Partagez
 

 blind, 16:45 fri. 01

Aller en bas 
AuteurMessage
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
blind, 16:45 fri. 01 Empty
MessageSujet: blind, 16:45 fri. 01   blind, 16:45 fri. 01 EmptyDim 31 Mar - 13:05

@jesse
Elle tient entre ses mains son carnet. Elle vogue dans les couloirs du rez-de-chaussé du palace en quête d’une distraction quelconque. Elle n’a jamais passé plus de cinq jours sans travailler. Tout cela à un petit côté atypique, pour elle. Certains sont peut-être habitués des jours sans travail. Ce n’est pas son cas. Elle pousse la porte du salon. Son regard se pose sur les différents meubles qui habillent la pièce. Il épouse les formes de chacun d’entre eux, avant que l’ébène de son regard ne s’attarde sur une silhouette qui lui paraît quelque peu familière. Elle s’approche, silencieuse. Il ne peut pas la voir. Elle contourne le dossier du canapé pour s’installer sur le même canapé que lui. Elle s’assoit à son opposé, marquant une distance entre eux. Elle pose son carnet sur ses jambes. Elle pivote légèrement en sa direction. Elle l’inspecte du regard, une fraction de seconde. « Tu es un menteur », scande-t-elle, d’une manière presque robotique. Elle n’a pas oublié les paroles qu’il lui a tenu dimanche soir. Des paroles qui n’étaient que du vent. Elle se souvient encore. Il lui avait dit qu’il était bien avec elle… il ne devait être bien avec elle que d’infimes minutes. Anaswara ne peut cacher ce qu’elle ressent à cet instant même. Tout son corps la trahit, ses doigts viennent caresser machinalement la couverture dorée de son carnet. « Pourquoi tu m’as dit que tu étais bien avec moi, l’autre soir, si ce n’est pas vrai ? ». Mensonge. Menteur. Elle donnerait raison aux paroles de Tonia, ce même soir. Néanmoins elle cherche à comprendre le jeune homme. Elle déteste ce voile d’hypocrisie qu’il étend devant elle. Tous ces artifices oratoires… pour quoi au juste ? Pour l’abandonner lâchement ? Etrange. Elle ne peut cacher ce cocktail d'émotions qui agite son palpitant.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 521
AVATAR : t. chalamet
ÂGE : 20
LOCALISATION : Canada
MÉTIER : étudiant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 29 500£
AFFINITÉS:
blind, 16:45 fri. 01 Empty
MessageSujet: Re: blind, 16:45 fri. 01   blind, 16:45 fri. 01 EmptyDim 31 Mar - 18:38

Jesse commence déjà à comprendre l’inconvénient d’un tel lieu. Ok non, il est super bien installé dans un putain de palace, il ne va pas se plaindre non plus. Mais en même temps avec autant de pièces plus grandes les unes que les autres, et des extérieurs immenses et bien, il peut vite se retrouver seul. Et il faut savoir que la solitude et bien, ce n’est pas tellement son truc à lui. C’est comme une fleur qui ne s’épanouit qu’avec du soleil, il lui faut des personnes gravitant autour de lui pour que sa personnalité se dévoile. Même s’il n’est pas parfait. Même s’il n’est pas le synonyme exacte de solaire ou quelque chose dans le genre. Alors quand il entre dans le salon vide et qu’il est seul, il est plutôt éteint le gamin. Il se contente de siroter un coca-cola à l’aide d’une paille. De marcher doucement dans ce salon, son regard accroché aux tableaux qu’orne le salon. Il regarde un peu partout. Ressent l’irrémissible envie de toucher. Ce qu’il fait évidemment. Et puis finalement il pose son cul sur les fauteuils. Rapidement il sent une présence à ses côtés. Il tourne la tête et quand ses yeux entrent en contact avec ceux, foncés, de la femme qui vient de pénétrer elle aussi dans le salon, il ne peut s’empêcher de se rapprocher d’elle. Anaswara. Celle avec qui il était entré en jeu. Il ne peut s’empêcher de se rapprocher d’elle, parce qu’elle a laissé un espace vide entre eux et qu’il trouve ça hyper malaisant. Comme s’il puait. Apparemment c’est un message qu’elle tentait déjà de lui envoyer, puisqu’elle rajoute autre chose. Que c’est un menteur. Oh un menteur ! Il ouvre de grand yeux surpris. Ne se gêne pas pour se poser vraiment juste à côté d’elle. Qui continue alors. Parce qu’en vrai on peut facilement lire l’incompréhension sur le visage de Jesse. Il comprend mieux alors il lâche un rire innocent. « Moi men-men-menteur ! Ca jamais ! » Qu’il commence, une expression amusé sur l’entièreté de son visage en plus d’un sourire si large qui s’étend d’une oreille à l’autre. « Je ne com-comprend pas bien pou-pourquoi tu me dis ça. Tu sais on ne se co-connait pas et pou-pourtant moi je t’aime bien dé-déjà ! » Qu’il enchaîne, essayant de capter l’attention quasi-permanente de la jeune femme et de son regard.

_________________
- La connerie, c'est la décontraction de l'intelligence !
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
blind, 16:45 fri. 01 Empty
MessageSujet: Re: blind, 16:45 fri. 01   blind, 16:45 fri. 01 EmptyDim 31 Mar - 21:37

Quand elle aperçoit Jesse, elle ne peut s’empêcher de marquer une distance entre eux. Plusieurs centimètres les séparent. Elle le dévisage, scandant quelques paroles. Il ment. Il semble surpris par ses mots. Elle lève les yeux en l’air. Il prétend ne pas très bien comprendre. Il est imbécile, en plus d’avoir des problèmes d’élocution ? Elle agite doucement le bras. « Attends, laisse-moi te redessiner la scène », qu’elle réplique. Elle aurait pu s’en amuser mais tout ça ne l’amuse pas. Ca a même tendance à l’irriter. Elle se moque à moitié de lui. Elle ouvre son carnet, s’armant d’un stylo noir. « Je te rassure, initialement, je n’avais pas prévu de faire ça ». Rien de tout cela est prémédité. Elle appuie la mine de son stylo contre le papier plan et dessine deux personnages en bâton dans un premier carré, elle agrémente son dessin d’un sourire sur le visage de ses deux personnages et d’une bulle avec la réplique de Jesse qu’il lui a tenu lors de leur entrée. Puis elle s’adonner à dessiner une deuxième vignette, cette fois, l’un des personnages est remplacé par une flèche et l’autre personnage a perdu son sourire, tentant de dessiner en mode émoji la déception. Pendant qu’elle gribouille sur le papier, la voix de Jesse s’élève de nouveau. Il dit bien l’aimer. Elle lève la tête et pose son attention sur son visage juvénile. Puis elle pointe du doigt la seconde vignette, « on fait ça à une personne à qui on dit maintenant qu’on l’aime bien ? », qu’elle l’interroge. « J’ai du mal à te croire », qu’elle souffle. Sur l’échelle de Richter de l’affinité d’Anaswara, il est passé de 10 à 0.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 521
AVATAR : t. chalamet
ÂGE : 20
LOCALISATION : Canada
MÉTIER : étudiant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 29 500£
AFFINITÉS:
blind, 16:45 fri. 01 Empty
MessageSujet: Re: blind, 16:45 fri. 01   blind, 16:45 fri. 01 EmptyLun 1 Avr - 11:55

Jesse n’aime pas la distance qu’impose sa camarade, alors il se bouge pour se poser à côté d’elle. Il est certainement con oui. Il ne percute pas franchement à l’instant quand elle le traite de menteur. Même que ce n’est pas vrai qu’il rajouterait bien, s’il voulait passer plus encore pour un gamin. Mais avec sa tête de puceau, ça lui va déjà bien assez. Elle veut lui dessiner la scène. Il lève un sourcil. « Je s-suis bè-bègue, pas dé-débile tu sais… Enfin s-si je le suis au-aussi mais je s-suis pas sou-sourd ! » Elle aurait pu simplement le lui expliquer avec des mots. Mais Jesse a compris depuis le début que la jeune femme n’est pas du genre très sûre d’elle. Timide ? Elle s’exécute alors et il se penche un peu. Rapprochant irrémédiablement sa tête de la sienne. « C’est p-pour quoi faire ton ca-carnet ? » Qu’il demande alors qu’elle ponctue son dessin d’un commentaire. Qu’elle ne comptait pas faire ça. Il comprend qu’elle parle de la soirée d’ouverture, de leur entrée en fait. Les deux petits personnages. C’est vrai qu’il est teubé en fait, puisqu’ils ne sont vraiment parlé qu’à cet instant. Mais tout ça ne lui dit pas pourquoi il serait menteur. Apparemment… « T-tu m’en veux pou-pour notre entrée dans le j-jeu ? » Qu’il lui demande en posant ses prunelles sur elle. Il n’arrive pas bien à cerné s’il est vraiment sérieuse, ou si elle se prend au jeu. Lui prend tout ça comme tel. Il se jette alors à genoux devant elle. « An-Ana-Ana… » Il fait une pause. Son prénom lui est trop compliqué à sortir en une seule fois. Alors son visage se crispe sous la difficulté. Sa bouche est ouverte, mais les sons peinent à sortir. Il détourne le visage un instant pour se sortir de ce bourbier, avant de revenir à elle. « Ana-Anaswa-ra… » Il tente de lui prendre délicatement la mains dans l’une des siennes alors que son autre se pose sur son cœur. « Je s-suis un jeune f-foufou et j’étais un p-peu trop en-enthousiaste que j’ai ré-réussi à t’a-abandonner… » Il prend un air contrit. « P-pardon ? Je l-le pensais… T-tu sais que tu vas a-avoir une place pa-pa-particulière dans mon c-cœur maintenant… »

_________________
- La connerie, c'est la décontraction de l'intelligence !
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
blind, 16:45 fri. 01 Empty
MessageSujet: Re: blind, 16:45 fri. 01   blind, 16:45 fri. 01 EmptyLun 1 Avr - 17:47

Elle a cette impression que le jeune homme enchaîne toutes les tares. Loin le portrait du prince charmant. Il ne sait pas parler, il est imbécile et beau parleur. Le portrait de l’homme qu’elle déteste. Face à l’incompréhension ou l’imbécilité de son interlocuteur, elle décide de lui redessiner la scène. La redessiner. Elle s’adapte au niveau intellectuel de son camarade. Elle ne relève pas la réflexion de son camarade, s’armant de son stylo et ouvrant son carnet. Il reconnaît tout de même être imbécile – enfin débile, dit-il –. Jesse est un imbécile. Elle reste concentrée sur son carnet, griffonnant des lignes ondulés dessus. Il la questionne alors sur son carnet. Elle lui répond alors qu’elle ne l’a initialement pas apporté avec elle pour cela. Jamais elle n’aurait prémédité recroiser le garçon. Comme si depuis samedi soir ils se fuyaient mutuellement. « De toute façon, je ne te le révélerai pas » et puis quoi encore ? L’usage de son carnet ne regarde qu’elle. Elle n’a pas envie de partager cela avec un tel individu. Anaswara relève la tête, remarquant que Jesse empiète un peu petit son espace vital. Elle sent quelque chose s’animer en son for intérieur. Elle recule sa tête de quelques millimètres, pour briser cette proximité trop intime à son goût. C’est alors qu’elle lui présente son dessin. Elle ne peut pas être plus claire. « Oui », scande-t-elle. « Je n’aime pas le comportement que tu as eu » et qu’il adopte encore. Elle lui avoue franchement ce qu’elle pense. Elle n’aime pas son attitude et surtout celle qu’il a pu adopté avec elle samedi soir. Elle pose son carnet sur ses genoux et observe du coin de l’oeil son camarade qui… Non mais qu’est-il en train de faire ? Elle pose ses paumes sur les pages gribouillées de son carnet et observe le brun se… se mettre à ses genoux. Elle a envie de le repousser violemment mais elle en est incapable. Il tente d’articuler son diminutif. Il s’y reprends de nombreuses fois… pour finalement articuler son prénom. Anaswara. Elle reste quelques secondes interdites. Il est le seul, jusqu’à présent, qui l’a appelé ainsi. Pour tout le monde, elle n’est qu’Ana. Comme tous les autres. Comme si elle n’aurait jamais été Anaswara. Mais pour lui, elle est Anaswara. Finalement elle croise les bras contre sa poitrine. Dans le langage corporel, cela signifie le repliement sur soi. La brune fronce les sourcils alors qu’il vient lui prendre la main. Il lui explique qu’il est… foufou. Elle agite doucement la tête. « Je ne te pardonne pas », scande-t-elle. Il finit par lui dire qu’elle aura une place particulière dans son coeur à présent. « Ce sont encore de belles paroles ? », siffle-t-elle. « Je ne te crois pas ». Elle ne fait pas confiance à ce qu’il lui dit. « Prouve-le, alors ».

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 521
AVATAR : t. chalamet
ÂGE : 20
LOCALISATION : Canada
MÉTIER : étudiant


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 29 500£
AFFINITÉS:
blind, 16:45 fri. 01 Empty
MessageSujet: Re: blind, 16:45 fri. 01   blind, 16:45 fri. 01 EmptyMer 3 Avr - 0:40

Il la sent s’écarter de lui et forcément, ça le fait sourire amusé. Il l’a fait exprès de se rapprocher. Et le poisson ne mordra surtout pas. Alors grâce à son dessin sur son mystérieux carnet dont il ne saura rien, il comprend qu’elle lui en veut pour leur entrée. Il ne lui faut pas plus de cinq minutes pour comprendre pourquoi exactement. C’est vrai qu’il n’a pas forcément été du genre galant. Qu’il aurait pu s’occuper d’elle en lui proposant son bras et sa compagnie tout au loin de la soirée. Qu’ils auraient pu appréhender les autres candidats à deux, comme le ferait deux partenaires. C’est vrai qu’il aurait pu agir ainsi, mais ça aurait été trahir ce qui est au plus profond de lui. Rester calme et courtois, et galant, ce n’est juste pas lui. Et elle ne voudrait pas nous le changer quand même, le Jesse ? Quand bien même le jeu vient seulement de démarrer et que personne ne peut vraiment décrire le caractère du gamin. Mis à part le fait que ce soit réellement un gamin. « A-alors crois m-moi quand je t-te dis que je suis dé-désolé… » Qu’il souffle en la regardant tout simplement désolé. Avant de faire le con en se foutant à genou devant elle. Il veut mettre le paquet pour elle, pour lui dire qu’il est désolé. Il s’époumonerait autant qu’il le faut pour dire à quel point il est désolé, qu’il n’a pas voulu lui sembler ainsi et qu’elle est certainement la personne qui lui a fait la meilleure impression ici dans le jeu. Qu’elle est tellement belle et en même temps peu consciente de son pouvoir d’attraction. Bon il évite de dire qu’il n’a absolument rien retenu de son profil, autre que son prénom donc et son âge. Dix ans de différence, qu’importe. Ce n’est pas comme si elle avait déjà quarante ans comme l’autre vieux de la saison. Enfin ce n’est pas comme s’il voulait l’épouser non plus. Mais il veut marquer le coup alors il se donne tout le mal du monde pour dire son prénom. Un exercice d’une banalité pour n’importe qui, mais pas pour lui. Ca lui coûte de grimacer devant elle et donc se ridiculiser pour juste l’appeler par son prénom. Il espère que le geste adoucira le cœur de la belle, mais rien. Jesse se voit légèrement nargué d’un croisement de bras. Il tente une explication maladroite. La sentence est difficile à entendre. Il porte sa main une nouvelle fois à son cœur. Pas de pardon. Il ne dit rien. Parce qu’elle enchaine. Elle ne croit pas qu’elle aura une place dans son cœur. « T-t’es ma pa-partenaire d’entrée t-tout de mê-même alors je t-trouve que l’on de-devrait f-faire en sorte que ce s-soit un li-li-lien f-fort entre n-nous…. » Qu’il annonce, le souffle court à la fin de sa phrase. Il prend quelques secondes pour reprendre son souffle. « J-je sais p-pas… Oh t-tu me p-prend au dé-dé-dépourvu… » Qu’il répond quand elle lui demande de prouver son attachement. « Je s-suis un gr-gr-gros c-con ! A-aaaa-aah c’est f-fou quoi ! » Le désespoir se lit sur son visage. C’est qu’elle est trop forte lorsqu’il s’agit de ne pas croire quelqu’un. « S-si je p-pouvais je t-t ’organise une nou-nouvelle entrée i-ici. G-genre une f-fête où je ne te la-lâcherais pas d’une se-semelle… » Qu’il commence, sachant pertinemment dans quelle galère il allait se fourrer. « Mais t-tu vi-viendra pas te p-plaindre si je s-suis trop chi-chi-chiant pour t-toi ! » Qu’il ajoute en se marrant.

_________________
- La connerie, c'est la décontraction de l'intelligence !
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
blind, 16:45 fri. 01 Empty
MessageSujet: Re: blind, 16:45 fri. 01   blind, 16:45 fri. 01 EmptyMer 3 Avr - 18:49

Anaswara lui dit qu’elle n’a pas apprécié son comportement, samedi soir. Ses premières impressions dans l’hélicoptère se sont envolées, en une fraction de secondes. Envolé le garçon charmant. Il n’est pas charmant. Il ne l’a finalement peut-être jamais été. Elle roule des billes, à écouter les paroles du jeune homme. Il lui demande de le croire. « Je ne te fais pas confiance », qu’elle scande de son anglais maladroit. Elle ne le croit pas, elle ne lui fait pas confiance. Elle ne lui fait plus confiance. En un soir, il a dévalé tous les échelons sur l’échelle de Richter de son coeur pour se retrouver à terre. Il est difficile de gravir l’échelle, d’ailleurs. Elle guette la réaction de son camarade, qui a décidé d’en faire trop. En faire trop, c’est ce qui définirait très certainement le mieux le garçon. Il en fait trop et il le fait mal. Il fait tout pour qu’elle le déteste. Elle croise les bras, elle aurait envie de le repousser violent pour s’extirper de cette proximité trop étouffante pour elle. Le seul moyen qu’elle a trouvé pour se défendre est donc de croiser les bras. Elle prête faussement attention aux explications de Jesse. Elle ne lui pardonne pas. Il est de ceux qui savent jouer à merveille du violon pour charmer les belles. Elle en est certaine. Vous savez quoi ? Elle déteste ce type d’homme. Elle plante son regard dans le sien, en répétant qu’elle ne le croit pas. Elle est formelle. Il lui explique qu’elle est sa partenaire d’entrée et qu’ils devraient faire en sorte d’avoir un lien fort entre eux. « Tu as tout fait pour qu’il n’y ait pas de lien », qu’elle souffle. Jesse est bien convaincu de lui montrer le contraire… du moins, de le lui démontrer par les mots. Elle décide alors de lui prouver qu’elle aurait une place particulière dans son coeur, qu’ils auraient un lien fort. Elle reste silencieuse, notant les réactions de son camarade dans un coin de sa tête. Selon ses dires, elle le prendrait au dépourvu. Elle ne dit mot, elle arque un sourcil, alors qu’il se définit comme étant un gros con. Ce n’est pas elle qui le dit. C’est lui. Il est un gros con. Il propose alors de lui organiser une nouvelle entrée, une fête où il resterait continuellement à ses côtés. « Tu crois vraiment que ça suffira ? », qu’elle lui demande, alors qu’elle se lève pour s’installer juste en face de lui et de se défaire de la proximité avec son interlocuteur. Cela ne marche pas aussi facilement que cela. « Qui me dit qu’après ça tu passeras à autre chose ? » et oubliera ce soit disant lien fort entre eux. Elle plante son regard dans celui de son interlocuteur.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compagnie blindée le poing de GORK!
» Indigo - Anger and spite make us blind

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: SALON-
Sauter vers: