Partagez
 

 a place we knew (jeudi, 22h10)

Aller en bas 
AuteurMessage
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels En ligne

MESSAGES : 1202
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
a place we knew (jeudi, 22h10) Empty
MessageSujet: a place we knew (jeudi, 22h10)   a place we knew (jeudi, 22h10) EmptyDim 31 Mar - 18:10

A PLACE WE KNEW.
W / @Judith

Le palace en lui-même n'était peut être pas encore assez grand pour que Niels ait déploré l'absence d'un ascenseur s'il n'y en avait pas eu, mais il fallait reconnaître que c'était un gain de temps et d'énergie considérables à l'échelle d'une journée, et surtout alors qu'au début personne n'avait encore de solides repères pour s'y retrouver dans un endroit aux pièces aussi vastes. Ce soir il avait dîné dans la salle à manger et était parti faire un tour dehors pour digérer un peu et profiter du paysage à la nuit tombée, et maintenant il irait bien faire un tour du coté de la salle de projection ou de la bibliothèque pour trouver de quoi faire passer les prochaines heures. Niels ne se couchait peut être pas aussi tard que certains candidats plus jeunes qui pouvaient rester éveillés une partie de la nuit, mais c'était définitivement beaucoup trop tôt pour qu'il prenne la direction de sa chambre pour autre chose qu'aller récupérer une veste. Et il n'avait pas non plus l'intention d'aller dormir de si bonne heure alors que ce palace offrait des distractions qu'il ne retrouverait pas chez lui. L'ascenseur arriva à son niveau et il s'y engouffra si tôt les portes de la cabine ouvertes pour appuyer sur le bouton du premier étage, lorsqu'une silhouette se présenta à la porte et l'incita à y coincer son pied le temps qu'elle entre à son tour. Il reconnut instantanément Judith, une candidate qu'il connaissait probablement mieux qu'elle ne le connaissait en raison de l'attention qu'avait suscité son couple depuis leur entrée samedi soir. La sienne, entre autres choses, mais peut être pour des raisons différentes et parce que les voir son mari et elle faire leurs débuts ensemble dans cette aventure ne lui procurait probablement pas les mêmes ressentis que tout le monde. Il les voyait avec les yeux d'un homme qui avait aussi connu le mariage et une vie qui sous certains aspects n'était peut être pas bien différente de la leur, et il y avait toujours ce petit quelque chose qui lui piquait la gorge quand son regard s'échouait sur eux. C'était idiot, mais ça lui arrivait encore et plus souvent qu'il ne le voudrait. « Tu montes ? » Il demanda après s'être souvenu qu'on pouvait aussi emprunter l'ascenseur pour descendre aux sous-sols si on n'était pas plus attiré que ça par les escaliers. « J'ai entendu dire que ton mari dormait dans l'une des plus belles chambres. Pierpaolo, c'est ça ? » Et ça pourrait être l'une des raisons pour lesquelles, à cette heure-ci, Judith voudrait gagner les étages supérieurs si par exemple elle avait l'intention de rendre visite à son mari dans sa chambre avant l'extinction des feux. Peut être pas, mais ce ne serait pas si surprenant et ce n'était pas comme si qui que ce soit ignorait encore leur situation. « Lequel d'entre vous a pris la décision de venir ici ? » Ça l'intriguait beaucoup, et il était persuadé que dans ces cas-là il y en avait toujours un pour pousser l'autre à tenter l'aventure, et un pour accepter et lui faire plaisir.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Judith
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 488
AVATAR : margot robbie
ÂGE : 26
LOCALISATION : genève, suisse
MÉTIER : traductrice


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 15 500£
AFFINITÉS:
a place we knew (jeudi, 22h10) Empty
MessageSujet: Re: a place we knew (jeudi, 22h10)   a place we knew (jeudi, 22h10) EmptyMar 2 Avr - 22:11

A place we knew
Jeudi, 22h10
@Niels

L’un des avantages que Judith trouve à être insomniaque, est celui de gagner un certain nombre d’heures chaque jour sur les autres candidats. Elle s’est rapidement rendu compte que certains allaient même jusqu’à dormir, 9 ou 10 heures, soit le double de ce dont elle a l’habitude. Tard le soir, elle trouve toujours quelqu’un avec qui discuter, certains vont se coucher bien après elle, mais elle bénéficie de quelques heures magiques le matin où elle est seule, absolument seule, dans cet endroit paradisiaque.
Malgré tout, et bien que ces avantages lui plaisent, une chose lui est insupportable : devoir dormir dans une chambre, seule, dans un petit lit. Ou plutôt, devoir dormir sans Pierpaolo. Elle pourrait presque compter le nombre de fois où cela s’était produit avant cette émission, en 7 ans de relation. Pour l’instant, l’excitation des débuts de l’aventure et les milliards de découvertes qu’elle fait tous les jours lui font oublier en partie sa peine, mais elle ne sait pas combien de temps cela va durer. Alors, elle se contente de ce qu’elle peut obtenir, et s’apprête à monter dans les étages passer un peu de temps avec son mari pendant quelques heures avant de devoir se retirer dans ses appartements, quelques mètres plus bas, en trainant des pieds.
De loin, elle aperçoit un candidat qui attend l’ascenseur, et accélère le pas pour essayer de le rejoindre, mais les portes s’ouvrent avant qu’elle ne puisse les atteindre. Heureusement pour Jude et pour sa patience, l’homme est prévenant, et bloque la machine pour lui permettre d’y monter à son tour. « Tu montes ? » Deux foulées plus tard, elle est à ses côtés et lui adresse un sourire de gratitude. « Je monte, danke. » Elle lève la tête pour regarder le candidat qui la laisse… perplexe. Si elle pense avoir réussi à cerner la plupart des habitants de cette demeure, l’allemand reste un mystère pour elle. Pourtant, elle parle sa langue, et ils n’habitent vraiment pas loin l’un de l’autre. Alors qu’il devrait être l’un de ceux dont elle se sent la plus proche, il y a encore du chemin à parcourir.
« J'ai entendu dire que ton mari dormait dans l'une des plus belles chambres. Pierpaolo, c'est ça ? » Doucement, elle bouscule son épaule en répliquant, aussitôt : « Toi aussi tu remues le couteau dans la plaie ? C’est assez douloureux comme ça… » Elle rit, même si le cœur n’y est pas tout à fait. Elle est un peu jalouse, et c’est une corde sensible. L’idéal aurait été, bien sûr, qu’ils partagent la même chambre, au dernier étage, mais elle aurait moins ronchonné si c’était elle qui avait hérité de la suite de luxe. Une partie d’elle, aussi infime soit-elle, est quand même contente qu’il puisse en profiter, ça lui permet de déculpabiliser, et d’espérer qu’il apprécie un tant soit peu le temps qu’il passe ici. « Lequel d'entre vous a pris la décision de venir ici ? » Elle rit en entendant cette question. « N’est-ce pas évident ? Je l’ai traîné de force, par la peau du cou ! » Elle se reprend toutefois pour ne pas lui donner de fausses impressions : « Non je plaisante. Il a fini par être convaincu, mais c’est moi qui en ai eu l’idée. » En croisant son regard, elle se rend compte qu’il lui rappelle un peu son mari, justement. Il a l’air de quelqu’un qui n’a rien à faire ici. « Et toi, qu’est ce qui t’a amené ici ? Tu ne m’as pas l’air dans ton élément. » Remarquez, beaucoup de candidats semblent vraiment loin de leurs zones de confort, mais il y a quelque chose chez Niels qui crie « sortez moi de là ! »


Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels En ligne

MESSAGES : 1202
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
a place we knew (jeudi, 22h10) Empty
MessageSujet: Re: a place we knew (jeudi, 22h10)   a place we knew (jeudi, 22h10) EmptyJeu 4 Avr - 2:00

Niels eut juste le temps de glisser son pied au niveau des portes pour leur éviter de se refermer avant que Judith n'ait eu le temps de monter, réflexe qu'il avait développé à l'époque où prendre l'ascenseur avec une poussette et un enfant relevait de la prouesse physique. Elle et lui ne se connaissaient pas encore très bien, mais ce serait mentir de dire qu'il n'avait pas prêté attention à elle depuis samedi car personne n'ignorait plus qu'elle était mariée à un autre candidat, et certainement pas lui qui se surprenait de temps à autres à les observer du coin de l’œil quand il tombait sur eux. Chaque fois, il se faisait la réflexion un peu amère et mélancolique que si c'était déjà appréciable d'avoir un conjoint à ses cotés dehors, ça l'était certainement encore plus quand on était enfermés avec une bande d'inconnus à l'autre bout du monde. Judith montait donc elle aussi, et sa façon de le remercier lui fit afficher une mine un peu plus surprise. « Du bist Schweizer, richtig? » Il demanda spontanément en croyant se souvenir de ce détail qui l'avait inconsciemment interpellé sur le moment mais qu'il avait un peu oublié ensuite. Ils seraient quasiment voisins et ça expliquerait qu'elle parle allemand elle aussi, ce qui n'était pas pour lui déplaire étant donné qu'il n'était pas certain qu'il arriverait à se faire comprendre de quelqu'un d'autre s'il troquait son anglais contre la langue qu'il employait tous les jours à l'extérieur, quand il n'avait pas à s'adapter à des amis ou patients anglophones. Maintenant qu'il savait qu'elle comptait rejoindre les étages supérieurs, il se demandait si c'était avec l'intention d'y rejoindre son mari, qui dormait dans l'une des meilleures chambres. Une information qui semblait contrarier la jeune femme. « Quelle partie, qu'il ne dorme pas avec toi ou qu'il le fasse dans une chambre luxueuse ? » Il demanda alors que ses lèvres esquissaient un léger sourire en coin. Il croyait déjà avoir la réponse mais il croyait comprendre que ça n'avait pas vraiment arrangé les choses que le confort auquel son mari et elle avaient droit ne soit pas exactement le même. « Vous n'avez jamais été séparés ou c'est le fait d'être à l'autre bout du monde qui aurait rendu sa présence rassurante la nuit ? » Peut être qu'ils n'avaient pas l'habitude de la séparation et étaient collés au quotidien ou peut être qu'ils imaginaient pouvoir prendre leurs marques ensemble dans cette aventure et que ça incluait aussi le fait de partager la même chambre. Il apprit en tout cas, et comme il s'y attendait un peu, qu'elle était celle à l'origine de leur venue. « Si c'est ce qu'on risque avec toi, je te suis où tu veux. » Il souffla en s'adossant aux parois et d'un ton dénué de sérieux, comprenant bien qu'elle plaisantait et que Pierpaolo avait simplement cédé. « C'est le piment que ça pourrait mettre dans votre couple qui t'a attirée ? » Il réalisait en le disant tout haut que ce ne serait pas si surprenant, ils semblaient être ensemble depuis assez longtemps pour vouloir entretenir la flamme par ce biais ou bien par un autre, beaucoup de gens le faisaient – sans forcément aller à chaque fois jusqu'à se lancer dans une télé-réalité, certes. Sa question le fit réfléchir une seconde. « C'est parce que mon ex-femme m'a fait faux bond au dernier moment. On n'a pas tous la chance d'avoir quelqu'un prêt à nous suivre à l'autre bout du monde. » Il reprit en relâchant les épaules d'un air détaché, avant de retrouver une mine qui annonça la suite. « Je plaisante. Je voulais changer un peu d'environnement, faire quelque chose sur un coup de tête. Je sais, dit comme ça ça ressemble au cliché de la crise de la quarantaine, mais au moins ça te prépare à ce que tu constateras peut être dans quelques années. » Il lui lança un regard entendu et concerné, comme pour dire que c'était peut être aussi la prochaine étape que son mari expérimenterait si contrairement à lui ça ne l'avait pas frappé plus tôt. Car en réalité, ça faisait déjà plusieurs années qu'on avait tenté de diagnostiquer la sienne, mais pour Niels c'était beaucoup plus subtile et encore aujourd'hui accepter d'entrer dans une case pour une histoire de symptômes, ça ne disait pas trop au thérapeute qu'il était.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Judith
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 488
AVATAR : margot robbie
ÂGE : 26
LOCALISATION : genève, suisse
MÉTIER : traductrice


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 15 500£
AFFINITÉS:
a place we knew (jeudi, 22h10) Empty
MessageSujet: Re: a place we knew (jeudi, 22h10)   a place we knew (jeudi, 22h10) EmptyDim 7 Avr - 1:48

« Du bist Schweizer, richtig? » Elle sourit, quelque part heureuse d’entendre une langue qui lui est si familière et lui rappelle la maison. « Ja. Ich bin Übersetzer in Genf. Wo kommen Sie her ? » Leurs accents sont un peu différents, mais la langue est la même, du moins celle que parle Judith. En Suisse, les dialectes sont multiples et chaque région adapte les différentes langues du pays à sa sauce, mais elle s’efforce d’utiliser un allemand, français et italien parfaits, ou du moins les plus neutres possibles.
Il l’interroge rapidement quand elle lui dit que savoir Pierpaolo dans une chambre luxueuse, sans elle, est douloureux. « Quelle partie, qu'il ne dorme pas avec toi ou qu'il le fasse dans une chambre luxueuse ? » Sans hésitation, elle répond immédiatement : « Oh, les deux mon capitaine. » Non seulement ils sont séparés, mais en plus elle doit dormir dans les tréfonds de ce palais ? L’injustice gronde. Si Jude était honnête, elle reconnaîtrait pourtant que même sa chambre, jugée par la production comme étant la pire du lot, est tout à fait confortable et accueillante. « Vous n'avez jamais été séparés ou c'est le fait d'être à l'autre bout du monde qui aurait rendu sa présence rassurante la nuit ? » Elle le regarde, essayant de déchiffrer son expression, un sourire en coin aux lèvres. « J’ai l’impression que tu te moques de moi Niels… J’aime pas ça… » Malgré tout, elle garde sa bonne humeur et répond franchement : « Ca fait 7 ans qu’on est ensemble, je me suis habituée à dormir avec lui. J’ai un sommeil très court, et très agité, sa présence m’apaise. » Révéler certaines de ses faiblesses de manière aussi ouverte et sans s’en apercevoir devrait inquiéter Judith, mais elle ne le remarque même pas.
Elle lui révèle en revanche sans appréhension que l’idée de venir dans l’émission était la sienne et que Pierpaolo avait suivi. Ce n’est pas un secret d’état à ses yeux, il n’y a d’ailleurs qu’à se pencher sur leurs deux caractères pour le deviner. « Si c'est ce qu'on risque avec toi, je te suis où tu veux. » Elle croise son regard, en essayant de comprendre où il voulait en venir. Si elle devait se fier à son instinct, elle penserait que c’est une tentative de flirt, mais ça l’étonnerait. Alors elle ne dit rien, et le laisse l’interroger à nouveau. « C'est le piment que ça pourrait mettre dans votre couple qui t'a attirée ? » Elle prend une seconde pour réfléchir car elle n’avait jamais vu les choses sous cet angle. « Non. On est venus ensemble, mais pour le jeu, pas pour notre couple. D’ailleurs je pense que si le focus avait été sur notre mariage, nous ne serions pas là aujourd’hui. » Le risque est important, ils en sont conscients. Leur couple est solide et a traversé bien des choses, mais il est certain que ce genre d’expérience n’est pas anodine et peut s’avérer dangereuse. Essayant tant bien que mal de détourner la conversation sur Niels, elle lui demande alors ce qui l’a poussé à venir aussi. « C'est parce que mon ex-femme m'a fait faux bond au dernier moment. On n'a pas tous la chance d'avoir quelqu'un prêt à nous suivre à l'autre bout du monde. » Elle écarquille les yeux, tombant pendant quelques secondes dans le panneau de l’allemand. « Je plaisante. Je voulais changer un peu d'environnement, faire quelque chose sur un coup de tête. Je sais, dit comme ça, ça ressemble au cliché de la crise de la quarantaine, mais au moins ça te prépare à ce que tu constateras peut-être dans quelques années. » Elle rit doucement avant de répondre, en secouant la tête : « Par pitié, non. Si je dois en plus subir une crise de la quarantaine, je crois que je deviendrais folle. Et tout mon entourage avec moi. » Déjà suffisamment excitée et enjouée, son cerveau qui file à 100 à l’heure ne supporterait pas un nouveau changement de cap. Non, ce qu’elle cherche, ce dont elle a désespérément besoin, c’est d’un peu de stabilité. « C’était quoi, alors, le quotidien monotone que tu as fui ? C’est ça, non ? Dans les films, c’est un type qui se réveille un matin et qui laisse tomber femme et enfants pour aller faire la fête sur une île paradisiaque. »
 

hj : je souhaite m'excuser solennellement auprès de tous les germanophones ici présents. Je maltraite la langue, je le sais bien... Mais j'ai fait espagnol moi, c'est la faute de google trad Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels En ligne

MESSAGES : 1202
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 33 000£
AFFINITÉS:
a place we knew (jeudi, 22h10) Empty
MessageSujet: Re: a place we knew (jeudi, 22h10)   a place we knew (jeudi, 22h10) EmptyLun 8 Avr - 5:12

En arrivant ici, Niels savait qu'à part s'il avait de la chance il n'aurait sûrement pas beaucoup d'occasions de parler sa langue maternelle avec les autres candidats, alors entendre ces quelques mots quitter les lèvres de Judith, il trouvait ça assez rafraichissant. Elle n'avait pas l'accent allemand comme lui pouvait encore l'avoir malgré le fait qu'il ait adopté l'anglais tout petit à cause de sa mère, ainsi il ne fut pas surpris qu'elle lui confirme être suisse, comme il lui semblait l'avoir noté. « Ich komme aus München, Bayern. Ich betreibe eine Sophrologiepraxis. » Il souffla dans un demi-sourire, réalisant qu'il n'aurait jamais pensé quand il avait retenu la porte de l'ascenseur qu'ils seraient entrain de discuter en allemand quelques instants plus tard. Il ne savait pas si elle avait déjà eu l'occasion de passer par l'Allemagne, mais cette partie du pays ressemblait assez aux paysages qu'on pouvait voir en Suisse, ainsi elle ne serait pas très dépaysée. L'échange dévia ensuite sur la séparation nocturne de Judith avec son mari, qui dormait à l'étage supérieur et avec un tout autre colocataire. Niels croyait comprendre que ce qui aurait plu à Judith, c'est de profiter de la compagnie de Pierpaolo tout en profitant dans le même temps du confort d'une des meilleures chambres du palace. Difficile de ne pas comprendre, il avait été marié lui-même et il savait que si les choses avaient été différentes c'est aussi avec sa femme qu'il aurait aimé dormir à l'époque. « Détrompe-toi, à vrai dire je comprends assez ce que tu ressens, en tout cas pour la partie réapprendre à dormir seul. » Il confia alors en croisant son regard, parce que derrière sa mine pas toujours très expressive, Niels était quelqu'un qui ressentait les choses et il devinait facilement la mélancolie qui se cachait derrière ses sourires. « Si un soir tu sens que le sommeil va être compliqué et que tu as besoin de te détendre, viens dans ma chambre et je te montrerai deux-trois trucs. » Il s'apprêta à enchainer sur tout autre chose quand il réalisa en se repassant la bande de ce qu'il venait de dire que si on avait l'esprit légèrement mal tourné, ça pouvait porter à confusion. « Des exercices de sophrologie, je veux dire. » Il reprit alors en affichant un sourire en coin légèrement amusé, pas encore tout à fait familiarisé avec le fait qu'ici il y avait des choses qu'il valait mieux resituer dans leur contexte quand il voulait parler de sophrologie parce que les candidats n'étaient pas des patients qui avaient pris rendez-vous et qui voyaient donc du premier coup où il voulait en venir. Il apprit ensuite que Judith n'avait en réalité pas trainé son mari dans l'émission ou pas au sens physique du terme, et que ce n'était pas le piment que ça pourrait mettre dans leur couple qui l'avait motivée. « Vous devez avoir vraiment confiance l'un en l'autre pour accepter de faire cette expérience ensemble. » Son ton était pensif, pas sarcastique comme on pourrait le croire parce qu'il pouvait sembler un peu mal à l'aise à l'idée de vivre au quotidien avec un couple. En réalité, c'était aussi le fait d'avoir été marié qui lui faisait dire que c'était sûrement difficile de ne pas savoir ce que son conjoint faisait et si les caméras n'enregistreraient pas des séquences qui seraient pénibles à découvrir. « Vous avez une fille, c'est ça ? Elle a quel âge ? » Il reprit en songeant qu'elle ne devait pas être très grande étant donné que Judith faisait plutôt jeune et qu'ils avaient peut être attendu quelques années après leur rencontre pour décider d'avoir un enfant. La blonde chercha à son tour à savoir quelles raisons l'avaient poussé à participer, et c'est par une tentative d'humour qu'il commença par répondre, voyant bien qu'elle avait été tentée de le croire avant de savoir que son ex-femme n'avait rien à voir là-dedans et que c'était plus une décision prise comme ça. Un détail que certains mettraient peut être sur le compte d'une crise de la quarantaine que de son coté Judith n'avait pas hâte de vivre. « Contrairement à ce qu'on peut croire, c'est loin d'être systématique et pour certaines personnes ça peut être très positif. L'occasion de prendre un nouveau départ et de se réaliser. » Puisqu'on se concentrait surtout sur les aspects parfois effrayants de cette crise identitaire qui poussait à certaines décisions radicales. « Et tu as quand même encore pas mal d'années devant toi avant de savoir si ça te concerne ou non. » Il ajouta dans un léger sourire, pas certain que Judith soit celle qui doive s'en inquiéter en prioriété. La suite lui fit hausser doucement les épaules. « J'ai peur que ce que j'ai vécu ait été moins romanesque. Je me suis séparé de ma femme, j'ai changé de boulot, mais ça m'aparaissait plus une nécessité qu'un caprice. En tout cas pour le deuxième. » Quant à son mariage, c'était toujours plus difficile de trouver les mots pour en parler et il n'était jamais très sûr d'en avoir envie, surtout face à l'alliance qu'elle avait au doigt. « Mon quotidien n'était pas tout à fait monotone, mais quelque part je tournais en rond. » Il n'y avait pas eu d'ile, de fêtes et on pouvait même dire que depuis il ne lui était pas arrivé grand chose d'excitant en dehors du fait d'avoir vu son quotidien professionnel changer du tout au tout. Autrement dit, le film sur sa vie risquait de démarrer fort et de retomber en soufflé. « Tu as dit que tu étais traductrice, de quelle langue exactement? » Ca l'intéressait depuis qu'il l'avait entendu parler allemand et il soupçonnait que ça pouvait être un début de réponse.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I knew the pathway like the back of my hand . Le 24/12 à 14h
» Detroit: Je serai absent due mardi 25 octobre aux jeudi le 27 octobre
» OBLIGATION LÉGALE AVANT LA MISE EN PLACE DE L'ARMÉE D'HAÏTI.
» Isiàwen Nilmandra + Je sais que ma place est ici
» even if I knew my place, should i leave it there ? ~ 23/04 | 10h15

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: ASCENSEURS-
Sauter vers: