Partagez
 

 garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45)

Aller en bas 
AuteurMessage
Nicholas
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 304
AVATAR : sam claflin
ÂGE : 28
LOCALISATION : nyc.
MÉTIER : ex-flic, glandeur pro
ÉTAT D'ESPRIT : another day, another migraine.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10500£
AFFINITÉS:
garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) Empty
MessageSujet: garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45)   garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) EmptyDim 14 Avr - 22:47

J’sais pas si c’est parce que j’m’habitue petit à petit à être enfermé dans cette cage dorée au beau milieu de tous ces drôles d’oiseaux, ou si c’est juste parce que j’ai nettement grimpé dans cette sorte d’échelle sociale des chambres, et donc que j’me ramasse un lit beaucoup plus confortable… mais j’me sens quand même mieux que la semaine dernière, tiens. Au final, c’est surement un petit mélange des deux, parce que c’est normal qu’au bout d’une semaine, j’sois un peu plus familiarisé avec tout ça. Ca, d’une part, et de l’autre, en passant d’une chambre deux étoiles à une qui en a quatre… forcément, le confort est pas le même. Même si j’vais pas non plus cracher dans la soupe : la chambre deux étoiles, elle est pas dégueux, non plus. Mais, bon. C’est pas pareil, ‘faut l’admettre. Du coup, pour moi, c’est un début de semaine assez tranquille depuis le prime dernier. Bon, j’sais bien que j’ai trois voix d’office et que je risque du coup d’être sur le banc des nominés demain, mais… bah, c’est le jeu, ma pauvre Lucette. Et puis, c’est fait c’est fait, ça servirait à rien d’m’arracher les cheveux maintenant. Du coup ouais, peinard. Comme c’matin, peinard. Assis sur l'espèce de balancelle sur la passerelle, avec mon café et un livre pioché au hasard dans la bibliothèque. Bon, en vrai, plutôt juste avec le livre, puisqu’en fait, ça fait longtemps que j’ai plus de café… mais, en fait, cette balancelle, là, si c’est facile de s’y asseoir,  ça l’est un peu moins de se relever quand on a une jambe dans le même état que la mienne. Et comme pour l’instant, j’ai une belle flemme de fournir tant d’efforts et d’me faire mal, bah, j’reste assis, et j’continue à lire, en m’disant que peut-être a un moment, j’aurais un regain de motivation pour me relever. Et puis, peu après, je perçois des bruits de pas, au loin. Par reflexe, j’lève les yeux de mon livre. Jhoan. Là, t’as direct un p’tit sourire insolent qui vient s’coller à ma tronche. « eh, Jhoan » je l’appelle, d’une voix forte mais quand même tranquille. Et alors qu’il rapplique, j’pose mon livre son perdre ma page et attrappe ma tasse, que j’lui tend. « J’ai plus d’café. » j’déclare, le sourire cavalier qui non seulement m’a pas quitté, mais qui en plus a genre triplé de volume. J’fais bien sûr référence à son équipe qu’est censé servir les autres toute la semaine. Mais j’finis par baisser le bras et reposer mon verre. « t’inquiète. J’déconne. » En vrai, j’m’en branle, de ces histoires. Et j’déteste me faire servir. Si j'avais aimé ça, jamais je serais sorti de mon fauteuil.

_________________
keep on haunting me

ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Jhoan
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11114-jhoanhttp://www.throwndice.com/t11211-jhoan En ligne

MESSAGES : 1112
AVATAR : Maluma
ÂGE : 24
LOCALISATION : Bogota
MÉTIER : Danseur
ÉTAT D'ESPRIT : Mitigé


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 13000£
AFFINITÉS:
garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) Empty
MessageSujet: Re: garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45)   garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) EmptyLun 15 Avr - 2:54

Il y a des matins meilleurs que d'autres. Ce matin c'est pas le bon plan. Réveil difficile , trop tôt à cause de sa coloc' qui s'est levé. Probablement à charge de revanche pour le bruit que j'ai du faire en rentrant dans la chambre complément ivre une nouvelle fois hier soir. Même si la compagnie d' @Icare avait été bonne, la gueule de bois c'était rarement quelque chose de bien. Je m'habille alors comme un sac, un simple short en tissu et un t-shirt trop grand et vieux, me frottant les yeux toutes les trois secondes, je prends quand même la peine de me laver les dents avant de descendre pour essayer de mettre quelque chose dans mon estomac. Et surtout prendre le fameux remède de la grand mère qui rassemble pleins d’ingrédients très hydratant. Parfait pour virer la gueule de bois. Pourtant, alors que je marche tranquillement dans les escalier, je passe devant la balancelle. Je n'avais même pas fait attention qu'elle est occupé avant que @Nicholas m'interpelle. Qu'est-ce qu'il veut l'éclopé ? Je suis plus obligé de faire semblant de l'aimer. Bon dans le fond, je le déteste pas. Mais lui semble avoir pris sa mission très à cœur. Peut-être un peu trop quand on voit ses propos durant le prime. Je m'approche alors doucement. Baillant de plus bel. Il approche alors sa tasse vide de ma tronche. C'est un blague ? Il veut se la jouer comme ça dès le matin ? Il sait pas à qui il a affaire. Je suis du genre bienveillant et gentil, mais je peux aussi jouer les gueules de con si il le cherche. A voir ma tête, probablement, il semble se raviser en ajoutant un petit je déconne. J'ai un peu de mal à avaler la pilule. Je le vois bien être de ceux qui vont bien profiter cette semaine. « Oh non hombre tu déconnes pas. » Dis-je en attrapant la tasse. « Mais tu sais, il risque d'être très FADE … mon café. Si tu vois ce que je veux dire. » Oui j'ai été piqué au vif par sa remarque. Une des choses qui arrive encore à m'atteindre dans ma fierté. Je peux être insulté de beaucoup de choses. Mais les qualificatifs, du genre invisible, oubliable, ou fade, c'est pas fait pour moi. Ça a tendance à vraiment me mettre en colère. Une colère qui généralement laisse des souvenirs bien moins oubliables aux gens qui osent. Je commence alors à me diriger tasse en main vers la cuisine. « Ne bouge surtout pas ! Rapide comme tu es si tu restes pas là je vais avoir de mal à te mettre la main dessus avec ton café. » Un autre pique gratuit ? Possible.

@Nicholas

_________________
Viva la vida

Aprender a sonreír es
aprender a ser libres.


by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Nicholas
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 304
AVATAR : sam claflin
ÂGE : 28
LOCALISATION : nyc.
MÉTIER : ex-flic, glandeur pro
ÉTAT D'ESPRIT : another day, another migraine.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10500£
AFFINITÉS:
garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) Empty
MessageSujet: Re: garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45)   garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) EmptyLun 15 Avr - 9:33

J’arque un sourcil quand Jhoan me réponds. Il a l’air de tirer une de ces gueules, du turfu. Il m’sort que non, que j’rigole pas ou j’sais pas quoi. Il est bouché, ou quoi ? Pourquoi j’lui dirais que j’déconne si c’est pas le cas ? Il se pense si impressionnant que ça, avec son pseudo-regard noir, que j’en aurais eu peur et que j’me serais ravisé pour ça ? Pfft. s’en est presque mignon. Non, en fait, c’est carrément ridicule, mais, on va essayer de rester positif là-dessus, hein. Non, mais sérieux, il pense que j’en ai quelque chose à foutre, de ses humeurs de princesse, là ? Ou bien vraiment, que, genre, j’ai crains de me faire envoyer chier ? Et puis quoi, encore. Si ça avait été l’cas, deux chose. D’une, j’aurais jamais été flic si je craignais ce genre de truc. Parce que lui, là, il a l'air d'un p'tit poussin à côté de tout ceux que j'ai pu me coltiner dans ma carrière. De deux, j’l’aurais pas faite, cette putain de blague, dès le départ. Genre, il a cru j’avais pas vu de base la tronche qu’il tirait en arrivant ? J’déconnais bel et bien, juste pour le plaisir de voir sa gueule se décomposer encore un peu, parce qu’j’suis un sale gosse, le temps d’un instant, c’est tout. Mais il aurait p’t’être mérité que j’me la joue juste connard et que j’me ravise pas, effectivement. « puisque j’te dis si, repose ça, fais-toi pas chier » a croire qu’en fait, ça lui plait de jouer les martyr. Oh, mon dieu, ma team doit être au service des autre, bouh bouh, ouin ouin. C’set bon, c’est le jeu, et puis c’est surtout à volonté d’être bon enfant, qu’il arrête sa merde, là. ‘Fin j’sais pas, perso, j’trouve ça plutôt cool, comme punition, vu qu’elle implique rien dans le jeu en lui-même. Il aurait pu perdre sa cagnotte, des indices, des droits au buzz ou d’autres conneries du genre, et là, il aurait eu raison de l’avoir de travers. mais ce truc ? Allez, c’est bon. Mais le pire, c’est quand il persiste, et qu’il en profite pour me prévenir que son café sera fade, en insistant bien dessus, comme si j’étais trop con pour comprendre la référence qu’il fallait qu’il indique qu’il y en ait une. Et là, direct, j’m’empêche pas de rouler les yeux si fort qu’ils pourraient presque se retourner à l’interieur de mon crâne. « non mais je rêve, t’es encore là dessus ? » je lâche dans un soupir exaspéré. Mais quel gamin. On est Mardi, putain, et il passe pas à autre chose ? « c’est bon, tu vas pas en chialer, non plus, si ? » on m’a donné le mot fade, j’ai du choisir quelqu’un et c’est tombé sur lui comme ça aurait pu tomber sur quelqu’un d’autre si j’avais eu l’occasion de parler a plus de personne, et puis voilà, il va pas en taper une durite non plus ! Depuis quand c’est important, c’genre de conneries ? « j’suis qui, moi ? Dieu ? Ton père ? Non, j’suis personne, alors qu’est-ce tu t’en branles, de mon avis » p’tain genre si moi, j’devrais me mettre à faire la gueule à tous ceux qui m’ont cité dans l’truc de qui c’est que vous sentez pas, ou qui on dit mon nom quand on leur a donné des défauts, j’aurais pas finis, y’a plus grand monde à qui j’parlerais ! Mais non, j’m’en tape, j’arrive à faire la part des choses et à comprendre que c’était juste un jeu sans réelle importance ! Mais c’est pas l’cas de tout le monde, apparemment. J’aurais bien mis ça sur le compte de l’âge, mais quatre ans de plus ou de moins, au final, qu’est-ce que c’est ? Du coup, j’suppose juste que certains ont plus de maturité que d’autre… ‘Fin bon. Il va en cuisine, et m’demande de rester là pour pas qu’il me perde entre temps. Ca par contre ça m’fait marrer, et j’pouffe un peu de rire alors que j’lui réponds « j’vais tâcher de pas activer mes pouvoirs de papy super-sonic, t’inquiète » bon, j’me doute qu’en vrai, il avait sorti ça comme une pique et qu’il avait surement espérer me vexer, mais… mauvaise pioche. J’en ai tellement rien à foutre de l’avis des autres, et j’ai tellement d’autodérision, que c’est pas de sitôt qu’il y arrivera. Finalement il revient, et me tend le café. « merci. mais je déconnais vraiment. » je précise parce que bon, ça avait pas eu l’air de rentrer, la première fois. « sérieux, ‘faut pas qu’tu te monte la tête comme ça pour ces conneries, parce que des p’tits jeux du même genre, y’en aura tous les prime. » je lui dit finalement d’un ton calme. Bon, après, c’est son problème, s’il veut se faire du mal. Mais dans c’cas là il aura pas fini.

_________________
keep on haunting me

ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Jhoan
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11114-jhoanhttp://www.throwndice.com/t11211-jhoan En ligne

MESSAGES : 1112
AVATAR : Maluma
ÂGE : 24
LOCALISATION : Bogota
MÉTIER : Danseur
ÉTAT D'ESPRIT : Mitigé


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 13000£
AFFINITÉS:
garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) Empty
MessageSujet: Re: garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45)   garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) EmptyLun 15 Avr - 16:46

Mauvais timing. C'est pourtant quelque chose de crucial pour le sens de l'humour. Le timing ça fait absolument tout. Là pourtant c'est foiré. Totalement foiré. Il choisi le pire moment pour venir me faire chier. Je suis pourtant pas du genre rancunier, ou du genre à prendre facilement la mouche. Mais ma fierté de latino est tenace. Malgré mes effort de résilience. Et puis, il y a des choses qu'il faut qu'il comprenne. Lui qui semble être tellement perspicace sur le caractère des gens. Il va pourtant se prendre un retour dont il ne s’attend probablement pas. Alors qu'il insiste pour que je laisse tomber, j'insiste pour le contraire. Il veut jouer aux cons ? Il a trouver un bon client c'est promis. Ils n'ont pas eut l'occasion de le voir lors de la première semaine, parce que je suis un mec positif, et bienveillant. Mais quand on me cherche on me trouve assez facilement. Je suis pas du genre à cacher mes défauts. Mais plus à en tartiner la gueule de ceux qu'ils débectent jusqu'à l'overdose. Quand je prononce le mot fade, il se met sur la défensive. Me disant que je devrais avoir dépasser cette connerie, qu'il n'est personne pour moi. Ce qu'il ne sait pas c'est qu'en parlant de mon père, il me met encore plus en rogne. Il cumul malgré lui. « Non t'es le mec qui me demande un café! » Je me casse alors avec la tasse dévalant les escaliers trois marches par trois marches. J'arrive dans la cuisine en furie. Ne disant même pas bonjour aux gens que je croise, j'attrape la cafetière et remplis sa foutue tasse. Les gens savent pourtant que je ne bois pas de café, ils doivent se demander ce que je suis en train de glander. Pas le temps pour les explications, je remonte les marches et fait de nouveau face à Nicholas. Il me remercie. Encore heureux ! Puis il tente une leçon de papy grand sage. J'ai l'impression d'entendre @Pierpaolo qui tente de me faire la morale. « C'est là le problème ! C'est pas parce que quelque chose te semble dérisoire que ça l'est pour tout le monde Nicholas. Je me suis battu toute ma putain de vie pour avoir le droit d'exister, pour justement, ne pas être invisible ou fade comme tu l'as dis. » C'était totalement vrai, mais ça il ne pouvait pas le savoir et je risquais de m'aventurer sur un terrain dangereux. Mais justement. « Alors quand tu me balances ça directement à la tronche en justifiant que je veux être pote avec tout le monde c'est juste que t'es un abruti. Si t'es pas capable de voir que j'essaie simplement d'être bienveillant avec les gens qui m'entoure, toi compris, et pas que je tente de faire ami-ami, c'est que tu manques de discernement. Ce qui est le comble pour un flic non ? Et puis, pour rappel, c'est pas parce que tu as un handicap que ça te donne le droit d'être un sale con. Pas la peine de prendre @April en exemple. » A croire que l'handicap faisait naître la maîtrise du sarcasme chez les gens. Mais bordel de merde, il se prendre pour qui à dire que ma colère est pas légitime ?

@Nicholas

_________________
Viva la vida

Aprender a sonreír es
aprender a ser libres.


by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Nicholas
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 304
AVATAR : sam claflin
ÂGE : 28
LOCALISATION : nyc.
MÉTIER : ex-flic, glandeur pro
ÉTAT D'ESPRIT : another day, another migraine.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10500£
AFFINITÉS:
garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) Empty
MessageSujet: Re: garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45)   garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) EmptyLun 15 Avr - 18:07

Et moi qui espérait passer une matinée tranquille. Et bah putain. Ca m’apprendra à vouloir déconner. Dire que c’est moi qu’on traite de grincheux depuis le début d’émission, apparemment, y’en a un qui tire la palme sans problème. Voilà que le p’tit Jhoan, il déverse un peu toute sa colère sur moi et mon “fade” que j’lui ai attribué. Littéralement, en fait, parce que j’pense que le p’tit il en avait gros sur la patate. ‘Fallait que ça pète à un moment, et bien évidemment, avec le cul que j’ai, ça tombe sur ma pomme. Bon. On va tâcher de rester calme, histoire de pas officiellement gâcher ma journée et d’me foutre en rogne jusqu’à ce soir. De toute façon, j’ai toujours été d’avis que deux cons en colère qui se gueulent dessus, ça résout jamais rien. J’ai beau être un gros râleur et assez nerveux, j’ai jamais été du genre à monter dans de grands éclats de voix. J’préfère régler les différends dans le calme, même si ça doit passer par le stade du passif-agressif quand vraiment on me tape sur les nerfs. J’suppose que c’est un trait de caractère que j’ai développé chez les flics à force d’interrogatoires, vu que quand j’étais plus jeune, j’en avais nettement moins à branler de savoir comment régler un problème ou pas. Du coup, ses p’tites doléances, là, je les écoute. Agacé, certes, mais silencieux. J’le laisse parler. Lachant un ou deux p’tits reniflement moqueurs face aux piques qu’il m’envois. J’me demande s’il fait ça juste pour me piquer au vif ou parce qu’il le pense. Surement un mélange des deux. « J’avais pas ta biographie complète à dispo avant d’avoir du répondre à cette question, désolé » je réponds finalement quand il a l’air d’avoir eu fini, dans un sourire assez froid, insolent. « Sérieux, y’a une semaine on connaissait même pas l’existence de l’autre, on a du se causer quatre fois à tout péter, et là, tu me reproches d’avoir tapé en plein dans le mille de tes problèmes de vie comme si ça avait été fait exprès ? Comment tu veux que j’le sache moi, hein ? » et puis, surtout, qu’est-ce que j’en ai à branler de ses histoires. « putain, c’que tu m’saoules » je souffle, plus pour moi que pour lui au final, pouce et indexe contre l’arrête de mon nez, comme en prévention d’une future migraine. Et puis, dans un long soupire, je commence à répondre, aussi calmement que froidement. Un ton qui me rappelle un peu trop celui que je pouvais prendre quand j’me retrouvais face à un gamin qui me tapait sur le système en pleine enquête. « Appelle ça du manque de discernement, si tu veux. Moi, j’appelle ça de la méfiance. Parce que j’suis flic, comme tu viens si bien d’le mentionner, et que des p’tits gamins dans ton genre qui ont l’air de vouloir tout faire pour les autres mais qui cachaient toute la merde du monde derrière, j’en ai croisé, et par dizaines. J’dis pas que c’est forcément ton cas. Mais par habitude, ou par déformation professionnelle, j’en sais rien, tu m’y as fait penser. Et du coup, j’t’ai pas aimé. Parce que ouais, quelque part, dans ta précieuse bienveillance, j’ai l’impression que quelque chose cloche. Que t’en fais trop. Et comme je l’ai évoqué à ce putain de prime, ouais, à vouloir trop en faire, au final, on fait plus grand chose. Parce qu’on se disperse. » Et faut croire que mon instinct était pas si faux, puisqu’apparemment, monsieur s’est battu toute sa vie pour pas être invisible. Qu’il le veuille ou non, ça implique du coup forcément que sa merveilleuse gentillesse, elle est pas totalement blanche de tout objectif. Et puis je rêve, là, mais rassurez-moi : avec son histoire de “j’me suis toujours battu pour avoir le droit d’exister”, il serait quand meme pas en train d’me reprocher d’avoir sous entendu qu’il aurait pas du naitre ou j’sais pas quelle connerie ? Il se rend compte, un peu, qu’il parle a un orphelin au passé sordide, a un p’tit gamin de six piges adopté par des vieillards, a qui on a répété toute sa vie qu’il aurait jamais du être adopté, qu’il aurait jamais du faire partie de la seule famille qu’il a jamais vraiment eu ? Non parce que c’est pas comme si j’m’en cachais, de cette info, alors pour monsieur bouh-bouh-ouin-ouin-t’es-nul-tu-me-comprends-pas, ça serait un comble... « J’ai jamais remis en doute ton droit d’exister. Crois-moi bien que si y’a bien une seule putain de personne ici qui t’enlèvera jamais ça, c’est bien moi. Mais au lieu de vouloir balancer ta bienveillance à tout le monde, tu ferais mieux de juste la donner aux personnes les plus importantes pour toi et basta. » parce qu’il aura beau dire, mais c’est que ces personnes là, au final, qui pourront vraiment donner un sens à son existence. Et j’en sais quelque chose. « Si t’as des choses à prouver, c’est pas mon affaire. J’fais pas partie des cons qui ont pu te faire chier au dehors à propos de tes histoires. J’me suis juste contenté de répondre à une putain de question sans avoir le temps de réfléchir, sans connaitre la moitié des gens que y'a ici. Et c’est tombé sur toi comme ça aurait pu tomber sur les deux plantes vertes qui se sont barrées. » Mais non. Parce que l’autre Shekmet aussi réactive qu’une table à la morgue à qui j’ai bataillé pour faire genre je la kiffe, et l’autre que j’sais même plus son prénom… bah ils sont tellement rien que j’avais même pas pensé a eux. « Quelque part, dans tes ruminement philosophique sur la valeur de ton existence, tu t’es pas dit que le simple fait de t’avoir choisi toi te rendais pas si invisible que ça ? » Nan, ‘fin, j’sais pas, ‘faut croire que y’en a qui décident juste de pas voir plus loin que le bout de leur nez, écoute.

_________________
keep on haunting me

ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Jhoan
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11114-jhoanhttp://www.throwndice.com/t11211-jhoan En ligne

MESSAGES : 1112
AVATAR : Maluma
ÂGE : 24
LOCALISATION : Bogota
MÉTIER : Danseur
ÉTAT D'ESPRIT : Mitigé


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 13000£
AFFINITÉS:
garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) Empty
MessageSujet: Re: garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45)   garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) EmptyMar 16 Avr - 4:46

Putain que ça fait du bien. Vider son sac d'un coup. Balancer la vérité à la tronche d'un mec qui est juste l'une des taches sur le tableau. Parce que sur les dix-neufs candidats restants, il y en avait au moins quatre qui avait frontalement déclarer un problème avec moi. Deux probablement par méconnaissance. Et deux autres par pur bêtise et jugement hâtif. Et il l'est l'un de ces derniers. Je suis presque certain qu'il est de ceux qui m’ont mit un tas de poivron au travers de la tronche. Alors que moi depuis le début, je l'aime assez le boiteux sarcastique. Il me faisait marrer jusqu'à ce qu'il me balance dans la tronche du mépris. Il se trouve directement des excuses. Dans le font j'en ai rien à foutre qu'il m’aie coller le fade dans la tronche. C'est que même après avoir vu que ça pouvait me toucher, il préfère se cacher derrière des excuses à la con plutôt que d'avoir les couilles de les prononcer. Il prends alors sa petite du mec qui se blase de mon comportement. Prenant un ton du grand connaisseur de la vie. Je crois voir un flic de série qui s'y croit bien trop. Et encore une fois, il confirme ce que j'ai à lui reprocher. M'avoir juger sur des apparences, et même pas prendre le temps d'essayer avant de prendre des conclusions. Avouant directement qu'il m'aime pas. Ou le disant au passé, mais ce détail passe totalement inaperçu pour moi dans un premier temps. Mais il se trompe. Il n'y a rien derrière ma bienveillance. Juste un enseignement de celle qui m'a élève me répétant encore et encore qu'en faisant le bien autour de moi, j'améliorais le monde autour de moi. Et la suite de son discours le confirme. Lui et moi, on a pas la même vision du monde. Peut-être le même fond, mais dans la forme il avance dans la négativité quand je tente de toujours rester positif. Mais je dois reconnaître un truc. Il marque un point. Il a juste pas réfléchit en répondant. Je le blâme et il m'agace vraiment avec son comportement à la con. Mais il a ce point pour lui. Alors que la pression montait doucement pendant son long monologue, elle redescend petit à petit. Et sa dernière phrase, qu'il aurait prononcé au début de la conversation, et qui m'aurait probablement fait bouillonner d'autant plus me fait presque rire à ce moment là de son discours. Quand sa tirade semble fini, je me contente de faire lentement un geste et de reprendre la tasse dans mes mains. « Je crois qu'il vaut mieux pour nous deux que tu arrêtes le café ... » Je tire une tronche de sale gosse. Le fixant légèrement, me retenant de rire à ma propre blague. Je lance alors un gros soupire, montrant que j'évacue très largement ma colère. Ça m'a fait du bien, mais hurler sur les gens et les traiter de con et d'abruti ça fonctionne généralement pas. Quoi que … « Essais pas de retourner ton choix de ma pomme à ton avantage. Fourbe que tu es. » Je pose alors la tasse sur la petite table proche de la balancelle. Je croise alors mes bras et le regarde quelques instants en faisant la moue. « Discúlpeme Nicholas. » Ma fierté en prends un coup. Mais je vais faire le premier pas. « Je me suis emporté. T'as raison … sur certains points. Mais fais pas totalement l'innocent non plus. Tu le cherches aussi. Je … Je peux? » Je lui montre la place libre a ses cotés sur les coussins. Bon je vais briser son petit moment, mais j'ai les jambes en coton. La libération nerveuse je pense. En posant mes fesses je pousse un long soupire de soulagement. « T'es gonflé quand même à me coller un image à la gueule sans même essayer d'apprendre à me connaître … Et puis je vais te dire un truc qui va peut-être t'étonner, mais t'es pas n'importe qui. En dehors de l'autre fantôme qui est rentré avec toi, aucun d'entre vous n'est n'importe qui pour moi. Même si tu trouves ça con, vous êtes encore dix-neuf personnes auquel je peux avoir quelque chose à foutre pour le temps où je suis ici. Donc oui t'es pas n'importe qui. » Aveux de faiblesse. Car quelque part, si je vie mal ça c'est que je partage cette aventure avec tout le monde et que même si leur opinion sur ma gueule m'importe pas des masses, apprendre à les connaître et partager au moins un petit quelque chose avec eux m'est important.

@Nicholas

_________________
Viva la vida

Aprender a sonreír es
aprender a ser libres.


by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Nicholas
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 304
AVATAR : sam claflin
ÂGE : 28
LOCALISATION : nyc.
MÉTIER : ex-flic, glandeur pro
ÉTAT D'ESPRIT : another day, another migraine.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10500£
AFFINITÉS:
garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) Empty
MessageSujet: Re: garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45)   garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) EmptyMar 16 Avr - 10:46

Eh bah, effectivement, le p’tit, il avait j’pense juste besoin de vider son sac. Parce qu’il a déjà l’air de se calmer à vue d’oeil, et j’doute que ça soit juste a cause -ou grâce- à ce que j’lui ai répondu. J’suis assez soulagé de voir la tention redescendre parce que bordel c’que j’avais pas envie de m’énerver, et là, vu comme il me saoulait, j’en étais vraiment pas loin. J’arque un sourcil un poil amusé quand il commence à me prendre la tasse et à déclarer qu’il vaut mieux pour nous deux que j’arrête le café. Quoi, il a peur que j’le lui balance à la gueule ? J’en serais pas arrivé à ce point, quand même. Pas tout de suite. Il lâche un gros soupire, ce qui me confirme c’que j’avais déjà pu remarquer : la colère est partie. J’ai un p’tit reniflement moqueur quand il me traite de fourbe pour avoir essayé de retourner le truc à mon avantage. J’suis pas d’accord. Pour moi, une dispute, c’est pas tenter d’avoir raison quitte à manipuler la situation. C’est simplement défendre son point de vue. D’ailleurs, j’tarde pas à lui répondre calmement « personne n'agit tête baissée sans raison, ou en pensant avoir tort. J't'explique simplement mon point de vue. » Parce que comment est-ce qu’on pourrait se comprendre, sinon, si on se contente de se balancer des insultes à la gueule sans se partager sa propre vision de la situation ? Bref. Le voilà qu’il s’excuse. La, j’avoue, j’suis un peu surpris. J’hausse les sourcils, et lâche un petit « okay » qui n’a aucune pointe d’animosité, ou même de moquerie. Juste de la surprise. Parce que j’m’y attendais certainement pas, vu comment le truc avait démarré. Il admet s’être emporté, admet son erreur sur certains points. Mais souligne le fait que j’suis pas innocent non plus. « je dis pas forcément contraire » j’admet, en hochant doucement la tête. Et c’est vrai. J’suis le genre à enfoncer des portes ouvertes et à sauter à pied joints dans le plat sans faire gaffe aux gens autours, j’vais pas le nier. « oui, vas-y » bien sûr que oui, il peut s’assoir. J’suis pas le genre de type qui va refuser ce genre de trucs. J’tourne un peu la tête pour pas qu’il voit ma mini-grimace de douleur, quand la balancelle se met à balancer sous son poids, faisant donc forcément bouger la mauvaise jambe. Et puis, j’me retourne vers lui pour l’écouter continuer sur son avis. Il me dit que pour lui, j’suis pas n’importe qui, comme tous les autres candidats, parce qu’on reste des gens avec qui il peut partager des trucs ou j’sais pas quoi, et y’a une chose qui est sûre : « La dessus, tu vois, j'pense qu'on se comprendra jamais. » j’dis pas qu’ils sont tous des merdes pour moi ou j’sais pas, mais, quand même. Y’a des stades à franchir avant que j’puisse donner ma confiance comme il a l’air de la donner aux gens. « pourtant, ça aurait pu, parce que, les connards qui se prennent pour Dieu à venir te dire que ta vie, elle a pas d’valeur… putain c’qu’ils ont pu me casser les couilles à moi aussi » j’ajoute dans un léger rire, en faisant ref bien sûr à c’qu’il avait pu me sortir quand il était en rogne. J’connais pas son histoire, mais on a apparemment eu à faire aux même type de cons. C’est bizarre, de voir comme l’être humain peut agir différemment pour s’en protéger. « après pour ce qui est de pas avoir cherché a te connaitre... avec l'autre mission, j'aurais pas été crédible si j'étais venu te faire la causette. » non parce que déjà qu’avec les gens que j’aime bien, j’vais pas forcément le faire… ça aurait pas tellement été logique de me voir prendre ce genre d’initiatives sur quelqu’un que j’suis censé détester. « ca va peut etre te sembler con, mais j'suis quelqu'un qui se fie énormément a son instinct. J'dis pas qu'il a toujours raison -la preuve-. Mais t'imagine pas a quel point il a pu me tirer de mauvais pas plus d'une fois, et même me sauver la vie. C’est hyper important pour moi. » j’ai envie de lui confier ça, parce qu’il a pas l’air de comprendre comment on peut suivre autant aveuglément une première impression. Bon, après, j’suis pas buté, comme gars. J’sais changer d’avis et des fois, mon instinct lui même il se contredit. Mais là c’est sûr que pour ça, cette mission est un peu mal tombée. « fin, bon. A devoir faire semblant de te détester, j’pense que ca m'a comme inconsciemment incité a rester dans mes préjugés. » parce que j’devais me mettre dans le mood de quelqu’un qui le déteste. Alors moi qui avait de base pas tellement eu une bonne impression sur lui au départ - et c’est peu dire -... forcément, ça fait un peu l’effet d’un engrenage. Finalement, j’reste silencieux une petite seconde. Parce qu’à juste dire c’que j’ai déjà dit, j’admet que c’est pas encore vraiment honnête. Sauf que la suite, elle, me fait beaucoup plus mal, de pleins de manières. Lui, sa fierté, il a du la mettre de côté en s’excusant le premier… moi, c’est maintenant, que j’vais devoir m’assoir dessus. « pis… Pour être vraiment honnête… J'pense aussi que j'en avais pas forcément envie, d'aller te parler, en fait. » j’avoue, à mi-voix, yeux fixés sur mon livre fermé, comme quand on a besoin d’un point fixe pour être dans le vague. Maintenant que j’ai commencé, j’peux plus me raviser. Alors j’vais devoir l’avouer, cette merde. Alors j’me lance. « Parce que quelque part, tu m'rappelles un peu celui que j'ai pu etre avant mon accident » j’dis pas qu’on était des clones dans le comportement. On avait déjà des différences. Mais, on avait aussi des similitudes. Pas mal de similitudes. « et du coup, tu me balances un peu trop dans la gueule c'que j'ai pu devenir a la place... » je lâche finalement dans un reniflement acerbe, qui laisse un peu trop transparaître à mon goût à quel point j’peux me détester moi-même. En plus de détester le monde entier. C’est la, le problème, quand on vit avec une colère qui peut pas être évacuée. « désolé si j’t'ai ai blessé, et si j'ai agis comme un con. Ca m’arrive, parfois. » J’lâche finalement en reportant mon regard sur lui. Personnellement, même si j’suis grave têtu, en soit, j’ai jamais eu aucun problème à admettre mes fautes et à m’excuser. Du coup, c’est hyper naturellement et sans la moindre gêne que j’ai sortis ça.

_________________
keep on haunting me

ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Jhoan
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11114-jhoanhttp://www.throwndice.com/t11211-jhoan En ligne

MESSAGES : 1112
AVATAR : Maluma
ÂGE : 24
LOCALISATION : Bogota
MÉTIER : Danseur
ÉTAT D'ESPRIT : Mitigé


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 13000£
AFFINITÉS:
garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) Empty
MessageSujet: Re: garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45)   garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) EmptyMer 17 Avr - 3:45

C'est un phénomène toujours impressionnant. Le calme après la tempête. Une expression qu'on trouve dans toutes les langues. Montrant que c'est universel de remarquer ce genre de chose. Qu'après un événement mettant à vif les hommes, ils sont soudain bien plus calme quand le soufflet retombe. Et là c'est étrangement ce que je ressens. Une violente fatigue presque salutaire. Lui avoir balancer à la tronche et sans filtre ce que j'avais sur le cœur m'a fait du bien. Parce que Nicholas est probablement pas celui à qui je dois le plus en vouloir dans ce palais. Au moins lui fait pas semblant. Malgré la mission qu'il avait j'avais pas tellement senti d'animosité envers moi et malgré mes déclarations d'amour peu convaincante, il avait laisser faire. Je fais alors aveux de faiblesse. Après des excuses, il a même le droit à un aveux de défaut. En tout cas d'une faille exploitable contre moi dans cette aventure. Je m'attache trop vite aux gens. Généralement aussi vite que les gens se font une opinion sur moi. C'est dire. Alors qu'une moitié de ma maison adorait le fait que je sois pleins de vie et positif, d'autre prenait ça pour de la poudre aux yeux ou de la crétinerie. Dans un monde parfait j'en aurais eu rien à foutre comme la plupart du temps. Mais là, sans réellement m'atteindre, ça avait fait naître un mal aise chez moi. Parce que comme je venais de l'avouer à Nicholas, les dix-neufs personnes qui vivaient cette aventure avec moi avait tous, et même @April une part de sympathie à mes yeux. Oui, je n'appréciais pas la personne, mais dans le fond, elle m'avait rien fait de grave et j'avais cette candeur d’apprécier la personne juste pour le fait qu'elle partage quelque chose d'important avec moi. Mais il ne partage pas cette philosophie avec moi. Ce que je peux comprendre. Et je pense que malgré l'opposition, on se protège de la même chose. Lui par la méfiance, moi par l'attachement par défaut. L'un est déçu par la réalité, l'autre par ses illusions. Il soulève alors le cas de la mission. Il est vrai que ça a probablement pas aider. Et aujourd'hui, le petit jeu de télé me frappe de plein fouet. Quand il parle de son instinct, je ne peux pas réprimer un sourire. Parce que dans le fond je fais exactement la même chose mais pas dans les même objectifs. Lui vois un degrés de méfiance potentiel envers un autre être humain quand je vois une potentialité de confiance. Le silence qui s'installe après sa phrase. Me permet de réfléchir un peu. Me disant qu'il faut peut-être aussi que je laisse simplement du temps aux gens. De voir au delà du bonhomme qui saute de joie dans tout les sens et qui parle avant de réfléchir. Puis il reprends et je fronce les sourcils en premier lieu. Ne comprenant pas vraiment pourquoi il aurait pas envie de me parler d'emblée. Je pense tout de même pas être quelqu'un qui fait fuir les gens à ce point. Ou peut-être @Bart éventuellement qui à l'air d'une petite chose fragile qui flippe au moindre mouvement brusque. Mais là encore, c'est une impression que j'ai sur lui. Mais pour Nicholas c'est difficile d'imaginer qu'il puisse avoir la moindre peur de me confronter. Quand il reprends la parole, il se passe quelque chose qui m'arrive rarement. J'ai la bouche entrouverte. Sans un son qui en sort. Ne sachant quoi dire. Un petit pincement au cœur, quand il me dit cela. Je me sens mal. Pour lui. De malgré moi, être un certaine source de souffrances. « On en parle plus hombre. » Je laisse un moment de silence ne sachant trop quoi dire pour répondre à ça. Je déteste le fait de faire du mal à quelqu'un et d'un coté, même si je comprends pas vraiment ce qu'il ressent, je comprends qu'il puisse avoir eut cette réaction. Lui en vouloir pour ça. « Tu sais quoi ? Maintenant que je le sais tu auras le droit d'être un sale con d'handicapé avec moi. » Je lui dis ça avec un grand sourire. Lui tendant la main, signifiant silencieusement qu'on repart sur de nouvelles bases lui et moi. Et comme un con j’enchaîne. « Moi mon instinct, il me l'avait dit que tu étais pas tant un con que ça … Ou alors c'est aussi la mission qui fait que j'ai désespérément chercher du positif chez toi ? Va savoir. » Quelques secondes de silence de ma part. « Elle aura déjà mis un sacré bordel en une semaine señora Maslov. »

@Nicholas

_________________
Viva la vida

Aprender a sonreír es
aprender a ser libres.


by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Nicholas
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 304
AVATAR : sam claflin
ÂGE : 28
LOCALISATION : nyc.
MÉTIER : ex-flic, glandeur pro
ÉTAT D'ESPRIT : another day, another migraine.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10500£
AFFINITÉS:
garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) Empty
MessageSujet: Re: garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45)   garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) EmptyMer 17 Avr - 21:44

On croirait pas comme ça. A quel point les souvenirs peuvent être une des choses les plus difficiles, après un événement du genre… et pas que le souvenir du temps ou marcher semblait si naturel, qu’y’avait aucune question à s’poser. Parce que c’que les gens avec qui j’suis pas vraiment proches ont l’air d’oublier… c’est qu’il est pas question que de ça… mais aussi et surtout de tout ce que ça a engendré derrière. La vie que j’avais avant l’accident, j’pouvais juste pas en rêver d’une meilleure. J’avais tout c’dont j’pouvais espérer. Et j’étais heureux. J’étais un sale gosse, un téméraire qu’avait toujours un sourire effronté et confiant aux lèvres, qui allait toujours plus loin que là où on l’attendait et qui était toujours au milieu des foules, au milieu des discussions. J’passais mes jours de boulot à tout faire pour aider les autres, tout faire pour les faire se sentir mieux, tout faire pour dézinguer toutes les injustices que j’croisais, et mes jours de repos, j’les passais à rire, à m’amuser, à m’dépasser, à voir les gens que j’aime et toujours à 100 à l’heure. Pour moi, c’était presque un jeu, de vivre, et j’me posais même pas la question de savoir est-ce que j’allais gagner parce que qui d’autre que moi l’pourrait ? Et puis, un jour, sans prévenir, BAM. Un méga choc dans la voiture. Une méga douleur de partout. Le trou noir. Et voilà que j’me réveille à l’hopital…. et que du jour au lendemain, j’ai tout perdu. Alors ouais, peut-être qu’au final, c’était de ma faute, d’avoir été un gars beaucoup trop arrogant, beaucoup trop persuadé de sa propre capacité à rendre le monde plus juste. Peut-être aussi que j’m’étais juste fait des films. A avoir pensé que ceux qui m’ont après laissé comme une merde à cause de mon nouveau statut d’handicapé m’aimaient vraiment. Ou juste que j’étais trop con, à penser que j’pourrais jamais perdre c’que j’ai déjà gagné. J’sais pas. Mais autant vous dire que quand on passe comme ça, en une fraction de seconde, d’absolument tout, a absolument rien… ça fait mal. Méga mal. Tu m’étonnes, putain, que j’sois tombé en dépression sévère. Que j’ai pu changer, à cause de cette colère et de cette putain de frustration qui veut plus m’quitter, qui reste toujours là, à dicter mes moindres faits et gestes… et tu m’étonnes, que j’réagisse mal, quand d’vant moi, alors que tout c’que j’veux, c’est tenter d’aller mieux, tenter d’réapprendre à vivre avec les autres... y’a un type qu’est là, à m’rappeller à quel point j’ai pu être heureux, fut un temps. Comme s’il me narguait. J’sais bien, qu’c’est pas d’sa faute, qu’il y peut rien. Mais, quand on y rajoute ma méfiance naturelle pour les gens, mon impression qu’il en faisait trop, et la mission de l’autre psychopathe… c’était le parfait cocktail pour que ça s’passe mal, cette histoire. Mais comme le Jhoan, il a pris sur lui pour crever l'abcès qui s’était fait entre nous, j’me sentais pas de pas faire pareil. Et j’ai finis par lui avouer, ‘pis à m’excuser d’avoir agis comme un con. Les excuses ont l’air d’être acceptées. J’souris un peu faiblement, et un silence s’installe. J’pense que j’ai un peu plombé l’ambiance, quand même, avec mes histoires. Bon, tu m’diras, à la base des bases, elle était pas très joyeuse, cette ambiance. Mais elle avait le mérite d’être un peu plus vivante. Mais finalement, il reprend la parole. Il m’dit, en me tendant la main que maintenant qu’il sait ça, j’aurais l’droit d’être un gros con d’handicapé avec lui. Ca m’fait marrer, et j’m’empêche pas d’pouffer d’rire dans un « Oulah » que j’sors en lui serrant la main qu’il m’tend, comme pour conclure le pact silencieux d’la hâche de guerre qui s’enterre. « T'es dingue, Faut pas me dire ça, j'pourrais vouloir en profiter après » je lâche ça dans un sourire en coin, insolent. J’suis pas sérieux bien sûr. C’est pas tellement dans mes plans personnels que d’être un gros con. D’ailleurs, lui, apparemment, son instinct d’base me voyait pas comme ça. J’aurais presque pu en être rassuré s’il doutait pas du coup d’avoir été induit en erreur par sa mission. « j'espère quand meme qu'il a un peu raison, ton instinct, ça m'ferait mal d'être juste un total abruti et rien d'autre » je lâche dans un p’tit sourire amusé, sourcil arqué. « j'imagine pas la rouste de mes parents, sinon, putain » ça, j’peux pas m’empêcher d’le rajouter, en riant à moitié. C’est que, mes vieux, ils ont toujours tout fait pour me faire avoir des valeurs, pour me forger le caractère d’un homme droit qui se laisse pas avoir par les faux semblant d’la société. Ils ont toujours été un peu punk dans l’âme, et ils voulaient ni d’un fils sans coeur, ni d’un pion qui se laisse berner par l’avis de tout l’monde. Du coup, déjà que d’me voir débarquer dans une télé réalité, même du haut de leur âge avancé et de leur manque de culture sur le sujet, ça leur a pas tellement fait plaisir, mais alors si j’y devient un gros con… ‘Fin bon. C’qui est sûr, c’est qu’il a raison, le Jhoan. L’autre timbrée que j’me tape comme co-chef d’mon équipe, elle aura bien réussi, à la foutre, sa merde, mine de rien. « alors ca ! C'est un démon, cette nana, c'est pas possible autrement. » Pour sembler aussi froide et pour avoir eu l’air à ce point de vouloir foutre le chaos dans le palais, j’vois pas d’autre explications, en tout cas... « tu vas voir que dans quelques semaines quand y'aura tout plein de belles affinités qui se seront créées, elle va s'amuser a foutre la merde partout, ca va finir en guerre civile, et elle, elle sera juste là, à se gausser comme une tarée... » Je l’imagine d’ici, à concocter sa merde, pour ruiner le mariage de Pierpaolo et Judith, par exemple, ou pour que tout le monde se mette à détester quelqu’un que, de base, tout le monde adore, ou j’sais pas quoi d’autre... « avec Tasneem on s'amusait a imaginer qu'en vrai on avait finit a Battle Royal sans le savoir… Ca se trouve c'est vraiment l'cas » Non parce que, nous faire nous détester les un les autre et foutre la merde quand à côté, t’as la prod qui nous a prévu une salle qu’est limite pleine d’armes… j’suis pas tellement sûr que ça soit un bon mélange.

_________________
keep on haunting me

ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Jhoan
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11114-jhoanhttp://www.throwndice.com/t11211-jhoan En ligne

MESSAGES : 1112
AVATAR : Maluma
ÂGE : 24
LOCALISATION : Bogota
MÉTIER : Danseur
ÉTAT D'ESPRIT : Mitigé


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 13000£
AFFINITÉS:
garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) Empty
MessageSujet: Re: garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45)   garçon, un café ! Jhoan (Mardi, S2, 10h45) EmptyHier à 6:29

Jeux d'apparences. De jugement hâtifs et d'histoire passée qui se mêlent dans un joyeux bordel. Pendant un moment je me demande si la production à penser à ça en faisant le casting. Si ils ont pensé qu'en prenant un mec comme moi j'allais forcement fatigué, faire chier ou retourner la tête de personnes comme Nicholas, April ou Bart. Si oui, c'est très bien joué de leur part. Confronter des histoire aussi forte que la mienne ou celle de Nicholas c'est osé. Mais je dis ça ne sachant que peu sur lui. Et n'ayant pas tant dévoilé de choses sur mon passé non plus. C'est aussi probablement inhérent à ce qu'est l’émission. De véritable personnalité qu'on ne croise pas souvent. Des gens qui sont des trésors noyés dans la masse. C'est aussi ce qui fait que nos relations sont aussi tranchée. D'autant plus avec un caractère comme le mien. Soit on aime soit on déteste. Pas de demi-mesure si on prends pas la peine de creuser. C'est une importante leçon que je tente doucement d'assimiler après ce que je viens de vivre à l'instant. Se méfier des apparences ici. J'aurais pu m'arrêter à la blague de Nicholas, lui faire un sourire sarcastique, lui tirer un gros doigt ou juste l'insulter et partir. Et pourtant, de rien, cette conversation est devenu très importante. Je ne dis pas qu'on va devenir les meilleurs potes à partir de maintenant. Parce qu'il reste un sale con sarcastique. Mais au moins, je comprends maintenant ses raisons et lui comprends mieux les miennes d'être comme je suis. Sans s'aimer à la folie, on va maintenant pouvoir se comprendre en parlant la même langue et c'est déjà beaucoup. Les excuses, prononcés des deux côtés, c'est une nouvelle page qui s'ouvre. Une page où il va avoir le droit d'être un sale con et que je le prendrais pas pour moi. Quand je lui tends la main, j'écoute sa blague et je me dis dans un coin de ma tête que j'ai peut-être passé un pacte avec le démon lui même en prononçant cette phrase. Je préfère le voir se marrer à vrai dire. Bien évidement, je peux pas m’empêcher d'en rajouter. C'est dans mes gènes. « Mon instinct fonctionne bien généralement pour détecter les plans foireux en matière de conquêtes d'un soir … Comme un radar à MST mais je pense que ça fonctionne aussi non ? Et au pire t’inquiète pas, j'irais dire à tes parents que quand les caméras tournaient pas tu étais un véritable petit ange. » Blague de mauvais goût, mais je m'en tape. C'est aussi mon type d'humour. Il semble dans tout les cas partager mon avis sur Elena. Bon en même temps, niveau drama pour entretenir la hype autour de l’émission, faire que des duo sensés avoir de l'amour fou à sens unique, c'est du génie. Je suis d'ailleurs pas étonné des gagnants Esaias Kenza et April sont des tueurs dans leur genre. Chacun dans leur style sachant manier mot et apparence pour briser cœur et mental de leur cible. Ana quand à elle, c'est une surprise. « T'as une arme cachée dans ta canne pour te défendre au cas où ? Parce que April contrairement à toi, je suis certain que sa prothèse peu faire de sacrée dégâts ! » Je dis ça en riant. Parce que clairement j'imagine la scène avec Judith qui tente de nous empoisonner, son mari qui nous tue dans notre sommeil et Tonia elle qui arriverai de front en hurlant avec une arme lourde. « En tout cas, si on doit s'entretuer moi j'évite Lula. Elle est aussi entraînée que April ou moi ! Je donne d'ailleurs pas cher de votre peau si on fait équipe. » C'est d'ailleurs quelque chose d'étonnant. On était quand même trois athlète de haut niveau dans la compétition. Et c'était assez rare pour le souligner. « Après tu dois certainement mieux savoir te battre que moi. » Il avait été flic quand même. Et puis j'étais pas obligé de lui dire que j'avais passé une partie de ma jeunesse à me mettre sur la gueule avec les gamins du quartier où j'habitais. L’expérience de la baston je l'avais la technique sûrement moins. « Tu penses qu'il y a encore des gens en mission cette semaine ? Parce qu'on l'a tous été la semaine dernière elle nous donne peut-être un peu de répit. » Quelque part je connais déjà la réponse. Elle a sûrement déjà balancer une mission à la moitié du casting restant.

@Nicholas

_________________
Viva la vida

Aprender a sonreír es
aprender a ser libres.


by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Café renversé,aquarium, asticots, moisissures...
» [Foot en Herbe] Le café du mercato en herbe
» Sandy Farmer. |Sans contrefaçon je suis un garçon ~|| Validée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: PASSERELLE :: BALANCELLE-
Sauter vers: