Partagez
 

 levés avec le coq - Kenza (Jeudi S1, 7h10)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Nicholas
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 304
AVATAR : sam claflin
ÂGE : 28
LOCALISATION : nyc.
MÉTIER : ex-flic, glandeur pro
ÉTAT D'ESPRIT : another day, another migraine.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10500£
AFFINITÉS:
levés avec le coq - Kenza (Jeudi S1, 7h10) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: levés avec le coq - Kenza (Jeudi S1, 7h10)   levés avec le coq - Kenza (Jeudi S1, 7h10) - Page 2 EmptyLun 8 Avr - 23:13

Franchement, la piaule que j’ai aujourd’hui, on aura beau lui avoir trouvé des défauts un peu chiants avec Niels… elle reste on ne peut plus correcte. On a vraiment pas à se plaindre dans la globalité, et rien que le fait de penser qu’aux yeux de la prod, c’est une des chambres les plus craignos, ça m’donne bien envie de rire. Mais tant mieux, dans le fond, parce que ça veut dire deux choses : premièrement, la seule et unique chambre qui a une classe inférieure à la nôtre doit aussi être quand même potable -vu que ça m’étonnerait quand même pas mal qu’on puisse passer de ce qu’on a a une cellule toute droite sortie des prisons du siècle dernier - et deuxièmement… de monter en grade risque bien de me faire pioncer dans un niveau de confort que j’aurais jamais pu toucher autrement que via l’émission. A moins de gagner au loto un jour, bien sûr, mais étant donné que je joue pas, ça risque d’être un peu difficile de ce côté là. Du coup c’est sûr, si j’me casse la gueule et dégringolle, je sais que ça va pas non plus être une semaine d’horreur, et en ça, c’est rassurant… mais je compte pas du tout dégringoler. Moi qui avait déjà dans l’idée de tenter du mieux que j’pouvais de grimper dans les échelons, ne serait-ce que par simple esprit de jeu, Kenza réussi à m’avoir avec sa micro-provocation. Il m’en fallait pas moins pour me donner envie de trouver un moyen de me surclasser, même si j’sais pas tellement comment fonctionne leur merde. Je pourrais prendre ça comme un défit, je m’en cache pas, et la demoiselle semble s’en amuser. Voilà même qu’elle y ajoute un principe de carotte et de baton, quand elle évoque quelque chose que je pourrais gagner en réussissant à finir dans la même chambre qu’elle. A la fois amusé et intrigué, j’arque un sourcil dans un sourire mutin « voyez-vous ça » je lâche, un peu du même ton. Un petit quelque chose, c’est assez vague, et ça se trouve, ça sera juste un bonbon au chocolat ou une connerie du genre, mais ça, encore, j’m’en tape. C’est pas tellement la récompense en elle même qui m'intéresse, mais plutôt le p’tit jeu de compétition qui s’cache derrière. « faisons ça, alors » je conclue en agrandissant mon sourire. « hâte de voir ce petit quelque chose » j’lâche ça dans un sourire assez insolent, parce que ouais, j’parle comme si c’était déjà dans la poche et que c’était déjà sûr que j’allais l’avoir, son p’tit truc. Après tout, elle a pas précisé si son défi avait une date de péremption -et même si elle cherchait à le faire maintenant, j’lui dirais que c’est trop tard. Du coup, au pire, même si c’est pas dès la semaine qui se prépare à arriver que j’arrive au but, j’aurais toujours le temps de gagner par la suite. ‘Fin bon. Avec tout ça, c’est à son tour de raconter une histoire sur elle, sauf que pas de bol -enfin, pour elle-, c’est un sujet qui, de près ou de loin, concerne son secret. Okay okay, j’hoche la tête doucement parce que j’comprends qu’elle puisse pas en parler, on aura vu plus malin, comme manière de partir d’ici, après tout. Mais parce qu’elle est apparemment généreuse, elle se tenait presque prête à me raconter une autre histoire importante de sa vie, quand elle s’arrête, puis qu’elle se rend compte un peu à haute voix que c’est quelque chose dont j’pourrais m’en taper, puisqu’il s’agit que de coeur brisés et compagnie. Mmh. J’suis pas d’accord. Toute histoire est bonne à prendre, si elle juge qu’elle est importante, après tout. Du coup, j’essaie du mieux possible de la rassurer sur le sujet des coeurs brisés, et, forcément, quand j’évoque le fait que tout le monde l’a déjà eu, elle fait vite le rapprochement avec moi. Mais, bon, j’ai pas de gêne à ce sujet, j’ai eu le temps de m’y faire et d’accepter le fait que j’me suis retrouvé à un moment de ma vie comme une grosse merde sans importance. Du coup, elle me demande si moi aussi, j’ai eu le coeur brisé. L’espace d’une seconde, t’as mon regard qui part dans l’vague, mais il revient vite sur elle quand j’réponds doucement dans un micro sourire « Oui, bien sûr » Finalement, et malgré le fait que j’acceptais de passer à autre chose si elle voulait pas me confier quelque chose comme ça - qui reste quand même assez privé - elle me raconte cette histoire. Je l’écoute attentivement, regard rivé sur elle. Un mariage organisé à cause de son nom, le choix fait entre plusieurs homme, une histoire de quatre ans, et une promesse de mariage finissant par un mensonge. J’hoche la tête, compréhensif. « Je vois. Tu sais pourquoi il l’a pas tenue ? » Bon, une raison, y’en a pas forcément, ça c’est sûr. Et surtout : tant bien même y’en a une, elle le lui a pas forcément été communiqué. Mais qui sait, peut-être que ce type aura pas été lâche jusqu’au bout, et lui aura au moins fournis un minimum d’information. Elle m’avoue que cette histoire a un peu enterrer la confiance qu’elle pouvait porter aux hommes, et je peux que la comprendre. « c’est compréhensible. » bon, après, y’a toujours l'histoire du faut pas mettre les hommes dans le même panier, mais je comprends que ça soit pas si simple. Parce que faire de nouveau confiance sur ce principe, c’est prendre des risques. Et quand on est blessé, c’est pas évident de vouloir en prendre des nouveaux. « Et ta famille t’a pas demandé de retrouver un potentiel mari, après ça ? » je lui demande, parce qu’elle avait l’air de sous entendre que non, mais en même temps, je doute que d’un seul coup, le mariage ait perdu de l’importance. J’sais pas si j’me goure complet ou pas, mais dans une histoire comme ça, j’aurais plutôt tendance à imaginer des parents se dépêchant de trouver un nouveau mari qui pourrait effacer l'événement, en quelques sortes. En tout cas, à défaut d’avoir pu se marier, elle a quand même réussi à se bâtir sa propre petite carrière, et ça, rien à dire dessus. « C’est bien » c’est même vraiment bien, d’avoir réussi un truc pareil. Parce qu’entre les études et le boulot en lui même, ça a pas du être facile tous les jours. « Ca te plait ? » j’ajoute ensuite, un regard sur elle. « L’argent, c’est important, mais il faut aussi faire c’qu’on aime. » quand j’dis ça, j’ai l’impression d’entendre mes vieux, mais… ils ont raison, ceux là. Faut jamais abandonner ce qu’on aime. D’ailleurs, voilà qu’elle me demande c’que moi je fais dans la vie. « J’étais flic à la NYPD. Lieutenant, pour le disctrict du Bronx et du Queens. » j’fais bien sûr exprès de parler au passé, parce qu’on se doute que c’est pas dans un état pareil que j’vais pouvoir continuer de jouer au gendarme et au voleur… « Je compte bien le redevenir. » j’ajoute, j’ajoute d’une voix assurée presque butée. Ouais, parce que même si j’sais que j’ai genre 2% de chances d’y arriver, j’m’en tape. J’veux pas d’une autre carrière.

_________________
keep on haunting me

ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Levée partielle de l’embargo contre la mangue haïtienne
» Combat avec boucliers de duels judiciaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: GRAND HALL-
Sauter vers: