Partagez
 

 J'arrive. (mercredi, à 17h20)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 438
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
J'arrive. (mercredi, à 17h20) Empty
MessageSujet: J'arrive. (mercredi, à 17h20)   J'arrive. (mercredi, à 17h20) EmptyDim 14 Avr - 22:25

@bart

Les derniers rayons du soleil frôlent encore mon épiderme, suffisamment pour que je le sente. J'essaie de parfaire mon bronzage en jouant avec les ficelles de mon haut pour éviter la marque fatale. J'ai trouvé le traité d'économie hérétique de Thomas Porcher dans la bibliothèque que j'essaie de commencer. On m'en avait déjà parlé et je m'étais dit que c'était un truc d'intellectuel, du papier pour ceux qui sont engagés. (Je ne le suis pas, engagée). Je l'ai juste emprunté pour confirmer que j'avais bien raison. Son introduction me fait juste déprimer parce que je sens justement oppressée par ce discours du dominant qui justifie le libéralisme. Surtout que je n'ai pas ma place dans tout ce bordel politique organisé ? Je cours. Je me suis souvent demandée ce que j'allais devenir si je n'arrivais pas à trouver une certaine utilité dans la vie que j'essaie de mener. Parfois j'ai juste l'impression qu'il me reste plus qu'à rêver, si je veux m'y extraire. Je ne tarde pas à être rejointe par Bart qui s’installe sur le bout de serviette qui n’a pas encore été conquis par le sable. Je pivote un instant mon minois dans sa direction, un sourire en guise de salut, pendant quelques secondes avant de reporter mes prunelles sur l’étendue bleue qui nous face. Je ferme ce bouquin qui commençait à me donner mal à la tête dès la page vingt. Pas besoin de réfléchir quand on est capable de ressentir, de toute façon. Je préfère me concentrer sur le candidat qui veut bien m'offrir sa compagnie. « Tu as déjà été amoureux Bart ? » Je lui demande, sans amorce externe. Parce que c'est un sujet qui m'anime plus et que Bart est suffisamment doux pour y répondre en tout honnêteté. Je finis par lui jeter un regard en biais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 368
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
J'arrive. (mercredi, à 17h20) Empty
MessageSujet: Re: J'arrive. (mercredi, à 17h20)   J'arrive. (mercredi, à 17h20) EmptyMar 16 Avr - 12:40

Le palace s’apparente à une sorte de paradis uniquement occupé par une petite communauté auto-suffisante et donc coupée du reste du monde. Quand tu vas à la plage, tu ne te retrouves pas noyé au milieu de touristes occidentaux bruyants et encombrants. Le territoire est encore vierge de leurs tentatives d’invasions, même si ça risque de changer à la fin de l’aventure, lorsque la production aura revendu le terrain de l’hôtel à des promoteurs immobiliers. Pour le moment, le cadre est préservé et idyllique. Il y a tout qui y est joli, même les filles sont bien roulées et bien habillées pour coller avec le reste du paysage. La production, elle leur fournit tout ce qu’il faut pour se sentir épanoui au cours du jeu. Sauf que Bart, il donne l’impression d’être complètement à côté du truc. Il traîne la patte et les grains de sables qui s’infiltrent dans ses chaussures lui donnent bizarrement envie de pleurer. Le gars n’est quand même pas très net au fond de sa tête. Il y a plein de trucs qui le dépriment dans la vie, alors il ne lui en faut pas beaucoup pour être à deux doigts de craquer. Il se sent vide quand il observe l’étendue d’eau qui se prolonge dans l’horizon. C’est bizarre comme sensation, entre la plénitude et une sorte d’angoisse de la page blanche. Parce que la plage, c’est un peu ça. Il y a que dalle. Tout est à inventer. Son regard se pose sur l’unique objet qui se détache dans son champ de vision. Il n’y a pas à dire, le tableau est charmant à regarder. On se croirait dans un film de Wes Anderson avec la jeune femme qui se perd dans sa contemplation des vagues. Lula, c’est le genre de meufs qui te met à l’aise. Bart, il ne sait pas si ça lui vient naturellement ou si c’est juste un traitement de faveur parce qu’il lui fait un peu pitié. Il s’approche doucement, afin de la rejoindre. Il est calme comme garçon. Quand il débarque, c’est à peine si tu le remarques. Il pose une fesse sur son bout de serviette en silence pour ne pas la déranger dans sa lecture. Il veut juste un peu de compagnie et la sienne lui convient très bien, même s’ils ne se parlent pas. Sauf que Lula, elle lui balance une question qui sort de nulle part. Elle ne s’en rend pas compte, mais là, elle le lance sur un sujet digne de l’épreuve de philo au baccalauréat. Il ne sait pas répondre simplement. Il y a forcément un moment où il va ressentir le besoin de pousser super loin la réflexion, parce que c’est comme ça qu’il fonctionne. « Oui. Tout le temps. » il lâche spontanément. Bart, il est un peu neuneu sentimentalement parlant. Il est foutu de tomber amoureux de la caissière du supermarché en bas de chez-lui ou d’une simple passante dans la rue lui ayant souri. Le soucis, c’est qu’il n’arrive pas à aborder des inconnus, alors il ne se déclare jamais. « Alors je sais qu’on pourrait se dire que celui qui tombe souvent amoureux, ne l’est jamais réellement, mais j’crois qu’on a tous des degrés de sensibilité différents. Si ça fonctionne pour la douleur, pourquoi ça ne pourrait pas aussi marcher pour son opposé ? » Il y en a qui sont douillets, il y a qui sont plus résistants. Du coup, t’as peut-être même des gens souffrant d’insensibilité congénitale à l’amour, ce qui expliquerait certaines de ses déconvenues avec des membres de la gente féminine. « Certaines personnes ont le cœur aussi gros qu’un ballon. Un ballon, c’est pratique. Quand tu le jette très fort par terre, il rebondit. S’il commence à prendre trop de place dans tes bras et que t’as plus trop envie de jouer avec, tu peux aussi le crever et il suffira de mettre un bout de scotch pour son prochain propriétaire. » il hausse les épaules en observant l’eau qui leur fait face. Lui, il doit avoir un truc du genre gros ballon de gymnastique dans sa cage thoracique. Parfois, c’est un peu encombrant et lourd à porter. Bart, il peut tout autant se montrer extrêmement pessimiste qu’utopiste dans une sorte de schizophrénie émotionnelle. « Et toi ? » Elle est plutôt du genre à ne jamais tomber amoureuse la Lula ou à avoir un cœur d’artichaut comme lui ?

_________________


Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 438
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
J'arrive. (mercredi, à 17h20) Empty
MessageSujet: Re: J'arrive. (mercredi, à 17h20)   J'arrive. (mercredi, à 17h20) EmptyJeu 18 Avr - 23:10

Bart me répond tout le temps, mes opales curieuses se braquent sur lui dans l'attente d'une suite. Moi, je le juge pas son coeur qui est capable de rapidement s'emballer. Je suis captivée par les mots de Bart, j'ai la scène qui se joue sous ma boîte crânienne, je le trouve presque poétique. Je dois vraiment être vrillée. « J'aime bien l'image » Je souffle parce que je la trouve aussi pathétique que douce. « Et tu as réparé combien de fois ton ballon ? » Je lui demande en le regardant. Il me relance la question, bien évidemment. « J'aime très facilement les gens mais je ne suis tombée amoureuse qu'une fois » je nuance en le regardant, avec un léger sourire. « Pendant cinq ans » Je complète parce que c'est un exploit. J'ai tendance à lasser les gens, trop prévisible, dans une volonté de contrôle alors que la réalité en est tout autre. C'était pas gagné au début, parce que j'avais peur du sérieux, peur que ça commence à compter pour de vrai. « On s'aimait beaucoup trop, on ne quittait jamais parce qu'il faisait parti de mon équipe d'entraineurs, il a tout construit pour moi et je me suis toujours orientée en fonction de lui » Je laisse entendre en me replongeant dans mes souvenirs. On s'est mis ensemble lorsque j'avais à peine dix huit ans, j'imagine que cette donnée entre en jeu. On s'était autorisé s'emballer parce que je ne voyais aucune fin. « Tout est allé hyper vite, tu sais quand tu perds totalement le contrôle du rythme mais que tu t'en moques parce que tu te sens juste bien » Je complète de ma voix blanche. « Puis un jour j'ai compris que c'était plus par confort, je l'ai tellement déçu et moi aussi » C'est le genre de déclic qu'on n'aimera jamais avoir. Mais je pouvais plus l'ignorer non plus. Sa réaction n'a aidé en rien. « Au début je pensais que ça sera indolore, parce qu'elle était douce notre fin et c'est quelques mois après que je me suis sentie tellement vide en accusant le contrecoup » je tente de lui expliquer la sensation presque viscérale qui s'est infiltrée avec les semaines. Vide, triste et seule. Complètement dépassée par le fait de constater qu'il n'y avait plus rien, que c'était plus sa présence qui me manquait que sa personne. « Il a mis six mois avant de me regarder à nouveau dans les yeux » je souffle parce ses maux, ce sont les siens, les miens, les nôtres. « Et il le fait parce parce qu'on a une fille » Je concède. « Tu as de la chance de bien savoir rebondir » Je conclus dans un léger sourire en penchant la tête dans sa direction.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 368
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
J'arrive. (mercredi, à 17h20) Empty
MessageSujet: Re: J'arrive. (mercredi, à 17h20)   J'arrive. (mercredi, à 17h20) EmptyDim 21 Avr - 10:51

Il réfléchit quelques secondes quand elle l’interroge en sous-texte à propos du nombre de fois où on lui a brisé le cœur. « Peut-être six fois, mais c’est parce qu’il y en a qui se sont pas mal acharnées sur mon ballon, le gonflant et le dégonflant au gré de leurs humeurs. » Six fois, ça veut pas forcément dire six femmes. Lui, naïvement, il pardonne très vite et n’apprend pas des erreurs qu’il a commis en amour. Habituellement, c’est Bart le gars que tu n’arrives plus à arrêter lorsqu’il commence à te raconter sa vie. Ça lui fait plaisir que Lula se sente suffisamment en confiance avec lui pour dévoiler des petites parties de son passif amoureux. Il y a des trucs assez inédits. Quoi qu’il n’en sait rien dans le fond. C’est peut-être juste lui qui était complètement ailleurs la semaine dernière et qui est passé à côté de quelques informations capitales la concernant. Il ne sait pas trop ce qu’elle lui inspirait jusqu’à maintenant, mais il est surpris de découvrir qu’elle a vécu une longue relation -enfin à son échelle de gonzesse n’ayant même pas encore atteint le quart de siècle- et qu’elle a un enfant. Il ne dit rien, Bart, à ce sujet. Il ne veut pas la contrarier au cas où c’était un truc que tout le monde savait, mais que son cerveau avait zappé parce qu’il s’était barré en vacances au moment où elle le racontait. « Qu’est-ce que ça te fait maintenant quand tu le vois ? » Ca l’intrigue, Bart, la manière dont l’amour s’évapore ou s’accroche selon les personnes, sans qu’on ne soit capable d’y remédier. C’est chiant, parce qu’il y a des gens qui t’ont complètement flingué, mais que tu n’arrives pas à oublier. D’autres sont extrêmement gentils et sincères, mais tu n’arrives pas pour autant à les aimer passionnément. En gros, les sentiments, c’est dénué de logique et en bordel complet. Lui, il n’a pas spécialement l’impression de savoir bien rebondir, contrairement à ce qu’elle lui dit. Si on reprend l’allégorie du cœur comme un ballon, il n’y a rien de plus frustrant que d’essayer de jouer au basket avec une balle dont les rebonds ne sont pas très bons. Franchement, Bart, s’il pouvait se balader avec un écriteau sur lequel il serait écrit « arrêtez de me briser le cœur, je vous en supplie », il n’hésiterait pas une seconde. « La dernière fille que j’ai aimé, c’était une amie depuis longtemps. On se connaissait, on traînait beaucoup ensemble et un jour ça a évolué en quelque chose d’autre. » il se confie à son tour. « Le truc, c’est que quand on était que tous les deux, nos rapports étaient assez clairs, mais quand on se retrouvait avec le reste de nos potes, c’était comme si rien n’avait changé et que je ne représentais rien de plus qu’un autre gars du groupe. » C’était pas évident à vivre, parce que Bart, il se sentait grave délaissé, sans vraiment savoir comment l’exprimer. La moitié du temps tout allait bien et l’autre, il s’encombrait l’esprit à se demander si elle avait honte de lui et de son étrangeté naturelle. Il flippait à l’idée d’être en couple, tout comme il paniquait en se disant qu’il se faisait des films et que ce n’était peut-être pas le cas. « Je crois que le plus grand mal des années 2000, c’est le concept du sexfriend. Déjà qu’avant, c’était super compliqué les histoires d’amour, mais si maintenant il faut en plus deviner si on est vraiment ensemble ou juste des plans culs, on a pas fini de se faire des nœuds au cerveau… » Bart, c’est un romantique. Il a beaucoup d’amour à revendre donc dès le départ, il ne matche pas trop avec le concept du sexfriend, où on établit comme règle de ne jamais tomber amoureux de l’autre. De toute façon, les films traitant le sujet ont bien démontré qu’il y en avait toujours au moins un qui n’arrivait pas à s’y tenir et qui craquait. Ce gars-là, c’est Bart. Il hausse les épaules d’un air résigné. Franchement, ça commence à le gonfler d’avoir la capacité émotionnelle d’un énorme ours en peluche en comparaison du reste du monde, beaucoup plus cynique. « Elle s’appelle comment ? » il reprend en foutant un bordel logistique dans leur conversation, parce que plus rien ne se suit. Il vient juste de repenser à sa fille à Lula.

_________________


Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 438
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
J'arrive. (mercredi, à 17h20) Empty
MessageSujet: Re: J'arrive. (mercredi, à 17h20)   J'arrive. (mercredi, à 17h20) EmptyLun 22 Avr - 0:16

Je réfléchis à sa question une poignée de secondes. « Je suis triste » Je balance, comme ça. « C'est très cordial de sa part, tellement au point que tu peux réellement douter qu'un "nous" ait pu exister » Je lui expliquer. L'après me fait douter de la sincérité de l'avant. Comment on peut oublier si vite, vouloir autant s'éloigner sans essayer d'être amis. « J'aurai aimé que notre histoire le marque tellement qu'il soit incapable de mettre une telle distance et froideur entre nous » Je continue. J'en demande surement trop. « Il s'est retrouvé quelqu'un rapidement aussi » J'ajoute sur un ton clinique. Elle a l'air sympa pour le peu qu'on a échangé en plus. Je crois que je l'apprécie bien, c'est juste la vitesse qui me dérange. Je me suis sentie trop rapidement balayée. « Mais c'est profondément égoïste comme façon de penser mais j'aimerai ressentir que j'ai compté, que je l'ai bouleversé » Je souffle en haussant les épaules. « C'est encore une histoire d'ego finalement » Je laisse entendre, parce que c'est principalement ce qui parle et non le coeur finalement. Je me sens juste dupée d'avoir été finalement si rapidement remplacée. Parce que je me suis dis qu'avec une histoire comme la notre, il fallait du temps, et j'ai l'impression que lui, il s'en ait pas laissé de temps. Alors j'essaie d'être contente pour lui, de ne pas ajouter de toucher tragique simplement pour l'érafler. C'est au tour de Bart de raconter son histoire. Je pivote sensiblement dans sa direction. J'enregistre les informations qu'il accepte bien de me donner et ne peut qu'être en accord avec ce qu'il dit. « Tu as eu le sentiment de ne pas être assumé ? »  Je lui demande en posant mes prunelles délavées sur lui. « Ca s'est terminé comment ? » Je demande fin d'avoir la suite. « On n'aime jamais de la même façon, y en a toujours un qui aime plus que l'autre » Je lui dis de mon doux soprano, parce que c'est une affirmation que j'ai testé même en restant longtemps avec la même personne. Il me perd avec sa dernière question. « Salomé » Je lui réponds. « Elle a trois ans » Je complète parce que c'est généralement la question suivante. J'attends simplement de voir comment il va appréhender cette information. Certaines personnes osent et se permettent me demander si elle était voulue, parce que mon âge insinue que ce n'est le cas. Me demander pas ça, Bart, tu vas baisser dans mon estime. La vérité est que j'ai mis trop longtemps à comprendre que j'étais mère, désormais. Sinon, on me prend aussi généralement pour une poule pondeuse dont le rêve ultime était d'avoir un enfant le plus tôt possible. Alors Bart, je suis qui pour toi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 368
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
J'arrive. (mercredi, à 17h20) Empty
MessageSujet: Re: J'arrive. (mercredi, à 17h20)   J'arrive. (mercredi, à 17h20) EmptyMar 23 Avr - 20:13

Les relations avec les exs, c’est un putain de casse-tête. Il y a plusieurs écoles en la matière, entre ceux qui préconisent de continuer à entretenir de bonnes relations en devenant amis ou ceux qui considèrent qu’il faut définitivement couper les ponts. Bart, il ne le connait pas ce mec dont elle lui parle, mais il se dit que si le type met une telle distance, c’est peut-être parce qu’il a peur de l’ambiguïté entre elle et lui. Il ne dit rien, se contentant de l’écouter. Il ne veut pas foutre le bordel dans leur petite organisation familiale, ni même dans le couple de son ancien mec qui regarde peut-être la télévision. Lula, elle n’est pas conne normalement. L’amour, parfois, ça rend un peu débile et naïf, mais elle doit bien se douter au fond d’elle qu’on ne peut jamais complètement zapper de sa mémoire une belle relation qu’on a vécue. « Oui. Ou peut-être qu’elle avait honte de moi. » il répond, le regard un peu fixe. Parce que sinon, pourquoi ne pas vouloir l’assumer auprès de ses amis ou de sa famille ? Bart, c’est vrai qu’il est un peu bizarre. Il a du charme, mais aussi pas mal de névroses compliquées d’ignorer lors d’une première rencontre. Dans un groupe, il n’est jamais le plus beau, ni le plus charismatique. Bart, c’est un moyen et il a toujours eu conscience que cette fille qu’il fréquentait, elle le surclassait de très loin. Leur couple, il n’était pas super logique. C’est comme parfois quand t’es dans la rue et que tu vois deux personnes ensembles, tu ne peux pas t’empêcher de te dire que l’un semble mieux que l’autre. C’est débile, parce qu’on n’a rien sur lequel se baser pour émettre ce genre de jugement, mais ça vient machinalement. Leur relation, elle a très clairement souffert de ce phénomène. Lui, il souffrait de sa médiocrité et elle, elle savait qu’elle méritait mieux. Il se demande ce qu’elle en pense, Lula. C’est vrai que quand tu regardes Bart, tu ne te dis pas tout de suite que le gars constituerait le plan cul idéal. C’est bizarre de se dire qu’il y a une gonzesse quelque part dans cet univers qui en avait juste après sa queue. Pourtant, il a ses qualités. Il est romantique et vertueux. Bart, déjà, tu peux être sûre qu’il ne te fera jamais souffrir contrairement à d’autres mecs option connards. « Elle m’a quitté par sms en me disant qu’elle venait de se rendre compte qu’elle ne m’avait jamais aimé. » C’était lâche et cruel comme rupture, surtout parce que Bart, il a été trop con et il n’a rien vu venir. « Mais je ne crois pas que ce soit vrai. » Ce n’était pas évident sur le moment, mais avec le recul, il n’y croit pas au motif de merde qu’elle lui a sortit comme s’il ne comptait pas. « On se connait depuis le lycée. On a grandi ensemble, on s’est dit des trucs… ça ne peut pas juste être une histoire de cul ou de l’ordre de l’expérimentation entre deux potes. » Il lui en veut un peu de l’avoir viré comme un moins que rien de son paysage, mais ils ont aussi eu leurs bons moments. Même s’il l’a certainement plus aimé qu’elle ne l’a jamais fait, il se demande toujours ce qui s’est passé dans sa tête ce jour-là, parce que ça ne lui ressemblait. Peut-être qu’elle non plus, elle n’allait pas très bien avant de péter un plomb. Il s’en veut de ne pas l’avoir remarqué. Il l’interroge soudainement au sujet de sa fille. Il avait un peu ignoré le sujet faute de savoir comment réagir, mais il ne peut pas s’empêcher de ressentir le besoin de l’évoquer. « Je vais être franc avec toi. Ca me fait toujours bizarre de découvrir que quelqu’un dans ma tranche d’âge ou plus jeune a un enfant. » Lula, elle a eu sa môme a vingt ans. Lui, il en a vingt-huit et il est toujours un poids pour son père tant il ne parvient pas à s’occuper de lui-même. « Je me sens complètement à côté de la plaque. Tu t’occupes d’un autre être humain, alors que je sais à peine arroser une plante correctement. » Quel bouffon, ce Bart en comparaison.

_________________


Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 438
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
J'arrive. (mercredi, à 17h20) Empty
MessageSujet: Re: J'arrive. (mercredi, à 17h20)   J'arrive. (mercredi, à 17h20) EmptyMer 24 Avr - 23:03

Je n'arrive pas à m'empêcher de rouler des billes face à sa remarque. « Elle ne devait pas être très intelligente, au fond, cette fille » Je balance spontanément. « Et je ne dis pas ça uniquement pour te faire plaisir » Je complète avec nonchalance parce que ce n'est pas mes habitudes. Mais avoir honte de Bart, c'est un non sens. C'est un mec plutôt doux et sensible. J'ai l'impression que la plupart des filles préfèrent tendre vers ceux qui les tourmenteront plus, comme à la recherche d'une sorte d'intensité uniquement décrite dans les livres. Comme dans "sujet inconnu" de Loulou Robert, avec de jolis mots au début qui deviennent tranchants et finissent par faire mal, comme leurs histoires d'amour. Et quand tu oses dire que ce n'est pas trop ta came tout ça, on te répond avec l'assurance d'un propriétaire terrien que tu préfères la sécurité alors. Bart, il a le profil idéal pour le second rôle finalement, le gars gentil et attentionné qu'on ne remarque qu'à la fin quoi. Mes prunelles croisent quelques secondes les siennes et je lui offre un léger sourire, le temps de quelques secondes, avant qu'il ne s'évapore aussitot. Je lui prête une oreille attentive. « C'est lâche » Je remarque lorsqu'il m'annonce la rupture par SMS. J'ai mon côté fleur bleue qui se dit qu'elle devait quand même l'aimer pour pas arriver à le lui dire droit dans les yeux et mon côté pragmatique qui penche pour le; elle en avait surtout rien à foutre. L'amitié, l'amour, ça se confond à mon sens, l'un finit par rejoindre l'autre au bout d'un moment. En tout cas j'aimerai que mon mec soit d'abord mon meilleur ami. « J'imagine que vous ne vous parlez plus » Je m'essaie parce que ça détruit même la plus solide des amitiés ce genre d'expérience généralement. Il enchaine sur un tout autre sujet. « Ça sert à rien de se comparer Bart » Je me contente de lui souffler en haussant les épaules. Parce qu'il n'y a rien de pire que la pression que nous sommes capables de s'infliger. « Tu as envie d'avoir des enfants ? » Je lui demande avec une pointe de curiosité. Parce que je n'en voulais pas initialement.  « Je suis sure que tu te sous-estimes » Je glisse en pivotant mon minois vers lui. « Ou alors tu idéalises la vie que je mène » Je ne sais pas ce qui est pire. Avoir enfant n'est pas synonyme d'être adulte, d'endosser des responsabilités sans merder. « Je suis complètement à la ramasse en tant que mère » Je l'informe avant de perdre mes prunelles dans notre joli horizon. « Je sais que je l'aime mais je suis nulle » Je souffle d'une voix claire. Je sais que je suis une bonne sportive, que je peux être une bonne pote tout comme une bonne petite amie mais alors j'ai l'instinct maternel soit complètement en vrac soit inexistant. J'ai refusé pendant les premiers mois de son existence de m'en occuper parce que je me sentais démunie ou que j'arrivais pas à ressentir ce que je voulais face à elle. On m'avait tellement pris la tête avec sa naissance, le changement de vie que ça m'étonnait de ne ressentir aucune intensité. C'est surement pour ça qu'elle passe désormais plus de 60% de son temps avec son père compréhensif face à mes hésitations. Mais ça je le dis pas, le jugement est trop facile lorsqu'il s'agit d'éducation, parce que je ne veux pas avoir l'association des mères en colère sur mon dos ou qu'on me dise qu'un enfant a besoin de sa mère pour grandir et se construire. Je le sais. Je me sens juste pas capable de grand chose face à elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anthony arrive
» Un train, et il(s!?) arrive(nt...)
» Come together ▽ 23/05 | 17h20
» j'arrive pas à me décider
» [Terminé] Rien dans ce monde n’arrive par hasard || Anubis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: PLAGE-
Sauter vers: