Partagez
 

 a miracle, a mile away (mardi, 14h20)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 764
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 500£
AFFINITÉS:
a miracle, a mile away (mardi, 14h20) Empty
MessageSujet: a miracle, a mile away (mardi, 14h20)   a miracle, a mile away (mardi, 14h20) EmptyDim 31 Mar - 5:54

A MIRACLE, A MILE AWAY.
W / @Anaswara

Niels n'avait pas vraiment prévu de vêtements légers lorsqu'il avait bouclé sa valise avant son départ, et il avait rapidement compris au moment d'investir sa chambre le premier soir que ce qui la différenciait réellement des plus luxueuses et en faisait un endroit moins hospitalier était cette histoire de fenêtre qui ne s'ouvrait pas et qui pourrait rendre l'air moins respirable si les températures grimpaient dans les jours à venir. Il avait souvent voyagé au cours de sa vie et de sa carrière et pas toujours demeuré là où il avait grandi, mais c'était la première fois qu'il se sentait autant dépaysé quelque part et il ne pouvait pas s'empêcher de penser que le contexte et le fait de partager tout à coup son quotidien avec une vingtaine d'inconnus n'y était pas pour rien non plus dans cette impression. Ce n'était pas comme si c'était la première fois qu'il vivait en communauté – un mariage et une vie de famille l'avaient plutôt forgé à ce niveau-là – mais c'était définitivement la première fois qu'il vivait avec des personnes qui ne savaient presque rien de lui et dont il ne savait presque rien, ce qui n'était pas habituel pour le thérapeute qu'il était et qui avait l'habitude de tout savoir des patients qu'il recevait et qu'il tâchait d'aider. Ici il n'avait pas de dossier au nom de chaque candidat dans lequel il pouvait se plonger entre ses heures de travail et pour combler le vide de ses soirées, et il n'avait pas non plus de diplôme accroché au mur pour lui rappeler ce qu'il avait accompli en étant reparti de zéro et pourquoi il l'avait accompli. C'était tout nouveau, et la première fois qu'il goûtait à un statut qui n'avait rien à voir avec ceux qu'il avait porté par le passé et qui lui faisait à certains instants se demander à quel moment les choix qu'il avait fait avaient déterminé cette journée en particulier. Il avait eu comme souvent depuis son arrivée des envies de découvertes, et avait emprunté l'une des portes du palace pour rejoindre l'extérieur et le passage enchanté. Il ne savait pas vraiment à quoi tenait ce nom et ce qui s'y révélerait à lui, mais il savait qu'il n'était visiblement pas le seul à avoir décidé d'investir les lieux puisqu'une jeune femme s'y trouvait elle aussi. Elle se tenait contre l'un des murs comme si elle avait fait une pause dans sa promenade et il ne l'aurait probablement pas vue s'il était arrivé de l'autre coté, ce qui était peut être le signe qu'il ferait bien de s'arrêter aussi. « Tu te caches de quelqu'un ? » Il demanda au moment d'arriver à sa hauteur, la voix piquée par la curiosité maintenant qu'il reconnaissait la jeune femme qu'il avait vue vêtue d'un sari l'autre soir, dans un coin du stade que ses yeux avaient fatalement beaucoup observé. Ils n'avaient pas encore eu vraiment l'occasion d'échanger tous les deux sans la présence des autres candidats et peut être était-ce en partie parce que la candidate semblait plus réservée que les autres et possiblement moins à l'aise avec eux. « Niels. » Il confia au cas où elle en était au même point que lui avec les prénoms et les visages, songeant qu'on distinguait peut être moins un type comme lui d'un type avec une canne ou un bégaiement. « J'ai entendu dire que pour toi le voyage n'avait pas été aussi long que pour les autres. C'est une déception, ou bien un soulagement ? » Lui ne savait pas ce qu'il en aurait pensé à sa place mais probablement que ça ne lui aurait pas déplu de devoir partir un peu moins loin de chez lui. Cela étant dit, il était aussi venu pour le dépaysement et serait peut être resté sur sa fin si on l'avait conduit à une heure de chez lui, mais chacun était différent et elle lui donnait précisément cette impression.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1285
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 30
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 20.000£
AFFINITÉS:
a miracle, a mile away (mardi, 14h20) Empty
MessageSujet: Re: a miracle, a mile away (mardi, 14h20)   a miracle, a mile away (mardi, 14h20) EmptyDim 31 Mar - 12:00

Elle ne sait pas ce qu’elle fait là. Là, dans cette émission de télé-réalité. Qu’a-t-elle fait, qu’a-t-elle dit de particulier ? Qu’a-t-elle de particulier ? Les questions se trottent dans sa tête. Ses pas foulent le sol, et elle avance dans cette allure élégante et lente. Sa robe laisse apparaître d’infimes parties de sa peau dénudée. Elle offre à qui veut les voir ses bras et ses mollets dénudés. Ses bras ornés de quelques bracelets accompagnent sa foulée, quand elle s’arrête soudainement. Elle s’adosse contre le pan d’un des murs. Une pause et le temps lui paraît suspendu. Elle compte dans sa tête. Un, deux. Deux jours qu’on l’a lancée dans cette aventure. Elle n’était pas préparée à cela. Elle ne l’est toujours. Elle n’est pas préparée à devoir supporter le regard des autres. Les autres d’ici et d’ailleurs. Ceux avec qui elle doit cohabiter – oui, c’est bien cela le mot, co-habiter, habiter avec les autres…, littéralement  –, ceux avec qui elle devra composer. Leurs regards lui font peur, même si elle se réconforte dans l’idée que personne ne l’a remarqué. Elle se fond dans le décor, comme aucune autre ne le ferait. Avec son allure orientale, elle ne dénote pas dans ce tableau, elle en fait partie. Elle ouvre les yeux, lorsqu’une voix s’élève tout près d’elle. Elle ne parvient pas à reconnaître cette voix. Elle ne fait pas partie des quelques voix avec lesquelles elle pu échanger depuis dimanche soir. Son regard se pose sur le visage de cet homme. Ce dernier lui demande si elle se cache de quelqu’un. « Non », souffle-t-elle. De qui pourrait-elle se cacher ? De tout le monde, il est vrai. « Vous savez, je ne pense pas avoir besoin de me cacher… Je veux dire nul ne ferait attention à une femme comme moi », émet-elle. Elle rit. Elle préfère en rire. Elle préfère se conforter dans cette idée : on ne la remarque pas donc elle n’a pas besoin de se cacher. Son rire s’éteint peu à peu. Elle n’est pas douée pour les relations avec les autres. « Enchantée, Anaswara », répond-elle en retour, lui offrant un large et sincère sourire. Le premier depuis deux jours. « Ana, ça me convient ». Depuis dimanche soir, elle n’est plus Anaswara mais Ana. Il n’y a qu’à voir la maladresse avec laquelle Jesse avait articulé son prénom. Il s’appelle @Niels. Elle tente de s’imprimer dans son esprit ce prénom. Un timide sourire se dessine sur ses lèvres, à la remarque qui suit. « Dites-moi, rien ne peut vous échapper », scande-t-elle dans un petit rire. Effectivement, contrairement à ses camarades, le voyage n’avait été que d’une courte durée pour elle. Une chance, peut-être. Elle n’a pas à subir les conséquences d’un décalage horaire trop important. Si tout paraît inconnu pour ses camarades, tout lui paraît familier ici. « Ni l’un ni l’autre », qu’elle lui répond alors qu’il lui demande si cela est une déception ou un soulagement pour elle. « Mais ne pensez pas que j’ai un membre de ma famille dans la production pour avoir pu échapper au jet-lag », qu’elle émet sur un ton amusé. Elle rit, comme toujours quand elle est nerveuse. Il ne manquerait plus que cela… qu’on pense qu’elle ait un lien avec une quelconque personne de la production. C’est juste… le hasard, le destin, le fatum. « Vous avez fait bon voyage, dimanche soir et avant, tout de même? ». Les voyages, les vols, les trajets en avion, elle est habituée.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
'Sometimes I'm shy and I'm anxious
Sometimes I'm down on my knees
Sometimes I try to embrace all my insecurities
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 764
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 500£
AFFINITÉS:
a miracle, a mile away (mardi, 14h20) Empty
MessageSujet: Re: a miracle, a mile away (mardi, 14h20)   a miracle, a mile away (mardi, 14h20) EmptyDim 31 Mar - 20:28

Niels aurait pu poursuivre sa route lorsque son regard avait surpris la présence d'une candidate là où il ne comptait pas s'attarder au départ, mais sa curiosité fut piquée lorsqu'il se souvint l'avoir déjà détaillée samedi soir quand ils s'étaient retrouvés au centre du stade. Lorsqu'il avait compris qu'ils avaient été conduits à Abu Dhabi, il avait eu l'impression paradoxale qu'elle était peut être celle qui à première vue se fondrait le plus facilement dans la carte postale géante qui leur servait de paysage, mais aussi peut être celle qui paraissait la moins à sa place dans cet environnement où il était difficile d'occulter les caméras pour se concentrer uniquement sur la vue. Il avait rapidement noté chez elle un manque d'assurance qui l'avait particulièrement frappé parce que la plupart des candidats semblaient n'avoir aucun mal à composer avec tout ça, ou peut être parce que lui-même s'efforçait de prétendre que tout était plus facile que ça ne l'était en réalité. Il n'en avait rien montré sur le moment, mais ça lui avait demandé beaucoup d'efforts de prendre sur lui quand il s'était retrouvé au milieu de toutes ces personnes qui ne savaient rien à son sujet et avec qui il ne pourrait jamais complètement baisser sa garde. Ajouté à ça le fait qu'il soit entré aux cotés d'une jeune femme qui rêvait probablement d'une compagnie plus rafraîchissante pour ses débuts dans l'aventure, il avait été pris lui aussi l'espace d'un instant de l'envie de s'isoler pour recharger ses batteries. Sa camarade, elle, semblait penser qu'on ne pouvait pas lui prêter attention et cette remarque lui fit froncer doucement les sourcils. « J'ai fait attention à toi, pourtant, quand je suis arrivé. » Et peut être que s'il n'avait pas été d'humeur à discuter il aurait continué sa route en songeant qu'elle n'avait pas envie de compagnie, mais au lieu de ça il s'était arrêté à sa hauteur. « Tu vouvoies toujours les gens que tu rencontres, Ana ? » Il demanda en s'approchant un peu plus lorsqu'elle déclina à son tour son identité, ajoutant. « Ou simplement ceux qui sont plus vieux ? » Sa voix se teinta d'une pointe de taquinerie légèrement déguisée, parce qu'il avait forcément relevé ce détail et qu'il se permettait de lui poser la question précisément parce qu'il avait le sentiment que contrairement à d'autres sans doute, elle n'avait pas forcément fait attention à son âge comme à un détail qui avait plus d'importance qu'un autre. « J'écoute beaucoup ce qui se dit, c'est une sorte de déformation professionnelle je suppose. Je suis thérapeute. » Il précisa ensuite, réalisant que ça pouvait vouloir dire tout et son contraire mais songeant qu'il aurait l'occasion d'entrer dans les détails par la suite pour lui préciser que ce n'était pas forcément le genre de thérapies auxquelles on s'attendrait. Un sourire un peu plus joueur gagna ses lèvres lorsqu'elle lui assura qu'aucun membre de sa famille n'avait fait en sorte qu'un long voyage en avion lui soit épargné, prêt à la croire sur parole alors même qu'il ne la connaissait vraiment que depuis quelques minutes. « J'aurais plutôt parié sur un fiancé infiltré dans la production, mais je ne sais pas si ça compte comme de la famille. » Il n'était pas vraiment sérieux mais ça l'intéressait de voir comment elle réagirait, et peut être pourquoi pas de connaître son avis sur la question. Il avait été fiancé puis marié et pour lui ça avait vraiment fait une différence lorsqu'il avait prononcé ses vœux devant l'autel et devant toute sa famille, mais pour certains le mariage n'était pas si symbolique et ils n'y cédaient pas précisément pour cette raison. « Le voyage n'a pas non plus été aussi long pour moi que pour d'autres. Un peu moins de sept heures depuis Munich, j'ai connu pire et moins confortable lorsqu'à une époque je prenais beaucoup l'avion. » Lorsqu'il travaillait dans l'immobilier et qu'il supervisait certains chantiers parfois très loin de chez lui et du bureau. C'était une vie assez harassante. « Tu viens d'où, exactement ? » Dubaï, à ce qu'il avait entendu, mais il y avait une limite à ce dont il se contentait quand il avait aussi la possibilité de demander directement.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1285
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 30
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 20.000£
AFFINITÉS:
a miracle, a mile away (mardi, 14h20) Empty
MessageSujet: Re: a miracle, a mile away (mardi, 14h20)   a miracle, a mile away (mardi, 14h20) EmptyDim 31 Mar - 22:14

Elle ne fait pas de vague et dans ce tableau idyllique, elle se fondrait dans le décor qu’on ne la remarquerait même pas. Elle se conforte dans l’idée qu’on ne fait pas attention à elle. Elle baisse du regard à la remarque de son camarade. Il n’a pas tort. Son regard affronte celui de son interlocuteur, alors qu’elle décline son identité. Sa question l’étonne : est-ce qu’elle vouvoie toujours les gens qu’elle rencontre ? « Toujours », répond-elle, sans une once de réflexion. « Ou ça veut dire que tout le monde est plus vieux que moi », qu’elle réplique, lorsqu’il ajoute si elle choisit de vouvoyer seulement ceux qui sont plus vieux qu’elle. Etant donné qu’elle vouvoie tout le monde, alors, tout le monde est plus vieux qu’elle… or il est peu probable que du haut de ses trente ans qu’elle soit la plus jeune de cette saison. Elle fait partie des femmes les plus âgées de cette saison. Il semblerait que certains détails sur la vie de la jeune femme n’aient pas échappé à Niels. Ce n’est plus un secret, Anaswara vit aux Emirats Arabes Unis. Le voyage a été très court pour elle, contrairement aux autres candidats qui sont venus des quatre coins du monde. Il lui explique alors qu’il s’agit d’une déformation professionnelle. Elle prend un air soucieux. « Je dois faire attention à ce que je dis ? », qu’elle suppose à haute voix. Elle pense à voix haute. Cela n’était pas directement adressé à l’homme. Elle ne sait pas vraiment à quoi cela consistait d’être thérapeute. Autant quand elle dit être hôtesse de l’air, on peut facilement deviner à quoi consister son quotidien ; mais alors, celui d’un thérapeute… elle l’ignore. Par la suite, Anaswara précise qu’elle n’a pas de membre de sa famille au sein de la production pour bénéficier d’un tel privilège. Celui de ne pas avoir à subir la fatigue du décalage horaire, le dépaysement, la chaleur. Elle sourcille légèrement, en écoutant les paroles de l’homme. Il parle d’un fiancé. Elle dodeline doucement la tête, au fur et à mesure de la prise de parole de son interlocuteur, comme pour nier cette hypothèse. « Je peux vous rassurer il n’y a aucun fiancé. Que ce soit dans la production ou même ailleurs », qu’elle avoue. « Enfin je suppose qu’on peut compter ça comme de la famille. Dans le schéma, c’est celui avec qui une femme fonde sa famille. Mais je répète il n’y en a pas », qu’elle affirme, en hochant la tête, comme pour donner du poids à ses paroles. La famille d’Anaswara se compose d’une seule entité : elle-même. Le brun ne semble pas se plaindre de son voyage. Du moins, c’est qu’elle en déduit. « Munich. Allemagne », scande-t-elle, en se remémorant dans sa tête la carte des grandes villes qu’elle avait dû apprendre. « Vous voyagiez beaucoup ? Pour des raisons professionnelles ? ». Elle s’interroge. A moins qu’il n’ait seulement le goût du voyage, de la découverte de nouvelles terres. Quand Anaswara dit voyager beaucoup, passer beaucoup de temps dans un avion, c’est seulement professionnel… mais c’est aussi personnel. Après tout, elle aurait pu très bien choisir une toute autre trajectoire professionnelle. « Je viens de Dubaï », qu’elle répond. « Vous n’avez pas très bien entendu l’autre soir ? », qu’elle réplique sur un ton qui se veut taquin.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
'Sometimes I'm shy and I'm anxious
Sometimes I'm down on my knees
Sometimes I try to embrace all my insecurities
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 764
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 500£
AFFINITÉS:
a miracle, a mile away (mardi, 14h20) Empty
MessageSujet: Re: a miracle, a mile away (mardi, 14h20)   a miracle, a mile away (mardi, 14h20) EmptyLun 1 Avr - 21:22

Niels avait l'habitude que certaines personnes plus jeunes le vouvoient à l'extérieur et ce n'était pas une chose dont il faisait une maladie quand c'était dans le cadre un peu formel de ses consultations, mais ici il n'avait pas spécialement envie qu'on s'adresse à lui différemment à cause de son âge, aussi conscient soit-il que c'était lui qui au départ avait décidé de tenter sa chance dans une aventure qui intéressait plus les jeunes gens d'une vingtaine d'années que les hommes comme lui. Dans le cas d'Anaswara, il avait le sentiment que ça n'avait rien à voir avec le fait qu'il soit plus âgé mais ne pouvait pas en être tout à fait sûr pour autant, raison pour laquelle il ne fut pas mécontent de l'entendre. « Je préfère ça que le contraire. » Il admit sincèrement, parce qu'il n'avait pas forcément envie d'un traitement de faveur à ce niveau-là et que plutôt que de bien vivre le fait d'être vouvoyé ou de le voir comme une marque de respect, ça irritait souvent une petite partie de lui qui se plaisait à penser que l'âge n'avait que l'importance qu'on lui donnait. S'approchant, il reprit un peu plus bas. « Tu peux me tutoyer, je pense que ce sera plus simple et un peu moins formel si on doit se croiser tous les jours. » Et se redressa avant d'esquisser un fin sourire, comprenant bien que de sa part c'était quelque chose de naturel mais espérant que son autorisation suffirait à ce qu'elle se sente libre de laisser tomber ça avec lui. Peut être parce qu'elle semblait aussi un peu plus âgée que certains jeunes candidats et qu'il supposait qu'elle aussi préférait être tutoyée par ceux qui avaient quelques années de moins qu'elle. Niels confessa par la suite avoir tendance à beaucoup écouter ce qui se disait et reconnut que c'était probablement un genre de déformation professionnelle, liée au fait qu'il avait l'habitude de se faire le confident des autres mais aussi de tendre l'oreille pour percevoir les détails que ses patients ne partageaient pas spontanément avec lui ou espéraient rendre inaperçus. « Ce ne serait peut être pas un mauvais conseil, oui. » Il souffla d'un air un peu plus joueur, sans vraiment laisser paraître de signe qui l'aiderait à savoir s'il était parfaitement sérieux. Il cherchait toujours assez naturellement à ce que les autres se confient à lui mais c'était la première fois que c'était susceptible de représenter un intérêt stratégique, ainsi lui-même ne savait pas vraiment s'il espérait qu'elle finisse par lui en dire trop, mais c'était une possibilité. Comme lorsqu'il paria sur la présence d'un fiancé dans les rangs de la production principalement pour voir sa réaction et en apprit tout à coup autant sur sa situation sentimentale que sur son point de vue sur les fiançailles. « Pour moi le mariage est encore un peu plus symbolique, et pourtant je n'ai jamais été particulièrement croyant ou conservateur. Je voulais simplement que mes enfants portent mon nom. » Et construire un foyer sur quelque chose de solide, précisément parce qu'il ne s'était pas marié par convention ou parce que ça faisait meilleur genre dans son milieu. « J'ai été marié pendant treize ans. » Il ajouta, comme pour expliquer que ce soit un terrain sur lequel il pouvait avoir un avis assez tranché, omettant volontairement certains détails comme la façon dont ça s'était fini, parce que ce n'était pas forcément quelque chose qu'il aimait confier au premier abord. Il hocha la tête quand elle rebondit sur Munich, puis fourra ses mains dans les poches de sa veste. « J'étais promoteur immobilier, alors je supervisais parfois des chantiers à plusieurs heures d'avion de chez moi. Mais j'aurais aimé voyager plus par envie que par contrainte. » Et c'était probablement l'une des choses qui avaient fini par l'éloigner de sa carrière et par lui donner envie de changement quand les choses avaient commencé à devenir vraiment compliquées. Anaswara lui confirma venir de Dubai et ses lèvres s'étirèrent à nouveau. « J'ai sûrement été distrait. » Il laissa entendre en retrouvant son regard. « Tu travailles dans le tourisme ou ton intérêt pour les voyages vient d'ailleurs ? » Il l'imaginait bien faire un métier en rapport avec le voyage et le dépaysement, ou bien simplement avoir ce centre d'intérêt elle aussi.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1285
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 30
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 20.000£
AFFINITÉS:
a miracle, a mile away (mardi, 14h20) Empty
MessageSujet: Re: a miracle, a mile away (mardi, 14h20)   a miracle, a mile away (mardi, 14h20) EmptyMar 2 Avr - 17:52

Elle n’hésitera pas jamais à vouvoyer une personne. Elle sera plus hésitante et maladroite en tutoyant ses interlocuteurs. Nombreux de ses camarades lui ont fait la remarque à ce sujet, lui intimant de les tutoyer. Elle doit se formater à leur code langagier. Alors, oui, elle vouvoie toujours quand elle rencontre une personne, qu’importe son âge. Ce n’est pas une question d’âge, c’est une question de… elle ne saurait l’expliquer. Tout ces codes langagiers lui paraissent étrangers. Elle plaisante ensuite sur le fait que si elle vouvoyait ses interlocuteurs plus âgés qu’elle, tout le monde dans le palace serait plus âgé qu’elle… or, ce n’est pas le cas. Elle fait partie des femmes les plus âgées des candidates. Son attention est captée par la remarque de Niels. Il préfère que ce soit ça – le fait qu’elle vouvoie toujours – que le contraire – qu’elle vouvoie parce que son interlocuteur est plus âgé –. « Ce serait mal venu de ma part, franchement », souffle-t-elle. Elle lève doucement la tête, croisant le regard de Niels qui s’approche d’elle. Elle reste quelques instants interdite, alors qu’elle lui adresse quelques paroles. Elle peut le tutoyer, dit-il. Il lui fait remarquer notamment le fait qu’ils vont se croiser tous les jours. « Vous êtes certain ? », émet-elle. Certain qu’elle puisse le tutoyer. « Vous soyez… », elle s’interrompt brusquement avant de reprendre pour se corriger, « ….tu vois, c’est… plus naturel ». Elle s’efforce néanmoins à apprendre les codes de son camarade. Elle pousse un soupir. « Vous allez –tu vas–, elle se corrige, devoir me donner des gages à chaque fois que je n’y parviens pas », qu’elle déplore faussement sérieuse. Etrangement l’échange ne lui paraît plus naturel… mais rien n’est naturel pour la belle. Par la suite, son interlocuteur lui confia qu’il a tendance à écouter ce qu’il se dit autour de lui, une sorte de déformation professionnel. Anaswara devra très certainement faire attention à ce qu’elle pourrait dire à son interlocuteur, et à tous les autres habitants du palace, les jours à venir. Un sourire timide se peint sur ses lèvres, à la remarque de son camarade. « Je vais donc me taire », qu’elle conclut quand il lui fait remarquer que ce ne serait pas un mauvais conseil. Finalement, se taire, c’est peut-être dans cela qu’elle excelle le plus. La brune l’avertit que bien que son voyage a été de courte de durée, ce privilège n’est pas dû à la présence d’un membre de sa famille au sein de la production, encore moins d’un fiancé. Elle s’épanche rapidement sur ce sujet, évoquant qu’on puisse considérer un fiancé comme de la famille, puisque dans le schéma traditionnel des relations il est celui avec qui la femme fond de sa famille. Niels donne son avis à ce sujet : pour lui, le mariage est encore plus symbolique. Elle l’écoute d’une oreille attentive. « A quoi ressemble un mariage chez-vous ? ». Elle s’imagine que les occidentaux n’ont pas les mêmes traditions qu’elle. C’est purement culturel. Elle s’est rendue à l’évidence qu’ici elle ne partage aucun point commun culturel. « Chez-toi », qu’elle se corrige, dans un petit sourire, espérant qu’il n’y ait pas prêté attention. Niels est donc allemand, elle le déduit à la ville qu’il lui a cité. Ville qu’elle a tenté de resituer sur cette carte du monde mentale. Quant aux raisons de ses voyages, elle apprend qu’il a été promoteur immobilier. « Pourquoi avoir choisi de te reconvertir professionnellement ? », l’interroge-t-elle. Anaswara vient de Dubaï et elle ne manque pas de le taquiner en lui faisant remarquer qu’il n’écoutait pas tout. Il rejette à la faute à une certaine distraction. « Je travaille chez Emirates », qu’elle lui répond, son regard croisant le sien. « comme hôtesse de l’air », précise-t-elle. Elle plante l’ébène de son regard dans les siens, avant de reprend : « comment l’as-tu deviné ? ».

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
'Sometimes I'm shy and I'm anxious
Sometimes I'm down on my knees
Sometimes I try to embrace all my insecurities
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 764
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 500£
AFFINITÉS:
a miracle, a mile away (mardi, 14h20) Empty
MessageSujet: Re: a miracle, a mile away (mardi, 14h20)   a miracle, a mile away (mardi, 14h20) EmptyMer 3 Avr - 20:54

Bien sûr que Niels préférait l'entendre dire qu'elle ne le vouvoyait pas parce qu'il avait quelques années de plus qu'elle et que c'était comme une manière qu'elle avait trouvé de le souligner en douceur, mais qu'elle le faisait parce que c'était une habitude tenace qu'elle avait avec les personnes qu'elle rencontrait. Il le devinait rien qu'en l'entendant parler, c'était quelque chose d'inconscient mais qu'elle ne pouvait pas abandonner facilement parce que ça avait probablement toujours fait partie d'elle et de son éducation. « Ça m'aurait surtout désolé parce que tu fais partie de ceux avec qui je n'ai pas une aussi grande différence d'âge qu'avec certains. » Il énonça pour lui expliquer que ça l'aurait peut être atteint d'une autre manière que quelqu'un qui semblait aussi un peu plus âgée qu'une majorité de candidats place délibérément le vouvoiement entre eux. Il avait le sentiment que c'était plus de l'ordre du détail pour elle, et c'est pour ça qu'il ne voyait aucune raison de ne pas l'inviter à le tutoyer. Ce n'était pas seulement parce qu'il préférait laisser tomber les formules plus strictes, c'était aussi pour qu'elle se sente libre de faire une entorse à ses habitudes. Il comprit alors que ce ne serait pas évident ou assez naturel pour qu'elle prenne le pli immédiatement, et ça n'était pas étonnant quand quelque chose était très profondément ancré en nous. « Je suis certain. » Il lui assura, ajoutant. « Ça ne veut pas dire que ça doit se faire en une minute ou avant le temps imparti à cet échange. » Elle essayait de chasser le naturel mais sa proposition n'impliquait pas qu'elle doive y arriver du premier coup parce que se déshabituer à quelque chose prenait parfois du temps. « Je pourrais te prendre au mot. » Il reprit en sentant ses lèvres s'étirer légèrement, parce qu'il décelait un peu moins de sérieux dans cette proposition mais que n'importe qui pourrait être tenté de sauter sur l'occasion pour lui donner un gage. « Tu n'as pas d'amis proches avec qui tu as laissé tomber le vouvoiement ? C'est généralement ce qu'on utilise au début d'une relation avant d'avoir développé une proximité ou une intimité avec l'autre. » Et ça n'empêchait pas le fait qu'elle juge plus naturel de vouvoyer les personnes qu'elle rencontrait, simplement il se demandait dans quelle mesure elle pouvait avec le temps adopter des formules moins strictes avec les personnes qui n'étaient plus juste des connaissances ou des collègues, mais qui entraient dans son cercle intime. Anaswara conclut qu'il était peut être plus prudent de faire attention à ce qu'elle dirait en sa présence, ce qui n'était pas tout à fait vrai ou de façon systématique, mais pourrait s'avérer plus sûr s'il y avait des choses qu'elle ne voulait pas partager aussi tôt avec lui. Niels écoutait beaucoup et d'une manière qui lui permettait d'aller chercher les informations qu'on ne partageait pas toujours spontanément, et il était souvent considéré comme quelqu'un de secret parce qu'il préférait faire parler les autres que se livrer à eux. Il apprit qu'Anaswara n'avait ni fiancé ni membre de sa famille au sein de la production, et l'échange dévia assez vite sur le mariage, un sujet sur lequel Niels avait toujours beaucoup à dire alors que paradoxalement ça faisait des années que son alliance avait quitté son doigt. « La cérémonie ou la vie commune qui vient ensuite ? » Il demanda suite à sa question et parce que c'était deux subtilités et qu'il aurait peut être plus à dire sur l'une que sur l'autre. Et s'il avait noté qu'elle avait recommencé à le vouvoyer, il nota surtout qu'elle s'était corrigée. Quant à sa reconversion professionnelle. « J'étais las de ce boulot, psychologiquement épuisé et j'avais le sentiment de perdre mon temps. J'avais le choix entre continuer pour continuer, ou prendre un nouveau départ. » Et même si c'était un peu plus complexe que ça, la question ne s'était pas posée très longtemps avant qu'il n'arrive à une conclusion. Anaswara, elle, confia être hôtesse de l'air chez Emirates et si ça n'était pas exactement ce qu'il avait déduit, ça semblait lui correspondre. « Tu es la seule à m'avoir demandé si j'avais fait bon voyage, j'avais une chance sur deux pour que ce soit de l'intérêt ou juste une déformation professionnelle. » Il confia dans un fin rictus, quand c'était aussi en réalité la façon plus générale dont elle avait parlé de voyages. « C'est un métier qui doit exiger beaucoup de rigueur, je me trompe ? » Dans la façon de présenter mais aussi dans le contact avec les autres, et ça tendait à expliquer certaines choses.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1285
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 30
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 20.000£
AFFINITÉS:
a miracle, a mile away (mardi, 14h20) Empty
MessageSujet: Re: a miracle, a mile away (mardi, 14h20)   a miracle, a mile away (mardi, 14h20) EmptyMer 3 Avr - 22:13

Anaswara n’est pas du genre à prêter attention à l’âge de ses interlocuteurs – à tort, certainement ? –. Elle ne regarde pas l’âge de celui avec qui elle échange. Elle imagine que Niels doit avoir la trentaine, peut-être trente-cinq ans, trente-sept… elle se trompe peut-être. Elle n’a pas fait attention à ce détail – qui semblerait à attirer l’attention de plus d’un – et elle ne veut pas y faire attention. Elle accueille avec un sourire les nouvelles paroles de son camarade. Concernant le tutoiement qu’il lui impose, il est certain qu’elle puisse le faire. Il semblerait que le tutoiement soit quelque chose qui compte beaucoup pour la plupart des candidats qu’elle a pu croiser, l’intimant à les tutoyer. Elle opine de la tête, alors qu’elle lui fait quelque peu remarquer ses difficultés. Tout cela ne lui paraît pas naturel. Elle tente de plaisanter de la situation et de proposer au brun de lui attribuer un gager à chaque fois qu’elle serait tentée de le vouvoyer. Un discret sourire se peint sur les lèvres de la belle. Il pourrait la tenir aux mots. Elle prend alors la parole : « Vous aurez rapidement oublié cette affaire de gages et notre échange », et Anaswara aussi. Quand ils se quitteront, il aura oublié ce qu’il viendra de se passer dans ce passage enchanté. Un léger rire nerveux s’échappe de ses lèvres peintes d’un rouge mat. Son attention se repose sur le visage de l’homme qui se tient à ses côtés. La voix de ce dernier s’élève. Elle reste silencieuse, comme si elle comptait intérieurement ceux qui pourraient être considérés comme des amis proches. A-t-elle des amis proches avec qui elle a laissé tomber le vouvoiement ? « Non », qu’elle répond brièvement, après un laps de temps. Elle est interdite, comme tentant de cacher vainement cette animosité qui s’éveille en son for intérieur. Elle a un cercle restreint voire inexistant mais personne ne le sait vraiment. La normalité est d’avoir et d’entretenir son cercle relationnel. Mais elle n’entre pas dans cette normalité, malgré elle. La conversation entre les deux candidats s’enchaîne, ils évoquent le court voyage d’Anaswara jusqu’à parler furtivement de leur vie sentimentale. Elle n’a pas de fiancé. Il a été marié. Voilà ce qui les résume. « Les deux ? », réplique-t-elle, « ce qui compte le plus pour vous », émet-elle. La cérémonie ou la vie commune. De quoi préférerait-il lui parler ? Elle l’écoute, attentive. Elle apprend que Niels a été promoteur immobilier, avant de devenir thérapeute. Cette reconversion professionnel l’intrigue. Il lui explique avoir été las de ce travail, psychologiquement épuisé, tout en nourrissant ce sentiment de perdre son temps. Il mentionne un nouveau départ. « Vous ne regrettez pas cette décision ? », qu’elle lui demande, en parlant du fait d’avoir décidé de prendre un nouveau départ. Quant à elle, la vie professionnelle de la jeune femme est linéaire : elle est hôtesse de l’air chez Emirates. Un discret sourire étire ses lèvres, en entendant la réponse de son camarade quand elle lui demande comme il a deviné qu’elle travaille dans le tourisme. Elle est la seule à lui avoir demandé s’il a fait bon voyage. « Cela peut être un peu des deux... », souffle-t-elle. A la fois de l’intérêt et une déformation professionnelle. « Vous ne vous trompez pas », qu’elle répond quand il lui demande si cela est un métier qui doit exiger beaucoup de rigueur. Elle a appris à rigoureuse et exigeante avec elle-même, s’interdisant le moindre défaut. « Je ne peux rien vous cacher », qu’elle déplore, dans un rire qui trahit une certaine nervosité.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
'Sometimes I'm shy and I'm anxious
Sometimes I'm down on my knees
Sometimes I try to embrace all my insecurities
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 764
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10 500£
AFFINITÉS:
a miracle, a mile away (mardi, 14h20) Empty
MessageSujet: Re: a miracle, a mile away (mardi, 14h20)   a miracle, a mile away (mardi, 14h20) EmptyJeu 4 Avr - 5:20

Si quelqu'un savait que les habitudes avaient la vie dure et qu'il était rarement évident de s'en défaire, c'était Niels. Il avait traité beaucoup de cas qui touchaient de près ou de loin à ce phénomène qui pouvait faire qu'une personne ait tout le mal du monde à changer son comportement vis à vis d'elle-même ou des autres, et il lui serait déjà venu à l'idée d'accompagner Anaswara dans cette transition s'il n'avait pas des doutes sur ce qu'elle voulait. Peut être que cette distance inconsciente qu'elle plaçait entre elle et les autres lui convenait et représentait une sorte d'idéal à l'échelle de ses interactions. Et c'est parce qu'il savait que la plupart des gens dans ce cas attendaient qu'on les autorise à franchir cette barrière qu'il lui proposa de le tutoyer, avant de comprendre que ce ne serait définitivement pas si simple. Anaswara, elle, avait parlé de gages sans même vraiment savoir à qui elle avait à faire, ce qui aurait pu présenter certaines risques. « Ce n'est pas dans mes habitudes d'oublier ce genre de choses. » Il souffla dans un léger mouvement de tête, un peu désarçonné face à la certitude derrière sa remarque et tandis que la façon qu'elle avait de parler d'elle éveillait en lui un sentiment d'incompréhension mêlé à une empathie particulière. « Pourquoi tu sembles si sûre de ne pouvoir inspirer que de l'indifférence ? » Il la fixa tout en se faisant la réflexion que le défaut de confiance en elle qu'il avait décelé chez Anaswara dès qu'il l'avait vue était peut être encore un peu plus complexe. Il comprit par la suite qu'elle n'était pas très familière avec le concept de cercle intime et était soit peu entourée, soit peu désireuse d'entrer dans les détails pour le moment. Niels hocha ainsi la tête, jugeant pour l'instant préférable de ne pas revenir à la charge parce qu'il fallait trouver le bon compromis entre insistance et ménagement selon la personnalité à laquelle on avait à faire et que la sienne commençait à lui apparaître un peu plus clairement. Elle l'interrogea sur le mariage et parut désireuse d'entendre tout ce qu'il aurait à en dire, avant de lui laisser le choix. Il se conditionna une seconde, puis souffla. « La cérémonie peut être religieuse ou civile, la mienne a eu lieu à l’Église. On a échangé nos vœux, nos alliances et un baiser devant nos familles et nos amis avant de rejoindre le cortège jusqu'au lieu de réception. C'est finalement ce qui dure le plus longtemps, on y a fait un vin d'honneur avant le repas et on y a dansé. Beaucoup. » Et se remémorer cette journée lui procurait un sentiment déroutant, parce que ça lui semblait remonter à si longtemps et pourtant n'avoir eu lieu qu'hier. Un paradoxe encore assez douloureux. Il n'avait plus jamais autant dansé que ce soir-là, et aujourd'hui c'était comme tenir entre ses mains un souvenir fragile qu'il craignait d’ébrécher encore un peu plus. « Quant à notre vie commune, elle a été très épanouie jusqu'à un certain point. On a eu deux enfants et un divorce, le troisième ayant légèrement entaché nos vœux. » Sa gorge se serra et il se tourna de trois-quarts avant d'amorcer quelques pas sur la droite, sous le coup d'une envie de bouger pour s'aider à réprimer ce qui grondait en lui et le mettait tout à coup plus mal à l'aise. Il se tourna de nouveau vers elle lorsqu'il fut question de sa reconversion professionnelle, et Niels se surprit à garder le silence une seconde de trop. « Non, pas celle-ci. » Son travail avait représenté un certain réconfort pour lui à une époque et il l'avait aussi aidé à se réconcilier avec une partie de lui-même qu'il avait longtemps malmenée. Il aimait aider et mettre du sens là où il n'y en avait pas toujours eu. Anaswara lui révéla être hôtesse de l'air, un métier rattaché au voyage et qui pouvait expliquer qu'elle l'ait interrogé sur le sien quelques instants plus tôt, par intérêt ou déformation professionnelle, elle semblait dire que c'était l'un et l'autre et il esquissa un demi-sourire avant d'adopter un air plus pensif à sa prochaine remarque. « Mais je n'en sais toujours pas beaucoup plus sur toi. » A vrai dire, il aurait du dire qu'il avait surtout la déroutante impression d'être celui qui en avait dit le plus, ce qui n'était jamais ni très habituel ni particulièrement confortable pour quelqu'un comme lui. « Si ce n'est que tu n'as pas l'air d'être celle que la vie en communauté met la plus à l'aise. » Il ajouta un peu plus bas et comme une observation qu'il avait déjà muri un peu avant leur échange mais qui tendait progressivement à se confirmer.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1285
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 30
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 20.000£
AFFINITÉS:
a miracle, a mile away (mardi, 14h20) Empty
MessageSujet: Re: a miracle, a mile away (mardi, 14h20)   a miracle, a mile away (mardi, 14h20) EmptyJeu 4 Avr - 9:12

Elle est persuadée que lorsqu’ils se quitteront, Niels aura oublié cet échange et cette histoire de gages par la même occasion. Elle ne craint donc pas qu’il la tienne aux mots. Pourtant l’allemand semble lui assurer que ce n’est pas dans ses habitudes d’oublier ce genre de choses. Elle reste silencieuse, alors que la voix de son interlocuteur vient se déposer au creux de ses oreilles, quand son regard croise le sien. « Parce que c’est le schéma traditionnel », souffle-t-elle, brièvement. C’est ainsi que cela se passe. La même rengaine. Certains la trouveront peut-être trop fatalistes. Elle lui confesse par la suite ne pas avoir d’amis proches – ou très peu –. Elle n’a aucun cercle d’intimes. Dans les représentations des rapports humains, elle n’est qu’un point qui se fond parmi les multitudes de cercles relationnels. Ce n’est pas une volonté de la jeune femme de chercher exclusivement la solitude, de marcher seule sur les sillons de la vie. C’est bien plus compliqué que ce simple constat. Elle aimerait bien parfois pouvoir interagir normalement mais ses maladresses la rattrapent. Les rapports humains lui paraissent trop compliqués. Au cours de son échange avec Niels, elle apprend que ce dernier a été marié pendant treize ans à une femme. Désireuse d’en savoir plus, elle le questionne sur ce sujet – non pas sur sa femme mais sur le mariage –. Pendant que les premiers sons s’échappent de la bouche de l’allemand, elle s’adosse contre l’un des pans du passage enchanté, laissant ses paupières doucement se fermer. Elle écoute attentivement les paroles prononcées par son camarade et tente de se représenter le moment avec les quelques éléments qu’il daigne lui offrir sur ce moment particulier dans la vie d’une femme et d’un homme. Elle essaie vainement de se représenter la scène, une église, un homme, une femme, des quidams derrière eux. Elle se concentre sur les mots de Niels, toujours les yeux fermés. Elle rouvre les yeux quand il prononce le mot « divorce ». Son regard s’échoue sur le visage de l’homme, détaillant silencieusement les traits de ce visage qui se font et défont au fil de sa prise de parole. Elle a l’impression que ces derniers mots ne l’ont pas laissé indifférent et qu’il est animé par un sentiment qu’elle ne saurait nommé. Elle le devine à ce mouvement qu’il fait. Ils changent alors de sujet, évoquant le reconversion professionnel du brun. De promoteur immobilier, il est devenu thérapeute. Il y a un monde entre les deux, c’est du moins l’avis qu’Anaswara se fait. Il ne regrette pas cette décision, d’ailleurs, qu’il lui répond quand elle lui demande. Elle hoche doucement la tête. « Vous regrettez d’avoir quitté votre femme ? ». Niels semble avoir regretté une autre décision que celle de changer de métier – c’est ce qu’elle a cru comprendre dans ses paroles. Elle est piquée par cette once de curiosité qui lui est étrangère. Quant à sa situation professionnelle, ils parlent furtivement de sa profession. Elle est hôtesse de l’air chez Emirates, un métier qui demande une certaine rigueur comme l’a deviné son camarade. Elle en conclut qu’elle ne peut donc rien lui cacher. Elle ne sait pas si elle doit considérer celle comme une bonne ou une mauvaise chose de ne pouvoir rien cacher à quelqu’un. La partie rationnelle de son esprit lui dit de se méfier mais l’autre part lui dit que cela pourrait être une bonne chose pour elle. « Vous voulez marcher un peu ? », qu’elle lui demande, alors que cela fait déjà de longues minutes qu’ils sont coincés sous le passage enchanté. Elle l’invite à se promener avec elle mais peut-être déclinera-t-il sa proposition. Elle accueille avec un sourire la remarque de Niels qui déplore de ne pas en savoir beaucoup plus à son sujet. Il précise qu’il sait qu’elle n’est pas à l’aise avec la vie en communauté. « C’est vrai.. », qu’elle émet dans un son presque inaudible pour ceux qui souhaiteraient écouter leur échange. Elle tourne la tête en direction de son camarade, plongeant son regard dans le sien. « Qu’aimerais-tu savoir, Niels ? », articule-t-elle dans son anglais maladroit, lui offrant un sourire.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
'Sometimes I'm shy and I'm anxious
Sometimes I'm down on my knees
Sometimes I try to embrace all my insecurities
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Miracle ou tentative de zombification?
» BIG BANG THEORY - mardi 26 juin, 16h25
» [Mission] Entraînement Fructueux [with Mile]
» Hurry up now, I need a miracle (CELIA)
» Oeil Miracle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: PASSAGE ENCHANTÉ-
Sauter vers: