Partagez
 

 sur la lune, wed. 22:30 (II)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
sur la lune, wed. 22:30 (II) Empty
MessageSujet: sur la lune, wed. 22:30 (II)   sur la lune, wed. 22:30 (II) EmptyDim 14 Avr - 21:47

Anaswara dépose dans un coin de la salle de bain du deuxième étage ses effets personnels. Elle vient de troquer sa robe contre sa tenue de nuit : un large tee-shirt blanc, dans lequel elle flotte et qui laisse apparaître ses quelques formes élégantes, et un shorty noir. Elle ne fait pas attention à ce à quoi elle ressemble. Elle se démaquille et laisse voir les traits de son visage au naturel. Elle lève la tête et regarde le visage de cette femme dans le miroir. Elle esquisse un sourire, son reflet le lui rend. Elle tend le bras sur la commode et se saisit de la lampe frontale qu’elle ne quitte plus, à partir à une certaine heure de la journée, c’est-à-dire qu’elle envisage de se coucher. Jusqu’au prochaine prime, Anaswara doit dormir à la belle étoile, seule. Du moins, elle est la seule qui est obligée de dormir en dehors de la chambre qui lui a été attribuée – soit, la même que la semaine précédente – et du palais. Elle n’a pas cherché à contredire et à discuter la sanction dont elle a écopé. Quand bien même elle aurait voulu en discuter, elle serait sortie perdante de l’échange. Elle a finit par se faire une raison : elle dormira à la belle étoile. Elle n’est pas coutumière d’un tel mode de vie. Il s’agit même d’une première pour la jeune femme. Elle appréhende ces nuits passées à la belle étoile, bercée par le bruit de Mère Nature. Avec ce nouveau mode de fonctionnement, elle a l’impression d’être encore moins en phase avec ses autres camarades. Elle est dans un drôle d’état d’esprit, chaque fois qu’elle doit aller se coucher. Il n’y a plus quatre murs pour la protéger et panser ses craintes. Elle se retrouve en plein coeur de la nuit, au milieu des étoiles, alors qu’elle ne brille plus, qu’elle est cette éternelle étoile éteinte. Anaswara quitte la salle de bain et dévale les escaliers, sur le chemin, elle croise quelques camarades qui ne lui prêtent pas attention. Elle se fond tellement dans le décor que nul ne la remarque. Elle se dirige, silencieuse, vers le coin hamacs. Elle profite de la vue que la nature veut bien lui offrir et surtout de ce coucher de soleil qui colore le ciel.  Elle dépose ses chaussures sur le sol, à côté du hamac qu’elle a choisi et où elle passera la nuit. Elle a élu domicile, dans cette zone qui est devenue son espace vitale. Ils sont rares ceux qui veulent lui tenir compagnie, trop soucieux de ce confort que la production leur offre, très certainement. Une soirée – et une nuit – encore, elle la passera seule. Elle ne leur en veut pas. Elle n’en veut à personne, d’ailleurs. La jeune femme prend place dans le hamac, couvrant ses jambes de la couverture que la production lui a fourni pour ces nuits. Elle plonge son regard dans le ciel qui s’habille de sa tenue de nuit, petit à petit, alors qu’elle serre précieusement entre ses mains son amulette. Elle détourne soudainement l’attention quand elle entend des pas venir vers elle. Elle détourne le regard vers ce nouveau venu. Elle reste silencieuse, en découvrant la grande silhouette de @Niels. « Tu es venu me tenir compagnie ? », qu’elle lui demande. L’ébène de son regard se pose sur le visage de l’allemand. « Je plaisante », ajoute-t-elle. Elle se doute bien qu’il n’est pas venu pour cela… enfin pourquoi est-il là au juste ? Elle reste silencieuse, cette question venant imprégner son esprit. Elle ne sait plus quoi penser de Niels, depuis leur dernier échange et la révélation de sa mission, si ce n’est qu’elle a cette impression qu’il cherche à la fuir. Elle se redresse, défaisant l’emprise qu’elle a sur son petit objet précieuse. Elle s’assoit en tailleur dans son hamac, observant le visage de l’homme. « J’étais sincère, la semaine dernière », entame-t-elle, en se remémorant leur échange. Elle n’a pas menti quand elle lui avait dit qu’il était bel homme et qu’il n’avait rien à envier aux autres, ou encore quand elle a confessé à Elena apprécier sa présence. Elle a besoin de le lui dire, qu’importe ce qu’il pensera.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1399
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 41


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 40 923£
AFFINITÉS:
sur la lune, wed. 22:30 (II) Empty
MessageSujet: Re: sur la lune, wed. 22:30 (II)   sur la lune, wed. 22:30 (II) EmptyLun 15 Avr - 7:44

Niels avait enfilé une veste chaude et quitté sa chambre après avoir pris soin de fermer la fenêtre qu'il avait entre-ouverte un peu plus tôt, et il avait pris la direction des ascenseurs pour rejoindre l'extérieur du palace. Il n'avait pas croisé Kenza, mais s'il l'avait fait il lui aurait probablement dit de ne pas l'attendre parce qu'il n'était pas encore certain de regagner leur chambre cette nuit et avait à cet instant plutôt dans l'idée de suivre un autre plan. Il avait beaucoup repensé à son échange de la semaine passée avec Anaswara et plus particulièrement à l'attitude qu'il avait adopté sur la fin de celui-ci et qui avait peut être été partiellement éclairée par la révélation de sa mission samedi soir. Une partie de lui savait que la raison pour laquelle il n'avait pas encore fait en sorte de se retrouver seul avec elle, c'était parce qu'il ne saurait pas vraiment quoi lui dire pour expliquer ce qui s'était passé et rendre ça un peu moins déstabilisant. Il regrettait de ne pas être venu la voir dès la fin du prime pour revenir sur certaines choses, tout comme il regrettait que son incapacité à trouver le bon moment pour le faire coïncide avec la semaine où la candidate devait dormir à la belle étoile, parce qu'il y avait certainement plus d'un candidat qui s'était déjà proposé de lui tenir compagnie mais que lui avait passé plusieurs soirées à se demander si ce serait un service à lui rendre ou bien une maladresse de plus dont il aurait le secret. Niels savait conseiller les autres dans toutes sortes de situations, mais il arrivait qu'il soit démuni face à ses propres contradictions et c'est ce qui expliquait qu'il ne soit pas quelqu'un de très entouré en dehors de son travail et doive réapprendre à partager son quotidien avec d'autres. Arrivant près du coin hamacs où il savait qu'il la trouverait, l'allemand s'approcha silencieusement et posa les yeux sur la silhouette d'Anaswara qui semblait confortablement installée dans son hamac et qui croisa son regard au moment où son pied fit craquer une brindille qui traînait là. Sa remarque vint rompre le silence qu'il avait laissé s'installer et il passa une main contre sa nuque. « Ce serait si surprenant ? » Il demanda en étirant un demi-sourire, pas tellement surpris qu'elle ait presque automatiquement rayée cette option, d'abord au regard de sa réaction de l'autre jour et ensuite parce que d'une manière plus générale, il ne donnait sûrement pas l'impression d'être le genre de type à camper dehors pour tenir compagnie à quelqu'un. « Je n'ai pas dormi à la belle étoile depuis des années. » Il avoua après une seconde, comme pour lui répondre sans pour autant la placer dans une situation qui l'obligerait à accepter qu'il reste quand ce n'était peut être pas ce qu'elle voulait à cet instant précis. Mais si c'était le cas, alors oui il s'était dit qu'il pourrait lui tenir compagnie et faire un pas vers elle après avoir un peu soufflé le chaud et le froid et probablement donné l'impression que ce genre d'initiatives était précisément la dernière qu'il pouvait prendre. Elle reprit la parole et il resta silencieux une seconde, avant de détourner légèrement le regard. « A quel sujet ? » Il avait bien une idée de ce à quoi elle pouvait faire allusion et c'était peut être la raison pour laquelle il prétextait le contraire, comme si ça risquait de le prendre de court une nouvelle fois après l'autre jour où il s'était retrouvé déstabilisé par ce qu'elle lui avait dit pile après qu'il ait changé d'attitude. Sur le moment, une partie de lui s'était dit qu'elle avait du ressentir le besoin de l'apaiser et c'était avant qu'il ait connaissance de sa mission. « Et moi je crois que je te dois des excuses pour la façon dont j'ai réagi, l'autre jour. Je ne sais pas si cette histoire de mission a pu rendre ça moins déroutant après coup, mais la vérité c'est que je me suis braqué sans raison. » Tout du moins, il n'y avait pas de raison qui aurait pu rendre ça plus acceptable vis à vis d'Anaswara, le reste n'avait pas vraiment d'importance puisque le peu qu'il avait confié n'était déjà pas très éloquent. « Je suis désolé. C'est aussi pour ça que je suis venu. » Pour qu'elle sache qu'il n'avait pas continué sa route sans repenser au moment où il avait eu une réaction injuste ni réfléchi à la façon dont il pourrait rattraper ça. Il ne maîtrisait pas très bien l'art des excuses, mais ça ne l'empêchait de faire quelques efforts.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
sur la lune, wed. 22:30 (II) Empty
MessageSujet: Re: sur la lune, wed. 22:30 (II)   sur la lune, wed. 22:30 (II) EmptyLun 15 Avr - 12:40

Elle n’attend pas de compagnie, ce soir, tout comme les autres soirs. Elle n’est pas de ceux qui vont chercher une présence à ses côtés, ni qui importune les autres en leur demandant de l’accompagner dans cette galère. Elle se la ferme, Anaswara. Elle se plie aux exigences des uns et des autres. Ici, elle se plie aux exigences de la production sans commenter : elle passera la semaine à la belle étoile. Ce soir, elle surprend la venue d’un de ses camarades. Il s’agit de Niels. Elle n’est pas certaine qu’il soit venu pour lui tenir compagnie. Elle ne saurait comment justifier la présence de l’homme à ses côtés. Elle reste silencieuse quand il prend la parole. Elle se pince les lèvres. Elle n’ose pas lui répondre. Est-ce surprenant ? Un peu tout de même, si on réfléchit à la façon dont il agit avec elle depuis une semaine déjà – ou plutôt qu’il n’agit pas et qu’il donne l’impression de la fuir –. Elle sourit à sa deuxième remarque. Il confesse ne pas avoir dormi à la belle étoile depuis des années. « Il faut croire que l’occasion se présente de rattraper ces années... », qu’elle souffle. « C’était une première pour moi, l’autre soir », qu’elle commente, dans un petit rire nerveux. C’était la première fois, dans la nuit de samedi à dimanche, qu’elle passait la nuit à la belle étoile. Heureusement qu’elle avait la compagnie de Bart, ce premier soir, pour ne pas avoir l’impression d’être plongée dans cette inconnue indomptable. Un silence s’installe entre eux. Elle ne sait pas sur quel pied danser avec lui. Quelques instants s’écoulent, alors que les bruits de Mère Nature résonnent dans le creux de son oreille. Elle le détaille, quelques instants, s’asseyant en tailleur dans son hamac, et se plaçant juste en face de lui. Elle ne veut pas qu’il se méprenne sur ses attentions à son égard. Elle a besoin qu’il le sache, alors quelques mots s’échappent entre ses lèvres. Elle a été sincère avec lui, la semaine passée. Elle observe les traits de son visage, en silence. C’est alors qu’il lui demande à quel sujet elle a été sincère. Elle reste interdite, se pinçant les lèvres. Quelques mots s’échappent de sa bouche, dans un murmure presque inaudible : « tu as oublié ». Contrairement à ce que Niels avait pu insinuer au cours de leur conversation, il donne l’impression d’avoir oublié l’existence de leur échange. Elle baisse les yeux, s’échouant sur son amulette, qu’elle tient dans la main. Elle la caresse du bout de son pouce. « Quand je te disais que tu es bel homme, que tu n’as rien à envier aux autres. Je le pense », souffle-t-elle, à voix basse. « Ou quand j’ai dit à Elena que j’appréciais ta compagnie », elle le pensais encore. Tout cela n’était plus en lien avec sa mission, qu’elle avait quelque peu oublié aux côtés de Niels. Ce dernier reprend la parole. Il lui doit des excuses, dit-il. Elle lève la tête en sa direction et plante son regard dans le sien. Elle lui laisse la parole. Après tout, elle a besoin de cette parole pour comprendre son attitude à son égard. Il lui explique s’être braqué sans raison. « Sans raison ? », qu’elle reprend. Elle a du mal à parvenir à comprendre qu’on puisse réagir ainsi sans raison. Néanmoins, elle ne le poussera pas à se confier plus s’il n’en a pas envie. Elle lui adresse un sourire, quand il lui dit qu’il est venu s’excuser. « J’apprécie la démarche », souffle-t-elle.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1399
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 41


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 40 923£
AFFINITÉS:
sur la lune, wed. 22:30 (II) Empty
MessageSujet: Re: sur la lune, wed. 22:30 (II)   sur la lune, wed. 22:30 (II) EmptyMar 16 Avr - 0:40

Qu'Anaswara ne considère pas sérieusement qu'il puisse être venu avec l'idée de lui tenir compagnie, ça n'étonnait pas Niels qui avait conscience d'avoir envoyé des signaux contradictoires au cours de leur échange de l'autre jour. Il ne pouvait pas lui reprocher de ne pas savoir à quoi s'attendre, ni d'envisager qu'il ait pu passer par hasard parce que c'était sûrement l'impression que ça donnait, là où il aurait peut être du la prévenir. Parce qu'il y avait une chose qu'il avait comprise dès leur premier échange, Anaswara n'était pas beaucoup moins solitaire que lui et il n'avait pas très envie de mettre les pieds dans le plat une deuxième fois. Il lui avoua à demi-mot n'avoir plus dormi à la belle étoile depuis des années, ce qui était comme une manière de lui proposer de rester sans pour autant le faire directement. On pourrait croire qu'il avait pris l'habitude d'insister quand d'autres savaient que c'était le bon moment pour battre en retraite, mais dans la vie de tous les jours Niels n'était pas forcément quelqu'un qui aimait s'imposer. Sa première remarque étira ses lèvres d'un coté, tandis qu'il demanda. « Tu as eu de la compagnie depuis samedi ? » Il imaginait que plusieurs candidats avaient du lui proposer de partager ses nuits, il savait depuis le prime qu'Anaswara était appréciée par une majorité de personnes et elle avait ce quelque chose qui faisait qu'on n'avait pas forcément envie de la savoir seule dehors. Niels l'avait perçu lorsque même après qu'il ait réagi étrangement avec elle, elle avait continué à se montrer agréable là où certains l'auraient planté au milieu du passage avec sa clope et ses humeurs. Et parce que certains mots qu'elle avait pu prononcer ce jour-là avaient un peu déstabilisé le vieux loup qu'il était parfois quand on touchait à certains sujets, il hésita une seconde à ce qu'il pourrait répondre quand elle lui assura qu'elle s'était montrée sincère avec lui. Il croyait voir où elle voulait en venir, et le plus absurde c'est que derrière sa réaction un peu détachée ça lui faisait plaisir d'entendre qu'il ait pu s'agir de choses qu'elle pensait et non de sa mission. « Non. » Il lui assura en croisant son regard et dans un léger mouvement de tête, lorsqu'elle supposa qu'il avait oublié leur échange et parce qu'il savait que c'était une chose qu'elle pensait habituelle mais qu'ici ce n'était pas sa mémoire qui flanchait mais plutôt son esprit compliqué qui ne coopérait pas complètement. Elle s'expliqua, et il garda le silence quelques secondes, avant de souffler. « Ta remarque au sujet de mon âge ne m'a pas vexé. Je sais que tu plaisantais, et dans un autre contexte ça m'aurait probablement fait sourire parce que c'est généralement le cas. » C'était le reste qui sur le moment l'avait rendu nerveux et c'est vrai, peut être que sa remarque n'était pas tombée à pic mais il savait que ce n'était pas dit pour le vexer. « Et j'étais pourtant un peu moins usé et sûrement de meilleure compagnie il y a dix ans. » Il ajouta dans un sourire en coin et sur un ton à moitié sérieux, peut être parce que la conversation devenait plus délicate et qu'il ne savait pas très bien gérer ce genre de choses. Niels n'était pas idiot, il l'avait même dit avant qu'Elena ne reformule sa réponse, la plupart des filles devaient surtout avoir retenu son âge et c'est ce qui faisait que la réponse d'Anaswara avait ce soir-là été inattendue. Mais une partie de lui était flattée d'apprendre qu'elle voyait plus loin que ça, comme lorsqu'elle disait apprécier sa compagnie malgré tout. Niels en profita pour lui présenter des excuses face à son comportement de la semaine dernière, parce qu'il lui devait bien ça après s'être braqué comme il l'avait fait. « C'était ma faute, c'est ce que je veux dire. » Et non pas la sienne comme il avait pu le laisser penser, parce que ses questions n'avaient pas été si indiscrètes, son geste pas si embarrassant, mais qu'une fois qu'il s'était tendu en évoquant son mariage il avait eu du mal à quitter sa carapace. « Ça signifie que tu veux que je reste ? » Il demanda en la dévisageant un instant et dans un léger sourire, parce que si elle était prête à effacer l'ardoise et qu'elle avait envie de compagnie, alors il resterait en étant sûr que ça ne la gênait pas. Dans le cas contraire, il venait de dire qu'il n'avait pas dormi à la belle étoile depuis des années et pouvait prendre son mal en patience un soir de plus si c'était le mieux à faire.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
sur la lune, wed. 22:30 (II) Empty
MessageSujet: Re: sur la lune, wed. 22:30 (II)   sur la lune, wed. 22:30 (II) EmptyMar 16 Avr - 12:45

Si, pour Niels, les nuits à la belle étoile sont une expérience passées, une sorte de madeleine proustienne, il en est tout autrement pour la belle. Elle confesse que samedi soir était sa première nuit à la belle étoile. Cela avait un sentiment particulier pour la jeune femme, comme ce sentiment de première fois. Fort heureusement, l’un de ses coéquipiers l’avait accompagné au cours de cette première nuit à la belle étoile, dans ce hamac. Elle n’aurait certainement pas pensé à emporter avec elle quelques effets pour rendre ces nuits plus confortables. Le brun la questionne sur la présence de compagnie à ses côtés, depuis samedi soir. Elle dodeline doucement la tête. « A part Bart, la première nuit... », souffle-t-elle. « Personne n’est venu, ici », qu’elle commente dans un discret sourire. Elle hausse légèrement les épaules. Les nuits suivantes, celle passée avec Bart, elle les a passées seule. Elle a cette étrange impression d’avoir été projetée, malgré elle, en marge des autres, une nouvelle fois. Néanmoins, elle ne se plaint pas de cette solitude qu’on ne cherche pas à dissimuler. Nul ne l’a entendu dire qu’elle aimerait de la compagnie et ne pas passer ses nuits seule dehors. Elle n’a même pas cherché à discuter de cette sanction, ni même à se faire plaindre auprès des autres. « Tu es le seul téméraire à te rendre ici », qu’elle commente dans un sourire amusé. Alors que son regard observait délicatement les traits du visage de son interlocuteur, celui-là s’échappe pour se poser sur son pendentif qu’elle tient entre ses longs doigts fins. Elle se pince les lèvres. Quelques mots viennent se bousculer dans son esprit. La situation lui paraît délicate et elle ne sait comment interpréter les intentions de Niels à son égard, ce soir. Lui qui depuis des jours lui a donné l’impression de la fuir, de l’avoir supprimé de sa mémoire, de l’avoir rendu invisible à ses yeux… Elle redresse la tête et tente en vain d’affronter son regard. Elle veut qu’il sache qu’elle a été  et est sincère avec lui. Aux côtés de l’allemand, elle en a oublié cette mission pour laquelle elle devait faire semblant de l’adorer. La vérité est qu’elle a été incapable de faire semblant. Sa remarque lui laisse entendre qu’il a oublié. Elle devrait en rester là mais il lui affirme le contraire. Pourtant elle se sent obligée de s’expliquer. Les quelques propos qu’elle a pu tenir à son égard étaient sincères. Elle n’a jamais cherché à jouer avec son verbe. Elle ne le quitte pas du regard le brun qui s’explique à son tour. Selon lui, sa remarque au sujet de son âge ne l’aurait pas vexé. Il dit savoir qu’elle plaisantait. Elle hoche délicatement la tête. Elle reste persuadée en son for intérieur qu’elle n’aurait pas dû tenir une telle plaisanterie, parce que c’était accorder une importance à un détail qui ne l’est pas aux yeux de la jeune femme. La remarque suivante de Niels lui arrache un sourire. Selon lui, il était un peu moins usé et de meilleure compagnie, il y a dix ans. « Tu regretterais de ne pas m’avoir rencontré plus tôt ? », qu’elle réplique, sur un ton peu sérieux. Elle réprime quelques éclats de rire qui tentent de se trouver un chemin entre ses lèvres closes. Elle plaisante. Elle agite doucement la tête, comme pour signaler le non sérieux de sa réplique. Par la suite, Niels reprend la parole et s’excuse. Il s’excuse de cette attitude qu’il a tenu à son égard, sans raison, comme il se justifie. Il ajoute que c’était de sa faute. En silence, elle hoche légèrement la tête. Elle reprend la parole, lui confessant qu’elle apprécie la démarche. Elle relève la tête et croise le regard du brun. Est-ce que cela signifie qu’il peut rester ? « Bien entendu », qu’elle réplique, dans un discret sourire. « Installe-toi », scande-t-elle, en désignant son hamac puis les quelques autres qui l’entourent. Elle lui laisse le loisir de choisir là où il s’installerait pour cette nuit. « Méfie-toi, ce sont des bêtes difficilement maîtrisables », qu’elle lui fait remarquer, en parlant des hamacs. Elle rit nerveusement.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1399
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 41


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 40 923£
AFFINITÉS:
sur la lune, wed. 22:30 (II) Empty
MessageSujet: Re: sur la lune, wed. 22:30 (II)   sur la lune, wed. 22:30 (II) EmptyMer 17 Avr - 8:38

Finalement, à travers cette semaine de cohabitation avec la nature, Anaswara découvrait les attraits des nuits à la belle étoile et Niels n'était pas surpris d'apprendre que pour elle c'était une première, parce qu'il avait compris au cours de leur premier échange qu'il y avait un certain nombre de choses qu'Anaswara attendait encore de pouvoir découvrir. Il trouvait ça bien et plus encore si comme il l'imaginait elle avait pu profiter de la compagnie de plusieurs candidats depuis le prime. Pourtant, elle lui confia n'avoir pu compter que sur Bart et il croisa les bras sur son torse, se sentant un peu idiot d'avoir posé la question mais croyant lire dans sa façon de sourire que ça n'avait pas tant d'importance. « Eh bien, la semaine n'est pas encore terminée. » Il énonça dans un demi-sourire, parce que le prime paraissait encore assez loin pour qu'elle reçoive peut être de la visite un de ces soirs. Il avait le sentiment qu'Anaswara était quelqu'un d'apprécié alors au même titre qu'il n'aurait pas été étonné si elle lui avait dit que les candidats s'étaient succédé pour lui tenir compagnie, il ne serait pas surpris que certains attendent la fin de la semaine. Lui avait bien laissé passer plusieurs jours, pour des raisons différentes certes. « Je ne sais pas si c'est le terme le plus juste quand on sait que je me suis quand même fait un peu désirer. » Il émit un rire silencieux, pas certain que sa témérité ait grand chose à voir là-dedans et alors que s'il n'avait pas autant réfléchi avant de décider qu'il ne serait pas plus maladroit de venir que de ne pas le faire, il se serait proposé de lui tenir compagnie plus tôt. Et s'il le lui avouait sans détour, c'est parce qu'il savait qu'il avait pu se montrer fuyant depuis plusieurs jours, qu'après sa réaction un peu brusque il n'avait pas jugé bon de lui réimposer sa compagnie et ses humeurs parfois changeantes. Ce qui avait été un tort puisque maintenant elle semblait persuadée qu'il avait consciemment oublié leur échange, et plutôt tout l'inverse si on considérait les nœuds qu'il s'était fait au cerveau en y repensant. Il avait eu honte, s'était reproché d'avoir trop pris sur lui au début pour finalement avoir implosé, et voilà qu'Anaswara lui assurait avoir été sincère dans ce qu'elle lui avait dit et apprécier sa compagnie malgré tout. Niels se retrouvait pris de court, toujours un peu désarçonné et incapable de vraiment exprimer ce qu'il en pensait parce que c'était devenu tout sauf habituel pour lui, autant les compliments que le reste. Il était flatté, mais il n'arrivait pas à le montrer comme il le voudrait, trop habitué à ce que ses rapports avec les autres et avec les femmes en particulier se limitent à deux catégories dans lesquelles ce genre de confessions n'avaient généralement pas leur place, sa vie tournant surtout autour de son métier depuis quelques temps. « A vrai dire, je ne crois pas que ça aurait nécessairement été une meilleure chose qu'on se rencontre il y a quelques années. » Il finit par avouer en retrouvant son regard et après un court silence, parce qu'il avait plusieurs raisons de penser que ça aurait été plus compliqué que ça ne l'avait déjà été par sa faute. « Après mon divorce, je n'étais pas de très bonne compagnie. Même avec dix ans de moins, je pense que tu n'aurais pas tenu exactement le même discours à mon sujet si tu m'avais connu à l'époque. » Il afficha un fin rictus et détourna le regard, pas certain que ce sujet soit beaucoup moins casse-gueule que celui de son mariage et c'est pour ça qu'il n'employait pas n'importe quel mot et pas n'importe quel ton, la faute à ce précédent qui l'incitait à faire plus attention à ce qui était susceptible de provoquer chez lui une réaction qu'il aurait encore du mal à contrôler et pour laquelle il aimerait ne pas avoir à s'excuser à nouveau. Niels lui demanda finalement si elle voulait qu'il reste et retrouva un léger sourire lorsqu'elle accepta. « D'accord. » Il s'approcha ainsi des hamacs et fut bientôt frappé par ce qu'elle ajouta. « Tu es sûre qu'ils peuvent soutenir mon poids ? Je n'ai pas très envie de passer au travers au milieu de la nuit. » Il plaisantait, n'empêche que maintenant qu'il s'était approché le tissu ne lui paraissait quand même pas bien épais. A vue d’œil il devait bien y avoir au moins trente kilos d'écart entre elle et lui et peut être autant de risques qu'il finisse par terre avant le lever du soleil. « Au fait, je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que tu tenais quelque chose dans ta main. » Il ajouta après lui avoir fait de nouveau face, parce que ce détail avait attiré son attention tout à l'heure et qu'il jugeait que le moment était bien choisi pour poser la question. « Qu'est-ce que c'est ? » De là où il était, ça ressemblait un peu à une amulette mais il ne poserait pas la question si ça ne l'intriguait pas réellement.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
sur la lune, wed. 22:30 (II) Empty
MessageSujet: Re: sur la lune, wed. 22:30 (II)   sur la lune, wed. 22:30 (II) EmptyMer 17 Avr - 12:22

Ne pas avoir de compagnie n’a pas d’importance aux yeux de la belle. Certains profiteraient d’avoir une telle sanction avant de jauger leur côte de popularité auprès de leurs camarades : partant du principe que plus de personnes souhaiteraient leur compagnie dans un telle galère, plus ils seraient appréciés. Peut-être ont-ils raison de penser de cette façon mais ce n’est pas ainsi que la brune pense. Elle n’est pas soucieuse de ce détail. Niels lui fait remarquer que la semaine n’est pas terminée. Effectivement, il lui reste encore deux nuits à dormir à la belle étoile. Deux nuits à la belle pour lui tenir encore compagnie, deux nuits à la belle pour s’inviter à ses côtés. Elle hoche la tête comme pour approuver ses dires. « Tu te portes volontaire ? », qu’elle lui demande, loin d’être sérieuse avec cette invitation. Jusqu’à maintenant, un seul candidat n’a trouvé le courage de venir empiéter dans son espace vital d’une semaine : Niels en personne. Elle s’amuse à lui dire qu’il est, jusqu’à maintenant, le seul téméraire à s’être lancé. Néanmoins il ne semble pas être de son avis. Il ne manque pas d’ailleurs de lui faire remarquer qu’il s’est, quelque peu, fait désirer. Elle sourit à cette réflexion. Se faire désirer n’est pas l’expression qu’elle aurait employé pour définir l’attitude de l’homme à son égard. Elle a plutôt eu l’impression qu’il la fuyait plus qu’il ne cherchait à se faire désirer d’elle. Anaswara profite d’avoir le brun en face de lui pour éclaircir quelques propos qu’elle lui a confié à son sujet. Il ne veut pas qu’il se méprenne de ce qu’elle peut lui dire, la semaine passée. A aucun moment, ses propos n’ont été vernis par un voile d’hypocrisie. Elle aurait été incapable de faire semblant, malgré ses maladresses.  Il n’a d’ailleurs pas oublié ce qu’elle lui a dit. Quelque chose en le for intérieur de la brune est soulagé de l’entendre dire cela. Un discret rictus s’éprend de ses lèvres couvertes de baume. Elle ne comprend pas ce qu’il cherche à lui dire, quand il lui fait remarquer qu’il était moins usé et de meilleure compagnie il y a dix ans. Elle tente de plaisanter à son tour, un peu nerveuse, en lui demandant s’il regrettait de ne pas l’avoir rencontré plus tôt. Elle se doute de sa réponse. Elle reprend un certain sérieux, quand il confesse que cela n’aurait pas été nécessairement une meilleure chose qu’ils se rencontrent il y a dix. Elle se pince les lèvres, quand il mentionne son divorce. Il n’était pas une très bonne compagnie. Elle reste silencieuse, constatant la contradiction de Niels. Elle arque un léger sourcil, tentant de comprendre pourquoi cette soudaine pirouette oratoire. Mais finalement elle se contente de hocher la tête. « Pourquoi dis-tu cela ? », qu’elle lui demande quand il prétend qu’elle n’aurait pas tenu le même discours à son sujet si elle l’avait connu à son époque. Elle observe en silence le visage de son interlocuteur. Quelque chose en lui l’interpelle. Il ne la regarde plus, quelque chose se tend en lui. « Mais tu sais quoi ? Cela ne sert à rien de regarder le passé, surtout pour une rencontre qui n’aurait jamais pu se produire il y a dix ans », qu’elle souffle, calmement, comme pour chercher à l’apaiser malgré elle. Elle lui adresse un sourire. Finalement, la jeune femme accepte la présence de l’allemand à ses côtés, pour cette nuit. D’ailleurs, elle ne manque pas de lui faire remarquer sur le ton de l’humour que les hamacs sont des bêtes difficilement maîtrisables. Son attention se porte vers Niels, qui s’approche du hamac voisin au sien. Il semble hésitant, et prend finalement la parole. Un léger rire s’échappe de la bouche d’Anaswara, alors qu’il lui demande si le hamac peut supporter tout son poids, ne voulant pas passer au travers cette nuit. « Certaine ! », qu’elle réplique. « Il paraît qu’on peut s’y installer à plusieurs dedans », qu’elle lui fait remarquer. « Donc s’ils peuvent supporter l’addition de nos deux poids, par exemple, il n’y a aucune crainte pour qu’il te supporte », qu’elle reprend, sur un ton qui se veut plus léger que d’habitude. « Tu peux me faire confiance », reprend-elle, en croisant son regard. Sûrement à cause de son métier, elle a une certaine facilité à rassurer les personnes, même dans les situations qui peuvent lui échapper. Finalement, Niels la questionne sur… Elle redresse la tête et tourne la tête en sa direction, en remarquant qu’il lui fait face. Il évoque quelque chose qu’elle tenait dans sa main. Il la questionne sur son identité. Son regard s’échoue sur l’objet en question, avant de relever la tête et affronter le regard de l’homme. « C’est une amulette », souffle-t-elle. « Elle m’a été offerte, à mes seize ans », qu’elle explique, balayant les quelques détails qui n’ont peu d’importance. « Je la garde toujours près de moi, depuis ».

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1399
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 41


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 40 923£
AFFINITÉS:
sur la lune, wed. 22:30 (II) Empty
MessageSujet: Re: sur la lune, wed. 22:30 (II)   sur la lune, wed. 22:30 (II) EmptyJeu 18 Avr - 2:40

Niels aurait pu penser que ce n'était pas la meilleure idée qu'il avait eu de lui demander si certains candidats lui avaient tenu compagnie depuis le début de la semaine, mais il comprit qu'Anaswara relativisait les choses et ne déplorait pas l'absence d'un élan de solidarité qui pouvait s'expliquer par l'envie d'une majorité de personnes de profiter du confort qui ne leur était pas acquis au départ, ou simplement par un désir de laisser chacun se débrouiller seul à ce stade où l'attachement n'avait pas pris le pas sur la distance qui s'instaurait au début. « Je suis là, non ? » Il laissa entendre dans un demi-sourire, et alors que le fait qu'il l'ait retrouvée ici semblait déjà indiquer que rester était plus qu'une éventualité. Niels savait prendre des décisions sur un coup de tête, mais il n'omettait pas de les étudier un minimum, comme lorsqu'il disait que sa venue dans l'émission s'était faite comme ça, sans calcul. Ce n'était pas faux, mais pas tout à fait vrai non plus. Quant à sa venue dans ce lieu en particulier, il avait laissé passer plusieurs soirées avant d'estimer que c'était en essayant de limiter les situations à risque qu'on finissait par faire preuve d'une vraie maladresse, parce que c'est un peu ce qu'il avait fait depuis leur dernier échange. Il n'avait pas tant voulu la fuir que méditer dans son coin sur la façon dont il avait réagi et la meilleure manière d'éviter que ça se reproduire, mais il savait quelle impression ça avait pu donner. C'était habituel chez Niels, il n'avait pas les mêmes facilités à nager au milieu des autres qu'à faire tomber les barrières qui trônaient entre ses patients et lui. C'était comme deux mondes qui se frôlaient sans jamais tout à fait cohabiter et c'est peut être ce qui faisait qu'on ne savait pas toujours s'il s'adressait à quelqu'un comme un thérapeute ou comme celui qu'il était en dessous. Et la raison pour laquelle certains sujets ne le mettaient pas très à l'aise. Ce qu'Anaswara lui avait dit, il ne l'avait plus entendu depuis assez longtemps pour que ça lui fasse l'effet d'un vieil ami qui toque un matin à sa porte sans avoir prévenu. Déroutant, mais pas désagréable après coup. Il y avait deux sortes de réactions possibles après un divorce, ceux qui vont de l'avant et ceux dont une partie reste malgré eux prisonniers de cette promesse rompue et qui se retrouvent à chercher du sens là où ils sont susceptibles d'en trouver. C'est à ça qu'il faisait allusion quand il lui disait qu'il était sûrement moins usé dix ans en arrière. Est-ce que pour autant elle l'aurait trouvé plus sympathique ou avenant, et moins taciturne ? Peut être au début, mais il se sentait obligé de restaurer un bout de vérité, parce qu'il y avait des choses qui ne lui auraient probablement pas donné envie de creuser beaucoup plus loin. « Parce que je n'ai pas toujours été celui qui pose les questions. » Il avoua dans un léger haussement d'épaules et en retrouvant son regard, sachant bien que c'était l'une de ces réponses criantes de vérité pour lui mais pas tellement révélatrices pour les autres. Il faisait de son mieux mais il avait appris à peser ses mots. Elle reprit la parole et il acquiesça. « C'est vrai. Tonia dit qu'on ne se serait sûrement jamais croisés ou parlés si on n'avait pas tous été ici, et elle a raison. Parce que même si on s'était retrouvés tous les deux dans le même vol, tu m'aurais expliqué comment m'en sortir vivant mais ça n'aurait pas été plus loin. » Il retrouva un plus fin sourire, son ton aussi était un peu plus léger parce qu'il trouvait ça intéressant d'adopter ce point de vue sur les rencontres qui se faisaient. C'était peut être son coté « mettez-moi dans une pièce avec un groupe d'inconnus et j'essaierai de les cerner avant l'heure du déjeuner » qui s'exprimait, mais il aimait assez l'idée que tout ça n'ait pas été écrit au départ. Il ne croyait pas aux prophéties parce qu'elles étaient pompeuses et prévisibles. Convenant avec Anaswara qu'il lui tiendrait compagnie, Niels tint quand même à s'assurer que le hamac ne lui ferait pas le coup de rompre sous son poids. « Un jour j'ai cassé le cheval en bois de mon fils en m'asseyant dessus. Depuis je prends quelques précautions. » Il avoua en réprimant un rire et en tâtant l'intérieur du hamac avec sa main. C'était le genre de choses dont on pourrait presque se demander si elles étaient vraies tant ce qu'il révélait au sujet de sa famille était étudié et distillé. Mais cette anecdote-là était vraie, ça l'avait banni pour un moment de la salle de jeux de ses enfants. « Je te fais confiance, de toute façon maintenant j'ai dit que je restais. » Il n'allait juste pas grimper tout de suite parce qu'il n'oserait plus redescendre ensuite et qu'il était trop tôt pour qu'il se couche, en revanche ça l'intriguait de savoir ce qu'Anaswara tenait dans sa main, un détail qui avait attiré son attention mais qu'il avait mis de coté jusqu'ici. Une amulette, donc. « Qui te l'a offerte ? » Niels demanda en comprenant que ça devait être quelqu'un qui tenait à elle, qui la connaissait depuis son adolescence et pour qui ça aurait du sens de lui offrir ce genre de cadeau. Probablement un membre de sa famille. « Parce que tu y es attachée ou par superstition ? » Peut être les deux, et s'il donnait l'impression d'avoir un esprit trop rationnel pour certaines choses, ça ne l'empêchait pas de montrer de la curiosité même pour ce qui apriori dépasserait son entendement.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1974
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
sur la lune, wed. 22:30 (II) Empty
MessageSujet: Re: sur la lune, wed. 22:30 (II)   sur la lune, wed. 22:30 (II) EmptyJeu 18 Avr - 10:06

Anaswara ne se formalise pas de passer les nuits à la belle étoile seule. Ce n’est pas comme si elle était habituée à vivre seule… Elle n’en veut pas à ses camarades de ne pas venir la rejoindre, une fois la nuit tombée. Alors quand Niels lui fait remarquer à juste titre que la semaine n’est pas terminée, elle plaisante à lui demander s’il se porte volontaire. Il ne lui reste que deux nuits encore à passer avant la levée de sa sanction. Sa réponse ne manque pas de la faire discrètement sourire. « C’est vrai », souffle-t-elle, alors qu’il lui dit qu’il est là. Malgré sa présence, cela ne veut pas pour autant dire qu’il passera une nuit en sa compagnie, ni ces deux dernières nuits à la belle étoile. Jusqu’à présent, elle ne parvient pas à identifier clairement les attentions de l’homme. Elle a plutôt l’impression d’être l’objet et les raisons de ses fuites permanentes, sans parvenir à donner du sens à tout cela. Elle ne comprend pas ce qui chez elle peut avoir un effet répulsif sur le brun. Elle a pourtant essayé, dès le premier jour, de ne pas reproduire les schémas traditionnels de ses rapports humains aux autres. Elle fait des efforts et prend sur elle, peut-être parce qu’elle sait que l’imprononçable la protège. Pourtant avec Niels, le schéma semble se redessiner. Il finit par lui démontrer le contraire. Il n’aurait pas oublié leur échangé, ni leur rencontre. Elle ne sait si elle doit être soulagée de l’entendre dire. Quant à ce qu’elle a pu lui dire, elle veut qu’il sache qu’elle ne lui a pas menti et qu’elle a été sincère avec lui. Il laisse entendre alors qu’il aurait une meilleure compagnie, il y a dix ans, avant de se reprendre. Elle écoute silencieuse sa réponse, quand il lui explique qu’il n’a pas toujours été celui qui pose des questions. « Celui qui y répond », pense-t-elle à haute voix, malgré elle. S’il n’a pas été celui qui pose des questions, il est celui qui y répond. Logique cartésienne. Anaswara pourrait l’inviter à en dire plus mais elle décide qu’ils ne devraient pas s’aventurer sur ce terrain là. Comme si elle craignait de trébucher une nouvelle fois, avec lui. Cela ne mène à rien à se projeter dix ans en arrière pour une rencontre qui n’aurait jamais pu avoir lieu. Un discret sourire se peint sur ses lèvres, à écouter les paroles de Niels. Même s’ils avaient été sur le même vol, elle lui aurait expliqué comment s’en sortir vivant et ils en seraient restés là, tous les deux. Elle hoche la tête. « Tu m’aurais demandé un repas et la localisation des toilettes aussi », qu’elle renchérit sur un ton un peu plus léger qu’à l’habitude. A vrai dire, ses interactions avec les autres ne s’arrêtent souvent qu’à ses détails :les instructions de sécurité et le service. Il y a toujours cette barrière qui la rassure entre les autres et elle. Cette barrière que Thrown Dice est venu abattre. Ici, au milieu des autres, elle n’est plus en sécurité. Elle le sait. Ils conviennent par la suite que Niels passera la nuit à ses côtés, à la belle étoile. Il ne semble d’ailleurs pas rassuré par ce qui lui fera office de lit pour cette nuit. La brune lui explique qu’ils peuvent supporter plusieurs personnes, et par conséquence il peut être rassuré et lui faire confiance. Elle réprime un éclat de rire, en posant sa main devant ses lèvres, en écoutant l’anecdote de l’allemand. « J’espère que tu lui en achètes un nouveau, après ça », qu’elle reprend, sur un ton peu sérieux. Par la suite, il lui assure lui faire confiance. Elle lui adresse un sourire.Niels la questionne ensuite sur son amulette qu’elle ne quitte jamais au moment de se coucher. Elle lui confie qu’elle lui a été offerte à ses seize ans. Ces quelques informations ne semblent pas satisfaire la curiosité de l’homme, qui la questionne de nouveau. « Ma grand mère », qu’elle répond, après un moment de flottement, comme submergée soudainement par des images venues d’ailleurs. « J’y suis attachée », souffle-t-elle furtivement, quand il lui demande si elle y est attachée ou si elle la possède par superstition. « Un jour, peut-être, je te raconterai son histoire, si tu le veux », reprend-elle calmement. Un jour, mais pas ce soir. Il est bien trop tôt pour qu’elle daigne se lancer dans une telle confidence. Mais peut-être qu’elle ne lui racontera jamais. Elle pose son regard sur la grande silhouette qui se tient debout face à elle. « Tu ne veux pas t’installer ? », qu’elle lui demande. « Assis-toi, si tu veux », souffle-t-elle, en lui signalant une place à ses côtés, dans son hamac. Il peut aussi bien s’asseoir sur le hamac voisin.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels 

MESSAGES : 1399
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 41


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 40 923£
AFFINITÉS:
sur la lune, wed. 22:30 (II) Empty
MessageSujet: Re: sur la lune, wed. 22:30 (II)   sur la lune, wed. 22:30 (II) EmptySam 20 Avr - 1:38

Il n'était peut être pas tout à fait sûr de ce qui l'avait motivé à venir ici, si c'était un arrière-goût de culpabilité après sa réaction de l'autre jour ou l'envie de se racheter en partie en lui tenant un peu compagnie, mais le fait qu'il soit là prouvait que Niels faisait déjà plus que l'envisager. Il l'avait confié tout à l'heure, sa dernière nuit à la belle étoile remontait à assez longtemps pour que l'expérience ait quelque chose d'exaltant, et peut être qu'ainsi il arriverait à faire oublier la façon dont il s'était braqué. Il sentait bien qu'Anaswara ne savait plus très bien sur quel pied danser avec lui et le problème avec Niels c'est qu'il n'avait pas non plus de mode d'emploi intégré qui aiderait à mieux saisir certaines de ses réactions. Son associée plaisantait souvent sur le fait qu'il pouvait être adroit avec ses patients, et agir comme un éléphant au milieu d'un magasin de porcelaine quand il se retrouvait face à quelqu'un avec il ne pouvait pas exploiter les mêmes automatismes ou considérer que c'était normal d'être celui qui pose les questions et s'arrange le plus souvent pour que la curiosité n'aille que dans un sens. Les gens savaient le plus souvent de lui ce qu'il mettait en avant, pas beaucoup plus, et il s'était trouvé pas mal d'excuses avec les années pour éviter de nouer des liens. Et pas sûr que le Niels d'il y a quelques années lui aurait paru beaucoup plus abordable, en tout cas sous certains angles. « Quand ils avaient de la chance. » Il compléta dans un fin sourire en coin, conscient qu'elle avait du cerner cette part de sa personnalité et le fait qu'il n'était de nature pas forcément causante, ou pas quand ça concernait ce qu'il n'avait pas envie de verbaliser. Son ex-femme l'avait épousé en connaissance de cause, ce n'était jamais évident de lui faire dire quelque chose ou d'obtenir plus que des réponses évasives quand elle était en droit d'attendre mieux, et pourtant il lui avait montré plus de choses qu'à personne d'autre, il aurait simplement quelques fois aimé qu'elle lui soit un peu plus semblable pour pouvoir le comprendre. Anaswara avait cependant raison, les rencontres qui s'étaient faites ici ne se seraient sûrement pas faites ailleurs et c'était intéressant de l'observer quand on connaissait les chances au départ pour qu'ils soient tous sélectionnés. « Ou je me serais plaint de la qualité des plateaux repas et du fait que les toilettes sont toujours occupées. » Il reprit dans un rire silencieux, pratiquement sûr que ça aurait aussi pu être proche de la réalité même s'il était surtout du genre à passer son vol à lire ou écouter de la musique, et à mater le film du son voisin du coin de l’œil sans vraiment toucher à son repas. « Ça doit te manquer, non ? De voler, je veux dire. » Il se contentait de supposer, mais ça ne l'étonnerait pas qu'une hôtesse de l'air qui passait souvent plus de temps dans les airs se sente un peu déstabilisée de rester sur la terme ferme plusieurs jours de suite. Un peu comme un régime difficile à tenir au début. Anaswara accepta par la suite qu'il lui tienne compagnie et Niels partagea une anecdote inspirée par cette histoire de hamac. « J'ai fait mieux, je l'ai réparé. C'était plus tout à fait le même cheval, mais il avait quelque chose en plus. » Il étira un sourire, toujours un peu plus tendre quand il était question de ses enfants. Quelque chose d'un peu curieux, car pour sa défense il savait bricoler mais son truc c'était surtout de suivre des plans. Des plans de chantiers ou de construction, ça avait le mérite d'être limpide et sans ça il ne fallait pas trop compter sur sa fibre artistique. Mais le cheval avait fait mouche, c'était comme une pièce unique que personne n'avait eu le cœur de revendre ou de donner, et Niels regrettait parfois de ne pas l'avoir récupéré après son divorce. Dans un autre genre, l'amulette qu'Anaswara tenait dans sa main attira son attention et Niels ne fut pas surpris d'apprendre qu'elle lui avait été offerte par sa grand-mère. « Je comprends. » Il fit lorsqu'elle confia y être attachée, parce qu'il ne donnait peut être pas l'impression d'être un sentimental mais qu'il venait d'avouer qu'il avait préféré réparer un cheval en bois que de le remplacer, même s'il ne l'avait pas fait pour lui. « D'accord. Quand tu seras prête. » Si un jour elle l'était, il tâcherait d'être encore là pour écouter son histoire parce que ça l'intéressait d'en savoir un peu plus et de se faire une idée de ce que représentait exactement cette amulette. Tout vient à point à qui sait attendre, c'était le genre de choses qu'il pourrait accrocher aux murs de son bureau pour se rappeler que la patience était parfois la clé. Il hocha la tête et s'approcha ensuite lorsqu'elle l'invita à s’asseoir à ses cotés, songeant que ce serait le meilleur test qu'il puisse faire pour s'assurer de la solidité de ces hamacs. « Attention, j'arrive. » Il ricana légèrement. Qu'elle se tienne prête au cas où, il ne voudrait pas être responsable d'une mauvaise chute. S'asseyant et s'enfonçant dans la toile, il laissa passer une seconde puis jugea que la partie la plus risquée était passée. « J'aurais du prévoir une tenue spéciale pour dormir ? » Il demanda en constatant qu'Anaswara avait une tenue de circonstances, peut être plus confortable que ses vêtements à lui, mais d'un autre coté il aurait plus chaud comme ça.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Poussière de Lune [ journaliste]
» Présentation de Lune d'Orage
» Pleine lune, sombre présage. [Moyen, privé]
» La haine et la répulsion, la lune et le soleil.
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: COIN HAMACS-
Sauter vers: