils ont bien vécu avant ça. On m'a dit qu'il avait eu d'autres enfants avant moi. Plusieurs. « Ce qui fait que je n'ai pas pu le connaitre» Je me contente de dire. Il est mort avant ma naissance. Ce qui fait que je n'ai pas la sensation de manque. Je ne pose pas plus de questions que cela à ma mère, je compose avec simplement pour ne pas la replonger dans ses souvenirs et lui rappeler qu'elle n'a plus que moi maintenant. C'est sa mauvaise pioche à elle. Je me suis souvent demandée si c'était à cause de cela qu'elle était si difficile avec moi. Naitre sans amour, c'est naître sans peau, à vif. Sans protection, sans barrière. Tout ce que je sais, c'est que cela n'a pas été mon cas et c'est tout ce qui m'importe. J'ai cette certitude. Bref, voilà. Tout partait simplement de son âge à la base. Reparlons de la répartition des chambres, c'est plus général, moins intime. « C'est trop tôt pour l'affirmation avec une réelle conviction mais il a l'air d'être de bonne composition» Je souffle. Je ne le connais pas encore Malcolm. Je me dis qu'on s'est pas encore pris la tête et que c'est quand même bon signe, ça. En parallèle, je situe en interne Munich sur une carte. Ce n'est pas très loin non plus, ça va ! Je termine mon café tout en l'écoutant. « Seulement en compétition» Je déclare, parce que je n'ai pas de le choix que de bouger dans les pays ou les villes organisateurs. Sinon je m'entraine en France et je ne prends que très peu de vacances. « Je n'ai ni le budget ni le temps» Je balance, franche. Je n'ai pas aussi une situation personnelle qui me permet de voyage seule et tranquillement en toute sérénité. J'ai souvent eu des envies d'ailleurs sans pouvoir y céder réellement. « Et toi ?» Je lui renvoie la balle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1171
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
a process so familiar (dimanche, 9h45) Empty
MessageSujet: Re: a process so familiar (dimanche, 9h45)   a process so familiar (dimanche, 9h45) EmptyLun 8 Avr - 4:35

Lula avait donc retenu qu'il s'était reconverti professionnellement, et ce n'était pas tout à fait faux lorsque Niels disait avoir d'abord paré au plus pressé, parce qu'il ne se serait pas vu continuer de faire un boulot qui le frustrait. D'autres facteurs étaient entrés en compte et c'avait été loin d'être une décision facile alors qu'il avait mis des années de sa vie dans cette carrière, mais il hésita tout juste une seconde à la question posée par la candidate. « Non, pas la plupart du temps. » Est-ce qu'il lui arrivait parfois de se demander si ça avait vraiment été si raisonnable que ça de changer de voie à cette période sa vie ? Oui, et la plupart du temps il y avait toujours une petite partie de lui qui ne se prononçait pas totalement parce qu'elle savait quels efforts ça lui avait demandé, mais il savait que c'était la chose à faire pour reprendre goût au travail au moment où il avait précisément besoin d'y plonger tout entier. La conversation dévia rapidement sur l'absence paternelle qu'avait connue la jeune femme, et Niels avait conscience que ça faisait partie des choses dont elle n'avait peut être pas envie de parler au petit-déjeuner, mais il était comme ça, incapable de retenir une question quand elle lui venait et lui offrait la perspective de mieux cerner la personne en face de lui. Il l'écouta attentivement, comprenant que c'était une chose avec laquelle elle avait appris à vivre, ce qui ne voulait pas dire pour autant qu'elle n'avait pas d'importance pour elle qui s'était construite sur cette absence. « Ta mère et toi devez être proches. » Il souffla en retrouvant son regard, parce qu'il savait que dans ces cas-là la mère endossait le rôle des deux parents et cherchait généralement à combler un vide, développant un lien souvent fusionnel avec l'enfant qui prenait conscience de ses sacrifices. « Tu aurais aimé avoir des souvenirs de lui, ou est-ce que c'est plus simple de ne l'avoir jamais connu ? » Peut être, ou bien savoir ce qui lui manquait et rêver à quelque chose qu'elle n'avait pas eu sans savoir si ce vide se comblerait un jour restait une douleur endormie, qui ne transparaissait pas mais qui s'éprouvait en silence. Son instinct de père prenait ici un peu le pas sur sa curiosité de thérapeute, mais il pesait chaque mot comme il l'aurait fait à l'extérieur. Lula laissa ensuite entendre que la cohabitation avec Malcolm se passait bien, et il hocha la tête. « J'ai entendu que vous étiez aussi dans la même équipe, ce qui fait de nous des adversaires. Comme tu voulais. » Ses lèvres étirèrent un sourire un peu plus joueur, repensant au moment où elle avait évoqué son binôme d'entrée comme un futur rival. Il l'était effectivement devenu, au même titre sans doute que la plupart des candidats qui avaient fait leur entrée ensemble et avaient été répartis dans les différentes équipes. Son propre camarade de chambre faisait aussi partie de la sienne, et ça n'était pas déplaisant d'avoir un repère supplémentaire. Confiant venir de Munich, Niels apprit que Lula ne voyageait pas très souvent et se souvint d'un détail de son profil. « C'est vrai que tu es athlète, ici ça doit te paraître reposant comparé au rythme que ça doit imposer. » C'est ce qu'il croyait deviner quand elle disait manquer de temps pour voyager sous le coup d'une envie et non pas parce que c'était ce que son activité imposait. « Moi aussi, j'ai longtemps voyagé plus par nécessité que par envie. Aujourd'hui j'ai un peu plus de temps et moins de contraintes, mais c'est différent. » A l'époque, les vacances et les voyages étaient surtout l'occasion de se retrouver avec sa famille et ses enfants, depuis son divorce il pouvait partir en solitaire mais ça ne lui laissait pas le même goût quand il rentrait chez lui. « Qu'est-ce que tu imaginais quand tu disais t'attendre à un cadre surréaliste ? » Il reprit d'un ton pensif, toujours en se remémorant les réponses diffusées hier soir, et parce que ça l'intéressait de savoir si c'était finalement très différent de ce qu'elle imaginait.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 435
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
a process so familiar (dimanche, 9h45) Empty
MessageSujet: Re: a process so familiar (dimanche, 9h45)   a process so familiar (dimanche, 9h45) EmptyMar 9 Avr - 6:07

Il n'est pas catégorique, Niels n'a pas cette espèce de fierté mal placée de celui qui n'a pas le droit de douter du changement de direction de sa vie. « Et tu te dis quoi, le reste du temps, lorsqu'il t'arrive de douter ? » Je le questionne en le regardant. En attendant, il en déduit que je dois être proche de ma mère. Je l'imagine entrain de regarder cette scène et ça me fait marrer. « Non, pas forcément » Je lui avoue en redressant mon minois dans sa direction. Proche n'est pas le mot. On fait surtout que se croiser dans nos vies. « Mais on sait l'être lorsque la situation l'exige » Je glisse parce que c'est vrai. Nos appels à l'aide ne reste jamais sans réponse, que ce soit de son côté ou du mien. En général on s'assied sur le tapis de sa chambre pour monter un plan de bataille ou consoler maladroitement l'autre lorsque les maux sont plus profonds. Il insiste sur le sujet de mon paternel et ça commence un peu à me tendre à la longue. Mes ongles à moitié rongés tapotent nerveusement la table, comme un signe annonciateur de mauvaises nouvelles. « J'en sais rien franchement » Je balance de voix claire. Je ne sais pas parce que je n'y ai jamais pensé et que l'on ne m'a jamais obligé à le faire. J'ai aucune envie de m'infliger ce genre de réflexion sachant que le résultat est le même: y a personne. Alors à quoi ça sert ? Franchement si je lui donne une réponse, elle va révolutionner le monde ? Je ne pense pas. J'aimerai bien que Niels ait l'intelligence sociale de comprendre cela de lui même d'ailleurs. « Et c'est une question peut être trop personnelle à ne pas poser à quelqu'un que tu connais depuis moins de 24h je pense » surtout lorsqu'elle vient de te dire qu'elle n'a pas de père. Normalement on ne s'attarde pas sur de tels sujets, je préfère les regards fuyants plutôt que les questions inquisitrices de Niels. Parlons de Malcolm plutôt, c'est bien mieux ! Il revient encore sur cette histoire d'adversaire. Dis donc il faut vraiment faire attention ce qu'on dit avec Niels. « Vexé ? » Je taquine lorsqu'il fait encore référence à ma réponse lorsqu'il était question de notre binôme d'entrée au sein de l'aventure. « Ne t'attache pas trop à cette réponse, c'était à l'arrache ce questionnaire » Je me contente de lui répondre en souriant, tout simplement. Bon du coup il me parle du cadre. « J'ai connu que des endroits très urbains » Je souffle. « J'avais simplement envie d'être surprise, d'être émerveillée » Je lui explique. « Un lieu qui pourrait être tiré d'un conte presque » Je complète. « C'est dans quel endroit que tu te sens le mieux ? » Je lui demande dans une question complètement déconnectée du reste. On s'en fout, si j'avais un réel fil rouge, ça se saurait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1171
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
a process so familiar (dimanche, 9h45) Empty
MessageSujet: Re: a process so familiar (dimanche, 9h45)   a process so familiar (dimanche, 9h45) EmptyMer 10 Avr - 11:08

C'est vrai, la plupart du temps Niels ne regrettait pas d'avoir entrepris ce changement de direction qui l'avait conduit à quitter une carrière pour ouvrir un cabinet de sophrologie à l'âge où la plupart des gens rêvaient de stabilité, parce qu'il savait à quel point ça lui avait été bénéfique et avait sonné une sorte d'évidence qu'il avait depuis sous les yeux à chaque fois qu'il allait travailler. Pourtant, il y avait parfois ces moments où le doute pouvait s’immiscer dans son esprit, même que l'espace d'un instant. « Que ce n'était peut être pas le meilleur moment. » Il avoua d'un ton pensif et qui donnait l'impression qu'une partie de lui s'était momentanément échappée de la conversation. En réalité, ce qu'il se disait c'est qu'il aurait du prendre cette décision plus tôt, que ça aurait été beaucoup plus simple et pour beaucoup de raisons, et qu'il se serait infligé moins de peine. C'est là que le regret pouvait parfois se cacher. Lula confia de son coté n'être pas forcément proche de sa mère et il releva son regard vers le sien. « Qui est-ce que tu considères comme proche de toi, alors ? » Ça l'intéressait de le savoir parce que pour beaucoup de gens la famille était le cercle où se tissaient des liens à la fois fusionnels et durables et où ses différents membres pouvaient avoir un même sentiment d'appartenance. Lula n'avait pas grandi dans un cadre familial tout à fait traditionnel alors peut être qu'elle avait trouvé ce qu'elle recherchait en dehors de son foyer. Il comprenait en tout cas que ce n'était pas le sujet le plus évident à évoquer pour elle, que parler de son père notamment ne lui était pas très confortable et ses questions non plus, et c'est dans des moments comme celui-ci qu'il comprenait que certains réflexes étaient plus difficiles à laisser derrière lui qu'il le pensait. « Je pose des questions bien plus personnelles à des personnes que je connais depuis moins d'une heure. » Il confia après être resté silencieux une seconde et d'un ton qui s'essayait peut être à un peu plus de légèreté pour que la tension s'apaise et que Lula comprenne qu'il ne cherchait pas à raviver des choses pénibles. « Je suis désolé. Oublie ce que j'ai dit. » C'était une question comme il lui en venait beaucoup et c'était visiblement trop personnel et intrusif, alors il n'allait pas insister ni prétendre qu'il n'avait jamais été poussé dans ses retranchements et qu'il ne savait pas ce que c'était. Reprenant une gorgée de café, il esquissa un sourire en coin et haussa les épaules lorsqu'elle le taquina sur cette histoire de questionnaire. « Rien qu'un peu. » Il plaisanta, parce que c'était aussi la raison pour laquelle il ramenait le sujet dans la conversation. Il ne lui tenait pas rigueur d'avoir dit qu'elle considérerait son binôme d'entrée comme un adversaire avant de le connaître ou si c'était toujours le cas. Il lui lança un regard un peu plus complice quand elle avoua avoir répondu sans trop de conviction, puis s'intéressa justement au cadre qu'elle avait imaginé en se projetant dans l'aventure. « Et tu l'as été ? » Surprise, parce que sans doute que peu d'entre eux s'attendaient à quelque chose d'aussi exotique en montant dans l'avion. « Un conte des mille et unes nuits, ça doit rentrer dans tes critères. » C'était un peu l'impression qu'il avait eu en découvrant le palace la veille au soir et c'est certainement ce qui rendait pour lui tout ça aussi dépaysant. Il se vit ensuite à son tour poser une question à laquelle il réfléchit une seconde ou deux. « A la montagne, en pleine nature. Je vis à deux heures des Alpes Bavaroises et je m'y retire parfois quand j'ai besoin de me ressourcer après une semaine de boulot. » Il n'en avait pas toujours l'occasion mais il aimait profiter de ces paysages où il allait souvent quand il était plus jeune et où l'impression de solitude était différente d'en pleine ville. C'est souvent ce dont il avait besoin sans parvenir à tout à fait se l'avouer. « Où serais-tu en ce moment si tu n'étais pas ici ? » Il reprit en songeant que lui se serait probablement levé à la même heure que s'il avait du aller au boulot parce qu'il n'arrivait plus vraiment à traîner au lit depuis qu'il avait pris son appartement.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand t'es malade, ben après... Tu sens l'fauve ! 06/12 à 9h45.
» She seemed so familiar the day that I met her...
» Chambre 215, 9h45 (PV Edan)[Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: SALLE A MANGER-
Sauter vers: