Partagez
 

 y crois-tu, tues. 17:50 (III)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1911
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
y crois-tu, tues. 17:50 (III) Empty
MessageSujet: y crois-tu, tues. 17:50 (III)   y crois-tu, tues. 17:50 (III) EmptyDim 28 Avr - 22:14

En cette fin d’après-midi, Anaswara profite des quelques rayons de soleil qui réchauffent sensiblement son épiderme. Elle se promène, à l’extérieur du palace, profitant du paysage qui s’offre à elle. Ses pupilles s’imprègnent des quelques photographies qui défilent sous ses yeux. Son attention s’arrête sur un nouvel élément dans son champ de vision. Elle s’en approche, un léger sourire discret peint sur son visage radieux. Elle défile élégamment jusqu’à la calèche présente, les talons de ses escarpins retentissant sur le sol dur. Elle s’approche, timidement, avant de saluer et d’offrir quelques courtoisies en arabe au meneur de la calèche. Sa main se pose délicatement sur l’encolure de l’animal harnaché. Elle flatte son encolure. Elle sent sous la paume de sa main les poils et la chaleur de l’équidé. Elle s’approche de sa tête qu’elle caresse de haut en bas, jusqu’à ses naseaux. Elle croit entendre quelques pas derrière elle. Quelqu’un vient là. Elle regarde d’un coin de l’oeil et croit constater la présence d’un camarade. « C’est un Marwari », scande-t-elle, de sa voix calme. Elle se recule légèrement. « Vois-tu ils ont la particularité d’avoir les oreilles incurvées, de sorte à ce qu’elles forment un croissant de lune », souffle-t-elle, en montrant les oreilles en question de l’animal. Elle pivote vers le candidat présent et croise le regard d’@Icare. Elle s’interrompt dans ses explications. Elle le détaille du regard. Icare, en trois semaines de jeu, à aucun moment, ils ne se sont donnés l’heure. Ironie de la situation, selon le docteur love de l’émission, ils seraient compatibles. « Je pensais que tu allais répondre Lula, samedi soir », commente-t-elle, de vive voix, comme si elle venait de mettre du son à ses pensées. A la question que le maître du jeu lui avait posé, il avait répondu Kenza et avait par l’occasion obtenu un accès à la loveroom. « Enfin, le plus surprenant aurait quand même que tu me cites », lui fait-elle remarquer, dans un ton léger et peu sérieux. Elle ne sait même pas s’il sait comment elle s’appelle.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 600
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 25,5k
AFFINITÉS:
y crois-tu, tues. 17:50 (III) Empty
MessageSujet: Re: y crois-tu, tues. 17:50 (III)   y crois-tu, tues. 17:50 (III) EmptyLun 29 Avr - 7:48

J'abandonne Judith à la salle de musique et je me faufile à l'extérieur du palace. L'exclusivité de cette saison c'est quand même la chance qu'on a de pouvoir visiter l'environnement immédiat du palais. Pour quelqu'un comme moi qui a vite tendance à étouffer c'est une véritable aubaine. C'est dommage de se retrouver dans un coin de monde inconnu et de ne pas pouvoir en vivre la culture, le bouillonnement, le folklore. Je souris en discutant rapidement avec un vendeur du souk et l'odeur des épices vient vite corrompre mon esprit. Je lui promets de revenir plus tard et de récupérer quelques épices pour faire ma propre version d'un condiment à guacamole. Ce qui me fait quitter l'étalage c'est avant tout que j'aperçois Anaswara près des calèches. On n'a pas vraiment discuté depuis le début, elle et moi. Je me connais, je sais que je suis pas capable de gérer un trop plein de relations sociales aussi vite, alors avec certains candidats ça a forcément péché. Je m'approche d'elle et souris lorsqu'elle m'explique la race de l'animal. J'observe ses oreilles avec une certaine attention mais n'ose pas vraiment avouer que je vois pas grand chose de différente par rapport aux autres chevaux. T'as déjà monté à cheval ? Moi qu'une fois, sur une plage en amérique du sud avec des potes. C'était cool mais les betes étaient dans un sale état et j'ai pas pu m'empêcher de penser qu'on ne faisait que nourrir un business local préjudiciable aux animaux. De but en blanc elle me parle de Lula. Je me marre en me roulant une clope. Elle a cette manière de parler Ana, on dirait qu'elle est un peu perchée. Je pense que c'est culturel mais moi ça me fait sourire. Esaias aussi pense qu'on se drague, mais en vrai avec Lula depuis le début c'est assez tendu. Je hausse les épaules et on se fait embarquer par un tour en calèche. Je la laisse grimper avant de la rejoindre sur la banquette. Elle a pas tort, on s'est faits matcher par l'horoscope elle et moi. T'y crois aux horoscopes, en règle générale ? Moi pas des masses contrairement à d'autres comme Kenza. Mais entre ça et la voyante j'ai un peu la sensation qu'ici on nous force à se passionner pour les mythes divinatoires.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1911
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
y crois-tu, tues. 17:50 (III) Empty
MessageSujet: Re: y crois-tu, tues. 17:50 (III)   y crois-tu, tues. 17:50 (III) EmptyLun 29 Avr - 11:09

Quand elle entend la venue d’un camarade derrière elle et qu’elle sent sa présence à quelques centimètres, elle ne peut s’empêcher de commenter à voix haute au sujet de ce cheval à la robe noire et à la liste blanche sur la tête. C’est un Marwari, elle le sait, elle en a déjà vu de nombreuses fois là-bas, au Népal. Ils ont la particularité d’avoir les oreilles incurvées – certains diront tordues –, comme la majorité des races de cette espèce originaires du sous-continent indien. Elle détourne finalement son attention du cheval pour se poser sur le visage de ce nouveau venu. Il s’agit d’Icare. Il lui semble que ce dernier a appris son existence lors du dernier prime. Il lui pose finalement une question. « Non », elle n’a jamais monté à cheval. Elle n’a pas besoin de se justifier. Elle revient par la suite sur la réponse qu’il a donné lorsqu’il était invité à se rendre au pupitre. La réaction du jeune homme l’a quelque peu amusé, d’ailleurs : un regard en direction de Judith puis de Lula et enfin de Kenza. Pas un seul instant, il n’a jeté un seul regard sur Anaswara. Elle ne mentait pas quand elle disait qu’elle n’était pas visible : la vérité est sûrement qu’on n’a pas envie de la voir. Elle l’a compris par le passé, cela. Il semblerait qu’un autre de leur camarade soit du même avis que la brune, concernant la réponse donnée par Icare. Esaias le pense aussi. Son interlocuteur s’épanche sur la nature de la relation qu’il entretient avec la française. Ce serait tendu entre eux. « Sexuellement ? », demande-t-elle, arquant un léger sourcil. Dans la bouche d’Anaswara, même le mot sexe reste élégant et agréable à écouter. Elle essaie de comprendre la nature de cette fameuse relation tendue. Finalement, après un bref échange dans la langue natale du meneur de la calèche, elle se hisse jusqu’à s’installer à bord de la calèche, suivie de près par le jeune homme. Elle ne peut s’empêcher de soulever que le plus surprenant, lors du dernier prime, aurait été qu’il vienne à citer le prénom d’Anaswara. Cela aurait été… inattendu, comme tournant pour son aventure et surtout pour leur non-relation. Elle défroisse les plis de sa robe puis pose ses mains sur ses genoux, écoutant d’une oreille attentive la question à son camarade. Croit-elle aux horoscopes ? Elle a à son avis tranché, là-dessus. « Pour quoi cette question ? Tu penses qu’on serait compatibles ? », demande-t-elle, sur un ton peu sérieux. Elle réprime un éclat de rire. « Si je croyais mon horoscope, la semaine passée, je me serais découverte des prétendants, je n’aurais pas su dans quelle direction me diriger concernant les alliances… Est-ce que tout cela est arrivé ? Non », souffle-t-elle, dans un ton tout aussi calme que précédemment. « La vérité, aucun horoscope aurait pu prédire ce qui est arrivé ni ce qui arrivera ». C’est écrit ailleurs, elle le sait. Mais pas dans une rubrique d’une émission télévisuelle. Elle tourne la tête vers le brun, croisant son regard.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 600
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 25,5k
AFFINITÉS:
y crois-tu, tues. 17:50 (III) Empty
MessageSujet: Re: y crois-tu, tues. 17:50 (III)   y crois-tu, tues. 17:50 (III) EmptyMar 30 Avr - 10:42

Je décide de capitaliser toute mon attention sur le phénomène Anaswara. Je parle de phénomène parce que je la trouve un peu bizarre. J'ai pensé que c'était un truc culturel, parce qu'il me semble que par chez elle les femmes doivent être hyper discrètes. Limite invisibles. Je suis pas hyper curieux envers ce coin de terre, j'avoue. Mais on dirait qu'elle a un trop plein de retenue qui me pousse pas forcément à aller chercher la discussion facilement. Maintenant que c'est fait je me dis que c'est le moment de faire tomber les barrières et de me créer une vraie opinion. J'écoute son explication et j'essaye de la lancer sur ça mais elle me met un stop. Heureusement le mec décide de nous faire monter sur la calèche et ça m'évite un instant de gêne. Les personnes comme Ana moi j'ai toujours eu cette mauvaise impression à la base. Genre, trop différents de moi pour être sincères. C'est comme certains rebeus au taf, tu leur demandes un truc et ils se plient en mille pour toi, trop cool mais hyper suspect. Au début j'y crois pas trop je me dis que c'est pas normal, puis au bout de quelques semaines je comprends que c'est comme ça en fait. Ils sont vraiment gentils. Elle je la met un peu dans cette case au premier abord, trop discrète pour être sincère. Je dois tester. Ceci dit je vois qu'elle a la conversation plutôt déliée et moi ça me fait marrer. Non, vraiment tendu. Genre, je sens qu'elle a une opinion de merde de moi.  En même temps je lui ai servi sur un plateau d'argent le summum de mon mode casse couille contrariant. Ana mine de rien tu sens que c'est pas malveillant la manière dont elle pose ses questions. Ca me change. D'une part, des parisiens. D'autre part, de mon cercle proche. Je la lance sur l'horoscope, je sais pas, je me dis que peut-être comme Kenza elle nourrit une fascination pour ces choses là. Il peut très bien y avoir des mythes un peu similaires par chez elle. Bon, pas réceptive à ces prédictions de la destinée apparemment. Ca me rassure un peu, je me dis que je suis pas le seul à être sceptique. Non, je crois pas à la compatibilité. Je souris. Je crois au sacrifice. Je pense que pour faire marcher une relation il faut que l'un soit prêt à donner plus que l'autre, quitte à parfois s'oublier. Et c'est pour ça que ça peut pas marcher. Je m'appuie contre le dossier de la calèche. Certains s'accrochent aux signes. Je hausse les épaules. Et surinterprètent tout par derrière, en justification de ces prétendues prévisions. C'est facile, et rassurant, de faire ça. Tu crois à quoi toi alors ? Au travail, à la méritocratie, à la société ? Je sais qu'elle est hôtesse de l'air, que c'est un métier de service, et je me demande si elle reste dans cette optique là. Est-ce qu'au final on n'est pas tous au service de quelque chose ?

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1911
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
y crois-tu, tues. 17:50 (III) Empty
MessageSujet: Re: y crois-tu, tues. 17:50 (III)   y crois-tu, tues. 17:50 (III) EmptyMar 30 Avr - 21:21

Anaswara n’est pas douée dans les rapports humains, et cela commence par les conversations. Elle ne sait jamais comment s’y prendre, quel mot employer afin de ne pas froisser son interlocuteur. Avec le temps et avec l’âge, elle est devenue un peu moins maladroite que par le passé. Finalement, elle se retrouve abord de la calèche, accompagné par Icare, alors que elle ne l’avait pas projeté. A aucun moment, elle aurait pu songer qu’elle se retrouverait à échanger avec le candidat en question – sûrement parce que depuis le début de l’aventure, ils n’ont jamais discuté, sûrement parce qu’ils n’ont pas les mêmes affinités, ils ne se sont jamais donnés l’heure, c’est dire – et qu’elle monterait abord de ladite calèche. Rien de tout cela n’était dans ses projets. Elle en profite pour revenir sur le dernier prime et notamment la relation que le jeune homme entretient avec Lula. Elle était persuadée qu’il la citerait. Elle n’est pas la seule, apparemment. Son camarade explique qu’ils ont un rapport tendu… Tendu ? Sexuellement ? Elle lance une hypothèse, sans jugement. Mais il semblerait que ce soit vraiment tendu entre eux – c’est du moins l’avis du concernée –. Il continue ses explications : elle l’aurait attribué une certaine étiquette, enfin non, elle a une opinion de merde – c’est lui qu’il le dit, ce n’est pas Anaswara… –. « Ca te touche qu’elle puisse avoir une telle opinion de toi ? », qu’elle lui demande, de sa voix calme. Elle se rappelle quand Malcolm essayait de lui faire comprendre qu’il ne l’avait jamais jugé inutile au sein du palace ; elle n’avait pas été touchée par cette idée que l’on pouvait avoir d’elle. Quand finalement il lui pose une nouvelle question, elle ne peut s’empêcher de plaisanter quant au fait qu’il penserait qu’ils seraient compatibles. Elle hoche doucement la tête, en l’écoutant. Elle ne la croit pas non plus. Pas avec Icare, en tout cas. Quant aux horoscopes, Anaswara n’y croit pas. Elle sait que rien ne pourra prédire ce qu’il arrivera dans sa vie. Elle le sait, c’est écrit ailleurs. Elle approuve les paroles de son interlocuteur d’un signe de la tête, avant de reprendre : « parce que ça les rassure ». Ils sont en quelque sorte rassurés de croire en ces choses là. Elle reste silencieuse, quand il lui demande en quoi elle croit. « Tu es d’humeur philosophique ? », énonce-t-elle, calmement, dans un ton peu sérieux. Elle réprime un éclat de rire, derrière le revers de sa main. « Je crois en... ». Elle s’interrompt. Elle réfléchit. Anaswara enfant, elle aurait pu croire en beaucoup de choses mais elle a grandi. Elle a trop grandi et elle s’est émancipée de tout ce en quoi elle a pu croire. « Ma réussite professionnelle », fait-elle, en croisant le regard de son camarade. Elle est certainement la seule chose dont elle peut être un minimum fière. « Et toi ? ». Elle lui retourne la question, en toute logique.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 600
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 25,5k
AFFINITÉS:
y crois-tu, tues. 17:50 (III) Empty
MessageSujet: Re: y crois-tu, tues. 17:50 (III)   y crois-tu, tues. 17:50 (III) EmptyMer 1 Mai - 20:10

J'ai envie de lui dire que ça fait un moment que je m'en balance de l'opinion qu'ont les autres sur moi. Mais je décide de ravaler mes mots et d'être un peu plus politiquement correct. En fait, la vérité c'est que ça m'importe. Parce que quand t'évolues dans le milieu artistique d'une grande capitale t'es forcément mené à faire jouer ta bonne gueule pour réussir. Moi ça fait un moment que pas mal de portes me sont ouvertes et que j'en suis conscient. J'ai appris à jouer d'un rôle et d'une apparence pour rester sur les devants, pour continuer à vivre ma petite vie sans devoir me prendre la tête sur des questions de tune ou d'appart à payer. Alors oui, ça m'importe, aux yeux des inconnus. Réciproquement, je peux aussi dire qu'avec mon groupe de potes proches on s'est connus dans des états déplorables et qu'on a toujours appris à fermer notre gueule à ce propos. C'est le jeu, quand tu traînes avec des instables, victimes d'un système qui les dépasse et les lobotomise à moitié. J'ai souvent appris à revenir sur mes premières impressions. Je hausse les épaules. C'est ça qui l'avait dérangée, Lula, que je mette les personnes dans des cases. En même temps, quoi de plus facile quand tu débarques dans un palace avec une bande d'inconnus. On verra si elle en fait de même. Je souris. Au fond, on évolue tous. Voilà que je me retrouve à me taper la discute avec Anaswara alors qu'on s'est pas forcément calculés pendant deux semaines. Les interactions sociales de circonstance, pas plus. Et ça me rassure de voir qu'au fond elle est pas si coincée que la première apparence laisse entendre. Elle se fout de ma gueule, et ça moi j'aime bien. Je me marre. Un peu, ça doit être le soleil qui me tape sur la tête. Ana elle se réalise dans sa réussite professionnelle. Ouais, y'a des gens comme ça. C'est sans doute ce que voulaient mes parents pour moi. Je vais pas critiquer, parce que je pense pas être en position de critiquer quelqu'un qui construit sa vie d'une manière assez réglo. En passant des étapes. En franchissant des barrières. En cochant des cases. Plein de trucs que moi j'ai jamais trop fait.  Et ça sera quoi l'objectif d'après alors ? Parce que la réussite professionnelle on peut tous y arriver. C'est le genre de truc qui a une fin. Moi je crois à une forme de destin. A la chance, surtout. Un truc plus grand que moi. Pas les étoiles et tous ces trucs là. Mais je crois que les choses se passent d'une certaine manière et qu'on peut pas franchement lutter contre. Je souris. J'ai pas forcément de grands objectifs de vie. C'est un peu mon truc, on voit. On vit et on voit.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1911
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
y crois-tu, tues. 17:50 (III) Empty
MessageSujet: Re: y crois-tu, tues. 17:50 (III)   y crois-tu, tues. 17:50 (III) EmptyMer 1 Mai - 20:52

Elle ne sait pas s’il est de ceux qui se soucient des autres. Mais elle imagine que s’il en parlait, c’est que d’une manière ou d’une autre, ça le touchait. Son attention s’égare quelques instants sur le paysage urbain qui défile autour d’eux, alors qu’Icare reprend la parole. Elle pivote la tête vers lui. Il dit avoir appris à revenir sur ses premières impressions. Elle hoche doucement et silencieusement la tête. Il précise qu’il verra si Lula reviendra sur cette première impression qu’elle s’est faite de lui. Elle reste silencieuse, alors que le candidat relance la conversation. Il se met à parler des croyances et à lui demander ce en quoi elle croit. Il joue la carte du philosophe ? Elle ne peut s’empêcher de glisser une remarque à ce propos. Cela ne manque pas d’amuser son interlocuteur. Un sourire étire ses lèvres peintes. Il justifie son humeur par le fait que le soleil lui tape sur la tête. « Fais attention, tu pourrais avoir une insolation », souffle-t-elle, dans un ton léger. Elle est quand même sérieuse. S’il ne fait pas attention et s’il ne se protège pas, il pourrait avoir une putain d’insolation. Enfin, il n’en mourra pas, que les fans d’Icare soient rassurés. Néanmoins, elle finit par répondre. Il y a quelques années, elle aurait pu prétendre croire en tout un tas de choses mais elle a grandi, elle a mûri. Elle hausse légèrement les épaules quand il lui demande quel sera son objectif suivant. Elle ne sait pas ce qu’elle peut répondre et ce qu’elle a le droit de dire. Elle s’est construite toute seule. C’est déjà un sacré objectif accompli avec plus ou moins de succès alors elle peut probablement le parfaire cet objectif. La tournure que la conversation prend ne l’enchante guère. Elle se sent juger par son camarade. Elle n’aime pas cette sensation. Elle la déteste. C’est pour cela qu’elle redoute les autres. Elle se pince les lèvres et son regard fuit alors que son camarade reprend la parole. Il croit en la chance. Elle l’écoute silencieusement. Elle hoche doucement la tête. « C’est... ». Anaswara tente de mettre les mots sur ses idées. « Quelle est la chose qui s’est passée dans ta vie et qui t’a profondément marqué ? », lui demande-t-elle, en osant enfin affronter son visage. « Est-ce grave de ne pas avoir des objectifs ? ». Il a dit lui-même ne pas avoir de grands objectifs dans sa vie. Ce mot, c’est lui qui l’a accouché dans la conversation. On ne choisit pas les mots au hasard.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 600
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 25,5k
AFFINITÉS:
y crois-tu, tues. 17:50 (III) Empty
MessageSujet: Re: y crois-tu, tues. 17:50 (III)   y crois-tu, tues. 17:50 (III) EmptyLun 6 Mai - 8:32

Je souris en me posant une main sur le crâne avant de me reconcentrer sur Anaswara. On est partis dans le genre de discussion qui me tend, et je sais qu'en grande partie c'est de ma faute. Je dois apprendre à fermer ma gueule à l'occasion. Son visage à elle se ferme un petit moment et j'imagine donc que j'ai foutu un blanc, alors même que je n'avais pas l'impression d'avoir posé une question particulièrement touchy. J'ai envie de lui dire qu'elle n'est pas obligée de répondre mais d'un autre côté je reste un mec curieux et toute info est bonne à prendre dans cette aventure. Puis au final elle se lance alors j'imagine que c'est pas bien grave. Je me rends aussi compte qu'elle ne me répond pas directement et ça d'une certaine manière je l'associe à une réponse. C'est comme avec Jhoan l'autre soir, sauf que nous on avait décidé de faire passer les non réponses en une obligation de boire un shot. Belle gueule de bois le lendemain. Du coup, en retour de karma c'est moi qui me tape la question touchy. Et j'aimerais bien dire joker, time out ou boire un shot pour m'éviter une réponse, mais ici c'est différent. Je considère qu'en ayant lancé les sujets pseudo philosophiques j'ai une obligation de m'y prêter. La perte de deux amis sur un accident de la route en retour de soirée. Ca, c'est vraiment intime. Et je pense en avoir parlé à personne depuis un bout de temps, j'en ai d'ailleurs pas parlé à mon audition. Au fond, ça change rien à qui je suis, c'est simplement une petite alerte qui se déclenche parfois quand je déconne, mais que j'ai du mal à écouter. Ils étaient en scoot et ont grillé une priorité. Moi j'étais dans un uber quand les flics m'ont appelé. C'est terrible de perdre ses potes aussi jeunes. Affronter la culpabilité de la soirée passée ensemble et du verre de trop que t'aurais du leur éviter. Le poids de la tristesse de la famille qui t'intègre dans la préparation des funérailles comme si t'étais leur fils. J'étais pas prêt, aussi jeune, à me jeter comme ça dans la gueule du loup. Je finis par tenter un sourire pour pas appesantir l'ambiance et je continue sans transition. Et pour répondre à ton autre question, non je crois pas. Je pense que y'a une norme ou pression sociale qui voudrait qu'on en ait. Mais il suffit de s'en foutre. J'en suis le premier exemple, d'ailleurs. On peut changer de sujet si tu veux. J'ajoute après quelques secondes en reposant mon regard sur elle.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1911
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
y crois-tu, tues. 17:50 (III) Empty
MessageSujet: Re: y crois-tu, tues. 17:50 (III)   y crois-tu, tues. 17:50 (III) EmptyLun 6 Mai - 17:24

Elle est quelque peu prise au dépourvu par les questions de son camarade. Elle a l’impression que ce dernier la juge mais il ne peut pas comprendre, personne ne peut comprendre. Elle n’est pas certaine que l’on veuille comprendre, c’est peut-être mieux ainsi, d’être celle sans objectif dans la vie. Elle n’a pas d’ambition, dans sa vie. Elle tente de reprendre la conversation, un peu maladroitement et peu à l’aise. Elle pose son doux regard sur le visage de son interlocuteur. Icare, l’événement qui l’a profondément marqué dans sa vie est la perte de deux amis sur un accident de la route, en retour de soirée. Elle reste silencieuse, ne le quittant pas du regard. Elle observe les traits de son visage, qui se font et défont. Il s’épanche rapidement, ils étaient en scooter et avaient grillé une priorité. « Quel âge aviez-vous ? », le questionne-t-elle. La perte d’un proche est un sujet délicat. Elle ne l’a pas connu mais elle ne peut pas estimer avoir des proches. Son mode de vie la protège probablement de ce sentiment : celle de la perte de quelqu’un, de son abandon. Avec un tel mode de défense et de fonctionnement, elle se protège finalement de toute une palette d’émotions. Elle s’est construite des barrières tout autour d’elle, comme une carapace. Mais elle sait que dans cette aventure, son mode de vie est mis à mal. Elle n’est pas dans la vraie vie. Son camarade reprend la parole. Il parle de norme ou de pression sociale qui voudrait qu’ils en aient. « Tu y arrives, toi ? », lui demande-t-elle. « Je veux dire, tu arrives à t’en foutre ? ». Elle ne sait pas où elle se situe, dans cette échelle. Elle admire ceux qui arrivent à passer au-delà de tout cela. Elle admire ceux qui mènent leur vie en se souciant des normes, des codes, des traditions. Il n’y a aucun jugement dans le son de la voix de la népalaise. Elle hoche silencieusement la tête, quand il propose de changer de sujet. Elle le remercie, avec quelques sons à peine audible, lui adressant un discret sourire. « A quoi ressemble la routine d’un monteur de déco de cinéma ? », elle dirige son attention vers son camarade. De mémoire, il est monteur de décoration dans le cinéma. A moins que ce ne soit un autre candidat.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 600
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 25,5k
AFFINITÉS:
y crois-tu, tues. 17:50 (III) Empty
MessageSujet: Re: y crois-tu, tues. 17:50 (III)   y crois-tu, tues. 17:50 (III) EmptyVen 10 Mai - 14:38

Je sais pas vraiment pourquoi je lui raconte ça à Ana. J'imagine que d'une certaine manière je lui fais confiance, ou que du moins j'ai suffisamment accepté cette histoire pour pouvoir l'aborder sans trop de malaise. Le fait est que je sais que la faute leur revenait, parce qu'ils étaient défoncés et qu'on avait aussi trop picolé. J'aurais sans doute eu plus de mal à surmonter l'épreuve si la culpabilité incombait à quelqu'un d'autre. Mais cette histoire c'est la piqûre de rappel idéale de comment la fatalité peut t'attaquer lorsque tu joues avec le feu. Pour quelqu'un comme moi qui a du mal à établir des limites ça l'a au moins été pendant une période. Vingt-cinq ans. Je me contente de répondre. C'est une année qui m'a marqué, pas besoin de calculs ou de réflexion. 25, c'est une réponse facile, un repère temporel évident dans ma construction personnelle. Il y a eu un avant et un après. On a été terriblement cons, eux plus que moi, mais c'est arrivé. Et c'est crève-coeur de se rendre compte de la facilité qu'on a à reprendre de mauvais revers alors que tout un tas d'éléments devraient nous en empêcher. Comme un mec qui s'arrête pas de fumer alors qu'il a eu un cancer du poumon. Mais heureusement la discussion dévie et je lui dis ce que je ressens vis-à-vis de la manière dont est construite la société. J'ai de grands avis sur les choses, parfois, et du mal à m'en soutirer. C'est mon côté têtu. Oui. J'y réfléchis quelques secondes avant de continuer. Enfin d'une certaine manière. Je suis là où je suis aujourd'hui avant tout parce que j'ai suivi le chemin opposé à celui que voulaient m'imposer mes parents. Pour le reste, ça a évidemment eu une conséquence sur mon comportement. Je pense à très court terme. Et ça, pour le coup, c'est ma façon de fonctionner depuis une dizaine d'années. Je pense pas y changer grand chose. J'anticipe néanmoins et je propose à Ana de changer de sujet parce que j'ai l'impression qu'elle est aussi mal à l'aise que moi la semaine dernière face aux affirmations de Kenza chez la voyante. Beaucoup de route, pour aller récupérer des décors, souvent sur des brocantes ou via d'autres studios. Beaucoup de force physique pour porter, transporter, construire, monter, démonter. Et puis une part de création aussi, par le choix des meubles et la recherche de l'objet idéal. Je souris. C'est souvent des longues journées, épuisantes, mais concentrées sur quelques jours de la semaine. Un peu comme elle, j'imagine.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois
» [FB 1623] Chérie, c'est pas du tout ce que tu crois. [FINI]
» C'est pas c'que tu crois! (ou pas)
» Tout ce que tu crois savoir, n'est rien de plus que le fruit de ton imagination, une joyeuse illusion.
» [En cours]Reprendre ce qui a été pris [Rang A]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: BALADES EN CALÈCHES-
Sauter vers: