Partagez
 

 Look up child. (jeudi s3, 3h00)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 438
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
Look up child. (jeudi s3, 3h00) Empty
MessageSujet: Look up child. (jeudi s3, 3h00)   Look up child. (jeudi s3, 3h00) EmptyDim 28 Avr - 22:38

@icare

Je me sens encore trop vive, trop brouillonne pour dormir malgré mes muscles en vrac qui me tirent à cause d’une séance trop intense. Même la bonne fatigue physique n'arrive pas à me plomber suffisamment. Je m'extirpe de ma chambre sans difficulté, veillant à ne pas réveiller mon partenaire de la semaine. Y a personne à qui parler vu l'horaire. Je vais chercher un verre et une bouteille pour finir par me poser sur un hamac afin de profiter du ciel étoilé. Je bascule la tête en arrière pour observer un spectacle inconnu pour une fille trop parisienne. Je sursaute parce qu’Icare vient de pop up dans mon champ de vision pour venir s’asseoir à côté de moi. On manque de basculer tous les deux hors du hamac. Un silence s’installe le temps de quelques secondes. « Y a quelques années, je n’arrivais jamais à dormir la nuit, j’étais du genre hyper énervée ou excitée à quatre heures du matin » Je commence à lui raconter, sans trop de cohérence parce il est tard, ou tôt, mais je meuble en lui balançant sans fil rouge ce qu’il me passe par la tête. J’étais un espèce d’amas compact d’émotions trop vives sans contrôle. Ca me gonflait de trop penser, de trop ressasser en fin de journée, j’avais trop de frustration à revendre. Il me suffisait d’un rien pour m’embraser et m’animer, me révolter. « et parfois il m’arrivait de me trainer dans l'obscurité jusqu'à ma cuisine pour boire des shots de vodka parce que je m’étais mise dans la tête que ça allait me permettre de sombrer plus rapidement, que ça allait vite m’anesthésier l’esprit » Je complète dans un sourire qu’il ne peut pas voir à cause de l’obscurité. Bien évidemment cela ne marchait jamais et déjà l’époque je vivais avec mon ex/entraineur qui pétait un plomb face à mon inconscience/inconstance. Pour calmer sa fureur, je lui proposais de m'accompagner. Ça aussi, ça marchait jamais. Je mesure parfois l'étendue de ma connerie. « Y a des choix de vie que tu regrettes Icare, toi ? » Je l'interroge soudainement d'une voix qui se veut claire, je lui tends la bouteille de vin que j'ai dégoté, je crois que c'est un bon cru. « Je n'arrive pas à l'ouvrir » Je glisse en lui tendant de l'autre main l'ouvre bouteille afin qu'il m'aide.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 450
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 28,5k
AFFINITÉS:
Look up child. (jeudi s3, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Look up child. (jeudi s3, 3h00)   Look up child. (jeudi s3, 3h00) EmptyLun 29 Avr - 8:46

Je suis frénétique, nerveux, excité, angoissé. Etat pathétique que je n'avais pas vécu depuis un bout de temps. J'ai l'impression que toutes les parcelles de ma peau picotent, mes yeux me brûlent, mon souffle est court. Et plus je m'en rends compte, plus j'y pense, plus ça s'étend. Je transpire, me tourne plusieurs fois dans mon lit, avale un verre d'eau. Rien. Je finis par me lever et choper des affaires avant de me glisser dans la salle de bain. Bart dort, je me fais le plus discret possible, étouffe ma crise sous une douche froide. Un hoquet se bloque dans ma gorge. J'y reste trois minutes, pas plus, mais ça suffit à faire éclater ma tension. Short et sweat enfilés je cale un bonnet sur mes cheveux mouillés avant d'abandonner définitivement ma chambre, clopes à la main. Je pense pas croiser quelqu'un, c'est pourtant Lula que je vois dans l'un des hamacs. J'hésite un instant à tracer ma route pour la laisser dans ses pensées, puis je me dis que deux insomniaques valent mieux qu'un et qu'il serait con d'étouffer nos cauchemars chacun dans notre coin. J'écoute ses mots et d'une certaine manière ça me parle. Moi, j'ai souvent vécu ça, jamais physiologiquement, mais souvent. La nuit c'est souvent le moment où les pensées se délient, les barrières tombent, on est tous en proie à nos fantômes alors on se raccroche à tout ce qu'on a. Les tensions s'estompent et Lula et moi on se retrouve à parler à coeur ouvert. C'est ça, la magie des névroses. Ca a duré combien de temps ? Cet état, cette situation. Je tourne un instant le regard vers elle mais c'est difficile de lire son expression dans les ombres de la lune. Ca te hantait ? Certains vivent facilement ces situations, n'ont pas besoin de les épuiser par de l'alcool fort. Je me rends pas compte si c'était des pensées ou simplement cet épuisement physique qui la poussaient à vouloir faire taire son corps. J'ai envie d'une clope mais je sais que Lula ne fume pas alors j'ose pas vraiment. Je fais tournoyer mon paquet entre mes mains avant d'assimiler sa question. Tous les jours, oui. Je lève un instant les yeux vers les étoiles. Sauf que je me dis qu'au fond c'est moi, et que d'une manière ou d'une autre les choses se seraient déroulées comme ça. J'y crois dur comme fer. C'est mon côté Icare, en lien avec l'histoire, j'ai l'impression que tout est scellé. Je récupère la bouteille et le tire-bouchon que je fais tourner patiemment dans le bouchon en liège. C'est pas du pessimisme. Je précise quand même. Je suis hyper en accord avec le mec que je suis et je me fais pas forcément de malaise sur ça. Je regrette pas ce que je suis devenu et je regrette pas les images d'une vie utopique. J'imagine pas, en fait, je suis trop terre à terre pour ça. Je lui verse son verre de rouge et m'éclipse quelques courtes secondes pour aller me récupérer un verre avant de l'imiter. Aux insomnies. Je souris.

_________________


une étincelle brille entre deux explosions
réveille les instincts de tes morbides pulsions
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 438
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
Look up child. (jeudi s3, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Look up child. (jeudi s3, 3h00)   Look up child. (jeudi s3, 3h00) EmptyMer 1 Mai - 21:05

J'ai l'impression d'être à nouveau d'être dans cette excitation psychologique, jamais justifiée, qui m'empêcher de fermer l'heure. Le temps se fait long, la solitude pesante et l'esprit agité dans un cycle de pensées vaguement paranoïaques. J'écoute avec attention la question d'Icare. Combien de temps ? J'ai vraiment besoin d'y réfléchir. « Trop longtemps» Je réponds en haussant les épaules. A me taper des nuits trop courtes qui minaient mon moral et attaquaient mon humeur le lendemain. J'avais toujours des raisons de tout retourner en interne, le sport, les amis, les disputes ou même ma fille. La pire période était celle-ci, pas dormir, être tendue et perturbée par l'arrivée d'un élément sensé bouleverser l'univers que je voyais soudainement plus qu'en noir et blanc. Pendant un moment j'étais persuadée qu'elle était responsable de mes insomnies parce que je n'aimais pas ce qu'elle n'était pas capable de provoquer en moi, je me suis même barrée, seule, de l'appartement pendant des semaines, pour aller mieux. Avec ma frustration en bandoulière. Ça n'a rien changé. Je me suis remise en question, ça n'a rien changé. « Je ne saurai dire quand ça a cessé » Je glisse. Parce que y a eu aucun évènement déclencheur si ce n'est l'instinct de survie qui panique, fébrile, lorsque la frontière de l'acceptable n'est pas loin. « Mais c'est les dingues les conneries que tu peux faire sous couvert du manque du sommeil» Je me permets de souligner d'un ton un peu clinique parce que ma liste, de connerie, est d'une longueur indécente. Je l'écoute avec attention, avant d'hocher tranquillement la tête. « Tu as raison » Je me contenter de répondre, parce que nos mauvais choix finissent par nous orienter dans notre construction. Il ouvre la bouteille et je l'attends avant de commencer à boire. On trinque. « et à la nuit » Je complète avant que mon verre ne cogne délicatement contre le sien. « Pourquoi tu dors pas ? » Je finis par lui demander. « Tu penses à quoi ? » Je souffle d'un voix claire alors que mes prunelles se posent sur lui sans arriver à distinguer ses traits.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 450
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 28,5k
AFFINITÉS:
Look up child. (jeudi s3, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Look up child. (jeudi s3, 3h00)   Look up child. (jeudi s3, 3h00) EmptySam 4 Mai - 12:16

D'une certaine manière ça me rassure un peu de ne pas être le seul psycho à me taper une insomnie sans raison. On est dans une bulle d'autarcie, loin de tout ce qui devrait nous empêcher de profiter sereinement. C'est l'hôpital qui se fout de la charité. Et ça me fait culpabiliser, j'ai envie de me foutre trois baffes, me taper trois taffes d'un pétard et étouffer la chose. Mais dans mon coin je suis impuissant, alors je me concentre sur Lula. Ca casse l'image du contrôle que je m'étais fait d'elle. La sportive, celle qui sait pourquoi elle avance. Un enfant, la compétition, ça doit te forger un mental. Peut-être trop, ça devient facile de flancher quand on te façonne pour réussir. Je souris dans la nuit, j'en connais un paquet sur les conneries faites sous l'emprise de l'alcool. C'était quoi ta plus grosse connerie ? Je tourne la tête vers elle mais nos regards n'arrivent pas encore à se croiser. Il fait trop noir, mais c'est ce qui rend aussi le dialogue rassurant. Pas d'yeux pour me fixer. Ca me convient, c'est plus facile de lui répondre. J'ai pas vraiment foi en ma capacité à surmonter mes regrets. Je préfère leur associer une part de destinée. Je sais pertinemment qu'à un moment ou un autre tout se serait reproduit. Y a pas forcément de solution quand tout tourne de cette manière depuis dix ans. Tant qu'au quotidien je me sens bien je vois pas vraiment pourquoi changer et foutre un coup de poing à tout ça. J'aurais trop peur de me retrouver seul, et ça je sais pas faire. On trinque et la rondeur du vin m'arrache un soupir. Je sais que d'une manière ou d'une autre ça mettra fin à mes cauchemars. Je sais pas, ça fait des années que l'enchaînement de mes journées se ressemble. Je hausse les épaules. C'est pas parce que j'ai une vie chiante, mais c'est tout le système qui reste toujours emmêlé. Si c'est pas le taf, c'est les potes. Je pense que ça me déstabilise de pas être dans mon monde. Du moins c'est l'explication la plus rationnelle que je puisse lui offrir. Le contrôle, jusqu'à un certain point. C'est un peu comme une piqûre de rappel qui me dit que je devrais pas être là. J'avale une autre gorgée et ajuste mon bonnet sur mes cheveux. Et tu sens encore que tu pourrais craquer ? Je finis par demander avant d'allumer ma clope.

_________________


une étincelle brille entre deux explosions
réveille les instincts de tes morbides pulsions
Revenir en haut Aller en bas
Lula
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 438
AVATAR : laura b.
ÂGE : 23
LOCALISATION : belleville
MÉTIER : athlète, spécialité 100m et 4x100m.


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 10000£
AFFINITÉS:
Look up child. (jeudi s3, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Look up child. (jeudi s3, 3h00)   Look up child. (jeudi s3, 3h00) EmptyDim 5 Mai - 22:41

Je porte le vin à mes lèvres. Il me demande ma plus grande connerie. J'étouffe un rire. Je roule des billes dans un automatisme qu'il ne peut pas voir. « Ma vie, Icare » Je souffle. « T'as déjà eu l'impression que personne ne t'avait gardé de place, que personne ne t'avait prévu si bien que tu en arrives au point de devoir t'adapter en faisant parfois les mauvais choix, en t'accrochant un peu à tout sans t'assurer de stabilité ? » Je lui demande tout en visualisant mentalement une plante grimpante qui court sur un mur qu'elle finira par détruire lorsqu'on tentera de la chasser, de l'arracher. Parce que c'est je ressens lorsqu'il est question de mes choix de vie. « Je me suis pas assez donnée d'oxygène, de temps, pour faire mes choix » Je lui explique même si je ne sais pas s'il voit ce que je veux dire. Même le sport, avant c'était pour pas rentrer chez moi que je courais, c'était une solution de secours, et après je me suis dis que j'étais pas trop mauvaise à quelque chose, enfin, et que je devais essayer. J'ai pas tenté ailleurs parce que j'avais peur qu'il soit trop tard, que je me retrouve sans rien et que je finisse réellement inadaptée, à vivre chez ma mère toute ma vie. C'est ce qui a fini par arriver finalement si on fait le bilan. « qui sont tous une connerie » J'assène sans trop de fatalité pourtant. Je lui demande pourquoi il est encore debout. « Ca te fait peut être du bien de couper avec ta routine » Je glisse en haussant les épaules parce qu'il faut bien à un moment de notre vie que notre univers soit perturbé. « Mais il est encore trop tôt pour le voir » Je glisse parce qu'il ne s'agit que de la troisième semaine et que je suis persuadée que du bon finira par ressortir pour chacun à des niveaux différents.  « Pourquoi tu dis ça ? » Je l'interroge alors qu'il affirme ne pas vraiment être à sa place ici. Je me tourne vers lui pour essayer de vriller ses prunelles aux miennes malgré l'obscurité. Sa question raisonne dans ma boîte crânienne comme une mauvaise chanson dont on n'arrive pas à se débarrasser. « Personne n'est infaillible » Je lui réponds. « Ceux qui prétendent le contraire sont juste de mauvais menteurs » Je glisse d'un ton amusé alors que mes pulpeuses dessinent un sourire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 450
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 28,5k
AFFINITÉS:
Look up child. (jeudi s3, 3h00) Empty
MessageSujet: Re: Look up child. (jeudi s3, 3h00)   Look up child. (jeudi s3, 3h00) EmptyJeu 9 Mai - 19:17

J'ai beau être quelqu'un d'assez perché, je sais pas vraiment si j'arrive à saisir tout ce que me transmet Lula. Elle me parle de sa vie comme d'une espèce de fatalité, un truc qui lui est tombé dessus avec tout le poids de l'inconstance ou de la tristesse. Du moins, c'est ce que je lis au travers de ses mots. Parce que pour moi le fait de ne pas trouver sa place dans un foyer ça se rapproche à une forme de tristesse. Et involontairement je pense à mon cas. C'est égoïste mais extrêmement difficile de parler de ces choses là sans se projeter. J'ai la sensation que Lula et moi on a vécu deux existences opposées. Elle n'a jamais réussi à s'échapper pour prendre son envol, quand moi j'ai crié à la liberté sans doute trop tôt. Et dans ces deux extrêmes je sais pas bien si l'un est meilleur que l'autre ou si un équilibre peut réellement exister. Dans mon radicalisme je pense que non. C'est soit l'un, soit l'autre. Soit tu subis, soit tu te crames. Et les quelques chanceux qui arrivent à se détourner de ces deux voies là sont une part infime de la population. Part à laquelle on n'appartiendra jamais, elle et moi. Le sport, c'était pas ton choix ? Je demande quand même, parce que c'est le genre de disciplines qui tiennent souvent d'une ardeur personnelle. Les parents ont plutôt tendance à nous pousser vers des domaines sécurisants, pas vers le chaos. T'as jamais voulu essayer de t'affranchir de tout ? Partir un an, avec ta fille, à l'autre bout du monde. Voir si l'oxygène est pas ailleurs. Je tourne la tête vers mes mains qui font tournoyer la cigarette. J'ai pas de solution pour elle parce que ça fait trop longtemps que je me suis libéré d'une cage pour m'enfermer dans une autre. C'est un peu ce que je lui dis en annonçant que ma place est pas dans ce palace, avec eux. Mais j'ai du mal à exprimer mes pensées alors je me mordille la lèvre et allume ma cigarette. Parce que je sais que j'aurais beau rester une semaine de plus ou six cette aventure ne changera pas qui je suis. Et sa réponse à ma dernière question ne fait que confirmer mes mots. Alors je me demande un peu ce que je fous là, tu vois ? A part jouer au rôle du beau gosse. C'est ce que je sais le mieux faire, pour l'instant. Pas assez de tune pour buzzer, juste une gueule à gagner des pass privés pour la love room. Je regrette pas, mais ce soir je me demande juste si tout ce jeu a vraiment un sens à ma petite échelle de connard.

_________________


une étincelle brille entre deux explosions
réveille les instincts de tes morbides pulsions
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Detroit: Je serai absent due mardi 25 octobre aux jeudi le 27 octobre
» Preval, Myrlande, ak Micky reini an kachèt, blan di wi pou gouvènman pwovizwa
» la taverne médiévale
» Martelly : des solutions seront connues ce jeudi au plus tard
» L'Abyss :: 40K :: Mercredi (14) ou Jeudi (15)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: COIN HAMACS-
Sauter vers: