Partagez
 

 Cobra. (vendredi à 3h30)

Aller en bas 
AuteurMessage
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 441
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Cobra. (vendredi à 3h30) Empty
MessageSujet: Cobra. (vendredi à 3h30)   Cobra. (vendredi à 3h30) EmptyLun 15 Avr - 19:17

@Niels

Ce soir, y’a Morphée qui fait la gueule. Il n’a pas l’air de vouloir accueillir Bart dans ses bras. S’ils étaient un couple, il aurait créé une barrière de coussins dans leur plumard, afin de bien marquer son désappointement et son refus de lui offrir une nuit un tant soit peu réparatrice. Le blond mate le plafond sans parvenir à trouver le sommeil. Ça lui arrive tout le temps à Bart. Il réfléchit trop, alors il n’arrive pas à dormir. Surtout qu’il y a toujours un moment où ça commence à déconner complet lorsqu’il se met à poser un million de questions à propos de ses difficultés nocturnes et autres insomnies permanentes. Il se lève silencieusement pour ne pas réveiller Jesse qui pionce à côté comme un bienheureux. C’est marrant comment il a l’air tout calme lorsqu’il est dans les vapes par rapport à son comportement de gamin hyperactif et turbulent le reste du temps. Bart, il se laisse glisser dans les couloirs, sans trop savoir comment s’occuper alors que ses camarades sont tous retranchés dans leurs chambres respectives. Il se traîne jusqu’à la bibliothèque, parce que c’est un peu le premier lieu qui vient à l’esprit en cas d’insomnie. Normalement, y’a peu de chance passé minuit de se décider à aller courir sur un coup de tête dans la salle de sport, à moins d’être un chouilla zarbi.  A ce qu’il parait, le fait de lire a un effet immédiat sur le cerveau. Le corps et l'esprit se détendent au bout de quelques minutes grâce au travail répétitif et fatigant des yeux. Bart, il va s’installer dans un coin. Il n’y a pas beaucoup de lumière, mais ce n’est pas grave. Le but, ça reste tout de même de tromper son esprit de manière à se payer une petite tranche de sommeil avant le levé du soleil. Il a dû tomber dans le rayon littérature locale, parce que tout ce qui lui tombe directement dans la main est écrit en arabe. Il feuillète les livres, un peu au hasard. Bart, il trouve ça beau, même s’il n’y comprend rien. Il ne saurait pas lire les poèmes qui se trouvent dans ce livre. Et puis même si quelqu’un le faisait à sa place, il y pigerait que dalle, parce qu’il ne connait pas la langue. Mais la poésie, on devrait pouvoir la dessiner et la peindre. La calligraphie arabe a quelque chose de sensuel. Il n’a aucune idée des sujets abordés sur les pages qui se trouvent sous ses yeux, mais ce n’est pas si grave. Bart, peut-être bien que dans les faits il ne capte rien, mais bizarrement, il a également l’impression de tout saisir. Il est là, plongé dans un bouquin à suivre du bout de l’index l’encre du texte sur la page, lorsqu’un candidat débarque à son tour dans la bibliothèque. Il le suit du regard, avant d’adresser un vague signe de la main un peu débile à Niels pour lui signifier sa présence. « C’est quoi ton signe astrologique ? » il demande dans un sourire léger, soufflant sa question d’une voix toute douce pour ne pas foutre le bordel dans la quiétude du lieux. Niels, il ne doit pas trop piger là où il veut en venir. Bart, il se trouve un peu drôle, mais ce n’est pas parce que le gars est hypnothérapeute qu’il a pour autant le pouvoir de lire dans les pensées. « Je me demande si y’a vraiment des candidats qui sont venus consulter le Kamasutra pour satisfaire les instructions des astres. » Il aurait peut-être dû faire une marque sur le bouquin afin d'analyser ses déplacements nocturnes et donc surveiller le nombre de consultations le concernant. Il trouve ça un peu saugrenu comme idée, mais dans le fond, il est plutôt branché signes, Bart. Les prédictions qui ont été énoncées pour les poissons, il les prend grave au sérieux, alors peut-être que c’est également le cas pour d’autres candidats. Ça le fait un peu marrer d’imaginer le doyen de l’aventure se glissant en secret dans la bibliothèque pour consulter un recueil de positions sexuelles, alors que le type a juste dû se pointer à la base pour lire une bande-dessinée ou un truc plus sérieux.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels En ligne

MESSAGES : 1309
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 34 500£
AFFINITÉS:
Cobra. (vendredi à 3h30) Empty
MessageSujet: Re: Cobra. (vendredi à 3h30)   Cobra. (vendredi à 3h30) EmptyMar 16 Avr - 4:54

Niels avait passé une première partie de nuit plutôt calme, jusqu'au moment où en ouvrant un œil et en se redressant dans son lit pour guetter l'heure qu'il était, il n'avait pas réussi à se rendormir. Si son ex-femme le voyait allongé là à attendre que le sommeil vienne de nouveau le cueillir, elle lui dirait probablement qu'il buvait trop de café et qu'à long terme ça avait des effets néfastes sur ses nuits qui soit démarraient de plus en plus tard, soit étaient de plus en plus courtes. Enfin, elle n'était théoriquement plus la mieux placée pour se faire une idée de la qualité de son sommeil étant donné qu'ils n'avaient plus partagé le même lit depuis longtemps, mais il est vrai que du temps où il était encore marié Niels rencontrait déjà quelques difficultés à faire des nuits réparatrices, la faute à des journées stressantes, à une sur-consommation de caféine et, c'est vrai, à des enfants qui aimaient bien opposer un peu de résistance quand il était l'heure de dormir. Il repensait à tout ça avec toujours ce pincement au cœur qui accompagnait généralement ces souvenirs, tandis qu'en tournant la tête sur son oreiller, il pouvait voir Kenza plongée dans un sommeil paisible. Ça le rendait envieux, parce qu'il aimerait bien lui aussi simplement se rendormir et qu'il était suffisamment familier du silence que pouvait renfermer une chambre pour que la perspective d'attendre de longues minutes dans la sienne avec les yeux rivés au plafond ne soit pas très attirante. Il n'y avait pas un bruit, à peine le souffle de Kenza pour troubler ce calme et si en temps normal il aimait bouquiner en silence en attendant de tomber de sommeil sur son oreiller, c'était un peu différent quand la nuit était déjà bien entamée. Niels profita alors du fait d'être réveillé pour faire d'une pierre deux coups et quitter son lit afin de rejoindre la bibliothèque où il trouverait peut être quelque chose à se mettre sur la dent, mais pourrait aussi mettre son temps à profit pour autre chose qu'attendre dans sa chambre que ce trop plein d'énergie veuille bien se dissiper. Il garda le t-shirt avec lequel il dormait, enfila un pantalon et ses chaussures avant de rejoindre le couloir et de marcher quelques mètres pour atterrir devant la porte qui l'intéressait. C'était l'avantage de dormir au deuxième étage cette semaine, il n'avait pas à traverser toute une partie du palace à trois heures et demi du matin, ce qui aurait été un voyage solitaire étant donné que la quasi totalité des candidats devait dormir. Il constata toutefois à son arrivée qu'ils étaient au moins deux à veiller à cette heure, bien que dans son cas on ne lui ait pas vraiment demandé son avis et que concernant Bart, qu'il reconnut lorsqu'il lui adressa un signe de la main, il en allait peut être de même. Le saluant d'un signe de la tête, il délaissa la raison de sa venue pour s'approcher du candidat qui semblait déjà avoir trouvé un bouquin à feuilleter. C'est alors que sa question le laissa légèrement interdit, parce qu'il s'attendait à plusieurs sortes de discussions à cette heure-ci mais pas à ce qu'on l'interroge sur son signe astrologique. « Lion, et le tien ? » Il demanda en retour et surtout parce que le fait que ça semble intéresser Bart l'intriguait et qu'il comprendrait peut être bientôt où il voulait en venir. Son regard balaya la bibliothèque où il ne serait pas contre tomber sur quelques bouquins en allemand, avant de le reposer sur Bart et d'étirer un léger rictus. « Tu l'aurais fait, à leur place ? » Il ne lui posait pas seulement la question pour savoir s'il aurait pu retourner toute la bibliothèque à la recherche d'un ouvrage érotique, mais aussi parce que ça lui donnerait une petite idée de la foi qu'il accordait à ce genre de choses. « Je n'ai jamais vraiment cru à l'astrologie. Pourtant comme n'importe qui j'ai déjà feuilleté un magazine pour savoir ce que la semaine me réservait ou tenté d'interpréter certaines prédictions. » Il se rappelait que ça lui était principalement arrivé les quelques mois qui avaient suivi la séparation d'avec sa femme et pas mal d'autres chamboulements dans sa vie. A l'époque, il pouvait lui arriver de lire son horoscope et de sentir une partie de lui tressaillir à l'idée qu'un bouleversement heureux allait lui faire quitter le tunnel où il avançait depuis un moment. Et alors même qu'au fond de lui, il n'y avait jamais vraiment accordé de crédit et savait qu'il était arrivé à un point où il faudrait un peu plus qu'un coup de main des astres pour remettre de l'ordre dans sa vie. « Qu'est-ce que tu lis ? » Il finit par demander, en s'approchant lui-même d'une rangée de livres et en laissant son doigt détailler quelques couvertures à la recherche de quelque chose qui le stimulerait autant que le candidat.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 441
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Cobra. (vendredi à 3h30) Empty
MessageSujet: Re: Cobra. (vendredi à 3h30)   Cobra. (vendredi à 3h30) EmptyMer 17 Avr - 18:24

Bart, il ne sait pas trop quoi penser de l’astrologie. D’un côté il trouve ça con, mais de l’autre, il y a toujours des signes qui finissent par faire vaciller toutes ses convictions lorsqu’ils coïncident avec la réalité de sa vie. « Je suis Poisson. » il souffle à son tour. Rien que ça, c’est marrant de constater à quel point ce détail matche avec sa personnalité ou sa conception du monde personnelle. A ce qu’il parait, les personnes appartenant à ce signe sont de nature rêveuse et sensible ce qui lui correspond entièrement. Il ne peut pas blairer les gens qui utilisent leur signe astrologique pour justifier leur comportement de merde, mais dans son cas, ça fonctionne. Et puis Bart, il est plutôt crédible en poisson rouge qui ne sait que tourner en rond dans son bocal, parce qu’autrement il sert à que dalle. Niels, lui il est Lion, ce qui signifie qu’il n’a pas de raison particulière pour se trouver dans la bibliothèque comme Bart a essayé de le sous-entendre avec cette histoire de kamasutra. Remarque, s’il a mentionné le bouquin, c’était surtout un prétexte pour se donner l’occasion de diverger au sujet de l’astrologie. Il aime bien réfléchir à ce genre de questions et s’écouter parler, parce que c’est la meilleure façon qu’il a trouvé pour dépatouiller tout ce qui lui passe par la tête. Ca tombe bien que ce soit l’allemand qui soit entré dans la pièce, parce qu’il est sûrement la meilleure personne pour se prêter à l’exercice. Il n’est pas psychothérapeute, mais il s’en rapproche. Bart, il l’a aussi qualifié lors du prime de diplomate. Normalement, le gars ne devrait pas le traiter de fou à cause de ses délires internes. Ou du moins, il saura y mettre les formes si cela devrait arriver. « C’est pas comme si ça pouvait m’être utile… » il souffle d’un air dubitatif qui signifie que lui non plus ne serait pas venu consulter l’ouvrage, pour la simple et bonne raison que ce serait vain et un peu déprimant de se renseigner sur des positions sexuelles quand on a personne avec qui les expérimenter. On ne va pas se mentir, Bart, il a très peu de chances de pécho au cours du jeu. Il a l’air tellement à côté de ses pompes, que ça en est presque à se demander s’il serait capable de bander le moment venu. Il ne se fait pas d’illusion à propos de son degré de sex-appeal en comparaison des autres candidats masculins. Même la réponse de la radio magique disant qu’il y avait bien quelqu’un à qui il devait plaire dans le palace, il n’y croit que modérément. « Je ne suis pas sûr que les magazines soient une source hyper-fiable. C’est pas comme si les étoiles en avaient vraiment quelque chose à foutre des personnes nées sous leur protection. Elles ont certainement d’autres choses à faire que de répondre à des thématiques aussi débiles que celles du travail, de la sexualité ou de l’amour pour chacun. » il déblatère d’un air concentré. Il y a quand même plus important. Si les astres pouvaient vraiment donner quelques directives, Bart espère que ce serait pour des trucs un peu moins futiles que de savoir qu'un glaçon peut multiplier les plaisirs au plumard. La zone astro dans un journal, c’est sûrement celle que tu confies au stagiaire de la rédaction pour faire genre qu’il travail vraiment et qu’il n’est pas juste là pour préparer le café et faire des photocopies. Le mec n’a aucun talent de prédiction, il se contente juste de balancer des phrases-types incompréhensibles. Il suffit juste d’attendre ensuite les premières coïncidences pour s’affirmer convaincu. « De toute façon, ça n’a pas besoin d’être vrai pour le devenir. Il suffit d’y croire. » il balance sans préciser sa pensée, dans l’une de ses envolées réflexives capables de te foutre un mal au crâne sans précédent. Niels lui demande ce qu’il lit et il se contente d’hausser les épaules dans un sourire doux. « Aucune idée. » il lui tend le recueil de poésie arabe qu’il est incapable de déchiffrer de tout seul. « Si t’arrives à me le dire, je suis preneur. » Ce bouquin, c’est presque la métaphore du rapport qu’entretient Bart avec l’astrologie. Il pige rien de ce qui est écrit, mais à force de théoriser sur la forme des signes inscrits sur le papier, il finit par avoir l’impression de comprendre de quoi il est question. « Je le trouvais joli. » C’est pour ça qu’il a décidé de s’y plonger. L’ouvrage est vieux, sûrement écrit à la main et précieux comme un petit trésor. Bart, ça le touche d’avoir un tel objet entre les doigts.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels En ligne

MESSAGES : 1309
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 34 500£
AFFINITÉS:
Cobra. (vendredi à 3h30) Empty
MessageSujet: Re: Cobra. (vendredi à 3h30)   Cobra. (vendredi à 3h30) EmptyVen 19 Avr - 0:50

Discuter d'astrologie à trois heures et demi du matin n'était pas franchement habituel pour Niels, mais l'allemand savait généralement s'adapter aux situations même un peu étonnantes, il en aurait de belles à raconter après des années d'exercice en tant que sophrologue et thérapeute s'il n'était pas tenu au secret professionnel et à un code de déontologie avec lequel on ne plaisantait pas. Il n'avait pas envie d'avoir un syndicat sur le dos, il avait donné avec ce genre de chieurs quand il était dans l'immobilier et qu'il devait rendre des comptes à droite et à gauche parce que les chantiers n'avançaient pas comme ils auraient du. Ici, il lui paraissait évident que Bart s'intéressait à son signe astrologique parce qu'il espérait entamer une discussion un peu plus générale, et ça lui allait. C'est vrai qu'il n'était pas un grand fan de prédictions et pensait que la vie ne pouvait ni se prévoir ni se résumer à un paragraphe dans un magasine, mais il avait assez de recul pour savoir que ce cynisme découlait aussi de son vécu. Bart lui confia être du signe des poissons, mais c'est son allusion au Kamasutra qui laissa Niels le plus songeur, parce que ça non plus ce n'était pas une chose au sujet de laquelle il pensait réfléchir ce soir. Il paraissait maintenant évident que ni lui ni Bart n'étaient concernés par l'idée de venir consulter ce bouquin et que c'est certainement la raison pour laquelle il s'était intéressé à son signe au départ, mais Niels se demandait si dans le cas contraire Bart l'aurait fait. Parce que ce n'était pas tant une question de croyance que de curiosité. Bart, lui, opta pour une réponse un brin fataliste qui lui fit adopter un air un peu plus pensif. « Tu voudrais que ce soit le cas ? » Il demanda, parce qu'il croyait lire une forme de déception dans son regard et qu'il aimerait comprendre à quoi elle tenait, parce que le fait qu'il ait glissé cette remarque alors que la plupart des gens n'iraient sûrement pas confié leur frustration à un type qu'ils connaissaient encore peu lui donnait l'impression d'avoir été téléporté dans son cabinet, face à un Bart un peu plus enclin que la moyenne à livrer ce qu'il avait sur le cœur. Le cadre et l'intimité qu'il conférait aidaient peut être. « Ce genre de bouquin a tendance à mythifier le sexe, mais en réalité ça n'apprend pas l'essentiel et c'est assez contre-productif. » A ses yeux, c'était le genre de choses que les gens achetaient, lisaient une fois et finissaient par ranger au fond d'un tiroir parce que la sexualité, la vraie, ne s'apprenait pas dans un livre qu'on résumait fatalement à une liste de positions acrobatiques. Il comprenait l'envie de découverte, mais personne n'avait vraiment envie de faire une pause en plein préliminaires pour chercher parmi 64 positions celle qu'il aimerait essayer. Il n'était pourtant pas aussi cynique sur le sujet que concernant l'astrologie qui comptait parmi les choses auxquelles son esprit avait encore du mal à s'ouvrir. Il y en avait qu'il était capable de concevoir, mais l'idée que les astres puissent influencer son destin se heurtait à une logique qu'il était incapable d'abandonner. Pour autant, il était assez intéressé par l'idée d'entendre d'autres points de vue que le sien. Bart avait sûrement raison, s'il y avait la moindre chance pour que les astres puissent effectivement influer sur quelque chose, probablement que ce ne serait pas sur leurs petits tracas quotidiens. « C'est vrai, la plupart des astrologues se contentent d'utiliser des affirmations qui peuvent sembler personnelles et spécifiques mais sont en fait assez vagues et ouvertes pour s'appliquer à une majorité de personnes. J'en ai rencontré pas mal, c'est juste de la psychologie et un peu de chance. » A l'époque où il avait assisté à un certain nombre de conférences et croisé des professionnels plus ou moins honnêtes avec qui il avait parfois passé des heures à discuter, oui, il avait pu observer que certains faisaient passer une aptitude pour l'observation et la psychologie humaine pour un don particulier. « Et alors, est-ce que tu crois à ce que ton horoscope t'a prédit ? » Il demanda, croyant comprendre que pour Bart ce n'était pas si simple et qu'il n'était pas tout à fait sûr du crédit qu'il était censé accorder à ces prédictions-là. Il était plus convaincu que Niels ne le serait jamais, ce n'était pas dur, mais ce qui l'intéressait c'était de savoir s'il pensait que sa semaine puisse être impactée par la rubrique qui les intéressait. S'il y croyait, il verrait effectivement des signes qui lui laisseraient penser qu'il y avait au moins une part de vrai là-dedans, là où justement c'était là que ça coinçait pour Niels. Saisissant le livre que Bart lui tendit, il le détailla un instant. « J'ai pas non plus la moindre idée de ce que c'est ou de ce que ça raconte. Mais l'important c'est que tu l'aies choisi quand même. » S'il n'avait pas besoin de comprendre ce qu'il lisait et pouvait se contenter d'admirer ce qu'il avait sous les yeux, ça n'avait peut être pas tant d'importance de savoir. Niels aimait comprendre, mais parfois c'était plus un casse-tête qu'autre chose et le mystère avait de temps en temps aussi du bon. Surtout à trois heures du matin. Relevant le regard sur Bart, il l'observa silencieusement lorsqu'un détail lui revint en tête. « Tu penses vraiment que les gens te prennent pour un fou ? » Il le questionna en repensant à l'une des réponses qu'il avait donné à Elena et qu'il prenait soin de reformuler légèrement. Ça l'intéressait de savoir si c'était bien ce qu'il avait répondu, et si oui si c'était le sentiment qu'il avait réellement face aux autres. Peut être même à cet instant, et c'est aussi pour ça qu'il posait la question.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 441
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Cobra. (vendredi à 3h30) Empty
MessageSujet: Re: Cobra. (vendredi à 3h30)   Cobra. (vendredi à 3h30) EmptyLun 22 Avr - 15:04

Bart, il est super pragmatique quand il doit répondre à une question. Il ne pige pas trop ce qu’il irait glander avec une copie du kamasutra, alors qu’il est actuellement résolument seul sur le plan sentimental. Sa vie sexuelle, c’est un peu le désert du Sahara en ce moment et il n’a personne avec qui expérimenter des positions aussi acrobatiques, que compliquées. De toute façon, on ne va pas se mentir, il n’y a rien de plus efficace que les basiques en la matière. Essayer de s’adonner à l’originalité, c’est aussi s’exposer à un risque de courbatures ou de chutes pas très jolies. Il ne comprend pas non plus les gens qui tentent de pimenter leurs ébats en pratiquant dans des lieux insolites. On sait tous que transposé dans la vraie vie, le tapis du salon provoque des brûlures et que le sexe en milieu aquatique, c’est le meilleur moyen de choper une cystite. Il hausse les épaules d’un air détaché face à la question de Niels. « Être seul ne me rend pas malheureux. » il souffle, avant que son tout nouveau psychothérapeute perso pousse l’analyse un peu plus loin. « Je pense juste que je pourrais être plus heureux. » Dans la tête de Bart, c’est clair que s’il trouvait une fille qui lui plaisait et à qui il plaisait également en retour, ça changerait pas mal son état émotionnel actuel. Se sentir isolé, ce n’est pas si grave. Il a fini par s’y habituer, mais il a aussi le droit d’espérer quelques améliorations à ce niveau. Il n’est pas non plus là pour baiser, Bart. C’est un romantique, alors quand il a l’air un peu déprimé à propos du kamasutra, il pense davantage avec son cœur tout abimé, qu’avec sa bite. Il approuve les dires de son camarade. Se référer au bouquin pendant le sexe, ça nique un peu toute la passion du moment. L’astrologie, c’est une discipline assez difficile à prendre en considération. On ne sait jamais sur quel pied danser, partagé entre des phrases toutes faites auxquelles on peine à croire et quelques rares coïncidences qui remettent tout en question. Maintenant, Bart, il n’irait pas jusqu’à dire que ce ne sont que des conneries. Un peu comme la voyance, si c’est fumeux au départ, ça peut aussi générer une réaction en chaîne jusqu’à devenir réel au bout du compte si on donne suffisamment d’importance aux prédictions. Si on te dit que tu risques de rencontrer un bel inconnu dans la semaine, tu vas peut-être être plus ouvert aux nouvelles personnes qui croiseront ta route. C’est en ça qu’il y a une forme de vérité dans un horoscope. Niels l’interroge sur ce qui lui a été prédit, ce qui lui tire un sourire léger. « Je risque de préférer rester seul pour savourer ma tranquillité. » il débute en tentant de se souvenir de l’horoscope qui a été attribué à son signe. Pour le moment, c’est loin d’être déconnant par rapport à sa personnalité ou à celle des autres Poissons de la baraque. C’est clair que t’aurais dit ça à un type comme Jhoan qui n’a pas l’air de kiffer des masses s’isoler et faire dans le calme et la sérénité, il y aurait direct eu de quoi douter du Marco et de ses talents pour établir un thème astral. « Sinon, en amour, c’est pas trop la joie au niveau de mes rêves d’amour parfait. » En gros, c’est ce qu’il a compris à l’issu de la chronique, mais il y a toujours moyen de surinterpréter et de tirer les fils pour former de toutes nouvelles prédictions. « Ca m’a plutôt l’air de coller. » il conclue finalement, face à cette semaine placée sous le signe du pathétisme, alors qu’il se retrouve bêtement dans la bibliothèque en solo en plein milieu de la nuit. Même s’il s’agit de petites phrases très générales, elles sont tout de même orientées dans un sens qui fonctionne bien dans son cas, alors que ça aurait très bien pu ne pas le faire avec quelqu’un d’autre. « Je crois que parfois, il vaut mieux ne pas savoir et laisser les choses se faire. » Sinon, il y a de quoi devenir fou. Bart, il se fait déjà des nœuds au cerveau pour pas grand-chose, alors si en plus il commence à s’inquiéter ou à paniquer parce qu’au rayon amour on lui a prédit que ce serait la merde, il n’a pas fini de se prendre la tête. Il tend à Niels le bouquin qu’il feuillète, cherchant auprès de son camarade une réponse à ses questions. Lui non plus, il ne sait pas de quoi ça parle. « J’aime bien, parce que ça permet de tout inventer. » il souffle dans un sourire. C’est comme mater les nuages et les étoiles à la recherche de signification cachée. Si ça se trouve, Bart, il est juste plongé dans le manuel d’utilisation d’un aspirateur, mais il s’en fout. Il ne sait pas trop si c’est sa tendance à lire des livres en langues étrangères qui orientent les pensées de son camaraden mais celui-ci dévie totalement la conversation pour l’interroger à propos d’un truc qui a été diffusé au cours du dernier prime. Bart reste quelques secondes silencieux. Il ne sait plus trop quoi répondre. « Oui, je le pense. » il confirme. Il n’a pas sortit ça au hasard pour justifier les raisons qui le poussaient à apprécier Tonia plus qu’un autre candidat à ce stade du jeu. Il ne pense vraiment. Bart, il pourrait presque lui fournir la liste des gens qui le croient fou, tellement ça peut parfois être difficile de cacher les sentiments qu’il peut inspirer. Déjà, il y a Kenza qui le considère très clairement comme un teubé complètement esquinté du bulbe et malade. Il y a aussi Malcolm qui le regarde un peu bizarrement et qui marche sur des œufs avec lui au cas où il serait imprévisible et péterait un plomb en sa présence. Et ça, c’est juste un échantillon rapide des candidats. Bart, il sait très bien qu’il est un peu bizarre avec ses réflexions chelou. « Ce n’est pas grave… » il avance sans trop savoir pourquoi. Peut-être que Niels, il cherche juste à le rassurer au cas où il s’inquiéterait sur sa santé mentale. « J’ai du mal à être sur la même longueur d’onde que le reste du monde. Le doute est permis. » Bart, c’est comme une radio déraillée et cassée. Elle ne fonctionne plus très bien, alors on hésite à la mettre de côté au profit d’un objet qui marche sans trop déconner.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Niels
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11283-nielshttp://www.throwndice.com/t11220-niels En ligne

MESSAGES : 1309
AVATAR : lee pace.
ÂGE : 40


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 34 500£
AFFINITÉS:
Cobra. (vendredi à 3h30) Empty
MessageSujet: Re: Cobra. (vendredi à 3h30)   Cobra. (vendredi à 3h30) EmptyMer 24 Avr - 1:48

Niels ignorait si parmi les candidats concernés par cette histoire de kamasutra, il y en avait qui avaient réellement fait le déplacement jusqu'à la bibliothèque pour mettre la main sur ce bouquin. A cette heure-ci, il y avait peu de risque que qui que ce soit traîne dans les parages à moins qu'une partie du palace soit frappée par une mystérieuse insomnie, mais en pleine journée ça vaudrait peut être la peine de s'installer dans un coin de la bibliothèque pour guetter les entrées et sorties, histoire de voir qui aurait eu la curiosité d'appliquer les prédictions de Marco. Ni lui ni Bart n'auraient vraisemblablement fait le déplacement, et concernant l'allemand c'était il est vrai autant par scepticisme pour ce genre de prédictions comme pour ce genre de livres. Là où ça l'intriguait, c'est lorsque Bart invoquait sa situation sentimentale comme principale raison au fait qu'il n'aurait pas l'utilité d'un tel bouquin. Lui non plus si on allait par là, c'était relativement évident et ça n'aurait pas été différent s'il avait toujours été marié. Et dans son cas il y avait un certain nombre de raisons pour lesquelles il ne lui était pas toujours aussi évident de vivre seul depuis son divorce qu'il le laissait penser, mais aucune n'impliquait de près ou de loin ce genre de bouquin. Probablement que pour Bart aussi, c'était une manière de se confier en empruntant un chemin détourné, et quand il l'entendait dire qu'il pourrait être plus heureux qu'il l'était en étant seul, il avait un peu l'impression d'être dans son cabinet, face à un patient qui ignorait pour son divorce et n'imaginait pas forcément que ses propos pouvaient trouver un certain écho en lui. Il comprenait, Niels, même s'il se débrouillait toujours assez bien pour le cacher. « Certaines personnes espèrent rencontrer quelqu'un parce qu'elles ont envie d'aimer. D'autres parce qu'elles ont besoin d'amour ou de combler quelque chose. » Il énonça d'une voix neutre, et parce qu'il l'avait souvent observé et particulièrement chez ses patients dont l'estime de soi étaient la plus fragile et qui s'engageaient généralement dans des relations déséquilibrées où ils donnaient principalement dans l'espoir de recevoir. Probablement qu'ils étaient aussi capables d'aimer, mais d'une façon qui pouvait à long terme paraître étouffante, parce que ce qui comptait ce n'était pas toujours autant d'être avec quelqu'un que de ne pas être seul. « Tu te classerais plutôt dans quelle catégorie ? » Ce n'était pas toujours évident de savoir où se placer, mais ça lui permettrait de voir quel regard Bart avait tendance à poser sur lui. Pour Niels, la solitude n'était pas toujours un plaisir quand il ne l'avait pas complètement choisie, mais il n'avait pas cherché à faire des rencontres après son divorce et s'était plutôt isolé. C'est ce qui rendait ces histoires d'horoscope un peu difficiles à avaler pour lui, parce qu'il avait l'impression d'être le type qu'on prenait en pitié parce que c'était écrit sur son front et inscrit jusque dans son caractère qu'il n'avait plus vraiment laissé personne entrer dans sa vie depuis des années, en grande partie parce qu'il lui faudrait réapprendre à s'ouvrir à quelqu'un et que c'était une perspective déroutante. L'astrologie restait un domaine qu'il avait du mal à prendre au sérieux, il était pourtant forcé d'avouer qu'il avait arqué un sourcil intrigué lorsque la lampe lui avait par deux fois permis de gagner de l'argent après que son horoscope lui ait prédit de belles surprises, mais son esprit cartésien avait déjà choisi de penser qu'il avait juste eu de la chance. Il sentait bien en écoutant Bart énumérer ses prédictions qu'il était moins catégorique en la matière, en partie parce que jusqu'ici elles semblaient plutôt cohérentes. Il tiqua sur cette histoire d'amour parfait. « Tout dépend déjà de la définition que tu lui donnes. » Il souffla dans un demi-sourire intrigué, et sans que ce soit nécessairement une question piège. « Pour moi il n'a jamais eu besoin de l'être pour être vrai et entier. Mais il paraît que d'autres sont mieux placés que moi pour en parler puisque j'ai lâchement baissé les bras. » Il eut un sourire plus cynique et haussa les épaules en repensant à sa conversation d'il y a quelques jours avec Pierpaolo. Il lui avait fallu prendre sur lui pour ne pas montrer à quel point ça l'avait ébranlé d'entendre l'italien lui balancer ses préceptes à la figure comme s'il avait pu juger de l’entièreté de son mariage rien qu'en le fixant une seconde, et encore aujourd'hui c'était difficile de contenir l'amertume qu'il ressentait. Mais Niels ne vidait pas son sac en public, il attendait généralement d'être seul pour le faire. Il hocha la tête lorsque Bart reprit la parole. « Je suis du même avis. La seule façon de savoir, c'est de vivre. » C'était le genre de conseil qu'il aurait pu donner et aussi l'une des raisons pour lesquelles il n'avait pas trop envie qu'on lui prédise l'avenir, qu'il soit radieux ou dégueulasse, réaliste ou fantasque, très franchement il n'avait pas besoin de le connaître avant l'heure. L'imprévisible n'avait pas que de mauvais cotés, l'ignorance non plus. C'est vrai, Bart n'avait pas spécialement besoin de savoir ce que racontait le livre qu'il tenait. Niels avait quant à lui interrompu sa quête du bouquin qui lui ferait passer le temps, mais continuait à étudier la bibliothèque du coin de l’œil tout en interrogeant Bart sur ce qu'il avait confié au détour d'une réponse donnée à Elena et qui l'avait intrigué. Il se demandait s'il avait vraiment le sentiment qu'on le prenait pour un fou, et maintenant qu'il en avait la confirmation il aimerait comprendre ce qui dans le regard des autres avait pu le lui inspirer. Parce qu'il se doutait que ce n'était pas qu'une personne, et ça ne l'étonnerait pas vraiment qu'il ait aussi l'impression que leurs camarades le percevaient comme quelqu'un de plus ou moins dérangé. Peut être même lui, quand il le fixait de cette manière. « Parce qu'on pense différemment, on est forcément fou ? » Il demanda, en croisant les bras sur son torse. Parce que si oui, il n'était probablement pas toujours sain d'esprit lui non plus, il avait changé de vie quand c'était probablement la chose la plus déraisonnable à faire, puis voilà qu'il mettait les pieds dans une émission où on n'imaginerait pas forcément qu'un type comme lui avait sa place. Il redevint silencieux un instant, détourna le regard et ajouta. « J'ai fait un burn-out il y a quelques années. Dire que j'ai cru devenir fou serait un euphémisme, surtout pour mes proches. Je pense que tu relativiserais sur le regard que te portent les autres si tu m'avais connu à l'époque. » Son ton avait à peine changé, et pourtant c'était la première fois qu'il en parlait avec ces mots-là et à quelqu'un qu'il connaissait encore peu. Il lui passerait les détails, il n'était pas forcément prêt à aller plus loin, mais Niels savait qu'il ne pouvait pas toujours être celui qui creusait, que parfois il fallait aussi qu'il accepte d'en montrer un peu.

_________________
a certain darkness is
needed to see the stars.
you can't turn back the clock, you can't turn back the tide. ain't that a shame? i'd like to go back one time on a roller-coaster ride, when life was just a game.
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 441
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
Cobra. (vendredi à 3h30) Empty
MessageSujet: Re: Cobra. (vendredi à 3h30)   Cobra. (vendredi à 3h30) EmptyVen 26 Avr - 20:18

Niels, il entre en mode thérapeute pour lui balancer une question qui le souffle complètement et lui donne l’impression de venir de poser ses fesses sur le divan du cabinet de son psy. Bart, il ne sait plus du tout où il se place sentimentalement parlant. Est-ce qu’il se sent prêt à aimer ou est-ce qu’il est manque d’amour et juste à la recherche d’une personne pour combler son vide intérieur ? Le candidat parle de catégories, comme s’il fallait forcément se ranger dans l’une de ces deux boîtes. Pourtant, les différents états qu’il lui propose ne semblent pas complètement incompatibles les uns avec les autres. Bart, il se verrait bien les chevauchant, en bordel complet et incapable de se placer correctement comme le reste du monde. Est-ce que sous prétexte que tu ressens comme un creux au fond de tes entrailles, tu n’as pas le droit de rêver sincèrement à une partenaire à laquelle tu pourrais également apporter quelque chose ? Bart, c’est clair qu’il vit un manque d’amour et d’attention flagrant. Il se sent très seul, mais il oscille avec contradiction entre pessimisme et optimisme. C’est difficile pour lui de savoir où il en est sur le plan sentimental, parce que sa libido est aussi fluctuante que ses humeurs. Le gars, il est à la limite de la bipolarité amoureuse, persuadé un jour que personne ne l’aime et ne l’aimera jamais, avant de collectionner les crushs utopiquement comme on peut accumuler les cartes Pokémon. Ici, dans son jeu, il y a des espèces un peu chelou comme un Lulamèche ou un Bulbenza. Bart, il est un peu neuneu en ce qui concerne les filles et il finit par craquer sur elles pour des détails complètement débiles, ce qui l’expose très fortement aux sentiments à sens unique. « Tu penses que ce sont des catégories incompatibles ? » il retourne la question, parce qu’il ne sait pas du tout quoi répondre. Quand il réfléchit aux paroles de Niels, il se donne l’impression d’être un boulet avide d’amour et qui pourrait niquer toute relation hypothétique à cause de ça. Bart, pourtant, il a également des choses à apporter aux autres. C’est un garçon gentil, romantique et sensible, pas juste un gouffre intérieur qui cherche à se faire colmater, quand bien même ça lui ferait du bien de se sentir un peu moins vide quelques fois. Alors ouais, l’amour parfait dont ils parlent ensuite, il semble destiné à demeurer de l’ordre de la rêverie comme l’a déjà souligné Marco lors de son horoscope. Tout ne peut pas être rose et idéal, parce que chacun débarque avec ses propres imperfections. Le machin, c’est plutôt un mythe, voir un mirage qui peut nous aveugler si on convoite la plénitude amoureuse, risquant ainsi de passer à côté de belles histoires pour quelque chose de plus grand qui n’arrivera jamais. « Non, je trouve ça débile de souhaiter un amour parfait. » il rebondit en secouant la tête, face aux paroles de Niels très justes qui se retrouvent gâchées par la remise en question de sa légitimité à en parler. A force de regarder des comédies romantiques, on se laisse avoir par l’image d’un amour idéal. Dans la réalité moins édulcorée du quotidien, on sait tous que les couples finissent par souffrir de l’usure ou d’éventuelles tensions. Ce n’est pas grave pour autant, c’est normal. « On dirait une injonction. Il faut le trouver, sinon on ne peut pas se sentir complet ou heureux. Avoir trop d’attentes, c’est aussi prendre le risque d’être insatisfait si on finit par le trouver. » C’est super rigide comme manière de voir les relations amoureuses. Qu’est-ce qu’on fait alors de la passion douloureuse ou des maladresses de parcours qui ont aussi leur charme ? Franchement, faut arrêter de se prendre la tête, sinon on finit par s’acharner à vouloir tout maîtriser et tout contrôler. Parfois, vaut mieux laisser les choses se faire en mode touriste, le voyage en sera bien plus agréable. « Non… » il souffle avec quelques hésitations lorsque Niels lui demande si penser différemment veut forcément dire être fou. « Enfin. Ça ne devrait pas être le cas. » Faut pas se leurrer, quand t’as une perception du monde qui diffère de celle des autres, t’es tout de suite catalogué du côté des timbrés. Ça a toujours été comme ça. Dans le temps, quand t’affirmais que la Terre était ronde plutôt que plate, t’étais bon à enfermer. Ce n’est pas juste dans le principe, mais c’est comme ça que ça se passe. Et Bart, il est bizarre comme garçon avec sa sensibilité à toutes épreuves. Il n’y a pas non plus que ça qui le classe chez les fous. « Je crois que mon patrimoine génétique ne me dédouane pas non plus de tout soupçons. » il avance dans un haussement d’épaules, sans pour autant développer son historique chromosomique. Sa mère, elle n’était pas super nette au niveau de sa tête. Elle avait des petits soucis. Tout comme lui. Les troubles mentaux comme le plus beau des héritages. Niels lui parle de son burn-out, ce qui lui fait relever le regard pour fixer le candidat pendant quelques secondes. Il n’aurait pas cru en le voyant comme ça qu’il avait vécu un épisode dépressif. A ce qu’il parait, c’est la maladie du siècle, tout le monde risque d’être touché que ce soit directement ou par l’intermédiaire d’un proche. Niels, il a l’air d’être le type le plus sain d’esprit de la baraque, alors il n’aurait pas misé sur lui aux premiers abords. « T’as l’air d’aller mieux. » il commente, faute de savoir quoi raconter. Bart, il n’est pas hyper efficace socialement. Il dit pas mal de conneries et de maladresses à défaut de savoir faire preuve de bon sens oralement. Il est un peu gêné par cette révélation, tout comme il se sent étrangement rassuré. « J’imagine que quand t’es dedans, t’as l’impression que tu ne pourras jamais en sortir… » Bart, il n’y croit pas trop. Cette étrangeté dont il se plaint, elle fait intégralement parti de sa personnalité, alors il ne voit pas comment il pourrait s’en débarrasser. Dans le fond, ça le ferait presque flipper de penser sérieusement à se soigner, comme s’il y avait un risque qu’on ponde un tout nouveau Barto 2.0 dans lequel son ancien moi ne se reconnaitrait pas.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeux de plateau vendredi 27 août ?
» ♍ You're Not In On the Joke - Cobra Starship ♪
» Cobra
» Cobra - scénario troisième
» Un cobra qui a eu le "nez creux"..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: BIBLIOTHÈQUE-
Sauter vers: