Partagez
 

 trippy - mardi 17h10

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 600
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 25,5k
AFFINITÉS:
trippy - mardi 17h10 Empty
MessageSujet: trippy - mardi 17h10   trippy - mardi 17h10 EmptyDim 28 Avr - 22:51

Je commence doucement à être en manque de mon petit quotidien. Principalement les soirées, certaines gueules et tout le train train dans lequel j'évolue en équilibriste. Dans nos apparts ça parle toujours musique, ciné, spectacle, expo. C'est un putain de cliché, jour et nuit y en a qui sont là à se fumer une clope en lisant du Sartre pour montrer qu'ils lisent du Sartre. C'est pas rare que certains jours j'aie des envies de meurtre. Souvent ça arrive quand mon coloc est là et que toute sa clique squatte notre terrasse. Moi je débarque après une grosse journée de set, lever à l'aube et plusieurs heures de caisse, avec les muscles complètement ankylosés et le poids de trop de charges sur mes épaules ; j'ai qu'une envie, me caler une heure dans mon bain, une heure dans mon pieu, et me préparer à sortir. Sauf que ces bouffons sont là, toujours là avec leur putain de clope et leur putain de Nausée. Je les déteste. Puis dix minutes plus tard on se cale un pétard et tout va mieux. J'ai parfois l'impression d'avancer en apesanteur, entre une forme de moi qui a une conscience professionnelle, et une forme transformée par l'influence de tout une bande de potes. Sauf qu'au final, je sais plus vraiment différencier ces deux formes, et je sais même pas comment faire en sorte de situer le vrai Icare dans ce merdier. Alors je me laisse traîner. Et ça arrive qu'un jour comme celui-ci ils me manquent, ces cons. Je décide de m'enfermer dans l'endroit qui me fait le plus penser à tout ça, le studio. Je chope des vinyles, les balance sur les platines et allume l'ensemble pour commencer à jouer avec les synthés. @Judith débarque pas longtemps après, je baisse le volume et lui adresse un sourire avant de me tourner vers elle. T'es jamais partie de Suisse au final ? A part pour ton taf, j'veux dire. Ca me semble inimaginable moi de rester là-bas. Même dans une grande ville, j'aurais l'impression de manquer d'air. Ses voyages constants doivent l'aider à s'affranchir de ça, mais même, à mes yeux ce serait jamais assez. Alors d'un certain point de vue je suis admiratif.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Judith
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 489
AVATAR : margot robbie
ÂGE : 27
LOCALISATION : genève, suisse
MÉTIER : traductrice


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 15 500£
AFFINITÉS:
trippy - mardi 17h10 Empty
MessageSujet: Re: trippy - mardi 17h10   trippy - mardi 17h10 EmptyLun 29 Avr - 22:21

trippy
Mardi, 17h10
@Icare

En traversant le deuxième étage, Judith est attirée par une mélodie qui s’échappe du studio de musique. Jusque-là, rien de bien inhabituel, c’est même la fonction de cette pièce, mais elle est plutôt accoutumée à entendre des instruments acoustiques plutôt que ces basses électroniques. C’est un endroit que la blonde affectionne tout particulièrement, elle peut y passer des heures, même en silence, car l’ambiance qui y règne l’apaise. A l’image de tout enfant ayant grandi au sein d’une famille comme la sienne, Jude a appris le piano pendant des années et a gardé de bonnes bases à ce jour. Il n’y a pas de piano chez elle, et elle ne s’était pas vraiment rendu compte que ça lui manquait avant d’en retrouver un ici, dans le palais.
Curieuse, elle pousse la porte pour y découvrir @Icare, derrière les platines. Aussitôt, elle entonne le refrain du sample en se trémoussant : « Walk like an egyptian ! » Elle lui sourit en retour alors qu’il baisse le son. T'es jamais partie de Suisse au final ? A part pour ton taf, j'veux dire. Après s’être laissée tomber sur un fauteuil, s’installant confortablement. « Pas vraiment… Quelques mois en échange en Italie, mais c’est tout. Je n’ai jamais vraiment eu envie de partir, on a tout à Genève… » Ce n’est pas tout à fait exact, elle pensait s’envoler, pendant un moment, et quitter la mère patrie, mais c’était sans compter Pierpaolo qui est entré dans sa vie comme un bulldozer. De toute façon, cette lubie n’aurait probablement pas fait long feu, la ville est idéale pour quelqu’un qui se lance dans une carrière de traductrice, comme Judith. Toutes les institutions internationales qui y ont élu domicile, à quoi s’ajoutent les 3 langues officielles du pays, lui offrent un terrain de jeu de prédilection qu’elle n’échangerait sous aucun prétexte. « Et toi, pourquoi es-tu parti ? » Elle se souvient avoir entendu qu’il vivait en France, mais ne lui avait jamais demandé pourquoi. A peine assise, elle ne peut s’empêcher de se relever pour s’approcher du candidat et étudier de près le matériel dont s’échappent encore quelques notes. Elle touche quelques boutons du bout des doigts avant de demander : « Tu t’y connais, un peu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 600
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 25,5k
AFFINITÉS:
trippy - mardi 17h10 Empty
MessageSujet: Re: trippy - mardi 17h10   trippy - mardi 17h10 EmptyMar 30 Avr - 11:07

Je rebondis sur son chant et je mime une demi-seconde la danse égyptienne façon robot, avant de me marrer et de baisser le son. Judith. Belle, jeune, souriante, mariée, une fille, un taf stable qui lui permet de voyager, sans doute un loft ou petite maison chaleureuse dans laquelle on mange bio, le mari qui cuisine des pâtes maison, et avec tout ça l'air d'être une meuf hyper sympa. Vraiment le cliché de celle qu'on a envie de détester, parce qu'elle a tout ce qu'on n'a pas. La stabilité et l'épanouissement. Elle arrive même à défendre ma Suisse natale, ce qui m'arrache un sourire doublé d'un haussement de sourcils. Mouais. Tout est relatif, ça dépend du milieu dans lequel t'évolues. Moi j'aurais jamais pu faire mon taf à Genève, à moins de me limiter à certains jobs, style monteur déco pour la pub ou des clips de pseudo-rappeurs du coin. C'est cool. D'être en harmonie comme ça. Assez en harmonie pour venir se confronter à Thrown Dice. Pour moi il manquait l'offre culturelle de Paris. En premier lieu. Je voulais faire une fac de ciné. Je précise. Au final, j'ai une simple licence arrachée à coup de moultes rattrapages. Trop théorique sur plein d'aspects. C'est pas les études qui m'ont permis de me faire mon cercle pro et amical. Chez moi, les deux sont intimement liés, j'ai jamais vraiment réussi à créer deux espaces d'épanouissement distinct et ça joue beaucoup sur mon quotidien. Et puis mes parents m'emmerdaient aussi. J'avoue en souriant. J'aurais pu aller à Milan, un peu plus proche et dont je connaissais également la langue. Mais Paris, c'est Paris, c'est magnifique, attirant, excitant pour un gamin à l'égo qui le travaille. Judith se rapproche et touche aux samples alors je décrète que je peux ré-augmenter un tantinet le volume. De quoi pouvoir parler sans crier, mais aussi profiter de ses tests. J'ai surtout des potes musiciens. Eeeet... j'aime beaucoup faire la fête. Pas étonnant, ceci dit. Je lui indique un des boutons en l'invitant à jouer avec ses réglages. Par la force des choses j'ai appris à mixer. Depuis qu'ils s'y sont mis je me suis retrouvé mêlé à plus de six collectifs. Puis petit à petit chacun meurt, crashe, s’effrite sur le coup de certaines disputes. Jusqu'à la prochaine brillante idée. Je me plains pas, j'ai mes entrées au Rex et dans d'autres salles sans lâcher un centime. C'est un peu l'avantage d'une certaine élite parisienne à laquelle j'ai réussi à m'intégrer. Ca fait combien de temps que tu vas pas faire la teuf ? Je me moque, gentiment. J'imagine pas trop Pierpaolo à se dandiner sur des rythmes techno.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Judith
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 489
AVATAR : margot robbie
ÂGE : 27
LOCALISATION : genève, suisse
MÉTIER : traductrice


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 15 500£
AFFINITÉS:
trippy - mardi 17h10 Empty
MessageSujet: Re: trippy - mardi 17h10   trippy - mardi 17h10 EmptyJeu 2 Mai - 16:12

C'est cool. D'être en harmonie comme ça. Judith rit doucement, sa voix se mêlant aux rythmes électro en fond sonore qui s’échappent des enceintes. Elle l’observe un instant, un sourire aux lèvres, avant de dire : « Je crois que tu te fais une fausse idée de moi parfois… » Harmonie n’est pas un mot qu’elle utiliserait nécessairement pour décrire sa vie et sa personnalité. C’est même plutôt le bordel. Elle fait aussi référence au commentaire qu’il a écrit sur sa page personnelle et dans lequel il la qualifie de lifestyle guru. S’il savait… Sa vie est tout sauf parfaite, même si elle est à des années lumières ce qu’elle a pu être, et peut être que si elle n’a jamais voulu quitter Genève, c’est aussi parce qu’elle n’avait pas le luxe de se poser la question. Elle aurait pu. Financièrement parlant, ça n’aurait pas été un problème, pour trouver un travail ailleurs non plus, il y a toujours des choses à traduire, des conférences à interpréter. Mais déménager, ça veut aussi dire avoir l’esprit libre pour le faire, pour en avoir envie, et ça c’est une autre paire de manches.
La blonde dévie ensuite la conversation, se concentrant davantage sur Icare et les raisons qui l’ont poussé à quitter son pays natal. Pour moi il manquait l'offre culturelle de Paris. Je voulais faire une fac de ciné. Elle pince les lèvres et penche la tête, d’un air approbateur. « Forcément. » La Suisse est réputée pour beaucoup de choses : les montres, le chocolat, les montagnes, les bijoux, le fromage… Mais le cinéma n’en fait pas partie. « Tu veux faire comme Godard ? L’enfant du pays devenu plus parisien que les parisiens eux-mêmes ? » Le réalisateur phare de la nouvelle vague est en effet originaire de Nyon, même si cette partie de son histoire a tendance à être effacée au profit de ses années dans la ville lumière. Et puis mes parents m'emmerdaient aussi. Judith hausse les épaules. Les parents, toujours les parents. Elle se surprend à penser aux siens, puis à sa fille, se demandant si elle dirait un jour, elle aussi, que ses parents l’emmerdent. Elle sait pertinemment qu’elle n’est pas la meilleure mère du monde, qu’elle ne le sera jamais et qu’elle n’a, de toute façon, pas la prétention de l’être, mais elle espère toutefois rester une présence positive pour Agatha.
Lorsque son attention se reporte sur la musique, elle interroge le candidat sur l’instrument et sa maitrise. J'ai surtout des potes musiciens. Eeeet... j'aime beaucoup faire la fête. Par la force des choses j'ai appris à mixer. Par la force des choses… Elle n’a jamais appris, elle, et pourtant Dieu sait qu’elle a fait la fête. Il faut dire aussi que ce n’était pas spécialement la musique qui l’intéressait, mais plutôt tout ce qui l’entourait. « Tu me montres deux trois trucs ? » Elle demande sans intention derrière la tête. Ca ne lui servira probablement jamais, mais elle n’a pas non plus grand-chose de mieux à faire entre ces quatre murs. Ca fait combien de temps que tu vas pas faire la teuf ? Elle rit franchement. « J’ai une petite de 3 ans. La teuf, pour moi, c’est les bébés nageurs du dimanche matin… » Des moments qu’elle adore, mais qui sont rarement compatibles avec les folles nuits du samedi soir. « Non, plus sérieusement, je sors avec mes amies environ une fois par mois. On ne va pas forcément en boite jusqu’à 5h du matin à chaque fois, mais ça nous arrive.  » De trop rares moments qui lui rappellent qu’elle a 26 ans. « Et puis, entre nous, j’ai fait, en deux ans, la fête pour toute une vie. Il y a des endroits insoupçonnables, à Genève, je pense que ça te plairait. Des raves improvisées dans de vieux hangars, des bars secrets, minuscules mais si intenses.  » Le genre qu’on imagine quand on pense aux années de prohibition aux États-Unis.
Revenir en haut Aller en bas
Icare
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 600
AVATAR : kn
ÂGE : 28
LOCALISATION : paris
MÉTIER : monteur de décors au cinéma


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 25,5k
AFFINITÉS:
trippy - mardi 17h10 Empty
MessageSujet: Re: trippy - mardi 17h10   trippy - mardi 17h10 EmptyLun 6 Mai - 9:16

Pourquoi ? J'attends que ça, qu'elle déconstruise l'idée que je me suis faite. C'est facile de s'accrocher à des mots clés. Déjà le combo mariée, Suisse, enfant, métier fixe, pour moi c'est un critère d'harmonie et stabilité. Mais je suis tout à fait prêt à assimiler le contraire. Puis Judith elle a l'air d'avoir cette légèreté dans le dialogue qui est extrêmement agréable et moi forcément j'ai envie de creuser ce qui se trame derrière ma concitoyenne. Je souris à sa remarque et hausse les épaules. Si seulement. Godard, c'est un espèce de Saint Graal pour quiconque se lance dans le cinéma en France. La vérité c'est que je savais que je voulais bosser dans le ciné mais j'avais pas forcément d'objectifs concrets à 18 ans. J'étais qu'un gamin parmi tant d'autres qui s'est contenté de partir loin de chez lui et de se faire engloutir par la ville. J'ai vite compris que je serais pas réalisateur. Je souris en haussant des épaules. No regrets, mon boulot me plait. Au final, c'est pas forcément le taf noble du cinéma. J'ai plutôt commencé par donner des coups de main parce que j'étais grand et plutôt musclé donc la parfaite stature pour transporter, monter et démonter des décors. Puis la force des choses m'a permis d'être second assistant déco sur des tournages et d'avoir un taf un poil plus intellectuel. Jude s'approche pour tâtonner aux différents boutons et me demande de lui apprendre quelques trucs. Yes mais tiens dans ce cas. Je lui pose un casque en travers afin qu'une oreille soit couverte et l'autre non pour qu'elle puisse m'entendre. Ca c'est le portamento. Je lui montre une espèce de mollette ronde que je l'invite à tourner vers la droite en même temps que je joue quelques accords sur le clavier du piano. En gros ça va te jouer toutes les vibrations intermédiaires entre une note ou un accord et un autre. Je lui indique deux autres réglages qui permettent de déclencher les basses, en touchant à l'oscillateur, les filtres et l'amplitude. On se concentre comme ça un petit moment et quand je vois le plaisir que prend Judith à bidouiller des instrus je me dis qu'elle doit plus trop avoir l'occasion de s'amuser au jour le jour. Tu m'y emmèneras alors quand je reviendrai au pays. J'ai fait quelques années la teuf à Genève, quand j'étais en internat pas loin et qu'on prenait un malin plaisir à défier toutes les règles de l'institution privée. Mais ça fait un moment que le concept de Suisse et moi se limite à la contrainte, plus qu'à l'épanouissement. Et tu me montreras comment ça fait la teuf, une jeune maman. Je la taquine volontairement.

_________________


i really hope you find the happiness
you've been pretending to have
Revenir en haut Aller en bas
Judith
Voir le profil de l'utilisateur   

MESSAGES : 489
AVATAR : margot robbie
ÂGE : 27
LOCALISATION : genève, suisse
MÉTIER : traductrice


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 15 500£
AFFINITÉS:
trippy - mardi 17h10 Empty
MessageSujet: Re: trippy - mardi 17h10   trippy - mardi 17h10 EmptyJeu 9 Mai - 16:55

Pourquoi ? Mutine, Judith cherche le regard d’Icare des yeux, cherchant une réponse à lui donner. Elle n’a pas d’exemple précis en tête, ou une démonstration toute faite, simplement la certitude qu’elle ne vit pas tout à fait la vie qu’il lui imagine. « Tu comprendras, bientôt. » Elle reste énigmatique, un sourire amusé aux lèvres. Il verra bien assez tôt, elle ne va pas dévoiler ses cartes si vite.
Si seulement. La vérité c'est que je savais que je voulais bosser dans le ciné mais j'avais pas forcément d'objectifs concrets à 18 ans. J'ai vite compris que je serais pas réalisateur. Il est vrai que lorsque l’on attribue immédiatement à quiconque aspire à une carrière dans le cinéma des prétentions de réalisation. La réalité est souvent bien autre. Tout le monde ne peut pas être Godard, ou Spielberg, ou Woody Allen – aussi controversé puisse-t-il être. Non, il faut des directeurs de la photo, des perchistes, des maquilleurs, des troisièmes assistants réal. Tout un monde dont le nom apparaît en trentième position dans le générique, invisible aux yeux de tous derrière les têtes de ceux qui se lèvent précipitamment des salles de projections, inquiets à l’idée de perdre les 30 secondes supplémentaires qui suffiraient à rendre hommage à toutes ces petites mains silencieuses. Elle n’estime pas nécessaire de lui répondre par des mots et se contente de lui adresser un sourire approbateur.
Yes mais tiens dans ce cas. La blonde se laisse faire lorsque le candidat lui visse un casque en travers de la tête, assourdissant totalement son oreille droite. Ca c'est le portamento. En gros ça va te jouer toutes les vibrations intermédiaires entre une note ou un accord et un autre. Fascinée elle observe ce qu’Icare lui indique et actionne le fameux portamento, pour en comprendre les effets. Ses yeux brillent comme ceux d’une gosse le jour de Noël, preuve que son enthousiasme est toujours planqué quelques millimètres sous la surface de sa peau, prêt à jaillir à la moindre occasion. Sans attendre davantage d’explications elle investit totalement l’instrument, tripotant le moindre petit bouton qui croise la trajectoire de ses doigts jusqu’à ce qu’elle finisse, inévitablement, par déclencher un crissement strident. Poussant un cri presque aussi aigu, elle s’exclame : « Oh non ! Désolée, désolée, désolée ! Qu’est-ce que j’ai fait ? »
Le silence retombé dans la salle de musique, ils se remettent à parler de la Suisse et de la fête que l’on peut y faire. Tu m'y emmèneras alors quand je reviendrai au pays. Et tu me montreras comment ça fait la teuf, une jeune maman. Sans avoir besoin de se faire prier, elle répond aussitôt, déterminée : « Chiche. Tu n’as aucune idée de ce qui t’attend. » Elle prononce ces derniers mots en riant, survendant légèrement ses folles soirées genevoises. « Ca te manque, un peu, le pays ? » Judith sait qu’elle ne pourrait pas partir trop longtemps. Malgré tout, Genève c’est chez elle, et elle y est trop attachée. « Et avec tes parents, ça va mieux ? » Dans cette dernière phrase on peut percevoir une once d’inquiétude, sincère. Elle n’est pas en train de mener une pseudo-enquête, de lui soutirer des informations. Elle lui souhaite vraiment d’avoir arrangé les choses.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BIG BANG THEORY - mardi 26 juin, 16h25
» Les Etats que nous devons gagner Mardi, Pour que Obama aille jusqu'au bout
» la taverne médiévale
» Playtest mardi 22 février chez Ben
» mardi 17/11/2009 : sortie Monstres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: STUDIO DE MUSIQUE-
Sauter vers: