Partagez
 

 C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) Empty
MessageSujet: C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45)   C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) EmptyDim 14 Avr - 23:42

@anaswara

Je me balade avec mon grimoire sous le bras pour arriver dans une cuisine sans âme qui s'y active, c'est bien dommage. J’ouvre le frigo afin de faire un léger inventaire de son contenu. Je reste bloquée un instant, sans trop d’inspiration mais avec la faim qui commence à lacérer mon estomac, déjà. Anaswara débarque dans la cuisine. Je lui offre un léger sourire en guise de salutation silencieuse. « On cuisine ? » Je propose directement à Anaswara avant de pointer le livre de Jaimie Oliver que j’ai trouvé dans la bibliothèque. Il est assez volumineux, j'envisage de l'ouvrir au hasard sur une page et que se lancer à l'aveugle plutôt que perdre notre temps à choisir. « Tu ne seras pas mon commis, promis » Je la rassure parce que je n’ai rien d’un chef même si j’ai un côté légèrement tyranique au quotidien. La vérité est que je prends jamais le temps de cuisiner, on le fait généralement à ma place parce que je ne peux pas me permettre de me laisser mourir de faim. J’ai besoin de mon carburant. je change complètement de sujet, sans aucun fil rouge, sans aucune cohérence« On te tient compagnie la nuit, j’espère ? » Je lui demande histoire de meubler un peu. Il fait suffisamment chaud pour pouvoir dormir dehors. Moi j'ai envie de lui dire qu'elle a au moins l'avantage de choisir avec qui elle dort et qu'elle échappe à ce partenariat imposé par la production, c'est aussi pas mal.« Les nuits sont étoilées d’ailleurs ? » Je l’interroge dans un léger sourire. Parce qu’à Paris, on dirait qu’elles sont mortes les étoles, que quelqu’un a abrégé leurs souffrances, on les voit jamais. J’imagine que c’est dû à la pollution urbaine malheureusement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1972
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) Empty
MessageSujet: Re: C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45)   C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) EmptyLun 15 Avr - 8:41

Anaswara a l’impression d’être devenu un électron libre, cette semaine, et d’être encore moins en phase avec ses camarades que la semaine précédente. Elle vogue ça et là, sans se soucier des autres et de leurs regards. Elle pousse la porte de la cuisine pour prendre une tasse de café arabe et des dattes. C’est alors qu’elle est interpellée par la voix de l’une de ses camarades, @Lula. Cette dernière lui propose de cuisiner. Sans ciller, elle hoche la tête pour approuver. D’un geste presque mécanique, elle glisse son tee-shirt blanc dans sa jupe bleu ciel et se saisit d’un tablier qu’elle s’apprête à nouer autour de sa taille. Elle s’interrompt, quand sa camarade lui fait remarquer qu’elle ne sera pas son promis. Elle reste songeuse, avant de se souvenir de quelque chose. « Attend... », souffle-t-elle. « Ce n’est pas toi et ton équipe qui doivent être au service des autres pendant la semaine ? », qu’elle la questionne. Elle se souvient que l’une des équipes avait été sanctionnée par le maître de maison pour avoir échoué au test de connaissances. La belle finit par nouer le tablier autour de sa taille fine. « Mais je veux bien t’aider », émet-elle. « On ne le dira même pas aux autres », qu’elle continue, en hochant légèrement la tête comme pour donner un certain poids à ses paroles. La conversation s’enchaine et la française l’interroge sur la sanction dont elle a écopé. « Non », répond-elle, sans une once d’émotion dans le son de sa voix. Elle n’a pas de compagnie : si ce n’est Bart, la première nuit, et Niels, cette nuit. Ces autres nuits à la belle étoile, elle les a passées seule. « Ce n’est pas comme si c’était étonnant », pense-t-elle à haute voix. Il est certain qu’on jouerait des coudes pour passer du temps, à la belle étoile, avec d’autres candidates comme Kenza, Tonia, Judith, Faith, Esmeralda, Lula ou même April, qu’avec elle. « J’imagine qu’Esaias doit être satisfait de pouvoir jouir d’une chambre seul », qu’elle continue, dans un petit sourire. Elle hoche de la tête, avant de venir compléter : « oui », en répondant à la nouvelle question de la candidate. « Elles sont belles », souffle-t-elle. Elles sont belles, ces nuits. Elle devrait se satisfaire de partager de tels moments qu’avec elle-même et son for intérieur. Elle pivote vers la jeune femme pour lui demander à son tour : « qu’as-tu envie de cuisiner ? ».

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) Empty
MessageSujet: Re: C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45)   C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) EmptyJeu 18 Avr - 23:55

Elle me balance une vérité que j'ai du mal à accepter, j'en souffre de cette sanction qui a éraflé un peu de mon ego de joueuse. C'est difficile comme première remarque. « Tu dois confondre Anaswara » J'essaie de tenter pour voir si cela va passer. « Il y a erreur sur la personne » J'agite un peu la tête avec une moue convaincue. J'esquisse néanmoins un léger sourire lorsque j'entends la suite. Deal, ça me va. En attendant, je dérive sur sa sanction à elle. La réponse de la candidate semble être sans appel, je tique lorsqu'elle me dit qu'elle n'est cependant pas surprise. Je fronce les sourcils presque involontairement. Je ne comprends pas.  « Pourquoi tu dis ça ? » Je lui demande sans capter pourquoi son évidence à elle m'échappe. Je la regarde avec un léger sourire nonchalant au bout des lèvres. « Je me greffe à toi ce soir alors, si tu veux bien de moi » J'ajoute la deuxième partie à l'arrache pour ne pas lui imposer totalement ma présence toute une nuit. On ne se connait pas vraiment, mais ça pourrait être l'occasion d'essayer d'échanger un peu plus que trois phrases. « J'ai toujours bien aimé faire du camping sauvage » Je raconte, sans trop de fil conducteur, parce que ça me fait surtout penser à cela, sa pseudo sanction. On en faisait avec ma mère, toute les deux. Elle me disait que c'était l'aventure, avec le recul, je pense surtout que c'était parce qu'on n'avait pas d'argent mais qu'elle voulait m'offrir quelques jours de vacances. Elle a toujours su rendre notre réalité plus vivante quand j'y pense. « Tu en as déjà fait ? » Je l'interroge en braquant mes prunelles trop pâles sur elle. « Tu t'entends bien avec lui ? » je l'interroge lorsqu'elle évoque son partenaire de la semaine. C'est vrai qu'il est dans une des suites les plus luxueuses, tout seul. Il ne doit pas s'en plaindre. Suite à sa question, je plonge à nouveau mon nez dans le bouquin une minute, avant de revenir à son sommaire. « Y a une recette de pain à l'ail et au romain qui m'a l'air pas mal » je lui propose tout en lui offrant un regard interrogatif pour recueillir son approbation. Est-ce que cela lui fait envie ?Je peux toujours nous chercher un plan B de toute façon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1972
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) Empty
MessageSujet: Re: C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45)   C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) EmptyVen 19 Avr - 17:59

Quand Lula lui demande si elle veut bien l’aider à cuisiner, Anaswara ne peut s’empêcher de se souvenir de la sanction que Lula et son équipe ont écopé, lors du dernier prime. D’ailleurs, elle a plutôt l’impression que les Manat tentent de contourner leur sanction, parce qu’elle ne les a peu vu à l’action, depuis ce début de semaine. Sa camarade tente de feindre l’erreur de la part de la brune. « Je ne pense pas », qu’elle réplique, d’une voix calme et posée, lorsqu’elle lui dit qu’elle fait erreur et qu’elle doit confondre avec une autre candidate. Nul doute de la part de la népalaise. Néanmoins elle lui propose de l’accompagner dans son activité culinaire et de l’aider – ou la soutenir –. Cette proposition semble satisfaire la française. Cette dernière évoque d’ailleurs la sanction dont elle a écopé, cette semaine – il faut croire que tout le monde est sanctionné. Elle reconnaît dormir seule, dehors, dans son coin hamac. Il faut dire qu’elle emmerde personne avec sa sanction et qu’elle la vit en silence. Depuis la compagnie de Bart, aucun autre candidat n’est venu la rejoindre au coin hamac, devenu son nouveau territoire. Néanmoins elle n’est pas étonnée et ne s’en formalise pas. Ce qui semble étonner son interlocutrice. « Qui accepterait de quitter un certain confort matériel ou de rejoindre quelqu’un dont il n’est pas proche », énonce-t-elle clairement, toujours de sa voix douce et posée. Un discret sourire se peint sur son visage. « Arrête, j’ai l’impression d’être venu un objet de pitié, soudainement », qu’elle réplique sur un ton peu sérieux, quand Lula propose de se joindre à elle, cette nuit. Elle n’a pas envie que sa camarade se sente obligée de lui tenir compagnie, simplement parce que personne n’a eu les couilles de quitter sa chambre et son confort pour dormir à la belle étoile. « Tu sais, chez moi, il y a encore peu de temps, les femmes devaient vivre à l’écart, quelques jours, chaque fois, parce qu’elles étaient jugés impures », qu’elle raconte, en posant son regard sur la française. « Nul n’avait le droit de les rejoindre », qu’elle complète. Elle ne sait pourquoi elle lui raconte cette anecdote, peut-être parce que la première nuit elle a eu cette impression de déjà vu, de déjà vécu. Lula complète sa réponse et lui explique aimer le camping sauvage. « Tu avais l’habitude d’en faire où ? », qu’elle la questionne. Elle dodeline légèrement la tête quand elle lui demande si elle n’en a déjà fait. Non. C’est la première fois pour elle. A ce sujet, elle se souvient que si elle ne devait passer ses nuits à la belle étoile, elle aurait partagé sa chambre avec Esaias. Elle reste songeuse face à la question de sa camarade. « S’entendre bien, je suppose, oui », qu’elle souffle. Elle n’a rien à lui reprocher, concernant à ce qu’il aurait pu dire ou faire à son sujet. Ils sont dans l’équipe, et leur relation s’arrête là. Anaswara revient au sujet de départ : la cuisine. Lula a donc envie de cuisiner un pain à l’ail et au romarin. Cela lui semble être quelque chose d’assez occidentale. Elle hoche la tête. « Très bien », scande-t-elle. Elle se frotte les mains contre le tablier.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 553
AVATAR : laura b.
ÂGE : 24
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 55k
AFFINITÉS:
C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) Empty
MessageSujet: Re: C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45)   C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) EmptyLun 22 Avr - 23:41

Anaswara n'est pas du dupe, et au lieu de renchérir, je me contente de lui offrir un sourire qui se veut éblouissant tout en faisait presque état de l'intégralité de ma dentition. Je tique sur certaines de ses remarques et ne peut m'empêcher de rebondir dessus histoire de savoir ce qu'elle sous-entend. « Quelqu'un qui aurait envie de te connaitre par exemple » Je me contente de lui répondre en plantant mes opales dans les siennes. Anaswara, tu nous fais une petite dépression non ? Elle parle maintenant d'être un objet de pitié. Je roule des billes dans un automatisme incontrôlable. « Ce n'est pas ça » je conteste faiblement avec ma nonchalance. Je n'ai pas assez de coeur pour éprouver de la pitié, qu'on se le dise. « Pourquoi tu es si négative ? » Je l'interroge avec sincérité et curiosité. Je lui offre une oreille plus qu'attentive en me redressant légèrement face à ses mots. « Quand tu dis: il y a peu temps, ça veut dire quoi concrètement ? » Je souffle en la regardant. « Tu l'as déjà vécu ou c'était la génération de ta mère ? » je complète. Je me tais parce que je préfère pas exprimer ce que j'en pense de tout ça, ça serait pas respectueux, ni forcément tolérant, alors je ferme un peu ma gueule sur ce sujet. Je préfère lui demander si elle a déjà fait du camping à l'arrache.« Dans le Sud ouest, sur la plage d'un bled un peu paumé » Je lui dis. Contis. On s'est tapé tous les étés là bas, avec nos habitudes en bandoulière. A squatter dans le même petit cinema indépendant pour refaire toute ma culture cinématographique en abusant de la gentillesse du couple de propriétaires, Rainer et Betty. C'était mes meilleures vacances. « Je crois que c'est interdit par contre » Je relève en fronçant les sourcils face à l'idée. Mais bon, c'est très rare de voir la police la nuit scanner ces plages sauvages. Ils ont mieux à faire, j'ose espérer. On se levait tôt le matin et on allait prendre notre petit déjeuner dans la cabane juste à côté. Anaswara se met à avoir un peu d'entrain, ça change. « On s'occupe de la pâte pour commencer ? » Je propose en relevant la tête. En attendant je m'en vais chercher un saladier, un kilo de farine et un verre doseur afin de faciliter ma mixture de sorcière. « Ce n'est pas mon domaine de prédilection » Je la préviens parce qu'en général, à la fin ça finit souvent à partir en freestyle, d'une façon faussement artistique, je me dis que je fais à l'instinct. Sauf qu'il n'est pas rodé pour ce genre de situation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 1972
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 27.154 £
AFFINITÉS:
C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) Empty
MessageSujet: Re: C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45)   C'est des ecchymoses. (jeudi, à 13h45) EmptyMar 23 Avr - 9:22

Anaswara n’est pas étonnée de constater qu’aucun de ses camarades n’a eu envie de la rejoindre et de lui tenir compagnie. Simplement parce qu’elle est trop solitaire et qu’elle a appris à composer sa vie toute seule, sans la présence d’autrui dans son espace vital. Elle ne s’en plaint pas. Personne ne l’a entendu à propos de ses nuits à la belle étoile et du fait que personne n’ait dédaigné lui tenir compagnie. Elle le vit assez bien, cette sanction. Au fil des nuits et de ses réveils, il lui est difficile d’attribuer le nom de « sanction » à ce qu’elle a écopée lors du précédent prime. Elle hausse doucement les épaules, quand Lula laisse entendre que ceux qui souhaiteraient lui tenir compagnie désireraient à la connaître. Elle a probablement raison, comme elle a probablement faux. Sa camarade se propose d’ailleurs à lui tenir compagnie cette nuit. Elle ne voudrait pas que celle-là se lance dans ce périple par pitié. Mais il semblerait que ce ne soit pas cela. Elle la questionne alors sur les raisons de sa négativité. Cela sonne étrangement écho avec sa conversation avec Malcolm, ce dernier la juge trop dure avec elle-même. Elle n’a jamais caché cette facette d’elle-même. « Je... », elle s’interrompt brusquement. Elle met de l’ordre dans ses pensées et censure les mots qui se bousculent en son for intérieur. Elle n’est pas certaine qu’elle puisse en parler. « Je ne suis pas habituée à être avec quelqu’un, à pouvoir être le centre d’intérêt et d’attention de quelqu’un. J’ai toujours été seule », souffle-t-elle. Alors elle ne parvient pas à se faire à cette idée qu’on puisse vouloir l’accompagner. Elle a toujours avancé toute seule, comme elle l’a confessé la semaine passée à Esaias. Elle est seule. Elle n’a pas personne sur qui s’appuyer. Elle est son propre tuteur. Elle se souvient d’une anecdote de chez elle, au Népal, et de fait que les femmes devaient vivre en marge du foyer pendant quelques jours, chaque mois, car elles sont jugés impures. C’est qu’on appelle l’exil menstruel, ou chaupadi, chez elle. Elle pivote sa tête vers son interlocutrice qui la questionne. « Depuis 2017, c’est interdit », répond-elle. Anaswara, lorsqu’elle s’est tournée vers l’ailleurs, elle s’est prise une claque en pleine face. Elle a pris conscience de certaines choses, de ce qu’elle a pu vivre. Elle a grandi dans cette partie du monde qui paraît en retard sur les droits des femmes, par rapport à toutes les régions occidentales. « Je l’ai vécu », émet-elle, elle se sent fébrile à l’évocation de ce souvenir. Elle sent sa main se contracter par une force venue de je ne sais où. Quant à Lula, elle a déjà fait du camping sauvage. Dans le sud ouest de la France – il lui semble qu’elle est française –. « Et ça ressemblait à quoi ? », l’interroge-t-elle. A quoi ressemblait les paysages ? Bien qu’elle pourrait situer la France sur une carte du monde et citer sa capitale, ses paysages lui sont inconnus. On pourrait croire que grâce à son métier elle a fait les quatre coins du monde mais elle n’a pas cette chance. Ses principaux vols sont à destination de l’Asie, parfois de l’Afrique du Sud. Lula l’informe que ça devait être interdit. « De camper ? ». Dans le pays de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, ce serait interdit ? Finalement, Anaswara revient à leur sujet de départ : l’élaboration d’un plat – ou plutôt d’un pain, en l’occurrence. Elle hoche la tête quand sa camarade lui demande si elles commencent par la confection de la pâte. « Ce sera un bon début, je suppose », qu’elle réplique, dans un ton peu sérieux. La brune pivote sur elle-même et cherche quelques ustensiles de son côté, pendant que la française s’occupe de prendre un saladier et de la farine. « Ah », qu’elle souffle, quand elle l’informe que ce n’est pas son domaine de prédilection. « Je ne suis pas certaine d’être meilleure cuisinière que toi », réplique-t-elle, sur un ton léger. Elle tente de réprimer un rire. Elle cuisine un peu, quelques plats locaux, mais pas des recettes qui la sortent de sa zone de confort. « Si nous parvenons à confectionner quelque chose qui ne soit pas indigeste, nous pourrons être satisfaite de nous », qu’elle reprend, dans un léger hochement de tête.

_________________
you say why do you talk to yourself like that
I just wanna love my body
Like you love my body
I wanna look in the mirror
And tell it that it's beautiful like you do.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Preval, Myrlande, ak Micky reini an kachèt, blan di wi pou gouvènman pwovizwa
» la taverne médiévale
» Martelly : des solutions seront connues ce jeudi au plus tard
» L'Abyss :: 40K :: Mercredi (14) ou Jeudi (15)
» Paris News du Jeudi 10 Février 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: CUISINE-
Sauter vers: