Partagez
 

 une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1911
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) Empty
MessageSujet: une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III)   une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) EmptyLun 29 Avr - 6:33

Anaswara se promène, dans l’extérieur du palace. Souvent seule, ce n’est pas tant un détail qui l’interpelle. Elle se complaît dans ce mode de vie solitaire. Elle fonctionne comme cela, parce que c’est la seule façon qu’elle a trouvé pour se protéger et pour ne plus se sentir vulnérable. Ses pas la guident jusqu’à la plage. Elle s’arrête et observe, au loin, l’horizon maritime. La vision de la mer bleue embrasse ses pupilles ébènes. Elle déchausse ses escarpins qu’elle tient au bout de sa main, avant de déposer un premier pas dans le sable fin et chaud. Elle marche jusqu’à la rangée de transat où elle s’interrompt de nouveau. Son attention se pose sur un nouveau point d’intérêt. Il s’agit d’un jeune homme installé sur l’un de ses chaises longues. « Bart », souffle-t-elle, d’une voix douce et basse. Elle s’assure qu’il est remarqué sa présence surtout qu’il accepte sa présence dans son espace vital. Elle n’a pas envie de devenir l’ennemi, qui vient piétiner cet espace bien trop précieux. Un discret sourire se peint sur les lèvres de la brune, alors qu’elle prend place sur la chaise longue juxtaposée à la sienne. Elle s’assoit dessus, en tailleur. @Bart, depuis le dernier prime, elle n’a pas eu le temps de se confesser à lui et de rétablir ce qu’on a voulu lui faire dire au sujet du blond. Ce dernier ne semble pas avoir remarqué les propos d’Anaswara à son sujet. Elle ressent le besoin d’avouer la réalité de ses dires et rétablir cette vérité que la production a voulu déformer. Elle ne sait pas comment s’y prendre pour le lui dire. Elle se mordille intérieurement la lèvre inférieure. « Ce que j’ai dit à ton sujet à Elena », commence-t-elle, en ne le quittant pas du regard. « c’est : on partage la même équipe et on se rejoint sur certains points », énonce-t-elle, mécaniquement, en se remémorant en son for intérieur son entretien dans le confessionnel. Elle n’a jamais mentionné qu’ils n’auraient pas de points en commun. Anaswara, quand elle entend Bart, elle a l’impression de le rejoindre sur ces points, comme lorsqu’ils ont tous les deux confessés ne pas avoir de personne avec qui ils se sentaient les plus vrais. Elle ne prend pas la peine de préciser que la question diffusée n’était pas celle qu’on lui avait posé. On lui avait demandé qui serait son meilleur allié. D’ailleurs, le fait qu’elle pense qu’ils se rejoignent sur certains points lui fait souvenir de quelques propos tenus au détour d’une rubrique, où il a été révélé qu’ils seraient compatibles à un taux relativement élevé. « On partagerait d’ailleurs plusieurs points communs, selon Marco Lawes », qu’elle reprend. Elle ne prête pourtant pas d’attention à ce qu’il peut se dire dans cette rubrique, elle n’y croit pas mais elle doit se rendre à l’évidence que, à ce sujet, elle rejoint Marco. « Tu y crois, toi ? », le questionne-t-elle. Croit-il qu’ils ont plusieurs points communs, croit-il en ses compatibilités hasardeuses, croit-il en cette horoscope ? Croit-il en ce qu’il croira comprendre derrière la question de la brune.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 439
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) Empty
MessageSujet: Re: une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III)   une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) EmptyMar 30 Avr - 18:46

L’après-midi, Bart, il aime bien venir glander sur la plage. Il se plonge dans l’horizon et il se sent tout petit en comparaison de l’infinité l’eau azurée qui s’étale sous ses yeux. Il pourrait rester des heures à regarder dans les yeux la mer ou à se laisser avaler par le ciel tout aussi grand. Il est avachi sur un transat quand il entend une voix qui l’appel. Il relève la tête, un peu à côté de la plaque et perdu dans ses pensées, avant de découvrir Anaswara qui l’accueil sur la planète Terre dans un sourire discret. Il lui offre une esquisse en retour, l’invitant tacitement à se joindre à lui. Elle se pose sur une chaise à longue, avant de lui faire part de ce qui a l’air de pas mal lui occuper l’esprit. C’est vrai que Bart n’a pas vraiment relevé les propos de la jeune femme interprétés à la sauce Elena pendant le prime. Le truc, c’est qu’il se doutait bien que ce n’était pas tout à fait fidèle à la réalité. Non pas qu’il ait prit la confiance et qu’il soit à présent persuadé que tout le monde l’adore, mais c’est plutôt qu’il n’imaginait pas la candidate de nature toute douce balancer un truc dans le genre à son sujet. En revanche, ce qu’il ignorait, c’était que de base elle pensait bien à lui au moment de se choisir un allié. Ça le touche, Bart. Mine de rien, il s’est senti un peu nul de capter qu’il ne plaisait à personne dans le palace pour devenir un crush, bien qu’il ait été cité pas moins de quatre fois entant que candidat qu’on sélectionnerait bien au moment de se créer une alliance. Thrown Dice, ce n’est pas censé être un club de rencontre. On est là pour jouer et avancer le plus loin dans l’aventure grâce aux autres candidats. A défaut d’avoir géré la partie secret de l’émission, il se sera au moins pas trop mal démerdé sur l’aspect social. Il adresse un sourire à Anaswara. « Merci. » il souffle simplement, parce qu’il voit bien que cette histoire de chronique l’a mise un peu mal à l’aise. Dans le fond, même s’il avait des doutes quant à la véracité de cette réponse, il n’aurait jamais pu être totalement sûr de ce qu’elle avait raconté à Elena. Lui, il a un peu l’impression que la chroniqueuse a prise en grippe Ana depuis l’affaire de la semaine dernière qui lui a valu de dormir dans des hamacs. La russe, elle a une certaine prédisposition pour foutre la merde, mais par exemple dans son cas, elle n’a pas du tout modifié ses propos pour le mettre mal vis-à-vis de certains de ses camarades. « Je pense qu’il a raison… » il laisse entendre lorsqu’elle mentionne cette fois-ci la rubrique de Marco. Ça se voit qu’ils partagent plusieurs points communs. C’était même le justificatif que la candidate a utilisé à propos du fait qu’il pourrait être son meilleur allié. Ils ont l’air de fonctionner un peu de la même manière. Même s’ils sont plus introvertis que d’autres candidats, ils se font leur trou dans le jeu en respectant leurs principes internes. Il y a aussi un petit côté névrosé qu’ils doivent certainement partager, mais dans le fond tout le monde l’est de nos jours. Il y a pas mal de candidats qui sont loin d’être en reste à ce niveau dans le palace. « Ca t’a étonnée de découvrir qu’on pouvait être compatible ? » Anaswara, elle occupe quand même la seconde place des targets que les astres lui conseillent. Normalement, il y avait Esmeralda sur la première marche du podium, mais c’est bien le genre de Bart de voir sa meilleure prétendante se barrer juste sous son nez alors qu’il vient tout juste de la capter. Ils ne se sont jamais parlé, alors il n’a pas vraiment d’avis sur la question. Par contre, les 88% qu’il partage avec Ana, il y a un peu pensé ces derniers jours. « La semaine dernière, j’ai dit que je ne croyais pas trop à l’astrologie et aux horoscopes. » Bart, il n’a jamais un avis très tranché. Il nage plutôt dans le gris, mais la balance avait tendance à pencher du mauvais côté lorsqu’il en avait parlé avec Niels. « Maintenant, je ne sais plus trop. Peut-être. » Il y a de plus en plus de trucs qui le perturbent dans cette chronique, entre les prédictions qui finissent par s’avérer vraies ou le fait que Marco a donné une description du signe Poisson qui collait en tout point à son bilan psychologique. C’est bizarre, cette histoire. Peut-être même un peu flippant dans un sens. « Samedi soir, j’ai eu l’impression qu’on me faisait un résumé de mes rêves, de mes névroses et mes plus grandes craintes. » Donc voilà, il ne sait plus trop quoi penser. Bart, il est paumé pour changer.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.


Dernière édition par Bart le Mer 1 Mai - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1911
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) Empty
MessageSujet: Re: une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III)   une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) EmptyMer 1 Mai - 8:41

Lorsqu’elle aperçoit non loin d’elle Bart, elle ne peut s’empêcher de se diriger vers lui. Il l’interpelle, en douceur, le tirant certainement d’un sommeil léger. Elle rend le besoin de lui parler et de rétablir une vérité concernant ce que l’on a pu prêter à la jeune femme. Elle ne comprend pas pourquoi la production a voulu faire croire qu’elle avait relégué Niels au statut de protecteur et considéré Bart comme celui avec qui elle n’a aucun point en commun. Ils ont voulu lui faire dire le contraire de ce qu’elle avait énoncé clairement dans le confessionnal. Ce qu’elle avait dit sur son coéquipier est qu’ils partagent la même équipe et, sûrement le plus important pour elle, qu’ils partagent des points communs. Elle esquisse un discret sourire quand il la remercie. Anaswara ne peut s’empêcher de faire, par la suite, le rapprochement avec ce que l’un des autres chroniqueurs a pu dire. En effet, Marco Lawes, au détour de sa chronique, avait expliqué que les Poisson et les Cancer partagent de nombreux points communs. Les Poisson sont ici représentés par Bart, les Cancer par Anaswara. Le chroniqueur y était allé de ses petits calculs savants, proposant quelques compatibilités au jeune homme. Anaswara fait partie des candidates avec qui il serait le plus compatible. Elle porte son attention vers le blond, quand celui-là lui demande si elle a été étonnée de découvrir qu’ils peuvent être compatibles. « Non », souffle-t-elle, en le soutenant du regard. Elle-même a avancé le fait qu’ils partagent des points communs. A partir de ce moment-là, elle n’a pas à être étonnée de découvrir leur probable compatibilité. Sous l’étiquette de compatibilité, ils y glissent souvent le concept d’amour ou de sexe. Ils ont ce besoin d’érotiser les compatibilités des uns et des autres. Pour la brune, ce n’est pas le cas. Elle n’associe pas le fait d’être compatible avec quelqu’un avec de l’amour ou du sexe. Bart et elle partagent 88 % de compatibilité, tout de même. « Et toi ? », qu’elle lui demande en retour. Elle porte finalement son attention vers le blond. Il confesse avoir dit ne pas croire à l’astrologie et aux horoscopes mais qu’il a changé un peu son avis à ce sujet. Il ne sait plus trop, maintenant. « Ils vont rendre ça perturbant et troublant, ils vont faire en sorte qu’on y croit un peu plus chaque semaine », souffle-t-elle, dans un discret sourire. Elle a l’impression que c’est une espèce de manipulation psychologique, cette chronique hebdomadaire. Comme si ils feront tout pour que tous finissent par croire en ces choses-là. Elle n’y prête pas attention. Peut-être que si elle avait été plus jeune, elle y aurait cru, en tous ces signes prédits, en tous ces présages. « Quelle est ta plus grande crainte ? », qu’elle lui demande, quand il lui expose le fait que samedi soir, il avait eu l’impression d’entendre le résumé de ses rêves, de ses névroses et ses plus grandes craintes. Ce n’est pas inscrit dans des chiffres ou une compatibilité, cette question. Elle est concrète. Elle détaille les traits du visage de son interlocuteur. Elle finit par sortir de son petit sac une bouteille d’eau qu’elle a apporté avec elle pour s’hydrater, sous cette chaleur.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 439
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) Empty
MessageSujet: Re: une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III)   une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) EmptyJeu 2 Mai - 0:41

Ana, elle lui dit qu’elle n’a pas été surprise de découvrir leur compatibilité. Le truc, c’est que même si ce n’est pas bien clair la manière dont les signes astrologiques fonctionnent les uns avec les autres, et pourquoi être né trois jours avant une autre date devrait définir deux personnalités complètement différentes, ils ne peuvent pas ignorer leurs points communs. Ils ont l’air de se rejoindre sur pas mal de choses, lui aussi il l’a remarqué. « Je n’y avais jamais pensé jusqu’à maintenant, mais non, ça ne m’a pas surpris. » il admet à son tour. Bart, il n’est pas là à faire des petits calculs dans son coin pour déterminer qui lui correspond le mieux et pourquoi, donc il n’avait pas capté au début. Peut-être que dans le fond il devrait, de manière à s’éviter quelques déconvenues malheureuses. Ce qui l’a étonné en revanche, ce sont les 88% qui les relient l’un à l’autre. Anaswara, c’est la candidate avec laquelle il comptabilise le plus haut match de l’aventure à l’heure actuelle, puisque les associations respectives d’Icare et de Tasneem étaient inférieures à la leur. Plus les chroniques s’accumulent, plus il commence à croire aux conneries de Marco. Il y a des prédictions qui commencent à sérieusement le faire flipper, comme le fait qu’on lui ait dit lors du prime précédent qu’il allait devoir vivre une réalité moins romantique que ses rêves d’amour parfait. Franchement, si tout ça ne parlait pas de son crush à sens unique foireux avec Tonia, il n’y comprend plus rien. A ce qu’il parait, cette semaine, il va encore se prendre une douille en amour avec une passion sans lendemain, du coup il reste sur ses gardes. « T’as pas trop l’air d’y croire de ton côté... » il souligne dans un sourire, alors qu’elle parle sans jamais vraiment l’exprimer oralement de manipulation psychologique. C’est vrai qu’on peut très rapidement tomber dans le panneau dès lors que les hasards se multiplient. Bart, il ne veut plus trop se prononcer à propos de l’horoscope, parce qu’il a l’impression que plus il se montre frileux au sujet des astres et plus ils se tapent des trucs chelou et perturbants au cours de la semaine comme si on essayait de le faire changer d’avis. Le bilan psychologique des Poissons, ça lui a déjà suffit samedi soir comme petit échantillon de preuve. Il s’est énormément reconnu dans ce qu’il s’y disait, peut-être même trop. Il se demande s’il en va de même pour Icare et Tasneem qui sont également censés faire parti de la Team des névrosés fragiles. « J’ai peur de l’abandon, que tout le monde me quitte et que je finisse seul. Le pire, c’est quand on te laisse tomber et que tu n’as pas d’explication. » il débite d’une voix neutre. Lors de la rubrique, ils ont parlé d’angoisse de la séparation, ce qui colle plutôt bien à sa peur panique de se faire rejeter parce qu’il est bizarre et différent des autres gens. C’est complexe comme crainte. Il pensait que ça venait de la mort de sa mère et ça le rend triste de découvrir qu’il partagerait à priori ce détail avec tous les autres êtres humains nés au cours des mois de février ou de mars. C’est comme si le plus grand traumatisme de son existence, c’était un truc préétablit par la baise ayant mené à sa conception, neuf mois avant sa naissance. « Et toi, t’as peur de quoi ? » il l’interroge en relevant ses yeux azurés vers les siens.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1911
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) Empty
MessageSujet: Re: une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III)   une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) EmptyJeu 2 Mai - 20:19

Anaswara a elle-même remarqué qu’elle partagé des points communs avec Bart. Est-elle surprise lorsque sa compatibilité avec Bart a été dévoilée publiquement, au détour d’une rubrique ? Non. Elle n’a pas besoin d’en dire plus à ce sujet. Elle n’a pas été surprise. Elle n’est peut-être pas compatible avec le blond, comme Marco l’envisagerait, c’est-à-dire compatible amoureusement ou sexuellement. Elle ne comprend pas ce besoin de passer toutes les choses par le spectre érotique. Ca la dépasse pas. Quant à son camarade, il confesse n’y avoir jamais pensé jusqu’à maintenant mais il n’a pas été surpris pour autant. Elle lui adresse un discret sourire. Chacun n’est pas surpris. Probablement parce que l’un comme l’autre se sont rendus à l’évidence qu’ils se ressemblaient sur certains aspects, qu’ils se retrouvaient dans quelques aspects du mode de fonctionnement de l’autre. Il n’y a probablement pas besoin de tous ces artifices pour le constater. Il n’y a qu’à les regarder tous les deux. Bien qu’elle ne croit pas dans les horoscopes et autres signes divinatoires, force est de constater qu’ils tenteront de rendre les choses, chaque semaine, un peu plus troublantes et perturbantes pour chacun d’entre eux. Elle hausse légèrement les épaules, quand il fait remarquer qu’elle n’a pas vraiment l’air d’y croire de son côté. Il a raison. « Effectivement... », elle ne peut pas le nier. Ce serait mentir que de dire le contraire. « Mais ce n’est pas pour autant que je ne crois pas au fait que nous soyons compatibles », souffle-t-elle. Elle ne contredit pas leur compatibilité. Certes, il y a un chiffre associé à leur compatibilité. 88 %. Le taux, certainement, le plus élevé qui a été révélé de la soirée. Ils sont peut-être compatibles à 88 %, ou seulement à 80 % ou encore à 90 %. Elle ne sait pas. Elle ne va pas chercher à contredire les chiffres. Bart, lui, semble être assez dubitatif face à ces horoscopes. Il n’y croyait pas au début mais son regard à ce sujet tend à changer. Il parle notamment du bilan qui a été fait sur son signe, dans lequel il se retrouvait. Anaswara se permet alors de le questionner à ce sujet. Quelle est la plus grande crainte de Bart ? Elle pose son regard sur son camarade. Ainsi la plus grande crainte de son coéquipier est l’abandon. Il a peur que tout le monde le quitte et qu’il finisse seul. « Tu l’as déjà vécu ? ». Avoir été abandonné par une personne, sans explication. L’a-t-il déjà vécu ? Anaswara reste silencieuse, alors qu’il lui retourne la question. Son regard croise le sien. Elle pourrait probablement faire une longue liste de ce qu’elle redoute, de ce qu’elle a peur et qui l’angoisse. Elle ne peut s’empêcher d’associer sa peur et son angoisse. « J’ai peur du rejet », souffle-t-elle. « qu’on me rejette pour ce que je suis ». Elle plante son regard ébène dans le sien. Elle le comprend, Bart, quand il parle de la peur de l’abandon. Ils n’ont probablement pas vécu le même traumatisme qui explique cette crainte qu’ils ont en eux. Anaswara sait que son traumatisme est en elle, il est inscrit quelque part, comme un putain d’ADN indélébile. « Alors pour ne pas le subir, je marche toute seule ». Ce n’est pas pour rien si Anaswara a un mode de vie solitaire et qu’elle ne laisse presque personne intégrer son cercle social à l’extérieur. C’est en partie par la crainte de ce rejet des autres.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 439
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) Empty
MessageSujet: Re: une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III)   une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) EmptyVen 3 Mai - 18:25

Bart, il n’arrive pas à se positionner à propos de son horoscope. Une fois il y croit, une autre fois il se dit que c’est un truc pour les pigeons. Même s’il a l’air moins dubitatif qu’Anaswara, il n’en est pas non plus au stade où il questionne tout le monde à propos de leur signe astrologique afin de déterminer la confiance qu’il leur accorde niveau alliance, amour ou sexualité. C’est vrai qu’ils se ressemblent tous les deux. Plus généralement, les candidates avec lesquelles il semble compatible, ce sont déjà des filles avec lesquelles il se sentait déjà plus ou moins lié. La seule grande oubliée de la liste, c’est Tonia. Autrement, il valide la sélection, ainsi que sa petite Team chelou du signe du Poisson. Marco n’a pas précisé si la compatibilité été également valable en inter-signe, mais il se dit que partager la même vision du monde propre aux Poissons, ça créé des liens. Il y a des chances pour qu’ils partagent les mêmes craintes. Sa plus grande peur, c’est celle de l’abandon comme il le confie à Anaswara. C’est un truc qui le prend aux tripes et ça le fait flipper l’idée de finir tout seul comme un con. En fait, ce n’est pas juste de se sentir isolé qui le traumatise. L’un des pires trucs au monde, c’est de se faire oublier par une personne qu’on ne pourra jamais oublier au plus profond de nous. « Oui. » il répond doucement quand elle lui demande s’il l’a déjà vécu. Plusieurs fois, même si les traumatismes ne sont pas toujours équivalents. Par contre, l’accumulation, elle est difficile à gérer. Il s’est déjà fait jeter par des filles qu’il aimait sans la moindre explication, comme il s’en est déjà confié à Lula la semaine dernière. « Quand ma mère est morte, j’ai eu l’impression qu’elle m’avait abandonné. » Et ça, c’est peut-être la séparation dont il n’arrivera jamais à se relever, parce que c’est la personne qu’il aimait le plus au monde qui est partie du jour au lendemain de manière brutale. « Je lui en ai beaucoup voulu. » Ca peut paraître con dit comme ça, surtout qu’on ne peut pas à proprement dire que c’était de sa faute, mais Bart a ses raisons. Il lui en a voulu à elle, mais encore plus à lui et à son père de ne pas avoir su la sauver. Il retourne sa question à Anaswara en posant un regard doux sur ses traits. Il y a des trucs qu’il commence un peu à piger la concernant et ça ne l’étonne pas de l’entendre craindre le rejet. Les concepts sont différents, mais dans le fond avec l’abandon ce n’est pas si éloigné. Sa solution à elle, c’est donc de rester seule afin d’empêcher les autres de la rejeter. C’est triste comme mécanisme de défense, même s’il peut comprendre pourquoi elle adopte ce comportement. « Tu penses que les gens peuvent encore te rejeter. » Il tatillonne, Bart. Il ne sait pas trop où il va, parce qu’il y a des choses qu’elle ne dit pas, soit par pudeur, soit parce que ça concerne son secret, mais il se dit que ce qui était valable dans sa vie d’avant, n’est plus forcément d’actualité. « Tout le monde t’apprécie pour ce que tu es, ici. » Ce n’est pas un hasard si elle est si souvent citée lors du classement de popularité. Anaswara, elle plait et les autres candidats veulent la découvrir. « T'as l'impression d'avancer seule également dans l'aventure ? » Ce n'est pas la vraie vie. Ça n'a rien à voir, mais il se demande comment elle vit l'émission et son rapport avec les autres habitants du palace.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1911
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) Empty
MessageSujet: Re: une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III)   une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) EmptySam 4 Mai - 14:29

Elle écoute d’une oreille attentive, sans l’interrompre, quand il lui partage sa plus grande crainte. Il a peur de l’abandon, de se retrouver seul. Dans une certaine mesure, elle comprend cette crainte. Elle lui demande alors s’il l’a déjà vécu. S’il a déjà été abandonné sans explication. Bart a déjà connu l’abandon, par le passé. Elle pose son regard sur les traits de son visage. Il mentionne sa mère et la mort de cette dernière. Il a vécu l’événement dans sa vie comme un abandon. Il en a voulu à sa mère. Elle ne le quitte pas du regard, sans aucun jugement ne vienne s’éprendre d’elle. Elle ne le juge pas, elle ne peut pas le juger. « Quel âge avais-tu ? », lui demande-t-elle. Quel âge avait Bart lorsque sa mère l’a quitté et a quitté la terre ferme ? Quant à Anaswara, elle lui confie sa plus grande crainte, l’une de celles qui la ronge de l’intérieur et qui vient dévorer peu à peu ce qu’il reste de son coeur. Elle a peur du rejet de l’autre, elle a peur qu’on la rejette pour ce qu’elle est. Le rejet et l’abandon ne sont pas éloignés l’un de l’autre, tous les deux s’enracinent dans la chaire et viennent cohabiter avec ce corps. Si Bart a peur de se retrouver tout seul, Anaswara a préféré la solitude pour se protéger. Rester seule est devenue, avec les années, son mécanisme de défense. Elle ne plaisantait pas quand elle disait à Esaias être seule dans sa vie. Elle se protège des autres et de leur potentiel rejet. Ce n’est pas pour rien que la majorité de ses relations à l’extérieur ne sont que superficielles. Elle croise le regard de Bart, quand il lui dit qu’elle pense que les gens peuvent encore la rejeter. « Oui. » Il a raison. Elle ne peut pas le nier. Anaswara s’est faite à l’idée que les gens pouvaient à tout moment la rejeter. Elle a déjà été rejetée avant, elle ne voit pas pourquoi cela ne pourrait pas recommencer. Elle ne peut luter contre. Bart lui fait remarquer que tout le monde l’apprécie pour ce qu’elle est ici, au sein du palace. « C’est vrai... », souffle-t-elle. C’est du moins les quelques signes qu’on lui renvoie. « Je ne pensais pas que l’on pourrait m’apprécier ainsi », qu’elle confesse. Elle ne s’est jamais retrouvée dans cette situation. « Elle est particulière, cette aventure ; ça n’a rien à voir avec nos quotidiens... ». Oui, elle a une coloration particulière pour Anaswara mais elle n’est pas pour autant déplaisante. Elle était venue ici pour sortir de sa zone de confort. Sa zone de confort est loin derrière elle, à présent. Elle avance, elle tâtonne dans ces nouvelles zones inexplorées jusqu’alors. « Je ne pense pas ». Elle ne pense pas évoluer seule dans cette aventure. Elle appréhende un peu cette facette, elle appréhende de ne plus être seule parce qu’elle ne sait pas très bien gérer cela.

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 439
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) Empty
MessageSujet: Re: une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III)   une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) EmptyLun 6 Mai - 17:24

Vivre un deuil, c’est quelque chose d’un peu étrange. Il y a des étapes comme dans un marathon dont on ne voit pas le bout. Le processus est long et éreintant. D’abord, on est dans le déni. On refuse d’y croire, d’autant plus lorsque le décès en question est intervenu de façon soudaine. Après, il y a la colère, le stade que Bart mentionne quand il dit qu’il en a beaucoup voulu à sa mère. Ça peut paraître débile comme réflexion, parce que peut-on réellement en vouloir à un mort, mais c’est surtout une période de fortes contradictions internes. C’est injuste de perdre un de ses proches si jeune, alors on se sent révolté et pour faire passer ses humeurs, il faut se trouver un coupable. « J’avais douze ans. » Il était jeune, sans toutefois l’être trop. Bart, il se sent un peu stupide, parce qu’il a conscience qu’il y en a qui ont vécut bien pire que lui, ne serait-ce qu’au sein de l’émission. On n’est pas tous égaux face au deuil. Lui, il est très sensible. Il aimerait bien aussi pouvoir accuser l’instabilité des Poissons face au sentiment de séparation pour justifier son mal-être, mais son signe astrologique n’a rien à voir là-dedans. Il n’est juste pas aussi fort que d’autres personnes face à toutes ces histoires. Bart, il est coincé comme un teubé dans l’avant-dernière étape du deuil depuis plusieurs années. Il se sent déprimé et il s’accroche au souvenir de sa mère, incapable de lâcher prise. C’est comme si quelqu’un avait zappé de placer la balise de l’acceptation dans son petit parcours de vie. Du coup, il se sent tout le temps seul, passif et il a des difficultés à affronter son quotidien. Il aimerait bien être un peu moins isolé. C’est pour ça que même s’il se trouve des points communs dans leurs névroses respectives avec Anaswara, il ne pige pas comment elle parvient à s’exclure volontairement pour se protéger. « C’est normal que les gens t’apprécient, t’as beaucoup de qualités. » il souffle en cherchant pendant quelques secondes son regard. Lui, il n’est pas du tout étonné de la retrouver chaque semaine sur le podium des candidats les plus appréciés lors des classements de popularité. C’est quelqu’un de bien, Ana. C’est important d’avoir quelqu’un comme elle dans cette aventure. « T’es généreuse et bienveillante. T’as une belle âme. » C’est chelou comme compliment, mais c’est comme ça qu’il la perçoit. Comme quelque chose de pur dans lequel on peut avoir confiance. C’est dommage qu’elle ne s’en rende pas compte et qu’elle continue de penser qu’on pourrait la rejeter pour une raison qu’il ne saisit pas encore. L’extérieur n’a rien à voir avec ce qui se passe dans le jeu, mais ça ne signifie pas qu’il ne peut pas y avoir des glissements d’un état à l’autre. « Ces alliances et ces amitiés que tu auras nouées ici, tu penses qu’elles sont destinées à disparaître quand tu quitteras l’émission ? » Il pense à Niels avec lequel elle s’entend très bien, mais aussi à lui-même. Il lui pose la question, mais c’est un truc auquel il réfléchit pas mal lui-même. Bart, il ne sait pas trop s’il utilise la bonne approche avec Ana. Peut-être que ça l’arrange d’être seule et qu’elle ne tient pas à les avoir à ses basques dans la vraie vie. Il aimerait juste l’aider un peu, parce que c’est comme ça qu’il fonctionne. Il pense toujours au confort des autres avant le sien. « Je ne savais pas trop pourquoi je m’étais inscrit au début… » la question s’est déjà posée au cours de ses conversations avec les autres candidats. Il a pu prétexter sa solitude ou son ennui. « Mais je crois que c’est parce que lors des précédentes saisons, on a pu voir des gens seuls ou brisés, des types avec des secrets supers lourds à porter, créer des liens grâce à l’émission et sortir plus heureux qu’ils ne sont entrés dans le jeu. » Peut-être que ça ne lui parle pas à Anaswara, mais les happy ending sont plutôt fréquentes à Thrown Dice. Le machin, c’est plus efficace qu’une séance de thérapie. C’est sûrement trop utopique comme manière de percevoir l’aventure. Bart, il va très certainement au final dégager du palace aussi seul et triste qu’il n’est arrivé.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
Anaswara
Voir le profil de l'utilisateur   En ligne

MESSAGES : 1911
AVATAR : la padukone (by n-dia)
ÂGE : 31
LOCALISATION : dubaï (éau)
MÉTIER : hotesse de l'air


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 0 £
AFFINITÉS:
une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) Empty
MessageSujet: Re: une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III)   une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) EmptyLun 6 Mai - 19:11

Bart lui paraît être marqué par cet abandon, notamment par la façon dont il en parle. D’autant plus qu’il était jeune, quand cet événement a eu lieu. Elle hoche doucement la tête, quand il lui répond. Elle sait qu’ils sont face à un sujet sensible et elle n’est pas certaine de maîtriser tous les codes pour pouvoir mener une telle conversation. Elle ne brille pas dans les rapports humains, et encore moins quand il s’agit d’interagir avec eux. Elle peut être maladroite, parfois, avec ces mots, avec ces gestes. Elle est maladroite, malgré elle. Anaswara, pour se protéger des autres et de leur rejet, elle avance seule. Quand elle dit qu’elle est seule, elle se moque de personne. C’est en partie pour cette raison que ses relations sociales sont délicates à l’extérieur, car elle se protège d’elles. Elle s’est immunisée contre les relations. Elle doit admettre que cette aventure n’a rien de la vraie vie et de ce qu’elle connaît au quotidien. Cette aventure ne ressemble en rien à sa routine. Ici, les barrières sont tombées et elle tâtonne à l’extérieur de sa zone de confort. C’est surprenant pour elle de découvrir qu’elle puisse être autant appréciée autant d’un palace. Selon Bart, il est normal que les personnes au sein du palace l’apprécient, elle a des qualités, beaucoup de qualités. Un timide sourire s’éprend de ses lèvres, elle n’ose répondre. Son regard croise le sien, alors qu’il reprend. Il juge qu’elle est généreuse et bienveillante et qu’elle a une belle âme. « Merci », souffle-t-elle, d’une voix à peine audible. Elle lui adresse un nouveau rictus. Quand il lui demande alors si elle pense avancer seule dans cette aventure, elle ne peut l’admettre franchement. Elle n’est pas seule, ici. Elle a une saveur particulière pour elle, cette aventure. Elle sait qu’elle avance à l’aveugle, en quittant sa zone de confort. Elle sait aussi qu’elle peut se faire mal et elle l’appréhende. Elle considère un instant la question de son camarade. Est-ce qu’elle pense que ces amitiés qu’elle aura nouées sont destinées à disparaître quand elle aura quitté l’émission. « Cela ne dépendra pas seulement de moi », souffle-t-elle, en posant son regard sur le visage du blond. Une relation ne fonctionne pas seule. Il faut être deux pour que ça marche et que ce ne soit pas bancal. « Mais je ne suis pas sûre ». Elle n’est pas certaine que ces relations soient destinées à disparaître mais il est encore trop tôt pour qu’elle puisse l’affirmer haut et fort. Bart expose par la suite les raisons de sa participation à l’émission. Elle l’écoute attentivement. Il évoque les précédentes saisons et notamment des candidats seuls ou brisés créer des liens grâce à l’émission et en sortir plus heureux qu’ils ne sont entrés. Elle veut bien le croire, étant une novice de l’émission et découvrant les codes au fil des primes. « Et tu penses que... », elle s’interrompt et laisse sa voix en suspens, comme pour chercher ses mots. « ...que nous connaîtrons cela, nous aussi ? », qu’elle lui demande, en plantant ses yeux ébènes dans l’azur de son regard. Elle inclut Bart, dans ses paroles, parce qu’elle juge qu’ils ont une situation plus ou moins similaire. Pense-t-il que chacun connaîtra cette sortie heureuse de cette aventure ?

_________________
Don't wanna wake up
and feel insecure
L'hiver se déguise En amour, en printemps, En ivresse, en âme sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Bart
Voir le profil de l'utilisateur  http://www.throwndice.com/t11293-barthttp://www.throwndice.com/t11328-bart En ligne

MESSAGES : 439
AVATAR : jeremy allen white
ÂGE : 28
LOCALISATION : tokyo, jpn


PARCOURS DU CANDIDAT
CAGNOTTE: 52 000£
AFFINITÉS:
une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) Empty
MessageSujet: Re: une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III)   une goutte d'eau dans l'océan n'ira jamais contre le courant, wed. 15:30 (III) EmptyMer 8 Mai - 2:07

Bart, il tâte le terrain en douceur, la poussant à réfléchir par elle-même à ce qui est actuellement en train de se passer dans son aventure. Elle rencontre des gens, elle les découvre, elle créé des connexions. Ce serait horrible si tout ce qu’elle vit à l’heure actuelle était destiné à s’auto-détruire la porte du SAS franchie. C’est fort, puissant. Tout va plus vite et Bart, il croit réellement qu’une telle expérience peut marquer leur existence à l’extérieur des murs dans lesquels ils sont actuellement piégés de manière durable. Il se sent un peu débile avec ses rêves de fin heureuse, mais les analyses préliminaires qu’il a réalisé avant de s’inscrire à Thrown Dice sont formelles. Quand tu viens dans ce jeu, t’as quand même de très fortes chances d’y rencontrer l’âme-sœur. Ou tout du moins, une relation longue et stable puisque nombreux anciens candidats filent le parfait amour depuis leurs sorties de l’émission, parfois depuis plusieurs années. Alors il y a toujours quelques agents pestiférés qui sortent en ayant appris que dalle de l’aventure humaine et qui ne veulent revoir aucun de leurs anciens camarades une fois à l’extérieur, mais c’est loin d’être la norme. En gros, le palace, c’est mieux qu’une agence matrimoniale. Il y a déjà eu un bébé et sûrement quelques mariages. Bart, il n’est pas non plus là juste pour se trouver une fiancée. Son mal, il est plus profond et ce qu’il fait un peu plus vibrer, c’est le dépressif aux cheveux longs de la saison dernière qui remonte doucement la pente ou sa timbrée d’ex-aventure qui commence à se ranger en essayant de contrôler ses troubles mentaux à la place des tentatives d’homicides conjugaux. « J’en sais rien. C’est difficile à dire. » il expire quand elle lui demande s’il croit qu’ils auront le droit aux machins qu’il vient juste de lui vendre. Peut-être elle plus que lui, parce que jusqu’à maintenant tout semble se dérouler à la perfection pour Anaswara. Bart, ça le touche de la voir s’étonner d’être appréciée des candidats, comme si c’était bizarre et qu’elle ne voyait pas toutes ses qualités personnelles qui semblent pourtant évidentes aux yeux de tous les autres. « Je crois que oui. A des degrés différents sûrement, mais il y a forcément quelque chose à tirer de cette expérience. » il laisse entendre, un brin utopiste dans l’âme et digne d’un adolescent qui croit aux amitiés de sa tout première colonie de vacances. Il ne peut pas lui promettre qu’elle quittera le jeu au bras d’un homme qui ne la rejettera jamais, mais il pense réellement que l’émission aura une influence positive sur leurs vies respectives. Que ce soit juste un chouilla ou pourquoi pas de manière conséquente. Ce qui est surtout difficile à prévoir, c’est le temps qu’il leur sera alloué de la part des téléspectateurs pour essayer d’atteindre ce but. Plus leur présence dans le jeu est amenée à s’étendre, plus il y a des chances pour que les liens qu’ils nouent avec les autres candidats se renforcent de semaine en semaine. Toutes les nominations sont difficiles à vivre, mais lui, il trouve que c’est important que chaque personne venue dans l’émission ait le temps de se réaliser. Il faut qu’ils puissent répondre à ce qu’ils sont tous venus chercher lors des castings, parce que quoi qu’ils en disent, il y a forcément un truc sous-jacent pour les pousser à venir faire les guignols à la télévision. « Pourquoi tu t’es inscrite ? » il l’interroge de sa voix douce, si ce n’est pas pour les raisons qu’il vient d’énumérer et en particulier l’espoir de sortir du palace plus heureuse qu’elle n’y est entrée.

_________________

Long à la détente, mauvais sur la longueur
A quelques millièmes de secondes
de laisser passer mon heure.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Goutte à goutte, la survie dans un dôme |Pv Vaea & Ariez
» Oublie ce qui t'a blessé dans le passé, mais n'oublie jamais ce qu'il t'a appris
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THROWN DICE - SAISON 12 ::  :: PLAGE-
Sauter vers: