Partagez
 

 terre ☾ 31/03 vers 12h

Aller en bas 
AuteurMessage
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza En ligne

MESSAGES : 632
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 54 000£
AFFINITÉS:
terre ☾ 31/03 vers 12h Empty
MessageSujet: terre ☾ 31/03 vers 12h   terre ☾ 31/03 vers 12h EmptyDim 31 Mar - 15:40


ft. Bart

Pour un premier réveil, Kenza ne pouvait respecter son serment habituel de se réveiller tôt tellement elle en avait bavé, le soir. Entre la première virée à la plage et la rencontre au sommet avec sa nouvelle coloc, elle ne pouvait tout simplement pas se permettre de faire honneur à l’assiduité qui la caractérise, car ça aurait été mortel pour le reste de sa journée. Alors à titre d’exception, et surtout parce-que c’est le premier soir, elle s’autorise une petite grasse matinée compte tenu de l’heure à laquelle elle s’est endormie hier. Elle va le regretter, amèrement, mais pour l’instant, elle s’en fout. Parce-que pour les gens qui la connaissent, ça passe presque pour une anomalie tellement Kenza, c’est une grosse Cendrillon équipée d’une montre suisse à la base, réglée au minuteur pour dormir à minuit et se réveiller à sept heures trente tapante. Mais bon, elle allait rapidement retrouver son rythme habituel, la preuve en est sa facilité à s’adapter easy aux changements. Kenza, c’est une darwiniste pure et dure qui croit dur comme fer à la théorie de l’évolution. Pour elle, sa réussite dans cette émission dépend plus de sa faculté à s’adapter à ce nouvel environnement qu’au copinage sélectif de la première semaine. La théorie du social, elle chie dessus. Pourtant, c’est pas les bronzages à la piscine ou le bar qui vont la sauver des nominations, mais dans sa tête, elle bénéficie d’un bouclier anti-nomination pour deux semaines, tout au plus. Parce-que dans sa petite tête, elle s’imagine déjà être l’atout charme de la saison qu’on ne songera jamais à éliminer. Pas à ce stade là très précoce de l’aventure, nan. Même aux yeux de la production, elle commence à leur paraître vachement indispensable pour créer un énième drame télévisuelle. Alors elle s’en fait pas trop pour elle et accorde pas de grandes importances aux liens qu’elle pourrait se créer d’ici la fin de la semaine, tout simplement parce-que c’est loin d’être son premier souci. Ce qui l’importe, c’est elle. Son confort. Savoir si la greffe avec ce nouveau mode de vie va prendre ou non. Et c’est pour ça qu’elle investit toute son énergie à bien quadriller son espace vital, découvrir les lieux et tracer des habitudes ancrées qui lui faciliteront la vie. Kenza, c’est une grosse architecte qui passe son temps à construire à l’avance des journées types. C’est un peu comme le principe des meal prep. Tu prépares tous tes repas de la semaine à l’avance, pour que t’ais plus à t’en soucier après. Economie d’énergie et gain de temps. Et pour une première journée test, l’échantillon semble prendre petit à petit forme. Deux heures de préparation à la salle de bain, c’est le rituel. Kenza a une certaine image à préserver, alors sa routine perso,c’est du sacrée. Elle doit constamment être belle, sentir bon, et faire bander les gens. Alors avec son plateau entre les mains, elle longe toute la salle à manger exprès pour aromatiser la pièce de sa présence toute fraîche, à la recherche d’un endroit ou poser ses jolies petites fesses de déesse. Elle commet l’erreur de débutante de dévisager @bart un instant. Par réflexe. C’est con parce-que ça limite un peu sa liberté d’action. L’excuse du je t’ai pas vu ne marchera jamais vu qu’elle sait à présent qu’il sait qu’elle l’a vu. Du coup c’est un peu comme si elle se sentait obligée à présent de venir squatter la table avec lui. Mais dans un sens, elle le fait naturellement car ça l’arrange. Kenza aime bien jouer sur les apparences, alors si c’est pour donner l’impression aux autres qu’elle se fond très bien dans la masse, tant mieux. « Bonjour » avec la petite grimace amicale qui va avec. Rien de plus. Mais il s’en contentera pour le moment, et c'est déjà pas mal à ce stade.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 364
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
terre ☾ 31/03 vers 12h Empty
MessageSujet: Re: terre ☾ 31/03 vers 12h   terre ☾ 31/03 vers 12h EmptyLun 1 Avr - 16:36

Bart, il ne peut pas s’empêcher de se sentir stressé pour un oui ou pour un non. Tout ce qui touche à l’inconnu l’angoisse quelque peu et même les exercices de respiration qu’il s’est inventé pour faire face au monde extérieur, ils ne marchent pas les trois-quarts du temps. Il ne connait pas encore le palace. Il ne sait donc pas sur qui ou sur quoi il risque de tomber au détour d’un couloir, ce qui devient quelque peu anxiogène pour un inadapté dans son genre. Il est debout depuis un petit moment, mais il a quand même mis des plombes à dégoter le coin repas de la baraque. Il entre, son cœur bat à toute allure. C'est vide. Vide de personne. Tant mieux. Il se chope une assiette, de quoi grignoter et part s’installer. Puis, une gonzesse pénètre à son tour dans la pièce. Chez Kenza, il n’y a rien qui dépasse, alors que du côté de Bart, ce n’est pas tout à fait ça. Il a la gueule enfarinée de celui qui a mal dormi. Cheveux en pétard, cernes de dix pieds de long, on ne peut pas dire qu’il donne très envie. C’est pour ça qu’il est étonné de la voir dévier dans la salle à manger, afin de venir squatter sa table. Limite, il ressent même une pointe de fierté assez pathétique en constatant qu’elle préfère déjeuner en sa compagnie que seule dans son coin. Bart vit dans ce fantasme véhiculé par les teen-movies des années 90 que le monde se découpe en quelques grands groupes sociaux. Il y a le sportif populaire, le rat de bibliothèque, la princesse dont tout le monde mate le cul de déesse quand elle passe dans les couloirs du lycée… Et au milieu de tous ces groupes, il y aurait Bart. Le cul entre deux chaises, parce qu’il est bien trop une quiche en informatique pour s’épanouir au milieu des autres  nerds du bahut. Ces étiquettes très stéréotypées ne sont jamais aussi évidentes au cours du film que lors de la scène de la cafétéria, alors forcément il se pose quelques questions en voyant Kenza balancer toutes les conventions sociales pour s’installer en face de lui. Pour espérer partager ton déjeuner avec une telle reine de beauté, t’as plutôt intérêt à être sacrément charismatique ou sexy puisque les places au sommet sont précieuses. Bart, il n’est ni l’un, ni l’autre. Ça lui fait tout drôle de se retrouver en tête à tête avec une gonzesse de cet acabit. On ne va pas se mentir, Kenza elle a l’air vachement plus haut placé dans la chaîne alimentaire du genre humain qu’il ne l’est. Cette meuf, c’est clair qu’elle va le bouffer tout le cru. Alors là, ouais elle ne paye pas de mine à garder le nez vissé sur son assiette, mais on ne la lui fait pas à lui. Il attend le moment où face à la médiocrité de la conversation qu’il aura à lui offrir, elle fera mine qu’elle a finit de manger pour s’échapper de sa présence de grand introvertis incompris. Il lui sourit gentiment en guise de salutations, heureux, même s’ils ne trouvent rien à se dire. C’est une phase frustrante, mais qui a également son petit charme. Il ne s’est pas encore pris de bide monstrueux, foutant en l’air l’image qu’elle peut se faire de lui dans le silence. Pour le moment, Bart pourrait tout autant être un type normal, qu’un teubé marginal. « C’était sympa hier. » il finit par balancer au random après plusieurs minutes à garder chacun sa tête dans son assiette. Ouais, non, pas vraiment en réalité. Bart a eu mal au ventre toute la soirée et l’impression de faire tapisserie au milieu du couple marié. « T’étais plutôt discrète d'ailleurs. Je me suis demandé pendant un instant si t’était pas le fruit de mon imagination. » Putain, mais ta gueule Bart, t’as toujours pas compris que ce sont ce genre de petites phrases toutes bizarres qui te font passer pour le freak de service ? Son esprit à lui, il est bien trop poétique et alambiqué pour être saisit par le reste de la population. Il y a moyen que tout ce qui gagne avec cette petite révélation, c’est de la vexer. « Tu sais, comme s’il n’y avait que moi qui pouvait te voir. Parce que c’était un peu bizarre que ce soit le cas. » Quand tu vois Kenza, t’as du mal à t’empêcher de la regarder, c’est pour ça qu’il dit ça. Il était étonné d’avoir l’impression d’être le seul qui l’avait repérée. On ne peut pas dire que Pierpaolo avait l'air d’en avoir grand-chose à branler de sa partenaire d’entrée une fois avoir eu scanné la pièce à la recherche de femme. Quant à Judith, elle ne l’a même pas calculée, Kenza. C’est pour ça qu’il était confus, Bart. Il n’arrivait plus à piger qui était là et qui était quoi. Troubles.

_________________


Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza En ligne

MESSAGES : 632
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 54 000£
AFFINITÉS:
terre ☾ 31/03 vers 12h Empty
MessageSujet: Re: terre ☾ 31/03 vers 12h   terre ☾ 31/03 vers 12h EmptyMar 2 Avr - 16:45


Kenza, elle est un peu contrariée de ne pas s’installer là où elle aurait été plus à l’aise, mais elle ne dit rien. Elle ne s’en plaint pas, car après tout, c’est le prix à payer pour ne pas paraître désagréable. Alors elle s’installe avec sa grimace qui se veut chaleureuse, mais qui ne l’est malheureusement pas malgré tous les efforts du monde, et attaque silencieusement son assiette très ordonnée. Des œufs. Du bacon. Du muesli. Des noix et des fruits. Elle procède par groupe d’aliments. Les protéines en premier. Puis les lipides et ensuite les glucides. Elle ne mélange le tout que dans son estomac car elle est un peu compliquée, comme gonzesse. Et pas très nette dans son cône non plus. Le couteau avec lequel elle étale sa confiture n’est pas le même que celui du miel. ça n’a aucun sens, mais c’est comme ça. Elle lève par moment ses yeux de son assiette pour dévisager @bart. Elle ne sait pas trop quoi penser de lui. Ce qui est sûr par contre, c’est qu’elle l’a déjà rapidement catalogué dans la catégorie des types avec qui elle ne coucherait jamais. Pourquoi ? Ça aussi, elle en a aucune idée. Mais c’est un truc qui vient comme ça. Qu’on peut pas expliquer. Pourtant il ne lui a rien fait, il ne lui a rien dit, mais il y’a certains paramètres qu’elle ne peut pas contrôler parce-qu’elle  ne se voit pas du tout fréquenter un type de ce genre. Alors déjà, ça élimine un grand nombre de possibilités, et pas mal de sujets de conversations sur lesquelles elle aime s’étaler, mais ça va pas être possible avec lui. C’est très clair dans sa tête alors elle préfère rester silencieuse. De toute façon, elle n’a jamais grand-chose d’intéressant à dire, Kenza. Elle n’est pas très bavarde, toujours réservée et peu expressive, alors en plus, avec quelqu’un envers qui elle ne se sent foutre aucun effort, ça risque d’être le néant. Mais c’est pas une teubée pour autant. Enfin si, un peu, mais pas au point d’oublier qu’elle est quand même dans un jeu avec des personnes qui détiennent un certains pouvoir sur sa présence ici. Ce type, elle ne veut pas non plus faire comme s’il n’existait pas. C’est pas son genre en plus, alors elle attend et réfléchi à quelque chose à dire. Elle se retrouve vraiment à se casser la tête pour un con comme lui, et ça la surprend. Il la devance en brisant enfin le silence et sincèrement, ça la soulage. Ça l’arrange à un point inimaginable qu’il parle en premier, car ça lui permettra de répondre, ce qu’elle sait faire, contrairement au fait de produire. Sauf que bon, elle sait pas trop si il se fout de sa gueule, ou s’il est vraiment sérieux, alors elle se connecte pas à sa connerie. « oui, trop » qu’elle souffle assez ironiquement. C’était nul à chier. Elle s’est trouvé sacrément inutile, il l’a été aussi et la soirée a été un gros foutage de gueule pour ce qu’on lui avait vendu auparavant. Elle était gravement déçue, mais ça, elle ne le dira que si on lui demandait son avis de merde. Elle arque un sourcil et relève les yeux vers lui. Elle sait pas trop quoi penser de ce qu’il lui sort, là, tout simplement parce-qu’elle ne comprend pas assez. Ou pas correctement. Kenza, elle s’est toujours sentie débile avec des types comme lui, à pas saisir ce qu’ils se racontaient entre eux. Un peu comme s’ils parlaient une autre langue élfique et venaient d’un monde qu’elle ne connaissait pas. Discrète, elle l'est. Voir même extrêmement introvertie contrairement à ce que peut véhiculer son apparence, mais le reste, elle pige que dalle. « j’ai pas compris » elle arrête de manger et dépose sa fourchette sur la table. « tu veux dire que je suis pas réelle ? » ou qu’elle est quasi futile et insignifiante ? Kenza, elle sait vraiment pas si elle doit se sentir flattée ou au contraire, insultée. Elle sait pas, alors ça la fragilise un quart de seconde car elle ne sait pas comment le prendre. Ce qu’elle comprend pas par dessus tout, c’est comment il peut avoir l'audace et le culot de prétendre avoir été le seul à la remarquer, alors que ça se voit qu’elle a crevé l’écran, qu’on l’a remarqué mais qu’on lui a pas donné toute l’attention qu’elle méritait. Nuance.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 364
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
terre ☾ 31/03 vers 12h Empty
MessageSujet: Re: terre ☾ 31/03 vers 12h   terre ☾ 31/03 vers 12h EmptyJeu 4 Avr - 3:32

Ça le fascine cette manière qu’elle a de manger chaque aliment l’un après l’autre. Lui au niveau de son plateau, c’est le bordel complet. Il y a un peu de tout. Du sucré, du salé, ça n’a pas l’air de répondre à une quelconque forme de régime. Par contre du côté de Kenza, on dirait presque qu’elle s’apprête à faire une lessive, tant tout semble trié préventivement par couleurs et textures. Ils mangent tous les deux silencieusement, alors forcément, il y a quelque chose de presque pesant, voir malaisant. Bart, il a peur de l’ennuyer ou de passer pour un teubé. C’est pour ça qu’il finit par ouvrir sa gueule, même s’il aurait peut-être mieux fait de s’abstenir. Il sent bien que du côté de la candidate, ses petites remarques n’ont pas l’air de passer tranquille. Elle n’a pas compris. Il irait bien lui dire de laisser tomber, parce que ce n’est pas intéressant, mais Kenza a planté son regard dans sa direction, attendant manifestement une réponse de sa part à la question qu’elle vient de lui poser. Elle a reposé sa fourchette sur la table pour l’observer, ça déconne plus du tout. Bart, quand il lui demande si elle est réelle, il est hyper premier degré. Il n’utilise pas le mot pour jauger de l’authenticité de la candidate. Il s’en fout un peu de savoir si elle est naturelle ou si elle travesti sa personnalité pour une quelconque raison. Lui, il parle de quelque chose de plus profond. Est-ce qu’elle existe ou est qu’elle n’est qu’une créature chimérique tout droit sortie de son imagination fertile ? « J’sais pas trop. C’est le genre de choses qu’on peut se demander. Par essence, ce qui est beau l’est parce qu’il fait partie d’un ensemble irréel et hors de notre portée. Donc pourquoi ce qui est beau viendrait co-exister dans le même endroit que moi ? » il déballe dans un mood philosophico-déprimant qui lui correspond assez bien. Kenza, elle n’a pas dû capter un mot de ce qu’il vient de lui sortir, tellement en interne il est perché. Le mec, il se fait vraiment des nœuds au cerveau pour rien du tout. Ça aurait été sûrement plus simple de tout simplement lui avouer qu’il la trouvait jolie. Le truc avec Bart, c’est qu’il a toujours été timide avec les filles. L’alcool aide au besoin, mais pas sûr que sortir sa flasque au milieu du petit-déjeuner soit du meilleur effet. Alors à la place, faute d’avoir de la tchatche et de savoir si prendre, il raconte tout et n’importe quoi. « Maintenant, le simple fait que tu t’interroges sur le fait d’être réelle, prouve que tu l’es. Parce que je pense, donc je suis » C’est bon, t’inquiètes Kenza, après enquête t’es bel et bien là. La meuf n’a rien demandé, mais il lui fait un petit compte-rendu de l’état de son existence dans le monde tangible, après en avoir douté la veille. Le tout en citant du Descartes, sans la regarder, en même temps qu’il plante pensivement sa fourchette dans les morceaux de tomates disséminés dans son assiette. Le type a quand même quelques soucis. Ou alors il aurait mieux fait de s’infuser un peu moins de rediffusions de Matrix à la télévision au cours de sa vie. Bart, il souffre d’une tendance à la distorsion de la réalité. Il a beaucoup de mal à se faire à ce monde dans lequel il ne colle pas, alors il finit par s’inventer des trucs dans son coin. Parfois, il veut y croire tellement fort, que ça l’embrouille complet. « Ca ne t’est jamais arrivé d’avoir des formes d’hallucination ? » il l’interroge, comme si c’était elle qui était zarbi de n’avoir jamais vécu ce genre de phénomènes qui ne sont pas réels. Pourtant, il y en a de toutes sortes à expérimenter. Lui, ça lui arrive parfois. Ça ne veut pas forcément dire qu’il est fou ou psychotique. Quoique dans son cas, ça se discute. Son cerveau lui joue juste des tours et il a l’impression éphémère qu’on l’appel dans un mirage auditif, même lorsque ce n’est pas le cas. Ce n’est pas nécessairement dérangeant ou flippant. En revanche, c’est vrai que parfois ça le rend triste, parce que ça le renvoie à sa solitude chronique. C’est sûr que quand t’es tout le temps entouré ou en mouvement, ça réduit de manière clair et nette le risque de se laisser happer par des illusions. « En fait, je disais juste ça parce que c’était pas super cool de la part de Judith de ne pas te calculer. » il finit enfin par expliquer, l’air de ne pas avoir forcément apprécié la méthode. C’est assez ironique quand on prend en considération le propre comportement de Bart au sein de leur groupe un peu con-con de la veille. Du coup, maintenant il se sent un peu gêné et désolé de l’avoir lancée sur un des ces sujets tout ripou dont il a le secret. Comme si on en avait quelque chose à foutre de ce qui est réel ou de ce qui ne l’est pas.

_________________


Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza En ligne

MESSAGES : 632
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 54 000£
AFFINITÉS:
terre ☾ 31/03 vers 12h Empty
MessageSujet: Re: terre ☾ 31/03 vers 12h   terre ☾ 31/03 vers 12h EmptySam 6 Avr - 16:31


Ce type, elle le trouve vachement bizarre avec ses gros yeux globuleux à la scruter comme si c’était une extraterrestre qui ne vient pas de cette planète. D’une certaine façon, elle l’est. Et pas juste parce-qu’elle est d’une beauté surnaturelle où qu’elle ferait bander n’importe qui. Nan. Kenza, elle ne sait pas d’où elle vient mais elle sait au moins qu’elle ne vient pas d’ici, de la planète Terre sur laquelle ils cohabitent tous ensemble. Quand elle lève la tête vers l’espace, elle a toujours senti un petit quelque chose. Elle appelle ça la force de l’attraction. Comme si sa véritable étoile lui envoyait des ondes particulières à des années lumières d’ici pour la guider et l’orienter vers son vrai chez elle, là où elle appartient vraiment. Elle a toujours été en quête de son véritable environnement, Kenza, parce-que oui, quand tu la vois, elle a beau ressembler aux créatures de cet univers, elle n’est pas normale pour autant. La greffe a eu du mal à prendre tellement socialement, elle se sent pas à sa place. Ou plutôt pas à la place qu’elle mérite. Un peu dans le même délire de Clark Kent et son enveloppe humaine qui se fond très bien dans la masse. Du moins c’est comme ça qu’elle s’est toujours représentée : appartenant à une autre race, nettement plus supérieure et surtout, qui vient d’un autre écosystème. Sur cette planète, partout où elle y est allé, elle ne s’est pas trop sentie comme chez elle et pourtant, elle en a écumé des lieux. Elle a beaucoup voyagé, mais c’est toujours le même constat : le modèle terrestre, c’est vraiment pas son truc. Alors c’est pour ça qu’elle s’interroge et stoppe toute activité en parallèle en se focalisant sur lui. Elle n’a pas l’impression de piger complètement, alors elle demande des éclaircissements. Parce-que sa connerie, ça peut être décodé de différentes manières. Alors avant de plonger bêtement dans l’un de ses courants, elle temporise pour savoir ce qu’il insinuait vraiment. Elle oublie carrément son assiette pour se concentrer sur ce type. Non pas pour le mettre mal à l’aise, mais parce-qu’elle est vraiment intéressée par ce qu’il raconte quand bien même elle pige que dalle. Elle a pas réellement comprit le concept, elle a juste bien aimer ce que ça voulait dire dans l’ensemble. Elle a l’impression d’entendre ce qu’elle a toujours rêvé qu’on lui dise. Elle dépose ses coudes sur la table, happée par son baratin lyrique comme une petite teubée écervelée qui sait pas trop comment réagir. « Je ne sais pas quoi répondre face à ça » Elle laisse échapper un petit sourire gêné, avant de se ressaisir et reprendre le contrôle de l’intégralité de ses commandes. « je crois que c’est le truc le plus beau qu’on m’ait dit. Merci. » qu’elle note avec son ton clinique. A titre informatif seulement. Mais elle est charmée, contrairement à ce qu’elle renvoie. Il a réussi à piquer à vif sa curiosité. « Rappelle moi ton prénom déjà ? » Quand elle voit ce que lui a pondu comparé à la majorité qui n’arrête pas de lui balancer d’une manière peu originale à quel point elle est belle, elle révise un peu son jugement merdique de base pour lui rajouter quelques points. Il valide toujours pas le module, mais il finira avec les encouragements du jury à retenter l’année prochaine. Bart, il ne s’en rend certainement pas compte, mais il a quand même fait un sacré effort pour lui dire qu’elle est jolie d’une manière très poétique, et elle, comme tout prototype féminin qui se respecte, elle admire ça. Pour quelqu’un qui raffole de l’attention et des compliments, elle est comblée sur le coup, mais il nique le délire avec sa référence philosophique, parce-que mine de rien, elle avait bien aimé le fait de rester dans l’irréel et entendre des choses vachement plaisantes sur son physique. Mais ce con l’a fait redescendre brutalement sur terre. « oui merci de me rassurer sur ça » qu’elle balance en grimaçant. Comme si elle avait besoin d'un autre pour prouver son existentialisme. N’empêche, elle sait pas pourquoi mais elle se sent un peu conne avec lui, et c'est quelque chose qui la met très mal à l’aise. Le pauvre il y est pour rien, il fait que partager les idées chelous qu’il a dans son cône, mais c’est tellement différent de ce qu'elle est habituée à entendre qu’elle se sent pas au niveau. Intellectuellement surtout, alors ça la freine et ça l’empêche de s’exprimer de peur de balancer un truc trop nul. Elle a même envie de balancer un truc profond ou pas con juste pour imprimer un peu de sa présence dans la conversation, mais elle y arrive pas. C’est pas son truc alors elle ferme sa gueule plutôt, de crainte de ne balancer une bêtise, et reprend sa mastication contrôlée. Elle mange en silence tout en le dévisageant sérieusement du regard. « non je ne prends pas de drogues, désolé » qu’elle répond avec sa voix neutre et plate. Dans sa conception débile, elle associe tout ça aux drogues hallucinogènes et aux médicaments qu’elle ne prend pas. Pour quelqu’un d’aussi sérieux que Kenza, elle se tient très loin de tout ce monde parce-que bon, elle est trop soucieuse de rester dans le réel que l’irréel ne l’intéresse pas des masses en fin de compte. Elle relève la tête vers lui en laissant expirer un énième soupir, fatiguée à chaque fois qu’on lui remette le sujet de cette blondinette sur la table. « T’as pas à t’en faire. Je ne l’ai pas calculé non plus » qu’elle rétorque en haussant, avant de rajouter « Je la comprends » Kenza, elle trouve même que le comportement de la blonde a été très normal, et loin d’être surprenant. Elle aurait agi de la même façon histoire de protéger son territoire. Parce-que bon, c’est un comportement de meuf qu’il va jamais comprendre.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 364
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
terre ☾ 31/03 vers 12h Empty
MessageSujet: Re: terre ☾ 31/03 vers 12h   terre ☾ 31/03 vers 12h EmptyLun 8 Avr - 17:28

Quand il voit Kenza, il se dit qu’ils ne doivent pas vivre sur le même plan astral tous les deux, tant il se sent à des années lumières d’elle. En même temps, la meuf ressemble à une déesse, alors que lui, il se considère à peine comme un être humain un tant soit peu fonctionnel. Elle est tellement belle, qu’il se sent pousser des ailes au moment de lui parler. Bart souffre d’un tout nouveau genre de trouble méconnu par les professionnels de la santé, tout simplement parce qu’à sa connaissance, il en est l’unique malade. Une sorte de Tourette émotionnelle qui le pousse à se livrer et à raconter toutes ces conneries qui lui passent par la tête sans qu’il ne parvienne à s’en empêcher. Il bombarde son entourage de réflexions gênantes ou sentimentalement malaisantes, ne se rendant compte de ce qu’il vient de balancer qu’avec quelques secondes de retard. Il regrette déjà ses disgressions au sujet de Kenza, tout droit sorti des méandres de ses pensées. Il a peur de la vexer ou de passer pour le dernier des teubés, parce que ça lui arrive souvent de ne pas parvenir à se faire comprendre. Bart, il est en décalage complet avec le reste du monde et il lui manque le décodeur pour parvenir à créer les connexions. Il lui jette un petit coup d’œil intrigué lorsqu’elle lui dit qu’elle ne sait pas quoi répondre, surpris de constater qu’elle sourit. Il a un peut du mal à la croire quand elle lui dit qu’on ne lui a jamais dit quelque chose d’aussi beau. La nana doit avoir la mémoire qui flanche, parce que ça se voit que c’est une habituée des compliments. Lui, il la mate deux secondes et son esprit fertile est déjà prêt à aligner les alexandrins pour tenter pathétiquement d’attirer son attention. « Bart. Moi, c’est Bart. » il balbutie à moitié, gêné de n’avoir rien d’autre à lui donner qu’un prénom à la con. Surtout que là, il constate que même si elle fait partie des rares personnes avec lesquelles il a échangé la veille, elle n’a pas du tout emmagasiné comment il s’appelle. C’est vexant, sans non plus que ce soit totalement étonnant. Lui non plus il ne sait plus trop quoi dire. Il ne veut pas qu’elle pense qu’il lui adresse la parole uniquement parce qu’il la trouve jolie. Bart tombe très facilement sous le charme d’une fille, parce qu’il a la capacité émotionnelle d’une grosse peluche en manque d’amour. C’est un peu comme s’il se promenait, le cœur en bandoulière, extrêmement sensible à tout ce qui l’entoure. Mais ce qu’il vient de lui balancer, ça n’a rien à voir avec des paroles de baratineur cumulant les conquêtes. Déjà, il suffit de le regarder pour capter que ce type-là, il n’a rien d’un grand séducteur. Bart, c’est un romantique. Un poète qui croit aux conneries qu’il raconte. Il est sincère dans son lyrisme de bas-étage, ce qui a l’air de plaire à Kenza. Quoi que dans le fond, il n’est jamais sûr de rien. A peine a-t-il réussi -semble-t-il- à marquer des points, qu’elle en est déjà à grimacer à nouveau. Le moment de grâce est rompu. Bart est redevenu le type chelou qui commence à évoquer les phénomènes hallucinatoires dont il est parfois le sujet. Il fronce les sourcils quand elle commence à parler de drogues, parce qu’il ne comprend pas ce que ça vient foutre-là. « Moi non plus. » il murmure en se refocalisant sur son assiette avec sa tronche de perturbé de la life. C’est vrai qu’on ne dirait pas comme ça tellement Bart peut sembler perché, mais il ne touche à rien. Il n’a pas besoin de fumer des pétards pour être lent et deux de tens, ni d’aucune pilule pour se perdre dans une réalité qui ne lui parle pas et le fait chier. « Faut croire que mon organisme produit déjà naturellement ces substances psychotropes. » il plaisante sur ce qui s’apparente pourtant à une éventuelle forme de folie quand on essaye de poser un diagnostique sur ce qu’il vit. « J’entends la voix de ma mère parfois. Ça a commencé après sa mort, au bout milieu de la nuit ou sur le chemin de l’école. Il parait que c’est normal. » il tient tout de même à lui livrer avec son goût pour les confessions qu’on ne lui a pas commandées. Il ne sait pas pourquoi ça leur fait ça aux gens qui ont perdus un proche et qui ont du mal à se l’avouer. Il ne pige pas non plus pourquoi elle ne veut pas le laisser après toutes ces années. On commence à parler de deuil compliqué quand celui-ci s’étire particulièrement dans le temps et lui ça va faire plus de dix ans qu’il n’a pas digéré le décès précipité de sa maman. « J’sais pas, c’est zarbi votre truc. » il expire à propos du comportement de Judith et Kenza sur le prime. Lui de son côté, il pige que dalle au mode de fonctionnement de ces deux engins féminins qui ont fait mine qu’elles ne se voyaient même pas. Quand deux meufs se rencontrent, elles se jaugent pour déterminer laquelle est la plus jolie. La brune s’est manifestement vu coller le statut de menace potentielle suite à cette évaluation visuelle, mais ça aurait été sûrement plus intelligent stratégiquement parlant de faire comme si ce n’était pas le cas. « Tu penses que c’était délibéré de te faire entrer avec le seul mec maqué ? » C’est con comme question, bien sûr que la production a pensé chaque binôme d’entrée pour générer les connexions qui serviraient à l’émission. En revanche, Bart, il ne saisit pas vraiment quel était son rôle au milieu de tout ça. « En fait, j’ai pas pigé ce que je foutais à vos côtés. » Il faisait un peu tâche Bart, dans un doux mélange entre la plante verte et le bouche-trou inoffensif.

_________________


Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Kenza
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11216-knzhttp://www.throwndice.com/t11224-kenza En ligne

MESSAGES : 632
AVATAR : olivia culpo


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 54 000£
AFFINITÉS:
terre ☾ 31/03 vers 12h Empty
MessageSujet: Re: terre ☾ 31/03 vers 12h   terre ☾ 31/03 vers 12h EmptyVen 12 Avr - 17:25


Kenza, c’est une nana socialement très limitée et surtout pas très habituée à avoir le genre de conversation qu’elle a en ce moment avec Bart. Devant lui, malgré la confiance et la maîtrise dont elle fait preuve, elle est pas dans sa zone de confort parce-qu’elle ne sait vraiment pas quoi répondre quand les choses commencent à sortir un peu de son ordinaire à elle, limité aux coucou, cava, tranquille et toi qu’elle considère déjà comme de gros efforts de sociabilisation. Déjà qu’elle est en dessous des standards, alors là, avec son compliment philosophico lyrique complexe, il l’a clairement perdu et il est pas prêt de la retrouver car elle est loin du genre à faire un effort pour comprendre. Avec son cerveau elle peut se complaire de posséder la génétique d’une formidable machine à concevoir des plans, et les stratégies militaires girly les plus vicieuses, mais quand il s’agit de comprendre le sens exact de son baratin, il décide de partir en vacance ce con. Au pire, elle se dit que si elle passe pour une teubée devant lui, ce qu’elle est forcément, ça n’impactera en rien son estime de soi qui crève le plafond. Elle le fera passer pour le geek de service porteur d’une anomalie style trisomie 17 et c’est facile tellement en apparence, c’est lui le type bizarre, et pas elle. Mais le cerveau de Kenza, bien que très simplet quand il s’agit de générer des interactions, lui permet quand même grâce à un codage binaire de savoir si ce qu’elle a entendu était positif ou bien négatif. Et vu l’impression globale, elle a plutôt bien apprécié ce qu’elle a entendu. Au point qu’elle ne pense pas qu’on lui ait déjà sorti un truc aussi beau, ce qui logiquement attire son attention et toute sa curiosité. Bizarrement elle est finalement plus intéressée d’écouter ce qu’il a dire maintenant qu’il lui a bien donné un échantillon des petites merveilles qu’il pouvait produire grâce à imagination et sourit faiblement quand il se présente avec sa manière très maladroite et inconsciente qu’il a de faire. Il est mignon, ce Bart. C’est peut-être pas le type le plus sexy qui saurait la faire décoller avec un cunni, mais elle est sûre qu’avec sa langue il pourrait la faire jouir juste en lui racontant un poème « Enchantée, Bart » qu’elle répond avec son ton habituel, avant de retrouver son assiette. Kenza, elle a toujours des pré-jugements de merde. Celui qui concernait Bart n’a pas vraiment changé par rapport à l’original de la soirée d’hier, mais il vient de faire un bond de deux places dans son classement interne. Il peut au moins se targuer d’être mieux qu’un Jhoan qui lui a sorti un truc qu’il sortirait à n’importe quelle candidate ou un Pierpaolo qui lui, pire encore, ne lui a même pas donné de l’importance. Par contre il commence à déconner avec son histoire d’hallucinations, chose qui l’a fait un peu grimacer. Elle comprend pas pourquoi il commence à lui parler de substances psychotropes, mais Kenza elle est pas aussi débile pour piger après dix minutes passé avec ce taré qu’elle est un peu tombée sur l’intello bizarroïde de la saison qu’on accepte dans l’aventure histoire de diversifier un peu les profils. Une question de quota. Et surtout pour faire briller son ignorance et la rendre encore plus conne qu’elle ne parait de l’extérieur. Parce-que oui, c’est un peu à ça que sert ces types. Ils vont pas ken de la saison tellement ils sont peut-être nuls, mais il te les montre à la télé devant des bimbos pour remonter l’estime de ceux qui s’identifieront en Bart. Zéro discrimination. Sauf que Kenza, c’est loin d’être une débile écervelée parce-que quand elle sait pas répondre, ou qu’elle trouve rien à dire, eh bien elle ferme sa gueule. Son silence, ça lui a toujours donné une aura de gonzesse premium hyper classe alors elle se contente de le mater avec son regard percutant. Elle comprend néanmoins qu’il a envie de sympathiser, que c’est une plaisanterie alors elle fait semblant de rire et comprendre. « Tu es incroyable » qu’elle glisse histoire de mettre un terme à son joli fake rire commandé sur mesure pour l’occasion. Kenza, c’est pas quelqu’un de désagréable alors quand elle sent que l’autre veut la faire rire, elle rigole –l’espace de quelques secondes faut pas déconner non plus- juste pour lui faire plaisir et qu’il se sente pas plus nul qu’il ne l’est déjà. Par contre elle arque un sourcil parce-qu’elle pige pas trop pourquoi il commence à lui parler de sa mère décédée et des voix qu’il peut entendre dans sa tête. C’est gênant pour lui, mais surtout pour elle car elle se retrouve à ne pas savoir quelle réaction ou attitude avoir devant une telle confession. « toutes mes condoléances » elle sait vraiment pas pourquoi ce sujet là hyper casse gueule vient d’atterrir en pleine conversation. Ou comment ruiner un petit-déjeuner en trois phrases, écrit par Bart, édition la loose. « t’as songé à voir quelqu’un ? » qu’elle souffle l’air de communiquer une certaine sympathie et une compassion dont elle n’en éprouve pas une seule goutte. C’est pas qu’elle est indifférente à ce point, mais bon c’est pas non plus ce qui va l’empêcher de bien dormir ce soir. Les soucis des autres, elle s’en contrefiche un peu, mais elle se rattrape en faisant semblant. Ça, elle gère très bien. Elle sait le faire et montrer qu’elle s’en préoccupe un peu. Avec la manière qu’il faut, parce-que voir quelqu’un, c’est un peu la façon la plus soft qu’on peut glisser à quelqu’un pour lui dire qu’il est fou. Et qu’il a intérêt à aller se faire soigner. Mais bon. Il pige que dalle au comportement féminin et au clash silencieux façon civil war de la soirée d’hier. Elle ne lui en veut pas totalement parce-que c’est assez complexe à comprendre. Ça reste un mec, et c’est un domaine de l’invisible et des inconnus qu’il ne peut pas saisir alors elle soupire avant de relever les yeux vers lui. « tout le monde pense ça donc oui » elle est un peu débile, sa question, mais elle a comprit qu’elle servait un peu à meubler la conversation. Kenza, elle est pas aussi conne que ça pour saisir que la prod’ l’a utilisé histoire de générer un début de buzz télévisuel. Elle ne va pas s’en plaindre non plus vu qu’elle les utilise aussi à ce même dessein, alors bon. Par contre, la présence de Bart, c’est vrai que ça reste un petit mystère qui colle pas trop avec l’algorithme des matchs de William. « tu t’aurais bien vu rentrer avec qui ? » si seulement on leur donnait le choix de choisir leur binôme d’entrée, ça aurait été bénéfique pour tout le monde, mais pas forcément rentable pour la prod’, hm.

_________________
What is a heart? If I rip
open your chest, will
I find it there? If I crack
open your skull, will
I find it there?
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une foulée, une phase ascendante, un planer, on redescend sur terre et on galope vers une autre fraction de seconde inoubliable
» tremblement de terre haiti
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» 7.0 earthquake hits Haiti / Puissant tremblement de terre en

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: SALLE A MANGER-
Sauter vers: