Partagez
 

 Happier (31/03, 9h)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Happier (31/03, 9h) Empty
MessageSujet: Happier (31/03, 9h)   Happier (31/03, 9h) EmptyDim 31 Mar - 19:12

@malcolm

Hier, on a conclu tacitement avec Malcolm qu’on était trop fatigué pour tenter d’assumer une conversation correcte. En plus d’être colocataire pour une semaine, nous sommes également dans la même team j’imagine donc que ce passage sera obligatoire. On a tout le temps pour cela. Je n’ai pas cherché à l’attendre avant d’envisager de dormir, j’étais complètement morte, amorphe par le voyage, les surprises et les autres tout simplement. Trop à accuser d'un coup sans moment pour pouvoir temporiser. J’ai néanmoins tenté d’être la plus discrète en émergeant  je suis d’ailleurs ravie de m’être réveillée dos à lui et non la tête à vingt centimètres de la sienne. Le réveil est ce que je peux trouver de plus intime lorsqu’il s’agit de partager un lit. Je me suis glissée avec difficulté en dehors de lit, manquant de tomber, avant de rassembler mes affaires de running en silence pour quitter la pièce et laisser monsieur finir sa nuit. Ça me permet de penser à rien, de courir, on occulte tout et on se contente de voir jusqu'où on va tenir. Sauf que maintenant avec mon shoot d'endorphine, je me sens hyper énervée, vaguement dans l'excitation et donc probablement insupportable pour mon futur interlocuteur. Rip Malcolm. J’entre sans délicatesse dans notre chambre. « Salut sunshine ! » Je glisse, un poil moqueuse en entrain dans la chambre alors qu’il se réveille face à ma pseudo joie matinale. Malcolm n’a rien d’un rayon de soleil vu la gueule qu’il tire mais bon, mon imagination fera le reste. Je me poste, complètement transpirante de ma course, sur le lit, de son côté du lit, histoire de préserver le mien. J’ai décidé que c’était le bon moment de discutailler. La vérité est que j’attend juste un peu de refroidir avant d’aller prendre ma douche. « Je suis fière de nous, notre cohabitation nocturne s’est bien passée » Je souffle de mon doux soprano avant de lui lancer un regard qui lui demande si sa nuit a été aussi réparatrice que la mienne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 27
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
Happier (31/03, 9h) Empty
MessageSujet: Re: Happier (31/03, 9h)   Happier (31/03, 9h) EmptyLun 1 Avr - 7:33

La veille au soir sa camarade de chambre et lui sont tombés de fatigue et n'ont échangé que quelques mots avant de se glisser dans leur lit respectif. L'américain a subi un violent jetlag suite à sa vingtaine d'heures d'avion depuis la Californie, la soirée d'hier a été compliquée à assumer et sa première nuit dans le palace n'a pas été assez longue pour lui permettre de complètement récupérer. Malcolm ouvre les yeux sur une chambre qu'il n'a pas encore vraiment observé, et ressent donc une forte impression d'inédit au réveil. Les premières secondes il a même un bug et se demande où il est, oubliant le temps d'un instant cette aventure dans laquelle il a mis les pieds et le changeant considérablement du décor qu'il trouve à son réveil à Fresno en temps normal. Ce qui est nouveau aussi c'est de devoir partager sa chambre avec Lula et il sait pas du tout comment cette colocation d'une semaine est susceptible de se passer, en fait. La brune le salut avec entrain en apparaissant dans la pièce, elle semble de bonne humeur et lui donnerait presque le smile s'il n'était pas aussi crevé. « Salut. Tu reviens d'où comme ça, t'es sortie courir ? » il lui demande en détaillant sa tenue dans un plissage de yeux en réaction au soleil qu'il se mange en pleine tronche, ce qui n'est jamais très agréable quand tu émerges. Sa camarade s'estime satisfaite de leur première nuit dans la même chambre, laissant entendre qu'ils n'ont pas trop de mal à cohabiter pour le moment tous les deux. « T'avais des doutes là-dessus ? » il lance dans un sourire en coin en se redressant dans son lit, les cheveux en pétard. « J'ai l'impression que je suis plutôt bien tombé dans cette histoire de chambres, entre les trois étoiles servies sur un plateau et ma partenaire qui n'a pas l'air trop difficile à vivre. » C'est ce qu'il dit ce matin, il espère que Lula ne lui prouvera pas le contraire au cours de la semaine. Et au pire une semaine ça passe vite, au cas où les choses viendraient à mal tourner et sa camarade à montrer un tout autre visage demain matin. Le fait qu'elle lui ait épargné de faire connaissance hier soir et l'ait laissé se reposer est déjà un bon point qu'elle marque, car l'américain a vraiment horreur qu'on lui tienne la jambe quand sa seule envie c'est de dormir. Là-dessus au moins, ils se sont bien entendu. « Cette chambre est carrément plus potable que le trou à rat dans lequel je vis. T'es dans ton élément toi ou pas du tout ? » il l'interroge en prêtant attention à ce qui l'entoure, si cette chambre correspond à un niveau de prestige trois étoiles il serait curieux de voir à quoi ressemblent les chambres au-dessus. Lula il peut pas dire comme ça si elle lui inspire quelqu'un d'habitué au luxe ou tout l'inverse, il se refuse à juger les gens sur une apparence car ça signifie rien pour lui de seulement avoir l'air d'être comme ci ou comme ça. Ce qui compte, c'est ce qu'il peut apprendre des autres. « Bon je suis mort par contre, les effets du décalage horaire se ressentent bien. Toi ça a l'air d'aller, t'es toute fraiche. » Pour entreprendre un footing de bon matin, oui, aucun doute qu'elle est plus en forme que lui. Il s'est renseigné auprès d'un camarade bien informé sur ce que représentait le décalage horaire entre chez lui et ici, un truc comme onze heures donc faut pas s'étonner qu'il soit claqué. Quand il pense qu'il faut généralement un jour de récupération par heure de décalage, il se dit que cette première semaine va être avant tout placée sous le signe de la fatigue pour lui.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Happier (31/03, 9h) Empty
MessageSujet: Re: Happier (31/03, 9h)   Happier (31/03, 9h) EmptyMer 3 Avr - 22:04

La question me fait marrer et j'ai bien envie de lui répondre non, j'ai transpiré sans rien faire, respirer ça me suffit pour faire battre rapidement mon pauvre coeur. « Yes, je voulais courir avant qu'il ne fasse trop chaud » J'explique, placide et pratique, parce que je ne suis pas suffisamment conne pour courir sous une chaleur de malade. Je dresse un bilan positif de notre première nuit : on est tous les deux en vie. J'esquisse un léger sourire. « On ne sait jamais sur qui on tombe » Je souffle, sincère en le regardant façon petit suspense. « Tu as déjà fait de la coloc ? » Je l'interroge. J'ai eu une seule et unique expérience riche en déception et désillusion. « Je suis tombée sur une fille qui avait l'air super chill et cool au début et après je me suis rendue compte qu'elle était bien névrosée comme il le faut »  Je balance, c'était au début ça, quand j'avais aucune exigence envers ceux qui m'entouraient. « Du style hyper égocentrique, à transformer la réalité pour qu'elle aille dans son sens » j'illustre un peu. A la base, je voyais juste une opportunité de me loger moins cher et de quitter ma mère. On cherche rarement la perle rare lorsqu'on frôle ce genre de désespoir mais je jure sur ma vie qu'au début, elle faisait vraiment l'affaire, elle tenait la route quoi. Elle était complètement malade, elle invitait par exemple les potes de son ex à mes soirées pour qu'il fallait passer le message au monsieur concerné. Le pire a été de s'en débarrasser subtilement sans vexer personne. « Conclusion : on est pas encore à l'abri d'une mauvaise surprise entre nous » je fais mine de minauder, parce que ça me fait intérieurement marrer. Mes prunelles se vrillent aux siennes quelques secondes. « Un trou à rat, carrément ?» je rebondis dessus. « Pareil, je ne pourrai jamais me permettre ce train de vie» Je lui dis clairement. Parce que je suis dans le sport féminin, qui paie mal et que je ne suis pas la seule que je dois assumer financièrement. « C'est cool de pouvoir en profiter» Je souffle avec un léger sourire satisfait. Après il n'empêche que je n'aspire pas à tout cela, c'est sympa, mais ce n'est pas l'objectif de ma vie pour l'instant. Je l'écoute d'une oreille attentive. Je retiens juste le "je suis toute fraiche" parce que j'ai une mémoire assez sélective. « T'es d'où déjà ? » Je lui demande en le regardant, j'ai pas encore retenu la vie de tout le monde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malcolm
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11270-malcolmhttp://www.throwndice.com/t11214-malcolm 

MESSAGES : 970
AVATAR : abel tesfaye
ÂGE : 27
LOCALISATION : fresno, ca
MÉTIER : taximan


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 39K
AFFINITÉS:
Happier (31/03, 9h) Empty
MessageSujet: Re: Happier (31/03, 9h)   Happier (31/03, 9h) EmptyDim 7 Avr - 18:39

Lula est bien sortie courir pendant qu'il finissait sa nuit, et on peut dire que ces deux-là n'ont pas du tout abordé leur premier réveil dans cette aventure de la même manière. Malcolm il a encore les yeux collés quand il échange ses premiers mots avec sa camarade ce matin alors qu'elle doit être debout depuis deux heures et avoir été grandement stimulée par son footing, c'est vraiment une chambre deux ambiances. « Sportive, donc. » il note d'une voix neutre. Il se rend compte qu'il sait encore rien de cette fille, et toute info est bonne à prendre quand comme lui on s'intéresse sincèrement aux personnes avec lesquelles on vit. « Je sais pas comment t'as trouvé le courage de courir après la journée d'hier. » Avant leur entrée respective dans ce palace et la longue soirée qui a suivi, il y a aussi eu le voyage qui a certainement pesé lourd sur bon nombre d'entre eux. L'américain le ressent encore ce matin, il a la tête comme un compteur à gaz à peine réveillé, bref ça promet. Il a presque envie de lui demander à quoi elle carbure pour être aussi en forme mais il évite, quand même, elle est pas encore familiarisée avec son humour et il a pas envie de lui ôter sa bonne humeur. La colocation il a plus trop l'habitude Malcolm, mais il a effectivement connu ça autrefois. « Ouais y'a quelques années, quand je vivais encore au Texas. C'était avec des potes, notre appart' faisait pitié mais au moins c'était la fête tous les soirs. » Il affiche un sourire un peu nostalgique, quand même c'était le bon temps. Malcolm donne jamais sa ville d'origine parce que personne la connait et puis ça appartient à une autre époque pour lui, il aime pas forcément s'étendre sur le sujet. « Je vois, une vraie fêlée. » il commente dans une grimace. « Cette histoire s'est finie comment ? » Lula a pas eu de bol, elle a ramassé une coloc de l'enfer alors qu'au début comme elle le dit rien ne laissait présager que les choses tourneraient mal. C'est ce qui arrive quand certaines personnes jouent un rôle pour amadouer les autres et finissent par dévoiler leur vrai visage.  « T'as raison, on va peut-être mutuellement déchanter au fil des jours tous les deux. » Il croit pas à ce qu'il dit, en fait il a plutôt tendance à miser sur une évolution positive de ce partenariat. « Des choses que je devrais savoir pour me préparer ? » il la taquine. Malcolm c'est plutôt un optimiste de nature, là tout de suite il se concentre sur l'instant présent et se prend pas la tête à se demander si leur cohabitation va tourner au drame par la suite. « Franchement j'exagère à peine. » il déclare en se marrant pour rebondir sur le trou à rat auquel il a fait référence un peu plus tôt. « Mais je me plains pas, il m'arrive de vivre dans des trucs bien pires que ça. » En tant que mec amené très souvent à bouger et donc à déménager il en a vu de toutes sortes, et son appartement actuel a au moins le mérite d'être situé près de l'entreprise de transports qui l'emploie. « Pourtant j'ai l'impression que tu fais beaucoup moins tâche que moi dans cette chambre. » Il sait pas trop pourquoi il dit ça, peut-être que de prime abord il aurait pas forcément imaginé que Lula pourrait mener un train de vie modeste. Et là c'est pareil, il saurait pas dire sur quoi il se base pour penser ça. Ils sont pas malheureux dans cette chambre, il est le premier à l'admettre. « Oui, même si je suis sûr que les plus "mauvaises" chambres sont déjà d'un certain niveau ici. » Malcolm s'estime chanceux d'avoir récolté une chambre d'un certain prestige mais il est à peu près sûr que leurs camarades des niveaux inférieurs sont à peine moins bien logés qu'eux. De toute façon ça lui importe bien peu le nombre d'étoiles associées à sa chambre, le simple fait d'avoir un lit c'est déjà plus que ce qu'il a à l'extérieur donc à partir de là il accepte n'importe quoi. « Les States. Je vis en Californie en ce moment, à Fresno dans la vallée de San Joaquin. » il détaille des fois qu'elle soit assez calée en géo pour pouvoir situer tout ça, ou qu'au moins ça l'intéresse. « Toi, européenne non ? » il demande instinctivement tout en essayant de redonner un aspect correct à ses cheveux. Il se passe pas un jour sans qu'il ressente l'envie de couper ses dreads mais il le fait jamais, c'est pourtant chiant comme pas permis à coiffer et d'ailleurs c'est une peine qu'il se donne plus trop maintenant.

_________________
crucifié sur une caravelle, sous l’œil éternel d'une étoile filante

Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
Happier (31/03, 9h) Empty
MessageSujet: Re: Happier (31/03, 9h)   Happier (31/03, 9h) EmptyLun 8 Avr - 22:48

Je lui prête une oreille attentive. « Et toi, très doué pour les devinettes » Je me moque avec gentillesse en le regardant, un vague rictus amusé qui colore mes lèvres quelques secondes. « Déjà je ne me suis pas enivrée au champagne, j'imagine que ça doit aider » Je propose tout en restant élégante lorsqu'il s'agit de qualifier la consommation d'alcool des autres. Je n'ai pas de gueule de bois à assumer ni un vol trop long dans les jambes. Je ne saurai dire pourquoi mais on en vient à parler colocation. Je lui raconte mon expérience désastreuse qui n'a duré que quelques mois. Il faut dire que je ne suis pas d'une patience à tout épreuve aussi. Il était hors de question de la tolérer plus longtemps, une fois percée à jour. « Je suis retournée chez ma mère » je conclus, un peu amusée parce que je suis surtout revenue au point de départ. Je l'ai pas vécu comme un échec mais comme une véritable libération. « Mais je lui ai dit que c'était parce qu'elle me manquait » je souffle dans un doux sourire. C'est vrai. Je ne pouvais pas tout lui raconter et lui donner une énième fois raison. « Je suis persuadée qu'elle ne m'a pas cru mais elle m'a laissé faire » Je complète parce qu'on ment très mal, dans notre famille. De mère en fille. On se contente de laisser les choses ainsi. Mais c'est en revenant que j'ai aussi compris que c'était un peu vrai, qu'elle me manquait. J'ai également compris que j'avais été ingrate de tenter de rayer celle qui me faisait exister le plus. « Et toi, la tienne ? » de coloc. Bonne ou mauvais fin ? « Tu es encore en contact avec tes potes ? » Je lui demande parce que c'est généralement un bon indice, cette question. En attendant, je lui annonce que notre colocation ne fait que commencer et qu'il ne faut pas tout de suite s'emballer sur notre bonne entente. Un peu de prudence ne fait pas de mal. « Qu'est ce qui est rédhibitoire pour toi ? » Je l'interroge. Qu'est ce qu'il ne pourrait supporter. Histoire que je sois au courant. On enchaine sur l'aspect de la chambre qu'on décortique au peigne fin. Sa remarque attire mon attention, je redresse la tête pendant une poignée de secondes. « Pourquoi tu dis ça ? » Je me marre; il se base sur quoi ? Mon apparence ? On m'a souvent dit que ma gueule n'allait pas avec mon histoire. Je n'ai jamais su comment prendre cette affirmation. Je froisse les sourcils parce que je suis incapable de situer sa ville, c'est chaud quand même. Je suis bien une occidentale je crois, le regard vissé sur son nombril. « Tu as jamais bougé ? » Je rebondis sur ses propos. « Je suis de Paris, oui » Je lui confirme. « Et je me suis pas sortie de mon quartier depuis que je suis née » Je précise avec ma nonchalance. Parfois j'ai changé de numéros d'immeubles mais c'est tout. C'était un quartier qui craignait y a quelques années, c'est pour cela qu'on s'est installée là bas, il était pas trop cher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: CHAMBRES 3 ÉTOILES-
Sauter vers: